L’échec américain en Irak : complot avorté ou erreur stratégique? Une explication à travers le processus décisionnel

Y a-t-il vraiment eu un grand complot pour en finir avec Saddam Hussein? Une grande alliance entre l…

Y a-t-il vraiment eu un grand complot pour en finir avec Saddam Hussein? Une grande alliance entre les grandes pétrolières, les revanchards de la première guerre du golfe, les entreprises du complexe sécuritaro-industriel, les néo-conservateurs, la CIA, les Bush? Ou n’y a-t-il eu qu’une accumulation d’erreurs, d’incompétences dans un alignement d’astres politiques inédit? L’objectif de ce papier est de montrer que l’on peut regarder les théories du complot comme présumant trop de la grande rationalité et intelligence des décideurs, ainsi que d’une plus grande cohésion que ce dont ils sont capables. Toutefois, la discussion reste ouverte. Et les commentaires sont bienvenus pour ce papier qui demeure ici un « work in progress ».

Les différentes théories du complot qui ont émaillé l’imaginaire des deux siècles passés[1] ont eu des relents des chasses aux sorcières des 16e et 17e siècles[2]… et l’on pourrait remonter plus loin encore[3]. Il est vrai toutefois, qu’à compter de la fin de la Seconde guerre mondiale, un grand nombre de ces complots ont pour théâtre[4], ou pour acteur principal, les États-Unis[5] – rançon sans doute du statut de superpuissance qu’ils se sont mérités à l’issue du conflit. Chaque rupture du continuum historique conduit à un sursaut des théories conspirationnistes, qu’il s’agisse de la fin de la guerre du Vietnam, de la fin de la Guerre froide ou de l’irruption du 11 septembre[6]. En effet, la présidence de George W. Bush, marquée par le 11 septembre et émaillée de scandales et de tentatives d’occulter des erreurs manifestes, a largement alimenté la fièvre conspirationniste dont les théories ont connu un regain sans précédent avec des hérauts aussi divers que Michael Moore, Thierry Messan, Andreas Von Bülow ou encore Mathias Broeckers[7]. Les contradictions, les tergiversations et les erreurs de l’administration en place ont aisément conduit, devant la complexité de la situation, un certain nombre de théoriciens du complot à imaginer que le gouvernement américain avait, le 11 septembre 2001, orchestré une mise en scène pour redorer son blason – et remodeler la géopolitique du Machrek. Ainsi, « le groupe Carlyle, le Pentagone, la Maison-Blanche, Halliburton […] auraient monté un complot impliquant des membres d’Al Qaida, le silence du FBI, de la CIA et des agents du terrain, celui des bureaucrates de plusieurs ministères, des conseillers et du personnel de la Maison Blanche »[8]. De toute évidence, le choc du 11 septembre a marqué le début d’une nouvelle ère, dont les paramètres demeurent encore à clarifier : faute de pouvoir trouver un ennemi objectif, une motivation claire de la part d’Al Qaida, les théories du complot ont donc refait surface. Il y a à cela une raison : « paradoxalement, le mythe du complot tend à remplir une fonction sociale d’importance non négligeable et qui est de l’ordre de l’explication […] tous les faits se trouvent ramenés, par une logique apparemment inflexible, à une même et unique causalité, à la fois élémentaire et toute-puissante »[9]. La simplicité de l’explication donne également une rationalité à un ensemble complexe, un sens au déroulement des événements, et organise en système les hasards et coïncidences[10], pour ainsi dire orchestrée en véritable détournement de la théorie du « rasoir d’Occam »[11]. Tous les complots correspondent donc à une volonté d’établir un chaos pour s’emparer du monde exsangue[12]. L’effondrement de la structure bipolaire du monde qui fournissait des réponses simples à une situation apparemment figée a consacrée le début d’une ère complexe, dont le point paroxystique est atteint avec le 11 septembre 2001 : dans un univers dont les données apparaissent brouillées[13], le complot est, selon le philosophe Pascal Bruckner, « un réducteur de complexité »[14]. Le renversement de la charge de la preuve, qui conduit celui qui est accusé (le comploteur) à devoir faire la preuve qu’il n’est pas partie au complot, tout en contrevenant aux règles les plus élémentaires du procès, rend pour ainsi dire impossible d’invalider la thèse conspirationniste :

« Interrogé par un journaliste qui lui demande, puisque l’Avion ne s’est pas écrasé sur le Pentagone[15], qu’est-il devenu? Thierry Messan lui répond : ‘Posez la question au gouvernement américain!’ Inutile donc de le contredire ».

Il est en effet difficile de démonter rapidement le raisonnement syllogistique qui veut qu’un mensonge ponctuel en appelle d’autres, récurrents cette fois-ci, d’autant que la structure narrative du complot[16] obéit avant tout à « des cycles conjoncturels »[17], alimentée par son contexte[18] plus que par son origine[19]. C’est donc cette rationalisation du processus décisionnel américain que nous étudierons ici, sous deux angles : les théories du complot doivent être mises à l’épreuve de l’examen de la structure du pouvoir, et du postulat de rationalité des décideurs.

1. La diversité d’acteurs dans le processus décisionnel américain

Il est en soi paradoxal de conférer à une administration une intelligence supérieure, à même de concevoir et de réaliser un complot planétaire, tout en l’abreuvant du mépris fondé sur sa présumée inaptitude à prendre des décisions articulées[20]. Comment « penser que c’est cette même présidence (ou ces mêmes groupes industriels ou bureaucraties) qui a pu mener un complot d’une telle complexité (faire sortir les gens appropriés à temps, sommer les « initiés » de faire les transactions financières, former les pilotes, réduire au silence les bureaucraties[21]) et ne pas trouver le moyen d’enterrer quelques armes nucléaires dans le désert irakien pour justifier l’intervention de 2003 »[22]. C’est là l’une des premières contradictions des affirmations de complot : la distorsion entre l’hyperpuissance de décideurs sans visage (la World Compagnie des « Guignols de l’Info »[23], émission satirique française qui a mis un nom sur ce complot mondial) et l’ineptie des dirigeants que l’on identifie au gré de leurs bourdes et de leurs erreurs[24]. En effet, « ce qui ne peut toutefois manquer d’étonner, c’est l’ampleur du hiatus existant entre la constatation de ces faits, tels qu’ils peuvent être objectivement établis, et la vision qui en est donnée à travers le récit mythologique »[25]. En réalité l’explication que l’on peut apporter, parce qu’elle se réduit à la fragmentation du pouvoir, est bien plus décevante : elle tient à la structure du système décisionnel américain où la fragmentation du pouvoir a conduit à institutionnaliser la « fuite » comme instrument de la démocratie.

1.1. La fragmentation du pouvoir

Le système politique américain est fondé sur un système de séparation (Montesquieu parlerait d’équilibre) des pouvoirs horizontal et vertical qui s’imprime jusqu’au cœur de la structure administrative américaine. Au cœur même du cabinet, un peu à l’instar de ce qu’avait préconisé Madison[26], un système de poids et contrepoids s’articule autour du chef de l’Exécutif pour justement atteindre un point d’équilibre où les excès de pouvoir sont contenus : « le jeu des poids et contrepoids établi par la Constitution, se déroule davantage à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Exécutif »[27]. Ni collégial, ni solidaire, cette structure gouvernementale n’a pas à obéir aux impératifs de cohésion qui soude un cabinet dans un régime parlementaire. Cette atomisation du pouvoir se reflète alors dans la structure bureaucratique : en l’absence de principe hiérarchique qui imposerait la sujétion absolue des services administratives au président par voie pyramidale, les fonctionnaires et administrateurs disposent d’une marge de manœuvre et d’une liberté décisionnelle considérable, et d’une force d’inertie incomparable : « la bureaucratie est donc à la fois un instrument de la puissance du président lorsqu’il parvient à la dominer, et un facteur dérangeant lorsqu’elle agit en ordre dispersé »[28]. À tel point d’ailleurs que l’Opposition se situe bien souvent plus au cœur des bureaucraties fédérales[29]. Le point d’équilibre se situe donc autour du président des États-Unis qui, selon la place qu’il occupe au cœur de cette architecture, va voir ainsi déterminés les succès et échecs de son administration[30]. La superposition des compétences et des mandats alimente cette concurrence entre services qui vont chercher à influencer tout au long du processus décisionnel les rouages clés et les personnages qui vont déterminer les inflexions de la politique étrangère. L’approche bureaucratique[31] offre, après Graham Allison, une mise en cause de l’utilitarisme comme élément explicatif de la politique étrangère en se fondant sur le fractionnement du pouvoir et une vision d’un État qui n’est en réalité qu’une constellation d’organisations qui tendent à converger vers le sommet politique. Dès lors les intérêts particuliers de ces structures prévalent sur un hypothétique intérêt national supérieur et définissent l’orientation des politiques : la décision est alors « le fruit d’un marchandage entre des groupes au sein de l’appareil gouvernemental »[32]. En l’absence de l’imposition d’un dessein unique, il ne peut y avoir un modèle décisionnel idéal, « seulement un ensemble de facteurs imparfaits qui expliquent les nombreux soubresauts et les développements inattendus des relations internationales »[33]. Même le style personnel du président et son mode de gestion sont bousculés par les tensions contradictoires qu’imposent les négociations bureaucratiques[34]. De fait la politique étrangère est plus un assemblage d’éléments épars qu’une construction orchestrée et mue par un dessein unique : à ce titre, des entrevues avec les opérateurs de la politique étrangère américaine donnent un panorama précis de cet assemblage. Ainsi Zach Selden, ancien officier civil à l’OTAN[35], explique que deux facteurs ont un rôle clé : d’une part, la capacité restreinte des officiers à simplement assimiler et gérer les informations qui leur sont dispensées quotidiennement limite leur aptitude à se projeter dans l’avenir. D’autre part, le poids des us bureaucratiques conduit chaque officier à devoir répondre en des termes prédéfinis par les cultures administratives internes et restreint sa capacité à « sortir de la boîte » : il évoque à ce titre la question des Armes de destruction massive en Irak et explique fort bien que les officiers de renseignement devaient trouver une explication à la disparition des registres d’un certain nombre d’éléments qui pouvaient éventuellement permettre de construire des ADM. Or, ajoute-t-il, en l’absence de preuve invalidant le détournement de ces éléments, la seule explication viable en termes de culture administrative était la confirmation du détournement de ces composantes à des fins militaires. Ainsi, la pensée groupale qui a prévalu à certains niveaux de la communauté du renseignement est simplement due à des mécanismes administratifs, une structure hiérarchique et un nombre limité d’informations en provenance du terrain. Elle n’occulte toutefois pas les dissidences qui, faute de pouvoir trouver un exutoire dans le maelstrom bureaucratique, ont souvent recours à la « fuite » qui devient alors un instrument du pluralisme.

