Ces corps qui parlent 2. La petite vertu discursive des Femen

Il n’est pas facile, contrairement à ce que l’on croit, d’être et surtout de reste…

Il n’est pas facile, contrairement à ce que l’on croit, d’être et surtout de rester en colère. C’est un état douloureux : car rester en colère, c’est nous souvenir sans cesse de ce que nous voulons, de ce que nous devons oublier au moins par moments pour pouvoir survivre : que nous sommes, nous aussi, des humiliées et des offensées (Christine Delphy, “Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles”)

Seuls les hommes voient qu’ils sont nus (Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception)

J’ai intitulé ce billet “La petite vertu discursive des Femen” pour souligner les deux points qui accrochent mon analyse discursive. Petite vertu, qui est, dans la locution femme de petite vertu, l’expression sexiste et immémoriale qui a longtemps désigné la prostituée, veut resignifier l’usage militant et même guerrier du corps publiquement déshabillé par les activistes sextrémistes : petite vertu mais grand combat. Vertu discursive formule le positionnement du discours des Femen dans les environnements sociaux et politiques : leur intention étant de lutter contre toutes les formes de patriarcat et d’oppression des femmes, elles investissent des lieux intensément normatifs, espaces religieux, juridiques, sportifs, souvent masculins, où leur discours est à la lettre, inacceptable, le plus souvent sur le plan moral, et d’ailleurs, inaccepté.

Les “Amazones de Kiev”

Les Femen sont entrées dans le paysage politique international en 2008. Ce groupe d’activistes féministes a été fondé à Kiev en 2008 par Anna Hutsol, la  présidente actuelle, qui dit s’inspirer de l’ouvrage du socialiste allemand August Bebel, La Femme et le socialisme (1881). Le groupe compterait actuellement 300 membres répartis dans plusieurs pays, dont la France et le Brésil. Il est doté d’une bonne communication sur le web : le site ukrainien d’origine possède une version en anglais et en russe, les groupes ont des pages Facebook actives (France, Tunisie, Italie, Brésil, Égypte…). Les Femen ont également plusieurs comptes Twitter (Ukraine, France…), un compte Flickr. Elles sont donc très présentes sur les réseaux sociaux, diffusent leurs actions et manifestations, et ont gagné une forte visibilité dans les médias. Leurs performances sont largement relayées, ainsi que leurs actions politiques : manifestation sous les fenêtres de Dominique Strauss-Kahn, intervention au forum de Davos, action sur La Vénus de Milo au Louvre, intervention contre le groupe Civitas lors de la “Manif pour tous” de novembre 2012, manifestation au procès des viols collectifs de Fontenay-sous-Bois, etc. On parle à leur propos de féminisme de quatrième génération et leurs méthodes font l’objet de débats réguliers, portant sur leur nudité publique et ce qui est considéré comme la violence de leurs attaques.

Capture d’écran 2013-02-27 à 22.37.46

Les Femen m’intéressent depuis longtemps pour ce corps-discours qu’elles promènent dans le monde entier et qu’elles opposent à tous les symboles de la domination masculine et de l’oppression des femmes. Elles produisent une prise de parole singulière, un langage composite fait de mots, de chair, de fleurs et de cris. Ces discours tirent une grande partie de leur efficacité de leur diffusion virale sur le web : comme les dedipix des femmes violées dont je parlais dans le billet précédent, ces paroles reconfigurent le discours des femmes et leur rapport à leur corps et leur sexualité par les effets de présence du web.

Un corps-sujet politique

Le corps inscrit des Femen les construit en sujets politiques parlants. Cette construction s’accomplit à travers un double déplacement du corps féminin : déplacement hors de la place prescrite à la femme, ukrainienne à l’origine (foyer ou bordel, selon leur dénonciation) et déplacement hors de l’apparence extérieure prescrite à la femme (habillée pour séduire ou se cacher, ou dénudée selon les exigences du regard masculin). Par ce double déplacement, elle usent de cette puissance d’agir définie par Judith Butler : elles proposent une redéfinition sémiotique du corps des femmes dans les sociétés du 21e siècle, corps qui désormais, à demi-nu et coiffé de couronnes de fleurs, se fait écritoire et gueuloir. J’insiste sur ces trois éléments du dispositif sémiotique que les Femen construisent “sur le site” de leur corps, selon l’expression de Judith Butler là encore : la semi-nudité inscrite (il n’y a quasiment pas de manifestations où les Femen sont simplement à demi-nues, leur nudité est quasiment toujours inscrite), la production de cris et hurlements, et le port, moins fréquent ces derniers temps, de la fameuse couronne qui emporte avec elle toute une symbolique nationale tournant autour de la protection et de la guerre. Ne voir dans les Femen que “des femmes à poil” me semble rendre compte de manière inexacte de ce signifiant complexe que constitue leur corps. Il faut au contraire lire cette nudité comme un discours.

Capture d’écran 2013-02-27 à 22.40.42

Le discours de la nudité. Il y a plusieurs lectures possibles de cette nudité. Dans un texte intitulé “« Femme(s) à poil » : c’est quoi le problème ?“, Muriel Salle propose de suivre l’interprétation qu’en donne le philosophe Francis Métivier : la nudité comme monstration d’une fragilité, ayant pour effet d’aiguiser la violence, des hommes en particulier (et, tout particulièrement, des membres de Civitas) et finalement de les prendre au piège de leur violence sexiste. Je ne partage pas cette vision, qui me semble d’ailleurs reposer sur un certain sexisme (la nudité de la femme assimilée à sa fragilité relève du cliché, et je ne suis pas sûre qu’un homme nu serait lu comme “fragile”). Cela pour une raison précise : ce n’est pas ce qu’elles disent. Ce qu’elles disent, j’y reviens plus bas à propos du sextrémisme, c’est qu’elles utilisent leur nudité comme une arme, comme le moyen d’un activisme destiné à destituer le pouvoir masculin. Le mieux, pour interpréter le discours ou le comportement d’un sujet, est peut-être d’écouter d’abord ce qu’il en dit. Mais Muriel Salle abandonne assez vite cette idée dans son propre texte et reprend une autre analyse de Métivier : l’idée que la nudité des Femen a un visage, au sens lévinassien du terme (pour Levinas, le visage de l’autre m’engage et m’en rend aussitôt responsable). Selon elle, 

c’est parce que les Femen donnent un visage aux corps féminins dénudés qu’elles font œuvre politique, parce qu’ainsi la femme nue n’est plus seulement objet sous les regards, elle (re)devient sujet politique revendiquant, sujet agissant. Et il semblerait qu’on ait donc un problème persistant avec ça : les femmes ont une capacité d’agir, c’est même ce qui fonde en bonne partie leur statut de sujet, et au-delà leur statut de citoyennes par exemple (Salle 2012).

Là, je suis bien d’accord, et on est loin de la fragilité imaginaire de nos sextrémistes surentraînées. J’ajouterai, à titre d’hypothèse un peu trop analogique sans doute, que cette nudité agissante retourne, resignifie une ancienne nudité honteuse de la femme adultère, promenée nue dans les rues du Moyen Âge en Europe, et dans celles de notre contemporanéité dans certains pays (L’Inde par exemple, selon Claude Guillon dans Je chante le corps critique). Ce qui est plus certain, en revanche, c’est l’inscription de la nudité des Femen dans la tradition du “nu manifeste” (Claude Guillon) à partir des années 1960. Cette tradition est toujours peu ou prou fondée sur le retournement du stigmate car ”les manifestant(e)s nu(e)s retournent contre la société ou telle de ses parties la stigmatisation que la morale dominante leur inflige” (Guillon 2008). C’est exactement dans cette perspective qu’Inna Schevchenko décrit le sextrémisme dans une interview

Se réapproprier son corps, son sexe, est la seule clé possible pour tendre vers la liberté et en finir avec cette oppression malsaine. La nudité féminine détachée du système patriarcal devient alors le symbole de la libération des femmes : nos corps deviennent des armes et s’imposent comme une nouvelle voix, une transformation du féminisme. Nous sommes nues car nous sommes féministes (07.02.2013).

On peut aussi l’écouter dans une rencontre à Sciences po où elle développe cette position. Par cet activisme sextrémiste, les Femen disent qu’elles ne répondent pas à l’assignation, à l’assujettissement des femmes. Elles construisent un corps inassujettissable, qui est le corps-discours du refus de l’assignation à des places prescrites et dominées. 

Bare_breasts_are_our_weapons_crop“Nos seins nos armes”. Les Femen ne militent ni avec leurs dos, ni avec leurs fesses, ni avec leur têtes couronnées. La partie du corps qui symbolise la lutte par le corps est la poitrine (et dans une moindre mesure le ventre), qui a fait couler autant d’encre qu’elle a occasionné de censures diverses (au nombre desquelles il faut signaler la manière dont Facebook masque leurs mamelons par floutage ou pastillage). Anna Hutsol explique l’usage des seins de la manière suivante : ”Ça ne me plaisait pas, mais j’ai compris beaucoup de choses : pour qu’une organisation soit entendue, elle doit être populaire. Il faut susciter des émotions, de l’excitation. Les gens s’intéresseront toujours plus à la couleur des culottes de TinaKarol qu’aux conférences sur le féminisme” (Interview dans Le Monde). Cet intérêt est à double tranchant, et les Femen sont parfois réduites à leurs seins : “Une paire de seins nus et des slogans hurlés très forts” lit-on comme sous-titre dans cet article de FranceTvInfo, “toute poitrine dehors” dans cet autre du Monde ; “est-ce que le public y voit autre chose que des seins“, se demande-t-on ailleurs. Alors ? seulement des seins ? La réponse est évidemment dans l’interaction, dans le dialogue entre le montré et le vu, dans l’interprétation et la signification. Dans un article sur la nudité dans les performances artistiques, K.E. Toepfer écrit : “nudity in performance is complete only to the degree that the spectator sees, not the fact that the performer is “really” naked, but actions in which the “real” body of the performer is signified by the exposure of the performer’s genitals” (Toepfer 1996). Dans le cas des Femen, leur corps réel est effectivement signifié par l’exposition de leurs seins, et, d’une certaine manière, mais en dehors des réductions précédentes, oui, elles ne sont que des seins, car les leurs signifient le corps féminin en lutte. Une sorte de corps-seins. Et Inna Schevchenko n’hésite pas à articuler ce corps-seins des Femen et la démocratie : 

Femen essaie d’apporter une nouvelle vision du féminisme, où le corps, au travers de la nudité, devient un instrument actif pour confronter les institutions patriarcales – comme l’église, les sociétés dictatoriales et l’industrie du sexe. Nous avons développé une technique que nous appelons sextrémisme. C’est un nouveau type d’activisme féminin qui est, certes agressif, mais encore non-violent, provocateur mais délivrant un message clair. Le sextrémisme ne nous permet pas seulement de soulever les problématiques auxquelles les femmes sont confrontées, mais permettent aussi de prendre la température, de se rendre compte du degré de libération des femmes dans chaque pays. Ce “sexist-style” est une manière de casser les notions patriarcales concernant la nature des femmes et de laisser place à une grande lutte révolutionnaire. Nous avons organisé des manifestation topless dans de nombreux pays : certaines personnes nous saluent et nous respectent, mais nos activistes ont déjà été frappées, kidnappées ou emprisonnées. Femen est une action permettant de tester réellement la démocratie. Go out! Undress! Win!

