Tournée Africaine du premier ministre Recep Tayip Erdoğan : quand anti-impérialisme rime avec capitalisme

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’an…

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’année, consacrée à l’Afrique de l’Ouest. Entre le 6 et le 11 janvier 2013, il s’est ainsi rendu au Gabon, au Niger et enfin au Sénégal, accompagné du Ministre de l’économie Zafer Cağlayan, du vice-premier ministre Bekir Bozdağ, de quelques parlementaires et d’une délégation de près de 300 hommes d’affaires. Ce signal fort donné à l’Afrique s’inscrit dans la continuité d’une offensive diplomatique africaine de la Turquie initiée en 1998 avec le programme d’ouverture de l’Afrique et réellement mise en œuvre à partir de 2005 par l’AKP au pouvoir (voir nos éditions des 16 septembre et 11 octobre 2012)

Ces visites sont avant tout placées sous le signe du commerce. Le premier ministre turc a rappelé son objectif ambitieux d’atteindre 50 milliards de dollars de volume d’échanges commerciaux avec l’Afrique en 2015, contre 17,5 milliards en 2011 (comprenant un volume d’exportations turques qui s’élevait en 2011 à 12,1 milliards de dollars). Il prévoit de poursuivre l’accélération exponentielle des échanges commerciaux entre les partenaires entamée en 2002. À cette époque, ceux-ci ne représentaient que deux milliards de dollars. Recep Tayip Erdoğan s’est donc rendu en Afrique entouré de plus de 300 hommes d’affaires afin de signer des contrats dans des secteurs tels que le bâtiment, le textile ou l’électronique. Au Gabon, au Niger et au Sénégal, le premier ministre et ses ministres ont participé à des sommets commerciaux bilatéraux qui étaient organisés pour l’occasion par deux syndicats turcs proches du gouvernement et qui se sont lancés à l’assaut de l’Afrique, la MÜSIAD et TUSKON. Il a notamment appelé de ses vœux la formation d’une chambre de commerce turco-gabonaise comparable à celles existant déjà dans 16 pays d’Afrique. Le Gabon, comme le Niger, possède en effet des réserves pétrolières importantes, et la Turquie s’y intéresse d’autant plus qu’elle cherche actuellement à diversifier ses approvisionnement. En effet, ses relations avec Moscou et Téhéran, ses deux principaux fournisseurs énergiques sont de plus en plus incertaines du fait de la crise syrienne et du dossier nucléaire iranien. C’est ainsi que le Niger exporte déjà du pétrole vers la Turquie même si les volumes sont encore très faibles.

À côté des négociations commerciales, des cérémonies protocolaires incontournables à toute tournée diplomatique ont eu lieu. Ainsi, une ambassade turque a été inaugurée au Gabon. Elle fait partie des 19 ambassades et consulats turcs mis en place en Afrique depuis 2009, établissant leur nombre à 31. Une médaille d’État a été remise à Recep Tayyip Erdoğan par le Président nigérien Issoufou. Enfin, comme à chaque visite diplomatique en Afrique, une visite officielle a été organisée dans les écoles turques (voir notre édition du 23 août 2010) du pays. À Niamey, l’épouse du premier ministre turc s’est rendue dans une école turque de la capitale. Ces écoles, fondées par des disciples du mouvement de Fethullah Gülen (voir le numéro de la revue Birikim qui lui est consacré) sont reconnues lors des visites officielles comme une partie intégrante de la présence turque en Afrique.

Sur le plan diplomatique, le premier ministre turc a profité de cette visite pour mettre l’accent sur la dimension égalitaire des rapports turco-africains et la sympathie de la Turquie pour la cause des pays les moins développés en déclarant notamment : « la Turquie ne vient pas en Afrique dans une logique coloniale mais bien dans une perspective de bénéfices mutuels fondés sur le respect ». En effet, le premier ministre a qualifié le Sénégal – qui a vécu en 2012 une alternance politique tendue mais réussie ayant amené au pouvoir le président Macky Sall – de « centre de démocratie et de sérénité en Afrique ». Il en a également profité pour égratigner à nouveau l’image des partenaires occidentaux de l’Afrique, notamment au Sénégal. En visite à l’île de Gorée près de Dakar, qui fut pendant la période esclavagiste  la plate-forme du commerce triangulaire de millions d’esclaves africains, celui-ci a déclaré  « Vous voyez, c’est ça l’impérialisme occidental. Ils ont fait cela par cruauté ». La dimension religieuse a aussi été l’une des données de ce rapprochement turco-sénégalais : alors que le premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye avait mis en avant le profil similaire de ces deux pays à la fois musulmans et démocratiques, Recep Tayyip Erdoğan quant à lui, tentant de créer une histoire commune, a fait le récit de tirailleurs sénégalais combattant pour la France contre l’Empire Ottoman dans les Dardanelles en 1915, qui, ayant entendu l’appel à la prière, auraient abandonné les armes pour aller prier et refusé de combattre contre « leurs frères » ottomans.

                 En fin de compte, par la posture qu’il a adoptée au cours de cette tournée africaine, Recep Tayip Erdoğan a une fois de plus manié l’art du paradoxe, tenant un discours anti-impérialiste où il  présente la Turquie comme un pays du Sud se situant du côté des opprimés face aux occidentaux, alors même qu’il dirige un gouvernement d’inspiration libérale qui mène en Afrique une offensive avant tout commerciale. Pourtant, ce discours à la fois inclusif dans le Sud et distancié par rapport aux puissances occidentales est une stratégie jusqu’à présent payante qui a permis au gouvernement turc de donner une image positive de la Turquie en Afrique tout en continuant à nouer des relations d’affaires. Mais jusqu’à quand cette posture sera-t-elle tenable ?