De quoi l’indépendance énergétique est-elle le nom ? Courte réflexion géographique.

 
« Sortir du nucléaire, c’est signer la fin immédiate de notre indépendance énergétique. »
François…

 

 

« Sortir du nucléaire, c’est signer la fin immédiate de notre indépendance énergétique. »

Françoise Grossetête, députée européenne UMP, 16 novembre 2011

« Le nucléaire permet d’assurer notre priorité stratégique : l’indépendance énergétique »

Christian Bataille, député PS, 15 février 2012

Il n’aura échappé à aucun observateur s’étant un tant soit peu intéressé à la question du nucléaire en France que l’indépendance énergétique demeure un argument fondateur de son soutien. Mais de quoi parle-t-on exactement ?

Il n’existe actuellement pas de définition scientifique de l’indépendance énergétique. Une acceptation commune, que l’on peut établir en synthétisant diverses définitions glanées sur internet, la caractérise comme la capacité d’un territoire à satisfaire l’ensemble de ses besoins en énergie en ne mobilisant que les ressources présentes à l’intérieur de ses frontières. Cette notion met en relation un territoire strictement borné avec des flux internes et externes de matières, premières ou transformées, et d’électricité. Elle renvoie au paradigme de l’analyse géographique des énergies, c’est-à-dire l’étude de la dichotomie entre lieux de production et lieux de consommation. S’il n’existe pas de définition académique pour l’indépendance énergétique, l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) publie chaque année un taux d’indépendance énergétique qu’elle définit comme « le rapport entre la production nationale d’énergies primaires (charbon, pétrole, gaz naturel, nucléaire, hydraulique, énergies renouvelables) et la consommation en énergie primaire pour une année donnée »[1]. S’exprimant en pourcentage, ce taux est proposé par l’INSEE aux niveaux national, régional et départemental. Supérieur à 100 il indique que le territoire est en situation d’exportation, inférieur à 100, il traduit le recours aux importations. Pour l’année 2011, le bilan énergétique français présentait une production d’énergie de 138,9 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP) pour une consommation totale estimée à 266,4 millions de TEP[2]. Le taux d’indépendance énergétique français s’élève donc à 53,5%. Le Service d’Observation et des Statistiques (SOeS)  offre un historique de ce taux depuis le premier choc pétrolier de 1973. Celui-ci permet de visualiser l’influence de l’érection du parc électronucléaire sur son calcul :

L’absence de définition scientifique pour l’indépendance énergétique a abouti en l’utilisation récurrente dans les communications politiques et gouvernementales du « taux d’indépendance » proposé par l’INSEE. Sa définition est ainsi devenue, par défaut, l’acceptation la plus utilisée de « l’indépendance énergétique ». Comme le graphique ci-dessus le montre, le lancement du programme électronucléaire français a permis de doubler le taux d’indépendance énergétique de l’INSEE, passant de 22,7% en 1973 à 53% en 2011. Ainsi, l’énergie atomique a aujourd’hui l’image d’une technologie ayant permis de considérablement assurer l’indépendance énergétique de la France.