1.2. La « fuite », instrument de la démocratie pluraliste

Il y a au 11 septembre ou encore à l’invasion de l’Irak – en tant qu’elle était fondée sur l’existence d’Armes de destruction massive – une explication plus prosaïque et sans doute décevante : l’incompétence et la fragmentation du pouvoir[36]. En effet, le système décisionnel américain est articulé autour d’un enchevêtrement de poids et de contrepoids où chaque acteur a, quelque part dans le système, un contre-pouvoir, susceptible de le modérer ses excès. L’inertie de ces mécanismes est cependant grande et il aura fallu trois ans aux membres du Congrès, aux quotidiens nationaux et aux juges de la Cour suprême pour s’élever contre les abus d’une administration devenue omnipotente. Ce silence, cette déférence, alimente les thèses du complot. Ces dernières ignorent cependant trois éléments. Tout d’abord, elles écartent la force centripète du réflexe du « ralliement autour du drapeau », pourtant existant dans d’autres régimes et dont l’effet aliénant est indéniable et plus ou moins durable selon l’évolution des événements[37]. Ensuite, elles négligent les divergences qui peuvent apparaître au sein de l’administration et dont l’affaire des Pentagon Papers, avec Daniel Ellsberg, constitue l’archétype. Enfin, elles omettent la volonté d’organisations infra-étatiques de promouvoir leur propre ordre du jour en recourrant aux fuites[38]. C’est pour cela que les scandales finissent par être dévoilés, même lorsque la présidence cherche à les couvrir (on connaît les Watergate, Irangate, Monicagate et autres Plamegate). Ainsi, la théorie du complot cherche une intelligence supérieure là où il n’y a que des humains, faillibles, opportunistes et vaniteux. Le « confort » de la conspiration est un leurre[39]. Il n’y a donc, avec le 11 septembre, que des attentats singulièrement réussis. Il n’y a, derrière l’invasion de l’Irak, que l’opportunisme d’un groupe de conseillers engoncés dans la guerre froide – les néo-conservateurs –, l’effet centripète de la pensée groupale et la peur de toute une population pétrifiée dans sa vulnérabilité[40]. La théorie du complot postule également le silence absolu des différents instigateurs et acteurs de la conspiration. Et donc l’absence de fuites, volontaires ou pas.

Or « on sait par l’expérience que beaucoup de conjurations ont été formées mais qu’il n’y en a que bien peu qui aient eu une heureuse issue. Un homme ne peut pas conjurer tout seul : il faut qu’il ait des associés ; et il ne peut en chercher que parmi ceux qu’il croit mécontents. Or en confiance un projet de cette nature à un mécontent, on lui fournit le moyen de mettre un terme à son mécontentement ; car il peut compter qu’en révélant le secret, il sera amplement récompensé tandis que la conjuration ne lui présente qu’incertitude et péril »[41].

La démocratie américaine figure, compte tenu de son agencement tentaculaire, de l’absence de principe hiérarchique qui fédérerait toutes les agences derrière un seul intérêt, et de son organisation en forme de poids et contrepoids, parmi les plus transparents des régimes occidentaux, simplement parce que son étanchéité n’est pas absolue. En ce sens, on peut présumer que le processus décisionnel en politique étrangère ne peut se soumettre à un « grand dessein », en raison de la démultiplication des acteurs et des contraintes exogènes, qu’il s’agisse de la structure politique nationale ou des données du système international. Or les théories du complot s’immiscent dans l’explication du processus décisionnel en postulant tout à la fois et paradoxalement sa bêtise et sa rationalité. Or le processus décisionnel se caractérise au contraire par ses contradictions, ses errements, ses erreurs, et en fin de compte et à l’inverse, son irrationalité. En effet, « une telle croyance témoigne, paradoxalement, d’une forme d’hébètement devant la puissance américaine, alors même que celle-ci échoue dans des entreprises bien moins herculéennes que l’éventuelle réalité (puis la dissimulation) d’un tel complot »[42].

2. L’absence de rationalité dans le processus décisionnel américain

Idéalement, la Maison-Blanche devrait parvenir à une décision élaborée sur la base d’une analyse rationnelle à l’issue d’un bilan coûts-avantages réfléchi. Il s’agirait alors d’un acte doué d’une grande précision, mû par les impératifs globaux de la politique étrangère et qui réduirait les variables de l’analyse aux objectifs de puissance de l’État ou de l’acteur central au vu de son environnement immédiat[43]. L’approche utilitariste[44] abonde dans ce sens et est alimentée par la théorie des choix rationnels : elle définit une hypothèse optimale de la prise de décision. C’est dans ce cadre théorique que finissent par s’inscrire les théories du complot. Elles postulent de la part des décideurs une connaissance absolue de la situation, une maîtrise totale de l’ensemble des variables et une capacité sans égal d’anticipation (ou de réduction) des imprévus. Or, la réalité est à l’inverse : « Les décideurs agissent fréquemment sur la base d’informations à la fois parcellaires et abondantes, doublées d’incertitudes, ce qui remet en cause toute théorie présumant un comportement rationnel idéal »[45]. Il y a, derrière chaque décideur, une portion de subjectivité irréductible qui va définir au moins certains paramètres de la prise de décision, réduisant d’autant sa rationalité… et, ce faisant, son aptitude au complot. La subjectivité des décideurs, parce qu’elle ne peut être par définition « objectivisée », est l’une des clés de l’invalidation de la théorie du complot.

2.1. La subjectivité des décideurs

Les décideurs ne prennent pas la décision idoine, ils prennent une décision, celle qui leur paraît la plus appropriée au vu de leur expérience de vie, de gouvernement, et des données dont ils disposent. C’est ce que les théoriciens de l’approche perceptuelle[46] vont étudier, en reniant partiellement les dogmes de la théorie des choix rationnels[47] : « la notion d’intérêt national est ici remplacée par la définition de la situation »[48]. La perception d’une situation va, en période de crise, jouer un rôle déterminant dans le processus décisionnel : le stress, l’urgence de trancher accroissent des réactions stéréotypées qui sont souvent très éloignées des enjeux collectifs et des perspectives globales et beaucoup plus proches d’intérêts individuels immédiats[49]. Ces réactions vont réduire d’autant le spectre des options disponibles, sur la base de données éminemment conjoncturelles[50]. Ainsi le décideur (dont on rappellera qu’il est rarement seul mais un parmi d’autres, ce qui ajoute à la complexité de la prise de décision[51]) observe la situation à travers le prisme déformant de sa propre perception et non à travers celui d’un grand dessein supérieur : ainsi, bien souvent, ce sont « l’urgence et le choix intuitif du dirigeant qui commandent tout »[52]. Premièrement, « les décideurs lient mentalement les décisions à prendre aux références du passé (l’analogie historique) ; [deuxièmement] ils tentent de rendre cohérentes les perceptions entre elles (la cohésion) ; [troisièmement] ils privilégient des explications simples qui légitiment leurs solutions (l’économie par la simplification) ; [quatrièmement] et ils appliquent les mêmes perceptions d’un enjeu à l’autre pour ne pas remettre en cause leurs convictions profondes (la stabilité) ». Il lie les attitudes cognitives au niveau où elles s’exercent, qu’il s’agisse de l’individu ou du groupe pour démultiplier les paliers de décision, les variables du processus[53] et ce faisant, ses incertitudes[54]. Au niveau du groupe, la spirale de la « pensée groupale », où la propension d’un groupe à l’uniformité est un mécanisme quasi-naturel de réduction de la complexité, vient altérer systématiquement – mais dans des degrés divers – la rationalité de la prise de décision[55]. La quête de consensus aux dépens d’une salutaire discordance permet d’expliquer partiellement certaines erreurs de politique étrangère[56]. Le style qu’insuffle telle ou telle personnalité du Conseiller pour la sécurité nationale ou du président laisse imaginer le poids qu’a la subjectivité dans la processus décisionnel : on est donc très loin d’une rationalité transcendante[57]. Il serait pourtant possible d’imaginer que quelques décideurs, situés au sommet de la pyramide décisionnelle, puissent être en mesure d’influencer irrémédiablement l’ensemble du processus pour l’orienter à leur guise… et selon leurs desseins. Cela supposerait qu’il n’y ait qu’un seul et unique groupe de décideurs mû par une idée unique et à même de l’imposer. Or, par exemple, si le discours néo-conservateur a eu, à la suite du 11 septembre, des « effets structurants sur les politiques américaines »[58] on ne peut guère aller au-delà d’une dynamique éphémère[59] qui n’est parvenue que par le fruit des circonstances à ponctuellement dominer les autres[60], et qui se fracture lorsque le consensus national s’effondre. En effet il n’existe pas à proprement parler « d’ensemble cohérent et structuré » qui permettrait de définir la puissance américaine[61].

2.2. L’absence de cohérence d’ensemble

L’ensemble de l’architecture décisionnelle américaine est alimenté par une myriade d’organisations qui font converger les informations et données dont elles disposent vers la Maison-Blanche[62]. Toutefois, elles ne sont pas mues par une force centripète d’égale intensité, les informations qu’elles restituent s’inscrivent sur la base des fractures idéologiques qui se décèlent bien souvent sur la base du concept de « territorialité bureaucratique ». Ainsi, au cœur même de la communauté du renseignement – instrument clé s’il en est de la prise de décision en matière de politique étrangère – les divergences quant aux sphères de compétence et aux capacités d’analyse sont telles qu’elles peuvent donner lieu à des dysfonctionnements (et ce faisant à des décisions erronées) qui ne sont en rien liés à des intentions complotistes[63]. Toutefois, ainsi que l’explique le professeur David, la présomption de Graham Allison selon laquelle le « conflit décisionnel est inévitable » est exagérée : en effet, ici encore, par delà l’appartenance bureaucratique, les perceptions, les convictions, les interdépendances politiques sont autant de facteurs qui vont expliquer les options que peut privilégier un conseilleur ou un décideur[64]. Mais il est certain, ajoute-t-il, que les sous cultures administratives[65] vont jouer un rôle déterminant dans la définition même des perceptions individuelles. Et les mécanismes mis en place au niveau interministériels pour réduire ces distorsions[66] ont justement eux aussi un impact réel sur la prise de décision. Ainsi, l’existence systématique d’inputs cognitifs aux niveaux individuels et groupal, aux niveaux des bureaucraties et des conseillers, a, en raison de la diversité même de ces inputs, vient réduire de fait l’éventualité qu’un réel complot se fomente et s’accomplisse réellement. Les obstacles bureaucratiques et individuels sont colossaux, en raison même du fait que le système bureaucratique, politique, administratif n’est pas articulé autour d’un centre prédéfini[67]. L’absence de cohérence d’ensemble du système décisionnel ne permet bien entendu pas d’exclure l’hypothèse d’une prédominance d’un groupe à un moment donné – au contraire, elle peut même la favoriser[68] – mais une fois encore, c’est elle qui va également sonner le glas de cette domination, sous l’effet inéluctable et imprévisible du mouvement pendulaire des poids et contrepoids du système politico-administratif américain. En d’autres termes, un hypothétique complot n’aurait qu’une fenêtre d’opportunité extrêmement réduite, qui présupposerait une étanchéité absolue des différents paliers décisionnels, la survenance d’événements exceptionnels, l’absence totale de dissidences internes et une centralisation sans égal. Autant d’éléments qui ne sont pas inhérents au système décisionnel américain : il n’y a donc, par translation, aucune rationalité qui serait consubstantielle des mécanismes et instruments de la prise de décision… et qui, ce faisant, pourrait être instrumentalisée au profit d’une conjuration.