C’est également ce qu’illustre le documentaire de Caroline Fourest et Nadia El Fani, Nos seins nos armes, qui sera projeté dans quelques jours, le 5 mars, sur France 2 (ici quelques extraits). 

On a parfois comparé la figure de la Femen à la Marianne de Delacroix. Les analogies sont toujours piégées par l’anachronisme et la tendance à la mise en série, qui empêche l’observation d’un phénomène dans sa singularité. Mais en tout cas, il y a dans ces figures de femmes qui combattent avec leur nudité quelque chose de guerrier, qu’elles revendiquent d’ailleurs, en communiquant beaucoup sur leur “entraînement” : elles parlent, et les médias leur emboîtent le pas, de “camp d’entraînement” et de création d’une “armée” pour le relais qu’elles ont ouvert en France au Lavoir moderne parisien. En solidarité avec les Pussy Riot, Inna Schevchenko, armée d’une tronçonneuse, a scié une croix en Ukraine, ce qu’elle relate dans un vocabulaire guerrier (“nous sommes des soldats”). Et sur le compte Facebook de Femen France, on trouve une citation de Moïra Sauvage (auteure de Guerrières ! À la rencontre du sexe fort, paru en 2012), accompagnée d’une photo de deux Femen couronnées. Elles proposent donc une lecture de la couronne de fleurs en symbole royal, et l’inscription de la figure féminine combattante qu’elles dessinent, photographie après photographie, performance après performance, dans le paradigme de la reine guerrière.

Des corps-discours composites

Les inscriptions corporelles sont brèves et sloganisées, en russe, anglais ou dans les langues des pays où les Femen interviennent. Les lieux d’inscription sont le plus souvent le buste, le ventre et les bras, et la graphie conforme à un style à peu près stable depuis la naissance du groupe en 2008 : couleur noire, capitales, typographie grasse. Les membres du groupe réalisent mutuellement leurs inscriptions au pinceau et, parfois, des peintures colorées : les seins peints en jeune et bleu forment un motif particulier, emblème de la “marque” Femen qui est d’ailleurs commercialisée sous la forme des boobsprints, mais l’ensemble du corps peut être peint, comme sur l’illustration ci-dessous à l’occasion de la manifestation de soutien au mariage pour tous en janvier 2013. Dans ma perspective (celle de la linguistique symétrique, qui suppose un continuum entre le langage et ses “extérieurs”) le corps n’est pas un simple support sur lequel des slogans seraient écrits, mais le milieu dans lequel les inscriptions se réalisent : on a un corps-écriture, où le corps est constitutif de l’écriture et où l’écriture est constitutive du corps. Il s’agit d’une matière langagière composite ou assemblée : du corps est assemblé avec autre chose que du corporel, du langage est assemblé avec autre chose que du langage. Il est alors dénué de sens d’extraire les énoncés des corps, pour se livrer à une étude hors contexte, thématique ou syntaxique par exemple : ce sont les corps inscrits qui sont destinés à être lus en circulant dans les médias et les réseaux en ligne, et non seulement les discours.  Le corps-discours des Femen, comme les discours en ligne que j’étudie par ailleurs, me semblent des arguments forts pour une redéfinition de l’objet de la linguistique, qui ne peut plus demeurer dépendant de l’affirmation saussurienne de la langue pour elle-même.

Mais si ces corps-discours ne tolèrent pas d’observation décontextualisée, alors il faut également intégrer les cris et hurlements qui accompagnent les performances et manifestations des sextrémistes. Nudité, discours, couronnes et hurlements constituent un ensemble sémiotique composite que l’on peut voir comme le lieu et l’instrument tout à la fois d’une pratique discursive politique. Les nombreuses vidéos des opérations des activistes le montrent amplement : attaque des opposants au mariage pour tous et en particulier des membres de Civitas, performance à Notre Dame pour marquer la démission de Benoît XVI, attaque de Silvio Berlusconi à la sortie de son bureau de vote. À Notre-Dame, elles ne sont pas seulement nues et inscrites, mais hurlantes, et elles font même sonner les cloches : c’est une dimension insuffisamment notée, les seins obnubilant tous les journalistes, hommes ou femmes d’ailleurs. Mais ces seins-là ont aussi des voix, et les cris participent du dispositif de transgression de l’ordre du discours.

La réception des manifestations témoigne du mode de perception de cet ensemble : la réduction dévalorisante aux seins mentionnée plus haut distingue par exemple une partie du corps en soi et ne l’englobe pas dans le système sémiotique d’ensemble, ne l’intégrant pas au discours, et vice versa. Cela confirme bien à quel point les productions de discours, de corps-discours en l’occurrence, sont contextualisées, et ne peuvent être reçues que selon les environnements et les cadres culturels et cognitifs des récepteurs.

Capture d’écran 2013-03-02 à 22.48.02

Le choix de la non-vertu discursive

Cette contrainte est particulièrement importante pour expliquer les effets produits par les corps-discours des Femen et le statut qu’ils possèdent dans l’ensemble des discours sociaux. Ces effets, qu’ils soient bien ou mal reçus, ont toujours à voir avec la transgression, et déclenchent en général des événements discursifs moraux, c’est-à-dire la production de discours qui formulent une indignation, un rejet, une critique d’ordre moral, faisant appel à des notions comme la correction, la décence, voire les bonnes mœurs, souvent articulées avec des valeurs esthétiques. La performance à Notre-Dame de Paris déclenche des discours particulièrement marqués par une axiologie forte, en particulier sur l’axe moral. Dans un pamphlet publié sur Le plus (rédaction web du Nouvel Observateur), le journaliste politique Bruno Roger-Petit déclare qu’elle a permis de “lever l’hypothèque qui pesait sur la vertu démocratique de ce groupuscule”, mentionne les “méthodes d’expression politique outrancière” de ce “groupuscule”, et déclare : “Là est l’erreur, la faute même, des Femen”. Plus loin, il écrit des lignes particulièrement chargées d’axiologie morale :

En exhibant leur pauvre et pathétique vulgarité, leur triste et agressive nudité, leur affligeante et terrifiante indignité, leur terrible et abyssale inculture au sein de Notre-Dame de Paris, elles n’ont pas seulement injurié le pape, à l’institution catholique, elles s’en sont pris, aussi et surtout, à la spiritualité française, aux forces de l’esprit pourrait-on dire, qui habitent ces vieilles pierres taillées et sculptées par des inconnus il y a dix siècles pour la beauté du geste. […] 

Elles se sont comportées en dérisoires descendantes des sans-culottes et représentants de la Commune de Paris qui, en 1793, se livraient au pire débauches (pauvres amatrices de ce point de vue que les Femen, car à côté d’un Chaumette ou d’un Hébert, elles font un peu coincées dans le rapport aux choses du sexe) dans une Notre-Dame rebaptisée “Temple de la raison”, ce que Robespierre, du reste, (rendons lui justice sur ce point) désapprouvait, car il détestait l’athéisme sauvage et désordonné qui s’en prenait aux lieux de spiritualités [graphies conservées].

Philippe Moreau-Chevrolet, dans sa réponse à ce texte, ne s’y trompe d’ailleurs pas, qui commence son article par : “Faut-il brûler les Femen ?”, s’appuyant implicitement sur la figure de la sorcière. On est bien dans une condamnation morale qui convoque la mémoire discursive du sacrilège, du blasphème et de leur sanctions. Du côté des politiques, Manuel Valls confie “sa consternation” et condamne ”une provocation inutile”. Bertrand Delanoe émet pour sa part un jugement esthétique : ”Je réprouve un acte qui caricature le beau combat pour l’égalité femmes-hommes” (mais on peut se demander ce que le maire de Paris entend ici par “beau”). Le terme de provocation revient souvent dans l’ensemble des réactions au happening de Notre-Dame, et il contient une dimension normative forte puisqu’il désigne dans ce contexte un acte, un comportement répréhensible au regard de la loi ou de la morale.

Si ces discours d’indignation se tiennent, c’est qu’il existe dans les cadres individuels et collectifs une conception normative des discours, que j’appelle vertu discursive. Je la définis comme une disposition des agents-locuteurs (énonciateur et co-énonciateur dans un même processus) à produire des énoncés ajustés aux valeurs admises qui sous-tendent les jugements normatifs, dans un état donné de l’histoire d’une société selon les trois axes suivants : un ajustement à la décence discursive concernant les relations entre les agents ; un ajustement à la vérité du monde concernant la manière de dire l’état du monde ; un ajustement à la mémoire discursive dans laquelle se tissent les discours d’une société (Paveau 2012, 2013a à par.). Ce que disent les discours d’indignation, c’est que ceux des Femen sont particulièrement inajustés aux normes de décence discursive : les énoncés “Pope no more”, “Bye bye Benoît”, “Pope game over”, “Saved by the bell”, mais également les tenues dénudées dans une enceinte considérée comme sacrée, les cris et hurlements, les gestes “guerriers”. Ce que disent les Femen avec leur corps-discours ne se dit pas et ne doit pas se dire.

Les sextrémistes choisissent délibérément pour leurs performances des lieux où cet inajustement est maximal, et il me semble que c’est précisément cela qui caractérise leur discours. Le corps-discours des Femen est particulièrement non vertueux : ce sont des femmes de petite vertu discursive.

Références

Butler J., 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif [Excitable Speech: A Politics of the Performative], traduction de Charlotte Nordmann avec la collaboration de Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.
Guillon C., 2008, Je chante le corps critique : les usages politiques du corps, Paris, H&O.
Paveau M.-A., 2012, « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen 34, p. 95-115.
Paveau M.-A., 2013 (à par.), Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
Sauvage M., 2012, Guerrières ! À la rencontre du sexe fort, Arles, Actes Sud.
Toepfer KE, 1996, Nudity and Textuality in Postmodern Performance,  Performing Arts Journal 54, 18.3, p. 76-91.

Crédits
1. “Femen à Paris 31 mars 2012″, Joseph Paris, 2012, Wikimedia commons, CC
2. “We don’t want Euro 2012″, Femen Women’s movement, 2012, galerie du groupe sur Flickr, CC
3. “7 May 2010 FEMEN activists washed off Zoya Kosmodemyanskaya Monument to pay tribute to the women participated in the World War II“, FlickrWashed Zoya – tribute to Victory Day, 2010, Wikimedia commons, CC
4. “Femen Paris”, Joseph Paris, 2012, Wikimedia commons, CC
5. “Femen protest”, Joseph Paris, 2012, Wikimedia commons, CC
6. “GOGBOT 2012 – FEMEN Pussy Riot Tribute Night, foto: Roy te Lintelo”, PLANETART, 2012, galerie de l’auteur sur Flickr, CC
7. “Les Femen à la manifestation pour le mariage pour tous, à Paris, le 16 Décembre 2012″, Vassil, 2012, Wikimedia commons, CC
8. “God saves.d Femen!”, chilipeppered, 2013, galerie de l’auteur sur Flickr, CC
***
Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 3 mars 2013, “Ces corps qui parlent 2. La petite vertu discursive des Femen“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=11603, consulté le…

 Prochain billet : Ces corps qui parlent 3. Slutwalks. Salopes et fières de le dire

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Tour de cou et culture de guerre. L’affaire du foulard à tête de Ghost

En ce moment une photo déclenche de nombreuses réactions : celle d’un soldat français portant …

En ce moment une photo déclenche de nombreuses réactions : celle d’un soldat français portant un masque à motif de tête de mort sur son uniforme de combattant au Mali, dans le cadre de l’opération Serval. La description de cette photo et de son making of par un photographe de l’AFP est disponible sur de nombreux sites. J’en ai trouvé trois cadrages, très proches mais cependant distincts. Les réactions sont variées, mais s’organisent quand même autour des deux pôles de l’indignation ou de l’indifférence amusée voire complice. Comme souvent avec les images, celle-ci est décontextualisée, malgré la narration circonstanciée et un peu justificative du photographe, visant à soutenir qu’il n’y a pas eu de pose. La lecture de cette image est donc affaire d’interprétation, et chacun ne peut compter que sur ses connaissances d’arrière-plan, ses cadres culturels, ses savoirs, sa mémoire, ses croyances, un ensemble d’éléments que j’appelle les prédiscours.

