Mongolie : le chant au quotidien

« Le Mongol chante beaucoup.
Les hommes, qu’ils voyagent à cheval ou
qu’ils conduisent une caravan…

« Le Mongol chante beaucoup.
Les hommes, qu’ils voyagent à cheval ou
qu’ils conduisent une caravane, réveilleront
les échos de quelque chanson
aux multiples couplets.
Les femmes qui barattent le beurre,
accompagnent la manœuvre
du piston en chantant des mélodies. »
Joseph Van Oost, « La musique chez les Mongols des Urdus »
Le chant de la langue dans l’imitation des sons de la nature, dans la parole articulée, dans la lecture à voix haute, dans les chansons est l’objet d’une grande attention en Mongolie.
« Faire ressortir un objet culturel, ici le son de la voix, de la masse des données d’un milieu, le parer du pouvoir de faire fuir, d’émouvoir, d’exprimer l’affectivité, c’est “éduquer l’attention”, c’est faire de cet objet un élément, non seulement bon à penser mais aussi bon à mobiliser dans son rapport au monde. » Laurent Legrain in Terrain n°55.
Faut-il voir dans cet amour pour le chant un trait culturel pérenne ? Quels sont les processus qui président à sa transmission ? Et quel est ce lien affectif qui attache les Mongols au chant ?

Pour en savoir plus :

Petite fille mongole

Petite fille mongole

• Des articles :
*
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n°55, Transmettre.
« ”Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir »
Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens”
Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore” Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

A faire :
Festival de l’imaginaire, jusqu’au 29 juin en île de France.

A écouter :
Chants populaires de Mongolie

Peut-on encore manger sans peur ?

Le mangeur contemporain a de nombreux motifs d’inquiétude : hormones, listeria, salmonelles, n…

Le mangeur contemporain a de nombreux motifs d’inquiétude : hormones, listeria, salmonelles, nitrates, dioxines, vache folle et du boeuf qui s’avère être du cheval…
“La question agro-alimentaire devient une affaire de santé publique, qui menace les consommateurs, et leur fait découvrir le fonctionnement d’une filière et des pratiques d’élevage et de recyclage dont, dans leur très grande majorité, ils ignoraient tout. […] Le xxe siècle s’ouvre, aux Etats-Unis, sur un énorme scandale alimentaire : « les empoisonneurs de Chicago ». Il est déclenché par la publication d’un roman, La Jungle, où le journaliste Upton Sinclair décrit le fonctionnement des abattoirs de Chicago et les effrayantes conditions de travail des ouvriers dans ces établissements. C’est sur ce dernier point que Sinclair souhaitait attirer l’attention. Mais le public n’a massivement retenu que ce qu’il découvrait ainsi de la qualité sanitaire catastrophique et de la composition ahurissante des viandes, conserves et charcuteries qui sortaient de ces usines – tant il est vrai que le souci de son alimentation est indépendant de tout choix politique ou humanitaire, et importe à chacun au premier chef. Le compréhensible effroi éprouvé devant ces révélations a obligé les pouvoirs publics à réglementer peu à peu la filière alimentaire, si bien que les crises alimentaires ultérieures n’ont pas eu jusqu’ici la même ampleur. Néanmoins, « les controverses alimentaires de l’Amérique progressiste ne sont pas si éloignées de nos discussions sur l’ESB ou les OGM. Visibilité médiatique, mobilisation des consommateurs, intervention de l’État et des experts scientifiques en sont l’horizon commun, témoignant ainsi des continuités du siècle des biotechnologies ». Objet de controverses, les peurs alimentaires du xxe siècle ont en commun avec cette première grande alerte d’être directement liées à la production alimentaire industrielle, avec ce qu’elle comporte d’opacité quant à ses modalités et d’allongement des circuits depuis la production jusqu’à la consommation ; avec, en conséquence, ce qu’elle implique d’ignorance des consommateurs, et par suite de possibilité de suspecter autant que de nécessité de faire confiance. Ayant au jour le jour à entretenir son corps de diverses nourritures, à décider de ce qui entrera dans ce corps ouvert et deviendra sa substance même, le mangeur contemporain, qui n’a ordinairement d’autre possibilité que de se fier aux apparences et aux images anciennes de ses nourritures, ne peut que se détourner de tout aliment à ses yeux suspect. Cet évitement peut être lourd de conséquences économiques et politiques ; il importe donc de le rassurer ; mais pour y parvenir, il faut s’adresser à lui tel qu’il est, et non à un hypothétique consommateur abstrait. Or le mangeur réel ne mange que s’il n’a pas de motifs de craintes : qui a peur ne mange pas, et qui mange n’a pas peur.”* Noelie Vialles in Terrain n°43.