*

La formulation de la politique étrangère américaine est le fruit d’un mouvement perpétuel[69]. On ne peut donc pas en prédire l’évolution, car trop de facteurs s’agrègent pour en définir les termes[70]. Dès lors, les possibles conjurés eux-mêmes ne peuvent théoriquement pas s’appuyer sur ce système, trop dynamique pour pouvoir prédire l’issue de leur conspiration. Au-delà même de cet aspect strictement mécanique, il faut revenir aux origines sociologiques de la théorie de la conspiration : « un des traits caractérisant les adeptes du complot est qu’ils ont une foi absolue dans l’efficacité américaine »[71]. Ils se font en réalité les porteurs des traits principaux du style national américain[72], en renforçant la croyance en la « pensée experte »[73], selon laquelle la réponse technologique qu’offriraient les services administratifs américains serait en mesure de pallier toutes les déficiences humaines. Les théoriciens du complot postulent l’invulnérabilité de la puissance américaine, l’infaillibilité de ses services de défense, de renseignement. Ils croient de façon simpliste aux affirmations péremptoires des services de relations publiques des ministères de la défense, du département d’État, de la sécurité intérieure : « ils croient que les dispositifs militaires américains opèrent comme le promettent les attachés de presse du Pentagone […] Ont-ils jamais lu un livre d’histoire militaire? Ils y auraient appris que les opérations planifiées avec le plus grand soin […] échouent pour des raisons liées à la stupidité, ou à la lâcheté, ou à la corruption … »[74]. Les affirmations des théoriciens du complot, loin de dénoncer le « péril américain »[75], viennent en réalité appuyer les fondements culturels de la politique étrangère américaine, imbibées qu’elles sont en fait du discours traditionnel, incapables de réelle critique : les théoriciens du complot, se faisant, se mettraient alors au service de la toute-puissance. Quel que soit sa forme, le complot impose de repenser ses propres mécanismes et « le rapprochement s’impose avec quelques-unes des formes les plus caractéristiques des délires de persécution : aucune place n’est plus désormais laissée au hasard ou à l’accident »[76]. Et c’est là où le bât blesse… car, de toute évidence, la politique étrangère – à l’instar de toute politique – est émaillée de hasards et d’accidents qui viennent irrémédiablement changer le cours de l’Histoire et avec elle le sort des conjurés.

[1] Les protocoles « des Sages de Sion », des faux, œuvres des services de police tsariste, en constituent l’archétype : Voir Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Éditions du Seuil, 1986, p.32 et Norman Cohn, Histoire d’un mythe : la « conspiration » juive et les « Protocoles des sages de Sion », Paris, Gallimard, 1992 (trad.). Voir également Olivier Dard, La synarchie ou Le mythe du complot permanent, Paris, Perrin, 1998 et Yves-Marie Bercé et Elena Fasano Guarini (dir.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, Rome, École française de Rome, Paris, Boccard, 1996.

[2] Voir Julio Caro baroja, Les sorcières et leur monde, Paris, Gallimard, 1973; P.G. Maxwell-Stuart, Satan’s conspiracy : magic and witchcraft in sixteenth-century Scotland, East Linton, Tuckwell Press, 2001.

[3] Voir Richard M. Bennett, Conspiracy – Plots, Lies and Cover-Ups, Londres, Virgin Books, 2003, p.3-47. Ainsi que : Victoria Emma Pagán , Conspiracy narratives in Roman history, Austin, University of Texas Press, 2004.

[4] Voir Michael Barkun, A culture of conspiracy: apocalyptic visions in contemporary America, Berkeley, University of California Press, 2003; Harry G. West and Todd Sanders (ed.), Transparency and conspiracy: ethnographies of suspicion in the new world order, Durham, Duke University Press, 2003.

[5] Voir Frédéric Charpier, L’obsession du complot, Paris, Bourin éditeur, 2005 ainsi que Peter Knight, Conspiracy culture: from the Kennedy assassination to X-Files, Londres et New York, Routledge, 2000; Mark Fenster, Conspiracy theories: secrecy and power in american culture, Minneapolis et Londres, University of Minnesota Press, 1999.

[6] Jane Parish, Martin Parker (ed.), The age of anxiety : conspiracy theory and the human sciences, Oxford, Blackwell, Sociological Review, 2001. Willard Scott Thompson, « Rumors, conspiracies and the psychological climate of world politics », Fletcher Forum of World Affairs, Hiver/Printemps 1998, vol.22, n°1, p.17-28.

[7] Et bien d’autres. Voir par exemple : James H. Fetzer (ed.), The 9/11 conspiracy : the scamming of America, Peru, Ill., Catfeet Press, 2007; Jim Marrs, The Terror Conspiracy: Deception, 9/11 and the Loss of Liberty, Disinformation Company, 2006; Barrie Zwicker, Towers of Deception: The Media Cover-up of 9/11, New Society Publishers; 2006; Mathias Broeckers, Conspiracies, Conspiracy Theories, and the Secrets of 9/11, Progressive Press, 2006; David Ray Griffin, Debunking 9/11 Debunking: An Answer to Popular Mechanics and Other Defenders of the Official Conspiracy Theory, Olive Branch Press, 2007.

[8] Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David, « La formulation de la politique étrangère aux États-Unis, Le Banquet, n°23-1, 2006.

[9] Raoul Girardet, op.cit., p.54-55. Voir également Neil C. Livingstone, « Terrorism : conspiracy, myth and reality », Fletcher Forum of World Affairs, Hiver/Printemps 1998, vol.22, n°1, p.1-15 ainsi que Yves Viltard, « La figure de l’ennemi intérieur dans les théories conspiratrices aux États-unis », Sociétés, n°2, 2003, p.89-98.

[10] Pierre-André Taguieff, L’imaginaire du complot mondial : aspects d’un mythe moderne, Paris, Éditions mille et une nuits, 2006 et La foire aux « illuminés » : ésotérisme, théorie du complot, extrémisme, Paris, Mille et une nuits, 2005.

[11] Lire Joël Biard, Guillaume d’Occam, Logique et philosophie, Paris, PUF, 1997.

[12] Voir Antoine Vitkine et Barbara Necek, Le 11 septembre n’a pas du lieu, Documentaire, Arte, France, 2004.

[13] Les doutes des opinions publiques mondiales quant à l’origine du complot du 11 septembre (Al Qaida ou l’administration américaine) constituent à ce titre un terreau fertile sur lequel s’appuient les théoriciens de la conspiration. Antoine Viktine (op.cit.) abonde dans ce sens en citant des médias divers comme Der Spiegel, la chaîne du Hezbollah ou Al Jazeera.

[14] Antoine Vitkine et Barbara Necek, Le Grand Complot, Documentaire, Arte, France, 2004.

[15] Thierry Messan affirme en effet dans « L’effroyable imposture » paru aux éditions Carnot en 2002 qu’il n’y a pas eu de troisième avion sur le Pentagone… l’accident aurait été construit de toute pièce par l’administration américaine. Guillaume Dasquié et Jean Guisnel y répondent en démontant la thèse du secrétaire général du réseau Voltaire la même année : L’effroyable mensonge, Paris, La Découverte, 2002.

[16] Voir David Coady (ed.), Conspiracy theories : the philosophical debate, Aldershot et Burlington, Ashgate, 2006; Joseph Theodore Remington, Conspiracy narratives as political rhetoric, Thèse de doctorat, The University of Iowa, 2002, Ref. AAT 3058437 et Earl George Creps III, The Conspiracy Argument as Rhetorical Genre, Thèse de doctorat, Northwestern University, 1980, Ref. AAT 8104701.

[17] Véronique Campion-Vincent, La société parano : théories du complot, menaces et incertitudes, Paris, Payot, 2005.

[18] Tant en raison de l’évolution de la structure des relations internationales que du fait de l’existence de puissants relais comme internet. Sur ce point : Pascal Froissart, « Rumeurs sur Internet », Les Cahiers de médiologie, 1er semestre, 2002, p.205-208. Pour une approche féministe, lire : Valerie Rose Holliday, Conspiracy culture in America after World War II, Thèse de doctorat, Louisiana State University and Agricultural & Mechanical College, 2005, Ref. AAT 3167100.

[19] Lire Hans Jürgen Krysmanski, dans Tous Manipulés?, Interview d’Arte France, disponible en ligne. Il faut ajouter à cela la force de l’Internet : « Le 11-septembre a vu farceurs et conspirateurs se déchaîner en un véritable Far West médiatique, où tous les coups sont permis, où « le premier qui clique » prend un avantage décisif dans la diffusion de sa vérité » selon Pascal Lardellier, « Une toile pleine d’imagination », Le Monde diplomatique, septembre 2006, p.28.

[20] Dans ce sens, lire Alexander Cockburn, « Scepticisme ou occultisme ? Le complot du 11-Septembre n’aura pas lieu », Le Monde diplomatique, septembre 2006, p.3.

[21] Éric Laurent a mené une enquête – dont les résultats peuvent être discutés – sur ces supposés silences des acteurs du 11septembre : Éric Laurent, La face cachée du 11 septembre, Paris, Plon, 2004.

[22] E. Vallet et C-P. David, op.cit., 2006.

[23] Yves Derai, Laurent Guez, Le pouvoir des Guignols, Paris, Brodard et Taupin, 1998.

[24] On trouvera d’ailleurs une compilation étonnante de l’ensemble de ces erreurs décisionnelles s’agissant de l’invasion de l’Irak dans l’ouvrage de Bob Woodward, State of Denial, Simon and Schuster, 2006.

[25] Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p.52.

[26] Voir dans ce sens, Shirley Anne Warshaw, « The Formation and Use of the Cabinet », in Philipp G. Henderson, The Presidency Then and Now, Lanham, Rowman & Littlefield, 2000, p.119.

[27] Charles-Philippe David et al., La politique étrangère des États-Unis – Fondements, acteurs, formulation, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p.177.

[28] Élisabeth Vallet, La présidence des États-Unis, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2005, p.163.

[29] Selon Sam Sarkesian et al., US National Security – Policymakers, Processes, and Politics, Boulder, Lynne Rienner, 2002, p.97.

[30] Voir Charles-Philippe David, Au sein de la Maison Blanche – La formulation de la politique étrangère des États-Unis, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004, p.642. Également : Andrew Rudalevidge, « The Structure of Leadership : Presidents, Hierarchies, and Information flow », Presidential Studies Quarterly, vol.35, n°2, juin 2005, p.333-360.

