L’affaire « Findus » et les consommateurs

Ainsi, les produits bovins commercialisés par Findus pouvaient comporter de la viande de cheval et d…

Ainsi, les produits bovins commercialisés par Findus pouvaient comporter de la viande de cheval et du coup, l’émotion est considérable en Europe.

D’ordinaire, les scandales alimentaires, surtout lorsqu’ils mettent en jeu la viande – un produit hautement symbolique – sont liés à de graves risques sanitaires. Les dérives financières se mêlent alors à des pratiques défiant les règles de la santé publique, comme ce fut le cas avec l’affaire de la « vache folle ».

Mais ici, apparemment, la vie, la mort ne sont pas en jeu, le scandale est dans la tromperie. Une tromperie sans conséquence majeure pour les consommateurs, qui découvrent la complexité de la chaîne qui aboutit à leurs achats de viande – tout le contraire des images de propreté et de transparence qui entourent les produits surgelés. Ils ne sont pas manipulés par le marketing ou la publicité que dénonçait la critique de la société de consommation des années 70. Leur santé n’est pas en danger. Et du point de vue économique, l’achat de produits surgelés, comme ceux qu’offre Findus, est plutôt intéressant. Ils sont simplement au bout d’une chaîne dont ils ne maîtrisent rien.

Ils faisaient confiance à cette chaîne dont ils ignorent presque tout, ils prennent conscience de cette machinerie qui mobilise toutes sortes d’intermédiaires. Les produits surgelés sont un progrès si leur qualité est certaine, or se dévoile un système complexe dont personne apparemment ne veut assumer les défaillances. L’apparente simplicité qu’apportent ces produits aux consommateurs, qui les achètent prêts à consommer, est démentie soudain, et ils se retrouvent démunis, fragiles, nus face à la machine qui semblait bien fonctionner, et qui en réalité leur fait, si on peut dire, avaler n’importe quoi. L’individu est ainsi confronté à un système sur lequel il n’a aucune prise.

Il ne s’agit pas ici d’une question de santé publique, mais bien du face à face opposant des consommateurs atomisés et démunis et une puissante organisation. Une telle opposition, si elle devait continuer à mobiliser l’attention de l’opinion, pourrait peut-être un jour intéresser les acteurs collectifs de l’alter-mondialisme, et même les tenants de la dé-mondialisation quand ils demandent que l’on ne consomme que des aliments produits localement, au plus près. Elle pourrait aussi pousser les associations de consommateurs ne serait-ce qu’à dénoncer la fausse modernisation qu’apporte un système comme celui qu’incarne Findus, où les responsabilités semblent difficiles à établir, où les intérêts économiques sont considérables. Ne peut-on pas imaginer d’autres chaînes, plus courtes, des circuits rapprochant les consommateurs des producteurs, d’autres formes de commercialisation, d’autres modes de consommation ?

Pour l’instant, pourtant, les opinions publiques semblent tout attendre des États et de la puissance publique, comme si le plus important était de mettre en place des règles plus sévères de traçabilité et de contrôle, un regard plus sévère encore des autorités nationales sur les divers acteurs de la chaîne concernée. Le scandale récent vient de mettre à nu des enjeux que les sociétés civiles semblent plus disposées à abandonner aux États, que capables de mettre au cœur d’action collective, de débats et de conflits.

Opinion, parue dans Ouest-France, édition papier, le 12 février 2013.

Citation

Michel Wieviorka, “L’affaire « Findus » et les consommateurs”, billet publié sur le carnet de Michel Wieviorka sur hypotheses.org, le 15/02/2013, URL: http://wieviorka.hypotheses.org/122