La méthode du testing à l’épreuve de la justice : une victoire du MRAP en 1966

 
Une de Droit et Liberté, 15 février-15 mars 1966 (archives du MRAP)
 
Dans la nuit du 15 au 1…

 

 

Une de Droit et Liberté, 15 février-15 mars 1966 (archives du MRAP)Une de Droit et Liberté, 15 février-15 mars 1966 (archives du MRAP)

 

Dans la nuit du 15 au 16 mars 2014, SOS Racisme a organisé une opération de testing portant sur 25 boîtes de nuit, à Besançon, Bordeaux, Metz, Nice, Paris et Reims. Il s’est avéré que cinq d’entre elles – trois à Paris, une à Nice et une à Besançon -, auraient eu recours, à l’entrée, à des pratiques discriminatoires sur des bases ethniques. La République, en 2014, a certes encore du chemin à parcourir et c’est à cet effet que l’organisation antiraciste interpelle les candidats aux élections municipales quant à la nécessité de “mettre en acte des outils fondamentaux de la lutte contre les discriminations”[1]. À l’évidence, la méthode du testing en est un. SOS Racisme l’utilise depuis 1996 pour apporter la preuve de discriminations effectives dans des domaines comme le logement, l’emploi ou encore de l’accès aux discothèques. Deux arrêts de la Cour de cassation (septembre 2000 et juin 2002) ont validé le testing, introduit dans le code pénal par la loi sur l’égalité des chances du 31 mars 2006. SOS a ainsi remporté de nombreux procès contre des boîtes de nuit ou des entreprises. Continuer la lecture de « La méthode du testing à l’épreuve de la justice : une victoire du MRAP en 1966 »

Les élections municipales de 1935 et l’expérimentation de l’antiracisme électoral

 
Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 m…

 

 

Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)

Au IIe congrès national de la Ligue internationale contre l’antisémitisme de décembre 1931, désireux d’amplifier la voix de son organisation, son président Bernard Lecache propose la présentation de candidatures de militants aux élections législatives de mai 1932. Il en justifie ainsi l’opportunité :

« Vous savez que cela s’est fait quelquefois, cela a été fait par des anarchistes, par des gens qui soutiennent le développement de la santé publique, par des associations féminines, pacifistes, etc. Voilà pourquoi on veut poser une candidature, cela donne droit, dans toutes les mairies où vous mettez vos affiches, qu’elles soient dispensées du droit de timbre, écrire ce que vous voulez, indiquer les buts de la LICA, évitant tous les inconvénients[1]. » Continuer la lecture de « Les élections municipales de 1935 et l’expérimentation de l’antiracisme électoral »