Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie

éoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte
Le débat sur la stratégie énerg…

 

éoliennes de la STEG dans le village d'El Alia près de Bizerteéoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte

Le débat sur la stratégie énergétique tunisienne, que j’évoquais ici, est toujours ouvert. Le projet de loi visant à promouvoir les énergies renouvelables est actuellement en discussion. Il fait l’objet d’une vive opposition du syndicat des travailleurs du secteur électrique, qui représente essentiellement les employés de la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz, la société publique gérant l’essentiel du secteur (production, transport, distribution). Leur crainte principale est la privatisation de leur entreprise, qui n’est pas à l’ordre du jour malgré quelques alertes récentes (voir ce billet). Mais ils voient la libéralisation du secteur et l’encouragement aux renouvelables comme une menace pour l’intégrité de leur entreprise et le premier pas d’un démantèlement plus large du secteur.

Pour autant, la diversification énergétique est un enjeu central pour le pays, dont les ressources en hydrocarbure diminuent, ce qui ne manque pas de fournir des arguments, là bas aussi, aux promoteurs du gaz de schiste. Toute une controverse a éclaté sur le sujet. Face à cela, et pour éviter que ne se reproduisent des scandales de concessions d’hydrocarbure octroyées dans des conditions opaques (notamment révélées par le remarquable travail de Med Dhia Hammami sur Nawaat), l’Assemblée nationale constituante a du reste défini le principe de la souveraineté du peuple sur les ressources naturelles nationales.

En attendant, quid des énergies renouvelables? Les efforts dans le domaine de l’éolien restent limités dans l’attente d’une nouvelle loi et les populations locales sont d’ailleurs remontées face aux fruits ténus résultant des premiers projets réalisés, comme je le relatais dans ce billet l’été dernier. La filière photovoltaïque commence à se développer, grâce aux incitations du gouvernement. Nadia Benalouache en a fourni un intéressant bilan dans le cas de l’agglomération de Tunis, publié dans le cadre du dossier sur le développement urbain durable dans les villes arabes que j’ai coordonné dans la revue Environnement Urbain/Urban Environment avec Pierre-Arnaud Barthel. Mais cette filière est aujourd’hui confrontée à d’importantes difficultés nées de l’insuffisante capacité d’absorption de la bureaucratie tunisienne dans le processus de validation des demandes d’exploitation, notamment par les particuliers (intéressant article relatant le point de vue des installateurs). A terme, il est aussi probable que le poids de ces subventions deviendra très lourd pour des finances publiques tunisiennes que l’on dit aujourd’hui au bord de la banqueroute – et c’est d’ailleurs un argument mis en avant par le syndicat de l’électricité, par comparaison avec la situation de l’Allemagne qui vient justement de donner un coup d’arrêt à ce processus.

Toutes ces incertitudes sur l’avenir énergétique de la Tunisie sont redoublées par les difficultés de la transition, ressenties très fortement par la STEG. L’entreprise nationale a absorbé une significative augmentation de son personnel, passant de 9.000 à 14.000 employés environ dans le cadre d’un effort de régularisation de situations de sous-traitance contestables, de la réintégration de personnes exclues pour leurs opinions politiques, et plus largement, au titre d’un recrutement élargi notamment en direction de la jeunesse. Mais tout en devant faire face aux investissements nécessaires pour répondre à une demande énergétique croissante, la STEG subit également de plein fouet une hausse du non-paiement. Cela traduit deux phénomènes: le premier reflète la crise économique en Tunisie: plusieurs articles de ces jours-ci en offrent l’illustration, avec de nombreuses entreprises industrielles, touristiques ou exploitants agricoles qui ne parviennent plus à payer leur charge en raison du ralentissement global de l’activité. D’autre part, la STEG est confronté à une forme de contestation plus radicale, en particulier dans certaines zones dont les habitants s’estiment mal-traités par les politiques étatiques de redistribution et de développement, avec des refus de paiement, des piratages et des agressions contre les employés de l’entreprise (article). En conséquence, le non paiement a fortement augmenté et atteint 533 millions de dinars tunisiens. Fin 2012, cela représentait selon mes calculs 16% des recettes… une paille donc, et cela a encore augmenté! De quoi déstabiliser plus fortement encore l’entreprise, et donner des arguments à ceux qui justement voudraient la démanteler ou la privatiser…

Par coïncidence, une série de travaux et d’études menées durant ces deux dernières années sur ces thématiques viennent de paraître et je suis heureux de les présenter ici.

Il s’agit tout d’abord du chapitre “An Arab Spring for Corporatization? Tunisia’s National electricity Company”, co-écrit avec Ali Bennasr, in David McDonald, Rethinking Corporatization and Public Services in the Global South, Londres: Zed Books, 2014: 106-135. Ecrite en 2012, l’étude est basée sur un rapport initial en français. Elle fournit une photographie de l’activité de la STEG, société publique considérée comme corporatisée, c’est à dire fonctionnant selon une logique de plus en plus commerciale tout en restant fortement marquée par un ethos public, mêlant fierté nationale et préoccupation pour le progrès social. L’étude dresse le bilan des enjeux et des défis à relever, dont les paragraphes précédents fournissent une illustration.

Dans un autre article, j’ai exploré le caractère politiquement explosif des enjeux énergétiques, notamment dans les villes, à travers une comparaison des situations tunisienne et jordanienne. Je m’y inspire du cadre théorique de la Political Urban Ecology de Erik Swyngedouw, et du rôle des transitions énergétiques (et des modes de circulation énergétiques) dans la structuration des institutions politiques, tel qu’analysé par Timothy Mitchell dans Carbon Democracy. Je montre l’importance des luttes autour des questions énergétiques tant de la part des classes moyennes qui accèdent grâce à l’énergie (et en particulier à l’électricité) à de nouveaux modes de consommation, que de la part des classes populaires pour qui l’énergie constitue également un élément de base de la vie urbaine, ainsi qu’une promesse de développement. Voici les références de l’article : Verdeil, Éric. 2014. « The Energy of Revolts in Arab Cities: The Case of Jordan and Tunisia ». Built Environment 40 (1): 128‑139. (accès restreint mais aussi en ligne ici)

Deux autres travaux se concentrent plus particulièrement sur les difficultés de mise en place et de développement de diverses formes d’énergie renouvelable en Tunisie. Menés avec Laurence Rocher et, pour la deuxième, aussi avec Hugo Bolzon, ces travaux se sont inscrits dans des démarches plus larges. Il s’agit d’abord du projet COLLENER, dirigé par Alain Nadai et Olivier Labussière, où le cas tunisien présente une illustration de la constitution assez conflictuelle de collectifs sociotechniques de la transition énergétique, surtout analysée à travers le déploiement contrarié du solaire et de l’éolien. Nous analysons les changements et les nouvelles stratégies qu’entraîne la révolution dans le domaine énergétique. Voici les références de l’article : Rocher, Laurence, et Éric Verdeil. 2013. « Energy Transition and Revolution in Tunisia: Politics and Spatiality ». The Arab World Geographer 16 (3): 267‑288. (l’article est daté 2013 mais il a été accepté seulement en janvier 2014 et publié le 25 mars)

Le dernier article se situe à l’articulation de la même recherche COLLENER et d’une autre initiative, dénommée TERMOS-GOUVENUS, animée principalement par Sylvy Jaglin et Jonathan Rutherford, auxquels j’ai prêté mon concours pour coordonner le récent numéro de la revue Flux sur Energies et Villes des Pays émergents. Dans ce cadre, avec toujours Laurence Rocher et Hugo Bolzon qui avait effectué un stage de terrain à Sfax, nous avons scruté les modes de territorialisation de plusieurs dispositifs énergétiques (le gaz naturel et les chauffe eau solaires). Nous soulignons la très difficile coordination de ces nouvelles énergies qui sont parfois complémentaires, parfois concurrentes, et prises dans de complexes enjeux politiques locaux et nationaux. Référence : Bolzon, Hugo, Laurence Rocher, et Éric Verdeil. 2013. « Transitions énergétiques multiples et contradictoires à Sfax (Tunisie) ». Flux, no 93-94: 77‑90.

Certains de ces travaux sont accessibles (librement) en ligne. D’autres ne le sont pas (encore), en raison des restrictions imposées par les éditeurs, mais ils peuvent m’être demandés et obtenus par mail. Bonne lecture et au plaisir de lire réactions et commentaires. On peut suivre sur mon compte Seenthis mes repérages quotidiens sur toutes ces questions.