Pour en savoir plus :

boeuf1Un livre :
Le sang et la chair. Les abattoirs des pays de l’Adour, Noëlie Vialles.

Un article :
« La viande ou la bête », Noëlie Vialles, Terrain n° 10, “Des hommes et des bêtes” (texte intégral).
*« La peur au ventre ? Le risque et le poison »
, Noélie Vialles, Terrain n° 43 (texte intégral).
« Les oiseaux de l’infortune et la géographie sanitaire : La Dombes et la grippe aviaire »
, Vanessa Manceron, Terrain n° 51, Religion et Politique (texte intégral).

Sites et Blogs :
Viande : chronique d’un scandale annoncé, tout sur la viande.

A faire :
Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires, université de Rennes, du 22 au 27 avril 2013.

La tradition n’est plus ce qu’elle était…

Qu’est-ce au juste qu’une tradition ? Une permanence du passé dans le présent ? Cependa…

Qu’est-ce au juste qu’une tradition ? Une permanence du passé dans le présent ? Cependant  il ne viendrait à l’idée de personne de considérer comme traditionnel tout ce qui nous vient du passé! Que pourrait être alors un fait traditionnel ? Un mythe, une croyance, un rite, un conte, une pratique, un objet matériel qui auraient été sélectionnés et transmis ? Mais tout ce qui se transmet n’est pas nécessairement traditionnel. Suivant quels critères est-il possible d’organiser le recensement de tels faits ? De quelles propriétés sont-ils pourvus dont seraient par voie de conséquence privés les faits non traditionnels ? Peut-on définir de manière autre que négative ou oppositive les univers sociaux et culturels traditionnels ? Tradition et changement sont-ils nécessairement antinomiques ?  Et si la tradition n’était qu’une interprétation du passé en fonction de critères rigoureusement contemporains ? En un mot, à quoi renvoie, l’attribut de traditionalité ?

Pour en savoir plus :

Femme portant des vêtements traditionnels en arrêt devant une citadine revenue au village pour les vacances d’été, dans les Maramures en Roumanie.

Des articles :
« La tradition n’est plus ce qu’elle était… Sur la notion de “tradition” et de “société traditionnelle” en ethnologie », Gérard Lenclud, Terrain, n° 9, Habiter la Maison.
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao)
», David Berliner, Terrain n°55, Transmettre.
“L’Esprit de patrimoine”. Jean-Louis Tornatore, Terrain, n°55, Transmettre.
“Comment le rustique vint au village. Modernité domestique et domestication de la modernité dans les campagnes roumaines.”, Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir. “Persistances et mutation des dernières sociétés rurales. Le cas du pays Maramures (Roumanie)”. Paul Rasse & Laura Ghinéa, Terrain n°57, Mentir.
« Anthropologie et transmission», David Berliner, Terrain n°55, Transmettre.
« “Chez nous, le sang règne !”. L’apprentissage religieux dans le culte Xangô de Recife»
, Arnaud Halloy, Terrain, n°55, Transmettre.
“Pourquoi les enfants ont-ils des traditions?”
. Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre.
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n°55, Transmettre.
« Le vieil homme et le livre. La crise de la transmission chez les vieux-croyants », Vlad Naumescu, Terrain n°55, Transmettre.

Sites et Blogs :
La liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, sur Levi-Strauss.

• A voir :
Un entretien de Claude Levi-Strauss sur le site de l’INA.

Le rhum : une boisson identitaire

“Celui qui fait le rhum, c’est un homme intelligent,
Celui qui fait le vin, c’est …

“Celui qui fait le rhum, c’est un homme intelligent,
Celui qui fait le vin, c’est un homme insignifiant”
chantent à l’occasion les femmes guadeloupéennes.
En Guadeloupe, boire un ti pété pié, un “petit qui casse les jambes”, un lodifé, de “l’eau de feu”, ou un punch, enfin boire du rhum sous quelques formes que ce soit est un acte identitaire. L’identité guadeloupéenne est construite, entre autres, sur l’opposition rhum/vin. Le culte des ancêtres et la religion chrétienne s’entremêlent pour orienter le comportement à boire des acteurs de la société guadeloupéenne : libations de rhum et libations d’eau alternent dans les moments de rituels et dans les gestes quotidiens. De plus, les façons de boire des hommes et des femmes stigmatisent leurs places respectives dans l’univers religieux.