[31] Lire Graham Allison et Morton Halperin : « Bureaucratic Politics: A Paradigm and Some Policy Implications », World Politics, vol. 24, printemps 1972, pp.40-79 et David Kozak et James Keagle (dir.), Bureaucratic Politics and National Security, Boulder, Lynne Rienner, 1988, p.3-15.

[32] Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet, « Analyse du processus décisionnel », dans Jean-Jacques Roche (dir.), Méthodologie des relations internationales, à paraître.

[33] Ibid.

[34] Voir Charles-Philippe David, 2004, op.cit.,

[35] Entretien avec l’auteur, le 20 mai 2007.

[36] Carl Cavanagh Hodge, « America’s Empire by Default », Orbis: A Journal of World Affairs, Hiver 2005vol. 49, no. 1, pp. 61-73.

[37] Voir Sabine Lavorel, La politique de sécurité nationale des États-Unis sous George W. Bush, Paris, L’Harmattan, coll. Raoul-Dandurand, 2003.

[38] Sur ce point: Karine Prémont, « Les médias et la présidence américaine », dans Élisabeth Vallet (dir.), La présidence des États-Unis, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2005, p.283-285.

[39] Robert Alan Goldberg, « Who Profited from the Crime? Intelligence Failure, Conspiracy Theories and the Case of September 11 », Intelligence and National Security, été 2004, vol. 19, n°2, p. 249-261. Voir également Pierre-Louis Malfatto, Le renseignement et le 11 septembre, Paris, L’Harmattan, 2008, à paraître.

[40] Voir Charles-Philippe David, 2004, op.cit., p.627.

[41] Nicolas Machiavel, Le Prince, Paris, Union Générale d’Éditions, Réed.1962, Chapitre XIX, p.58.

[42] Alexander Cockburn, « Scepticisme ou occultisme? Le complot du 11 septembre n’aura pas lieu », Le Monde diplomatique, décembre 2006, p.3.

[43] La plupart des manuels de base dans le domaine cherchent à atteindre désormais un juste équilibre entre l’analyse systémique et l’étude de la politique étrangère. Les deux niveaux d’analyse sont étudiés dans le collectif dirigé par Frédéric CHARILLON, Politique étrangère. Nouveaux regards, Paris, Presses de Sciences Po, 2002.

[44] Voir Howard Wiarda, American Foreign Policy: Actors and Processes, New York, Harper Collins, 2e édition, 1996, chap. 2.

[45] Voir E. Vallet et C-P David, 2006, op.cit.

[46] Voir Alexander George, Presidential Decision-Making in Foreign Policy, Boulder, Westview Press, 1980, chap. 3. Paul ‘t HART, Groupthink in Government. A Study of Small Groups and Policy Failure, Amsterdam, Swets & Zeitlinger, 1990.

[47] Alexander GEORGE et Juliette GEORGE, dir., Presidential Personality and Performance, Boulder, Westview Press, 1998.

[48] E.Vallet et C-P David, 2006, op.cit.

[49] Voir Charles-Philippe David, 2004, op.cit., p.28-30.

[50] Richard HERMANN et Michael FISCHERKELLER, « Beyond the Enemy Image and Spiral Model: Cognitive-Strategic Research After the Cold War », International Organization, vol. 49, été 1995, pp.415-450.

[51] Charles-Philippe David, « Les principaux acteurs de la prise de décision dans la formulation de la politique étrangère », dans Denis Lacorne (dir.), Les États-Unis, Paris, Fayard, Ceri, 2006, p.351-364.

[52] Nicolas Tenzer, « Les institutions contre la décision ? », Le Banquet, no23, mars 2006, p.52.

[53] Sur ce triptyque voir: Alexander George, Presidential Decision-Making in Foreign Policy: The Effective Use of Information and Advice, Boulder, Westview Press, 1980, chap. 2.

[54] Charles-Philippe David, 2004, op.cit., p.28, 31 et 33.

[55] Voir Irving Janis, Victims of Groupthink, Boston, Houghton-Mifflin, 1972.

[56] Voir par exemple Charles-Philippe David (et al.), Foreign Policy Failure in the White House : Reappraising the Fall of the Shah and the Iran-Contra Affair, Lanham, University Press of America, 1993.

[57] Pour deux études aux résultats antithétiques, voir : Charles-Philippe, « Who Was the Real George Bush? Foreign Policy Decision-Making under the Bush Administration », Diplomacy & Statecraft, vol. 7, Mars 1996, p.197-220 et, du même auteur « James Earl Carter », dans Carl C. Hodge et Cathal J. Nolan, U.S. Presidents Foreign Policy From 1789 to the Present, Santa Barbara, ABC Clio, 2007, p.331-336.

[58] David Grondin, « Une lecture critique du discours néoconservateur sur l’hégémonie et l’empire : le redéploiement et la perception de la puissance américaine », Études Internationales, Vol. XXXVI, n°4, décembre 2005, p.498.

[59] De fait, la « radicalisation idéologique » qu’évoque David Grondin (op.cit., p.497) a vécu et le retour en force des contrepoids dans le système politique américain, doublé de l’élection, en 2006, d’une majorité démocrate à la Chambre des représentants, souligne désormais le caractère éphémère des forces en place… quelles qu’elles soient.

[60] Par exemple les néo-conservateurs, qu’un auteur comme Arnaud Blin analyse : il y voit un grand dessein – unique – qui aurait pour socle la stratégie de guerre permanente. Voir Arnaud Blin, Le désarroi de la puissance. Les États-Unis vers la guerre permanente?, Paris, Éditions Lignes de repères, 2004.

[61] Michel Wieviorka (dir.), L’empire américain, Paris, Balland, 2004, p.24.

[62] Voir sur ce point, Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet, « Le conseil de sécurité nationale et la politique étrangère américaine », Diplomatie, n°6, novembre-décembre 2003, p.17.

[63] Voir dans ce sens, Pierre-Louis Malfatto, op.cit.

[64] C-P David, 2004, op.cit., p.41.

[65] Jutta Weldes, « Bureaucratic Politics: A Critical Constructivist Assessment », Mershon International Studies Review, vol. 42, automne 1998, pp.216-225.

[66] Alexander George et Eric Stern., « Harnessing Conflict in Foreign Policy Making: From Devil’s to Multiple Advocacy », Presidential Studies Quarterly, vol. 32, septembre 2002, pp.484-508.

[67] Voir Justin Vaïsse et Pierre Mélandri, L’empire du milieu. Les États-Unis et le monde depuis la guerre froide, Paris, Odile Jacob, 2001.

[68] Voir Charles-Philippe David, « L’invasion de l’Irak : les dessous de la prise de décision de la présidence Bush », La Revue internationale et stratégique, n°57, printemps 2005.

[69] Voir Valérie Hudson, « Foreign Policy Analysis. Actor-Specific Theory and the Ground of International Relations », Foreign Policy Analysis, Vo.1, n°1, mars 2005, p.1-30.

[70] Charles-Philippe David, « Introduction. Lectures sur l’hégémonie et l’avenir de la puissance américaine », Études Internationales, Vol. XXXVI, n°4, décembre 2005, p.441.

[71] Alexander Cockburn, op.cit.

[72] Lire Louis Balthazar, « Le cadre culturel : le style national », dans Charles-Philippe David (et al.), La politique étrangère des États-Unis, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p.41-70.

[73] Stanley Hoffman, Gulliver empêtré : Essai sur la politique étrangère des États-Unis, Paris, Seuil, 1971, p.226.

[74] Alexander Cockburn, op.cit.

[75] Octave Noël, Le péril américain, Paris, De Soye et fils, 1899.

[76] Raoul Girardet, op.cit., p.56.

L’histoire aurait pu se terminer là – Le Mississippi et l’abolition de l’esclavage… en 2013.

«  Neither slavery nor involuntary servitude, except as a punishment for crime whereof the party sha…

«  Neither slavery nor involuntary servitude, except as a punishment for crime whereof the party shall have been duly convicted, shall exist within the United States, or any place subject to their jurisdiction.
Congress shall have power to enforce this article by appropriate legislation. »

 

Le 13e amendement portant abolition de l’esclavage a été adopté par le Congrès en janvier 1864. Pour acquérir sa valeur constitutionnelle, il lui fallait être ratifié par les trois-quarts des États, ce qui est le cas lorsque la Géorgie devient le 27e État (sur 36) à le faire en décembre 1865.

Date de ratification, État par État

  État Date
1 Illinois Fév. 1, 1865
2 Rhode Island Fév. 2, 1865
3 Michigan Fév. 3, 1865
4 Maryland Fév. 3, 1865
5 New York Fév. 3, 1865
6 Pennsylvanie Fév. 3, 1865
7 Virginie occidentale Fév. 3, 1865
8 Missouri Fév. 6, 1865
9 Maine Fév. 7, 1865
10 Kansas Fév. 7, 1865
11 Massachusetts Fév. 7, 1865
12 Virginie Fév. 9, 1865
13 Ohio Fév. 10, 1865
14 Indiana Fév. 13, 1865
15 Nevada Fév. 16, 1865
16 Louisiane Fév. 17, 1865
17 Minnesota Fév. 23, 1865
18 Wisconsin Fév. 24, 1865
19 Vermont Mars 8, 1865
20 Tennessee Avril 7, 1865
21 Arkansas Avril 14, 1865
22 Connecticut Mayi 4, 1865
23 New Hampshire Juil. 1, 1865
24 Caroline du Sud Nov. 13, 1865
25 Alabama Déc. 2, 1865
26 Caroline du Nord Déc. 4, 1865
27 Georgie Déc. 6, 1865
28 Oregon Déc. 8, 1865
29 Californie Déc. 19, 1865
30 Floride Déc. 28, 1865
31 Iowa Janv. 15, 1866
32 New Jersey Janv. 23, 1866
33 Texas Fév. 18, 1870
34 Delaware Fév. 12, 1901
35 Kentucky Mars 18, 1976
36 Mississippi Mars 16, 1995 *

* ratification non officielle jusqu’en 2013.

Bien sûr, l’histoire ne se termine pas là.

Ce n’est que le début de cette profonde scission entre le Nord et le Sud, cristallisée autour des fameuses lois Jim Crow. Le chaos qui va marquer les familles enfin libérées, mais décomposées, comme l’illustre le roman « Freeman » de Leonard Pitts. La longue lutte pour les droits civiques, incarnée par Rosa Parks, et enfin mise à jour par le Freedom Summer et surtout le meurtre de trois étudiants blancs venus du Nord, immortalisé par le film Mississippi Burning.

 

Mais malgré tout un certain nombre d’États fédérés tardent – encore –  à ratifier cet amendement.

 

D’ailleurs, au Mississippi, il se pratique encore une forme de servage jusque dans les années 60 – et dont on ne connaîtra l’existence que bien plus tard – où, malgré l’abolition de l’esclavage un siècle plus tôt, un certain nombre de familles afro-américaines, sont maintenues dans l’ignorance et continuent à être asservies, battues, terrorisées et à travailler gratuitement. Plus d’un siècle plus tard.