Première interprétation, la plus massive, et la plus neutre émotionnellement car elle est juste identificatoire : le foulard anti-poussière du militaire est, lit-on partout, celui d’un personnage d’un jeu vidéo extrêmement connu et populaire, Call of Duty. Le personnage qui le porte, Simon “Ghost” Riley, est également une des figures les plus connues de l’univers du jeu de guerre. Cette identification, plutôt contestée par certains gamers, déclenche une indignation qui repose sur la fameuse opposition entre réel et virtuel : le jeu doit rester le jeu et la réalité doit rester la réalité, le lien entre les deux étant verrouillés par une étanchéité infranchissable. C’est le dogme du Digital Dualism. Tout franchissement entraîne le scandale, comme ici, ou la pathologie, comme le montre le discours récurrent sur la responsabilité des jeux en ligne sur la violence du monde, discours qui reçoit d’ailleurs, fort heureusement, des réponses aussi ludiques que convaincantes.

Deuxième interprétation, la plus négative : celles des internautes, rapportées de manière répétitive par les médias, par la mention systématique du verbe “glacer“, et celle du colonel Thierry Burkhard, relayant cette indignation au nom de la communication de crise du ministère de la défense : il s’agit selon lui d’une image inacceptable non représentative de la présence militaire au Mali, et cette interprétation repose, sans que ce soit explicite, sur la lecture de cette tête de mort comme un signe agressif, belliqueux, porteur de mort, mortel, donc. La même lecture, sans doute, ou à peu près, que cette interprétation cultivée de Quentin Girard dans Libération, qui convoque une peinture de Félix Nussbaum de 1944 dans la tradition européenne de la représentation picturale de la mort guerrière, ainsi que l’imaginaire sombre et menaçant de la Faucheuse, le côté obscur de la force française. On va donc tenter “d’identifier” le coupable qui sera sans doute puni.

Et puis il y en a une troisième, qui ferait appel à la culture de guerre, et qui n’exclut pas les deux précédentes d’ailleurs, mais qui souligne la dimension parodique de ce masque. Je connais peu la culture des gamers mais je connais assez bien celle des militaires. Dans l’armée, et surtout dans les troupes opérationnelles au sol dont fait partie ce soldat, il y a tout un répertoire d’images et de discours guerriers qui intègre des images de mort, donnée ou reçue, et il existe également une culture de groupe, reposant sur une exaltation parodique et souvent ironique de l’excellence guerrière, le “mytho”. Mytho (-mane ?) est une sorte de mot-vicaire qui désigne le guerrier (“ce type est un mytho”), ou qui qualifie les êtres et les choses (“dis donc, il est mytho ton foulard”) et qui désigne enfin cette culture elle-même. “Le mytho”, c’est une mise en scène exagérée des traits combattants, qui vise à construire le stéréotype du guerrier (et je dis bien guerrier, et non pas militaire, puisque la différence est grande entre ces deux catégories, la première faisant la guerre et la seconde faisant juste l’armée, si l’on peut dire, Claude Barrois en parle très bien dans Psychanalyse du guerrier, paru en 1991). Que le soldat photographié soit un légionnaire n’est d’ailleurs pas indifférent : les légionnaires ne se nomment pas des militaires ; le reste de l’armée, pour eux, c’est “la régulière”. Eux, sont légionnaires. Revenons au mytho : le mytho, par exemple, porte un chèche sur sa tenue civile, se fait faire une coupe cyrard excessive (complètement rasé derrière et une mèche un peu trop longue devant), se forge une démarche de combattant un peu chaloupée (forme de corpographèse), retaille ses treillis (héritage de Bigeard et de ses paras en Algérie), et emploie tous les mots de passe de la culture guerrière avec la voix et le débit “qui vont bien”. Et le mytho des années 2010, soldat et gamer, qui a vingt-vingt-cinq ans et qui joue à des jeux de guerre depuis qu’il est gamin, connaît bien la posture du guerrier (et peut-être pas la “pose”, comme s’en défend le photographe) et porte des foulards à tête de mort pour se protéger de la poussière quand un hélico a atterri. Le motif est banal, à la fois dans la culture des jeux mais également dans la culture ambiante : la tête de mort est partout, sur les bijoux dans Elle, sur les sacs dans Madame Figaro, sur les robes et les T-shirts et… sur les foulards des motards, très exactement des tours de cou, qui existent effectivement en modèle “Ghost”. Cette dernière lecture, qui est de plus en plus faite à l’heure où j’écris ce billet, ruine un peu les trois précédentes : et s’il ne s’agissait que d’un bout de tissu utile, et d’une autre culture ?

L’armée française a longtemps été en retard d’une guerre, mais maintenant elle me semble en retard d’une ou deux cultures : si le colonel d’état-major connaissait assez ses hommes pour avoir une idée de leur culture, il aurait pu tenir un discours un peu moins jugulaire et un peu plus intelligent sur le “signe” porté par ce soldat. On n’a pas d’information sur ce combattant, mais s’il s’inspire véritablement de Call of Duty, alors il navigue assez normalement entre deux univers : la culture du jeu de guerre, qui a sans doute contribué à faire de lui ce qu’il est, et la culture de guerre, qui n’est pas sans lien avec les poses et postures “mythos” des jeux de guerre. Il sait très bien faire la différence entre l’écran de son ordinateur et le sol poussiéreux du Mali. Mais il aime peut-être juste la moto.

Crédits : les trois photos sont de Issouf Sanogo, photographe de l’AFP, et je n’ai sans doute pas le droit de les reproduire. Mais soyons mytho.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Discours de place 1. Origines

À la fin de Penser avec, Penser contre, il y a ce morceau d’autobiographie intellectuelle de G…

À la fin de Penser avec, Penser contre, il y a ce morceau d’autobiographie intellectuelle de Gérard Noiriel, dont j’ai déjà parlé à propos des émotions scientifiques dans un billet rédigé pour L’infusoir. C’est une postface intitulée “Un désir de vérité”. Une phrase de Michelet est placée en exergue : “La difficulté n’est pas de monter, mais en montant de rester soi”. Gérard Noiriel y écrit, à la première page :

“En mettant en lumière les rapports entre mon expérience vécue et mon travail d’historien, je voudrais convaincre les lecteurs que la diversité des origines et des trajectoires sociales est nécessaire au développement intellectuel d’une nation. Ceux qui ont emprunté les chemins de traverse, qui ont résisté aux logiques académiques et aux habitudes de pensée qu’elles secrètent, possèdent un savoir précieux qui ne s’apprend pas dans les livres, mais au contact de la vie” (p. 249).

Je me souviens très bien de mon émotion à la lecture de ce texte, j’étais dans le métro, je pourrais dire sur quelle ligne et dans quel sens. Quelques années plus tard, j’ai croisé Noiriel dans un colloque, et je lui ai dit à quel point son texte m’avait touchée, et sans doute autorisée moi-même à l’autobiographie intellectuelle. Il a été curieusement absent, presque désagréable, et m’a à peine répondu. Je n’ai pas cherché d’explication à cette réaction ; j’ai peut-être dérangé un dispositif où la place du scripteur de l’intime ne rencontre pas celle du chercheur public ; et j’ai dû être sans doute la énième personne à dire pour la énième fois la même chose. C’est peut-être mieux comme ça, le souvenir de ce texte est ainsi resté intact. Il appartient pleinement à ce que j’appelle un discours de place. Je propose ici l’un des passages qui m’ont été le plus parlant, le plus traversant, celui du franchissement du seuil, selon la métaphore spatiale employée par Noiriel lui-même, qui est très précisément un changement de place : de la place de “rejeton des milieux populaires”, devant lequel tous les obstacles sont dressés, à celle du militant, militant politique, mais également militant du savoir.

“Franchir le seuil de la cité savante”

J’ai retrouvé une partie de cette émotion en lisant Retour à Reims de Didier Éribon. Une partie seulement, car le discours de place d’Éribon est moins émotif, plus analytique, déjà passé par le prisme sociologique. Je pense aussi qu’il y a entre ces deux voix la différence de la psychanalyse : Noiriel mentionne son expérience analytique ; Éribon l’absence de la sienne. La parole de Noiriel a, à mon oreille en tout cas, une épaisseur douloureuse que celle d’Éribon n’a pas. Mais la lecture est aussi un transfert, donc cette impression est assurément née de ce qui, dans la voix de Noiriel, a rencontrée la mienne.

“Ramener mes désirs au niveau de mes possibilités sociales”

Au début de Retour à Reims, il y a un texte sur la permanence de l’origine qui correspond exactement à mon sentiment ( p. 14-15) : 

Plus loin, un passage sur les déterminismes qui ont écrasé son père est proprement un discours de place, où le terme est d’ailleurs employé (p. 35) :

Les deux textes parlent des origines, origines d’où les deux chercheurs se sont arrachés, par la culture, la lecture, la pensée. Origines qu’ils ont pu mettre de côté ou oublier pendant un temps, mais que tous deux, environ au même âge d’ailleurs (53 ans pour Noiriel, 56 ans pour Éribon), et à l’occasion ou juste après le même événement (la mort du père), ont éprouvé le besoin de se rappeler et de décrire publiquement comme un élément constitutif de leur parcours de chercheur. Ces deux enfances sont différentes mais elles ont ce point extrêmement puissant en commun : le point des places que l’on quitte pour en occuper d’autres, chèrement acquises par d’austères études et de coûteux rejets. Places qui, dans ces deux cas, suivent des itinéraires socialement “montants”, et géographiquement analogues : de la province, Reims pour Éribon, et une “bourgade vosgienne”, puis alsacienne pour Noiriel, on “monte” à Paris, jusqu’aux lieux de reconnaissance universitaire, en particulier l’EHESS, où enseigne Noiriel et où Éribon a animé un séminaire important de 1998 à 2004.

Noiriel ne dit pas grand chose des réactions de son milieu d’origine à cette extraction par le haut. Il parle de ses deux frères ouvriers mais ne décrit pas le regard qu’ils portent sur lui. En revanche, Éribon souligne à plusieurs reprises la violence de sa mère par rapport à sa vie de parisien et d’intellectuel, l’incompréhension silencieuse de ses frères.

Les places ont une mémoire. Elles se rappellent qu’on les a quittées, elles gardent l’empreinte des êtres qui les ont occupées. Elles ne se laissent pas abandonner aussi facilement ; tout départ leur est une trahison. Quant à celles que nous avons prises et que, parfois, nous savons tenir, elles savent aussi d’où leur viennent leurs occupants. Autant tenir compte de la mémoire et du savoir des places.

Références

Éribon D., 2009, Retour à Reims, Paris, Champs Essais.
Noiriel G., 2003, Penser avec, penser contre. Itinéraires d’un historien, Paris, Belin.