Pour en savoir plus :

La canne à sucre

Des articles :
« Les temps du rhum en Guadeloupe », Diana Rey-Hulman, Terrain n° 13, Boire (texte intégral).
“La boisson des ethnologues”. Claudine Fabre-Vassas, Terrain n° 13, Boire (texte intégral).

Sites et Blogs :
Le rhum de Guadeloupe, la fabrication du rhum, la route du rhum.

A voir :
Le musée du rhum de Guadeloupe.

Pourquoi les Tsiganes aiment les hérissons

Le hérisson occupe une place prépondérante dans la culture tsigane. Il est même reconnu comme un sym…

Le hérisson occupe une place prépondérante dans la culture tsigane. Il est même reconnu comme un symbole. D’où provient l’engouement culinaire des Tsiganes pour cet animal ?
« On mange du cochon, et le cochon mange tout ; tandis que le hérisson, c’est une viande saine parce qu’il est propre. Si nous mangeons des poulets, pourquoi ne mangerions-nous pas des hérissons ? Les poulets sont malpropres parce qu’ils mangent tout ce qu’ils peuvent trouver. »*
Les Tsiganes se soumettent à une série d’interdits, notamment sur le plan alimentaire, par souci d’hygiène et pour des motivations d’ordre symbolique. Ces interdits reposent sur une distinction entre l’extérieur et l’intérieur du corps social autant que du corps physique et sur une interprétation de la sexualité . En substance, il faut éviter d’ingérer des aliments contaminés par la souillure des Gadjé, par les sécrétions externes du corps humain (tels les cheveux et les pellicules), par l’impureté cyclique et temporaire de la femme, par le comportement de certains animaux (notamment sur le plan de la toilette et des pratiques alimentaires). Ainsi, grâce à ses piquants qui le protègent de la saleté extérieure, le hérisson est propre et il aurait même des vertus thérapeutiques. Par son mode de vie et sa psychologie, le hérisson serait donc un peu le Tsigane du règne animal…

Pour en savoir plus :

Hérisson oriental

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
“Nous, on n’en parle pas.” Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
* “Les ‘compagnons du buisson’. Le hérisson au pays des Tsiganes” , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Urba-Rom, la revue Études Tsiganes.

Mémoire et Histoire

” La mémoire est la faculté humaine de retenir des éléments du passé ; à ce titre, tout rappor…

” La mémoire est la faculté humaine de retenir des éléments du passé ; à ce titre, tout rapport au passé repose sur la mémoire. Le mot a cependant pris un sens plus restrictif, depuis quelques dizaines d’années, pour s’opposer à « histoire » ; il se réfère alors, de manière un peu vague, au rapport que l’individu entretient avec un passé personnel, alors que l’histoire se voit décrite (et parfois dédaignée) comme un discours impersonnel, froid, sec, abstrait, qui ignore le vécu humain. […] L’histoire, laïque et universaliste, analytique et critique, peut faire de la mémoire et des commémorations l’un de ses objets, mais, sur le plan idéologique, elle ne peut que s’y opposer : « La mémoire est toujours suspecte à l’histoire, dont la mission vraie est de la détruire et de la refouler »” in Terrain n°25*.
La mémoire est-elle condamnée à rivaliser avec l’histoire ? L’histoire a-elle, seule, le monopole de la vérité ? Et doit-elle nécessairement combattre la mémoire ?

Pour en savoir plus :

La mémoire a un double visage parce qu’elle fait communiquer le passé avec l’avenir

Des articles :
* « La mémoire devant l’histoire », Tzvetan Todorov, Terrain n° 25, Des sports.
« Les clichés de la Grande Guerre. Entre histoire et fiction »
, Yves Pourcher, Terrain n° 34, Les animaux pensent-ils ?
« Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Arlette Farge, Terrain n° 38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« Faire et défaire les “monuments” »
, Berardino Palumbo, Terrain n° 36, Rester liés.
« Berlin : mémoires entrecroisées », Emmanuel Terray, Terrain n° 29, Vivre le temps.
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne-Christine Taylor, Terrain n° 29, Vivre le temps.
« Quand la mémoire resurgit », Jennifer Cole, Terrain n° 29, Miroirs du colonialisme. 
« La mémoire autobiographique et le Soi »
Maurice Bloch,  Terrain n° 52, Être une personne.