Toutefois, la méthode de calcul de l’INSEE soulève plusieurs contestations. Le premier point d’achoppement est l’utilisation de l’énergie primaire et non pas finale. Pour l’électronucléaire, cette méthode prend alors en compte le potentiel énergétique de l’uranium et non pas la production réelle d’électricité qu’il permet. Or, environ les deux tiers de l’énergie produite par la réaction nucléaire ne sont pas transformés en électricité et se dissipent en chaleur inutilisée à quelques exceptions près[3]. Le second point de contradiction réside dans la méthodologie de l’institut qui considère les ressources contrôlées par les sociétés françaises à l’étranger comme faisant partie des ressources nationales. AREVA, entreprise française à capital majoritairement public, étant propriétaire des mines d’uranium situées à l’étranger, le minerai entrant dans la fabrication du combustible est considéré comme une ressource nationale. Certains militants antinucléaires interprètent cette considération comme la preuve et la traduction d’une politique qu’ils considèrent comme néo-colonialiste en Afrique. AREVA, et donc son actionnaire principal l’Etat français, s’approprieraient les ressources du Niger[4], considérant celles-ci comme ne relevant pas de sa souveraineté[5]. Ainsi, alors que la dernière mine d’uranium en France fut fermée en 2001, l’énergie atomique continue à contribuer totalement à l’augmentation du taux d’indépendance énergétique. En 2011, sur les 138,9 mTEP de production énergétique nationale, 111,68 mTEP, soit 80%, ont été produits par l’électronucléaire.L’INSEE justifie sa méthodologie de plusieurs manières. Premièrement, les centrales nucléaires françaises ne consomment pas toutes du combustible directement issu de l’uranium naturel. Sur les 58 réacteurs français, 24 utilisent des assemblages constitués de sous-produits du cycle combustible, à savoir l’uranium appauvri, l’uranium de retraitement et le plutonium (20 réacteurs fonctionnent au MoX et 4 à l’uranium de retraitement réenrichi. L’utilisation de ces derniers varie cependant). Deuxièmement, l’INSEE avance la facilité à constituer des stocks d’uranium permettant de palier aux potentielles ruptures d’approvisionnement. Troisièmement, l’institut met en avant le contrôle étatique d’AREVA et son indépendance vis-à-vis de puissances étrangères. Quatrièmement, il considère les pays d’approvisionnement en uranium comme étant plus stables que les exportateurs de pétroles ou de gaz et estime avoir plus de choix d’approvisionnement. Enfin, l’INSEE insiste sur la très faible part du minerai d’uranium dans le cout final de l’électricité. Celle-ci est évaluée à 5% du coût final de l’électricité nucléaire, alors que dans le cas d’une centrale à gaz, la part des ressources oscille entre 70 et 90%. La valeur ajoutée apportée par la transformation réalisée en France étant considérée comme plus importante que la valeur du minerai lui-même, celui-ci est admit comme une ressource nationale. Toutefois, cette explication ne prend pas en compte le fait qu’une partie du processus de transformation n’est pas réalisée sur le territoire français. La carte suivante présente en 2011 la géographie de la production des combustibles UOX (produit directement à base d’uranium naturel enrichi) consommées dans 34 réacteurs en France.


NB: En France, la conversion de l’uranium se fait dans deux usines distinctes, à Malvési près de Narbonne puis à Pierrelatte.

Le propos de ce billet n’est pas de déterminer si l’indépendance énergétique de la France est réelle ou non, ni de dire quelle méthodologie est la plus pertinente. On peut toutefois regretter l’absence d’une réflexion théorique plus solide sur cet indice. Mais comment arriver à quantifier la part de la chaîne combustible réalisée à l’étranger ? Il importe ici de souligner que la production d’une définition est non seulement un enjeu, mais aussi une stratégie dans le débat antinucléaire. En la modifiant, les mouvements antinucléaires français espèrent changer la perception de l’énergie nucléaire et invalider un des arguments principaux des ses promoteurs.

[2] La Tonne Equivalent Pétrole (TEP) est une unité de mesure de l’énergie utilisée par les économistes pour comparer les énergies entre elles. Elle correspond au pouvoir calorifique d’une tonne de pétrole soit environ 42 Giga Joules

[3] En de rares endroits, les eaux de refroidissement des centrales nucléaires servent à alimenter en chaleur des piscicultures (Gravelines en est le plus grand exemple), des cultures sous serre (entre autres au Tricastin) ou encore des réseaux de chauffage urbain (pour quelques bâtiments publics à Golfech).

[4] Pour une étude complète des relations entre l’uranium, la France et le Niger nous renvoyons le lecteur à l’excellent chapitre 9 du livre de Sezin Topçu : Gouverner le nucléaire

[5] Cette considération ne prend pas acte de la diversité et de la fluctuation des imports en uranium, le Niger ne représentant qu’une part minoritaire de ceux-ci.