Crédit : “Sous les pieds II”, Fontainebleau, octobre 2010, M.-A. Paveau

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 5 octobre 2012, “Discours de place 1. Origines“, La pensée du discours [Carnet de recherche], consulté le…

Prochain billet : Discours de place 2. Genres

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Linguistique et numérique 6. Les défouloirs du web

L’important, c’est de ne pas crever de rage (Roland Topor)

J’achève aujourd’…

L’important, c’est de ne pas crever de rage (Roland Topor)

J’achève aujourd’hui ma série d’été par une réflexion sur des lieux numériques aussi amusants qu’intéressants : les défouloirs. Si nous considérons internet comme une sorte de grande maison où nous avons le sentiment de nous installer, d’être chez nous, de recevoir, de faire des travaux ou même de déménager parfois, il est alors constitué de pièces, affectées à des usages (cette métaphore produite par les usagers a été analysée par A. Casilli par exemple dans Les liaisons numériques). Parmi elles, le défouloir, juste entre le boudoir et le fumoir, au bout du couloir… En ligne, le terme de défouloir recouvre deux choses : une page sur un site dédiée à une expression verbale qui est sortie des normes du discours acceptable, ou un site entier, dédié au soulagement, au défoulement, sur le mode verbal, à tout ce qui “ne se dit pas” dans la société, mais que l’on dit “quand même” ou “malgré” le sentiment d’inconvenance. Dans les deux cas, des lieux où la transgression est non seulement acceptée, mais légitime.

Le défouloir, carnaval numérique ?

Le mot défouloir, parfois noté “familier” dans les dictionnaires, est un dérivé suffixal de se défouler, défini comme “un lieu où l’on se défoule”, et présenté comme équivalent d’exutoire. Dans la maison web, le défouloir  est également un lieu, site ou page, mais qui possède une caractéristique très spécifique, d’ordre sociodiscursif : c’est un lieu dédié à la transgression, où cette dernière est contrôlée. Ce qui est transgressable, ce sont les normes du dire, ces régulations explicites et implicites, intériorisées par les locuteurs, qui gèrent nos interactions. Le défouloir numérique, qui déplace les frontières entre “ce qui se dit” et “ce qui ne se dit pas”, fait immanquablement penser au carnaval, qui, à l’origine, est un moment de retour du monde au chaos. Pour les Anciens, le début de l’annnée est en mars, et cette renaissance était précédée d’un moment d’abolition des ordres qui produit la confusion d’avant la création, en février. Dans ce temps où tout est permis, les renversement hiérarchiques sont possibles et, sous déguisements, maîtres deviennent esclaves et vice versa. Les défouloirs reprennent un peu cette fonction, non de manière temporelle, mais plutôt spatiale, ménageant des lieux où les interdits sont censés tomber. À l’intérieur de ces lieux, on retrouvent cependant des contraintes qui sont en général analogues à celle des chartes de l’internet. On verra qu’on ne peut pas tout y dire.

Ces sites sont de nature variée. L’encyclopédie Wikipedia possède par exemple un espace, nommé défouloir, caractérisé comme “humoristique”, qui répertorie les énervements, débordements et insultes adressées aux wikipédiens. On y trouve en particulier une extraordinaire querelle de politesse à propos de J. Cocteau, un vrai délice dont je conseille vivement la lecture.

Le bon bonze au caramel mou possède aussi une page “défouloir”, dotée de son onglet et présentée ainsi :

Exprimez vous ! C’est fait pour ça. Commentaires, critiques, coups de gueule, cris divers et variés, digressions, admonestations, théories fumeuses.
Attention toutefois, tous les commentaires à caractère douteux seront bien évidement supprimés.
Les trucs pas drôles également.
Le formulaire de saisie se trouve en bas de l’écran, les WC sont sur le palier et la concierge est torride

Certains sites constituent eux-mêmes entièrement des défouloirs comme Le défouloir, sous-titré “Parce que râler, ça fait vachement du bien”, et qui se définit comme tel par son nom. La page “à propos” donne la description suivante :

On peut également consulter cet autre site, un forum, officiellement dédié aux photos de camions, mais intitulé lui aussi Le défouloir ou cette autre page, dans un site consacré au cancer de la prostate, où peuvent s’exprimer les “prostatopotes“. Ces deux dernières années la RATP a également proposé un site défouloir, intitulé Chers voisins de transport, qui avait pour but de constituer un espace de parole, mais aussi de création, en particulier de mèmes. La collecte est désormais close, et un ouvrage doit paraître.

Le point commun de ces sites est de permettre en ligne, sous la protection du pseudonymat, ce que l’on ne peut pas faire hors ligne. Ils sont alors une forme d’augmentation de la vie hors ligne, proposant à tout moment de l’année, un carnaval discursif.

Machines insulteuses

Parmi les énoncés considérés comme les plus transgressifs figurent évidemment les insultes. On trouve en ligne de nombreux générateurs d’insultes, qui ont aussi cette fonction transgressive, en même temps qu’ils permettent le plaisir de la création langagière typique de ce type de forme. Le plus chic est sans doute Ergofabulous.org, qui propose des insultes extraites des œuvres de Luther, sur le modèle du Shakespearian Insulter. Le célèbre capitaine grand producteur d’insultes imaginé par Hergé est également présent dans cette relecture informatique et l’on peut s’y faire traiter gentiment de “Flibustier!… Bachi-bouzouk!… ou Anthropophage!…” L’automatisation ici réside seulement dans la sélection et les insultes ne sont pas produites ni prises dans une interaction verbale “réelle”. Il existe en revanche des “insulteurs automatiques”, en seconde ou troisième personne, qui mettent directement en jeu l’internaute. Sur le site Insultez-moi, l’internaute s’inscrit et s’engage alors dans un dialogue automatique, en choisissant le type de réponse qu’il souhaite recevoir : Je veux qu’on m’insulte, Je veux dominer, Je veux être dominé(e), Je veux qu’on acquiesce du bout des lèvres ou Je veux parler seul (je vous conseille vraiment d’essayer). Ce site est est une exception en la matière, puisqu’il revendique un droit de tout dire absolu, contrairement à la majeure partie des défouloirs qui posent des normes. Sur L’impoli, qui n’est malheureusement plus actif, et qui constituait une sorte d’encyclopédie des insultes bien documentée, l’internaute pouvait accéder à la fonction « Insulter un ami », en cliquant sur une insulte et en indiquant l’adresse électronique du futur insulté. Une frontière que ne franchissent pas les défouloirs en général. Tout dire ? On peut toujours le proclamer, mais l’automatisation, parce qu’elle est un produit humain, n’écarte certainement pas la question des normes et y sont sans aucun doute déposées celles dont les programmeurs des générateurs, de manière indirecte et peut-être inconsciente, sont détenteurs.

Le modèle VDM

Le site Vie de merde, dont le sous-titre est “Ma vie, c’est de la merde, et je vous emmerde”, et connu sous le sigle VDM, “est un grand défouloir qui se veut drôle et amusant à lire, tous les jours. Vous ne vous sentirez plus jamais seul(e) dans vos petits malheurs”, lit-on sur la page FAQ. Le terme défouloir sert bien de catégorie définitoire de cet espace. Cependant, sur VDM, on ne se défoule pas n’importe comment, il y a des règles. La page FAQ nous apprend en effet que les histoires envoyées sont d’abord modérées par les lecteurs, sur la page Modérez les VDM, et ensuite traitées par les responsables du site. Cette double modération est assez rare en ligne. On sait par ailleurs que les récits doivent posséder une forme contrainte, commençant par “Aujourd’hui”, et se terminant par “Vie de merde”. Il y a là un semblant de contrainte de genre : on pourrait que la “Vie de merde” est aussi une sorte de genre de discours, d’autant plus que le modèle est enrichi sur le site même par des variantes. On trouve ainsi la “VDM illustrée“, qui rassemble une série assez importante (23 pages au 21.09.12) de textes illustrés, souvent avec talent et humour, et “VDM, la suite“, que j’appellerais la VDM augmentée ou méta-augmentée, puisqu’elle comporte des commentaires de la part de son auteur. Le modèle VDM fonctionne alors comme une matrice déclinable, à partir d’une forme contrainte et d’une liberté expressive. Il a par ailleurs un prolongement hors ligne sous forme de bande dessinée, qui en est à son huitième tome (en illustration en haut de ce billet).

D’autres sites ont emprunté ce modèle. Le plus connu est Vie de meuf, lancé en 2010 par le réseau “Osez le féminisme”, site que Libération avait significativement renommé “défouloir à meufs” dans sa présentation du livre issu du site en 2011. Mais il n’est pas le seul : Vie de môme, Job de merde, n’existent plus désormais, mais Voisins de merde, qui n’est plus actif, est encore consultable, Questions à la con semble inépuisable (“Le concept de beauté intérieure a-t-il été inventé par une personne laide ?”, “Que se passe-t-il si tout le monde respecte la loi ?”), et avec un peu de patience on peut trouver des dialogues singuliers sur Dans ton chat. Vide ton sac adopte la même contrainte finale : terminer son récit par “VTS” ; Stage de merde permet de raconter les pires anecdotes de stagiaires, Thèse de merde, qui semble-t-il, est fermé, a encore une page Facebook qui témoigne de ses contenus.

Le modèle a tellement essaimé, soit qu’il ait produit effectivement des répliques, soit qu’il ait servi à nommer et catégoriser des sites existants, qu’il existe un Annuaire des sites de merde. De manière plus générale, le défouloir, quelle que soit sa forme, constitue bien une catégorie stabilisée sur internet. Il serait intéressant d’en approfondir les caractéristiques par rapport à des catégories voisines, comme les confessions par exemple. Il existe en effet des sites qui recueillent confessions, témoignages et secrets, et qui revendiquent eux aussi cette dimension transgressive de la possibilité d’un dire interdit ailleurs. Des espaces comme Vos confessions, 1001 confessions ou Qonfession accueillent des discours “secrets”, qui s’avèrent la plupart du temps à dimension sexuelle. Sur d’autres espaces bien installés et connus comme le forum Doctissimo, certaines pages fonctionnent comme des lieux de discours transgressifs qui amènent d’ailleurs parfois un avertissement à l’entrée (voir cet exemple qui concerne l’inceste).

Pour conclure,

je dois souligner que le défouloir n’est pas seulement un espace de parole plus ou moins ludique. Il en existe une version tout à fait sérieuse, qui a pour but d’alimenter et de consolider la refus de l’aliénation par le travail : le site Le défouloir. Marre du travail ? s’ouvre ainsi que un enregistrement du sociologue Philippe Corcuff à propos de l’exploitation, la page “Lectures” propose des citations et textes engagés, la page “Audio” présente des chansons, des extraits radio comme les enregistrements de l’émission “Là-bas si j’y suis”, et le site dirige vers Le défouloir des précaires, arrêté depuis 2007, mais dont le contenu est toujours en ligne. Ces deux sites représentent bien l’ambiguïté des défouloirs et autres lieux et moments carnavalesques : des exutoires, qui sont un moyen de canaliser la violence du dépassement des normes et des transgressions, mais également des lieux de fabrique de la lutte et de la résistance aux normes. En ce sens, le défouloir numérique est, comme le carnaval, un lieu politique, qui possède la vertu de maintenir l’équilibre discursif des sociétés, sur une ligne de crête qui maintient le vivre-ensemble.