• Sites et blog :
Carte interactive des lieux d’histoire et de mémoire.

• A faire :
Maison de l’histoire de France.

Journée de la femme 2012

« Investissons dans les femmes rurales, éliminons les discriminations dont elles sont victimes en dr…

« Investissons dans les femmes rurales, éliminons les discriminations dont elles sont victimes en droit et en pratique, veillons à ce que les politiques répondent à leurs besoins, garantissons leur le même accès aux ressources qu’aux hommes et accordons-leur un rôle à jouer dans la prise de décisions. » M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies. Le thème officiel de cette journée de la femme est l’autonomisation des femmes rurales et leur rôle dans l’éradication de la pauvreté. Cette journée est l’occasion de revendiquer l’égalité et de faire un bilan sur la situation des femmes aujourd’hui dans les différentes sociétés.
« On ne naît pas femme : on le devient. Aucun destin biologique, psychique, économique ne définit la figure que revêt au sein de la société la femelle humaine ; c’est l’ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu’on qualifie de féminin. Seule la médiation d’autrui peut constituer un individu comme un Autre. En tant qu’il existe pour soi l’enfant ne saurait se saisir comme sexuellement différencié. Chez les filles et les garçons, le corps est d’abord le rayonnement d’une subjectivité, l’instrument qui effectue la compréhen­sion du monde : c’est à travers les yeux, les mains, non par les parties sexuelles qu’ils appréhendent l’univers. » Simone de Beauvoir in Le deuxième sexe, 1949.
Est-ce si simple ? Si l’héritage socio-culturel est indéniable, peut-on réellement nier la réalité biologique ? Et la différence entre les sexes ? Mais cette différence interdit-elle l’accès à l’égalité ? Et comment réaliser l’égalité malgré les différences ?

Pour en savoir plus :

Un livre :
“Masculin-féminin. L’écriture domestique”, Bernard Lahire in Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Sous la direction de Daniel Fabre.

•Des articles :
« L’égalité : une vaine quête ? Hommes, femmes et congé parental en Suède », Sara Brachet, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Le déploiement du genre », Erving Goffman, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« ”Nouveaux pères” et “dernières épouses”. Les formes de la parenté en France à travers le droit de la famille (1999-2003) », Valérie Feschet, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

•Sites et Blogs :
La journée de la femme, ONU femmes, le nouveau manifeste des féministes, le manifeste de 1971, observatoire des inégalités, observatoire de la parité, histoire de la lutte  des femmes pour leurs droits.

A faire :
La journée de la femme, le 8 mars 2012.

En pays kanak

L’existence de la civilisation kanak a été révélée au monde occidental le 5 septembre 1774, lo…

L’existence de la civilisation kanak a été révélée au monde occidental le 5 septembre 1774, lorsque les habitants de ce qui sera bientôt appelé Nouvelle-Calédonie accueillirent le capitaine Cook et son équipage. Moins d’un siècle plus tard, en 1853, la France s’emparait de l’archipel calédonien et les Mélanésiens devenaient des “indigènes”. Territoire d’outre-mer depuis 1946, la Nouvelle-Calédonie a connu entre 1984 et 1988 des évènements marquants dont la prise d’otage de 30 gendarmes par un groupe d’indépendantistes kanak en 1988.
Un processus d’autonomisation est engagé depuis, avec la signature des accords de Matignon en 1988 et des accords de Nouméa en 1998.
Forts de l’histoire plus que millénaire de leur changements sociaux, meurtris mais enrichis par l’expérience de la colonisation, les Kanak n’ont cessé d’inventer des solutions aux problèmes soulevés par les mutations, imposées ou choisies.

Pour en savoir plus :

Les Popinées, Yvette Bouquet

Un livre :
En pays kanak. Ethnologie, linguistique, histoire, archéologie de la Nouvelle-Calédonie. Sous la direction de Alban Bensa & Isabelle Leblic

Sites et blog :
Centre de recherche sur l’Océanie, Centre Culturel Tjibaou, Groupe de recherche sur les enjeux sociaux en Nouvelle-CalédonieSolidarité Kanaky.

A voir :
“L’Ordre et la Morale”, film de Matthieu Kassovitz, 2011.