Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction

Affiche du colloque de Lyon
Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé e…

Affiche du colloque de Lyon

Affiche du colloque de Lyon

Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé en septembre 2011. Il est né d’une collaboration entre l’Ifpo, l’Université Salahedin d’Erbil (Irak) et le Gremmo (Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, Lyon). Le but de ce projet est de réaliser un ouvrage cartographique et analytique des dynamiques socio-spatiales du nord de l’Irak, publié en quatre langues (français, anglais, kurde, arabe).

Dans ce cadre, l’Ifpo a organisé les 2 et 3 octobre 2012, à Lyon, un colloque avec le soutien logistique du Gremmo. Il s’agissait, d’une part, de montrer en quoi la région kurde autonome, entre Syrie, Turquie et Iran, constitue une zone particulièrement fragile dans le contexte actuel d’instabilité et, d’autre part, de comprendre comment l’espace constitue un enjeu économique, politique et communautaire.

Ce colloque intitulé « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction » se proposait de comprendre les dynamiques économiques et politiques dans cette région frontalière à travers l’analyse des jeux d’acteurs qui contribuent à sa production (communautés, pouvoirs politiques, acteurs économiques).

Kurdistan d’Irak : les enjeux de l’autonomie

Depuis 2003, le nord de l’Irak vit une phase de développement économique sans précédent, suscitant de nouvelles dynamiques : enjeux pétroliers et frontaliers, reconquête des espaces ruraux et agraires, mise en réseau des centres urbains dans une économie régionale et mondiale, présence croissante des investisseurs étrangers dans les infrastructures, les communications, la distribution, ou encore problèmes nouveaux liés à l’accueil des populations réfugiées ou déplacées.

Cette région n’est plus désormais un espace autarcique. Elle témoigne des évolutions en cours dans un Moyen-Orient devenu à la fois instable et de plus en plus interdépendant. Mais plus encore, elle connaît un processus d’autonomisation politique qui n’est pas sans effets sur la production de l’espace : reconstruction de localités détruites durant l’ère Saddam Hussein ; rôle des investisseurs étrangers ; développement d’infrastructures de transport et commerciales (aéroports, nouveau réseau autoroutier, shopping-mall, etc.) ; développement de projets d’exploitations énergétiques, etc.

Ces nouveaux enjeux sont déterminants pour l’avenir de l’Irak mais aussi pour celui des pays voisins (Iran et Turquie). À ce niveau, se trament des luttes d’influence entre puissances régionales et des conflits potentiels dans un contexte marqué par le retrait des troupes américaines, la crise syrienne et le rôle accru de l’Iran, de la Turquie et des monarchies du Golfe sur la scène régionale.

Nous avons cherché à comprendre comment cette région pluriethnique et pluricommunautaire, point de passage obligé pour les populations de la région, cherche à se constituer en une entité autonome, dans le contexte actuel de tensions géopolitiques. Ce territoire en devenir participe d’une forte dynamique d’intégration économique régionale, alors que la situation est explosive et que les tensions avec Bagdad sont de plus en plus vives. En effet, l’un des enjeux du développement du Kurdistan réside dans sa capacité à s’autonomiser de Bagdad. Ceci passe inévitablement par une intégration régionale croissante et une interdépendance des systèmes économiques transfrontaliers (kurdo-turc ; kurdo-iranien), puisque ces dynamiques tendent de plus en plus à marginaliser la position de Bagdad, qui perd aussi son pouvoir d’attraction et de domination économique et politique. Sur ce plan, l’analyse socio-spatiale s’avère être une approche pertinente pour saisir le processus d’autonomisation de la région.

Enjeux autour de la construction d’un territoire kurde

Nous nous sommes d’abord intéressés aux enjeux sous-jacents à la construction territoriale d’une entité kurde en Irak. La délimitation de la frontière de la région autonome kurde cristallise des enjeux vitaux et symboliques : contrôle des villes de Mossoul et de Kirkouk ; maîtrise des ressources naturelles ; devenir des minorités. Le fait qu’un processus de construction politico-territorial scinde l’Irak en plusieurs entités pose des questions de délimitation (Khalil Ismail Mohammad, Université Salahadin, Erbil ; Alice Tawil, Université de Strasbourg). De part et d’autre de la ligne verte (établie au moment du cessez-le-feu entre les Kurdes et l’armée de Saddam Hussein en 1991, voir fig. 1), la zone dite « en discussion » est composée d’entités plurielles :

  • la zone 1 (en jaune sur la carte), peuplée de Kurdes, déjà largement intégrée à l’entité kurde ;
  • la zone 2 (orange), riche en hydrocarbures, peuplée en majorité de Kurdes arabisés, en proie à des conflits ;
  • la zone 3 (rouge), peuplée majoritairement d’Arabes, ayant vocation à être rattachée à l’Irak.
Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012

Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012 (@ C. Roussel, Ifpo) Cliquer sur l’image pour agrandir et voir les légendes.

C’est en principe un référendum, sans cesse ajourné, qui devrait décider du devenir de ces territoires : rattachement au Kurdistan ou à Bagdad. En attendant, les tensions restent vives entre les forces armées kurdes et arabes irakiennes.

La structuration du champ politique au Kurdistan d’Irak participe à la construction du territoire (Arthur Quesnay, Ifpo Erbil ; Adel Bakawan, Université d’Évry). La scène politique kurde irakienne s’est historiquement structurée autour d’enjeux nationalistes et de dynamiques transnationales qui peuvent expliquer la persistance de divisions. Toutefois, loin d’être figé, le paysage politique kurde fait face à d’importants mouvements de contestation populaire, animés entre autres par les partis islamistes qui s’opposent aux grands partis kurdes irakiens traditionnels (PDK et UPK). Mais la prédominance des partis kurdes historiques demeure un élément actif du processus de construction d’une entité kurde dans le nord de l’Irak.

L’enjeu démographique

Nous avons ensuite porté notre regard sur les structures de la population (diversité ethnique et religieuse, répartition territoriale, dynamiques migratoires, etc.), avec comme objectif de montrer le rôle du Kurdistan dans les déplacements de populations et dans les stratégies des minorités et des réfugiés y vivent. Le Kurdistan d’Irak joue, notamment depuis 2003, le rôle d’espace refuge pour des communautés religieuses irakiennes (chrétienne, sabéenne, yézidi). La protection des réfugiés et des minorités, chrétiennes surtout, peut être analység tit4SK et UPK (ulavec p;:es f du pouvois kures par les puissanceoce;cisyns le(Peylwm// uqian, Université Salahedin, Erbry). La situatios dechréfugiées, déplac&eacutons ee «&nbs, Affulaviesyséplac&eacutons es des e;gratiresDohukry)Fu ayans levi ro-ancst ee Syran ool chr&eacutompmissiot e, Turqui, ou en Iwanaviesizicainlavefamrolieravechréfugié sonys&eacutaut&eacuts, accuenalue auRG (e Kurdista">RisiriaG:hovnammec.)&nbs:es kurdee à80on&nbs%;s, chrétints à15on&nbs%;s eo-tknim&egravain/t arabee à5on&nbs%;(r fig.&nbs2;1

Fig2 1 Ryséfugié e au Ku

Fig2 1 Ryséfugié e au Ku"cuwm/d d’Irat en 2012 (@ C. Roussl, Ifpad. Cliquer sur l’image pour agrand;:

L’enjeuurempmiajoancsnsn-tviellue

Fig3 1 infxeavestnar bdihesee xet  soalièrei-te d s lef de Kurdistan d’Ira12 (@ C. Roussel, Ifp12

Fig3 1 Fnfxeavestnar bdihesee xet soalièrei-te d s lef de Kurdistan d’Ira2 (@ C. Roussel, Ifpad. Cliquer sur l’image pour agrand;:

C’est aussraulnde l&rsqua organceatiof dchréseas urbaee uheloin de Kurdistas quitre e ce f-tve, ave;l , mise ee;plion d&rsquSK es nouvilnelé conovechrégionalav&eacutrteMrre d Ks. hoo J d wil, Université Salahedin, Erbry)S sur Le;pios deav&eacuttechsaoeavestnar bdihesr, na leo investiscementa producfmle; l&rsquaxice Turqu-o;I eposmprs for (k p0;xdes villes dZakhfpoDohuk , na d&rsqu, Erbee ueRGge),ee;l&eacutguinaec Bagdae àe un rôlsot moulaittpvec systèdchr&eacutRisirleestord de plut eo plue ài s&rsque nutoniherne s-e &agrav-e sna 0;l a c virlis irakinqu;:

fig. 1
< d stronP supaciueanhtabill;1, http:w.if/f.hypotheses.or4811ay
vitabul>t trul>tdiv>tdiv> < d stron="Cyril Rouss;1p>PIsaga petimsvile:o; , http://www.ifporient.orc"Cyr- (rdussay < > tdil>/trul>/t /vitabul> < / rr /> ! "> />
a href="http://twitter.com/share?text=Le+Kurdistan+d%E2%80%99Irak+%3A+une+entit%C3%A9+en+constructiocha;d:u&u=http%3A%2F%2Fidm.hypotheses.org%2F18&cha;2&via=hypothesesor5"y A-is su;1<-sn>o; ="Cyril Roussay;1<-sn>P-pubén;xt;1<-sn><>;<-sn4a classvocip-licssCaéttegancs;1<-sn><>Asie;<-sn4a classs tsip-licssÉmoliqlutte;1<-sn><> 24a classk screen-reader-tex>N-navigatiinvn;’<>Ait/cueOccisy;1<-sn>ir -sn4a classk screen-reader-tex> >Ait/chu "r>Occisyon :<-sn>ir -sn4a classe pt-eltro">D dbceatiop caialet nvlex enjeu?;1<-sn>L’ " soteatio" idr-te-312a class" wgojx" wgoj_r-texe h24a class" wgoj-eltro">Oe;pEraditiueH-hypothesLe faio pa(ula de rcitlr,>