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 22 septembre 2012,”Linguistique et numérique 6. Les défouloirs du web“,  La pensée du discours [carnet de recherche], consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Ministres, morales et philosophies

Le point Godwin est entrée dans les mœurs, si l’on peut dire, et même si chacun sait, en princ…

Le point Godwin est entrée dans les mœurs, si l’on peut dire, et même si chacun sait, en principe, qu’Hitler (et ses variantes nominales) est souvent le mot de trop et qu’il s’agit d’un des stéréotypes analogiques les moins fondés rationnellement et les plus polémiques, chacun est exposé, un jour ou l’autre, au fameux franchissement. Mais ces derniers jours, il faut avouer que ce fut le feu d’artifice : Luc Chatel, naguère champion du redressement orthographique, dresse une spectaculaire analogie godwinienne entre Peillon et Pétain. Outre le fait que les deux noms commencent par la même lettre, et que ce très malheureux mot de redressement a été employé par l’actuel ministre de l’éducation, piégé par cet usage gouvernemental d’un substantif pourtant lesté de valeurs et de halos de sens bien négatifs (François, il manque un.e bon.ne linguiste au gouvernement, je te le dis !), on ne voit évidemment pas le rapport. Polémique de politique, rapide, simpliste, méchante et, pour tout dire, profondément idiote. Quand la parole publique, que les politiques ont le pouvoir exorbitant de détenir, est utilisée de cette façon, on a vraiment envie de couper toutes les sources d’information politique et de lire de la poésie (ou de la philosophie morale).

Je suis toujours étonnée que le simple mot de morale, sans même la mention des choses et des idées qui vont avec, déclenche des réactions si passionnément hostiles, comme s’il s’agissait d’une chose ontologiquement mauvaise et condamnable. Il y a eu Chatel, mais également d’autres protestations plus ou moins voilées ici et là, y compris du côté de la majorité. On voit bien quels spectres le M-Word, comme on dirait en anglais pour nommer l’inommable, fait se lever : les contraintes normatives de la morale religieuse, les exclusions et les stigmatisations des polices des mœurs, les freins à la liberté d’expression. Le goupillon entre les ciseaux, tenu par une Anastasie en furie. Mais si l’on s’en tenait tous à nos spectres, le monde serait un cimetière où le langage serait impossible. J’ai du mal à comprendre que des politiques, enseignants, intellectuels, chercheurs, bref des gens censés penser, et connaître deux ou trois choses en philosophie, expriment des opinions aussi rustiques.

Claude Lelièvre, dans un billet aussi serein que bien informé sur Mediapart, montre bien que la conception de la morale selon Vincent Peillon est proche de celle de Ferdinand Buisson. Patrick Cabanel, historien, a également un avis dépassionné et trouve que l’apprentissage du vivre-ensemble a bien des fondements moraux, et que c’est assez normal. Et si l’on observe de près les paroles de Peillon, qui n’est pas totalement ignorant en matière de philosophie, on relève des mots et expressions qui font partie du lexique le plus banal de la philosophie morale : morale universelle, humanité, raison, connaissance, dévouement, solidarité, égalité, juste, bien, mal, devoirs, droits, vertus, valeurs. Son ambition est de proposer des enseignements à propos de “toutes les questions que l’on se pose sur le sens de l’existence humaine, sur le rapport à soi, aux autres, à ce qui fait une vie heureuse ou une vie bonne”. La vie bonne, c’est le concept moral fondamental, d’Aristote à Ricœur en passant par  Hume, Kant, Rawls, Williams, Levinas…

La philosophie morale, est, Dieu merci, si je puis dire, antérieure au christianisme et à la morale de triques et de badines des bons pères et bonnes sœurs. Ce mot si primitivement haï, trop vite associé aux préaux et aux blouses grises, recouvre un continent extrêmement riche et varié de conceptions et de pensées qui engagent les fondements de la vie humaine : le bien et le mal, les valeurs et les normes, les contrats sociaux, la reconnaissance, le rapport à l’autre, la vie commune, le commun, le partage, le respect, l’honnêteté. Avant de stigmatiser de manière imaginaire un programme moral qui n’est d’ailleurs pas encore écrit, il faut peut-être aller voir ce qu’il en est de cette morale.

Le mot d’éthique ne déclenche pas ces indignations et il est pourtant omniprésent dans de nombreux secters de la société. Or, il y a des valeurs et des normes dans l’éthique, puisqu’il s’agit de morale : le terme de morale, est, en français, souvent distingué d’éthique, plus objectivisant, dans un ensemble de textes assez contradictoires qui développent des distinctions peu homogènes. L’éthique serait du côté de la théorie et de la réflexion, la morale du côté des applications pratiques mais, comme le souligne Ruwen Ogien, on ne voit pas bien ce que serait une théorie éthique sans application pratique, et je le suis sur ce point. On sait aussi que le terme d’éthique permet d’éviter morale, imprégné de religion et de prescriptivité. Les anglophones n’ont pas de ces distinctions jésuitiques et, en philosophie analytique ou en philosophie morale, les deux termes sont à peu près synonymes : moral philosophy ou ethics.

Pourquoi existe-t-il une philosophie morale ? Parce que, comme le social, le culturel, le psychologique, l’historique, le biologique, que sais-je encore, la morale est une des composantes de la vie humaine et qu’on ne peut guère faire sans. Enfin si, les pervers par exemple font très bien sans, c’est d’ailleurs pour cela qu’ils sont pervers. Mais quand on souhaite faire partie d’une humanité du lien, et même être un humaniste, ou éventuellement faire des humanités, je ne vois pas comment on peut éradiquer la question de la vie bonne, du bien et du mal, de l’acceptable et de l’inacceptable, de la nuisance à soi-même et à autrui, et bien d’autres questions auxquelles ni la politique, ni la sociologie, ni la psychologie, ni l’histoire, ni l’économie, etc., ne peuvent et, à mon avis, ne doivent répondre. Et je ne vois pas non plus pourquoi l’école, qui est des principaux lieux de formation des individus, ne devrait pas toucher à cette notion-là, elle qui apprend à parler, à lire et à écrire aux petits d’humains, et contribue donc fortement à en faire des êtres responsables.

Pour réflechir à ces questions, on dispose de trois grands corps de pensée déjà anciens et de deux propositions plus récentes. Les trois grandes orientations sont bien connues : le déontologisme, dont le représentant principal est Kant, défendant une approche normative centrée sur des principes transcendants (les fameux “impératifs catégoriques”, non négociables) ; le conséquentialisme qui définit la vie bonne par la conséquence utile (l’utilitarisme de Mill en est la version la plus saillante) et l’éthique des vertus d’inspiration aristotélicienne, qui fait reposer la notion de bien sur la vertu des agents et la négociation intersubjective des valeurs, et non plus des normes. Récemment, et à partir du terreau féministe, a émergé l’éthique du care, dont on pense ce que l’on veut (je dis cela car c’est un courant souvent ridiculisé car considéré comme simplement altruiste, voire naïf ou reposant sur des évidences), mais qui représente un des grands programmes moraux de notre contemporanéité. Et puis, nous avons en France un philosophe qui promeut depuis une dizaine d’années une éthique minimale, à partir d’une réflexion sur la pornographie (eh oui, on peut écrire sur la morale et sur la pornographie, preuve vous en sera d’ailleurs apportée ici même en 2013…). Je ne sais pas ce que Ruwen Ogien pense de l’enseignement de la morale laïque à l’école mais si j’étais au collège et au lycée, j’aimerais beaucoup faire découvrir à mes élèves cette éthique minimale qui ouvre de si passionnantes discussions. Comme je leur ferai lire Avishaï Margalit, et sa Société décente, oui décente, c’est du vocabulaire moral qui décrit un modèle social fondé sur la disparition de l’humiliation, autre thème moral ; et également le dernier livre de Kwame Appiah, Le code d’honneur, magnifique réflexion sur l’honneur comme facteur de révolution morale, honneur, encore un mot lourdement lesté de morale sociale ; et également, Virvidakis et sa Robustesse du bien, et Sosa et son concept de connaissance réflexive fondée sur la vertu, et Greco, et Engel, et Canto-Sperber, et Baumard. Et je leur raconterai aussi comment les chercheurs ont conclu à une protomorale chez les animaux, qui ont bien des leçons de vivre-ensemble à nous donner (De Waal, Lestel).

Donc, vraiment, où est le problème avec la morale ? En quoi cette ouverture des enseignements scolaires à la “morale laïque”, en tant qu’elle pourrait être une ouverture vers des questions que nous avons tous à régler un jour ou l’autre, est-elle condamnable ? qu’est-ce qui vaut ces protestations intellectuelles ? comment les enseignants abordent-ils par exemple les “morales du grand siècle” ? comme des systèmes ridiculement contraignants et dépassés ? pourquoi n’envisager dans la morale que l’étroite facette prescriptive d’une conception obsolète ?

Je ne sais pas ce qui va sortir des intentions de Vincent Peillon. On a souvent vu les intermédiaires que sont les manuels et même les programmes réduire voire caricaturer les propositions premières. Mais je ne vois pas de raison de hurler, a priori, avec les loups des imaginaires “retour de l’ordre moral” ou “redressement” maréchaliste.

Références

  • Baumard N., 2010, Comment nous sommes devenus moraux. Une histoire naturelle de la morale, Paris, Odile Jacob.
  • Canto-Sperber M. (dir.), 2001 [1996], Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris, PUF.
  • Canto-Sperber M., Ogien R., 2004, La philosophie morale, Paris, PUF.
  • De Waal., F., 2008 [2006], Primates et Philosophes, Paris, Editions le Pommier [Primates and Philosophers. How Morality Evolved].
  • Greco J., 2010, Achieving Knowledge, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Lestel D., 2001, Les Origines animales de la culture, Paris, Champs Flammarion.
  • Margalit A., 1999 [1996], La société décente, Paris, Climats.
  • Molinier P., Laugier S., Paperman P., 2009, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Petite Bibliothèque Payot.
  • Ogien R., 2003, Penser la pornographie, Paris, PUF.
  • Sosa E., 2007, Apt Belief and Reflective Knowledge, Volume 1: A Virtue Epistemology, Oxford: Oxford University Press.
  • Virvidakis S., 1994, La robustesse du bien. Essai sur le réalisme moral, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon.
  • Williams B., 2006 [2002], Vérité et véracité. Essai de généalogie, Paris, NRF Gallimard.

Crédit : “Ouverture”, photographie M.-A. Paveau, Nièvre 2010.

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 4 septembre 2012, “”, La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10657, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

“Pussy”, mot politique

Le 17 août, trois des jeunes femmes du groupe punk russe Pussy Riot, Nadezhda Tolokonnikova, Maria A…

Le 17 août, trois des jeunes femmes du groupe punk russe Pussy Riot, Nadezhda Tolokonnikova, Maria Alekhina et Yekaterina Samutsevich, ont été condamnées à deux ans de camp pour une cascade de crimes aussi archaïques les uns que les autres. Officiellement le motif de la condamnation est le “hooliganisme”, plus précisément le “vandalisme motivé par la haine religieuse”. Mais au cours de l’interminable verdict lu par la juge Marina Syrova, on a appris qu’elle s’étaient également rendues coupables de “propagande homosexuelle”, “d’irrespect” envers les fidèles de la religion orthodoxe, de “tenue irrespectueuse” dans une église. Elles sont supposées avoir fait des “victimes”, c’est-à-dire des citoyens profondément choqués par leur comportement, et qui l’ont formulé dans les témoignages allégués par la juge. Elles ont fait l’objet d’expertises “psychologiques et linguistiques”, c’est-à-dire sur leur comportement et leurs textes, qui ont révélé de “graves dysfonctionnements” rappelés par la juge (mais, ont souligné les avocats, sans rapports d’expertise fournis).