Mais en 1995, bon dernier, l’État du Mississippi vote – enfin – la ratification.

L’histoire aurait pu se terminer là.

En réalité, parce que le Mississippi n’a pas notifié officiellement les archives officielles fédérales, la ratification n’a aucune valeur juridique.

Il faudra un film (Lincoln – axé sur la bataille politique autour de l’adoption du 13e amendement), deux chercheurs qui constatent cette incongruité (Ranjan Batra et Ken Sullivan), et la confirmation de la réception par le registre fédéral des papiers requis pour qu’enfin, le 7 février dernier, on puisse dire que « L’État du Mississippi a ratifié le 13e amendement à al Constitution des Etats-Unis ».

L’histoire se terminerait-elle là?

Pour ce qui est de l’esclavage oui.

Pour ce qui est des mentalités, pas si sûr. La discrimination demeure très élevée au Mississippi, que ses fondements soient socio-économiques ou encore raciaux. Bien sûr il n’est plus question d’esclavage. Mais de traitements dégradants, auxquels les Afro-américains sont plus souvent assujettis que les Blancs. L’exemple le plus criant est celui des châtiments corporels à l’école.

Ils sont autorisés dans un certain nombre d’États de la Bible Belt, aujourd’hui, encore, en 2013.

Et ce procédé, dont les étudiants afro-américains souffrent plus souvent comme le montrent les témoignages, confinent les minorités (économiques et raciales) dans une logique de reproduction de la violence. Et dessine, si l’on s’en tient aux pourcentages, les contours du Dixieland. Un exemple parmi d’autres que l’Histoire n’est pas encore tout à fait parvenue à son terme…

Hawaii: les larmes de Molokai

Molokai est la mémoire de l’autre Hawaï. Une île peu visitée. Violente et sauvage. Déchirée et arrog…

Molokai est la mémoire de l’autre Hawaï. Une île peu visitée. Violente et sauvage. Déchirée et arrogante. Ni Hilton, ni MacDo, ni clubs. Pour les promoteurs, cette terre de Molokai est kapu, interdite. Pour les touristes, elle peut être dure, voire dangereuse. Tandis que les autres îles se divisent entre ranchs, hôtels-plages et volcans, Molokai vit au rythme de la terre. Au rythme des histoires. Anakala Pilipo se définit lui-même comme un story-teller, un conteur. Et il raconte.

31 mars 1946. Molokai, île d’Hawaï.

Dans la lointaine vallée d’Halawa, les cultivateurs de taro sont rentrés au crépuscule. Laissant derrière eux ces plantes étranges aux feuilles oblongues, baignant dans des terrasses irriguées, étagées le long des collines qui entourent la vallée.

Au milieu de la nuit, une sonnerie qui déchire le silence : celle de l’un des trois téléphones du village. Le grand-père de Pilipo prend le combiné : la conversation est brève. L’ancien opine de la tête durant l’échange. Il raccroche. Puis envoie Pilipo, alors petit, à travers le village pour en rassembler les habitants. Sa main sur la tête de Pilipo, il explique. C’était la police. Et son interlocuteur  lui a dit de se préparer à l’imminence d’un tsunami. Un tsunami. Un tsu-na-mi.

Or, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans la lointaine vallée d’Halawa, le terme « tsunami » n’existe pas. Tsu-na-mi c’est du japonais. Ça ne veut rien dire. Pilipo se souvient de son grand-père, arpentant l’assemblée d’anciens. Ces têtes blanchies, secouées de droite à gauche. Cherchant à comprendre : tsu-na-mi. Que disent les Dieux ? Que va-t-il arriver à Halawa ? Des airs, de la mer, de la terre ? Ici, il y a des volcans, des tremblements de terre, des tempêtes… Il faut pourtant prendre une décision. Ils choisissent – au cas où –, de rassembler les animaux et les enfants dans les maisons en haut du village et d’attendre le matin.

The mouth of Hālawa Valley on the eastern end of the Island of Moloka’i. Photograph by Eric Guinther (Marshman at en.wikipedia) taken December 2000.sous licence créative commons

 

Vallée d’Halawa, Molokai.

Comme à l’accoutumée, à l’aube, quelques heures après le coup de téléphone incompréhensible, les femmes commencent à descendre vers  la plage. L’une d’elles lèvent la tête. Et avise que la mer se retire comme si on avait soudainement ôté la bonde, quelque part au milieu de l’océan. L’eau recule. Recule. Recule jusqu’à la ligne d’horizon. Le ciel même paraît changer de couleur. Elles se souviennent. Elles se rappellent 1933. C’est un raz-de-marée. Elles remontent en criant tidal wave !! En quelques secondes, tous se précipitent sur les hauteurs. Avec les biens les plus précieux à portée de main depuis la veille, ça a été facile. Il y a un promontoire rocheux aisément accessible. Tous sont rassemblés, hommes, femmes, enfants et animaux. De là on surplombe la vallée. De là on voit. Un mur d’eau de 16 mètres. Prêt à tout engloutir sur son passage. Ravager le village une première fois, puis une deuxième, puis une troisième… La mer attrape les maisons et les écrase entre ses doigts sans remords. Elle les broie. Les recrache. Elle emporte l’église pour la poser sur la colline en face, intacte – où elle est toujours aujourd’hui. Elle accroche les poissons dans les arbres et pose des algues géantes à la cime des kukui. Elle lèche les terrasses, noyant le taro sous l’eau salée. Le père de Pilipo se voûte. Il sait : le sel est en train de tuer les terrasses. Il fait pourtant beau ce 1er avril 1946, lorsque la vallée d’Halawa s’éteint.

Les souvenirs d’Anakala

Anakala Pilipo, « Mon oncle » Pilipo a le visage buriné par le soleil… Et il est sur l’île l’un des artisans du renouveau de la culture traditionnelle dont Molokai est le berceau. Molokai est presque la plus petite, assurément la moins développée et la plus authentique des îles hawaïennes. Si effacée que le capitaine Cook ne s’y est pas arrêté. Si diaphane que son lieutenant a même omis de la mentionner dans le livre de bord. Pourtant, lieu de naissance du Hula, la danse traditionnelle, elle est devenue le bastion de la résistance hawaïenne à la modernité qui a défiguré les autres îles d’Hawaï. Pilipo se sait le détenteur de cet héritage. Le porteur de cette mémoire. Parce qu’il a grandi dans la vallée d’Halawa, et qu’il a été le témoin des forces qui ont ravagé son univers, Pilipo est désormais le gardien de l’âme de Molokai. C’est la raison pour laquelle il travaille à la restauration des canaux et des terrasses irriguées. À la réintroduction de la culture du taro.

Il a même réalisé un jardin initiatique, Na Piko, près de la plage de Kaupoa. C’est avec Pilipo que l’on peut aller à Halawa. Une route sinueuse le long de la côte, un ruban d’asphalte s’enroule le long de la montagne, autour des vestiges des missions et des monuments royaux pour plonger abruptement dans la vallée sous une voûte d’arbres barbus qui inclinent leurs têtes grises jusqu’à toucher les passants. Halawa incarne la véritable Hawaï, celle que décrivait Mark Twain avec passion. En se rapprochant, la vallée est une baie protégée, sillonnée de rivières, de cascades et de jungles luxuriantes, les pans des collines de nouveau hérissés de terrasses et sillonnés par un complexe système d’irrigation. Ici, Pilipo parle des ancêtres. De sa culture traditionnelle, pleine de bon sens, loin de la magie noire folklorique qu’inspire parfois l’animisme hawaïen, il enseigne les rites ancestraux avec simplicité. Car Pilipo est un conteur. Il aime sa langue, pourtant anémiée par la modernité. Altérée jusqu’à ne plus pouvoir être le vecteur de la mémoire des premiers habitants des îles.

Aujourd’hui encore, il est l’un des seuls à pouvoir emmener des « étrangers » dans l’Eden d’Halawa, au cœur duquel se sont nichés les polynésiens qui ont peuplé l’île vers 650 avant Jésus-Christ. Il est l’un de ceux qui acceptent d’expliquer Molokai, cette île insolite qui se décline en autant de portraits qu’elle a de paysages. Des lieux « kapu » où nul ne peut aller. Et où aucun étranger ne se risque à aller. Des plages de terre rouge où l’on marche, seul. La sécheresse désertique du Sud. Les petites criques de sable noir, qui rappellent son passé volcanique. Les falaises océaniques de 1000 mètres de haut qui se précipitent dans la mer. La forêt pluviale. Kapu. Les étrangers ne sont pas bienvenus à Molokai.

*

De l’autre côté de l’île de Molokai, sur la péninsule de Manakuala, le village de Kalaupapa est endormi. Personne ne veille. Personne n’éprouve le besoin de veiller. Ni l’envie. Personne n’a jamais eu envie d’y veiller.

1er avril 1946. Péninsule de Manakuala.

On ne sait pas ce qui s’est passé ce matin là à Kalaupapa. Personne n’en parle. Comme si un malheur de plus n’avait rien ajouté à la vie… ou à la mort. Ah si. La maison du tenancier de la buanderie a été avalée par les flots, c’est tout.

Les larmes de Kalaupapa

Les premiers à s’y installer ont été les polynésiens, redoutables navigateurs venus des Marquises, arrivés là il y a plus de 1000 ans. Ils ont cultivé des fruits et des légumes, sont devenus autosuffisants, puis de redoutables exportateurs de patates douces. Et s’ils y étaient encore, cela ferait 2600 ans qu’ils inscriraient leurs pas dans ceux de leurs pères, leurs œuvres aux côtés des pétroglyphes de leurs ancêtres. Mais le roi Kamehameha en avait décidé autrement. Le destin de la péninsule de Makanalua ne pouvait pas ne pas être unique. Pourtant Pilipo le conteur ne fait qu’évoquer Kalaupapa. Il n’en parlera pas. Il faut s’y rendre.

Alors que l’on surplombe la péninsule, les premières images du film Jurassic Park viennent à l’esprit : les clichés que Spielberg imprime sur la pellicule sont en effet les images spectaculaires de la péninsule.

Source Travis Thurston 

Au-delà de ces scènes, Makanalua est surtout le lieu d’accueil, depuis plus d’un siècle d’une léproserie : la colonie de Kalaupapa. De cela nul ne parle sur Molokai. Cette péninsule est d’abord une langue de lave qui s’est jetée dans l’océan. Une excroissance plate de l’île de Molokai, un quasi-triangle de 26 km2. Bordée sur deux côtés par l’océan pacifique, elle est accrochée à Molokai mais inéluctablement séparée d’elle par une falaise infranchissable de plus de 500 mètres du haut de laquelle on peut observer la colonie.

