Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone”

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l…

 

saoudievendetta

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l’on veut penser les mutations dont témoigne l’histoire actuelle du « monde arabe ». Mais toutes les idées reçues n’ont pas disparu pour autant. Beaucoup pensent ainsi que l’internet arabe est plus ou moins apparu avec les soulèvements populaires de l’année 2011. C’est une erreur bien entendu1. Ou bien encore, qu’il s’agit exclusivement d’un « phénomène forcément positif », au sens où il permettrait aux catégories les plus « avancées », les plus « ouvertes » des populations concernées, selon un scénario de rêve qui aurait pour titre « Le printemps arabe », d’accéder aux commandes politiques en éradiquant au passage les manifestations, plus ou moins majoritaires pourtant, d’un revival musulman susceptible d’inquiétantes radicalisations. Continuer la lecture de « Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone” »

La Russie et la fable de la finance mondiale

2014-03-13
Dans les années 90, beaucoup d’économistes et de financiers croyaient que les modèles mat…

2014-03-13

Dans les années 90, beaucoup d’économistes et de financiers croyaient que les modèles mathématiques et les stratégies financières complexes pouvaient battre le marché. Ils ont eu raison une bonne partie du temps, mais pas tout le temps….! En joueurs invétérés, assistée d’apprentis sorciers modernes, ils oubliaient l’incertitude en cédant à la puissance de l’argent.

La culture comme garde fou

Fiodor Dostoïevski, dans le joueur a écrit une puissante satire de la société européenne du XIXième siècle et de ses élites dont les individus y sont présentées comme des opportunistes qui ne vivent que pour l’argent. 150 ans plus tard, dans  le film Blue Jasmine, Woody Allen soulève une critique sociale des cercles des élites financières, étrangement proche de celle de F. Dostoïevski. Incontestablement, le propos porte plus que dans la caricature donnée dans le Loup de Wall Street qui se veut une provocation «trash» de la perversion.

 

A Moscou, en face de RTS (la Bourse) et devant la bibliothèque Lénine trône la statut de F. Dostoïevsky, comme un garde fou entre le savoir d’un côté et le marché financier. Les symboles portent en Russie! Ni la bourse ni les marchés ne dictent la politique économique à son gouvernement souverain… Certains économistes le savent, la bourse de Moscou ne «pèse» plus comme dans les pays occidentaux sur le destin des populations et du développement économique. C’est un point difficile à comprendre pour beaucoup de journalistes qui, souvent par habitude, sont trop hypnotisés par la finance.

Au lieu de ne se fixer qu’à leur modèle de trading (à basse ou haute fréquence), les financiers occidentaux auraient tout à gagner à réaliser qu’au delà du gain monétaire existe une autre vie. Ils pourraient s’en rendre comte en portant attention aux enseignements de l’histoire, de la littérature ou du cinéma ; Ainsi seraient-ils mieux en mesure de corriger leurs égarements récurrents et comprendraient qu’en n’agissant que dans un ordre de conscience réduit, ils laissent une grande force aux responsables qui savent eux tirer partie de la mémoire : rien ne sert d’aboyer contre un soit disant «Maître de Sotchi» à la mode BHL quand cette mémoire permet de comprendre que les «Maîtres de Wall Street» qui ne croient toujours pas à l’incertitude…peuvent plus sûrement tomber!

Pourtant ce ne sont pas les témoignages qui manquent pour alimenter  ce constat. Lorsque la culture, la mémoire et le discernement veillent sur les tentations d’avidité systémique il est impossible d’oublier que l’incertitude peut provoquer des rendez-vous surprises. Les élites en occident auraient ainsi pu apprendre à maitriser leurs passions qui se manifestent au détriment des peuples : ne pas céder aux jeux du cirques où les peuples sont brisés moralement et physiquement dans l’austérité quotidienne…parce qu’il faut payer pour les erreurs de la finance pour que le jeu continue coûte que coûte!

La différence est notable, la Russie sait se divertir de diverses façons  au delà de l’addiction univoque aux jeux financiers. La dissonance cognitive lors des jeux olympiques de Sotchi en était une preuve majeure. Les uns comptaient avec jalousie les dépenses, les autres célébraient le sport, le courage et l’endurance et surtout s’amusaient ensemble. Nombreux de jeunes européens, sportifs ou non, entraînés dans la fête ont ainsi pu réaliser que l’enthousiasme, le sens du collectif peuvent faire dépasser les montagnes d’incompréhension. Cette énergie il faudra que eux aussi un jour ils la retrouvent pour prendre leur destin en main, et sortir de la fatalité du chômage de masse qui contraint leur vie et leur futur.

Communication, rhétorique suffisent souvent en occident pour prétendre que le réel importe peu ; ça devient une habitude, une posture intellectuelle héritée de l’économie de la fiction et du discours de la fin de l’histoire. Le problème est que cette histoire ne se laisse pas tordre facilement…elle semble décider à ne pas finir comme il conviendrait à nos financiers. Lundi 10 mars, le Représentant spécial du Secrétaire général de L’ONU, Tarek Mitri, dans un exposé devant le Conseil de Sécurité nous faisait regretter une des conséquence de cet aveuglement (Libye : la violence est en forte hausse). Avec cet état des lieux sur la situation en Lybie de chaos et de trafic généralisés pour propager la guerre et le terrorisme dans plus de 14 foyers dans le monde, on voit mal comment la promesse faite à l’Ukraine du pétrole Lybie pourra être tenue? Beau choix de programmation des ordres du jour à l’ONU, ce rapport fournissait ainsi une introduction bien illustrative pour les débats qui suivraient sur l’Ukraine, manière de remettre des pendules de communication à l’heure du réel.

 

Relations tumultueuses entre la Russie et la finance

L’histoire que les russes sont «des empêcheurs de tourner en rond» pour les financiers peu scrupuleux n’est pas nouvelle. Elle se lit à travers deux épisodes majeurs laissant le troisième à cette histoire qui fut pensée finie, un peu trop tôt!

 

Épisode 1 : Les emprunts russes 

Le 29 décembre 1917, un décret du gouvernement bolchévique répudie unilatéralement l’intégralité des dettes. Plus d’un million et demi de français, une grand proportion de petits épargnants, avaient investi dans ces emprunts. Depuis les petits porteurs français en on vu d’autres  (cf. Épisodes  Natixis, Madoff pour les plus récents), feront-ils mémoire comme les fameux emprunts russes?

C’est pour une bonne part une histoire de «dettes indignes» comme on pourrait la nommer actuellement. Même si l’objet de la créance était des actifs réels, comme des financements pour la construction du chemin de fer Moscou Kazan, on pouvait trouver à redire sur les méthodes utilisées à grands frais de commissions diverses pour placer ces titres risquée auprès d’une population manipulée.

Dans les années 1920 déjà, des enquêtes ont montré que les financiers au service du  gouvernement tsariste avait mis en place entre 1900 et 1914 une véritable organisation de corruption de la presse française, avec des intermédiaires rémunérés, des comptes en banque secrets et des représentants quasi-officiels à Paris. Il s’agissait d’assurer le succès du placement des emprunts russes dans le grand public auprès des petits porteurs.

Dans une lettre adressée le 2 novembre 1904 au ministre des Finances russe,  l’envoyé Arthur Raffalovitch écrit : « J’ai l’honneur de remettre à Votre Excellence les chèques payés par l’agent Lenoir pour le concours donné par la presse française durant le mois de septembre. J’y joins une sorte de clef, c’est-à-dire le numéro du chèque en face du journal qui a touché. » La liste des journaux bénéficiaires incluait tout l’éventail politique, de la presse conservatrice de droite jusqu’à des journaux d’opposition de gauche.

 

Environ 1,5 millions de personnes furent touchés, on comprend aussi que dans le climat d’affrontement de la guerre de 1914-1918, les tentatives de recours juridiques des créanciers étaient sur le moment exclues. La mémoire de la population demeura ce qui accusa pour longtemps sa méfiance vis à vis des affairistes. L’affaire récente autour de la banque Natexis/Natixis, qui a touché cette fois près du double de personnes (2,8 millions) dans la France de 2006-2008, attire plus l’attention des tribunaux dont certains délivrent des verdicts qui peuvent faire jurisprudence (Cf. La justice indemnise des actionnaires de Natixis). Y figure une liste de dysfonctionnement légaux significatifs : manquement des établissements vendeurs de titres à leur devoir d’information, de conseil et de loyauté, mais aussi «conflit d’intérêts». Elégant synonyme qui témoigne que la corruption est toujours présente au coeur de nos systèmes financiers et qu’elle peut frapper toujours à grande échelle.

A l’origine de l’histoire, le succès de l’introduction en Bourse de Natixis semblait ne faire aucun doute. « On est en présence d’un groupe qui est loin d’avoir exploité tout son potentiel. Tout plaide en faveur d’une progression régulière du titre sur l’année, de l’ordre peut-être de 15% » trouvait on sous la plume d’un expert en placement.

On pourra regretter du point de vue de la transparence qu’aucune enquête n’ai été mené pour déceler les compromission et les responsabilités. Ce fut bien la différence par rapport à l’époque1920 et une fois la guerre finie, où suite à l’épisode des emprunts russe, la justice chercha des éclaissessements… Au XXIième siècle, la gouvernance juridique change de forme, elle se fait plus individuelle et l’indemnisations des créanciers les plus acharnés permettent de calmer les esprits. Les archives livreront peut être un jour des informations… En 2006, les titres étaient vendus par les deux réseaux qui étaient en phase de fusion : agences des Caisses d’épargne et des Banques populaires qui disposaient de la distribution du très populaire livret A. Les habitués de ce support de placement défiscalisé et au rendement garanti était par là même rassurés lorsque leur agence bancaire vantait l’action Natexis. Cependant ce titre n’avait lui aucune des caractéristiques assurant la sécurité du placement. Produit risqué par excellence, assis sur les activités des banques d’affaires, opérant sur les marchés des capitaux internationaux dont les subprimes US, les produits Maddoff et  plus globalement des produits dérivés, particulièrement volatiles. Un total de 2, 8 millions de personnes furent ainsi victimes de «la banque universelle» dont quotidiennement encore les autorités bancaires nous vantent les mérites, comme étant la raison de leur profond attachement en faveur de ce système d’organisation… Leur influence majeure et leur force de conviction a permis de briser les intentions régulatrice du gouvernement Hollande.