La presse étrangère (à peu près) unanime, parle d’Inquisition, de procès surréaliste ; on évoque la figure de la sorcière (celles de Salem étaient trois elles aussi), de la prophétesse, on insiste sur leurs ardeurs révolutionnaires (“riot”), leur poing levé, leur sourires ironiques pendant cet incroyable procès, leur force étonnante. Je trouve tout cela parfaitement exact et pourtant, dans tous ces discours entendus, que j’ai souvent relayés, quelque chose manque. Je suis allée à la manifestation organisée pendant le verdict vendredi 17 août après-midi place Stravinsky à Paris, pour soutenir les trois chanteuses. En regardant la fontaine de Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely, dont les belles créatures dansaient tranquillement dans l’eau, j’avais l’impression, comme pendant d’autres manifestations féministes au même endroit, que l’artiste nous parlait, à travers cette grande bouche rouge et sensuelle qui s’ouvre et se ferme à intervalles réguliers, et qui est baptisée “L’amour”. Et qu’elle nous parlait de féminité, de féminisme, de sexe, de sexe féminin, de ce pussy un peu tu, un peu tué dans la parole publique.

Dans “Pussy Riot” il y a “pussy”

Dans cette affaire, les analystes des droits de l’homme et les intellectuels de cabinet parlent beaucoup de “riot” mais assez peu de “pussy”. Certaines critiques ont d’ailleurs fusé pendant la manifestation de vendredi et on a râlé contre la récupération par les “mouvements féministes conservateurs”. J’entendais : “Mais c’est pas ça les Pussy Riot, c’est pas tous ces discours, c’est de l’action !”, et j’étais d’accord. Il est est vrai que certains discours étaient ennuyeux à mourir, peu informés, sans véritable pertinence.

Les Pussy Riot s’inscrivent dans la lignée des Riot Grrrl, et c’est le style musical (punk rock et rock alternatif) qui semble dominer dans l’appellation. Mais les jeunes Russes ont bien choisi d’intégrer Pussy dans leur nom, et on les appelle parfois d’ailleurs les Pussy girls. Ce nom de pussy, dans tout son déploiement familier de nom du sexe de la femme, d’emploi parfaitement courant, même en français, dans la culture porn, le queer porn, l’alt porn et le porno féministe, toutes cultures militantes, mérite bien mieux que cette discrétion : il mérite même d’être mis au centre de ce qui se passe à propos de ces jeunes femmes. Et ce n’est pas la jolie silhouette souriante de Judy Minx, soudain surgie devant moi ce vendredi place Stravinsky, avec un étincelant rouge à lèvres aussi coloré que les collants des prisonnières russes, sorte de double vivant des lèvres d’eau de Niki de Saint-Phalle, qui me fera penser autrement.

Il est assez remarquable que le nom du groupe ne soit pas traduit dans les discours en russe (à l’écrit comme à l’oral), comme nous le signale Ben Zimmer sur Language log dans un passionnant billet sur le nom du groupe, qui donne de nombreux exemples du nom en caractères latins au sein de phrases en cyrillique (1). Il est parfois translittéré, mais rarement. Il n’est pas non plus traduit dans les autres langues, malgré quelques tentatives et décisions encyclopédistes en français, qui donnent des résultats assez croquignolets il faut bien le dire. Le film d’Émilie Jouvet dans lequel joue justement Judy Minx, avec d’autres performeuses tout aussi énergiques et joyeuses (Wendy Delorme en particulier), s’appelle Too Much Pussy et a été distribué en France et dans d’autres pays sous ce nom. Je crois que personne n’aurait eu l’idée de le traduire, ni la seconde version d’ailleurs, Much More Pussy. Le pussy, c’est bien, en argot, la chatte, le minou, la moule, la friandise, le bonbon ; et en standard, en français comme en anglais, le vagin/vagina, la vulve/vulva… Le mot a trois sens en anglais : “chat”, “sexe féminin” et désigne aussi, par cette analogie lexicale dévalorisante qui attribue les mots des femmes à tout ce qui est bas, faible et méprisable, quelqu’un d’efféminé, “donc” lâche. Il faut aller lire les 162 définitions de l’Urban Dictionary pour rire et sourire mais aussi comprendre le sens du mot dans la culture anglophone. Soutenir que le terme pussy reste ambigu dans Pussy Riot, et fait plutôt allusion au gentil petit animal n’a pas de sens : pussy fait partie de l’alphabet féministe, c’est un mot politique. Je reviendrai à la fin du billet sur les emplois des équivalents français de pussy, mais je continue sur le mot anglais et surtout son rôle dans la culture féministe et pornographique alternative qui nous vient des féministes pro-sexe américaines à partir de la toute fin des années 1970.

Le parler frais des lèvres rouges

C’est que le pussy a désormais une assez longue histoire, politique, sociale, culturelle mais surtout profondément humaine. Une partie de cette histoire est racontée dans Mutantes, le documentaire de Virginie Despentes. C’est bien sûr le nom d’Annie Sprinkle qui vient tout de suite à l’esprit, et son film Sluts and Goddesses. Ensuite, comment ne pas penser à Betty Dodson, à Candida Royalle et à Scarlot Harlot, l’inventeuse du mot post-porn ? Ces femmes ont libéré la sexualité féminine, appris aux femmes à jouir, déclaré qu’il existait une culture sexuelle, que cette culture s’enseignait et s’apprenait, et qu’il fallait l’enseigner. Elles ont maintenant la soixantaine et continuent inlassablement leurs enseignements : Annie Sprinkle invente constamment de nouveaux ateliers (le prochain sera écolo-sexuel…), Betty Dodson propose des stages, Scarlot Harlot des performances aussi ludiques que didactiques, Candida Royalle a créé “Femmes Productions”. Elles ont fait des filles et des petites-filles un peu partout, que la filiation soit sue ou non, et les Pussy Riot, qui ne formulent pas de propos directement sexuel et n’ont pas de manifeste pornographique, en font cependant partie, comme la joyeuse bande des Too Much Pussy, comme les militant.e.s féministes queer porn de tous les pays, comme les réalisatrice-teur-s des films produits par Puzzy Power, filiale de Zentropa, la société de production de Lars von Trier. Et comme ces deux très jeunes femmes du groupe de rap Orties, qui ont déboulé pour un concert à la fin de la manif, en hurlant des cris de plaisir et des “fuck me” à tire-larigot, avant d’interpréter leur chanson “Plus Putes que toutes les Putes” : elles étaient réjouissantes, ont ramené le sourire chez les manifestants ; sur fond de la sinistre lecture du tribunal russe, on a enfin enfin entendu les paroles du pussy. Les lèvres rouges de Niki de Saint-Phalle ont parlé, pendant que les parleuses de l’autre côté de l’Europe étaient réduites au silence par un verdict aux allures torquemadiennes.

Des lèvres qui parlent, me direz-vous, à double sens, petites et grandes, ce n’est pas nouveau et il en est un certain qui, au 18e siècle, faisait parler les bijoux des femmes de dessous leurs jupes. Oui, bien sûr, et le très célèbre conte érotique de Diderot possède quelques accents politiques. Des accents, oui, l’idée de l’autonomie du plaisir féminin, un peu également, mais pas le mot d’ordre, pas le puissant signifiant de ce pussy qui est en train de faire bouger bien plus de choses que les cultures légitimes et dominantes ne l’imaginent. Même les Monologues du vagin (1996) n’ont pas eu cet impact politique : c’est un texte littéraire, théâtral, qui relève de la culture installée, rien à voir avec nos punks à cagoules aux lèvres rouges, rien de “riot”. Ce mot de vagin est peut-être encore trop sérieux, trop anatomique, pas assez libertaire. L’association Osez le féminisme a bien lancé le “clito” l’an dernier, qui aurait pu peut-être acquérir l’énergie politique du pussy. Il n’en a rien été semble-t-il, le mouvement restant finalement assez sage, et le mot clitoris, même abrégé familièrement en clito, restant lui aussi anatomiquement correct.

Je ne sais pas ce que vont devenir les Pussy Riot et j’espère qu’elle sortiront un jour, à la fois de leur camp et de Russie, si ce pays choisit de rester aux confins de la liberté d’expression et de jouissance. En tout cas, la brèche est ouverte, et leurs cagoules et collants colorés, leurs chants et leurs performances ont parlé. Les Femen sont là aussi, en soutien logistique, utilisant leurs seins comme discours politique, la scie électrique à la main, ne lâchant rien. Elles font des émules, et les vadias brésiliennes, version latino-américaine des sluts, se mettent aussi à peindre leurs seins et leur ventre de slogans libertaires et anti-machistes.

Dirigeants, censeurs et popes, qui regardez les seins des femmes comme des objets de désir, à posséder ou à châtier, et qui ignorez les mots sortis des lèvres parlantes des chanteuses, des putes et des déesses, méfiez-vous (2). Ce sont des armes puissantes que vous avez sous les yeux, de celles qui font les révolutions : “The cost of taking part in creating history is always staggeringly high for people. But that taking part is the very spice of human life” (Nadya Tolokonnikova).

(1) Quelques heures après la publication de ce billet, Arnold Zwicky publie “The pussy patrol“, un intéressant billet sur les usages du mot pussy en américain, sous l’angle du “taboo avoidance” et en comparaison avec l’emploi de cryptages comme A-Word ou C-Word, qui ne sont pas apparus souligne-t-il pour les Pussy Riot (note du 20 août 2012).

(2) Note du 29 août 2012. La chanteuse française Jeanne Cherhal soutient le groupe russe par une chanson intitulée : “Tant qu’il y aura des pussy“.

Crédits

  1. Fontaine Stravinsky, Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely, 1983, photo colorisée extraite du site Bac arts plastiques SOS !
  2. Affiche du film Too Much Pussy !
  3. Les Pussy Riot pendant le procès, capture d’écran d’un article du journaliste Yuri Timofeyev dans Svoboda News, 19 août 2012, photo du journaliste.

Pour citer ce billet

Paveau M.-A., août 2012 “Pussy, mot politique”, La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10466, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

La mémoire des robes

Hier, Cécile Duflot portait une robe. Hier elle répondait, à l’Assemblée nationale, à une ques…

Hier, Cécile Duflot portait une robe. Hier elle répondait, à l’Assemblée nationale, à une question qui la concernait. Et hier, au moment de sa réponse, elle a été huée, et/ou sifflée, c’est difficile à dire parce que les vidéos qui circulent ne sont pas très précises. L’internet relaie sans hésitation qu’elle a été huée à cause de sa robe (ici, ici). Admettons. Si c’est le cas, mes bras de couturière m’en tombent, et avec eux les dizaines de robes qui sont dans mon placard, à fleurs et à carreaux, en madras et en bazin, en tissu provençal et en liberty.



 Plusieurs commentaires circulent sur l’affaire, qui avancent l’une des deux interprétations suivantes :

– derrière la robe, c’est la femme qui est huée et c’est la domination masculine qui parle, qui peut tout aussi bien être portée par des voix féminines (porteuses de tailleurs-vestes) ; Olympe et Les Nouvelles News rappellent très justement que le jean du conseil des ministres avait été condamné par Nadine Morano et Valérie Pécresse, et il est intéressant d’ailleurs que la condamnation ait été formulée dans un lexique moral (“irrespectueux”) :

Après le jean, on se souvient que la presse avait concentré ses efforts intellectuels sur la robe verte de la photographie officielle du Gouvernement.