Kalaupapa – la ville de la péninsule. Témoin de vies de parias. Au milieu du 10e siècle, le virus de la lèpre fait des ravages dans les îles d’Hawaï : les autochtones n’ont aucune immunité. La propagation est fulgurante. Le taux de mortalité galopant. À défaut de comprendre la lèpre, avec des réflexes qui ont marqués les rois européens du Moyen-Âge, le roi Kamehameha V décide, au milieu des années 1860 de créer une zone de confinement. Il choisit Makanalua. Lui qui rêvait de construire un empire choisit d’en expulser les premiers habitants, tous déportés lorsque s’achève l’année 1895. C’est là que seront isolés les lépreux. Loin de tout. Loin de tous. La péninsule est pratiquement hors du monde. Et tous espèrent – la royauté d’abord puis le gouvernement des Etats-Unis ensuite – que les malades sauront reproduire le modèle autarcique de ceux qui les ont précédés. Vœu pieux. Ils sont de toute façon laissés à eux-mêmes. La colonie n’est accessible qu’en bravant une mer redoutable, aux périls de récifs dangereux. Et la lèpre est la peste du paradis hawaïen : le plus souvent durant la fin du 19e siècle, les malades sont jetés à la mer au large de la péninsule, avec quelques vivres. L’espoir et les courants marins devant les mener à bon port. Certains ont lutté pour leur salut en nageant de toutes leurs forces vers le rivage. Mais d’autres ont choisi de nager vers le large… Enfants, adolescents, adultes, femmes et hommes arrachés à leur famille, simplement parfois parce que l’on présumait qu’ils avaient contracté la maladie. Sans espoir de revenir. Déporté à Kalaupapa…

En 1887, un sentier est ouvert, seule alternative au bateau pour relier la léproserie au reste de l’île… Mais le trajet, dessiné d’abord par la géographie, était éprouvant (et dissuasif). Il l’est toujours. Et il faut encore aujourd’hui un permis du département fédéral de la santé pour pouvoir y accéder. Par mules ou à pied, sur près de 5 kilomètres, un chemin escarpé s’enroule autour de 26 virages en épingles à cheveux et serpente dans la falaise en descendant les 500 mètres d’à pic.

Une vingtaine d’années après son aménagement, au début du siècle dernier, l’écrivain Jack London l’emprunte non sans appréhension. Il le dit lui-même : un instant d’inattention pourrait valoir un plongeon de plus de 500 mètres en chute libre vers l’océan. À califourchon sur une mule, la jambe droite des cavaliers frotte la paroi tandis que leur pied gauche est à l’aplomb du vide. De ravins en canyons vertigineux, on a alors la juste mesure de l’isolement de ceux que l’on appellent encore « les lépreux ». Au pied de la falaise, le paysage devient moins sévère, se déclinant en terre rouge, plage de sable noir et collines verdoyantes. Mais un regard vers les immenses falaises suffit à donner le vertige. Oppressantes, elles sont les barreaux de la prison. Elles sont sans doute moins imposantes aujourd’hui qu’elles ne l’étaient autrefois, puisque désormais Kalaupapa dispose d’un aéroport qui ravitaille quotidiennement la péninsule.

Au cœur de la léproserie, Richard et Gloria Marks sont le moteur du Damien Tours, la seule façon – ou presque – de visiter la péninsule. Ils perpétuent également la mémoire du père Damien. Ce prêtre belge, arrivé presque par malchance. Qui a organisé la colonie. Les premiers arrivants s’étaient réfugiés dans des huttes de fortune, des grottes ou encore des anfractuosités rocheuses. Désespérés, ils n’avaient pas su s’organiser, et retrouver l’autosuffisance des polynésiens. Sans avenir, ils s’affrontaient sans merci dans un état de nature sans loi ni pitié. En 1873, l’arrivée du père Damien modifie radicalement la vie des survivants : des baraquements sont construits, et des fonds finissent par arriver jusqu’à la colonie. Il est le premier « sain » à choisir de rester. Il est aussi le premier sain à y contracter le virus, pour en mourir en 1889. Le récit de son aventure est surtout celle de son dévouement, alors que des médecins, habillés en apiculteurs, refusaient de toucher les malades ou de les approcher… Comme tous ici, Gloria et Richard Marks portent les stigmates du virus d’Hansen. Comme tous, ils sont arrivés, plus ou moins jeunes, coupés de leur famille, déracinés à jamais. Comme tous, ils ont souffert de l’ostracisme qui affecte encore cette maladie… et de l’éloignement de leurs enfants. De leurs enfants envolés. Car aujourd’hui encore les lois de l’État interdisent aux enfants de moins de 16 ans de se rendre à Kalaupapa, et les visiteurs, dont le nombre est limité chaque jour, doivent être encadrés. Ceux qui ont eu des enfants ont dû se résoudre à les laisser partir pour être élevés en-dehors de la colonie. Bien sûr, à plusieurs reprises, ils ont, les uns et les autres, cherché à cacher les naissances. Juste un moment. Simplement pour les garder un peu. Pour profiter de ce bonheur volé au monde « sain ».

La découverte d’un antidote en 1941 a mis un terme à la contagiosité de la maladie de Hansen. Mais la politique officielle d’isolement n’est abrogée qu’en 1969. Et à ce moment, lorsque le gouvernement des Etats-Unis « libère » enfin les lépreux de Kalaupapa, nombre de patients choisissent de rester dans leur sanctuaire. Parce qu’ils ont vécu trop longtemps hors du monde. Parce qu’à l’extérieur, la lèpre fait encore peur. Parce que les stigmates de la maladie sont une honte à porter pour les familles. De la péninsule, Jimmy Carter a fait un parc national en 1981. Si aujourd’hui les habitants de Kalaupapa refusent le plus souvent de parler, de se montrer et s’il est interdit de les photographier, c’est que leur histoire n’est pas un spectacle. Kalaupapa n’est pourtant pas l’histoire d’une déchéance, ni celle du désespoir. Il y a dans les stigmates de ces visages dévorés, ces moignons décharnés, un irréductible instinct de vie.

Molokai est la mémoire de l’autre Hawaï. Majestueuse et sauvage. Hostile et rude. Témoin encore tangible d’une histoire oubliée. 

L’héritage de Robert Bork

Robert Bork vient de mourir. Nominé controversé du président Reagan à la Cour suprême, il a ouvert u…

Robert Bork vient de mourir. Nominé controversé du président Reagan à la Cour suprême, il a ouvert une nouvelle ère: celle de la politisation des nominations des juges.

En juillet 1987, Reagan nomme le juge Robert Bork à la Cour suprême pour remplacer Lewis F. Powell, qui était un des pivots (swing votes) de la Haute juridiction: le nouveau juge aura donc le loisir d’influer sur la lecture du droit pendant plusieurs dizaines d’années. Or la jurisprudence conservatrice de Robert Bork à la cour d’appel du District de Columbia laissait augurer d’une évolution substantielle de la jurisprudence vers un réel conservatisme social et économique. Il fallait ajouter à cela la controverse qui entourait son rôle dans l’administration Nixon : il est celui qui a limogé le procureur spécial Cox, lequel enquêtait sur ordre du Congrès à propos du Watergate et avait enjoint la Maison-Blanche de fournir les enregistrements effectués dans le Bureau ovale. Sur la demande de Nixon (après que ses prédécesseurs eurent refusé de le faire et aient démissionné), le solliciteur général Bork avait démis Archibald Cox le 20 octobre 1973, événement que l’on connaît aujourd’hui sous la dénomination de Saturday Night Massacre. Fort de l’ensemble de ces arguments, au terme de quatre mois d’intenses débats et de tempêtes médiatiques, le Sénat rejeta la nomination de Bork par 58 voix contre 42. Reagan nomma alors Douglas Ginsburg, qui retirera sa candidature après qu’ait été rendue publique sa consommation – ponctuelle – de marijuana. C’est finalement Anthony Kennedy, juge conservateur modéré, siégeant à la cour d’appel du Neuvième circuit, qui est nommé en lieu et place du juge Lewis Powell.

La nomination d’un juge, et particulièrement d’un juge à la Cour suprême est donc un acte éminemment politique. C’est une décision très médiatisée. L’objet de marchandages et de tractations entre la Maison-Blanche et le Congrès. En moyenne, une nomination à la Cour suprême sur cinq est rejetée, tant pour des raisons politiques d’opposition au président, à la jurisprudence de la Cour suprême, à la posture jurisprudentielle présumée du candidat, la courtoisie sénatoriale, que du fait de la crainte du manque de qualification de l’incombant, les pressions des groupes d’intérêt, que le nominé ne se comporte en « électron libre » une fois nommé, ou qu’il ne réforme trop drastiquement par sa présence la jurisprudence de la Cour, ou encore en raison de la gestion du processus par la Maison-Blanche. Dans ce contexte, les débats autour de ce houleux processus de nomination de l’été 1987 constituent une nouveauté. Et de fait, on le voit à travers les déclarations du président, beaucoup plus impliqué dans le processus (John Maltese recense les déclarations publiques faites par les présidents américains sur les nominations à la Cour suprême: Reagan fait 56 déclarations publiques alors que ses prédécesseurs oscillaient entre zéro et trois, modifiant la pratique présidentielle autour de la confirmation des juges).

Depuis lors, le processus de confirmation est de plus en plus complexe et de plus en plus contesté.

Récapitulatif des nominations non confirmées

Candidat nommé

Président

Raison de l’éviction

Année

William Paterson

Washington

Retirée

1793

John Rutledge (comme juge en chef)

Washington

Rejetée

1795

Alexander Wolcott

Madison

Rejetée

1811

John Crittenden

J. Q. Adams

Différée

1829

Roger B. Taney*

Jackson

Différée

1935

John C. Spencer

Tyler

Rejetée

1844

Reuben H. Walworth

Tyler

Retirée

1844

Reuben H. Walworth

Tyler

Différée

1844

Edward King

Tyler

Retirée

1845

John M. Read

Tyler

Aucune action

George W. Woodward

Polk

Retirée

1846

Edward A. Bradford

Fillmore

Écartée

1852

George E. Badger

Fillmore

Différée

1853

William C. Micou

Fillmore

Aucune action

Jeremiah S. Black

Buchanan

Rejetée

1861

Henry Stanbery

A. Johnson

Aucune action

Ebenezer R. Hoar

Grant

Rejetée

1870

George H. Williams (comme juge en chef)

Grant

Retirée

1874

Caleb Cushing (comme juge en chef)

Grant

Retirée

1874

Stanley Matthews**

Hayes

Aucune action

Wm B. Hornblover

Cleveland

Aucune action

Wm B. Hornblover

Cleveland

Rejetée

1894

Wheeler H. Peckham

Cleveland

Rejetée

1894

Pierce Butler**

Harding

Aucune action

John J. Parker

Hoover

Rejetée

1930

John M. Harlan**

Eisenhower

Aucune action

Abe Fortas (comme juge en chef)

L. Johnson

Retirée

1968

Horner Thornberry

L. Johnson

Retirée

1968

Clement F. Haynsworth Jr

Nixon

Rejetée

1969

G. Harrold Carswell

Nixon

Rejetée

1970

Robert H. Bork

Nixon

Rejetée

1987

Harriet Meier

G. W. Bush

Retirée

2005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Par la suite nommé comme juge en chef et confirmé / ** Nommé de nouveau par la suite et confirmé / D’après : Denis Steven Rutkus (2006), Supreme Court Nominations, 1789 – 2005: Actions by the Senate, the Judiciary Committee, and the President, Washington DC, CRS Report for Congress, p.43, mis à jour par l’auteur.

Plus effacée, moins médiatisée, la Cour suprême des États-Unis exerce, dans l’ombre de la Maison-Blanche et des remous parlementaires au Congrès, un pouvoir déterminant : celui de définir et d’unifier le droit américain, d’encadrer l’évolution des règles qui régissent la société américaine, et parfois d’orienter, délibérément, la nature du régime politique américain. Car c’est cette même Cour suprême qui a tranché en 2000, dans sa désormais célèbre décision Bush v. Gore, l’issue des élections présidentielles, c’est elle qui a mis un terme au décompte et, de facto, consacré l’avènement de George W. Bush. Ce pouvoir de l’ombre est remis entre les mains de neuf juges, nommés à vie par le président des États-Unis. Ainsi, lorsque l’un d’entre eux démissionne ou décède, le Président a alors la faculté d’orienter le droit américain bien souvent pour plus d’un quart de siècle, puisque, par exemple, le juge en chef Rehnquist siège à la Cour suprême depuis plus de 30 ans. Le filtrage des juges par la Maison-Blanche et le ministère de la Justice n’est pas infaillible. Les juges tendent en effet à s’émanciper de la tutelle idéologique de l’autorité qui les a nommé. Le fait qu’ils soient nommés à vie est d’ailleurs, dans l’esprit des Pères fondateurs, la garantie de leur indépendance. D’ailleurs, plusieurs présidents ont vilipendé « l’ingratitude » de leurs protégés. Ainsi, lorsque l’on demandait à Dwight Eisenhower s’il avait commis des erreurs durant ses mandats, sa réponse était « oui, deux, elles siègent toutes les deux à la Cour suprême ». Truman disait de la même manière que sa nomination de Tom Clark à la Cour suprême était sa plus grande méprise : « je ne peux me souvenir d’une seule bonne décision de sa part ». En effet, l’Histoire enseigne que la Haute juridiction est en réalité sensible aux réalités sociales et reflète bien souvent l’état d’esprit d’une société : c’est ce qui fait d’elle, selon certains auteurs, la « moins dangereuse de toutes les branches du pouvoir ».

 

Dust Bowl. Une tragédie environnementale contée par Ken Burns

 
 Le célèbre documentariste de l’histoire de la guerre civile américaine, Ken Burns, remet le…

 

 Le célèbre documentariste de l’histoire de la guerre civile américaine, Ken Burns, remet le couvert en ce début d’hiver pour mettre en perspective ce qu’il présente comme le plus grand désastre écologique d’origine humaine aux Etats-Unis.

L’histoire commence en 1932 avec une sécheresse comme n’en avait pas connu la région des plaines du Sud au cours de la décennie précédente. En effet au cours des dix années antérieures, en plein cœur du Mid-Ouest américain, on a défriché, labouré, ensemencé pour faire de cette terre peu fertile et guère accueillante le grenier des Etats-Unis. 36 témoins sont mis en scène par Ken Burns pour rendre compte de ce changement écologique qui va en fait durer plus d’une décennie, alors que la terre et le sable reprennent le contrôle d’une terre que l’on croyait définitivement soumise et que les prairies se transforment en désert.

Voir la galerie de photos ici

Ce sont les humains qui sont les acteurs principaux de cette tragédie. En effet, les plaines du Sud (Southern Plains) étaient à l’origine des prairies, où vivaient des Amérindiens nomades et paissaient les bisons. Aucune activité agricole n’y était menée en raison de l’inconstance des précipitations. Toutefois, dans les années 1900, la terre y est peu onéreuse, ce qui attire des immigrants, des fermiers en quête d’une vie meilleure, plus prospère.

C’est alors que plusieurs facteurs vont alors changer le cours de l’Histoire, comme l’explique Ken Burns. La première guerre mondiale, une période de précipitations importantes, les avancées technologiques en matière d’équipements agricoles,  vont mener à la conversion de millions d’hectares de prairies en champs céréaliers. Or, lorsque la Grande dépression frappe les Etats-Unis et finit par toucher la région, les agriculteurs, au lieu de réduire leur production afin d’appuyer une hausse des prix, décident de l’accroître pour compenser leurs pertes. Et ce faisant, le nombre de terres labourées augmente de manière exponentielle. Lorsque la sécheresse de 1932 arrive, elle laisse des terres à nu, exposées au soleil et aux vents. Ce sont ces vents qui vont soulever la terre séchée, la poussière pour former de véritables tempêtes de sable, toujours plus fréquentes, et de plus en plus meurtrières. En 1932, 14 balaient la région. L’année d’après, on en recense 38. À compter de 1934, selon un autre documentaire de PBS, les résidents savent d’où vient la tempête en fonction de la couleur des nuages : noire pour le Kansas, rouge pour l’Oklahoma, grise si les vents ont ramassé la poussière au Colorado ou au Nouveau Mexique.

Le cœur de ce théâtre tragique, c’est le Dust Bowl, ce bassin de poussière à cheval sur l’Oklahoma, le Kansas et le Texas.

source

 

Et c’est là que Ken Burns positionne ses témoins:

Là-bas, pendant près de vingt ans, les enfants meurent d’une pneumonie associée à ces particules fines (Dust Pneumonia), les familles finissent pas s’exiler, les commerces font faillite. Les fermiers de l’Oklahoma qui s’exilent en Californie sont les « okies », et subissent une ségrégation identique parfois à la ségrégation raciale (des panneaux signalent aux « Okies » et aux « Colored people » qu’ils ne peuvent consommer aux mêmes endroits que les autres dans certains bars).

Dust storm in Hooker, Oklahoma, June 4, 1937. Credit: Research Division of the Oklahoma Historical Society

 

La zone est sinistrée. Lorsque l’une de ces tempêtes finit, une journée, par toucher New York, enfin, au point d’assombrir la ville comme si on était en pleine nuit, la nation commence à comprendre l’ampleur du drame : en effet, au cours de cette tempete de mai 1934, ce sont 12 millions de tonnes de poussière qui sont déposées dans les grandes villes de l’Est comme New York et Washington, et même jusque sur des bateaux, au large, à 300 miles de la côte.

New York Times 12 mai 1934

 Le New Deal va permettre, avec un programme d’embauche des chômeurs pour revitaliser la terre, de soutenir des familles entières et de développer de nouveaux modèles agricoles.

(Département de l’agriculture – Domaine public)

 Vingt après le début de cette période, la pluie revient. Les labours sont mieux faits. Des arbres ont été plantés, en bocage, pour éviter que la terre ne soit léchée par les vents et réduire l’impact des tempêtes de sable. La leçon est apprise se dit-on.

Mais la conclusion de Burns, 4 heures plus tard, est affligeante. Il montre comment cette région est redevenue le maraîcher des Etats-Unis… en siphonnant cette fois-ci la nappe phréatique de l’Ogallala que les agriculteurs ont sous les pieds. Sans se rendre compte qu’ils sont en train de préparer le prochain désastre. Et avec lui le retour des tempêtes de poussières, et la résurrection du Dust Bowl.

 

source

 

À l’heure où le spectre de la sécheresse plane de nouveau sur les Etats-Unis, et alors que le changement climatique a été ignoré par les candidats à l’élection présidentielle, l’acuité du  documentaire de Ken Burns est indéniable.

 Du plus clair (arrosé) au plus foncé (sécheresse exceptionnelle)

Dust Bowl est un documentaire réalisé par Ken Burns et diffusé sur PBS actuellement. Il est disponible sur itunes (https://itunes.apple.com/us/tv-season/ken-burns-the-dust-bowl/id566368963) et en DVD (http://www.shoppbs.org/family/index.jsp?categoryId=12975260&utm_source=PBS&utm_medium=Link&utm_campaign=pbs_content_kenburns_dustbowl_buydvdmodule)

En janvier prochain… le discours inaugural du président Obama

Alors qu’elle avait auparavant lieu le 4 mars, la cérémonie de passation de pouvoirs – suivie immédi…

Alors qu’elle avait auparavant lieu le 4 mars, la cérémonie de passation de pouvoirs – suivie immédiatement de l’entrée en fonction officielle du président – se déroule le 20 janvier, depuis 1933. Au cours de cette inauguration, le nouvel occupant de la Maison-Blanche prête serment sur la Bible devant le président de la Cour suprême. Ensuite, le nouveau président prononce un discours (inaugural address) du perron occidental du Capitole, face au Mall et au monument de Washington .

Or, le 4 mars 1841, le nouveau président William Henry Harrison prononce, dans un froid glacial, en pleine tempête de neige, sans chapeau, manteau ou gants, un discours d’inauguration long de deux heures. Comme le veut la tradition depuis 1829, la cérémonie se déroule à l’extérieur. Un mois plus tard, il décède d’une pneumonie contractée durant cette journée. Il aura prononcé le plus long discours d’inauguration et aura été le président dont le mandat a été le plus court de l’histoire des États-Unis.

La cérémonie d’inauguration est parfois révélatrice d’un vent nouveau, ou de traits de personnalité du président. Ainsi, certains ont pratiquement défini leur mandat par le style de leur discours. On se souviendra qu’Abraham Lincoln demandait aux Américains, pour sa réélection, de « panser les plaies de la nation », que Franklin D. Roosevelt affirmait que « la seule chose que [l’Amérique] peut craindre c’est la peur elle-même », que Kennedy suggérait à ses concitoyens « ne demandez pas ce que le pays peut pour vous mais ce que vous pouvez faire pour votre pays ». D’autres ont imprimé leur style de présidence : comme lorsque Jimmy Carter avait choisi après la cérémonie de se rendre à pied, avec sa famille, du Capitole à la Maison-Blanche. D’autres encore ont pu y faire le constat de leur faible légitimité : Rutherford Hayes en 1877 dont les adversaires ont simplement boycotté l’entrée en fonction ou George W. Bush en 2000 qui a dû faire face à des panneaux affichant « Not My President ».

La cérémonie est suivie d’une parade (Inaugural parade), une procession qui accompagne le nouveau président du Capitole vers la Maison-Blanche. Qui enchaîne ensuite sur un bal (Inaugural Ball – et il y en a même eu neuf qui ont été organisé pour George W. Bush en 2001) et une réception.

La première réception marquante de l’histoire a sans doute été celle d’Andrew Jackson : il avait pour la première fois, ouvert les portes de cet événement au public qui, fort de son enthousiasme a même conduit le président à s’échapper de justesse en sautant par une fenêtre . L’idée de faire de cette réception un événement public est pourtant demeurée. 

Une mise en perspective soulignée par http://visual.ly/presidential-inaugural-addresses

Le mur qui ne servait à rien…

Une version plus courte de ce papier est parue la semaine dernière ici.
30 octobre 2012. Désert d’Ar…

Une version plus courte de ce papier est parue la semaine dernière ici.

30 octobre 2012. Désert d’Arizona, Yuma.

Le Border Patrol l’a découverte,  accrochée en haut de la barrière frontalière de 4 mètres de haut. Une Jeep, laissée là par des passeurs, qui avaient imaginé conduire la voiture par-dessus au moyen de rails en métal. Les rampes ont cédé et, le temps que le Border Patrol arrive, les trafiquants avaient filé avec le contenu du coffre (plein de Marijuana si on en croit les tests).

photos USCBP – domaine public

Comme le signale Rodrigo Nieto-Gomez sur son blogue, ce n’est pas la première fois que les trafiquants testent ce procédé, loin s’en faut :

 mais le paradoxe est que l’agence frontalière américaine présente cet événement comme un de leurs succès (les photos ont été prises et diffusées par leurs services) alors qu’il représente une autre forme de contournement du mur frontalier.

Preuve, si besoin était  qu’un mur ne sert… à rien.

Toute l’ambivalence des murs frontaliers repose sur le fait quela mondialisation a cet étrange effet de pousser des États à ériger de véritables murs le long de leurs frontières, alors que tombent les barrières commerciales et économiques. Il s’agit de ces  murs frontaliers comme il y en a près de cinquante aujourd’hui. Et dont le nombre ne cesse d’augmenter depuis 2001 , (il a triplé depuis la fin de la guerre froide) pour fortifier désormais près de 30 000 kilomètres de frontières.

sous License wikicommons

L’évolution la plus significative est que certaines démocraties (et non des moindres : les États-Unis, l’Espagne, Israël, l’Inde et plus récemment la Grèce) ont estimé que leur sécurité reposait sur le blindage de leur territoire. Même la frontière américano-canadienne connaît des pressions similaires : au point où une étude d’impact diffusée il y a un an par le Homeland Security envisageait un scénario de  « barriérisation sélective » de la frontière parmi les scénarii de rénovation de la frontière.

Or, la frontière septentrionale des Etats-Unis ressemble à ça :

 

Frontière en Colombie-Britannique, Cultus Lake – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Alors que la frontière méridionale des États-Unis est, pour sa part, protégée, clôturée, surveillée, armée  le long du Rio Grande, avec des check points, postes avancés de la frontière, positionnés à  l’intérieur des États d’Arizona et de Californie.

 

Surveillance distante – Check point en Arizona; zeppelin au-dessus du désert d’Arizona; barrière dans le désert de Sonora. Crédits photos : Élisabeth Vallet


Nogales, Arizona – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Pourtant les murs ne servent généralement pas l’objectif pour lequel ils ont été construits (ex-murer l’Autre, repousser l’Étranger). Plus encore, ils finissent par générer des logiques de transgression, favorisant l’économie et les flux souterrains, les rendant plus difficiles encore à contrôler, et rendent les migrants considérablement plus vulnérables.

Ils multiplient certains effets pervers, allant par exemple aux États-Unis jusqu’à pérenniser une implantation durable des travailleurs clandestins alors que grand nombre d’entre eux suivaient des migrations saisonnières et temporaires – altérant le profil démographique du pays hôte, aboutissant à l’effet inverse de celui recherché.

La construction des murs stimule également une véritable industrie des tunnels, comme en témoigne leur foisonnement sous la ville de Nogales – à cheval sur la frontière de l’État d’Arizona et de Sonora – dont le sous-sol ressemble à l’emmenthal suisse, posant d’ailleurs de véritables problèmes de sécurité (en 2010, un bus s’était enfoncé dans le sol devenu meuble, juste en face du poste frontalier).

 source: http://www.tucsonnewsnow.com/Global/story.asp?S=13448184

 Les murs ont également un impact désastreux sur l’environnement. Ils contribuent à isoler des écosystèmes entiers au point d’altérer durablement leur environnement (comme l’a constaté en 2003 une équipe de l’Université de Pékin, en identifiant des évolutions génétiques différenciées de la flore de part et d’autre de la grande muraille de Chine), ils affectent immédiatement les migrations animales et mettent en danger la biodiversité comme le démontre une étude de 2011 conjointe de l’université du Texas à Austin et  de l’Université de Californie à San Diego. Dûment documentés, les impacts sont parfois très concrets comme par exemple dans le parc du  Organ Pipe National Monument où, en août 2011, lors de précipitations soudaines, la barrière avec la Mexique s’est improvisée d’abord en barrage hydrique, pour ensuite en cédant, littéralement lessiver une zone considérable (et fragile) du parc national.

En fait les gouvernements construisent moins ces murs pour véritablement se protéger que pour apaiser. Les frontières blindées traduisent simplement l’angoisse sécuritaire des États qui se sentent mis à mal par une mondialisation anxiogène.

source: Atlas du Monde diplomatique.

Et les murs frontaliers finissent en fait par être des murs d’argent : ils dissocient les riches des pauvres, le Nord du Sud, les nantis des exclus. Ils constituent également un luxe superfétatoire que seuls certains États peuvent se permettre et constituent plus une thérapie collective nationale qu’un ouvrage de défense au sens classique du terme.

 

Rendez-vous le 17 décembre – l’élection du président

Au sens strict du terme, Obama n’est pas officiellement réélu. Sa désignation aura lieu le 17 décemb…

Au sens strict du terme, Obama n’est pas officiellement réélu. Sa désignation aura lieu le 17 décembre lorsque les grands électeurs se réuniront, par État, pour voter. Même si l’on parle souvent de «collège électoral», le terme est en réalité plus ou moins exact: d’une part parce que la Constitution américaine ne le mentionne pas et, d’autre part, parce que les 538 grands électeurs ne se réunissent pas en un seul lieu pour voter (les pères fondateurs voulaient éviter les tractations de conclave). Ils ne se rendent pas à Washington, contrairement à ce que l’on entend fréquemment.

C’est simplement que, depuis 1845, les grands électeurs se prononcent simultanément, le premier lundi suivant le deuxième mercredi de décembre suivant leur élection, scrutin que le Congrès valide en janvier suivant tandis que l’entrée en fonction officielle du président a lieu le 20 janvier (exceptionnellement, lorsque le 20 janvier est un dimanche, les cérémonies publiques se déroulent le lendemain).

La plupart des grands électeurs peuvent changer d’avis… et de candidat?

La plupart du temps, on présume que les grands électeurs ont un mandat impératif, c’est-à-dire le devoir de voter pour le candidat pour lequel ils ont été élus. Ce sont en fait les États fédérés qui déterminent la nature du mandat des grands électeurs.

  • dans 24 États de l’Union, les grands électeurs sont  libres de voter pour qui ils veulent.
  • dans 20 autres États et le district de Columbia, les grands électeurs ont l’obligation de respecter leur engagement initial mais il n’y a aucune sanction si un grand électeur se déjuge.
  • dans 5 États (Caroline du Nord, Caroline du Sud, Mississippi, Nouveau-Mexique, Washington) il y a des sanctions allant de l’annulation du vote du grand électeur à des poursuites pour délit – mais qui n’ont jusqu’à présent jamais été mises en œuvre.

En fait il est rare, mais cela arrive, qu’un grand électeur se ravise. Et lorsque ce faithless elector a fait défection, le Congrès a validé ce vote. Il faut dire que, depuis les débuts de la République, seuls 11 faithless electors – sur les 22453 qui ont été élus à travers l’histoire – se sont déjugés, sans pour autant altérer l’issue des élections.

 

Les bulletins sont ensuite placés sous scellés et acheminés par chaque État au président du Sénat. Le 6 janvier à 13h, le Sénat et la Chambre des représentants sont rassemblés pour valider les résultats.

C’est un vieux rituel: quatre huissiers du Congrès entrent dans l’hémicycle, suivis par le vice-président en exercice. Ils tiennent deux boîtes en bois dans lesquelles ont été déposées les 51 enveloppes scellées envoyées par les États.

Les boîtes sont ouvertes et le président du Sénat fait alors la lecture des résultats de chaque État dans l’ordre alphabétique. C’est à ce moment qu’un représentant, appuyé par un sénateur, peut se lever pour formuler une dernière contestation: comme en 2000 lorsque les représentants du groupe (que l’on nomme ici aussi «caucus») afro-américain se sont levés pour contester les résultats de la Floride – sans qu’un sénateur ne les appuie – ou, en 2004, lorsque Stéphanie Tubbs Jones appuyée par la sénatrice Barbara Boxer s’est levée pour s’opposer aux résultats de l’Ohio.

Les deux chambres ont alors deux heures pour se prononcer. S’il n’y a pas de contestation, ou si elle est rejetée, l’élection du président et du vice-président des États-Unis est confirmée.

 

Allo le Texas, ici l’OSCE… Bip. Bip. Bip.

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la pein…

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la peine. Depuis 2002, l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) envoie des observateurs aux élections américaines. À la suite de quoi elle rédige des rapports très riches, très intéressants sur les problèmes et les améliorations à apporter au système électoral. La vision comparatiste que l’OSCE est à même d’adopter offre un éclairage particulier et permet d’offrir des pistes pour modifier le système électoral.

En 2012, comme à l’accoutumée, la délégation américaine à l’OSCE a donc convié l’organisation à déployer des observateurs à travers le pays, le 6 novembre.

Mais voilà. Le Texas ne l’entend pas ainsi. Et ainsi que le rapporte Fox, le procureur général de l’État, Greg Abbott, menace de poursuivre tout observateur qui se tiendrait trop près d’un bureau de vote – contrevenant de ce fait à la loi de l’État. Sa lettre à l’OSCE est sans ambiguité:

 

Il faut savoir que Abbott envisage de se présenter comme gouverneur de l’État, ce qui pourrait laisser entendre qu’il a un agenda politique, et qu’il entend jouer sur la fibre souverainiste des Texans.

Et l’OSCE a produit un rapport intérimaire le 26 octobre dans lequel elle souligne les problèmes liés aux lois sur l’identification de l’électeur. Or la législature texane, à majorité républicaine, a adopté une loi en 2011 (imposant aux Texans de présenter une pièce d’identité avec photo – nommément un permis de conduire, un permis de port d’arme de poing, un passeport américain, un certificat de citoyenneté, une carte d’identité militaire) que la cour d’appel fédérale a invalidé en août, affirmant qu’elle privait de leurs droits les minorités et les pauvres.

De toute évidence, les Texans n’ont pas bien pris la critique. Même le gouverneur Perry s’en est mêlé sur Twitter:

Bref, la saga du comptage-décomptage-recomptage ne fait que commencer…

 

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendema…

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?