Géographie des relations diplomatiques turco-africaines

Un billet récent faisait un bref bilan du développement des partenariats diplomatiques et économique…

Un billet récent faisait un bref bilan du développement des partenariats diplomatiques et économiques établis entre la Turquie et les pays d’Afrique subsaharienne (cf. édition du 16 septembre 2012). Cette fois-ci, nous proposons à nos lecteurs un regard cartographique de la situation, assorti d’un commentaire étayant les choix que nous avons opérés dans la sélection des données représentées.

La diplomatie est représentée graphiquement de deux manières : d’une part un gradient de jaune représente les pays africains ayant ouvert des représentations diplomatiques en Turquie (ambassades, consulats et consulats honoraires) ; de l’autre, des figurés ponctuels expriment les représentations diplomatiques de la République Turque (ambassades et consulats) et les visites effectuées par la présidence et le premier ministre en Afrique subsaharienne. Nous pouvons donc voir, d’une part, quels sont les pays les plus impliqués dans des relations diplomatiques bilatérales avec la Turquie, d’autres part, quels sont les pays où la Turquie a le plus développé sa diplomatie. Avoir choisi de représenter les visites de la présidence et du premier ministre dans la région semble restrictif, mais répond à la volonté de ne pas surcharger la carte. Qui plus est, la représentation des visites officielles par les plus hautes fonctions dessinent des régions sur la carte qui recoupent celles mises en avant par la figuration des représentations diplomatiques.

En effet, quatre zones de prédilection pour l’exercice de la diplomatie turque se dessinent. La première zone située à l’Est de l’Afrique (Corne de l’Afrique et Est) est la plus vaste (Soudan, Éthiopie, Somalie, Kenya et Tanzanie) ; la seconde est constituée par trois pays du Nord-ouest africain (le Sénégal, la Gambie et la Mauritanie) ; la troisième épouse les contours du golfe de Guinée (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Cameroun et Gabon) ; enfin, la quatrième zone, située en Afrique centrale est constituée par un grand pays (La République démocratique du Congo) et deux plus petits pays de la région de lacs (Ouganda, Rwanda). Notons également l’intensité des rapports avec l’Afrique du Sud, pays qui se situe au sud d’un ensemble d’Etats qui sont en retrait dans la coopération avec la Turquie (Angola, Namibie, Zambie, Botswana, Zimbabwe et dans une moindre mesure le Mozambique). Un arc de cercle allant de Bangui à Monrovia en passant par N’Djamena, Niamey, Ouagadougou et Bamako représente également une région où les relations sont plus faibles, bien que la Turquie ait récemment développées des relations diplomatiques avec les pays du Sahel.

Les villes desservies par la compagnie nationale Turkish Airlines sont de plus en plus nombreuses. Élue meilleure entreprise aérienne européenne en 2012, cette compagnie n’a cessé d’étendre son réseau en Afrique subsaharienne, répondant ainsi à une logique entamée par la politique extérieure d’Ankara. Turkish Airlines se rend désormais dans 18 pays africains avec l’ouverture récente de nouvelles lignes à Nouakchott et Abidjan. Un des objectifs est d’améliorer le service de fret aérien dans la région ; jusqu’à présent la compagnie possède trois bureaux dans la région (Addis-Abeba, Johannesburg et Lagos). On constate que les zones les mieux desservies sont les zones précédemment citées (Nord-ouest,  Corne de l’Afrique, Golfe de Guinée).

Nous avons choisi de faire figurer sur cette carte les bureaux de l’agence nationale de développement TIKA (Türkiye İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı), implantés au Sénégal et dans deux pays de la Corne de l’Afrique (le Soudan et l’Éthiopie), afin d’illustrer le caractère résolument coopératif de la diplomatie turque dans la région. Cette agence nationale dont les activités se déploient dans 37 pays africains participe à la mise en place des plans de développement relatifs aux techniques agricoles, aux infrastructures sociales mais aussi à la mise en œuvre de l’aide humanitaire turque. D’après les chercheurs Mehmet Özkan et Birol Akgün, la politique extérieure de l’AKP a été amplement influencée par les pratiques de la société civile et notamment d’ONG telles que İHH (İnsan Hak ve Hürriyetleri, Fondation des droits de l’Homme et des libertés, ONG islamique ayant affrété le navire Mavi Marmara en 2010) ou encore Kimse Yok Mu Derneği (Association « Il y a quelqu’un ? », créée après le tremblement de terre de 1999, ayant pris pour nom l’appel traditionnel des sauveteurs à la recherche de rescapés dans les décombres). Bien que l’impact de leurs actions dans la région soit essentiel, il nous est difficile de représenter la présence de la société civile en Turquie, qu’il s’agisse des ONG, des syndicats patronaux (TUSKON) ou des écoles turcophones fondées par le réseau des Fetullahçı (cf. article du  23 août 2010)

Enfin, la figuration des bureaux de l’agence de presse nationale (Anadolu Ajansı) n’était pas essentielle à l’élaboration de la carte, cependant, cette agence officielle fondée par Atatürk en 1920 continue d’avoir une politique liée à celle d’Ankara. Son directeur général, Kemal Öztürk, a récemment invité le sénégalais Amadou Mahtar Ba, directeur de l’agence panafricaine Initiative pour les Médias d’Afrique (AMI), dans les locaux de l’agence de presse Anadolu. Lors de cette entrevue, Kemal Öztürk a été invité au Forum des médias africains qui se tiendra à Dakar au mois de novembre 2012. Il a également exprimé les intérêts qu’il voyait à développer les partenariats en Afrique subsaharienne, région où une antenne a récemment été ouverte en Afrique du Sud : « Nous avons désormais des équipes dans 20 pays arabes. Le monde arabe est ainsi informé de l’actualité turque en langue arabe, et la Turquie est ainsi mieux informée de l’actualité dans ces pays. Dans les prochaines années, nous souhaitons développer notre présence en Afrique. A cet égard, nous prêtons un vif intérêt à la langue swahili ». Le directeur de l’agence évoque ainsi ce qu’Ahmet Davutoğlu appeler de ces vœux : une meilleure compréhension et connaissance de l’Afrique en Turquie et de la Turquie en Afrique.

Nicolas Fait