– derrière la robe c’est la personne qui est huée, parce qu’elle est une “tête à claques”, comme l’avance Autheuil dans son dernier billet, avec une grossièreté surplombante qu’il a sans doute apprise derrière les bancs de l’assemblée. Au moins, il ne la réserve pas aux femmes et Montebourg en prend également pour son grade. Je préfère cette impression de l’un de mes correspondants sur Twitter, répondant à l’un de mes tweets (“Mais qu’est-ce qu’elle a cette robe ?”) : “Elle est portée par Cécile Duflot. Je crois qu’elle est maintenant l’objet d’une fixation haineuse parfaitement irrationnelle”. Entièrement d’accord sur le côté irrationnel, et même inconscient.

Mais on trouve aussi de la part des journalistes des jugements de valeur esthétique d’assez bas niveau et peu en conformité avec la neutralité attendue dans la presse : dans Le progrès, on estime que Cécile Duflot était “endimanchée”, Buzz mode se demande si elle a fait une “faute de goût”. Bref, on est au niveau de “c’est mon avis et je le partage”.

Il y a évidemment du sexisme, de l’anti-féminisme et sans doute de l’anti-femme tout court dans cet épisode, mais il est tellement stupéfiant que je le trouve assez difficile à analyser. On n’est pas loin de la bande de gamins de la cour de récré qui brocardent une gamine en lui demandant si sa robe a été faite dans des rideaux de salle de bain. Même si l’on sait, malheureusement, après des épisodes aussi lamentables que celui du Pacs par exemple, à quel point les député.e.s peuvent être bêtes et méchant.e.s, je trouve que les proportions prises par cette affaire restent étonnantes (mais je suis peut-être encore trop naïve sur la qualité des député.e.s élu.e.s).

Il me semble assez évident  que la robe n’est pas en cause en soi, et qu’elle sert de… mais de quoi, justement ? Elle sert sans doute d’écran, au sens psychanalytique du terme, celui que l’on trouve dans “souvenir-écran”, un souvenir qui sert à en masquer un autre. Une robe qui sert de paravent à ce qui ne peut ou ne veut se se dire, d’objet de fixation explicite d’un discours indicible. Cette robe a produit un effet, c’est indéniable, et les effets ne viennent pas de ces quelques mètres de tissu imprimé, mais plutôt du réseau de significations, d’images mentales et de cadres préalables qu’elle a à l’évidence fixés. Il y a peut-être une mémoire discursive et culturelle qui a parlé dans cette robe, et qui s’est violemment activée chez des hommes peu habitués à l’examen de leurs croyances préalables.

La robe de Cécile Duflot n’est pas complètement anodine : c’est une robe inspirée du style “New Look”, colorée et visible (et non “voyante”), cintrée et ajustée, un peu courte. Quand la ministre descend dans l’hémicycle pour parler, elle fait d’ailleurs un petit mouvement tournant qui fait très légèrement tourner la jupe. La robe New Look, c’est le symbole (le symptôme ?) de la féminité dans les années 1950 : en 1947, pour sa première collection, Dior lance le style New Look, avec la fameuse robe “Corolle” qu’emblématise l’illustration ci-dessus (la seule que j’aie trouvé en commons) et toutes celles-ci. Il promeut une féminité d’après-guerre, une féminité d’après le rationnement des manteaux retournés et des bas peints à même la jambe, une féminité joyeuse et coûteuse, et scandaleuse même : il fallait plusieurs dizaines de mètres pour faire une robe “Corolle”, alors qu’il en faut environ trois ou quatre pour coudre une robe ordinaire. La robe de Cécile Duflot n’a pas ses 40 mètres de circonférence (comme le modèle “Diorama”), elle s’inspire simplement du style New look dans le col, la taille serrée par une ceinture, les manches semi-courtes et la jupe évasée. Elle a un aspect vintage qui se porte beaucoup actuellement. Pas de quoi siffler une ministre.

Je ne sais pas ce qui est déposé dans la mémoire culturelle des députés siffleurs, eux non plus d’ailleurs sans doute. Mais on peut supposer que cette robe a été puissamment et violemment évocatrice d’une féminité explicitement formulée dans le discours du tissu, dont les coutures, les biais et les mouvements parlent aux mémoires inconscientes aussi bien qu’un discours explicite. Cette robe, qui n’a rien d’extraordinaire comme objet, coupée assez simplement (Dior disait très joliment qu’une robe bien coupée est une robe peu coupée), dans ce tissu bicolore qui franchement n’a rien de bien voyant, a sans doute le malheur de ne pas être un tailleur, qui est plus ou moins l’uniforme des femmes politiques, même coloré, ou de ne pas être LA “petite robe noire” qui est la tenue de l’élégance normative prescrite par Coco Chanel. Évidemment, il y a une femme sous la robe et la robe imprime aussi, si je puis dire, les sentiments négatifs envers cette  femme-là. Il n’en reste pas moins que cette robe est un puissant indicateur sémiotique et culturel, et cette affaire est finalement bien intéressante à analyser.

Chère Cécile Duflot, continuez de porter vos jolies robes colorées. Je vous propose même de vous en faire une. J’ai déjà une petite idée sur la coupe, ce serait une coupe peu coupée.

Crédits :

  • Vidéo de l’épisode du 17 juillet à l’Assemblée nationale sur Daily motion
  • Capture d’écran de la photo de Cécile Duflot à l’Assemblée nationale le 17 juillet à partir du site Melty fashion
  • Dior New look 1947 Corolle, Gussisaurio, Wikimedia Commons

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Linguistique et numérique 1. Une discipline en/hors ligne ?

En France, et en français, on est un peu seul quand on fait de la linguistique en ligne. Je précise …

En France, et en français, on est un peu seul quand on fait de la linguistique en ligne. Je précise ce que je veux dire. “Faire de la linguistique en ligne”, ou pratiquer une autre discipline en ligne d’ailleurs, c’est pour moi intégrer une ou plusieurs des pratiques suivantes, dans mes domaines de travail, qui sont les linguistiques TDI (“texte, discours, interaction” ; l’expression est de moi, je la plante un peu partout depuis quelques années en espérant qu’elle pousse), c’est-à-dire les approches des énoncés empiriques vs fabriqués :

– pouvoir lire des travaux de linguistique en ligne et proposer la lecture de ses propres travaux ou au moins des modalités d’accès, de manière à constituer une culture et un dialogue disciplinaires en s’entrelisant ;

– alimenter des blogs, de recherche ou d’enseignement, personnels ou collectifs ou posséder des sites ou des pages personnelles, plus statiques et non conversationnels mais qui permettent au moins de savoir qui sont les gens et sur quoi ils travaillent ;

partager de manière rapide et interdisciplinaire des informations concernant la vie scientifique (colloques, séminaires, parutions, vie des équipes de recherche), institutionnelle (recrutements, associations professionnelles, appels d’offre), politique (décisions gouvernementales, décrets, mesures) ;

produire des travaux de recherche directement en ligne qui soient accessibles, partageables, discutables, augmentables et reconnus par les instances explicites et implicites d’évaluation professionnelles ;

disposer de données en ligne, sous forme de corpus principalement, je pense particulièrement aux étudiants de master qui réalisent leurs premiers travaux, qui n’ont pas forcément le temps d’élaborer eux-mêmes un corpus, ce qu’ils feront plutôt dans leur thèse ;

On peut aussi appeler ces pratiques en ligne des “pratiques numériques”, en tenant compte de la polysémie du terme numérique, qui englobe aussi l’appel à des méthodes quantitatives et/automatiques qui ne sont pas obligatoires pour la recherche en ligne (je reviendrai sur l’usage de ce mot, mais pour le moment une esquisse de typologie figure en slide 18 dans ce billet). J’emploie aussi le verbe numériquer pour désigner le processus qui consiste à donner à la recherche des formes numériques. Pour ces cinq types d’activités, ma discipline, les sciences du langage, section 7 intitulée “Linguistique générale et phonétique” (mais il y a aussi des linguistes en 9e, “Langue et littérature françaises” en 71e, “Sciences de l’information et de la communication” et ailleurs), me semble en retard par rapport à d’autres disciplines SHS en France et surtout par rapport à la manière dont les anglophones pratiquent la linguistique en ligne. Mon “me semble” reste prudent car la vision que j’ai des disciplines que je connais un peu, parce qu’elles sont contributives à la mienne dans ma recherche (philosophie, sociologie, sciences cognitives) ou parce que j’y compte des amis et correspondants (Info-com, histoire, géographie), est forcément partielle et orientée, et même sans doute déformée. Je constate empiriquement que, dans mes lieux numériques, il n’y a que très peu de linguistes, et que je discute et j’échange essentiellement hors de ma discipline. J’ai raison d’être prudente car on va voir qu’une observation plus fine montre que les linguistes sont plutôt plus présents en ligne que d’autres disciplines SHS, sous certains aspects. Seulement, les modalités et les domaines de recherche diffèrent des miens, d’où mon sentiment, subjectivement exact mais plus “objectivement” inexact, d’isolement numérique.

J’examine aujourd’hui la présence en ligne des travaux des chercheurs et des revues de linguistique francophones, à partir de mes observations de ces dernières années, et de petits sondages pseudo-quantitatifs (totalement dépourvus de méthodologie). Je continuerai mon exploration dans le prochain billet en parlant du blogging scientifique en linguistique, francophone et anglophone.

Travaux de chercheurs en ligne

Prenons la plateforme française HAL au 15.07.2012 : on y trouve 4576 documents catégorisés sous la section “linguistique” du domaine “Sciences humaines et de la Société”. Je précise que par “documents” on entend sur HAL fichiers ou simples références bibliographiques. En fait, comme le domaine “Sciences cognitives” comporte une section “Linguistique” comptant 817 documents, cela fait en tout 5393 pour la linguistique. En regardant le nombre de documents en sociologie (3256), en philosophie (1229) ou en anthropologie sociale et ethnologie (2062), je me rends compte que ma vision du “retard” de la linguistique est inexacte. Mais d’où vient que quand je cherche des travaux en analyse du discours, linguistique textuelle ou sociolinguistique (ou analyse conversationnelle, pragmatique, anthropologie linguistique, etc.), je ne trouve que très peu de choses ? Eh bien du fait que ces domaines ne sont que très peu numériqués et que le gros des dépôts vient des approches linguistiques formelles, quantitatives et expérimentales proches des modèles des sciences exactes, qui, elles, déposent massivement : 43.743 documents pour l’informatique, 21.036 pour les mathématiques, 80.444 pour la physique. Je donne la liste pour les SHS : 674 en droit, 6622 pour “économie et finances”, 100 pour les “études classiques” (les lettres classiques ?), 3481 pour l’histoire, 1031 pour les “littératures”, 2336 pour l’info-com. Je ne devrais pas donner ces chiffres à la file sans croiser d’autres paramètres : la démographie des disciplines, les pratiques de publication par disciplines (un correspondant sur Twitter me fait justement remarquer que pour les scientifiques, HAL est un lieu de dépôt de rapports, un lieu de génération de pages web, etc.), les politiques de labo (merci à Yannick Prié de la précision) et les directives des financeurs de projet (un sociologue me rappelle que l’ANR demande des dépôts systématiques par exemple, merci pour le rappel et le lien).