Moins de 2 ans après leurs placements en titre Natexis, les petits épargnants allaient très brutalement prendre conscience de leur confusion, à la faveur de la crise boursière qui éclata le 15 septembre 2008. La banque est sauvé par l’intervention de l’Etat et des généraux contribuables, ce qui lui évite la faillite. Les actions perdent près de 90% de leur valeur (de 20 € à moins de 1 € ) (cf. VIABLECO – Economie fiction et viabilité).

Natixis se mue alors en symbole des dérives du système financier dont la mémoire s’était perdu… Nos grands mères y auraient vite fait le parallèle avec la manipulation des emprunts russe de 1914, même si en dernier ressort dans l’affaire récente, il n’y avait pas là de bolchéviques à accuser.

Contrairement aux débats juridiques des années 20 sur l’origine des malversations liées aux placements des emprunts russes, les media contemporains se sont fait plus silencieux et cyniques.  Ils nous laissent penser que dans le système pervers et complexe de la finance contemporaine les acteurs financiers, citoyens d’un genre supérieur ne sont jamais responsables ou jugés comme tels. Ainsi faut-il coûte que coûte leur assurer la poursuite de leur «business as usual», le principe du «too big too jail» s’appliquant. Ces postures justifient le double sauvetage, financier mais aussi en terme de réputation des établissements et des banques à vocation universelle…qui jouent toujours dans l’arène du cirque.

 

Episode 2 : Russie 1998 et l’ allumage de la mèche LTCM!

Encore un épisode où la Russie s’immisce en déclencheur de bombe financière.

Le coup fatal intervient en Août 1998 avec la défaut et la dévaluation annoncés par le Russie. Ecrasé par la thérapie de choc le secteur industriel s’est effondré de 50%, la population russes est à 40% sous le seuil de pauvreté, alors que les spéculations les plus folles poussent le gouvernement de B. Elsine à payer jusqu’à 200% d’intérêt aux financiers qui prêtent à l’Etat. A cet Etat russe «démocrate» qui depuis plusieurs mois ne paie plus ses engagements auprès de la population. Ces «séquestration budgétaires» sont connus de tous. L’épisode «dramatique» montre que la persistance du double standard austérité pour les peuples et incitation à l’appât du gain pour les financiers n’était pas viable. Les autorités russes ont su une nouvelle fois entériner le fait en mettant les spéculateurs et leurs émissaires, -FMI en tête qui jurait de la pertinence du modèle économique!-, face à la réalité de leur extravagance.

Les investisseurs se tournent alors naturellement vers les emprunts américains (les plus sûrs) tout en délaissant les titres les plus risqués. Tout cela se déroulant au moment où LTCM, le fonds le plus prestigieux que Wall Street (cf. LTCM : la dérive d’un fonds prestigieux et Long-Term Capital Management – Wikipedia) ait jamais connu, était en position ouverte et avait vendu à découvert des emprunts. Le fonds tente de vendre certaines de ses positions en vain car le marché manque de liquidités. Les pertes se cumulent : 1,7 milliard de dollars en août, 1 milliard sur les trois premières semaines de septembre ; le capital du fonds plongent depuis décembre 1997 de 4,7 milliards à 1,5 milliard de dollars en septembre 1998. Le 18 Septembre 1998, la rumeur se propage, éclairant les risques que l’éventuelle faillite fait courir à la finance mondiale. La FED réuni un pool d’institutions et de banques de la place qui vont intervenir pour sauver le fonds LTCM, en injectant près de 3,6 milliards de dollars. Les «équipes de rêve» de la finance sorte aussi pitoyablement que «les équipes de rêve» da la transition russe (vocable laudatif utilisé par de L. Summers) pour désigner les économistes qui ont mis en musique la thérapie de choc en Russie. Les dégâts seront importants mais contenus au sein de l’industrie financière. En tenant compte de l’ensemble, prêts irrécouvrables, plan de sauvetage, pertes des actionnaires, c’est près de 110 milliards de dollars qui se sont évaporés. De nos sommets présents atteints depuis 2007, ça semble une bagatelle!

 

Pendant longtemps ce chiffre faisait frémir théoriciens et financiers, les uns y voyant comment le système pouvait faillir ce qui a leur sens montrait l’utopique de la croyance dans l’efficience des marchés ; les autres jugeant au contraire, qu’ils avaient limité et contenu la casse et qu’ils étaient ainsi les rois du monde…!

 

La crise de 2007-2008 a théoriquement tranché le débat…tout en laissant en suspend des pans entiers du règlement des mauvaises créances ici et là dans les bilans des banques… Lesquelles ne semble véritablement ne hanter que quelques dames du mécanisme de supervisions bancaires (Danièle Nouy et Sabine Lautenschläger).

En 2008 les états sont venus appuyer cette fois bien directement les banques sauf de rares exceptions ; dont Lehman Brothers, étrangement celle qui avait refusé de participer au pool du sauvetage de 1998. Preuve que la mémoire existe aussi chez les financiers. Les dettes bancaires se sont transmutées en dettes souveraines dont le montant mondial s’élève à 43 000 milliards de dollars selon la BRI en mars de 2014 (cf. Global Debt). Les contribuables et la société civile ont partout été sollicités et continuent de l’être alors que la crise touche maintenant de plus en plus sévèrement l’économie réelle et compromet la subsistance des population. Le constat est clair «in essence, the elite financial players are manipulating the game so that they get the stimulus … and the little guy gets the austerity» S’en suit une cohorte de malheurs, de suppressions d’emplois…la viabilité du modèle est à nouveau en jeu.

Avant même les épisodes de septembre 2008 et la faillite de Lehman, le FMI estimait que proprement dit le coût de la crise financière se rapproche des 1 000 milliards de dollars rien que pour les subprimes…où en sommes nous depuis? 4 000 milliards en avril 2010 encore selon le FMI, 5000, les chiffres explosent toujours! Impossible bien sûr d’évaluer les dégâts sur la sphère réelle des économies, combien d’investissements perdus vers les nouvelles technologies, la transition verte, combien de millions de vies et de destins brisés sur les jeunes générations?

 

Pourtant le Casino tourne toujours plus que jamais, il y a du temps à gagner et de l’argent à faire (des 2009 les bonus US s’élevaient déjà à 145 milliards de dollars) et un nouveau slogan pour rassurer les esprits la close du «too big to jail» fait flores… Un seul pêcheur sur les chemins  Rome pour «relayer le message du Saint-Père qui prône une lutte contre la tyrannie des marchés» (Jérôme Kerviel en pèlerinage). Un seul bouc émissaire suffit parfois à assurer la survie d’une société? Mais peut elle vraiment fonctionner de façon viable sans une transformation profonde au coeur de ses valeurs? Six exemples mis en perspectives par Eric Toussaint du CADTM témoignent que nous en sommes encore bien loin de cette transformation. Le bouc émissaire a simplement servi à assurer l’impunité de l’armée!

  • Des accords ont été passés entre les banques des États-Unis et différentes autorités du pays afin d’éviter une condamnation en justice dans l’affaire des prêts hypothécaires abusifs et des expulsions illégales de logement (foreclosures) ;
  • HSBC (1e banque britannique) a été mise à l’amende aux États-Unis pour blanchiment d’argent des cartels mexicains et colombiens de la drogue ;
  • La manipulation des taux d’intérêt interbancaires et des taux sur les dérivés est qualifiée d’affaire du LIBOR ;
  • Le scandale des « prêts toxiques » a touché la France ;
  • Dexia avait développé des activités illégales en Israël ;
  • L’évasion fiscale internationale était organisée par la principale banque suisse UBS.

La morale au coeur du système économique qui découle de ces réalités est qu’il ne peut être question de poursuivre en justice, un dirigeant d’une institution bancaire qui «ne fait que le travail de Dieu », comme le souligne Éric Toussaint en rappelant les paroles de Lloyd Blankfein, patron de Goldman Sachs.

 

Episode 3 : la Russie et la morale de l’affaire

La réflexion a mener dans le panorama présent de l’histoire qui s’accélère est à portée de nous, de notre culture et des savoirs acquis des expériences passées. Suivant l’approche chère aux pragmatiques  que Guillaume Garreta nous fait redécouvrir à partir de l’édition française de travaux de J. Dewey, (Après le libéralisme. Ses impasses, son avenir), faire acte de mémoire pour examiner le contexte présent s’impose… Petit exercice personnel que chacun pourra mener à partir des évocations ci-dessus et des quelques repères qui sont ici notés :

– Notre système de banque universelle est un levier de la contagion ;

-Les CDS sont les instruments de l’appât du gain irréfréné qui aveugle et précipite le «black-out» ;

-Le trading à haute fréquence, après avoir constitué l’investissement majeur des banques en recherche développement qui ouvre droit à crédit d’impôt, va permettre d’accéléré les dynamiques…plus rapidement qu’en 1998 et 2007 ;

-Le marché interbancaire est toujours en panne depuis 2007 faute de confiance réciproque des établissements. Ce point atteste que la situation des banques occidentales ne s’améliore guère et est chroniquement incertaine depuis la crise!

-La Rumeur…est l’instrument de communication des marchés qui tend à surévaluer les dangers quand l’incertitude survient… Les processus deviennent auto-validant et s’auto-amplifient. Se perdent ainsi les chaines d’évaluation…L’indécidable brise les marchés ;

-Selon la BRI, banque des règlements internationaux : Les banques européennes détiennent plus de 23 milliards de dollars en prêts exceptionnels sur l’Ukraine. Les banques italiennes, par exemple, ont prêté environ 6 milliards de dollars ;

-La BRI encore elle, nous apprend dans une récente communication que le montant total de la dette dépasse largement le niveau du PIB mondial, (75.000 milliards soit 2/3 des dettes). Cette dette n’est encore que partielle, elle inclut les obligations des Etats et les dettes cotées des entreprises et des sociétés financières, mais pas celles des ménages. Elle n’était que de 40.000 milliards en 2000, elle est passée à 70 000 milliards avant la crise en 2007 (cf. Les Echos 10/4/2014).

La BRI ainsi souffle un vent froid venant de Suisse destiné certainement à calmer les esprits belliqueux! Il est en effet assez facile de comprendre que l’encours des titres de dette souveraine qui a bondi de 80 % en six ans, à 43.000 milliards de dollars en juin 2013 ne concerne que très marginalement la Russie et la Chine qui au contraire ont fait des réserves…

Nous avons aussi appris qu’il en faut bien peu pour toucher le château de carte de notre système financier et que les conséquences pour l’économie réelle et les population ne se font pas attendre… Une simple aile de papillon?

“Jusqu’où l’économie russe pourrait-elle résister à des sanctions occidentales» est la question que posait Atlantico le 9 mars?  On pouvait croire à l’autosatisfaction digne d’un BHL suivant la symbolique étriquée du chiffre fourni : les exportations russes vers l’Europe ne représentant que 1% du PIB européen. Envoyer les chars, il n’y a rien à craindre! Avec ces rodomontades, le «rêve d’Europe» de l’article aurait pu inspirer la fable de Jean de la Fontaine à propos de la grenouille et du boeuf. C’est le drame de la perte de la culture quand l’envolée de chiffres sans perspective prend le dessus!

 

La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Une Grenouille vit un Boeuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : “Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
– Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
– Vous n’en approchez point.” La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

J’ai toujours tant de mal à croire à la pure naïveté des professionnels, tant est si bien que je lis dans les justification hors du sens réel, un moyen qui se croit habile de gagner du temps en rendant possible des prises de positions -via les marchés- pour faire gagner encore quelques euros… et en recevoir en aumône quelques kopecks? La routine…

 

 

 

En photo à la une : Détail d’une obligation russe sur les chemins de fer Moscou Kazan, 1914. Comparable à celle donnée par ma grand mère Juliette…

En références :

Printemps raté dans le « pays du pillage » ukrainien. | Mondialisation

Occident : la culture du supermarché… – LA CHUTE – LAPSUS

La Turquie et la crise ukrainienne

Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent …

Turquie-Urkaine1Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent entre Moscou et les capitales occidentales, un certain nombre d’indices commencent à permettre une lecture plus complète de la position turque sur la crise ukrainienne.

Feu vert turc dans les Détroits

Les autorités turques ont donné leur accord, le 5 mars, au passage d’un navire de guerre américain en mer Noire. Cette décision rapide est l’indice intéressant d’un positionnement plus résolu d’Ankara aux côtés Turquie-Urkaine2de ses alliés occidentaux qu’en 2008, au moment de la crise géorgienne. À cette époque, la question du passage de navires américains par les Détroits avait suscité des réactions embarrassées de la diplomatie turque. En dépit de son appartenance à l’OTAN, la Turquie, sous la pression de Moscou (qui avait gelé les importations industrielles turques en Russie pendant plusieurs semaines), avait affecté une posture assez circonspecte (cf. nos éditions du 25  août 2008  et du 30 août 2008).

Il est vrai qu’en 2008 les 3 navires, que les Etats-Unis voulaient envoyer au secours de la Géorgie, excédaient le tonnage fixé par le Traité de Montreux (qui a fait de la Turquie en 1936, la gardienne des Détroits du Bosphore et des Dardanelles). Mais il s’agissait de navires hôpitaux destinés à une mission humanitaire. Alors qu’aujourd’hui c’est bel et bien un navire de guerre qui doit franchir les Détroits, même s’il ne devra pas excéder 45 000 tonnes, comme le prévoit le Traité en question.

Prudence affichée à l’égard de la situation en Crimée

La Turquie demeure toutefois prudente. Le 4 mars, Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine se sont entretenus au téléphone. Officiellement le premier ministre turc aurait quant même nettement dit au président russe «que c’est aux Ukrainiens qu’il appartient de résoudre la crise de leur pays», en appelant au respect du droit international et en soulignant qu’une «instabilité en Ukraine aurait une incidence négative pour l’ensemble de la région». Mais le communiqué du Kremlin n’évoque, quant à lui, que la Ukraine Protestssituation en Crimée et suggère que les deux dirigeants sont tombés d’accord : «Les deux parties ont exprimé la certitude que, malgré les actions agressives des forces radicales et extrémistes du Maïdan, la paix interethnique ou interreligieuse et le calme en Crimée finiront par prévaloir.»

Le 3 mars, Ahmet Davutoğlu a reçu des associations de Tatars de Crimée. Ces derniers sont nombreux à travailler en Turquie, et le ministre turc des affaires étrangères les a assurés que son gouvernement suivait la situation actuelle de très près, notamment par l’intermédiaire de son consulat d’Odessa. Il a annoncé aussi le déplacement d’une équipe de techniciens turcs en Crimée prochainement. Pour autant, il s’est gardé de faire des déclarations alarmistes et fracassantes sur la situation et le sort de la minorité turcophone de la péninsule qui souhaite que la Crimée reste ukrainienne.

Pas de crise gazière à l’horizon

La Russie restant le principal fournisseur de gaz de la Turquie (près de 60%), on comprend qu’elle soit là Turquie-Urkaine4encore incitée à la modération. Taner Yıldız, le ministre turc de l’énergie (photo à droite), a estimé que la crise ukrainienne ne menaçait pas pour l’instant l’approvisionnement en gaz de la Turquie. Il a rappelé néanmoins la dépendance de la Turquie à l’égard des ressources gazières russes et de leur acheminement ukrainien : «Si le West Stream est coupé, il est clair que nous serons affectés. Le West Stream permet à la fois l’approvisionnement du secteur public et du secteur privé.» Pourtant, selon Taner Yıldız, rien n’indiquerait qu’une crise gazière soit imminente : «Dans les discussions que nous avons eues avec Gazprom, ses représentants nous ont dit qu’ils ne croyaient pas possible une coupure de l’approvisionnement en gaz. C’est pourquoi je pense que nous n’aurons pas de problème.»

Soutien turc à l’intégrité de l’Ukraine

La visite du président polonais Bronislaw Komorwski en Turquie du 4 au 6 mars a été l’occasion d’une réaffirmation de l’attachement de la Turquie à l’intégrité de l’Ukraine. Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue polonais, et dans le sillage de la conversation que Recep Tayyip Erdoğan a Turquie-Urkaine5eue la veille avec Vladimir Poutine, le président turc, Abdullah Gül, a répété qu’il était important que l’unité politique, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine soient préservées, et que les tensions en Crimée soient évitées. «La Turquie, l’Ukraine et la Russie sont trois pays du littoral de la mer Noire, c’est pourquoi le maintien de leur stabilité et de leur sécurité sont notre premier souci.», a déclaré le chef de l’Etat turc, avant d’ajouter : «Ankara veut que ces incidents soient résolus par le dialogue, en évitant de nouvelles tensions. Une nouvelle ère de Guerre froide ou une seconde Guerre froide est dangereuse pour tout le monde et ne profitera à personne. Nous devons donc à tout prix éviter cela. Et pour l’empêcher, il faut se conformer au droit international.»

Si la Turquie demeure ainsi prudente, en pensant au sort des Tatars de Crimée et à son approvisionnement en gaz russe via l’Ukraine, elle affiche un soutien à ses alliés occidentaux alors même que, lors de la crise géorgienne, elle avait paru vouloir faire passer au second plan son appartenance à l’OTAN et la solidarité que cela pouvait impliquer. Il faut dire qu’Ankara revendiquait alors volontiers une marge de manœuvre à l’égard de ses alliés, c’était un moment où l’on évoquait d’ailleurs souvent une dérive de la Turquie vers l’est et une forme de non-alignement de sa part. La crise syrienne, où Ankara et Moscou se sont retrouvées sur des positions diamétralement opposées, a changé la donne et vu la diplomatie turque revenir vers l’ouest. C’est sans doute à l’aune de cette tendance stratégique nouvelle qu’il faudra lire le positionnement turc à l’égard de la crise ukrainienne dans les prochains jours.

Jean Marcou

L’inauguration du Marmaray

Timbre commémoratif édité pour l’inauguration du Marmaray. Il superpose les deux projets de tu…

pul_marmaray1

Timbre commémoratif édité pour l’inauguration du Marmaray. Il superpose les deux projets de tunnel sous-marin

Dans le cadre du cycle de visites sur les gares à Istanbul, il convient de revenir sur l’inauguration du Marmaray. Ce projet, lourd de conséquences sur la plupart des gares étudiées, est encore loin d’être terminé : sur les 37 gares qui seront réhabilités ou reconstruites et les 3 nouvelles gares prévues, seules 5 sont actuellement en fonctionnement. Néanmoins, les observations effectuées lors de la cérémonie d’inauguration, nous permettent de tirer quelques éclairages utiles à la réflexion engagée jusqu’ici sur les transformations des gares à Istanbul.

L’inauguration du Marmaray a été marquée par la profusion de gestes symboliques qui fournissent une source abondante d’interprétations. Des choix dans l’organisation de l’événement, qui se tenait à Üsküdar, le jour des 90 ans de la République, en compagnie de personnalités internationales tel que le premier ministre japonais Shinzo Abe, aux slogans, « c’était un rêve, c’est devenu une réalité », « deux continents en quatre minutes », qui se trouvaient tant sur les affiches que dans la bouche des orateurs successifs ; des signes disséminés ça et là tels que les grues dressées autour du public, l’effigie du président de la République, du premier ministre et d’Atatürk qui flottant côte à côte dans les airs, aux discours, précédés par la mélodie de Üsküdar’a gider iken, rythmée par le tonnerre d’applaudissement des partisans AKP, et qui revenaient tant sur la conquête de Constantinople que sur le troisième aéroport, en passant par la prière qui a clos la cérémonie, tout tend à faire penser qu’il ne s’agit pas d’un simple projet de transport urbain.

marmaray-akparti-istanbul

Cette forêt de symboles contraste fortement avec les constats que l’on a pu faire lors des visites que l’Observatoire urbain d’Istanbul a menées sur les gares affectées par le Marmaray, où les symboles semblaient l’objet d’un dédain manifeste. On se référera notamment au rapport de Charlotte Horny sur les projets d’Haydarpaşa qui proposent tantôt un nouveau Manhattan tantôt une petite Venise, mais semblent peu soucieux de mettre en exergue la valeur symbolique de cette gare historique. De plus, là où nos visites nous avaient fait apparaître l’État comme une boîte noire fort éloignée d’enjeux locaux liés tant à la mobilité urbaine qu’aux mutations fonctionnelles de l’espace, c’est bien une certaine figure de l’État et de ses représentants qui sont mis en valeur par les symboles de la cérémonie d’inauguration. Ce contraste laisse à penser que cette cérémonie d’ouverture constitue le point phare des moyens mis en place par le gouvernement turc pour établir ce projet urbain, parmi d’autres, comme un enjeu politique national. D’une part, cette manœuvre se traduit par l’accentuation des symboles clivant, et galvanisant l’identité politique du parti au pouvoir. D’autre part, elle s’inscrit dans une stratégie d’associer son action aux notions de modernisation et de croissance.

Le projet de Marmaray naît dans une division bien orchestrée. En ce jour des 90 ans de la république turque, un rassemblement est prévu à 14 heures par les kémalistes à la place de Tünel. Avant de se rendre à la cérémonie à Üsküdar à 15 heures, il était donc possible de tenter de longer la rue d’Istiklal, où l’on voyait une foule brandissant des drapeaux à l’effigie de Mustafa Kemal, encerclée par des policiers postés à chaque coin de rue et qui s’interposaient régulièrement pour atténuer le flux se rendant à Tünel. Si souvent cette bipolarité se prête mal à la réalité socio-politique complexe d’Istanbul, ce jour, on faisait face à une situation archétypique : deux rives, deux camps. Du côté de Tünel, on entend ‘nous sommes les soldats d’Atatürk’, on propose gratuitement des tatouages de sa signature. La foule est jeune et chante par intermittence les slogans du mouvement Gezi: ‘Taksim est partout’, ‘Nous ferons les comptes’. Côté Üsküdar, ce sont des drapeaux de l’AKP qui sont agités, la foule est plus âgée, beaucoup d’hommes, de familles. Les slogans sont d’une toute autre teneure : « Avec toi, la Turquie est fière », est martelé lorsque le premier ministre prend la parole.

Grue

Le choix d’inaugurer ce projet le jour anniversaire de la République turque, tout en affrétant des transports publics pour faire venir une foule de partisans sur le lieu de la cérémonie  constitue une mise en scène d’un clivage partisan. Au delà d’une orchestration de la division, le pouvoir actuel semble porteur d’une construction symbolique nouvelle. Les grues qui encerclaient la foule à Üsküdar à proximité de drapeaux turcs attestent de ce travail de construction identitaire.

Visages

Le gouvernement AKP ne part pas de zéro, mais s’appuie sur l’héritage républicain, tout en y inscrivant sa marque. Les trois effigies d’Atatürk de Gül et de Erdoğan témoignent de cette volonté d’inscrire leur empreinte dans l’histoire républicaine turque.

Dans son discours, Erdoğan ne tarit pas d’adjectifs pour qualifier ce qu’il revendique avoir construit contre ses adversaires : « Avec ce projet, non seulement nous glorifions notre république, mais nous donnons la preuve de ce qui commence aujourd’hui, dans une république démocratique, stable, sûre, fraternelle, solidaire »1.

Dans cette perspective, le fait que le Sultan Abdülmecid ait évoqué l’éventualité d’un tunnel ferroviaire souterrain en 1860 lors des travaux qui ont raccordé Istanbul à l’Orient Express, représentait une aubaine pour inscrire le Marmaray dans la rhétorique de réhabilitation de l’héritage ottoman. Dans son discours, Erdoğan se pose dans la continuation de la conquête et de l’entreprise du souverain qui l’avait précédé2. Ainsi, au cours de cette cérémonie, ce projet de transport urbain, qui revêt à l’évidence des objectifs locaux non clivant, à savoir, l’amélioration de la mobilité dans une métropole congestionnée et sous équipée en transport publics ferrés, en y apposant artificiellement le sceaux d’une division partisane.

La cérémonie d’ouverture du Marmaray porte le marque de la figure l’Etat modernisateur. Le discours d’Erdoğan inscrit ce projet tant dans la lignée des développement d’infrastructures3. Il cite le nombre d’aéroports construits depuis son arrivée au pouvoir, inscrit ce projet comme l’une des pierres d’un vaste édifice en construction en rappelant certains projets phares qu’il porte à Istanbul comme le troisième aéroport et le troisième pont.

La place essentielle jouée par la métropole d’Istanbul dans cette affirmation d’un État modernisateur est manifeste. Ce discours souligne également que les infrastructures portées à Istanbul sont au bénéfice de l’ensemble du pays : « Le Marmaray est au même moment le projet d’Izmir et de Trabzon »4. L’ancien maire d’Istanbul qui a attribué à la ville une importance toute particulière depuis qu’il a pris les rennes de l’Etat, rappelle ainsi avec le projet de Marmaray, sa propension à puiser dans le développement d’Istanbul, comme une ressource pour se légitimer à l’échelle nationale.

Enfin, l’inauguration du Marmaray met l’accent sur la dimension internationale du projet. L’invitation d’hommes d’État de Roumanie, de Somalie et du Japon confère à l’événement un caractère diplomatique et vient rappeler que c’est un projet qui a fait appel à une expertise internationale. Elle vient surtout donner du crédit à la prétention symbolique affirmée par le premier ministre: « Une ligne Pékin-Tokyo-Londres-Üsküdar, c’est possible ». On peut voir tant la rhétorique de la ville globale que la mention d’Üsküdar, qui représente pour Erdoğan un point d’ancrage symbolique et politique.

La visite de cette cérémonie d’inauguration s’inscrit manifestement dans le programme d’excursions sur les gares d’Istanbul, en soulignant le rôle essentiel joué par l’Etat dans ce système de gares en mutations. Plus généralement, elle fournit un témoignage de la manière dont les projets urbains stambouliotes sont portés comme des enjeux nationaux. Ce phénomène qui n’est pas propre au Marmaray permet de comprendre l’embrasement face au projet menaçant l’intégrité du parc de Gezi, en défiance du pouvoir à l’échelle nationale.

 Si les projets urbains ont appuyé la légitimité du gouvernement qui a pu mettre en avant les projets comme des signes de développement, ils portent également en eux des risques de contestation. Dans son discours, Erdoğan a exprimé sa compréhension pour les dérangements rencontrés par les habitants d’Üsküdar du fait des travaux, tout en ironisant que ‘toute naissance heureuse est douloureuse’5. On peut se demander si ce n’était pas un symbole de trop. Le lendemain, les premières coupures d’électricité ont fait pleuvoir les critiques quant à l’empressement des travaux et les risques non évalués de cette ‘naissance prématurée’.

Jérémie Molho

  1. “Bu büyük projeyle, hem Cumhuriyetimizi yüceltiyor hem de demokratik bir cumhuriyetin, istikrar içinde, güven içinde, kardeşlik ve dayanışma içinde bir cumhuriyetin neleri başarabileceğini bugün ispat ediyoruz” (Extrait du discours inaugural de Recep Tayyip Erdoğan)
  2. « 1453′te şehre girdiği andan itibaren işte bu dizelerinde ifade etiği gibi, İstanbul’u imar etmek, halkın gönlünü kazanmak için çalışmış, halkın gönlünü ‘abad etme’ vazifesini bizlere bir miras olarak bırakmıştı. Bu anlamlı günde, bu şehrin fatihi Sultan 2. Mehmet’i bir kez daha rahmet ve minnetle yad ediyorum. Açılışını yaptığımız projenin hayallerle yetinmeyip bu hayali kağıtlara, planlara, projelere döken Sultan Abdülmecid ve Sultan Abdülhamid’e de Rabbimden rahmet niyaz ediyorum » (Extrait du discours inaugural de Recep Tayyip Erdoğan)
  3. “İnşa ettiğimiz bölünmüş yollarlar, demiryolları ve uçaklarla kuzeyi güneye doğuyu batı ile kucaklaştırdık.” (Idem)
  4. “Marmaray aynı zamanda İzmir’in Trabzon’un tüm türkiye’nin projesidir” (ibid.)
  5. “İnşaat dolayısıyla burada büyük sıkıntılar oldu. Ben Üsküdarlarlı hemşehrilerim haklarını helal etsinler. Her kutlu doğum sancılı olur. Bu da bir kutlu doğumdur.” (ibid.)

Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hiver…

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hivers sont chaque année des périodes sensibles à traverser pour les gouvernements turcs tous focalisés sur leur politique énergétique. Le gouvernement actuel, déjà fragilisé par les révélations quotidiennes d’affaires de corruption, n’a pas échappé cet hiver à toute une série d’imprévus : de nombreuses coupures d’électricité liées à un défaut d’approvisionnement des centrales thermiques à gaz ont plongé des quartiers de nombreuses villes1 dans la pénombre et provoqué le mécontentement des habitants (exemple à Esenyurt) ; un nouveau record de consommation diurne a été battu début février (197 millions de m3) ; la recrudescence de l’inflation et la dépréciation relative de la livre turque ont récemment obligé le 1er ministre en personne à enchaîner les visites d’État en Russie et en Iran pour renégocier les termes des contrats d’approvisionnement en gaz naturel. Dans le même temps, le facteur énergétique joue également un rôle majeur dans les perspectives d’amélioration des différends politiques entre Grecs et Turcs à propos de Chypre suite à la découverte de gisements gaziers offshore au large de l’île. Cette actualité pléthorique, sans liens toujours évidents, laisse peu de répit pour une mise en perspective globale de la politique énergétique turque. Dans ce contexte, la parution le 10 février dernier, d’un rapport commandité par The Oxford Institute for Energy Studies intitulé « Natural gas in the Turkish domestic energy market – Policies and challenges » est tombée à point nommé.

Malgré une prise de position ouvertement inspirée par la doxa économique libérale des organismes financiers internationaux – l’auteure, Gulmira Rzayeva, d’origine azerbaidjanaise, travaille au sein de nombreux think tank et centres de recherches internationaux comme le « Centre de recherche stratégique » rattaché au gouvernement Azerbaïdjanais (SAM) ou l’institut Hazard travaillant sur la région Caspienne – le présent rapport s’avère précieux par la quantité d’informations qu’il contient. Comme le constate en avant-propos, le directeur du « Programme Gaz Naturel » de l’institut d’Oxford, les pays émergents enregistrent désormais les niveaux de consommation de gaz naturel les plus élevés dans le monde et sont paradoxalement ceux où les données sont les plus rares. En effet, malgré plus de dix années écoulées depuis la loi de 2001 sur la libéralisation du marché du gaz naturel en Turquie et sa profonde restructuration subséquente, de nombreuses zones d’ombre et d’inconnues demeuraient. Le travail de Gulmira Rzayeva est à ce titre fort louable puisqu’il met à disposition des informations recueillies à leur source, c’est-à-dire auprès d’acteurs stratégiques tels que l’EPDK (Enerji Piyasası Düzenleme Kurumu soit l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie) ou BOTAŞ (Boru Hatları ile Petrol Taşıma Anonim Şirketi soit la Société nationale gérant l’importation et la transmission de pétrole et de gaz).

La presse généraliste turque n’a pas, à notre connaissance, relayé massivement ce rapport, si ce n’est pour y trouver une nouvelle preuve – irréfutable et objective car venant de la renommée université étrangère d’Oxford – de la puissance énergétique turque. İngilizlerin dünyaca ünlü üniversitesi Oxford’a göre, Türkiye stratejik konumuyla bölgenin enerji merkezi olmak için en güçlü aday pouvait-on ainsi lire sur le site du quotidien progouvernemental Akşam (voir également ici ou ). Pourtant, une lecture – moins partisane nous l’espérons –  du rapport ne nous engage pas à autant d’optimisme, au contraire. Nous avons fait le choix de sélectionner une série d’informations qui nous ont paru pour certaines inédites, pour d’autres particulièrement importantes et sensibles pour comprendre les perspectives de développement du marché du gaz naturel. Ce faisant, cette présente note s’attarde sur quelques risques inhérents à la géographie politique de la Turquie coincée entre une demande toujours plus importante de son marché intérieur et une perspective de resserrement à court et moyen termes des quantités importées de gaz. Dans une prochaine Dipnot, nous continuerons en évoquant le processus de libéralisation du secteur entamé au début des années 2000, en passe de recevoir un nouveau coup de fouet législatif dès 2014.

1. Consommation croissante, géopolitique des contrats d’approvisionnement et menaces des pénuries à court et moyen terme

Réduire la dépendance gazière nationale : une douce chimère politique

L’un des arguments majeurs du rapport est de prouver sur la base de prévisions des volumes de gaz naturel consommés à long terme, que les objectifs actuels de la politique énergétique gouvernementale, cherchant à réduire la proportion du gaz naturel dans la production d’électricité de 45 à 30%, n’est pas tenable de manière réaliste. Selon des études menées par BOTAŞ en 2012, la demande va au minimum doubler d’ici 2030 passant de 45 à 81 billions de m3. Malgré une prévision que l’auteure juge surestimée (70 billions de m3 maximum), de nombreux facteurs contribuent à envisager une courbe de la demande toujours croissante. Tout d’abord, la demande d’électricité devrait continuer d’augmenter de 6 à 7% chaque année jusqu’en 2023. D’ici là, les 3 centrales nucléaires (celle de Mersin (Akkuyu), celle de Sinop et la 3ème centrale qui devrait être située sur les rives de la mer Noire à proximité de la frontière bulgare), censées assurer à moyen terme 10% de la production d’électricité nationale, ne seront pas encore en service. Les premiers retards de livraison ont même déjà été annoncés. En conséquence, l’EPDK continue d’octroyer majoritairement des licences d’exploitation pour des centrales thermiques à gaz, le retour sur investissement étant, semble-t-il, avantageux (en 2012, 148 nouvelles centrales à gaz ont reçu une autorisation avec une capacité totale de production de 33 000 MW, loin devant les 16 000 MW des 26 nouvelles centrales à charbon). Ce marché juteux n’a d’ailleurs pas échappé aux grands groupes industriels turcs (voir ici et ). Le groupe Limak a par exemple prévu d’investir 2 billions de dollars dans deux nouvelles unités de production à Hamitabat2 .

D’un autre côté, la demande croissante en gaz naturel du secteur résidentiel ne vient pas soutenir les objectifs gouvernementaux et ce malgré l’apparition des premières mesures d’efficacité énergétique. Des taux de croissance annuels de l’ordre de 12 à 13% sont en effet prévus par BOTAŞ jusqu’en 2030 (8-9 Bm3 aujourd’hui contre 22,7 Bm3 en 2030). Le principal moteur de cette croissance ne concernerait pas tant l’extension des réseaux dans les dernières provinces encore non raccordées que le processus de modernisation de l’habitat dans les plus grandes villes turques déjà connectées au réseau depuis quelques années :

« The main driver of this growth in the residential sector is not the connection of the few remaining provinces unconnected to the BOTAS main transportation grid, but the growth and modernization of cities already connected, such as Istanbul, Ankara, Izmir, Gazientep and Adana. These are growing rapidly, with the construction of new housing and apartment blocks which contribute significantly to the natural gas demand growth in the household sector ». p.6

Cette affirmation confirme l’une de nos hypothèses personnelles de recherche qui tend à identifier la logique tacite faisant de la politique de renouvellement urbain initiée à l’échelle nationale et déclinée de manière intense à Istanbul un vecteur de la transition énergétique. Le développement massif de nouvelles formes urbaines (habitat collectif vertical) aurait entre autres pour effet l’adoption de nouvelles normes de confort thermique basées sur l’utilisation du chauffage centralisé individuel ou collectif. Conscient que le parc immobilier turc non isolé à 80% va devenir une source colossale de dépenses énergétiques, le Ministère de la Ville et de l’Environnement et celui de l’Énergie ont conjointement fait adopter une série de mesures législatives depuis le milieu des années 2000 – en lien avec le processus d’harmonisation à l’acquis communautaire européen – en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ceci s’est traduit entre autres par l’obligation d’installer des systèmes de chauffage collectif dans les immeubles neufs dont la surface habitable construite est supérieure à 1000 m2. Afin d’éviter les écueils d’une tarification collective souvent mal perçue par les usagers, ce système est combiné avec l’installation sur les radiateurs de vannes thermostatiques pour réguler la température de chaque pièce et de sondes thermiques (Pay ölçer) permettant de mesurer la consommation individuelle de chaque logement pour in fine répartir les charges collectives des dépenses individuelles. Ces technologies ont été pour la première fois expérimentées dans la ville-nouvelle de 60 000 logements de Kayaşehir en périphérie Ouest d’Istanbul. Suite à l’arrivée de factures de gaz exorbitantes et provoquant de fortes tensions chez les habitants, l’efficacité supposée de telles mesures doit être discutée à l’aune de la réalité du terrain. En l’état actuel, nous pouvons simplement affirmer que les causes du dysfonctionnement sont autant liées à des critères techniques et une gestion discutable du conflit par les institutions concernées qu’à des questions d’acceptabilité sociale face à ces innovations technologiques.

Les problèmes d’universalisation du service en réseau sur le territoire national

Pendant que le Premier ministre turc s’exclamait début décembre à Muğla que la Turquie était désormais entrée dans l’ère de la « civilisation du gaz naturel » avec 72 provinces raccordées3, son ministre de l’Énergie Taner Yıldız évoquait les problèmes économiques rencontrés pour atteindre certaines provinces où la densité de population et la demande restaient faibles. Un seuil de 10 000 habitants déjà connectés au réseau électrique aurait été établi comme le seuil de rentabilité minimal pour décider de l’extension des lignes. Cependant, ce seuil ne serait pas dans les faits viables pour BOTAŞ qui demande alors une participation dépositaire de 335 TL aux futurs abonnés. Dans les provinces de Balıkesir, Kırsehir et Manisa, des centaines d’habitants n’ont toujours pas accès au réseau de gaz 6 mois après s’être pourtant acquittés du dépôt auprès de la banque habilitée Halkbank. Les tensions se sont ensuite accrues à partir du moment où la banque a refusé d’effectuer les remboursements. Plus à l’Est, les investissements ne seraient toujours pas viables dans des provinces comme Hakkari ou Sirnak. Toutefois, toujours selon le même rapport, le (fragile) processus de paix engagé avec le PKK aurait fait de Zorlu Enerji une entreprise intéressée pour desservir ces dernières provinces non raccordées. Ces exemples montrent à quel point le processus d’universalisation du réseau à l’échelle du pays n’est pas uniforme et linéaire, notamment dans les espaces faiblement urbanisés et ruraux dans lesquels se superposent souvent des enjeux fortement politiques et idéologiques. Au moment où les frontières administratives vont une nouvelle fois subir une réactualisation de leurs contours sous l’effet d’un réaménagement statistique arbitraire pour définir l’urbain en Turquie, une lecture  géographique et politique du développement socio-territorial du réseau de gaz à l’échelle nationale pourrait apporter un éclairage intéressant sur la gestion territoriale du parti AKP.

Pénuries de gaz et coupures d’électricité dès 2015 ?

 dipnotgaz01

Après avoir détaillé l’ensemble des ressorts influant sur la demande de gaz naturel en Turquie, le rapport de Gulmira Rzayeva pointe du doigt la menace sérieuse des pénuries d’approvisionnement et des coupures d’électricité. L’importation via le TANAP des réserves azerbaidjanaises du Shah Deniz II n’étant pas prévue avant 2018, la probabilité est élevée de voir un premier déséquilibre entre demande et production dès 2015-2016 (voir graphique). Des raisons macro-structurelles contingentes au secteur énergétique turc accentuent ce risque, auxquelles viennent se superposer des facteurs environnementaux cycliques. En effet, les capacités de stockage et le nombre de stations de compression ou de GNL sont largement insuffisants en Turquie, ce qui a par exemple contraint BOTAŞ en 2008, 2009 et 2010 à ne pouvoir importer l’intégralité des volumes prévus dans les contrats. Pourtant, la nature des contrats Take-or-Pay oblige la Turquie à payer une quantité fixe de gaz qu’elle n’est pourtant pas en capacité d’importer et de consommer. À l’horizon 2015, aucun contrat n’est pour l’instant prévu pour accompagner la progression de la demande. Seule la Russie est en mesure de fournir des volumes plus conséquents mais la Turquie se montre réticente à investir d’avantage aux prix en vigueur. Pris de cours par une facture énergétique qui s’est envolée suite à la dépréciation de la monnaie turque4 , le gouvernement devait absolument renégocier les termes des contrats avec l’Iran et la Russie (d’où les récentes visites d’Erdoğan dans ces 2 pays). D’autre part, à moyen et long terme, la Turquie souhaite alléger sa dépendance russe en important le gaz nord-irakien et celui de l’Azerbaïdjan via le TANAP, dont les prix sont bien plus attractifs (voir figure 2). Notons au passage que c’est l’entreprise Siyahkalem qui a obtenu la première licence d’importation du gaz nord-irakien prévue pour débuter en 2014. C’est cette même société qui a récemment achevé la majestueuse construction du nouveau complexe des archives nationales ottomanes à Kağıthane5 sur un terrain appartenant à TOKI !

dipnotgaz02

Pour éviter le pire en 2015, le gouvernement turc fait le pari actuel d’une intensification des importations de gaz liquéfié (un nouveau contrat aurait été signé début 2014 avec l’Algérie) et mise sur la capacité des centrales hydro-électriques à prendre le relais des centrales à gaz. Pari risqué si l’on considère l’essoufflement de la production du gaz liquéfié algérien, principal pourvoyeur de la Turquie6 et la sécheresse qui s’abat actuellement sur l’ensemble de la Turquie.

Le rapport annonce une seconde période de forte instabilité géopolitique après 2021-2022 lorsque les contrats avec la Russie et l’Iran en vigueur aujourd’hui arriveront à terme. La question de leur renouvellement suscitera sans nul doute de houleux débats stratégiques d’autant plus que la nature des intérêts aura été redistribuée d’ici là. Une prochaine Dipnot détaillera ainsi les effets attendus d’un nouveau projet de loi sur la libéralisation du marché de gaz naturel pressenti pour être adopté en 2014.

Lire la suite : Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

  1. « Gaz kullanımı arttı karanlıkta kaldık », Milliyet, 15/12/13, p.26
  2. Holding impliquée entre autres dans la construction du 3ème aéroport d’Istanbul et gérant 4 sociétés de distribution d’électricité en Turquie
  3. Voir la une du quotidien Birgün du 1 décembre 2013 « Doğalgaz uygarlığı ! » dans lequel R.T. Erdogan se serait exclamé en ces termes « Bugün 72 ilde doğalgaz vardi. Medeniyet budur »
  4. Pour un ordre d’idée, en 2012, année plutôt stable économiquement, les dépenses énergétiques atteignaient 60 billions de dollars
  5. Pour une description plus détaillée du lieu : lire « The end of an Era : The less than grand opening of the new ottoman archives », http://www.jadaliyya.com/pages/index/11370/the-end-of-an-era_the-less-than-grand-opening-of-t, Avril 2013
  6. Jean-Pierre Séréni, « Baisse de pression du gaz algérien », Orient XXI (2014), http://orientxxi.info/magazine/baisse-de-pression-du-gaz-algerien,0503.

Mongolie : le chant au quotidien

« Le Mongol chante beaucoup.
Les hommes, qu’ils voyagent à cheval ou
qu’ils conduisent une caravan…

« Le Mongol chante beaucoup.
Les hommes, qu’ils voyagent à cheval ou
qu’ils conduisent une caravane, réveilleront
les échos de quelque chanson
aux multiples couplets.
Les femmes qui barattent le beurre,
accompagnent la manœuvre
du piston en chantant des mélodies. »
Joseph Van Oost, « La musique chez les Mongols des Urdus »
Le chant de la langue dans l’imitation des sons de la nature, dans la parole articulée, dans la lecture à voix haute, dans les chansons est l’objet d’une grande attention en Mongolie.
« Faire ressortir un objet culturel, ici le son de la voix, de la masse des données d’un milieu, le parer du pouvoir de faire fuir, d’émouvoir, d’exprimer l’affectivité, c’est “éduquer l’attention”, c’est faire de cet objet un élément, non seulement bon à penser mais aussi bon à mobiliser dans son rapport au monde. » Laurent Legrain in Terrain n°55.
Faut-il voir dans cet amour pour le chant un trait culturel pérenne ? Quels sont les processus qui président à sa transmission ? Et quel est ce lien affectif qui attache les Mongols au chant ?

Pour en savoir plus :

Petite fille mongole

Petite fille mongole

• Des articles :
*
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n°55, Transmettre.
« ”Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir »
Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens”
Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore” Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

A faire :
Festival de l’imaginaire, jusqu’au 29 juin en île de France.

A écouter :
Chants populaires de Mongolie

Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM
.
Ruines romaines de B…

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM

.

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations. © Roland Lombardi 2012

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations.  ©Roland Lombardi 2012

.Au-delà de mon intérêt personnel pour les questions touchant le Moyen-Orient, l’histoire des relations franco-israéliennes ainsi que la « politique arabe » de la France, ce sujet de thèse est né de plusieurs observations.

De nombreux chercheurs ont déjà évoqué et travaillé sur la nouvelle « politique arabe » de la France initiée par le général de Gaulle à l’issue de la guerre d’Algérie. Je pense à Jacques Frémeaux, Jean-Paul Bled, Maurice Vaïsse, André Nouschi ou encore Henry Laurens. Par ailleurs, les relations entre la France et Israël ont aussi été l’objet de nombreuses recherches de chercheurs français et israéliens. Je pense ici aux Israéliens Michel Bar-Zohar, Tsilla Hershco ou encore Myriam Rosman. Du côté français, je songe en premier lieu aux récents et importants travaux de Frédérique Schillo et notamment sa thèse, publiée en 2012, sur la politique française à l’égard d’Israël de 1946 à 1959.

.

J’ai moi-même rédigé, dans le cadre de mon Master sous la direction de Robert Ilbert (2009), un mémoire sur Israël et la guerre d’Algérie (1954-1962), regard et implication de l’Etat hébreu dans le conflit, édité aux éditions Prolégomènes avec pour titre : Israël au secours de l’Algérie française, l’Etat hébreu et la guerre d’Algérie 1954-1962. J’avais alors modestement approfondi les travaux de Ian Black et Benny Morris notamment, Israel’s Secret War: A History of Israel’s Intelligence Services (Grove Weidenfeld, 1991) en évoquant, grâce en partie à des archives encore inexploitées (ANOM, Aix-en-Provence), l’intérêt que portaient les responsables israéliens sur les évènements en Algérie et surtout l’implication directe mais fort méconnue des services israéliens dans le conflit lui-même.

Mais à l’issue de ce travail et ayant alors observé que les travaux cités plus haut traitaient séparément l’histoire des relations franco-israéliennes et la politique arabe de la France, je décidai, malgré mes obligations professionnelles, d’envisager une thèse afin de mettre en perspective et d’évoquer les possibles interactions de ces deux sujets, ce qui ne fut fait que trop partiellement dans les recherches précédentes. Je suis donc entré en relation avec le Professeur Philippe Cassuto. Responsable, entre autre, de la formation continue d’Aix-Marseille Université et intéressé par mon profil atypique de cadre en entreprise reprenant ses études, il consentit à devenir mon directeur de thèse.

.

Définition et problématique du sujet

Dès lors, un sujet faisant en quelque sorte suite à mon Master s’est imposé. Mais comment définir le sujet, le problématiser et cadrer l’objet de ma recherche ?

Tout d’abord, je partis du constat suivant : pour mener à bien cette politique arabe, les gouvernements français (de Gaulle et ses successeurs) ont dû, dans une certaine mesure d’abord, puis clairement par la suite, équilibrer les liens de la France entre Israël et le monde arabe, et par conséquent estomper (à partir de 1959) puis mettre un terme (1967) à « l’idylle » entretenue depuis plusieurs années avec Israël. Mais en définitive, ce n’est qu’avec la fin de la guerre d’Algérie (1962) que la réconciliation franco-arabe s’amorce réellement et que les liens avec Israël vont commencer à se distendre. Je décidai donc que mon sujet porterait sur une analyse croisée de ces relations franco-israéliennes et de cette politique arabe de 1962 à 1990.

Pourquoi 1990 ? Et bien, car durant la période qui nous concerne se produisit un évènement majeur qui pourrait alors être considéré comme l’épicentre de notre travail. Cet évènement fut la guerre du Liban (1975-1990). En effet, étudier la guerre du Liban qui lie dans un même faisceau des éléments apparemment hétérogènes – la France, Israël, le Liban, la politique arabe française – autour d’un épisode clé et déterminant au Moyen-Orient (1990 étant la date officielle de la fin du conflit libanais mais aussi une date charnière dans l’histoire du Moyen-Orient), serait une occasion inédite d’aborder et de comprendre l’histoire, la nature, la forme et les évolutions de la politique de la France au Levant, tout en examinant les constances et surtout les changements dans les relations entre Paris et Jérusalem.

Par ailleurs, le Liban reste et fut longtemps, un élément majeur dans la politique régionale de nombreux pays du Proche-Orient (Syrie, Iran…). Il est bien sûr aussi l’endroit où se focalisa durant la période en question (1970-1990) la confrontation est-ouest. Mais surtout, le Liban, touché par une guerre civile et des guerres d’influences étrangères de 1975 à 1990, fut l’objet d’une implication importante notamment pour les deux pays qui nous intéressent, à savoir, Israël et la France. Pour cette dernière, pays historiquement et culturellement proche du pays du Cèdre, le Liban est le théâtre où se manifesta l’ultime influence de Paris dans la région.

Quant à l’Etat hébreu, l’opération « Paix en Galilée » de 1982 au Liban, se révèlera, comme nous le verrons dans nos travaux, être moins une intervention militaire visant à éradiquer l’OLP du territoire libanais que la première étape pour la mise en place de la première politique régionale, certes critiquable, mais néanmoins ambitieuse et d’envergure de l’Etat hébreu.

Dans ce contexte, il semblait alors vraiment intéressant de réfléchir d’abord sur le regard et l’implication de la France dans le drame libanais, puis quelles furent, par conséquent, ses relations avec l’Etat hébreu, devenu un des principaux acteurs du conflit.

Enfin, notre étude sera ainsi l’occasion de faire un premier bilan à la fois de cette politique arabe française et des relations avec Israël, et en définitive, nous permettra de nous poser la question sur l’état actuel de l’influence de la France au Liban comme dans toute la région.

.

Méthode de travail

Mes premiers entretiens avec le Professeur Cassuto ont induit un premier constat : de par mon cursus particulier, j’avais de très grosses lacunes en méthodologie. De plus mes obligations professionnelles me prenaient beaucoup de temps. Néanmoins, ma première année de doctorat (2010-2011) fut consacrée à la lecture de sources universitaires et d’ouvrages généraux traitant des relations de la France avec le monde arabe et Israël, du Liban, de la guerre de 1975 à 1990, de biographies des divers acteurs régionaux ainsi que de travaux sur l’opération « Paix en Galilée ». Puis, c’est à la constitution et au tri de la bibliographie et des sources, ainsi qu’au classement de mes notes de lecture que je me suis attelé.

La seconde année (2011-2012) fut, elle, dédiée à la prise de contacts et à des rencontres avec divers spécialistes des questions liées à mon sujet mais aussi avec des acteurs ou des témoins importants de la période. Ensuite, nous nous sommes livrés à la consultation des archives du Ministère de la Défense à Vincennes et de celles du Quai d’Orsay à la Courneuve. Mais surtout, il nous paraissait évident, au Professeur Cassuto comme à moi-même, qu’un séjour au pays du Cèdre se révélait être incontournable. Le principe de ce voyage d’étude avait pour double but de découvrir physiquement, pour mieux l’appréhender, ce pays ainsi que ses habitants, et de rencontrer des universitaires, spécialistes du Liban et de la période mais aussi et surtout, des Libanais, de tous bords, ayant été témoins pendant la guerre civile, de près ou de loin, du sujet concernant mes travaux.

Informée de mes intentions, Mme Ghislaine Alleaume, directrice de l’IREMAM, a approuvé ce voyage et a eu la gentillesse de faire participer notre laboratoire aux frais des vols.

En concertation avec le Professeur Cassuto, le programme de ce voyage d’étude a été établi de manière à préserver un équilibre entre les visites destinées à la découverte du pays et le séjour à Beyrouth consacré aux divers entretiens prévus.

Deux voyages d’étude furent organisés (en février/mars 2012 puis en juin 2012) et furent donc très profitables et très instructifs. Je remercie fortement l’IREMAM de m’avoir aidé à les réaliser. Bien sûr, découvrir le Liban fut l’occasion de m’imprégner de l’ambiance du pays, de découvrir ses habitants, leurs différentes confessions et la complexité des alliances politiques, toujours aussi vivace aujourd’hui.

Les divers et nombreux contacts sur le terrain se sont révélés être des témoins importants et de riches sources pour mes recherches, notamment concernant le point de vue chrétien et plus particulièrement maronite, mais aussi musulmans et chrétiens, spécialistes de la question ou encore militants pro-palestiniens et membres des partis progressistes libanais durant le conflit. Toutes ces personnes, historiens (Mme Longuenesse et M. Burgat, Georges Corm…), témoins (Lina Murr-Nehme…), combattants (proches collaborateurs de Yasser Arafat ou de Béchir Gémayel…), journalistes (Fady Noun, Elie Fayad…), diplomates (Marcel Laugel, Alain Chouet…), pendant le conflit libanais, ont été d’une aide précieuse puisque, tout en relevant l’originalité de mon travail, elles ont pu répondre à des questions encore inédites et apporter un éclairage certain pour la problématique de mon sujet.

Enfin, cette dernière année (2012-2013) est l’occasion d’effectuer un dernier travail de terrain puisque nous avons prévu en mai et juin un séjour en Israël qui me permettra de finaliser mon travail sur toute la partie de mes recherches concernant l’Etat hébreu (consultation des archives nationales de l’Etat hébreu, rencontre avec des acteurs militaires et politiques de l’époque étudiée et aussi avec des spécialistes israéliens de la question…).

.

Perspectives

On ne peut comprendre ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient sans qu’une lumière plus précise ne soit jetée sur ces événements et sur les interactions étatiques qui les ont portés. Notre travail, je l’espère, sera pionnier et innovant. Il permettra peut-être de mieux éclairer la complexité de la situation et les multiples fils qui tissent ce nœud de rencontres et d’interférences que constitue le Moyen-Orient.

J’espère que mes recherches pourront aussi apporter un regard nouveau et inédit ainsi qu’un éclairage sur cette période (1970-1990) à la fois proche et charnière mais encore très floue.

Dernier point important, nous avons l’humble ambition que cette nouvelle étude puisse permettre à la communauté des chercheurs de bénéficier d’une analyse originale et pertinente sur l’histoire de la politique méditerranéenne française et fournisse des clés pour appréhender les relations intercommunautaires et interétatiques contemporaines dans cette région.

 

Pour citer ce billet : Lombardi Roland, « Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962 », Carnets de l’IREMAM, 18 mai 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2668 (date de consultation)

 

Le syndrome du premier mai de retour à Taksim

Istanbul a renoué aujourd’hui avec une époque que l’on croyait révolue : celle de la paranoïa sécuri…

Taksim 1 Mayis 2013Istanbul a renoué aujourd’hui avec une époque que l’on croyait révolue : celle de la paranoïa sécuritaire qui a marqué les tentatives de célébration du premier mai, sur la place Taksim, entre 1977 et 2010.

Depuis plusieurs jours, une polémique enflait dans la presse turque, suite à l’interdiction par le gouverneur d’Istanbul, avec l’aval du gouvernement, de la traditionnelle manifestation de la fête du travail à Taksim, en raison de travaux visant actuellement à rendre piétonnière cette place centrale, qui se trouve sur la rive gauche de la Corne d’Or, dans la partie européenne de l’ancienne capitale ottomane. De nombreuses voix s’étaient élevées pour dénoncer, au mieux la maladresse de cette interdiction, au pire son caractère insidieux, le gouvernement étant suspecté de vouloir éviter la tenue d’un événement qu’il aurait perçu, à tort ou à raison, comme politiquement hostile. En dépit de l’intervention de plusieurs partis politiques et des principaux syndicats, l’interdiction a pourtant été maintenue. Dès le début de la matinée, les autorités d’Istanbul ont bloqué les transports en direction de Taksim, tandis que la police commençait à disperser des manifestants qui tentaient de se rassembler. Alors que Taksim et les quartiers environnants se retrouvaient sous un nuage de gaz lacrymogène, des affrontements ont opposé la police à des militants d’extrême-gauche, dans les quartiers de Şişli et de Mecidiyeköy, faisant une trentaine de blessés et des dégâts matériels.

Il y a 3 ans pourtant la tenue à Taksim, pour la première fois depuis 33 ans, d’une gigantesque manifestation de premier mai, dans une ambiance bon enfant, paraissait avoir exorcisé, pour de bon, de vieux démons qui taraudaient la Turquie depuis 1977 (cf. notre édition du 2 mai 2010). En 1977, en effet, la traditionnelle manifestation sur la place Taksim s’était transformée en cauchemar. Des coups de feu (sans doute une provocation) avaient été suivis d’un mouvement de panique, qui s’était soldé par la mort de plus d’une trentaine de personnes… A l’issue de cette tragédie, les manifestations du premier mai à Taksim allaient être systématiquement interdites, pendant plus de trois décennies, cette interdiction spécifique se doublant, après le coup d’Etat du 12 septembre 1980, d’une prohibition totale de la célébration du 1er mai qui finalement ne sera rétablie en Turquie qu’en 2009, avant que de nouveau une manifestation ne soit autorisée à Taksim, en 2010.

Au cours des années d’interdiction de manifester sur la place mythique, chaque premier mai, le quartier de Taksim se retrouvait, pendant quelques heures, en état de siège (mobilisation impressionnante de forces de l’ordre, patrouilles d’hélicoptères, blocage des principaux moyens de transport…), tandis que les groupes de manifestants qui tentaient de se rassembler étaient dispersés sans ménagement par des forces de l’ordre dix fois plus nombreuses (cf. notre édition du 1er mai 2007). Toutefois, ce scénario sécuritaire paranoïaque de Taksim était devenu totalement anachronique pour ne pas dire grotesque dans les années 2000, au moment où la Turquie s’efforçaient par des réformes, liées à la reconnaissance de sa candidature à l’UE, d’approfondir son état de droit et sa démocratie. Le retour du premier mai à Taksim en 2010 et le déroulement normal des manifestations de 2011 et 2012, étaient donc apparus comme la conséquence logique des évolutions politiques des dernières années. Les incidents qui ont marqué à nouveau ce premier mai 2013 à Taksim, alors même que paradoxalement des manifestations se déroulaient dans le calme sur la rive opposée du Bosphore, dans le quartier de Kadıköy, donneront à beaucoup l’impression d’un retour à la case départ. Dommage !

JM

Séries en Syrie : le mystère de la drama damascène

Trois mois encore et ce sera le début de ramadan, accompagné de sa débauche rituelle de feuilletons…

syriadrama2

Trois mois encore et ce sera le début de ramadan, accompagné de sa débauche rituelle de feuilletons en tout genre. Signalé à la fin de l’année passée dans ce billet, le mystère du feuilleton télé syrien, ou plus exactement l’énigme de la survie de la production télévisuelle syrienne s’épaissit : deux années après le début de la révolution/rébellion/crise/catastrophe (autant de termes utilisés par les camps en présence), la production syrienne proposera une bonne vingtaine de feuilletons.

Apparemment, 24 séries seront prêtes pour la saison (17 « seulement » ont été tournées dans le pays, et 7 autres, à l’étranger). C’est vrai qu’on est loin des années fastes avec au total plus de 40 séries, mais la Syrie va faire aussi bien, sinon mieux, que l’Egypte, où l’industrie de l’image (cinéma compris) est touchée de plein fouet par la crise. Néanmoins, il ne suffit pas de produire, il faut être distribué, ce qui passe par des contrats avec les grandes télés régionales. Là encore, les perspectives ne semblent pas si mauvaises : financement de la production (article en arabe, comme pour la suite) avec la chaîne égyptienne CBC (celle de Bassem Youssef : voir ce billet), pour Le jeu des morts (لعبة الموتى) le dernier opus de Haytham Hajjo (حيثم حجو), et accords de distribution avec d’importantes chaînes comme MBC ou Abu Dhabi TV, en dépit d’une géopolitique des feuilletons (voir ce billet) qui aurait dû en bonne logique entraîner un boycott implacable de tout ce qui vient de Damas de la part des financeurs du Golfe.

Etonnante résistance, c’est bien le terme qui convient, de la part d’un secteur qui, à l’image du « système El-Assad », aurait dû « tomber » depuis longtemps sous l’effet d’une conjonction de facteurs défavorables. L’industrie syrienne du feuilleton aurait ainsi dû être supplantée depuis longtemps par la rivale turque, ou encore la mexicaine (article dans Al-Hayat), avec la situation sécuritaire qui rend les tournages difficiles ailleurs qu’en studio. Pour ne rien dire de la crise financière et notamment de l’assèchement des devises, mais aussi de la disparition de vedettes (mort de Yassine Baqqouch – article Al-Hayat – après celle de Muhammad Rafea (محمد رافع : voir ce billet) et plus encore de l’exode à l’étranger de celles qui manifestent leur opposition au régime ou qui veulent simplement échapper à la situation dans le pays. Enfin, les professionnels restés sur place, soupçonnés de collaboration avec le régime, devraient être privés de l’accès aux marchés extérieurs régionaux…

« Résistance », en effet, car le maintien de la production syrienne, grande fierté nationale (voir ce texte étonnant sur ce site pour les arabophones), est sans aucun doute une manière pour certains de « contribuer à l’effort de guerre ». La profession s’est mobilisée pour tenter de survivre, y compris au prix de sacrifices énormes – les salaires ont été divisés par dix dans certains cas ! –, des sacrifices acceptés faute d’autre choix possible de toute manière… Dans une région où la vie politique illustre la propension des élites à occuper la place aussi longtemps que possible, le départ à l’étranger des vedettes les plus « fortunées », dans tous les sens de l’adjectif, a été en quelque sorte une « chance » pour la nouvelle génération (article dans Al-Akhbar). En tout état de cause, il y aura cette année encore dix-sept « vraies » séries, tournées intégralement en Syrie, comme Désorientées (حائرات), feuilleton féministe tourné par Samir Hussein (سمير الحسين : article dans Al-Hayat), ou encore Bouton d’Alep (هبة حلب : article dans Al-Akhbar), du nom de cette maladie de peau qui a fait sa réapparition dans la capitale du nord en mars dernier (feuilleton confié au célèbre réalisateur d’origine palestinienne Basel Khatib).

syriadramaLa délocalisation fait partie des bricolages mis en place pour pallier les difficultés de l’heure. Cela peut se faire aux Emirats où Mu’min al-Mallâ (مؤمن الملا ) va finalement tourner Hammam damascène (حمام شامي ), la sixième saison de Bâb al-Hâra, le navire amiral du feuilleton syrien (article sur le site Middle East Online), mais cela se fait le plus souvent au Liban  – cinq séries sont dans ce cas –, où la logistique pose, en principe, moins de difficultés. Avec des productions littéralement «à cheval entre les deux pays, comme cet invraisemblable – au regard de la situation du moment – Tirs amis (نيران صديقة : article sur le site Elaph), comédie à la Nadine Labaki qui raconte l’histoire de deux villages de part et d’autre de la frontière syro-libanaise (précisément là où l’on bombarde à tout va en ce moment). Pourtant, travailler au Liban pour des Syriens est loin d’être toujours facile ! Récemment, un tournage prévu pas très loin de Tripoli, une région en proie à de fortes tensions sécuritaires, a ainsi dû être brutalement interrompu pour « exfiltrer » (article dans Al-Akhbar) le comédien Durayd Lahham, une des figures de proue du soutien au régime en place depuis le début des soulèvements (voir ce billet) du soutien au régime de Bachar El-Assad.

La « solution » libanaise a d’autres limites. Clacket, une des plus grosses sociétés de production installée à Damas et qui poursuit ses activités en dépit de la situation et de la disparition (crise cardiaque) de son fondateur, s’est ainsi en partie installée dans des studios loués à Beyrouth, tout en continuant à faire travailler des professionnels syriens qui se rendent dans le pays voisin quand c’est nécessaire. Mais un article dans Al-Akhbar révèle que la réalisatrice, Rasha Shurbatji (رشا هشام شربتجي‎), ainsi que l’équipe technique, ont brusquement annoncé leur refus de poursuivre l’expérience. Selon Wissam Kanaan, l’auteur de l’article, cette décision tient à leur peur des conséquences possibles de leur participation à un feuilleton dont le scénario aurait reçu le feu vert du régime à Damas mais qui irait bien plus loin dans la critique que ce qui était annoncé.

La liberté de ton est en effet l’autre grande question qui concerne les feuilletons produits pour le prochain ramadan. La question ne se pose pas vraiment pour celui que tourne Rima Fleihan (ريما فليحان), une opposante (voir ce billet) de la première heure aujourd’hui réfugiée à l’étranger (article sur le site d’Al-Arabiya). En revanche, il sera intéressant de constater le maintien ou non de la très étonnante vélléité d’ouverture manifestée par la production officielle ou officieuse ces deux dernières années (voir ce billet et cet article, cette fois en anglais ). A en croire Najdat Anzour (article sur le site Middle East Online ; sur ce réalisateur voir ces deux billets, ici et ), « toutes les lignes rouges ont été franchies » durant le tournage de la nouvelle saison et la crise syrienne sera abordée « dans toutes ses contradictions ».

Peut-on croire sur parole cette grande figure du feuilleton syrien, proche du régime ? Après avoir su « résister » pour assurer, dans un premier temps, sa survie, on peut en effet se demander si la drama syrienne sera capable de poser des jalons pour l’avenir en s’ouvrant à une véritable (auto)critique sociale. Et la question ne concerne pas que l’univers du feuilleton, c’est bien le drame !…

Une visite à Chukhama, au pays natal de l’auteur tibétain Nagtsang Nülo

Nagtsang Nülo est devenu célèbre suite à la publication, en 2007, d’un livre intitulé « Joies et pei…

Nagtsang Nülo est devenu célèbre suite à la publication, en 2007, d’un livre intitulé « Joies et peines de l’enfant Nagtsang ». L’ouvrage, qui est très vite devenu un best-seller du marché littéraire tibétophone, constitue un témoignage historique sans précédent sur les années 1950 dans le nord-est du plateau tibétain.

Xénia de Heering

Doctorante en sociologie à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris.

More Posts - Website