Dans mes domaines, certaines pratiques m’étonnent un peu : certains chercheurs diffusent directement sur leurs sites personnels des papiers publiés, parfois sous la forme du pdf éditeur, alors qu’ils n’ont pas de compte sur HAL. La pratique de promotion individuelle, forte en SHS,  se reduplique donc en ligne. Mais on trouve aussi sur HAL des références exhaustives de travaux de chercheurs dans certains labos sans un seul fichier disponible : le chercheur et/ou le labo utilisent alors HAL comme un fichier bibliographique, et vitrine pour l’Aeres j’imagine, et la fonction “partage” est donc désactivée… Des chercheurs majeurs dans mon champ, dont je ne peux ni ne dois absolument pas me passer, sont totalement absents : pas un fichier à l’horizon, pas un résumé. Des ouvrages et articles classiques, épuisés et parfois introuvables, n’ont jamais été numérisés et mis à disposition par personne. Récemment Marc Arabyan, l’éditeur des éditions de linguistique Lambert-Lucas, me disait qu’il allait rééditer l’article majeur et fondateur de Jacqueline Authier, “Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive », publié dans DRLAV 26 en 1982, introuvable et même difficilement accessible en bibliothèque… dans un recueil papier. Je suis d’autant plus déçue que cette idée lui est venue en lisant un de mes billets où je notais cette indisponibilité, et j’aurais aimé une mise en ligne, surtout pour les étudiants, en particulier étrangers et en particulier du “sud”. La revue, qui était d’ailleurs plus proche de la littérature grise que de la revue proprement dite, a disparu depuis longtemps et j’imagine que la question des droits ne serait pas un obstacle ; mais le papier, c’est mieux que rien !

Revues disponibles en ligne

Du côté des revues, justement : elles commencent à être bien numérisées (mais peu numériquées, j’y reviens) : les articles sont accessibles selon les différents embargos choisis. Cairn propose 10 revues, Persée 12 dont 3 communes (fonds antérieurs à certaines dates). Revues.org en annonce 37 mais la catégorie “Linguistique” fonctionne plus comme un mot-clé qu’une catégorie véritable : la revue Afriques par exemple, que l’on trouve sous “Linguistique”, n’est pas une revue de linguistique mais plutôt d’histoire ; de même pour L’annuaire de l’École pratique des hautes études ou le Bulletin des séances de l’Académie royale des sciences d’outre-mer, que je suis un peu étonnée de trouver sous la catégorie “Linguistique”. Le même effet de démultiplication et de légère confusion, il faut bien le dire, se retrouve pour les carnets (j’y reviens dans le prochain billet), et cela biaise un peu la perception de la répartition des disciplines. De fait Revues.org accueille 17 revues en linguistique, dans les différents courants des sciences du langage, dont trois interdisciplinaires.

On dispose donc d’environ 35 revues francophones de linguistique, dont les fonds sont inégalement numérisés et dont la forme est très peu numériquée : les textes sont en général le résultat d’une mise en ligne simple avec peu de traits hypertextuels (hormis le renvoi aux notes et à la bibliographie). L’écriture numérique est donc absente : récemment, j’ai proposé à une revue qui me semble spécialement compter dans le champ, pour plusieurs raisons mais en particulier parce qu’elle une barrière mobile de 6 mois et qu’elle est donc rapidement accessible sur un bon portail, de fournir pour la mise en ligne une version hypertextuelle des articles d’un numéro dont je m’occupe, à commencer par le mien. J’ai reçu une réponse un peu crispée : “Nous ferons de notre mieux, mais comprenez que nous ne sommes pas en mesure d’imposer des “transformations” même minimes au site de X…”. Ce serait bien sûr trop facile de faire de l’ironie, mais le site en question, que je connais bien, n’a évidemment rien contre l’écriture numérique, bien au contraire, et cette résistance n’est pas de son fait. Le saut (la fracture ?) numérique qui reste à franchir aux chercheurs et à leurs revues leur incombe bien : sur le plan technique et éditorial, tout est prêt et disponible, il n’y aucun obstacle. Sur le plan institutionnel, c’est autre chose, et il est trop tentant de diriger le lecteur vers le classement Aeres des revues de linguistique en 2008, qui a été contesté depuis, en lui en laissant le libre usage interprétatif.

Qu’en est-il des revues entièrement électroniques ? Sur les 35 que je viens de mentionner dans le cadre des trois portails, seules Corpus, Discours, Alsic et Argumentation et analyse du discours sont sur support exclusivement électroniques (sauf erreur de ma part). Cela ne les numérique pas pour autant et leur contenu reste assez classiquement analogue à du texte imprimé, hormis les métadonnées : c’est du numérique-numérisé, du “numérique 2″, selon la petite typologie mentionnée plus haut. Hors portails, on trouve aussi Corela, une des plus anciennes (2003), ou Textes et Contextes, plus interdisciplinaire. J’ajoute volontiers les Nouveaux Actes sémiotiques (NAS) entièrement en ligne depuis 2007. Et je mentionne des revues francophones non françaises : Signes, discours et sociétés, ou Les Cahiers de l’AFLS. Les textes qu’elles hébergent sont là aussi très peu numériques au sens fort du terme (mon “Numérique 3″) et on reste sur le modèle de l’écriture linéaire. On constatera également que l’ergonomie et l’esthétique des sites ne sont pas toujours optimales.

Les revues en ligne francophones semblent donc s’arrêter au seuil de l’écriture numérique, et se contenter de leur circulation accrue et de leur navigabilité, ce qui est déjà une modification et un avantage importants par rapport au format papier : on sait que le même texte n’est pas lu de la même manière sur papier et sur support électronique, et je pense que la lecture électronique est plutôt enrichie. Je me demande cependant pendant combien de temps encore elles resteront de simples mises en ligne, plus ou moins améliorées, de textes que les chercheurs continueront à écrire sous word, en écriture linéaire, loin des puissantes possibilités réticulaires de l’écriture numérique. Jusqu’à quand il faudra patienter pour passer au “numérique 3″, c’est-à-dire à l’écriture native en ligne.

Crédit photographique : “Déroulable”, M.-A. Paveau, juillet 2012, Paris

Prochain billet. Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophones

Pour citer ce billet : 

Paveau M.-A., 15 juillet 2012, Linguistique et numérique 1. Une discipline hors ligne ? La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10050, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

“La panthère du Jardin des plantes”, M.-A. Paveau pour La pensée du discours, Vases communicants de juillet 2012

Me voici chez la rédactrice des Langues de feu, carnet solaire qui est soudainement apparu dans mon …

Me voici chez la rédactrice des Langues de feu, carnet solaire qui est soudainement apparu dans mon reader en janvier dernier. Oh, oh, m’étais-je dit un matin en faisant le tour de mon jardin numérique, à l’affût d’un intéressant billet à publier en une d’Hypothèses, il y a de la langue, et pas qu’une, il y a du texte, de la traduction, de l’énergie et de l’abondance, ça va me plaire. Et effectivement, le carnet de Claire Placial est bien vite entré dans la […]

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Série d’été. Linguistique et numérique

À force de tourner autour, il fallait bien que j’y arrive un jour, à me colleter à ce rapport….

À force de tourner autour, il fallait bien que j’y arrive un jour, à me colleter à ce rapport. J’observe depuis quelques années avec étonnement et curiosité l’absence d’une articulation, en France (et cette précision n’est pas un détail, j’y reviendrai dans le premier billet de la série) entre les sciences du langage comme discipline de recherche et d’enseignement (ou linguistique, pour aller vite) et le numérique comme pratique scientifique, communautaire, éditoriale et pédagogique. Je montrerai plus en détail cette “fracture” entre linguistique et numérique dans le courant de la saison, qui concerne à la fois la science en ligne (pratiquement pas de blogging scientifique francophone, contrairement aux pratiques anglophones) et l’édition numérique (peu de revues en ligne et des numérisations et  passages en ligne tardifs voire inexistants pour certaines “grandes revues” du champ). Mais aussi la pédagogie (pas de blogs pédagogiques, comme je le disais en ouvrant le mien la semaine dernière) et la présence sur les réseaux (je serais quasiment seule sur Twitter si je n’y avais pas entraîné mes doctorants et je ne peux pas partager grand chose comme ressources collectives du type curation, partage de signets ou lecteur de flux par exemple). Mes collègues sociologues, philosophes, chercheurs en infocom, historiens ont par exemple une présence en ligne bien plus importante, et peuvent “faire communauté”. Je sais bien que cette image est un peu idéalisante et les disciplines que je viens de citer sont sans doute elles aussi traversées par cette fracture, ainsi sans doute que les sciences exactes. Les désagréables esclaffements qu’ont provoqués la mention de Twitter et la nécessité d’un community manager dans une réunion liée à la formation des doctorants m’ont montré tout récemment que certains physiciens et psychologues par exemple n’étaient guère informés sur le web 2.0.

Je m’inclus d’ailleurs dans cette critique : ce sont mes pratiques numériques, récentes (j’ai ouvert mon premier blog début 2010), qui m’ont amenée à penser une linguistique articulée sur le numérique et à considérer les discours en ligne comme des objets d’investigation pour ma discipline : d’où cette “analyse du discours numérique” que je mets en place depuis deux ou trois ans et qui a fait l’objet d’un premier séminaire de master-doctorat l’an dernier en 2011. Un livre est désormais en route, mais je suis donc, chronologiquement et techniquement, une newbie. Il faut avouer cependant que depuis ce premier blog, le numérique a profondément et rapidement modifié mes manières de faire de la recherche et de l’enseignement, et, je crois, nombre de mes manières de vivre dans de nombreux domaines. Me voilà maintenant habitante de plusieurs lieux numériques, de natures diverses. J’essaie de ne pas être plus royaliste que le roi, et d’éviter la technophilie béate, mais c’est parfois difficile, je l’avoue, tellement la fécondité du numérique, dans la recherche en particulier, est grande.

Mon hypothèse pour expliquer la fracture numérique en linguistique est très simple et repose sur la distinction entre numérique et informatique. La linguistique est évidemment en pointe sur le traitement automatique du langage, la révolution cognitive des années 1950 ayant étroitement apparié sciences du langage et intelligence artificielle. L’hypothèse chomskyenne pose l’analogie entre le cerveau et l’ordinateur et à partir de là, les programme d’automatisation (traitement de la parole, traduction, compréhension et génération automatiques, dialogue homme-machine, recherche d’information et fouille de données) se sont succédé sans discontinuer jusqu’à nos jours, comme le montre le très riche Portail des technologies de la langue. Mais, comme on le sait, informatique ne veut pas dire numérique, et il semble bien que ce soit l’ordinateur et les programmes qui occupent le terrain en sciences du langage, au détriment du numérique qui engage d’autres conceptions et d’autres usages de la machine. L’informatique et le numérique ne font pas la même chose et ne le font pas pour atteindre les mêmes objectifs, même s’il existe de nombreux nœuds de croisement. Le débat qui a eu lieu il y a quelques mois à l’occasion de l’introduction d’un “Enseignement de spécialité d’informatique et sciences du numérique de la série scientifique“ a permis des analyses et des clarifcations intéressantes ; dans cette discussion, je suis plutôt de ce côté-là. Des domaines se dessinent autour de chacun d’eux et il se trouve que la linguistique figure de manière privilégiée dans l’un mais non dans l’autre. C’est inexact pour certains cas particuliers, et je les examinerai en détail, mais je vais partir de cette hypothèse générale. Cette série d’été me permettra de la vérifier, de la modifier ou de l’infirmer.

Crédit photo : “Clavier”, 2012, Artois bibliothèque, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Prochain billet : Linguistique et numérique 1. Une discipline en/hors ligne ?

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts