Volonté d’impuissance russe en Syrie ?

Les manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégiqu…

Thanks RussiaLes manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégique peu commune. A Washington, dans les couloirs de la Maison Blanche, il ne serait guère étonnant que les débriefings de l’ambassadrice américaine à l’ONU, lorsqu’il s’agit des violences en Syrie, soient particulièrement prisés. Depuis des mois que dure la tragédie (les premiers combats ayant commencé au printemps 2011), on doit se presser en effet pour entendre un jour rapporter l’expression d’une position ferme anti-insurrection formulée par le représentant russe, avec un sérieux à faire pâlir Staline, un autre jour expliciter les mauvaises raisons en faveur du maintien d’Assad (voir l’article du Monde du 5 février 2012), ou, plus rarement, détailler les obstacles politiques et institutionnels, posés par la Russie, aux possibles missions de bons offices que l’ONU pourrait mener, (voir l’article du Huffington Post du 19 juillet 2012). Saisissant est le fourvoiement de celui qui s’oppose à toute résolution un tant soit peu substantielle du Conseil du Sécurité sur la Syrie et qui l’affirme avec aplomb, fierté et grandiloquence croyant ainsi considérablement gêner ses « alliés » et démontrer sa puissance, alors qu’il n’en est rien.

Les Américains ne peuvent que se réjouir de cette démonstration échouée de force diplomatique. Les Anglais et les Français, eux, se voient retirer une bonne épine du pied. Quelqu’un en Occident considère-t-il sérieusement une intervention armée sur le terrain syrien ? Ce n’est pas vraiment la crainte de voir dégénérer le conflit en affreuse guerre civile – puisque c’est déjà plus ou moins le cas – ni la désunion de l’opposition, aussi divisée en Libye (rappelons-le), qui retiennent les pays occidentaux d’intervenir. Les principaux concernés ont pour le moment d’autres priorités, les uns en Afghanistan qui cherchent à assurer un retrait en bon ordre, les autres au Mali. A cela s’ajoutent les difficultés financières et budgétaires à l’Ouest qui limitent considérablement les possibilités et rendent toute nouvelle intervention hautement improbable. Enfin, et surtout, les incertitudes géostratégiques qui en résulteraient, notamment les réactions potentiellement incontrôlables de l’Iran et d’Israël, achèvent de dissuader les volontaires. Dans ces conditions, plutôt que de passer pour des faibles ou des lâches, dans tous les cas cyniques, les Etats-Unis en tête et les Européens profitent de faire porter l’entière responsabilité de leur retrait à la Russie qui ainsi endosse aux yeux du monde le rôle du « méchant », amoral, celui qui laisse un Etat massacrer impunément une partie de sa population. L’opinion générale et simplificatrice considère en somme : si personne à l’Ouest ne peut intervenir, c’est que la Russie s’oppose.

Au Kremlin, sans doute, on ne doit que marginalement apprécier l’ironie de cette position inconfortable, ce piège dans laquelle on s’enferre. Il ne faudrait pas croire que les plus hautes autorités de Russie ne soient pas lucides quant à cette situation dont les pays occidentaux, en particulier les Etats-Unis, tirent jour après jour un bénéfice diplomatique notable au Moyen Orient. Il n’est plaisant pour personne de passer pour le coupable idéal qui, un peu à la manière de « l’idiot du village global », est manipulé à son insu par « l’hyperpuissance » du moment. Lorsqu’on prétend de surcroît à Moscou faire jeu égal avec elle, lorsqu’il s’agit de l’ennemi historique, de l’adversaire par excellence, l’impuissance est encore plus douloureusement ressentie. D’autant que les Etats-Unis en rajoutent avec l’adoption en décembre 2012 d’une législation privant d’accès au territoire américain les responsables russes qui seraient impliqués dans la mort en prison de Sergueï Magnitsky le 16 novembre 2009. Ce dernier, avocat fiscaliste, avait mis à jour et dénoncé l’un des plus importants mécanismes de corruption et de fraude fiscale organisés en Russie ces dernières années. Face à cette nouvelle provocation, l’assemblée parlementaire de Russie, la Douma, a voté immédiatement après (28 décembre 2012) à la quasi-unanimité une loi interdisant aux Américains d’adopter des enfants russes. Les orphelins paient et paieront donc en Russie comme en Syrie. Malgré tout cela, Vladimir Poutine persiste sur cette voie : ses envoyés continuent de s’opposer aux pressions et aux négociations qui pourraient aboutir. Ce n’est certainement pas seulement à cause de la base navale de Tartous, dont la Russie, après l’URSS, peut disposer à sa guise et qui n’a jamais eu de portée stratégique. Il ne faudrait pas non plus surestimer les quelques avantages militaires commerciaux que offrait à Moscou la Syrie d’Assad.

La Russie, ce faisant, tente plutôt et surtout de se maintenir dans le club des grandes puissances, dans la perspective éventuelle d’une conflagration beaucoup plus importante qui impliquerait l’Iran. En tenant bon sur la Syrie, la Russie pense augmenter sa crédibilité, l’autorisant le cas échéant à jouer un rôle clé dans le dossier iranien, déterminant pour l’ensemble du monde. Si des tensions devaient se concrétiser, on espère à Moscou pouvoir parler d’égal à égal avec les Etats-Unis, être au cœur, de façon plus stratégique qu’aujourd’hui, sur la Syrie, du processus de négociations et d’apaisement. En somme, la Russie croit s’acheter une influence internationale. Le prix moral est un peu cher payé. On voit mal aussi comment il est possible de passer d’une posture d’ « état piégé » à celle de médiateur respecté de tous.

Bouddhisme Hòa Hảo : 66e anniversaire de la disparition de Huỳnh Phú Sổ

Le fondateur du Bouddhisme Hòa Hảo (PGHH), Huỳnh Phú Sổ (1920-1947) a disparu le 25 février du calen…

DucHuynh1Le fondateur du Bouddhisme Hòa Hảo (PGHH), Huỳnh Phú Sổ (1920-1947) a disparu le 25 février du calendrier lunaire en 1947 (16 avril 1947) dans des circonstances jamais totalement élucidées. Lors de cette année tragique, le combat entre disciples Hoa Hao et partisans du Viêt-Minh avait atteint des sommets de violence comme nous l’avons rappelé dans un article analysant un massacre de civils au début de la guerre d’Indochine [1]. Huynh Phu So, jeune chef religieux au fort charisme, fut vraisemblablement attiré dans un guet-apens puis assassiné par le Viêt-Minh après avoir été condamné à mort par un tribunal populaire local. Le démembrement de son corps et sa dispersion furent également ordonnés pour empêcher ce personnage aux pouvoirs que l’on pensait “magiques” de refaire surface [2].

Depuis, la date anniversaire de cette tragique disparition est soigneusement célébrée par les fidèles de ce bouddhisme sans clergé. Mais aujourd’hui comme pour le bouddhisme traditionnel, le bouddhisme Hoa Hoa présente un visage à deux têtes : l’un étant celui de l’association officielle autorisée tardivement en 1999 et l’autre celui du Bouddhisme Hoa Hao dit “pur” et qui se veut authentique par rapport à l’organisation officielle [3]. Cette branche authentique, hors-la-loi selon les autorités, perpétue l’anniversaire de la mort du maître. Rappelons que la communauté comprenait près d’un million et demi de fidèles en 2009.

Malgré les entraves à la liberté de circulation et une surveillance policière accrue, le 5 avril 2013 (journée correspondant au 25 février du calendrier lunaire),  les représentants du bouddhisme Hoa Hao authentique ont organisé plusieurs célébrations dans des habitations privées en ville à Can Tho ou à Saigon et dans certains districts ruraux du delta du Mékong (district de Binh Minh à Vinh Long, district de Cho Moi à An Giang, de Lai Vung à Dong Thap) [4]. A Saigon même, une délégation composée d’autres confessions religieuses s’est rassemblée pour participer à la cérémonie des offrandes. Lors de cette occasion rare, le vénérable Le Quang Liem, chef du bouddhisme Hoa Hao dissident, a remis un message de communion pour partager la signification de Pâques à l’attention du cardinal archevêque de Saigon, Mgr Jean-Baptiste Pham Minh Man, de la Conférence épiscopale du Viêt Nam [5]. Début mars, cette église bouddhique dissidente s’était prononcée en faveur d’un référendum sur la question de la refonte de la Constitution de 1992, « pour une constitution libre et démocratique »[6].

FG, 06/04/2013

Notes

[1] François Guillemot, “Autopsy of a Massacre On a Political Purge in the Early Days of the Indochina War (Nam Bo 1947)“, EJEAS, Vol. 9, Number 2, 2010 , pp. 225-265. (pdf sur le site de Viet Studies)

[2] id., p. 256, notes 119 et 120.

[3] Voir Pascal Bourdeaux, “Réflexions sur l’institutionnalisation du bouddhisme Hoa Hao. Remise en perspective historique de la reconnaissance de 1999″, Social Compass, September 2010, vol. 57, no. 3, pp. 372-385.

[4] VRNs, Tổ chức Đại lễ kỷ niệm lần 66 ngày Đức HGC thọ nạn của PGHH Thuần Túy, An Giang – Về Đại Lễ 25/2 Âm lịch (2013) Kỷ Niệm ngày Đức Huỳnh Giáo Chủ thọ nạn, 06/04/2013.

[5] id.

[6] VRNs, Phật giáo Hòa Hảo thuần túy: Nhà cầm quyền cần trưng cầu dân ý về xây dựng Hiến pháp tự do, 09/03/2013.

Pour en savoir plus :

Pascal Bourdeaux, “Réflexions sur l’institutionnalisation du bouddhisme Hoa Hao. Remise en perspective historique de la reconnaissance de 1999″. Social Compass, September 2010, vol. 57, no. 3, pp. 372-385

Hoa Hao Buddhism celebrated its 60th anniversary in 1999. More than a million of its followers then came to its holy place (thanh dia), the native village of its founder, Huynh Phú So. This event, one of the most important pilgrimages that Vietnam has welcomed in recent decades, proved the vitality of a religious practice that had been obliged to express itself in a strictly private and individual way for a quarter of a century. It also set the seal on the conditional legal recognition of this at once local (the Western part of the Mekong delta) and transnational (Vietnamese overseas communities) religious movement as one of the country’s six established religions. This historical and historiographical review aims to emphasize the importance of collective memory and to clarify the implications of the religious regulation that, since 1999, has been redefining the institutionalization of Hoa Hao Buddhism and the social role of its followers.

Source : Social Compass

  • Sur l’histoire du bouddhisme Hoa Hao voir la thèse de Pascal Bourdeaux : Émergence et constitution de la communauté du Bouddhisme Hoa Hao : contribution à l’histoire sociale du delta du Mékong (1935-1955). Fiche Sudoc.

Fiche sur Huynh Phu So et le bouddhisme Hoa Hao dans le Dictionnaire en ligne de la Guerre d’Indochine de Christopher Goscha :

* * *

VLUU L100  / Samsung L100

PGHH66_3

PGHH66_2

PGHH66_4

 Photos PGHH Texas, Viet Tan, VRNs et Wikipedia

Question kurde : saisir le parlement ou pas ?

Une dizaine de jours après l’appel d’Abdullah Öcalan à un cessez-le-feu, la traditionnelle réunion d…

Saisir le parlement ou pasUne dizaine de jours après l’appel d’Abdullah Öcalan à un cessez-le-feu, la traditionnelle réunion des groupes politiques du parlement du mardi, a été hier l’occasion d’évoquer l’état d’avancement du processus de paix qui est en cours (cf. notre édition du 22 mars 2013). C’est le retrait du territoire turc des combattants du PKK qui en constitue la première étape, qui est désormais sur la sellette. Le 17 mars, avant l’appel du leader du PPK à la paix, Sadullah Ergin, le ministre de la justice avait imprudemment estimé que le parlement pourrait être saisi du processus de paix, une hypothèse reprise par le BDP, mais que le premier ministre a rapidement écartée en préférant annoncer la constitution d’un groupe des sages, dont la fonction serait d’ailleurs plus de gagner un soutien de l’opinion publique, que d’encadrer le retrait des forces du PKK encore en Turquie.

Lors d’une interview sur la chaine CNNTürk, le 29 mars dernier, Recep Tayyip  Erdoğan a annoncé en outre que les militants du PKK qui quitteront la Turquie devront le faire après avoir effectivement abandonné les armes, confirmant en cela une déclaration faite, le 26 mars, par le président Abdullah Gül. Il resterait environ 1000 à 2000 combattants en Turquie. De façon surprenante, le premier ministre a dit que le problème de savoir où ils iraient après avoir quitté le territoire turc serait surtout celui des pays qui accepteront de les accueillir : «Peut-être iront-ils en Irak, peut-être en Syrie, peut-être dans les pays scandinaves. Je ne peux pas savoir cela. L’important pour moi est qu’il y ait la paix dans le pays.» Le leader de l’AKP a dit espérer que, suite à ce retrait, « l’atmosphère changerait dans le pays et qu’il y aurait un boom économique dans l’est. », expliquant que le sens son appel aux Kurdes était qu’ils poursuivent leur lutte par des voies politiques. Dans cet ordre d’idée, il a aussi commencé à dessiner les contours d’un règlement plus fondamental de la question kurde en Turquie, en évoquant la mise sur pied d’un système fédéral. Affirmant que les «pays forts» ne redoutaient pas la décentralisation, voire la fédéralisation, il a déclaré : «Si vous regardez les pays développés, ils n’ont pas peur des Etats fédérés. Bien au contraire, c’est un signe de force, car cela accélère le développement.» Et pour légitimer cette argumentation, en tenant un discours en vogue, c’est dans le passé ottoman de la Turquie que le premier ministre est allé chercher son argument ultime : «Si vous regardez l’Empire ottoman à son apogée, il y avait une région laze, une région kurde….» Cette envolée ottomaniste a même conduit Recep Tayyip Erdoğan à rappeler qu’il avait aussi appelé les minorités (non musulmanes) à revenir en Turquie et que, ce faisant, il s’engageait même à leur donner la citoyenneté turque. Il a ainsi affirmé que la réouverture du fameux séminaire orthodoxe de Halki ne posait plus de problème juridique en lui-même, mais qu’elle restait conditionnée par les gestes de réciprocité que le gouvernement grec ferait en faveur de ses citoyens musulmans de Thrace orientale.

Pour en revenir au processus de paix avec les Kurdes, on ne peut pas dire que ces déclarations aient été véritablement rassurantes. Outre les polémiques que leur néo-ottomanisme a provoqué, certains se demandant si le premier ministre entendait rétablir le système d’administration territorial impérial des Eyalets, les propos du premier ministre ont surtout relancé la question de la sécurisation du retrait des membres du PKK. Ainsi hier, Selahattin Demirtaş (photo), le co-leader du BDP, a de nouveau demandé que l’on adopte un texte législatif pour encadrer le processus de paix. Il a déclaré en particulier : «Pourquoi le parlement qui a pris de nombreuses décisions en ce qui concerne la guerre, hésite-t-il à prendre une décision concernant la paix ? (…) Une décision pour soutenir la paix est du devoir du parlement. La solution ne pourra être popularisée et rendue transparente que si elle est du ressort du parlement. Expliquer le chemin pour parvenir à une résolution rassurera tout le monde. Le parlement a le devoir de préparer une législation pour soutenir la solution proposée. Ne pas vouloir favoriser cette législation ou réagir à son encontre, signifie en fait que le processus est conduit à contrecœur.» Le leader kurde a néanmoins précisé que sa formation ne faisait pas d’un recours à la loi une condition absolue, car il ne voulait pas «que le processus actuel soit bloqué dans sa phase la plus critique.» Toutefois, il a affirmé qu’Abdullah Öcalan lui-même avait dit qu’il ne quitterait pas sa prison, même s’il était relâché, parce que son objectif n’était pas sa propre liberté mais la résolution d’un conflit majeur. A cet égard, on aura pu observer que, lors de son entretien sur CNNTürk, le 29 mars dernier, Recep Tayyip Erdoğan a de nouveau exclu une possible libération du leader du PKK.

Depuis cette intervention télévisée abondamment commentée, le premier ministre turc n’a guère fait d’ouverture et de révélations en ce qui concerne la conduite du processus de paix. Hier, devant son groupe parlementaire, il annoncé que la composition et les fonctions du fameux groupe des sages seraient connues le 4 avril, laissant le soin d’en dire plus à son vice-premier ministre, Bülent Arınç, qui a évoqué une possible intervention des services de renseignement (le MIT) dans la supervision du retrait des membres du PKK, et qui a de nouveau rejeté l’idée d’un encadrement législatif du processus de paix. Pour sa part, la co-présidente du BDP, Gülten Kışanak, s’est étonnée que ce dernier ne relève en fait que du seul arbitre du premier ministre, en estimant qu’il n’y aurait rien d’inconstitutionnel à ce que le parlement en soit saisi.

Le processus de paix lancé par l’appel lancé par Abdullah Öcalan à l’occasion de la fête de Newroz reste donc toujours dominé par l’incertitude et l’opacité. En réalité, depuis le début, il est frappant de voir qu’il a surtout dépendu des initiatives et de la détermination des “grands leaders”, Abdullah Öcalan, côté kurde, Recep Tayyip Erdoğan, côté turc…

Jean Marcou

Lire l’interview de Jean Marcou, par Hélène Sallon, « L’appel du PKK à la fin de la lutte armée n’est qu’une étape », Le Monde, 22 mars 2013

Lire l’analyse de Jean Marcou dans le Huffington Post du 30 mars 2013 : édition française, édition québécoise.

La bande dessinée khmère à l’épreuve de la mémoire : à travers les oeuvres de Séra et de Tian – par Clémence Oliviero

Tian, L’année du lièvre, extrait de la couverture © Gallimard
XLV – Même coupables de délits …

Tian_LannéeDuLièvre_extrait

Tian, L’année du lièvre, extrait de la couverture © Gallimard

XLV – Même coupables de délits répétés, les habitants de ce lieu ne doivent pas être punis ; mais il faut punir sans merci ceux qui se plaisent à faire du mal aux autres êtres vivants.

Extrait des Edits des Hôpitaux de Jayavarman VII – Stèle de Say Fong [1].

Cette citation, qui date du XIIème siècle, pose clairement les enjeux de la catharsis pour le peuple khmer : les bourreaux d’un jour sont devenus les victimes du lendemain, les familles se sont retrouvées divisées. Ceux qu’il faut punir ce ne sont pas les Cambodgiens, mais ceux qui, sciemment, ont voulu annihiler leurs semblables. Le choc, le besoin d’oublier, l’impossibilité de parler ont entraîné le silence de ceux qui ont survécu.

Mais aujourd’hui, le temps a passé, les jeunes générations cherchent à savoir, à comprendre, et à transmettre. Transmettre pour recommencer la vie ensemble. Mais comment transmettre sans raviver la haine ? Les témoignages sont durs, les mots difficiles à trouver. La bande dessinée se pose alors comme un médium permettant à la fois de montrer et de raconter, avec peu de mots. De transmettre le fait que les Cambodgiens, quel qu’ait été leur camp, ont tous été les victimes de « ceux qui se plaisent à faire du mal aux autres êtres vivants ».

Les œuvres de Séra et de Tian sont en ce sens très représentatives de ce travail de mémoire a posteriori, par recomposition d’un passé qu’ils n’ont pas directement vécu. Séra est né au Cambodge en juin 1961 d’un père cambodgien et d’une mère française. Dès 1970, son père l’oblige à faire son passeport français, grâce auquel il sera rapatrié en France en mai 1975, à l’âge de 13 ans. Il est devenu dessinateur, peintre, sculpteur et enseignant. Il est retourné au Cambodge pour la première fois en 1993, partant sur les traces d’un père qui avait souhaité rester dans son pays natal. Tian, quant à lui, est né au Cambodge le 20 avril 1975, soit trois jours après la prise de pouvoir par les Khmers Rouges. Il est arrivé en France en 1980, et est lui aussi devenu dessinateur. Il est retourné pour la première fois au Cambodge en 2001 par le biais d’une ONG. Ces deux auteurs n’étaient donc que des enfants lorsque le Cambodge est entré dans des années de cauchemar, pourtant ils ont ressenti le besoin de raconter et de transmettre : pour leur famille d’abord, mais aussi plus généralement pour leur peuple. A travers des fictions biographiques pour le premier, et une autobiographie de sa petite enfance pour le second, l’enjeu mémoriel des années Khmers Rouges, mais plus largement des années de guerre est présenté.

SceauKRL’Angkar et les Khmers rouges

Ces bandes dessinées sont d’abord un recueil de témoignages sur les années Khmers Rouges au Cambodge, et sur le fonctionnement de l’Angkar.

Dans L’eau et la Terre, Séra ponctue son récit de slogans khmers rouges, expliquant ainsi l’idéologie utopique mise en place, le plan de Pol Pot et les atrocités qu’il recouvre.

« Ce qui est infecté doit être incisé. Ce qui est pourri doit être retranché. Ce qui est trop long doit être raccourci. Couper un mauvais plant ne suffit pas. Il faut le déraciner ».

Et, encore plus explicite : « L’élimination des ennemis n’est pas la conséquence d’une dérive de la révolution. C’est là même son essence. »

La bande dessinée aide également bien à mettre en avant la jeunesse des révolutionnaires : que ce soit dans les dessins de Séra ou dans ceux de Tian, les yothea [2] du Kampuchéa démocratique ne sont que des enfants. Ils sont habillés de noirs, portent le foulard khmer, les sandales Hô Chi Minh, la casquette communiste et une kalachnikov AK 47 [3]. Des soldats en apparence donc. Mais avant tout des enfants, ce qui est très bien mis en avant par l’histoire de Phat [4], jeune yothea du Kampuchéa, qui ne cherche qu’à jouer avec le petit chien qu’il a trouvé.

Enfin les images permettent d’appréhender la vie sous le Kampuchéa démocratique, et particulièrement la violence morale et physique qui s’est abattu sur le peuple khmer à partir de la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975. Ce dessin de Tian illustre la brutalité du nouveau régime :

Tian_extrait

Dessin de Tian [5] © Gallimard

La vie sous les Khmers Rouges pour les Cambodgiens se définit par quelques mots seulement : la faim, le troc, le travail, la peur, la solitude, les déplacements, le désespoir. Pour éviter les ennuis il y a d’abord des objets à ne pas avoir : une arme, une gourde militaire, une photo, une montre, sa carte d’identité, un diplôme, des lunettes, une radio, un habit militaire de l’ancien régime, un passeport, un zippo, ou un livre [6]. Enfin, il y a un leitmotiv à respecter pour rester en vie : « planter le kapokier et le palmier » [7].

Un peuple pris dans le feu des guerres

Impasse et rouge est le titre du premier tome de la trilogie de Séra. Mais c’est aussi un habile jeu de mot évocateur du dilemme laissé par les Khmers Rouges en 1975 et des années communistes au Cambodge : la mort (l’impasse) et le communisme (le rouge) étaient les deux faces d’une même pièce durant ce « passé rouge ». Ce n’est pas l’un ou l’autre, ce sont les deux, il n’y a pas de choix possible. Cette impasse est renforcée par l’abandon international dont font preuve les Cambodgiens à l’époque. « Pourquoi nous ont-ils oublié ? » se demande un des personnages de Séra dans L’eau et la terre [8]. La mort est partout, dans tous les esprits : deux des personnages de L’eau et la terre finissent toujours leur récit par « et je ne suis pas encore mort(e) ». Dans 3 pas dans la pagode bleue [9], les enfants que rencontre l’auteur près de la pagode évoque les « morts crus » : ce sont toutes les personnes mortes de façon violente. Quelle meilleure façon que cette expression khmère pour la mémoire de tous ceux qui sont morts ?

Cette mort violente ne se limite pas aux victimes des Khmers Rouges. En effet, la trilogie de Séra montre différents points de vue, à différents moments de l’histoire du Cambodge. Et sa conclusion est que la barbarie est commune à toutes ces années au Cambodge, malgré les changements de régime. En effet les dessins d’Impasse et Rouge rappellent volontairement ceux de Jacques Tardi [10] pour évoquer les horreurs de la guerre. Les cartes dans L’eau et la terre illustrent ce que les Khmers Rouges ont fait à la population : les milliers de kilomètres parcourus à pied, mais surtout les prisons et les charniers. Enfin dans Lendemains de cendres, il est possible de voir encore la violence, même après la chute de Pol Pot, à travers les camps de réfugiés à la frontière avec la Thaïlande servant de zone tampon et les champs de mines antipersonnelles. Le peuple souffre, pris au milieu de guerres, les familles sont divisées, nombreux sont ceux qui sont mutilés, rendant « l’après » difficile à envisager.

Et après ? La mémoire

La solution apportée par Séra comme par Tian au problème de la mémoire pourrait être qualifié comme étant « la chaleur humaine ». Nombreuses sont les fois où ils nous rappellent que le Cambodge est, historiquement, le pays du sourire. Les sourires, un sourire, c’est ce qui permet souvent de faire la différence entre ceux qui survivent et les autres. Le sourire est le symbole de l’âme humaine qui reste existante, malgré tout. Cette âme humaine se manifeste durant toutes ces années, malgré les horreurs, par des actes de solidarité. Ainsi la famille de Tian sera sauvée de la mort à plusieurs reprises par de petits actes provenant de sentiments humains : la sympathie, la pitié, la reconnaissance. Les personnages de Séra aussi font preuve de solidarité, allant jusqu’à sauver la vie d’un autre, comportement héroïque mais insensé sous les Khmers Rouges [11]. Snoul, lui, ordonne à un jeune soldat de quitter le front [12], il veut épargner une vie dans un combat qu’il sait perdu d’avance. Enfin, l’apparition du bonze [13] dans Lendemains de cendres montre l’espoir, et la continuité de la vie : malgré tous leurs efforts, « ceux qui se plaisent à faire du mal aux êtres vivants », quel que soit leur camp, n’ont pas réussi à tout déraciner.

Séra le souligne avec le portrait d’une femme dont un des fils s’est engagé dans l’armée et le second chez les révolutionnaires et qui se demande « Pourquoi ai-je mis au monde de tels monstres ? » [14] : La question « comment recommencer à vivre après tout cela ? » se pose. Le fleuve de la vie continue à couler, et le travail de mémoire est plus important que jamais pour ce peuple ayant tant souffert, et ayant tant à accepter pour pouvoir vivre. Peut-être est-ce pourquoi nos deux auteurs ont choisi d’aider des jeunes Cambodgiens à apprendre à dessiner dans des ateliers : pour témoigner non seulement du passé mais aussi du Cambodge d’aujourd’hui, tel qu’on le voit dans les dessins de Nhek Shokaleap [15] ou d’autres artistes que le Centre Culturel Français a fait connaître par son projet Re [Générations] [16].

SourireKhmer

Sourire khmer par Séra [17] © Delcourt

Clémence Oliviero, promotion ASIOC 2012-2013.

Notes

[1] Séra, Lendemains de cendres, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2007, p. 124.

[2] Yothea est le terme khmer pour désigner les soldats.

[3] Tous ces éléments sont mis en avant dans Tian, L’année du lièvre : Au revoir Phnom Penh, Paris, Gallimard, 2011, p. 66.

[4] Séra, L’Eau et la Terre, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2005, p. 21.

[5] Tian, L’année du lièvre, op. cit., p. 32.

[6] id., p. 98.

[7] Vieux proverbe khmer se référant au conte des trois singes : « ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire ».

[8] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 94.

[9] Séra, 3 pas dans la pagode bleue, Paris, Le 9ème Monde, 2011, p. 11.

[10] Séra, Impasse et Rouge, Paris, A. Michel, 1995, p. 50.

[11] Séra, Lendemains de cendres, op. cit., p. 85.

[12] Séra, Impasse et Rouge, op. cit., p. 60.

[13 Séra, Lendemains de cendres, op. cit., pp. 60-61.

[14] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 105.

[15] Eric Joly et Dominique Poncet, Séra en d’autres territoires, Montrouge, PLG, 2006, pp. 72-73.

[16] Lorente, Camille, « La BD khmère se régénère », Le petit journal.com, 5 juillet 2011, dernière consultation le 24/11/2012.

[17] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 10.

 

Bibliographie

Eric Joly et Dominque Poncet, Séra en d’autres territoires, Montrouge, PLG, 2006.

Camille Lorente, « La BD khmère se régénère », Le petit journal.com, 5 juillet 2011.

Séra, Impasse et Rouge, Paris, A. Michel, 1995.

Séra, L’Eau et la Terre, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2005.

Séra, Lendemains de cendres, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2007.

Tian, L’année du lièvre : Au revoir Phnom Penh, Paris, Gallimard, 2011.

Clémence Oliviero est étudiante à l’ENS de Lyon. Elle est actuellement en Master 2 “Asie Orientale Contemporaine, International Relations and Affairs”. En mobilité au Japon, elle a suivi son cursus de troisième année de Sciences Po Lyon à l’université Kwansei Gakuin, à Nishinomiya et est actuellement à l’Université Meiji à Tokyo. Elle est membre de l’association Handiep, visant à sensibiliser les étudiants aux questions de handicap et adhérente de MUN Lyon (Model United Nations-Lyon).

L’affaire de la refonte de la constitution vietnamienne : Fin de Parti ou fin de partie ?

A en croire les différentes initiatives citoyennes appelant au multipartisme et à la démocratie, le …

NguyenDacKienA en croire les différentes initiatives citoyennes appelant au multipartisme et à la démocratie, le monopole du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) est de plus en plus fortement contesté. Fait assez nouveau, cette contestation est désormais publique et ostentatoire. Depuis la création du Bloc pro-démocratie en 2006, le nombre de citoyens autodéclarés en dissidence avec l’Etat-Parti n’a fait que progresser malgré les campagnes de répression politique de ces dernières années. Ceci démontre les limites de la répression et offre de surcroît à la RSVN un visage rétrograde à l’image des régimes finissants de l’Europe de l’Est des années 90. En Asie du Sud-Est, le Myanmar a bien compris les avantages que pouvaient apporter un retour de la démocratie et même s’il y a encore beaucoup à faire le chemin est tracé. Or, le Viêt-Nam semble devoir amorcer un virage avec un clivage aujourd’hui flagrant entre le pouvoir communiste et le peuple vietnamien. Paysans expropriés en colère, intellectuels bâillonnés ayant décidé de rompre le silence, blogueurs déconstructeurs des discours officiels, une partie de l’élite citadine et de la paysannerie pauvre est entrée en fronde sans parler des milieux bouddhistes ou catholiques étroitement encadrés depuis 1975.

Fin de Parti…

HienPhap1992Au mois de novembre 2012, l’Assemblée nationale vietnamienne, par la décision n° 38/2012/QH13, proposait une refonte de la constitution vietnamienne actuelle [1]. Un Comité officiel, validé par le PCV, chargé de récolter les avis de la population fut mis sur pied le 2 janvier 2013 [2]. Dès la diffusion de cette nouvelle, très encadrée et présentée dans la forme la plus habituelle du régime, des intellectuels renommés et des citoyens concernés se sont mis au travail pour proposer une alternative à la constitution actuelle. Deux mois après, les autorités ont pu recueillir les précieux avis qui dépassent à n’en pas douter les résultats escomptés. En effet, le message principal de la consultation populaire pour amender et réviser la constitution de 1992 (déjà amendée en 2001) peut se résumer en cette nouvelle assertion : nous ne voulons plus du monopole du parti. C’est l’objet de la demande de l’abrogation de l’article 4 de la Constitution actuelle qui stipule : « le Parti communiste vietnamien (…) est la force dirigeante de l’Etat et de la société » [3]. Le projet d’abolition pur et simple de cet article n’est pas nouveau et a été défendu par la dissidence depuis des années mais il s’est toujours heurté à une vive opposition du pouvoir en place. En 2007, sur cette question brulante, l’ancien Président de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN), Nguyen Minh Triet, avait répondu que cela équivalait à un suicide « tự sát » pour le parti [4].

Reprenons ici le fil chronologique de cette affaire. Le 19 janvier 2013, une « Requête pour une refonte de la Constitution » était mise en ligne sur internet (site Bauxite Viêt Nam) pour exprimer l’avis d’un groupe de 72 intellectuels, anciens responsables politiques ou personnalités de la hiérarchie catholique [5]. Cette requête prend à contrepied le projet gouvernemental sur plusieurs points. Elle affirme la nécessité d’un certain nombre de changements radicaux pour que la nouvelle constitution soit crédible et conforme à la volonté du peuple. Outre l’abrogation de l’article 4, le texte aborde la question de la propriété collective de la terre, une « invention soviétique » que les précédentes constitutions de 1946 et de 1959 ne mentionnaient pas. Il s’agit de revenir donc à une forme de propriété privée préexistante à des époques différentes au Nord comme au Sud avant 1975. Le troisième point tout aussi important concerne la neutralité de l’armée et des appareils de contrôle, des « forces armées populaires » (lực lượng vũ trang nhân dân) vis-à-vis du pouvoir. Il s’agit en clair de dépolitiser l’armée et la police qui ne doivent en aucun cas servir les intérêts d’un parti politique quel qu’il soit. Et ce point prend à contresens le projet de l’article 70 (visant à compléter l’article 45 de la constitution actuelle) qui affecte ce rôle de protection et de fidélité au PCV seul [6]. La revue en ligne Eglises d’Asie a parfaitement résumé dans les grandes lignes les changements préconisés :

La requête contient sept propositions d’amendements, dont certains remettent en cause les fondements du régime actuel. Dans le nouveau texte constitutionnel proposé, on ne retrouve plus l’article 4 de l’actuelle Constitution présentant le Parti communiste comme la force dirigeante du système politique et de la société. Il devient une organisation politique comme les autres, soumise à l’épreuve des élections et ne possédant aucun privilège sur les autres. C’est le peuple qui désormais détient la souveraineté. La propriété du peuple tout entier (c’est-à-dire, concrètement, l’Etat) sur les terres est, elle aussi, mise en cause. Les droits de l’homme sont énumérés et définis. Le régime institué par le nouveau texte serait une république de type présidentiel [7].

La requête rencontra rapidement un immense succès avec, lors de sa soumission officielle le 3 février 2013, au comité de l’Assemblée nationale chargé de relever les avis, plus de 2500 signataires et l’adhésion de la Fédération des étudiants catholiques du Vietnam [8]. Elle continue de recueillir des centaines de signatures.

GauUngHo

La jeunesse mobilise ses avatars : vu sur le blog Dân Luận.

L’affaire a pris un nouveau tournant lorsque le 26 février 2013 le journaliste hanoïen Nguyen Dac Kien fut forcé de quitter la rédaction du journal Gia đình & Xã hội (Famille et Société) à la suite d’un article critique vis-à-vis du Secrétaire général du PCV Nguyen Phu Trong [9]. En effet, ce dernier soulignait, plutôt timidement d’ailleurs, les « Points de vue politiques dégradés » proposés pour réformer la constitution [10]. Cette opinion maladroitement divulguée laisse entrevoir que la consultation populaire n’a en réalité aucun sens. Elle souleva des protestations et des interrogations sur les objectifs réels du pouvoir (voir plus bas). Courageusement, le journaliste Nguyen Dac Kien avait exprimé, en cinq points, un certain nombre d’idées partagées par de nombreux blogueurs et citoyens sur ce qu’il considérait comme nécessaire pour sortir le pays de l’impasse politique. Nous reproduisons ci-dessous ces propositions révolutionnaires traduites en français sur le blog Dân Làm Báo :

1. Nous voulons non seulement supprimer l’article 4 de la Constitution, mais aussi organiser un Congrès constitutionnel pour établir une nouvelle Constitution; celle qui reflèterait la vraie volonté de l’ensemble du peuple vietnamien, et non pas la volonté du Parti communiste telle que défend la Constitution actuelle.

2. Nous soutenons le pluralisme, le multipartisme, et tous les partis politiques qui se concurrencent loyalement pour la liberté, la démocratie, la paix et le progrès du peuple vietnamien. Aucun parti politique, quelque que soit le statut, n’aura le droit de manipuler notre nation par le totalitarisme.

3. Nous soutenons la création d’un Etat fondé non seulement sur la séparation des pouvoirs (séparation du législatif, de l’exécutif et du judiciaire), mais aussi sur la décentralisation du pouvoir gouvernemental, c’est-à-dire un système qui augmente l’autonomie des régions et établit des administrations locales fortes. Nous soutenons la suppression de grandes entreprises nationales (ou entreprises soutenues par l’État) ainsi que celle des institutions publiques qui emploient improprement le budget national, qui détournent les biens collectifs, et qui détruisent la confiance, l’esprit et la solidarité du peuple vietnamien.

4. Nous soutenons l’apolitisme de l’armée. L’existence de l’armée a pour but de protéger le peuple et la patrie, de défendre la souveraineté nationale, et non pas de servir n’importe quel parti politique.

5. Nous affirmons avoir le droit de faire la déclaration ci-présente, et que tous les autres vietnamiens possèdent le même droit. Nous sommes en train d’appliquer les droits fondamentaux de l’homme qu’il s’agisse de la liberté d’expression et la liberté de pensée. Ces droits sont acquis par chaque être humain à la naissance; ils sont reconnus et respectés par le peuple vietnamien; Ces droits n’ont pas été octroyés par le Parti Communiste Vietnamien, par conséquent, ce dernier n’a en aucun cas le droit de nous en déposséder, ni d’en juger. De ce fait, nous considérons que tous les jugements et accusations à notre égard sont des diffamations. Et nous croyons que ceux qui s’opposent à ces droits de l’homme s’opposent aussi aux intérêts nationaux et au progrès de l’humanité. [11].

Cette véritable déclaration politique a suscité une troisième initiative citoyenne intitulée « Déclaration des ces citoyens libres » [12]. Elle s’est affichée sur la toile sous la forme d’une pétition en ligne en reprenant mots pour mots la missive du journaliste expulsé (ci-dessus, le “je” de Nguyen Dac Kien étant remplacé par le “nous” des citoyens libres). La première phrase de ce nouvel appel est un signe de solidarité : « Nous, les premiers signataires du texte qui suit, nous dressons aux côtés du journaliste Nguyen Dac Kien et appelons les autres citoyens à déclarer avec nous » les cinq mesures phares avancées par le jeune journaliste [13]. Voici donc l’essentiel de ce qui s’est dit dans le premier volet de cette affaire.

… ou fin de partie ?

Hienphap2La consultation populaire en a fait rêver plus d’un et des groupes d’intellectuels issus des rangs même du PCV se sont pris au jeu. Mais le projet de réécriture pour l’avènement d’une nouvelle constitution porté par les 72 personnalités n’a pas fait long feu. Quatre jours seulement après le dépôt de la requête, la commission de l’Assemblée nationale faisait connaître son avis. Très habilement, elle ne discutait pas du contenu mais pointait le caractère déplacé de la demande, qui ne s’inscrivait pas, selon elle, dans le cahier des charges de l’arrêté de novembre 2012 puisque la requête n’était ni plus ni moins un projet concurrent [14]. Notez que cette agitation soudaine se manifesta juste avant les festivités du nouvel an lunaire (dimanche 10 février). Fait peu habituel, la joute fut reprise ce jour-là par le cardinal archevêque de Saigon, Mgr Jean-Baptiste Pham Minh Mân, qui, de son côté, en guise de cadeau de nouvel an, édita une lettre ouverte adressée aux autorités comme aux citoyens appelant à une rénovation totale (toàn diện) du pays [15]. La lettre, modérée, humaniste et pleine bon sens, propose une refonte de la société sur des bases plus morales, sur l’Etat de droit, le respect mutuel. Cette rénovation intégrale, souligne-t-il, « doit s’effectuer non dans la violence, mais dans le dialogue, la collaboration et en plein accord avec la culture vietnamienne » [16]. Puis, à partir de Hanoi, la Conférence épiscopale a emboîté le pas de Saigon pour annoncer ses propositions de réforme dans une nouvelle lettre ouverte dûment argumentée le 4 mars 2013 [17].

NguyenPhuTrong2013

Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV

La réponse du pouvoir à ces différentes vues pour tenter d’influer sur l’avenir du Viêt-Nam reste ambiguë. Les ténors du PCV et de l’Assemblée nationale poursuivirent la contre-offensive en assénant la ligne à ne pas franchir. Les derniers propos de Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV, qui mirent le feu aux poudres, en date du 25 février, ne sont guère rassurants mais se sont pas étonnants non plus [18]. Il assimilait les différentes propositions de réforme démocratique de ses collègues (la requête des 72) à une « régression à la fois politique et morale ». Il mettait en garde les cadres du parti contre ces « dérives » pour que la consultation populaire soit mieux dirigée. Signe d’un possible désarroi, il reprenait les mots principaux mots d’ordre des intellectuels frondeurs (abrogation de l’article 4, multipartisme, séparation des pouvoirs, dépolitisation de l’armée) pour marteler qu’il s’agissait bien, selon lui, d’une dégradation et non d’une avancée politique [19]. Qu’à cela ne tienne, les réponses aux inquiétudes soudaines du secrétaire général du PCV se sont fait connaître sur la toile : outre l’article très exceptionnel de Nguyen Dac Kien, d’autres voix continuent de s’exprimer. Le maintien de l’article 4 illustrerait à lui seul la régression politique actuelle défend le journaliste Vo Van Tao sur RFA [20]. De Hanoi, le dissident Nguyễn Thanh Giang décrypte les ambiguïtés du secrétaire général [21]. Quant au journaliste dissident Huy Duc, il exprime sur son blog Osin son point de vue sur la réforme de la constitution qui selon lui ne devrait pas consister pas à construire des abris pour le pouvoir communiste en déclin [22]. Et la liste des avis frondeurs est encore longue [23].

Quels sont les enseignements à tirer de cette joute politique ou de ce dialogue de sourds qui se répètent depuis plusieurs années ?

  • La chose la plus importante est illustrée par le fait que le PCV est désormais attaqué non plus sur son bilan mais sur sa raison d’être, sur son essence même, sur son utilité et son efficacité réelles pour le pays, et ceci  à l’intérieur du pays. Et cette contestation est désormais ouverte, déclarée, exprimée sur la place publique. Entaché par les affaires de corruption, par la mauvaise gestion économique, par la richesse accumulée au profit d’une nomenklatura méprisante, beaucoup pensent qu’il n’est plus crédible.
  • Deuxièmement, cela démontre aussi que le divorce entre une partie de la population et le PCV est consommé. La dislocation de cette osmose entre le Parti et le peuple, construite, promue, nourrie et contrôlée par le PCV est désormais un processus reconnu dont on ne peut prévoir l’issue. Autant la période de la guerre dans un Viêt-Nam divisé donnait à la RDVN le visage d’une population soudée derrière le Parti des Travailleurs (il aurait été dangereux de signifier alors une dissidence), autant la période du retour à la paix véritable, c’est-à-dire depuis la fin de l’aventure militaire au Cambodge (1989), a révélé le visage multiple et complexe d’un Viêt-Nam que les autorités communiste voulaient « unique » (mais qui ne l’a jamais été).
  • Troisièmement, le nombre de citoyens-dissidents de l’Etat-Parti est en constante augmentation et affiche désormais non plus quelques dizaines d’individus courageux mais rassemble aujourd’hui des dizaines de milliers de Vietnamiens dont une bonne partie vit et travaille au Viêt-Nam. Qui plus est, la contestation est le fait d’anciens « camarades », d’anciens responsables politiques, d’intellectuels membres du PCV ou proches de lui et donc hors de tout soupçon.

Cette nouvelle contestation intérieure est portée par des groupes de citoyens que le pouvoir communiste ne peut aisément taxer de « réactionnaires » ou d’organisation voulant « renverser le gouvernement populaire ». Ces intellectuels sont par ailleurs conscients de la portée surtout symbolique de leur acte :

Interrogé par Radio Free Asia, un des membres du groupe des premiers signataires, Mme Pham Chi Lan, a déclaré que, selon elle, les réformes suggérées dans la requête étaient à la fois conformes aux aspirations du peuple et accordées à l’évolution des divers pays dans le monde. Elle pense que les réformes démocratiques demandées seront difficilement acceptées par le Parti communiste vietnamien. Pourtant, souligne-t-elle, les dirigeants eux-mêmes sont persuadés que seules des réformes profondes pourront arracher le Parti à la crise qu’il traverse actuellement [23].

Face à cette situation inédite, le pouvoir va être obligé de choisir. Engager le second Renouveau préconisé depuis 2010 par les experts politiques et économiques ou faire le dos rond avant de lancer une nouvelle répression lorsque la fièvre « démocratique » sera apaisée. Le choix est cornélien car il engage l’avenir du Viêt-Nam sur le plan intérieur et extérieur. L’échec de la réforme constitutionnelle enverrait un signe négatif et désespérant pour les centaines de milliers de petits acteurs économiques et sociaux du pays et surtout pour la jeunesse en soif de changement. Un capital social non négligeable pour sortir de la crise et de la concurrence économique implacable que se livrent les pays de la région. Sur le plan extérieur, l’impossibilité de changer démontrerait que l’Etat-Parti vietnamien est acculé à une impasse historique. Pour ainsi dire, afin de conserver une certaine aura, en partie due à la couteuse guerre de réunification, le PCV a le devoir de prendre la mesure de la nouvelle aversion vietnamienne pour l’idéologie marxiste-léniniste que certains intellectuels dénoncent aujourd’hui clairement comme un « stalinisme », historiquement dépassé et politiquement nocif (voir à titre d’exemple les propos très directs du Professeur Tuong Lai).

* * *

En bref, comme en décembre 1986 lors du VIe congrès du PCV, il convient de « parler vrai » mais plus encore : il faut agir. Le PCV doit réfléchir à une nouvelle stratégie : le « changer pour faire du neuf » de l’époque de l’avènement du Đổi Mới (Renouveau) ne risque plus de faire recette tant il s’est concrétisé par un « changer pour survivre » en permettant l’avènement d’une riche et puissante nomenklatura aujourd’hui soucieuse de ses privilèges.

Il faudra donc être inventif, saisir cette occasion favorable pour passer en douceur à la transition démocratique. Sans quoi, à la fronde courtoise engagée par les intellectuels conquis par les rêves de démocratie et de multipartisme risque de succéder une déflagration sociale ou militaire entraînant le pays dans l’instabilité. Le risque est sérieux, c’est pourquoi une transition raisonnée, à la cambodgienne ou à la birmane – et le Viêt-Nam est dans une meilleure position -, permettrait au PCV de réformer le système en profondeur tout en conservant les clés du nouveau pouvoir (cas des transitions russes et des pays de l’Europe de l’Est des années 1990) ou à se ménager une porte de sortie sans conséquences politiques lourdes. Le second Đổi Mới prendra-t-il la forme d’un « changer pour rester » ou offrira-t-il au Viêt-Nam l’évolution pacifique qu’il mérite après des années de guerre et de totalitarisme ?

François Guillemot, 05/03/2013

 

Notes

[1] Nghị quyết số 38/2012/QH13 ngày 23/11/2012.

[2] Voir l’annonce officielle sur le site du gouvernement : VGP News, “Chính thức công bố Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992“, 02/01/2013.

[3] Voir : Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Editions The Gioi, 1995, p. 154. La constitution de 1992 sur le portail du gouvernement de la RSVN : “Hiến pháp nước CHXHCN Việt Nam“.

[4] Cf. Guillemot, François, “Viêt-Nam, résistances, révolutions, réunification”, in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, 30 chercheurs enquêtent sur l’identité nationale, Paris, Choiseul éditions & RFI, 2011, p. 365.

[5] Voir : “Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp 1992“. Voir l’analyse d’Eglises d’Asie : EDA, “Déjà 800 signatures pour une lettre ouverte demandant le remaniement de la Constitution“, 24/01/2013.

[6] L’article 45 stipule actuellement : “Les forces armées populaires doivent être d’une fidélité absolue envers la Patrie et le peuple ; se tenir prêtes à combattre pour défendre l’indépendance, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de la Patrie, la sûreté nationale, l’ordre et la sécurité sociale [sic], défendre le régime socialiste et les acquis de la révolution ; ensemble avec tout le peuple, édifier le pays”. Il n’est donc pas officiellement fait mention de la protection du PCV comme le stipule l’amendement n°70 : “Điều 70 (sửa đổi, bổ sung Điều 45) Lực lượng vũ trang nhân dân phải tuyệt đối trung thành với Đảng cộng sản Việt Nam, Tổ quốc và nhân dân, có nhiệm vụ bảo vệ độc lập, chủ quyền, thống nhất, toàn vẹn lãnh thổ của Tổ quốc, an ninh quốc gia và trật tự, an toàn xã hội; bảo vệ Đảng, Nhà nước, nhân dân, chế độ xã hội chủ nghĩa, cùng toàn dân xây dựng đất nước và thực hiện nghĩa vụ quốc tế”.

[7] Souligné par nous. EDA : “La requête pour la refonte de la Constitution, signée par des milliers de personnes, a été remise au bureau de l’Assemblée nationale“, 07/02/2013.

[8] Voir sur Mémoires d’Indochine : “Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp” et EDA : “Des évêques et des étudiants catholiques signent la requête pour la refonte de la Constitution“, 25/01/2013. Voir aussi les photographies de “supporters” sur le blog Dân Luận : “Cùng chụp ảnh ủng hộ Bản Kiến Nghị về Sửa Đổi Hiến Pháp 1992“.

[9] Voir RFA : “Vietnamese Reporter Fired for Critical Essay“, 26/02/2013 (Reported by Chan Nhu. Written in English by Joshua Lipes).

[10] Voir l’extrait vidéographique de l’émission de VTV1 sur le site de la BBC, 26/02/2013.

[11] Dan Lam Bao, “Déclaration des Citoyens libres“. Voir la version originale sur son blog : Nguyễn Đắc Kiên, “Vài lời với TBT ĐCS VN Nguyễn Phú Trọng“, 26/02/2013 et une autre traduction française sur le site Dân Luận.

[12] Voir sur le blog DanLamBao : “Lời Tuyên Bố của các Công Dân Tự Do“, 28/02/2013. Le blog annonce 4300 signatures après la mise à jour de la pétition en ligne le 05/03/2013.

[13] Voir aussi : Gia Minh, “Nhóm “Công dân tự do” ra tuyên bố ủng hộ PV Nguyễn Đắc Kiên“, RFA, 28/02/2013.

[14] voir l’analyse d’EDA : “L’Assemblée nationale embarrassée par la requête pour la refonte de la Constitution“, 20/02/2013.

[15] Voir EDA : “Le cardinal archevêque de Saigon propose un programme de rénovation (dôi moi) intégrale du pays“, 27/02/2013.

[16] id.

[17] Cf. : VNRs, “Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam gửi Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp năm 1992 nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp“, 01/03/2013. Voir l’analyse d’EDA : Pour approfondir. “Contribution de la Conférence épiscopale à la refonte de la Constitution de 1992“, 04/03/2013. Le texte original en vietnamien est disponible sur le site officiel de la Conférence épiscopale : “Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp“, 01/03/2013.

[18] BBC, “TBT Trọng nói về sửa đổi Hiến pháp“, 26/02/2013 et Thanh Quang, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, RFA, 04/03/2013.

[19] RFA, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, 04/03/2013.

[20] Voir le blog Ba Sàm : Võ Văn Tạo, “Giữ Điều 4 mới chính là suy thoái đạo đức, thưa ông Tổng Bí thư!“, 26/02/2013.

[21] Voir sur le site de Viet Tan : Nguyễn Thanh Giang, “Ông Nguyễn Phú Trọng rất hàm hồ“, 27/02/2013.

[22] Voir sur le site Facebook de Huy Đức : “Sửa Hiến Pháp Chứ Không Phải Xây Hầm Trú Ẩn“, 19/02/2013. Voir également sur Nam Nguyên, “Đảng yếu nên sợ hãi đa nguyên đa đảng?“, RFA, 01/03/2013.

[23] Voir Chân Như, “Người dân nghĩ gì về phát biểu của Tổng bí thư?“, RFA, 26/02/2013.

[24] EDA, art. cit., 07/02/2013.

* * *

Nhà báo Nguyễn Đắc Kiên trả lời phỏng vấn RFA

Liban : « misère » de l’école publique

Le Département des études contemporaines de l’Ifpo a lancé en décembre 2012 un séminaire intitulé « …

Le Département des études contemporaines de l’Ifpo a lancé en décembre 2012 un séminaire intitulé « Liban : quel État pour quels citoyens ? ». Rompant avec le discours redondant et stérile sur « l’exception libanaise » dans ses multiples versions (« îlot démocratique », « démocratie consensuelle », « État mercenaire », « État confessionnel », etc.), le parti pris scientifique de ce séminaire est de prendre au sérieux le phénomène étatique au Liban, en analysant de manière empirique les mécanismes de production des politiques publiques, leurs modes de diffusion dans les différents secteurs de la société (armée, justice, éducation, santé, logement….) et, en retour, les mobilisations citoyennes qu’ils suscitent.
© Photo Teach For Lebanon

© Photo Teach For Lebanon

Après une première séance sur l’armée libanaise (L’Armée libanaise, symbole d’une nation réconciliée ?, mardi 5 décembre 2012), suivie d’une seconde sur la justice (Justice, État et mobilisations sociales au Liban, mardi 15 janvier 2013), nous publions ci-dessous la synthèse de la troisième séance consacrée à la politique scolaire au Liban qui s’est déroulée le 19 février 2013 à l’Institut français. Son objectif était d’interroger l’état du système scolaire libanais, les débats et les préoccupations du public autour de la question de l’école, la relation entre école et société, le rôle du ministère de l’Éducation dans la définition d’une politique éducative. Dans ce cadre, trois intervenants ont été sollicités : Adnan El Amine, professeur de sciences de l’éducation à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), fondateur de la Lebanese Association for Educational Studies ; Mazen El-Khatib, ancien doyen de la Faculté de pédagogie, conseiller auprès du ministre de l’Éducation ; et Walid Daou, enseignant du primaire et militant syndical.

La liberté scolaire contre l’égalité ?

Pour un pays comme le Liban, que l’on a coutume de présenter dans la doxa internationale comme l’un des États « les plus éduqués du monde arabe » (image que les acteurs locaux aiment également donner à voir à leurs interlocuteurs étrangers), le système scolaire est censé jouer un rôle majeur, notamment dans la formation des cadres supérieurs du secteur tertiaire, des élites économiques et des dirigeants des différentes institutions publiques (armée, justice, éducation, etc.). De ce fait, on aurait pu penser que les moyens humains, financiers et matériels alloués à l’École par les pouvoirs publics soient à la hauteur de cette ambition nationale. Pourtant, en 2012, l’éducation ne représente que 6,2 % du budget de l’État libanais et près de 90 % des dépenses du ministère de l’Éducation sont consacrées au paiement des salaires.

© Photo Teach For Lebanon

© Photo Teach For Lebanon

L’une des explications de cette faiblesse des ressources publiques tient probablement à la mission sociale confiée à l’École et aux principes qui sous-tendent « l’idéologie scolaire » au Liban. En retraçant l’histoire du système scolaire libanais depuis l’époque ottomane jusqu’à l’indépendance de 1943, en passant par la période charnière du mandat français, l’on peut relever une constante : la liberté scolaire (liberté du choix de l’école par les parents et de création des établissements) prime sur toutes les autres valeurs, et notamment sur le principe d’égalité qui apparaît mineur. Ainsi, au Liban, force est de constater que l’enseignement a toujours été l’affaire des communautés religieuses (Frayha, 2003). L’article 10 de la Constitution, auquel nombre de Libanais restent toujours attachés, est d’ailleurs explicite à ce sujet :

« L’enseignement est libre en tant qu’il n’est pas contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs et qu’il ne touche pas à la dignité des confessions. Il ne sera porté aucune atteinte au droit des communautés d’avoir leurs écoles, sous réserve des prescriptions générales sur l’instruction publique édictées par l’État » (Constitution du Liban).

Cette reconnaissance constitutionnelle du rôle social des établissements scolaires à caractère communautaire a favorisé inévitablement une « polarisation confessionnelle » de l’enseignement.

Ce n’est qu’après l’indépendance que le Liban a connu un véritable développement du nombre d’écoles officielles. Le système scolaire se répartit alors entre trois types d’écoles dont le niveau et la qualité d’instruction est extrêmement variable selon les régions, les quartiers et les établissements : publiques gratuites, privées gratuites et privées payantes. Après la guerre civile, la progression du secteur privé, en particulier confessionnel musulman (sunnite et surtout chiite), s’est poursuivie inexorablement (Le Thomas, 2012).

L’enseignement public libanais : un déclin irréversible ?

Le terme « déclin » pourrait apparaître un peu trop catastrophiste pour décrire l’état actuel du système scolaire public libanais. Toutefois, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Depuis le début des années 2000, comme l’a mis en évidence Adnan El Amine, le pays a connu un phénomène de recul de la scolarisation dans l’enseignement public. La proportion des élèves scolarisés dans le système public se réduit d’année en année (de 39 % en 2000-2001, il passe à 29,5 % en 2010-2011). Si le taux d’encadrement reste apparemment plus élevé dans le public que dans le privé, il s’effondre dans les régions les plus reculées et les plus pauvres du pays.

© Adnan El Amin, « Déclin de l’enseignement public au Liban », séminaire Ifpo, 19/02/2013.

© Adnan El Amine, « Déclin de l’enseignement public au Liban », séminaire Ifpo, 19/02/2013.

Comme le montre l’étude d’Adnan El Amine, cette baisse des effectifs dans le public se manifeste à tous les niveaux (primaire, intermédiaire et secondaire) et dans toutes les régions. Elle reste beaucoup plus marquée à Beyrouth et au Mont Liban que dans les autres régions (Nord, Sud, Nabatiyeh). Les résultats du TIMSS (test international de niveau en science) montrent également que les élèves du secteur public obtiennent des résultats significativement moins bons que les élèves du secteur privé.

© Adnan El Amin, « Déclin de l’enseignement public au Liban », séminaire Ifpo, 19/02/2013.

© Adnan El Amine, « Déclin de l’enseignement public au Liban », séminaire Ifpo, 19/02/2013.

À ces données quantitatives s’ajoute le constat empirique de la déficience de la formation pédagogique des enseignants assurée par l’université, fondée principalement sur la mémorisation (l’apprentissage par cœur des cours). Le témoignage de Walid Daou (enseignant et syndicaliste) met ainsi en évidence l’absence d’observation participante et de pratique dans la formation initiale des futurs enseignants libanais, situation aggravée par le niveau très faible des enseignants en langues étrangères dans le secteur public, alors que l’anglais et le français constituent les deux langues d’instruction dans lesquelles se font les examens officiels au Liban. De plus, une analyse de contenu des manuels scolaires montre leur faiblesse didactique dans toutes les matières (particulièrement pour l’apprentissage des langues) et l’absence d’unification des programmes : les livres scolaires donnent des points de vue hétérogènes, voire opposés, en ce qui concerne l’enseignement de l’histoire et des religions, et restent bâtis implicitement en fonction d’une norme masculine, destinés davantage aux garçons qu’aux filles (Charaffedine, 2008).

La politique du ministère : une privatisation larvée du système scolaire ?

© Photo Teach For Lebanon

© Photo Teach For Lebanon

Malgré les nombreux textes de lois et décrets votés ces dernières années dans le domaine de l’enseignement, la politique du ministère libanais de l’Éducation relève plus de l’incohérence globale que d’un véritable souci de jeter les bases d’une politique publique efficace. Sur le plan de l’éducation publique, on observe une absence totale de volontarisme étatique et une tendance au « laisser-faire ». À titre d’illustration, Mazen El Khatib cite l’exemple de la restructuration récente de la direction générale du ministère qui a débouché sur une « impasse ». L’application de certains décrets reste bloquée dans l’attente des décisions du Conseil de la Fonction publique de publier les postes à pourvoir. Concernant la question des salaires et des statuts, la grille de classification des enseignants, qui détermine le niveau des salaires, est très inégalitaire, ne prenant en compte ni le niveau de diplôme exigé, ni les missions réelles. Pour toutes ces raisons, le secteur public d’éducation reste très peu attractif pour les jeunes diplômés libanais qui auraient tendance à le fuir vers d’autres secteurs professionnels plus valorisants pour leur statut social.

Selon Adnan El Amine, ces différentes mesures législatives, loin de réformer le système scolaire libanais, ont davantage contribué à accélérer la dégradation rapide de l’enseignement public. Elles ont encouragé une « politique de déprofessionnalisation » et de « pompage de contractuels ». En effet, plusieurs lois concernant le recrutement des enseignants du public ont entraîné une inflation du nombre de contractuels malgré un nombre décroissant d’élèves : certaines de ces lois dispensent même les candidats de passer les concours, ou de formation pédagogique, d’autres permettent de se présenter au concours sans être titulaire d’une licence. Une autre réserve le concours aux seuls contractuels. En conséquence, le ratio élèves/enseignants diminue, et la qualité globale de l’école publique se dégrade de jour en jour. Plus grave encore, les parents ont progressivement perdu confiance dans le secteur public d’éducation, se tournant de plus en plus vers le secteur privé, y compris parmi les familles modestes qui font des sacrifices financiers pour scolariser leurs enfants.

En tant que militant syndical et enseignant du public, Walid Daou déplore une politique de privatisation larvée qui vise à affaiblir le secteur public et à clientéliser les institutions éducatives. La conséquence d’une telle politique clientéliste et électoraliste est de multiplier les emplois précaires, en soumettant les enseignants contractuels à des conditions de travail drastiques et en marginalisant toujours plus les titulaires.

***

Le cercle vicieux dans lequel sont enfermés enseignants et familles tend à faire du clientélisme la seule ressource disponible pour surmonter les problèmes et imposer progressivement une conception du système public d’éducation réduite à une relation de service et à la défense d’intérêts catégoriels. Si la liberté de parole des intervenants du séminaire a prouvé l’existence d’une capacité de résistance face à la politique de démantèlement de l’école publique, l’impression générale était plutôt celle d’une grande impuissance face à une situation de crise scolaire particulièrement dramatique.

Références

  • Bourdieu Pierre (dir.) 1993, La misère du monde, Paris, éditions du Seuil.
  • El Amine Adnan, 2007, « Status of Lebanese Teachers in the Light of International Recommendation of 1966 », Workshop to Introduce International Recommendation on the Status of Teachers, Lebanese National Commission for UNESCO, p. 29-89 (en langue arabe).
  • Charafeddine Fahima, 2008, La discrimination à l’égard des femmes dans les manuels scolaires de niveau intermédiaire, compte tenu de l’approche fondée sur l’égalité des sexes, Rapport d’expertise (en langue arabe).
  • Frayha Nemer, 2003 « Éducation et cohésion sociale au Liban ». Dossier : « Évolution du curriculum : perspective globale », Perspectives, Revue trimestrielle d’éducation comparée no 125, vol. 33/1. [En ligne] http://www.ibe.unesco.org/fileadmin/user_upload/archive/publications/Prospects/ProspectsPdf/125f/125-f.pdf
  • Khalil, Muhammad, 1962, The Arab states and the Arab league: A documentary record, constitutional developments, Beirut, Khayats.
  • Le Thomas Catherine, 2012, Les écoles chiites au Liban. Construction communautaire et mobilisation politique, Paris-Beyrouth, Karthala-Ifpo.
  • Publications de la Lebanese Association For Educational Studies fondée par Adnan El Amine : http://www.laes.org/

Pour citer ce billet : Maissam Nimer, «  Liban : “misère” de l’école publique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 5 mars 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4871

Maissam-Nimer

Maissam Nimer a rejoint le laboratoire « Printemps » à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines en novembre 2011, où elle prépare une thèse sous la direction d’Élisabeth Longuenesse et d’Agnès Pelage. Employée à l’Université Haigazian dans le cadre d’un programme de promotion de jeunes de milieu défavorisés, financé par USAID, visant à leur permettre d’accéder à l’enseignement supérieur, pour contribuer au développement de leur communauté et de leur pays, elle avait auparavant travaillé pour une ONG, Teach for Lebanon, qui en amont, travaillait à encourager des jeunes de milieux populaires à s’investir dans les études. C’est à la suite de ces expériences, qu’elle a souhaité inscrire une thèse en sociologie pour comprendre précisément les mécanismes de sélection sociale et culturelle expliquant l’inégalité d’accès à l’enseignement supérieur.

Billets écrits pour les Carnets de l’Ifpo

Maissam Nimer

J'ai rejoint le laboratoire Printemps à l’Université Versailles Saint Quentin en Yvelines en Novembre 2011, où je prépare une thèse sous la direction d’Elisabeth Longuenesse et d’Agnès Pelage. Employée dans le cadre d’un programme de promotion de jeunes de milieu défavorisés, financé par USAID, visant à leur permettre d’accéder à l’enseignement supérieur, pour contribuer au développement de leur communauté et de leur pays, j'avais auparavant travaillé pour une ONG, Teach for Lebanon, qui en amont, travaillait à encourager des jeunes de milieux populaires à s’investir dans les études. C’est à la suite de ces expériences, que j'ai souhaité inscrire une thèse en sociologie pour comprendre précisément les mécanismes de sélection sociale et culturelle expliquant l’inégalité d’accès à l’enseignement supérieur.

More Posts

Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction

Affiche du colloque de Lyon
Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé e…

Affiche du colloque de Lyon

Affiche du colloque de Lyon

Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé en septembre 2011. Il est né d’une collaboration entre l’Ifpo, l’Université Salahedin d’Erbil (Irak) et le Gremmo (Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, Lyon). Le but de ce projet est de réaliser un ouvrage cartographique et analytique des dynamiques socio-spatiales du nord de l’Irak, publié en quatre langues (français, anglais, kurde, arabe).

Dans ce cadre, l’Ifpo a organisé les 2 et 3 octobre 2012, à Lyon, un colloque avec le soutien logistique du Gremmo. Il s’agissait, d’une part, de montrer en quoi la région kurde autonome, entre Syrie, Turquie et Iran, constitue une zone particulièrement fragile dans le contexte actuel d’instabilité et, d’autre part, de comprendre comment l’espace constitue un enjeu économique, politique et communautaire.

Ce colloque intitulé « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction » se proposait de comprendre les dynamiques économiques et politiques dans cette région frontalière à travers l’analyse des jeux d’acteurs qui contribuent à sa production (communautés, pouvoirs politiques, acteurs économiques).

Kurdistan d’Irak : les enjeux de l’autonomie

Depuis 2003, le nord de l’Irak vit une phase de développement économique sans précédent, suscitant de nouvelles dynamiques : enjeux pétroliers et frontaliers, reconquête des espaces ruraux et agraires, mise en réseau des centres urbains dans une économie régionale et mondiale, présence croissante des investisseurs étrangers dans les infrastructures, les communications, la distribution, ou encore problèmes nouveaux liés à l’accueil des populations réfugiées ou déplacées.

Cette région n’est plus désormais un espace autarcique. Elle témoigne des évolutions en cours dans un Moyen-Orient devenu à la fois instable et de plus en plus interdépendant. Mais plus encore, elle connaît un processus d’autonomisation politique qui n’est pas sans effets sur la production de l’espace : reconstruction de localités détruites durant l’ère Saddam Hussein ; rôle des investisseurs étrangers ; développement d’infrastructures de transport et commerciales (aéroports, nouveau réseau autoroutier, shopping-mall, etc.) ; développement de projets d’exploitations énergétiques, etc.

Ces nouveaux enjeux sont déterminants pour l’avenir de l’Irak mais aussi pour celui des pays voisins (Iran et Turquie). À ce niveau, se trament des luttes d’influence entre puissances régionales et des conflits potentiels dans un contexte marqué par le retrait des troupes américaines, la crise syrienne et le rôle accru de l’Iran, de la Turquie et des monarchies du Golfe sur la scène régionale.

Nous avons cherché à comprendre comment cette région pluriethnique et pluricommunautaire, point de passage obligé pour les populations de la région, cherche à se constituer en une entité autonome, dans le contexte actuel de tensions géopolitiques. Ce territoire en devenir participe d’une forte dynamique d’intégration économique régionale, alors que la situation est explosive et que les tensions avec Bagdad sont de plus en plus vives. En effet, l’un des enjeux du développement du Kurdistan réside dans sa capacité à s’autonomiser de Bagdad. Ceci passe inévitablement par une intégration régionale croissante et une interdépendance des systèmes économiques transfrontaliers (kurdo-turc ; kurdo-iranien), puisque ces dynamiques tendent de plus en plus à marginaliser la position de Bagdad, qui perd aussi son pouvoir d’attraction et de domination économique et politique. Sur ce plan, l’analyse socio-spatiale s’avère être une approche pertinente pour saisir le processus d’autonomisation de la région.

Enjeux autour de la construction d’un territoire kurde

Nous nous sommes d’abord intéressés aux enjeux sous-jacents à la construction territoriale d’une entité kurde en Irak. La délimitation de la frontière de la région autonome kurde cristallise des enjeux vitaux et symboliques : contrôle des villes de Mossoul et de Kirkouk ; maîtrise des ressources naturelles ; devenir des minorités. Le fait qu’un processus de construction politico-territorial scinde l’Irak en plusieurs entités pose des questions de délimitation (Khalil Ismail Mohammad, Université Salahadin, Erbil ; Alice Tawil, Université de Strasbourg). De part et d’autre de la ligne verte (établie au moment du cessez-le-feu entre les Kurdes et l’armée de Saddam Hussein en 1991, voir fig. 1), la zone dite « en discussion » est composée d’entités plurielles :

  • la zone 1 (en jaune sur la carte), peuplée de Kurdes, déjà largement intégrée à l’entité kurde ;
  • la zone 2 (orange), riche en hydrocarbures, peuplée en majorité de Kurdes arabisés, en proie à des conflits ;
  • la zone 3 (rouge), peuplée majoritairement d’Arabes, ayant vocation à être rattachée à l’Irak.
Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012

Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012 (@ C. Roussel, Ifpo) Cliquer sur l’image pour agrandir et voir les légendes.

C’est en principe un référendum, sans cesse ajourné, qui devrait décider du devenir de ces territoires : rattachement au Kurdistan ou à Bagdad. En attendant, les tensions restent vives entre les forces armées kurdes et arabes irakiennes.

La structuration du champ politique au Kurdistan d’Irak participe à la construction du territoire (Arthur Quesnay, Ifpo Erbil ; Adel Bakawan, Université d’Évry). La scène politique kurde irakienne s’est historiquement structurée autour d’enjeux nationalistes et de dynamiques transnationales qui peuvent expliquer la persistance de divisions. Toutefois, loin d’être figé, le paysage politique kurde fait face à d’importants mouvements de contestation populaire, animés entre autres par les partis islamistes qui s’opposent aux grands partis kurdes irakiens traditionnels (PDK et UPK). Mais la prédominance des partis kurdes historiques demeure un élément actif du processus de construction d’une entité kurde dans le nord de l’Irak.

L’enjeu démographique

Nous avons ensuite porté notre regard sur les structures de la population (diversité ethnique et religieuse, répartition territoriale, dynamiques migratoires, etc.), avec comme objectif de montrer le rôle du Kurdistan dans les déplacements de populations et dans les stratégies des minorités et des réfugiés y vivent. Le Kurdistan d’Irak joue, notamment depuis 2003, le rôle d’espace refuge pour des communautés religieuses irakiennes (chrétienne, sabéenne, yézidi). La protection des réfugiés et des minorités, chrétiennes surtout, peut être analysée comme une garantie de soutien du pouvoir kurde par les puissances occidentales (Peyman Shuqi, Université Salahedin, Erbil). La situation des réfugiés, déplacés et « returnies » est particulièrement prégnante dans le gouvernorat de Dohuk (Mohamad Abdulla Hamo, Office des déplacés et des migrations, Dohuk). Fuyant les violences en Syrie ou la répression en Turquie ou en Iran, des dizaines de milliers de réfugiés ont été accueillis au KRG (Kurdistan Regional Government) : kurdes à 80 %, chrétiens à 15 % et turkmènes/arabes à 5 % (fig. 2).

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d'Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo)

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d’Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

La gestion des réfugiés constitue un enjeu politique à double-tranchant pour le KRG : une possibilité d’arbitrage dans les conflits à ses frontières (Syrie) et de négociation avec son voisin (Turquie). Plus globalement, les facteurs explicatifs de la répartition du peuplement dans la région interrogent aussi le champ politique. La répression des années 1980 ordonnée par Saddam Hussein avait pour but de vider les campagnes et de forcer les populations à se déplacer dans des camps urbains sous contrôle de l’armée (Hewa Sadiq Saleem, Université Salahedin, Erbil). Aujourd’hui, différentes actions et mesures politiques tentent de « réparer » les conséquences de la guerre en subventionnant les populations pour qu’elles retournent dans leurs villages. Mais l’agriculture ne fait plus vivre qu’une frange infime de la société kurde.

L’enjeu des ressources naturelles

Les potentialités et les ressources traditionnelles de la région (agriculture, eau et pétrole) ont aussi fait l’objet de débats. Le secteur agricole, aux potentialités énormes, a accusé une baisse significative de la productivité ces dernières décennies en raison d’une combinaison de plusieurs facteurs : la destruction de près de cinq mille villages kurdes ; la réduction de la superficie des terres agricoles ; le maintien de méthodes agricoles archaïques dues au manque d’investissements dans les technologies modernes (Hashim Yaseen al-Hada, Université Salahedin, Erbil). Le cas du pétrole au Kurdistan irakien est tout autre, depuis que les compagnies étrangères cherchent à investir au KRG (Azad Mohammed Ameen Kaka Sheikh Naqshbandi, Université Salahedin, Erbil). Le secteur pétrolier est au centre des nouveaux enjeux de développement économique, en tant que principale source financière de la région, et aussi des tensions avec la capitale irakienne. De plus, ceci interroge la construction même de la région autonome en posant la question cruciale des délimitations frontières du KRG avec le reste de l’Irak et du statut controversé de Kirkouk.

L’enjeu frontalier

L’intégration régionale du KRG, à la confluence de plusieurs États, a été traitée dans la dernière partie du colloque. L’ouverture de la région autonome du Kurdistan d’Irak sur ses voisins a engendré des dynamiques économiques et humaines nouvelles (produits importés en masse avec l’argent du pétrole ; flux de migrants ; trafics illégaux de marchandises). L’analyse des circulations légales et illégales à la frontière avec l’Iran montre comment les acteurs économiques transfrontaliers se jouent des frontières pour participer à une intégration économique « par le bas » (Cyril Roussel, Ifpo Amman). Le rôle de région transfrontalière est probablement l’un des atouts majeurs du KRG (fig. 3).

Fig. 3 : flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak  (@ C. Roussel, Ifpo)

Fig. 3 : Flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak (@ C. Roussel, Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

Les échanges commerciaux entre la Turquie et le KRG sont également emblématiques des enjeux financiers et économiques qui structurent les rapports diplomatiques entre acteurs politiques régionaux (Mervé Ozdemirkiran, Sciences-po Paris, CERI). La Turquie s’est activement engagée dans le processus de reconstruction de l’Irak après 2003 ; les échanges économiques et les investissements des entrepreneurs originaires de Turquie dans la construction de nouvelles infrastructures constituent le moteur de ces relations. C’est aussi toute l’organisation du réseau urbain au sein du Kurdistan qui se reconfigure avec la mise en place d’une nouvelle économie régionalisée (Mr Samir Mahoo Jamil, Université Salahedin, Erbil). Sur le plan des échanges de marchandises et des investissements productifs, l’axe Turquie-Iran se renforce (par les villes de Zakho, Dohuk et d’Erbil au KRG), reléguant Bagdad à un rôle secondaire. Ce système régional tend de plus en plus à s’autonomiser vis-à-vis de la capitale irakienne.

Conclusion

Le Kurdistan d’Irak continue à porter les traces et les séquelles d’un espace « violenté » (déplacement de populations ; métropolisation à marche forcée, combats armés, etc.) et fragmenté (entre communautés, entre partis politiques mais aussi entre familles de part et d’autre de la ligne verte), compensé, il est vrai, par des atouts naturels (eau, terres arables, ressources énergétiques). Cependant, le KRG subit des effets du contexte géopolitique régional. Le processus de construction du Kurdistan est en partie dépendant des grands acteurs régionaux du Moyen-Orient qui sont aussi ses voisins immédiats. L’Iran, la Turquie et la Syrie ont une influence substantielle sur l’économie du KRG mais aussi sur la démographie même du territoire kurde (mouvements de réfugiés, de combattants, de travailleurs, d’investisseurs). Ces acteurs régionaux interviennent également dans le champ du politique kurde, tentant de tirer les ficelles, en soutenant telle ou telle coalition, telle ou telle organisation. La question transfrontalière reste donc extrêmement prégnante dans ce processus politico-économico-spatial. L’avenir du Kurdistan dépendra aussi de sa frontière avec le reste de l’Irak qui suit pour l’instant la ligne verte (fig. 1). Le statut de Kirkouk et des gisements de pétrole, la forme du réseau urbain (Mossoul), et surtout le devenir de centaines de milliers de Kurdes constituent des enjeux humains qui méritent sans doute de nouvelles investigations scientifiques.

Pour citer ce billet : Cyril Roussel, « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 14 février 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4811

Cyril Roussel

Cyril Roussel est géographe, membre de l’Ifpo depuis septembre 2010. Il travaille sur les mouvements migratoires au Moyen-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/cyril-roussel

Tous les billets de Cyril Roussel

De crise en crise, l’horizon problématique du couple Liban Syrie

Statue de Hafez El Assad à l’entrée sud de Baalbek en 2004 (Cliché K. Bennafla, 2004)
Mes recherches…

Mes recherches pour écrire un ouvrage sur le couple Syrie-Liban se poursuivent depuis bientôt dix ans. Heureusement pour moi (malheureusement pour les Libanais et les Syriens) elles n’ont pas perdu leur caractère d’actualité. Au contraire, la terminaison dramatique du contrôle militaire syrien sur le Liban (2005) et, quelques années plus tard, les débordements au Liban de la crise syrienne (2011- ?) ont ravivé leur pertinence.

Quelle lenteur pourtant à produire un texte ! Or, cette lenteur ne s’explique pas tant par l’ouverture de nouvelles sources (biographiques en particulier) ou la prise en compte de développements récents que par la complexification et, je l’espère, l’enrichissement de mes réflexions sur la formation des États au Proche-Orient et de la construction problématique du sujet.

De quoi s’agi(ssai)t-il ? Au commencement de cette recherche, accablée intellectuellement et moralement par les apories de la « sortie de guerre » libanaise, je me posais les questions politiquement incorrectes de l’historicité de l’État libanais,  (je suis une élève de Maxime Rodinson qui prédisait que l’État d’Israël ne durerait pas plus de cent ans), de la « consolidation démocratique » par le confessionnalisme politique[1], et même de la pertinence fonctionnelle de ce petit pays dans un monde « apolaire, fragmenté et anomique »[2]. Pour dépasser les sempiternels débats libano-libanais, c’est en regard de, en lien avec, à l’encontre de, la trajectoire syrienne qu’il me fallait comprendre celle du Liban et penser son avenir.

RI ou sociologie comparée ?

Alors, étude de relations internationales ou analyse de politique comparée ? Ni tout à fait l’une ni tout à fait l’autre – les deux, plutôt. Il est superflu de rappeler que la discipline classique des Relations internationales a pris un sérieux coup de jeune grâce aux avancées depuis trente ans des perspectives constructivistes[3] puis de la sociologie inter- et transnationale[4]. Le Liban et la Syrie, en l’occurrence, sont tout sauf des entités finies et compactes, de lisses « boules de billard » s’effleurant à leurs marges. D’ailleurs, si les relations internationales se pratiquaient comme un jeu de boules (pour prolonger la métaphore) on aurait lieu de s’étonner que le Liban-cochonnet résiste au tir syrien. C’est pourquoi, en prenant en compte la complexité des trajectoires historiques dans l’espace socio-politique syro-libanais depuis un siècle, cette recherche se veut une contribution à la réflexion sur les recompositions de la scène internationale et sur les mutations de l’identité nationale et de la souveraineté.

La sociologie internationale a donc nourri mes interrogations. Par exemple, j’ai eu la chance de bénéficier des travaux de chercheurs du CERI (à Sciences Po Paris) comme Bertrand Badie, Didier Bigo et Jean-François Bayart[5], qui ont ouvert les frontières géographiques et conceptuelles de l’analyse de la scène internationale. J’ai tenté de suivre leurs leçons en allant travailler en 2001 au Center for International Studies de Princeton dirigé par Michael Doyle, pionnier de la prise en compte des domestic structures dans les études comparatives de politique étrangère[6]. Aussi étrange que cela parût aux savants professeurs des Near Eastern Studies (Bernard Lewis me suggéra alors de tenter une comparaison du couple Syrie-Liban avec le couple Jordanie-Palestine « en laissant Israël à l’écart »), la lecture d’une abondante production scientifique sur les relations entre les deux Allemagnes et leur réunification fut l’occasion d’une prise de distance pour réfléchir à Liban et Syrie. Elle m’a incitée en particulier à penser la formation des cultures nationales comme un phénomène processuel et à mettre en exergue la question de la démocratisation dans le moment du désengagement syrien du Liban. Ainsi, mon travail ne porte pas seulement sur les relations entre les deux pays. Il doit servir à éclairer la nature et le fonctionnement de chacun d’entre eux, son régime politique et la trajectoire de son économie, en les examinant au regard de références à des valeurs et des projets collectifs/nationaux. Il vise à mettre au jour leurs structures et leurs dynamiques sociales, et à repérer des schèmes politiques partagés ou distincts à travers l’étude des modes d’articulation entre l’État et la société de chacun d’eux.

L’histoire sociale et politique à la base de ma démarche

Fondamentalement, ce sont des interrogations suscitées par les trajectoires historiques libanaise et syrienne qui sous-tendent cette étude[7]. Par quels cheminements ces deux entités jumelles découpées par la même puissance mandataire dans les territoires arabes de l’Empire ottoman déchu ont-elles suivi des trajectoires parallèles puis divergentes jusqu’au conflit ? Peut-on comprendre ces différences en faisant référence à leurs dépendances au chemin respectives ? Quelle est la part des représentations collectives et des pratiques sociales résilientes dans le temps long, quelle est la part des interactions avec un environnement régional et international tumultueux, quel rôle jouent les crises et les accidents, dans les transformations successives de chacune d’elles et de leurs relations au cours de la période concernée ? Comment ont été conçues et naturalisées les institutions sociales, et surtout les institutions politiques, qui organisent les convergences, les spécificités et les connections entre les deux sociétés et les deux politès ? Quels individus et quels groupes ont imprimé leur marque à ces relations à une période donnée ?

Notons que la perspective historienne n’inspire pas la recherche de causalités linéaires ou d’explications finales. Plutôt que de noter des effets induits par les événements, ce sont des moments et des dynamiques que l’approche historienne suggère de retenir dans leur temporalité propre pour en comprendre les significations[8].

Le cadre chronologique que je me suis fixé approximativement (ceci n’est pas une recherche en histoire) et logiquement a pour point de départ la séparation par la France en 1918-1922 des deux entités qui deviendront les républiques indépendantes libanaise et syrienne après la Deuxième guerre mondiale. Le terminus sera dicté par l’accomplissement de l’exploration des thèmes que j’ai identifiés ; l’étude contiendra vraisemblablement une conclusion ouverte puisque la fin du travail ne sera pas la « fin de l’histoire ».

J’ai accumulé un matériau copieux même s’il est incomplet. Outre les ouvrages d’histoire sur la fin de la période ottomane, la Première guerre mondiale et les Mandat français, j’ai pu avoir accès à la presse et aux archives diplomatiques américaines, britanniques et françaises ; j’ai bénéficié de la parution récente de mémoires et de biographies, et mené quelques entretiens avec des acteurs politiques. J’utilise aussi des ouvrages d’analyse comme le livre de Youssef Chaitani[9] sur la crise syro-libanaise de 1946-1950, celui de Emma Lundgren[10] sur les frontières de la Syrie ou celui d’Elisabeth Meur[11] sur les années 1998-2005 de la présence syrienne au Liban. Sans compter ma part d’observation directe puisque cette recherche a démarré alors que j’étais en poste à Beyrouth au Centre d’Études et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain (aujourd’hui IFPO) de 1997 à 2000.

Structure de l’ouvrage

Ce travail n’ambitionne pas d’être exhaustif : l’incitation des éditeurs académiques à faire dense et court satisfait ma paresse. Écartant le travail titanesque d’une narration qui couvrirait près d’un siècle, évitant les chemins étroits de l’analyse déductive, j’ai choisi de retenir une demi-douzaine de terrains – objets circonscrits et moments délimités – dans lesquels enraciner mes questionnements, à chaque fois avec un déplacement de perspective disciplinaire, laquelle reste principalement politologique. Il s’agit de problématiser l’objet retenu en l’observant dans son épaisseur, en étudiant la configuration qui chevauche la frontière entre les deux États et en exposant l’interdépendance des agents qui l’animent[12].

Sur un mode que j’espère ne pas être trop arbitraire, j’ai donc choisi de limiter l’étude de chacun de ces terrains/thèmes dans une séquence chronologique découpée dans la période 1920-2013 et rédigé ainsi les trois premiers chapitres. Sans trop de difficultés (et j’espère sans obscurité ni illogisme) les thèmes s’enchaînent dans une succession chronologique qui permet de balayer la période, ou plutôt d’y opérer des sondages. Et si à chaque séquence correspond l’examen d’un thème particulier, celui-ci est référé au processus de sa formation et les questionnements qu’il suscite sont prolongés au-delà de la séquence, jusqu’à être actualisés dans la problématique actuelle du couple Liban-Syrie.

 1. Territoires, frontières, la formation inachevée de deux États-« nations »

Ce chapitre se place dans le cadre du système international en mutation lors du passage de l’Empire aux États sous mandat, puis de la décolonisation. Le processus de construction de deux souverainetés étatiques séparées se déroule de 1920 à 1946, et reste inachevé. Il laisse au cœur  des relations syro-libanaises un contentieux portant sur des différends territoriaux, juridiques et diplomatiques. Il fait des constructions étatiques libanaise et syrienne un champ politique unique tissé de continuités et parfois d’indistinctions, autant d’atouts et de contraintes pour les dirigeants des deux pays.

Tandis que la nostalgie et l’irrédentisme à l’égard de l’unité arabe au Levant constituent un ressort durable de la politique étrangère syrienne, il n’est pas désormais de débat politique au Liban qui soit dégagé des questions « nationales » (arabes), lesquelles déterminent le statut ultime de l’État.

2. Les voies divergentes de l’économie politique : complémentarités, rivalités, alignements

La gestion par la puissance tutélaire des infrastructures territoriales, les héritages respectifs des métropoles du Levant, les mutations de l’économie internationale et, plus immédiatement, les bouleversements induits par la création d’Israël, précipitent la distinction des fonctions territoriales de chacun des deux États et des pratiques de leurs acteurs économiques. La crise de 1946-1950 qui se solde par la rupture des « Intérêts communs » consacre pourtant l’interdépendance entre les deux économies nationales, laquelle repose sur l’existence même de la frontière, vecteur d’échanges[13]. Une hypothèse de ce chapitre est que cette interdépendance est sous-tendue par un ethos partagé qui nourrit le contournement des États par de puissants réseaux (à la fois réseaux identitaires et réseaux d’intérêt) transfrontaliers.

Ouvriers agricoles syriens dans la Bekaa, Cliché Karine Bennafla, 2005

Ouvriers agricoles syriens dans la Bekaa (Cliché K. Bennafla, 2005)

Après la fin de la guerre civile libanaise, dans les décennies 1990 et 2000, la reconstruction libanaise et la libéralisation syrienne restent intriquées par des intérêts croisés (corruption ; économie prédatrice), tandis que les relations bilatérales sont institutionnalisées par une série d’accords sectoriels. La coopération/l’intégration économique syro-libanaise imposée par Damas a des effets structurants sur la stratification sociale (travailleurs syriens au Liban) et sur la politique économique de chacun des États.

Comme le suggère Ohmae, encore une fois à propos des Chines[14], l’observation de la « région économique » syro-libanaise dans la période récente doit être conduite en regard de la globalisation de l’économie afin de mettre en lumière les effets dans les deux pays de l’entrée de la Syrie dans la modernité économique (décennie 2010).

3. Construction nationale et souveraineté des États en regard des enjeux stratégiques régionaux

Ce chapitre englobe tant la transposition de la Guerre froide au Moyen-Orient (la « Guerre froide arabe ») que l’exacerbation du conflit israélo-arabe (guerres de 1967, 1973 et 1982) et la mise en exergue de la fracture « de civilisation » entre Islam et Chrétienté. Le couple Syrie-Liban est examiné dans les décennies 1950 et 1960 quand les États-Unis maintiennent le Liban comme une hétérotopie face à la vague nassérienne et à la pénétration soviétique ; puis durant la guerre civile libanaise (1975-1990), appréhendée comme un épisode local du conflit israélo-arabe ; cette conflictualité structurante (tactiques israéliennes, ambitions syriennes et unification de l’espace militaro-stratégique syro-libanais) est même prolongée dans les décennies suivant la guerre et le désengagement syrien par la « résistance » du Hezbollah.

Plutôt que de s’attacher aux justifications et aux actions diplomatiques et militaires – et à leurs effets (sur cet énorme sujet nous disposons déjà d’une abondante littérature)  – ce chapitre considère les antagonismes, les conflictualités, les négociations et les accords comme le champ d’expérience des élites dirigeantes dans les deux États ; en les prenant pour analyseurs, il cherche à restituer l’univers de sens de ces élites et à cerner leurs projets concernant l’identité et la souveraineté nationales. A la suite des travaux de Raghid el-Solh[15] et de Caroline Attié[16], et en me fondant également sur plusieurs ouvrages de Patrick Seale[17], ce chapitre propose de dépasser l’analyse réaliste (rapport de puissance militaire, conflits territoriaux et de ressources, en eau notamment…) pour inscrire le jeu des acteurs syriens et libanais dans une perspective constructiviste[18].

4. Le différentiel démocratique : ce que dévoile et exacerbe l’intifâdha libanaise de 2005

La défaite cuisante de la domination syrienne au Liban est le point d’orgue d’un débat de plusieurs années (2000-2006) portant sur la différenciation et l’interdépendance des scènes politiques des deux pays, que Samir Kassir a synthétisées en une formule magistrale : « indépendance du Liban et démocratisation de la Syrie sont liées »[19].

L’unification de l’espace politique syro-libanais par les dirigeants ba’thistes de Syrie pendant et après la guerre civile libanaise est analysée ici au-delà de ses dimensions militaro-stratégiques et des logiques d’accumulation pour décrypter les systèmes politiques de chacun des deux États :  l’asservissement du Liban est le prolongement de la domination que le régime de Assad exerce sur le territoire syrien ; il est mis en œuvre par des institutions militaires et sécuritaires consubstantielles du pouvoir autocratique, par le truchement desquelles l’ État opprime la société en Syrie. « L’intifâdha de l’indépendance » en 2005 à Beyrouth opère comme un boomerang dans l’espace politique syrien, où les mobilisations d’intellectuels et d’activistes osent mettre à nu les appareils de la dictature et le mensonge idéologique de l’adéquation sans médiation entre l’ État et « son peuple ». La déclaration Beyrouth Damas de 2006 à l’adresse du régime consacre en la dénonçant cette interdépendance[20].

L’hypothèse ici est que le processus a été réflexif. Depuis le départ forcé des forces syriennes, la scène libanaise n’a connu aucun répit : invasion israélienne, insurrection palestino-salafiste, affrontements confessionnels ; loin de recouvrer son autonomie, elle est paralysée par les surenchères des gouvernants. L’exemplarité démocratique libanaise ne serait-elle qu’un argument rhétorique pour masquer le  conservatisme et les connivences des élites ? Les interrogations sur la capacité du confessionnalisme politique à consacrer la démocratie se multiplient. Et pourtant, en même temps, l’existence d’un État de droit, même imparfait, autorise au Liban la conversion des nouvelles mobilisations de la société en stratégies politiques[21]. Le « système libanais » reste flexible, à la différence de celui de la Syrie qui va craquer.

Aujourd’hui, « Deux États, un seul… champ de bataille ? »

Le dernier et dramatique épisode qui se joue sur la scène locale est celui de l’irruption, de l’extension et de l’approfondissement, et de la militarisation de la crise syrienne à partir de mars 2011. Son traitement devra prolonger et renouveler, sans les modifier dans une lecture rétrospective, les analyses de chapitres précédents. Mais il est aujourd’hui difficile de dégager ses significations et ses implications. Non pas qu’il faille attendre un dénouement à la crise pour la qualifier ni que celle-ci ne doive être lue que dans une perspective téléologique ; plutôt parce que les clameurs médiatiques couvrent des processus et des changements peut-être plus importants que ceux qu’elles dénoncent.

Il ne fait pas de doute qu’à la faveur d’un effritement accéléré de la scène politique libanaise (que ne masquent pas les dichotomies journalistiques « 14 mars »-« 8 mars » ou sunnites-chiites) la crise syrienne, qui se nourrit elle-même de fractures domestiques radicales, déborde sur le territoire, dans l’espace social et dans le champ politique libanais. Pour en comprendre les moments et les dynamiques, il est utile d’identifier des sites où s’exposent les intrications et les enjeux de la relation syro-libanaise, et de varier la focale d’observation. Par exemple, à l’échelon local, étudier et interpréter l’investissement de zones frontalières du nord de la Beqaa par des acteurs économiques, culturels puis militaires des deux pays ; à l’échelon international, tracer la généalogie des mobilisations diasporiques dans les pays occidentaux, des Amis du Liban qui organisèrent le lobby de Rafic Hariri à Washington dans les années 1990 aux Amis de la Syrie patronnés par la France ; au niveau des deux États, reposer la question de l’exercice de la souveraineté par les forces armées légales ; etc.

L’hypothèse sous-jacente est que la reconfiguration en cours d’un champ de bataille unifié dans lequel la violence accule à des labellisations et des stratégies confessionnelles et ethniques[22], n’opère pas à sens unique. En regard, et à l’encontre, des dénonciations par tous les secteurs politiques libanais de la dangerosité du spill-over de la guerre en Syrie sur le théâtre libanais, et parce que ces dénonciations sont largement fondées, il faut examiner les processus par lesquels divers acteurs (politiques, économiques, sociétaux) au Liban s’impliquent dans la crise syrienne et l’investissent pour s’en faire un levier dans leurs stratégies domestiques.

Ainsi, la continuité analytique que suppose une prise en compte dépassionnée des flux symboliques et matériels transfrontaliers ne laisse pas d’interroger la discontinuité instaurée par la création et la reconnaissance internationale des deux États.

Le 31 janvier 2013

[2] Badie, B., La diplomatie de connivence, Paris, La Découverte, 2011, p. 19-101.

[3] A la suite d’Alexander Wendt. Cf. Wendt, A., « Anarchy is what States Make of it: the Social Construction of Power Politics », International Organization 46 (2), 1992, p. 391-425.

[4] Depuis la parution de l’ouvrage phare de James Rosenau. Rosenau, J., Turbulence in World Politics: A Theory of Change and Continuity, Princeton, Princeton University Press, 1990.

[5] Badie, B., Les deux Etats. Pouvoirs et société en Occident et en terre d’Islam, Paris, Fayard, 1986 ; Bayart, J.-F., “Les trajectoires de la République en Iran et en Turquie : un essai de lecture tocquevillienne” in G. Salamé, dir., Démocraties sans démocrates, Paris, Fayard, 1994, p. 373-95 ; Bigo, D., « Political Sociology and the Problem of the International », Millenium : Journal of International Studies, 35 (3), 2007, p. 725-39.

[6] Doyle, M., & Ikenberry, J., eds., New Thinking in International Relations Theory, Boulder, Westview, 1997.

[8] Farge, A., « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain 38, 2002, p. 69-78.

[9] Chaitani, Y., Post-colonial Syria and Lebanon: the decline of Arab nationalism and the triumph of the state, Londres, I. B. Tauris, 2007.

[10] Lundgren, E., Beyond the Border. Syrian Policies toward Territories Lost, Universität Uppsala, 2011.

[11] Meur, E., Liban-Syrie: inextricables destins? : Etude des relations libano-syriennes de 1998 à 2006, Bruxelles, P. Lang, 2012.

[12] On aura bien sûr reconnu les propositions fondatrices de Norbert Elias.

[13] Je m’inspire ici des travaux de Françoise Mengin sur les Chines, autre comparaison heuristique découverte à Princeton. Mengin, F. & J.-L. Rocca, dirs., Politics in China: Moving Frontiers, New York, Palgrave Macmillan, 2002.

[14]Ohmae, K., “The Rise of the region state”, Foreign Affairs 72 (2), 1993, p. 78-87.

[15] El-Solh, R., Lebanon and Arabism. National Identity and State Formation, Londres, I. B. Tauris, 2004.

[16] Attié, C., Struggle in the Levant. Lebanon in the 1950s, Londres, I. B. Tauris, 2004.

[17] Bien sûr Asad of Syria. The Struggle for the Middle East, Londres, I. B. Tauris, 1998 ; mais aussi La lutte pour l’indépendance arabe : Riad El-Solh et la naissance du Moyen-Orient moderne, Fayard, 2010 – lu en regard de la biographie de Solh par Ahmad Beydoun, Riad al-Sulh fî Zamânihi,  Beyrouth, Dâr al-Nahâr, 2011.

[18] Donnan, H. & Wilson Th., Borders. Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford, Berg.

[19] Qasir, S., Dîmuqrâtiyat Suriya wa-Istiqlâl Lubnân, al-Bahth ‘an Rabî’ Dimashq, Beyrouth, Dar al-Nahâr, 2004.

[20] “Muthaqqafûn Sûriyûn wa Lubnâniyûn yûqi’ûn i‘lânân lil-mutâlaba bi-tashîh al-‘ilâqât bayna l-baladayn”, Akhbâr al-Sharq, Damas, 12 mai 2006.

[21] Ben Nefissa, S., « Mobilisations et révolutions dans les pays de Méditerranée arabe à l’heure de l’hybridation du politique : Egypte, Liban, Maroc, Tunisie. Introduction », Revue Tiers Monde h.s., 2011, Protestations sociales, révolutions civiles : transformation du politique dans la Méditerranée arabe, p. 5-24.

[22] Fearon, J. & Laitin, D., « Violence and the Social Construction of Ethnic Identity », International Organization 54 (4), 2000, 845-77.

 

Pour citer ce billet : Picard Elizabeth, « De crise en crise, l’horizon problématique du couple Liban Syrie », Carnets de l’IREMAM, 11 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2056 (date de consultation)

 

Elizabeth Picard

En savoir plus sur Elizabeth Picard sur le site de l'Iremam.

More Posts - Website

De l’importance de protéger les arbres à encens

Dans mon premier billet publié sur ce blog, je faisais allusion à la réalité écologique que constitu…

Dans mon premier billet publié sur ce blog, je faisais allusion à la réalité écologique que constitue la disparition des arbres à encens. Durant ma visite dans le Dhofar, j’ai pu constater qu’en effet ces arbres peuvent être menacés de disparition s’ils ne sont pas protégés et entretenus.

En Oman, l’encens et sa source, le Boswellia Sacra, font partie de l’identité même du pays. Cela est visible de façon assez superficielle à travers la création du parfum Amouage, voulue par le Sultan al-Qaboos lui-même, et de façon plus concrète à travers l’inscription à l’UNESCO du “Territoire de l’encens”. Cette appellation regroupe des sites archéologiques en lien avec le commerce de l’encens (sur lesquels je reviendrai), ainsi que la réserve d’arbres à encens située dans le wadi Dawkah.

Wadi Dawkah se situe à environ 40 km au nord de Salalah, à la limite du plateau dominant la plaine de Salalah. La réserve s’étend sur presque 1 km du nord au sud, et sur 340 m de largeur d’est en ouest et compte 5000 arbres. L’image satellite montre bien que les arbres ont été plantés de main d’hommes au sein de la réserve. Les alignements réguliers d’arbres tranchent avec leur répartition naturelle aléatoire au sein du wadi, à l’extérieur de l’enclos.

Vue satellite de la réserve de Wadi Dawkah.

Au sein de la réserve, les arbres  sont gardés et entretenus par un jardinier qui incise régulièrement les arbres afin de récolter la résine qui est vendue au nom du gouvernement omanais. Il réalise des incisions régulièrement, puis il laisse la résine sécher 4 à 5 mois avant de venir la chercher, lorsqu’elle est dure comme de la pierre. Le prix de vente directe de la résine récoltée à Wadi Dawkah est de 20 Rials Omanais le kilogramme, soit environ 40€.

 

 

 

 

 

Les arbres protégés par un grillage évitent ainsi de se faire grignoter par les dromadaires qui passent auprès et se régalent des feuillages. Alors que les arbres protégés dans la réserve montrent un feuillage assez dense, les arbres se trouvant en dehors sont pelés à leur base. Seuls les arbres ayant atteint une hauteur assez élevée échappent à la voracité des dromadaires.

Chameau en train de manger les feuilles de Boswellia. (c) S. Le Maguer.

La reproduction des arbres à encens se fait justement dans leur feuillage. C’est au bout des branches que se trouvent les jeunes feuilles qui donnent des fleurs, qui elles-mêmes donnent ensuite les graines. Si cette partie de l’arbre est trop souvent mangée, alors l’arbre aura non seulement du mal à se régénérer, mais il ne pourra pas non plus se reproduire, mettant en sursis la survie de l’espèce.

Fleur d’arbre à encens. (c) S. Le Maguer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe une autre réserve située à Mughsayl, à seulement 8 km à l’ouest de Raysut. Cette réserve s’étend sur environ 1 km de long contre le wadi situé en contrebas, dans lequel se trouvent des arbres à encens laissés à leur état naturel. Malheureusement, il n’y avait personne sur le site, et seul un panneau indique que le site appartient à la baladiyya de Salalah.

Enfin, le jardin botanique situé à côté du site d’al Balid abrite une pépinière remplie d’arbres à encens destinés à être replantés dans ce même jardin afin d’être facilement montrés au public.

Il existe ainsi des sanctuaires pour les Boswellia en Oman, au côté desquels se trouvent encore des arbres à l’état sauvage, souvent non exploités. Si l’encens n’est plus (et de loin) la source de revenu principale en Oman, les Omanais n’en sont pas moins attachés à leurs arbres et ont trouvé le moyen de les valoriser d’une autre façon, en lien avec le développement touristique.

 

 

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website - LinkedIn

Gaza, novembre 2012 : une ‘victoire’ de Hamas pour quoi faire ?

Les 25 ans de Hamas et l’opération ‘Pierres d’argile’ Source : Palestinien I…

Les 25 ans de Hamas et l'opération 'Pierres d'argile'

Les 25 ans de Hamas et l’opération ‘Pierres d’argile’ Source : Palestinien Information Center

Lancée par Israël le 14 novembre 2012, la plus récente opération menée contre la bande de Gaza s’est achevée le 21 sur un accord de cessez-le-feu doté d’une garantie égyptienne, adopté par Israël, Hamas et le Mouvement du Jihad islamique en Palestine (MJIP) et accompagné d’une navette de la secrétaire d’État américaine. Au sortir des affrontements, les instituts d’analyse stratégique proches de l’establishment sécuritaire israélien ont communément conclu au succès du gouvernement de Benjamin Netanyahu tant d’un point de vue militaire que diplomatique[1]. Les parties palestiniennes, pour leur part, ont revendiqué une victoire sans conteste, victoire que Hamas tout particulièrement a cherché à exploiter face à ses rivaux de Ramallah.

Dès le 18 novembre, Freih Abu Middein publiait un article dans le quotidien Al-Quds Al-‘Arabî de Londres dans lequel il rapprochait la riposte palestinienne aux opérations israéliennes de la bataille de Karameh de 1968[2]. Ancien bâtonnier de la bande de Gaza et ministre de la Justice de Yasser Arafat, figure nationaliste aux attachements nassériens, il s’interrogeait ainsi sur la capacité des événements en cours à engendrer une dynamique nationale nouvelle et puissante. La bataille de Karameh mais aussi la guerre israélo-arabe de 1973 avaient, en leur temps, fait l’objet d’approches contradictoires, victoire pour les uns, défaite ou semi-défaite pour les autres. Dans les deux cas, pourtant, un discours arabe de la victoire avait bénéficié d’une crédibilité suffisante pour initier un processus de transformation politique et diplomatique porté par des personnalités emblématiques. En 1968, la résistance manifestée face à l’armée israélienne par les organisations de fedayin dans la vallée du Jourdain avait ainsi débouché sur leur structuration organisationnelle, une capacité à élargir leur recrutement et, in fine, à leur prise de pouvoir au sein de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) un an plus tard emmenées par Yasser Arafat, George Habache et d’autres. Pareillement, la ‘victoire’ arabe de 1973, dès lors que l’affront de 1967 était censé avoir été lavé, avait permis à Anouar Sadate de prendre l’initiative en vue d’une négociation de paix avec l’ennemi.

Cette contribution se propose de prolonger la réflexion de Freih Abu Middein en interrogeant les effets sur la scène locale et régionale du discours de la ‘victoire’ militaire palestinienne[3] de novembre 2012, tout en refusant d’entrer dans le débat sur le degré de réalité ou de fiction d’une telle victoire. Il s’agira d’examiner les effets, dans un premier temps, de l’opération israélienne sur la nature des rapports entre Israël et Gaza –et à travers Gaza, la Palestine tout entière– et, dans un deuxième temps, de la cristallisation de cette ‘victoire’ autour de la personne de Khaled Mechaal, chef du bureau politique de Hamas. A partir de là, il sera possible d’évaluer si la scène politique et diplomatique palestinienne, soumise ces dernières années à une véritable glaciation, serait en passe, comme l’annoncent tant Hamas que Fatah, de connaître un séisme qui déboucherait sur une réconciliation périodiquement annoncée puis gelée. Dans l’hypothèse d’une absence de concrétisation d’une telle réconciliation, probable selon mon évaluation, quelques pistes de réflexion sur les mobilisations à attendre en Palestine seront proposées en conclusion.

La ‘victoire’ de Hamas sur Israël

Le conflit de novembre[4], selon toute vraisemblance, n’apportera sur le court terme aucun changement notable dans la nature des rapports entre Israël et Palestine : une simple dissuasion militaire par rapport à la bande de Gaza concédée à Hamas pour être isolée de la Cisjordanie en l’absence de tout règlement politique de la question palestinienne. A part quelques mesures –symboliques– de solidarité avec Gaza (déclarations de son président ou visites du Premier ministre dans la bande), l’Égypte post-Moubarak a elle-même, une nouvelle fois, confirmé son engagement à respecter le traité de paix avec son voisin sans exiger de remise à plat des relations israélo-arabes sur le dossier palestinien ; elle a ainsi assumé le rôle de médiateur entre Palestiniens et Israéliens (et entre Palestiniens eux-mêmes) traditionnellement dévolu à ses services de renseignement mais a néanmoins accru son engagement en faisant de la présidence l’une des parties du cessez-le-feu obtenu[5]. Les divers « printemps », quant à eux, n’ont pas eu d’impact notable sur la gestion arabe du conflit au-delà de simples manifestations de solidarité guère plus que symboliques. Par un manque d’engagement quasi général, enfin, la communauté internationale n’a elle non plus manifesté aucune velléité de changement, se déchargeant une nouvelle fois sur les États-Unis pour stabiliser la région selon le schéma en cours depuis des années. A tous les échelons –international, régional, local–, interviennent ainsi des logiques de préservation des acquis et de gestion a minima du statu quo.

Le choix israélien

La séparation de Gaza de la Cisjordanie demeure le choix fondamental de la puissance toujours occupante du fait de son contrôle des abords de la bande de même que de ses espaces aérien et maritime. Mis en œuvre à partir de 2005 avec le retrait unilatéral de l’armée israélienne et des colons, ce choix avait bénéficié du concours attendu des parties palestiniennes en 2007[6],  date de son aboutissement avec l’octroi par Israël de la concession de la bande à Hamas. Les Palestiniens, une nouvelle fois, auront été en « zugzwang », comme aux échecs contraints par le gouvernement israélien de jouer un coup perdant : Hamas présidait dorénavant aux destinées de la bande de Gaza en toute exclusivité quand la Cisjordanie se trouvait récupérée par Fatah, pourtant défait lors des élections législatives de 2006. Toujours plus déchirée, la Palestine voyait ainsi s’affaiblir plus encore sa capacité à faire entendre sa voix d’autant plus que leur combat contre la revendication nationale palestinienne était travestie par les gouvernements israéliens successifs en lutte contre le terrorisme international ; accusé de constituer aux portes d’Israël le bras armé de l’Iran et le point d’entrée d’Al-Qaïda, le mouvement islamiste devenait un ennemi bien utile.

A l’opposé de toute politique visant à l’éradication de Hamas, ce choix israélien s’est une nouvelle fois exprimé dans la gestion politique de l’opération de novembre, une opération dont je continue à contester l’approche en termes d’escalade tactique initiée par Hamas[7]. Réservant les injonctions du Quartet aux seuls pays tiers, Israël –avec l’accord des États-Unis– a confirmé Hamas dans son statut de premier interlocuteur tant dans la négociation du cessez-le feu que dans les diverses étapes qui se sont succédé jusqu’à ce jour[8]. Pour la première fois, cependant, le MJIP, principal allié palestinien de l’Iran, était directement et officiellement associé au processus –au moins provisoirement comme il sera dit plus bas– avec la participation aux négociations du Caire de son secrétaire général, Ramadan Shallah, et de son numéro deux de Gaza, Ziyad Nakhkhala. Hamas, pourtant, n’était que très minoritairement responsable du réchauffement de la frontière lequel, selon Israël, justifiait son opération. La majorité des opérations et tirs de roquettes en 2012 avait, en effet, été le fait de groupes salafistes incontrôlés, du MJIP et du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Par ailleurs, l’Autorité palestinienne en charge de Gaza n’existe dans ce processus que dans un lien de subsidiarité, réduite à n’être que l’exécutante d’une politique dont la responsabilité incombe à un mouvement politique, Hamas, éventuellement associé au MJIP. A l’exception de Z. Nakhkhala, en effet, les négociateurs du cessez-le-feu résident tous à l’extérieur de la bande ; aucun ne détient une quelconque responsabilité au sein de l’Autorité exécutive ni ne bénéficie de mandat électif.

La bande de Gaza : le blocus
Source : PASSIA

La reconduction du choix israélien peut également être repérée dans les concessions accordées au terme de la négociation du cessez-le-feu[9]. En effet, en acceptant de repousser les limites du blocus maritime de 3 à 6 miles comme c’était le cas avant la prise de contrôle exclusif de Gaza par Hamas, de réduire la largeur de la zone interdite d’accès le long de la frontière (qui constitue quasiment le tiers de la superficie cultivable de la bande), de permettre l’entrée depuis Israël de gravier pour la construction et d’ouvrir l’examen de nouveaux allégements du blocus terrestre, la partie israélienne a offert à la partie palestinienne un peu de quoi faire « oublier » auprès de sa population les destructions et les morts[10] dont pourtant la responsabilité lui incomberait exclusivement selon la même partie israélienne. L’engagement à ne plus mener d’éliminations ciblées pouvait, quant à lui, satisfaire quelques cadres éventuellement réticents.

Ce même choix israélien a été formulé un mois plus tard lorsque le feu vert a été accordé à K. Mechaal, Moussa Abou Marzouk, son adjoint, et certains autres hauts responsables pour leur entrée dans la bande. Israël leur permettait ainsi, en toute connaissance, de constituer le clou de la mise en scène spectaculaire de la victoire militaire du mouvement à l’occasion du 25e anniversaire de sa fondation. Au même moment, cependant, R. Shallah se voyait interdit d’entrée, menacé de faire l’objet d’une élimination ciblée. L’association du MJIP au processus trouve ici ses limites : c’est bien à Hamas de contrôler l’ensemble de la scène gazaouie et, par corollaire, de gérer les éventuelles divergences entre les intérêts iraniens, dont le MJIP se fait en partie l’expression, et les siens propres.

Ses limites

Cinq ans après avoir obtenu la séparation de Gaza de la Cisjordanie, Israël demeure prisonnier des contradictions nées de son refus d’envisager une quelconque solution définitive pour son conflit avec les Palestiniens. Les Autorités de Ramallah comme de Gaza, en effet, font l’objet d’une responsabilisation sécuritaire avec la charge d’anticiper tout ce qui menacerait la sécurité rapprochée de l’occupant. Toutes deux, pourtant, font parallèlement l’objet de proclamations d’illégitimité à constituer un interlocuteur valable pour un accord définitif, qu’il s’agisse de Mahmoud Abbas (après Yasser Arafat), le président palestinien, comme, bien évidemment, de Hamas. Toutes deux, enfin, font l’objet de politiques d’affaiblissement politique, financier, économique, et éventuellement militaire. Ainsi, la destruction des infrastructures de la police et du ministère de l’Intérieur à Gaza ne peuvent qu’accroître la difficulté de l’Autorité de Gaza à contrôler les va-t-en-guerre et rendre nécessaire l’engagement des Brigades Ezzedine Al-Qassam de Hamas, engagement par ailleurs dénoncé par Israël comme une confusion des genres. La rétention de millions de dollars de taxes qui, normalement, devraient être reversés aux Palestiniens ne fait, quant à lui, qu’affaiblir l’Autorité de Ramallah déjà fragilisée par le renoncement de certains donateurs internationaux à honorer leurs promesses d’aide[11]. L’intensification de la colonisation en Cisjordanie, enfin, ne fait que délégitimer ceux qui ont fait de la négociation l’unique chemin pour parvenir à un État palestinien indépendant et souverain.

Concernant Gaza, une politique basée sur la seule dissuasion militaire dans laquelle la tactique à court terme est élevée au rang de stratégie ne peut que déboucher sur une reconduction des risques et leur augmentation. Les opérations de type « Pillar of Defense » (2012) mais également « Cast Lead » (avec opérations terrestres) (2008-2009) semblent, ainsi, avoir atteint leurs limites : en une semaine de combats en 2012, les Palestiniens ont tiré plus de roquettes contre Israël qu’en trois semaines en 2009, roquettes dont les capacités ont été considérablement accrues. En dépit des satisfecit avancés par les militaires israéliens sur l’efficacité dans la destruction des missiles adverses de l’Iron Dome[12] expérimenté pour la première fois à l’échelle de la réalité, la réussite de 85 % avancée, même si elle était prouvée, ne saurait constituer une protection appropriée face à un armement à la sophistication croissante.

En impliquant la présidence égyptienne comme garant de sa mise en œuvre, néanmoins, nouveau cessez-le-feu introduit une nouveauté : la transformation officielle de l’Égypte en ligne supplémentaire de défense de l’État d’Israël. La préservation du cessez-le-feu, en effet, implique que l’État égyptien rende sa frontière avec Gaza la plus étanche possible à la circulation des armes afin de désamorcer toute velléité palestinienne d’en découdre avec son voisin du nord. Dans ce domaine précis, il s’agit bien d’une victoire israélienne même si le rétablissement de la sécurité dans l’ensemble du Sinaï constitue pour l’Égypte un impératif de politique intérieure.

*   *

*

Ainsi, loin de chercher à changer la nature des rapports qu’il entretient avec Gaza et la Palestine, c’est le raffermissement de cet ordre qui semble bien avoir été recherché par Israël à travers son opération. Il s’agissait de rétablir une dissuasion militaire qu’il jugeait émoussée tout en confirmant la concession accordée à Hamas sur la bande pour la maintenir isolée de la Cisjordanie, le tout en l’absence de tout règlement politique de la question palestinienne. Cependant, faute d’un tel accord ou même « simplement » d’une levée totale du blocus, la durabilité du cessez-le-feu apparaît comme compromise. Le contrôle de Gaza par Hamas, en effet, est en permanence contesté sur le terrain par ses rivaux tant islamistes, MJIP ou salafistes, que nationalistes, FPLP en tête mais aussi Brigades des martyrs d’Al-Aqsa de Fatah. La question de Gaza, par ailleurs, constitue un enjeu diplomatique régional dans le cadre des luttes entre « l’arc [supposé] sunnite », avec Qatar, l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Jordanie et la Turquie, qui bénéficie du soutien actif des États-Unis et d’Israël et de « l’arc chiite » avec l’Iran, l’Irak, la Syrie des Assad et le Hezbollah au Liban. C’est donc tout un ensemble de « bombes » potentielles que Hamas se devra de désamorcer. Dans la continuité des options prises ces dernières années, il lui incombera parallèlement de renouveler ses capacités militaires sans apparaître comme une menace immédiate pour Israël ni comme un allié déloyal pour l’Égypte. La ‘victoire’ de Hamas risque décidément d’être fort difficile à entretenir sur la durée.

La victoire de Khaled Mechaal

La ‘victoire’ sur Israël véhiculée par le discours palestinien est généralement perçue comme essentiellement celle d’un mouvement, Hamas, et incarnée par un homme, K. Mechaal, le président de son bureau politique. Le concernant, il s’agit là du couronnement d’un processus enclenché de longue date par ses amis comme par ses ennemis et qui le place au cœur de la scène politique palestinienne. Si les objectifs assignés par Israël à son opération peuvent être considérés comme clairs, les buts fixés par Hamas et son homme fort à l’exploitation de la ‘victoire’ palestinienne suscitent, en revanche, de profondes interrogations. Le mouvement, en effet, apparaît comme ayant plus à gagner d’un certain statu quo que d’un bouleversement aux conséquences aléatoires de la scène palestinienne et bilatérale avec Israël.

Sa centralité

Khaled Mechaal
Source : Palestinian Information Center

Jusqu’en mars 2004, date de l’élimination de chaykh Ahmad Yassine par l’armée israélienne, la conduite de Hamas était soumise au jugement final de son fondateur et guide spirituel. Suite à l’élimination un mois plus tard de son successeur, Abdel Aziz Rantisi, le mouvement a décidé de taire l’identité de son chef suprême. Le tout nouveau président du Bureau politique, K. Mechaal, s’est alors retrouvé en première ligne jusqu’à faire oublier qu’il était censé être soumis à une autorité supérieure[13]. Il a ainsi du assumer devant l’opinion publique le rôle normalement dévolu au chef suprême : construire et incarner le consensus entre les divers pôles du mouvement qu’il s’agisse de géographie (Gaza, Cisjordanie, prisons israéliennes, Damas), de domaines d’activités (le militaire, le politique, l’associatif) ou de personnalités (Ismaïl Haniya, le Premier ministre de Gaza, Mahmoud Zahar, l’ancien ministre des Affaires étrangères, K. Mechaal, M. Abou Marzouk, etc.). Tel un caléidoscope, en effet, le mouvement doit en permanence se recomposer selon les moments et les dossiers loin de toute polarisation figée entre des « radicaux » ou des « modérés », « l’intérieur » et « l’extérieur », etc.

En préférant pour interlocuteur à l’Autorité de Gaza une organisation politique et militaire, Hamas, Israël a conféré à K. Mechaal un rang d’homme d’État[14]. Ce rang, faut-il le rappeler, lui avait déjà été dévolu par M. Abbas lui-même. Par son cumul des casquettes, en effet, le président palestinien s’était retrouvé à traiter avec lui d’égal à égal à l’occasion de la signature des différents accords de réconciliation, même si c’était supposément en tant que chef de Fatah. Certains gouvernements arabes, par ailleurs, ont apporté leur propre contribution à cette promotion, Qatar en tête, tout particulièrement depuis l’éclosion des « printemps ».

Son classicisme

Le discours tenu le 8 décembre 2012 à Gaza par K. Mechaal[15] à l’occasion du 25e anniversaire de son mouvement et le décor devant lequel il l’a prononcé (muraille de Saint-Jean-D’acre et un missile Fajr 5 de conception iranienne estampillé « made in Palestine ») ont déstabilisé nombre d’observateurs. Entendant son soutien apporté depuis Le Caire ou Doha à un État palestinien dans les territoires occupés en 1967[16], ils en avaient conclu à sa disposition à reconnaître prochainement l’État d’Israël en dépit de ses dénégations. Ce faisant, ils opposaient alors K. Mechaal, censé incarner une ligne « modérée » encouragée par Qatar, au leadership gazaoui, censé demeuré fidèle à une ligne « dure » encouragée par l’Iran. En réalité, loin de constituer un double langage, ses propos ne faisaient que renvoyer au discours traditionnel du mouvement dont les deux niveaux –le religieux immuable et le politique pragmatique– étaient indument dissociés par ces observateurs.

Gaza, 8 décembre 2012
Source : Palestinian Information Center

Plaçant au cœur de sa mission la sauvegarde du croyant et de la communauté dans la soumission à Dieu, Hamas ne fait que mettre en l’œuvre la tradition sunnite la plus classique. C’est dans ce cadre, par exemple, qu’il négocie âprement le sort de ses prisonniers et qu’il se montre prêt à négocier la question des réfugiés[17]. Imaginer, en revanche, qu’il accepterait de négocier le statut et les frontières d’un État palestinien dans une Palestine partagée repose sur un contresens total dans l’approche des principes du mouvement périodiquement rappelés à l’identique : la bénédiction divine accordée aux « confins d’Al-Aqsa » mentionnée dans le Coran fait de la Palestine une terre islamique de toute éternité à laquelle nul ne saurait renoncer. Cette approche de l’islamité de la Palestine et de l’inéluctabilité eschatologique de la restauration d’une souveraineté musulmane n’a, pour autant, jamais contraint le mouvement à refuser la création d’un État sur les seuls territoires occupés en 1967. Accepter un État selon les lignes de cessez-le-feu de 1949, en effet, part du constat du résultat d’un simple rapport de forces, l’occupation par le vainqueur, et ne fait qu’appeler à son inversion. Négocier la frontière ou réclamer le respect des lignes du plan de partage de 1947, en revanche, reviendrait à reconnaître la légitimité de l’abandon d’une partie de la Palestine. La fin de l’occupation des territoires occupés en 1967 débouchera, toujours selon Hamas, sur l’arrêt de la violence exercée contre leur population. Il sera alors temps de mettre en place une trêve totale avec le voisin israélien. Le calme ainsi obtenu permettra alors de négocier avec sérénité les questions humanitaires.

Son originalité

Loin du double langage et de toute schizophrénie entre un Mechaal de Doha/Le Caire et un Mechaal de Gaza, le chef du bureau politique incarne ainsi au sortir de l’opération israélienne une alchimie politique et diplomatique jusque là inédite et hautement instable, comme il a été montré plus haut. Icône de la résistance armée de Gaza, c’est aussi lui qui, le premier parmi les responsables de Hamas, apporte son soutien à l’initiative de M. Abbas visant à obtenir un statut d’État observateur à l’ONU. Pièce maîtresse de Qatar sur la scène palestinienne qui a conduit le retrait de la direction de son mouvement hors de Syrie, c’est aussi lui qui est amené à féliciter l’Iran pour son soutien financier et en armement aux Gazaouis. A-t-il lui-même été l’artisan du maintien de ces liens ou n’est-il que le récupérateur plus ou moins forcé d’initiatives prises par d’autres, l’histoire le dira. Il assume en tous cas l’ensemble de ces positions qui peuvent apparaître comme contradictoires mais dont l’association serait féconde.

Gaza: la campagne de remerciements à l’Iran
Source : Quds Net News Agency

*   *

*

Au-delà de sa centralité boostée par la résistance de novembre, l’avenir de K. Mechaal suscite bien des interrogations. Dès janvier 2012, en effet, il annonçait ne pas vouloir briguer sa propre succession à la tête du bureau politique dans des élections qui devaient se tenir au cours de l’année mais qui ont du être reportées du fait de l’actualité. En dépit de nombreuses pressions, tant internes qu’externes, périodiquement réitérées au cours de l’année pour le faire revenir sur sa décision et malgré la hausse de sa popularité, cette décision est encore aujourd’hui officiellement d’actualité. Quels dividendes entend-t-il tirer de cette popularité qu’il a su cultiver avec tant de brio dès lors qu’il ne s’agirait plus de la direction de son mouvement ? Certaines voix, israéliennes mais également palestiniennes, évoquent un projet de conquête de la présidence de l’Autorité palestinienne et/ou de l’OLP, projet qui éventuellement bénéficierait des encouragements des « parrains » de l’orbe des Frères musulmans[18]. Cette hypothèse renvoie directement à la question de la réconciliation nationale dont K. Mechaal, durant l’année écoulée, s’est fait le héraut au sein de Hamas sous égide qatarie. Ce dossier, duquel Israël n’est jamais éloigné, constitue en tous cas un passage obligé pour la tenue d’élections que Hamas serait censé penser pouvoir emporter.

La victoire de Hamas sur Ramallah

Au sortir du conflit de novembre, si la revendication d’une victoire militaire de Hamas sur Israël peut être contestée, la victoire politique du mouvement islamiste sur ses rivaux de Ramallah (présidence, conseil des ministres et, accessoirement Fatah[19]) semble bien avérée, au moins sur le court terme. C’est dans ce contexte que les deux pôles de la vie politique palestinienne, poussés par leurs parrains, ont accepté la relance du processus de réconciliation nationale gelé depuis un an. Loin de l’optimisme unanimement affiché par les parties, la probabilité d’une mise en œuvre du processus jusqu’à son terme me semble devoir être questionnée.

La défaite de Ramallah

La victoire sans partage de Hamas aux élections législatives de janvier 2006 peut, certes, paraître ancienne tandis que bon nombre d’observateurs font périodiquement état d’un émoussement de sa popularité[20]. Hamas, cependant, manifeste un indéniable savoir-faire dans l’exploitation de son statut d’icône d’une résistance qui paie face à Ramallah dont l’impuissance est soulignée alors même que sa coopération sécuritaire avec Israël est dénoncée par certains comme de la collaboration. La ‘victoire’ de novembre dernier avait, d’ailleurs, été précédée de la victoire, indéniable celle-là, d’octobre 2011 quand Hamas avait obtenu d’Israël la libération d’un millier de prisonniers de tous bords politiques en échange du soldat Gilad Shalit. Son exemplarité est telle en Cisjordanie que certains groupes paramilitaires de l’orbe Fatah semblent bien avoir été impliqués dans des heurts avec les Israéliens en novembre et décembre. La victoire de Hamas, enfin, peut être inférée de la marginalisation de la présidence palestinienne opérée par Israël et par une grande partie de la communauté internationale mais également infligée à elle-même par son propre détenteur.

A la différence de l’OLP incapable d’obtenir d’Israël une négociation qui ne soit pas une reddition, sans renier ses principes Hamas ainsi s’est vu offrir par Israël de participer au seul canal diplomatique qu’il entretient aujourd’hui avec les Palestiniens.

L’opération de novembre, par ailleurs, a suscité un vaste mouvement diplomatique qui, conjuguant solidarité (visites à Gaza de ministres égyptien, tunisiens, turc, et du secrétaire-général de la Ligue arabe) et médiations, a de facto tenu Ramallah à l’écart. Le ballet s’est ensuite poursuivi avec, par exemple, la visite du Premier ministre malais en janvier. L’Émir de Qatar avait affiché dès le mois d’octobre 2012 son dédain pour Ramallah en se rendant à Gaza sans faire le détour par la muqataa ; parallèlement, il multipliait les aides auprès de l’Autorité de Gaza et prenait en charge l’approvisionnement de Gaza en fuel tout en se refusant à honorer ses promesses d’assistance à l’Autorité de Ramallah faites à la conférence des donateurs tenue à Paris en décembre 2007[21]. Décidé à se rendre également à Gaza, le président tunisien, cependant, accédait fin janvier à la demande de M. Abbas de reporter sa visite après la conclusion de la réconciliation nationale.

Enfin, en s’abstenant de se rendre à Gaza sous les bombes, chose inimaginable de la part d’un Yasser Arafat, M. Abbas s’est lui-même marginalisé, souscrivant, une nouvelle fois, à la déchirure entre Gaza et Cisjordanie quand il est censé incarner l’unité du peuple palestinien tout entier[22].

L’assurance de Khaled Mechaal

Dans un tel contexte, loin de toute symétrie la permission donnée par l’Autorité de Ramallah à la tenue en décembre 2012 de meetings de Hamas dans toute la Cisjordanie semble bien traduire la faiblesse de celle-ci. La permission donnée à Fatah par l’Autorité de Gaza de tenir un rassemblement le 4 janvier 2013 renverrait, quant à elle, à la confiance en soi de Hamas. Après plus de cinq ans d’interdictions réciproques de laisser Fatah et Hamas pratiquer des activités publiques, l’Autorité de Ramallah a du céder la première ; la ‘victoire’ récente de Hamas ne lui laissait guère le choix. Cependant, si la permission de tenir son meeting sur la plus grande place de Gaza a pu être obtenue de l’Autorité de Gaza par Fatah, c’est, semble-t-il, du fait de fortes pressions exercées par K. Mechaal lui-même sur un leadership gazaoui frileux et décidé à ne lui accorder qu’un endroit plus étroit.

L’Autorité de Gaza avait pourtant décidé dès le 25 novembre l’amnistie de tous les membres de Fatah impliqués dans les violences de 2007 qui se voient soit libérés soit octroyés la possibilité de revenir à Gaza après un exil choisi. Les bureaux du mouvement, par ailleurs, obtenaient la permission de rouvrir. En dépit des centaines de milliers de participants à son meeting de janvier, Fatah demeure profondément affaibli à Gaza[23]. Quasi ruiné par des années d’interdiction à mener des activités publiques mais aussi et surtout par son incapacité à analyser les causes de sa défaite électorale de 2006, il se montre incapable jusqu’à ce jour de se trouver de nouveaux leaders, toujours miné par les ingérences de Muhammad Dahlan[24], son ancien homme fort.

C’est également à travers le prisme de l’assurance que je proposerais de lire le soutien apporté au tout dernier moment par K. Mechaal à la démarche de M. Abbas visant à obtenir un statut d’État (non membre) observateur à l’ONU. L’engagement sur le chemin de la résistance armée dont le mouvement venait récemment de faire preuve lui épargnerait à coup sûr toute accusation de résignation à une démarche en réalité jamais vraiment condamnée mais simplement dédaignée car jugée stérile dans le contexte actuel[25]. Gage peu coûteux donné à ses parrains arabes, ce soutien permettait par ailleurs d’éviter à Hamas de se tenir à l’écart de la fierté nationale qui ne manquerait pas de s’exprimer, même de façon éphémère, à l’issue du vote attendu.

L’appel à la réconciliation

Maître d’œuvre de l’accord de Doha de février 2012 côté Hamas, K. Mechaal apparaît une nouvelle fois en première ligne des nouvelles tentatives visant à conclure la réconciliation nationale sur la base des termes de ce même accord[26]. Qatar et Égypte mobilisent une fois encore leurs diplomates et militaires quand le président égyptien Mohamed Morsi s’implique directement, en tous cas à leurs débuts. En février 2012, pourtant, le chef du bureau politique avait quasiment fait cavalier seul. S’étant vu imposé un accord sur le contenu duquel ils n’avaient à l’évidence pas été consultés, ses pairs n’hésitèrent pas à l’époque à faire état sur la place publique de leurs réserves sur certains points, tout particulièrement l’accord de principe sur la désignation de M. Abbas au poste de Premier ministre du cabinet intérimaire de technocrates chargé d’organiser de nouvelles élections présidentielle et législatives au terme d’une période de six mois.

Gaza, 22 novembre 2012
De gch à dr : Nabil Chaath, Ismail Haniya, Ziyad Nakhkhala et Ahmad Bahar
Source : Maan

En janvier 2013, un accord est trouvé sur le calendrier des négociations à mener sur les dossiers sensibles, réforme de l’OLP, établissement du cabinet et choix du Premier ministre, unification des appareils sécuritaires et des autres institutions de Cisjordanie et de Gaza, etc. Les premières réunions sont organisées, directes ou indirectes, à Gaza ou à l’étranger. Fin janvier, l’Autorité de Gaza donne son feu vert à l’actualisation des listes électorales jusque là refusée à la Commission de Ramallah et Hamas renouvelle l’accord de principe pour que M. Abbas assume la charge de Premier ministre intérimaire, le cabinet étant censé être constitué le 30. Une convocation au Caire du Conseil central de l’OLP, l’instance intermédiaire entre le Conseil national (CNP) –le « parlement » de l’OLP– et le Comité exécutif, est annoncée pour la mi-février afin d’étudier la réforme de l’OLP.

Sur le terrain, la ‘victoire’ de Gaza ne semble pourtant n’avoir eu d’effets qu’éphémères sur le rapport de forces entre Hamas et Fatah. Deux mois après la fin des opérations israéliennes, en effet, la réciprocité des mesures prises par Gaza se fait attendre en Cisjordanie. Sitôt leurs meetings respectifs tenus en Cisjordanie et à Gaza, la sécurité de Cisjordanie a repris ses arrestations dans les rangs de Hamas et ses bureaux n’ont pas rouvert. Du coup, fin janvier, des journalistes Fatah étaient à leur tour brièvement arrêtés à Gaza, accusés d’œuvrer pour M. Dahlan. Début février, force est de constater que des réunions prévues ont été annulées, que la constitution du cabinet a été reportée d’un mois et que le Conseil législatif n’a pas été réactivé en tant que structure unifiée avec sa majorité Hamas issue des élections de 2006.

Les dossiers de fond de la réconciliation sont ainsi toujours aussi complexes, objets de positions contradictoires sinon irréconciliables pour des raisons tant d’appareils que d’idéologies. Par ailleurs, outre Hamas et Fatah, leur discussion implique la présence –même marginale- du MJIP et des organisations de la gauche nationaliste. Les intérêts étrangers ne sont eux-mêmes pas absents.

L’organisation d’une élection au suffrage direct par l’ensemble des Palestiniens de par le monde du nouveau CNP, prévue pour la réforme de l’OLP, pose ainsi des problèmes tant diplomatiques que juridiques et pratiques qui n’ont été, semble-t-il, que très approximativement abordés[27]. L’organisation d’une élection présidentielle et d’élections législatives auxquelles Hamas participerait avec une probabilité de victoire pourrait, quant à elle, sans difficulté être entravée sinon empêchée par une simple décision israélienne d’interdiction du scrutin à Jérusalem-est ; utilisé comme instrument de la cassure entre Gaza et Cisjordanie, Hamas ne peut guère être toléré par Israël comme ciment de la réunification. L’accord de réconciliation apparaît lui-même dépassé, ou en tous cas problématique, en ce qui concerne le cadre de ces élections présidentielle et législatives censé être celui de l’Autorité intérimaire d’autonomie créée par les accords d’Oslo ; même si elle n’a pas été formellement dissoute, en effet, celle-ci a été officiellement remplacée en janvier par un État dont tous les Palestiniens sont appelés à être les citoyens. Le maintien des conditions du Quartet, enfin, empêche jusqu’à aujourd’hui d’envisager toute normalisation des relations entre la communauté internationale et une Autorité ou un État contrôlé par Hamas.

Ainsi, tant les facteurs internes au camp palestinien que les facteurs externes rendent l’hypothèse d’une réconciliation nationale imminente bien improbable en dépit des pressions qui semblent réelles de la part de l’Égypte et de Qatar. Il convient dès lors de se poser la question des objectifs assignés par les deux grandes parties palestiniennes en présence à la reprise des négociations.

Une première hypothèse ferait de la confiance de soi la base de la relance. K. Mechaal aurait ainsi décidé son mouvement à exploiter sa ‘victoire’ sur Israël en la transformant sur ses rivaux de Ramallah ; le vent de l’histoire que constitueraient les victoires des Frères musulmans dans le cadre des divers « Printemps » arabes et de la Turquie ne manquerait pas d’apporter son concours tant à Hamas qu’à Qatar. Disposant d’une marge de manœuvre réduite, Ramallah aurait pensé jouer de sa ‘victoire’ à l’ONU, porté par l’espoir d’une relance de la diplomatie américaine à l’occasion de la réélection de Barack Obama qui la remettrait en scelle face à un B. Netanyahu lui aussi reconduit mais affaibli. Après avoir estimé posséder suffisamment d’atouts pour faire valoir ses positions sur l’autre partie, chacune d’entre elles a du ensuite rabattre de sa superbe.

Une seconde hypothèse, plus complémentaire d’ailleurs que contradictoire avec la première, ferait de la réconciliation, grâce à son absence d’accomplissement, un simple instrument utilisé par Hamas pour asseoir encore plus son contrôle sur la bande de Gaza et améliorer sa position en Cisjordanie. Il s’agirait ainsi d’apparaître comme le plus généreux pour, in fine, affronter en position dominante un refus de Fatah et des internationaux jugé inéluctable. Une sorte de réconciliation minimale serait alors à son avantage, même si certains leaders de Gaza, comme le ministre Ziyad al-Zaza le 31 janvier, affirment que l’accord constitue un tout dont les mesures ne sauraient être débitées en tranches. Une normalisation de la vie politique à Gaza lui permettrait à coup sûr d’affermir son autorité. Entamée avec la réintroduction de Fatah sur la scène publique, elle pourrait être couronnée, grâce à la mise à jour des listes électorales effectuée par la Commission de Ramallah, avec l’organisation d’élections locales exemplaires, à la différence de celles organisées en octobre dernier en Cisjordanie. Une réconciliation minimale pourrait également lui permettre éventuellement de reprendre des activités associatives publiques en Cisjordanie, activités qui constituent le cœur de son identité traditionnelle ordonnée au long terme.

Le scenario mentionné plus haut (note 18) d’un projet de conquête militaire de la Cisjordanie ne me semble bénéficier d’aucune vraisemblance. Hamas, en effet, ne dispose d’aucun des moyens nécessaires : les années de répression menée par les forces de sécurité mises en place par les parrains américain et israélien ont déstructuré son aile militaire, laquelle n’a jamais bénéficié d’une latitude à s’armer comparable à celle de son homologue de Gaza. De plus, Hamas n’a d’intérêt pour Israël, comme j’espère l’avoir montré, qu’en tant que facteur de division et épouvantail pour la communauté internationale ; même si le mouvement se contentait simplement de réchauffer le front cisjordanien –ce dont je doute au vu de sa demande d’activités associatives– pour désigner l’incompétence de Fatah et proposer de meilleurs services, le refus israélien serait assuré.

Dans un tel contexte, quel pourrait être l’objectif personnel de K. Mechaal ? Son abandon de la direction du bureau politique a été présenté par certains comme un préalable à son entrée dans la course à la présidence soit de l’Autorité soit de l’OLP. L’argument ne tient ni pour l’Autorité, dès lors que M. Abbas, son actuel président, est également chef d’une organisation politique, ni pour l’OLP, dès lors que les membres de son Comité exécutif, parmi lesquels son président est choisi, sont dans leur grande majorité les chefs des divers mouvements membres de l’Organisation. Mon évaluation –toute personnelle– ferait plutôt état d’un espoir d’obtenir un poste de prestige au sein d’une institution panarabe ou panislamique, porté par ce vent de l’histoire dont j’ai parlé plus haut.

Quelques pistes de réflexion

The People Want to End the DivisionSource : Stop Inqisam

L’improbabilité d’une réconciliation renvoie ainsi, comme j’espère l’avoir montré, à des logiques antagonistes d’appareils et d’idéologies. Mon appréciation repose également sur la prise en compte d’une réalité sociale relativement récente mais profonde et, me semble-t-il, durable : l’exigence de réconciliation, prétendument profondément enracinée dans les populations tant à Gaza qu’en Cisjordanie, apparaît bien superficielle, en effet, si l’on prend en considération la fugacité des manifestations qui, au printemps 2011, réclamaient « la fin de la division ». Les préoccupations premières de la population, tant à Gaza qu’en Cisjordanie, me paraissent ainsi ailleurs.

En Cisjordanie, la population témoigne d’une sorte de mise entre parenthèses de la logique de résistance à l’occupation au profit de l’adoption d’une logique de revendications sociales face à l’Autorité, le tout dans la désillusion politique. Même si des bouffées de violence ont récemment éclaté contre des soldats ou des colons, la solidarité avec Gaza bombardée a été mesurée comme elle a été inexistante ces dernières années avec Gaza assiégée. La résistance civile de type Bil’in n’a pas fait école et les tentatives de renouvellement de ce type de mobilisation avec la création, à deux reprises en janvier, « d’implantations sauvages » palestiniennes dans la zone C (les 60 % de la Cisjordanie qui échappent à l’autonomie) ont été saluées, sans plus. Ni le soutien accordé à l’Autorité, par exemple manifesté à l’occasion de l’entrée à l’ONU de l’État de Palestine, ni l’opposition à cette même Autorité, par exemple manifestée par le boycott des élections locales d’octobre, ne se sont transformées en mobilisation de masse durable. La révélation des concessions faites par le leadership palestinien sur les questions de Jérusalem et des réfugiés à travers celle des Palestine Papers n’avait elle-même entraîné en janvier 2011 qu’une mobilisation de dénonciation des plus réduite. Last but not least, la segmentarité de la société, jusque là habituellement contenue par l’aspiration nationale, a surgi en janvier 2013. La limitation de l’effacement par l’Autorité de la dette accumulée dans le règlement des factures d’électricité aux seuls réfugiés des camps, censés être les plus démunis, a suscité une mobilisation citadine telle que la mesure a du être élargie à l’ensemble de la population.

Distraite de la résistance à l’occupation, la population est entrée, ces derniers mois, dans la logique des revendications sociales à l’encontre de l’Autorité. Ainsi, l’année 2012 a vu se multiplier les grèves, sit-in et manifestations (mars, juillet, septembre, janvier 2013) accompagnés parfois d’affrontements violents avec la police ; des immolations par le feu ont même eu lieu. Il s’agissait de dénoncer des augmentations (fuel, aliments, etc.) ou les retards dans le paiement des fonctionnaires (entre 19 et 25 % de l’emploi), d’exiger le retrait de nouveaux taux de TVA, l’augmentation des salaires ou encore l’égalité dans l’effacement de la dette de l’électricité.

En dépit d’incursions périodiques et du maintien de nombreux check-points et autres obstacles, l’occupant est ainsi parvenu à s’effacer suffisamment pour détourner le ressentiment de la population à son encontre vers l’Autorité en charge de son quotidien immédiat, même si les plus politiques demandaient l’abrogation des accords de Paris de 1994 qui règlent les relations économiques entre Israël et Palestine.

Mais ces revendications sont également la rançon du fayyadisme : chargé par les donateurs internationaux d’implanter le néolibéralisme en Palestine, Salam Fayyad, Premier ministre de Ramallah et ancien fonctionnaire de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, a su populariser des habitudes de consommation jusque là inconnues, proscrites par patriotisme ou inatteignables pour la majorité[28]. En rendant la population captive de ses prêts bancaires à la consommation et pour l’immobilier, il la détournait d’aspirations nationales quand les nouvelles recrues dans les forces de sécurité se devaient de témoigner d’une absence totale d’engagement organisationnel (y compris Fatah).

A Gaza, la logique de résistance d’une population quotidiennement confrontée à la violence du blocus et des opérations militaires périodiques désamorce en partie, mais en partie seulement, les revendications sociales de même type. Des manifestations, d’ailleurs, ont eu lieu en 2012 avec des immolations par le feu comme en Cisjordanie. Selon toute vraisemblance, l’épisode de novembre ne constituera ainsi qu’une parenthèse dès lors que l’économie des tunnels, indispensables pour la survie de la population sous blocus, engendre l’enrichissement rapide et considérable d’une mince couche de la population alors même que la majorité vit sous le seuil de la pauvreté[29].

Cette nouvelle prégnance de la question sociale, enfin, m’amène à douter de l’imminence d’une troisième intifada. En premier lieu, une intifada ne se décrète pas. L’absence de réponse populaire apportée aux appels de la « Troisième intifada » en 2011 comme aux appels à répétition lancés depuis sa prison israélienne par Marwan Barghouti, l’ancien leader de l’intifada Al-Aqsa, en constitue la preuve. Même si leur nombre est en augmentation, les incidents violents qui ont éclaté récemment en Cisjordanie entre Palestiniens et Israéliens sont, par ailleurs, toujours restés localisés, réponses ponctuelles à des provocations de colons ou de soldats.

*   *

*

Deux mois après la ‘victoire’ de Hamas, les annonces péremptoires du couronnement prochain des négociations du dialogue national relancées ces dernières semaines après une année d’interruption ne me convainquent donc pas. Je continue à douter de la capacité des parties en présence à dépasser leurs antagonismes et à contrer les pressions dont elles font l’objet pour parvenir à sceller une réconciliation pleine et entière. La déconnection entre la bande de Gaza et la Cisjordanie voulue par Israël et, de facto, entretenue par la communauté internationale et les deux principales parties palestiniennes en présence m’apparaît dès lors comme appelée à perdurer. Les interrogations manifestées par Freih Abu Middein en pleine résistance palestinienne sur ses capacités unificatrices risquent ainsi de devoir être rangées au rayon des espoirs utopiques portés par un vieux patriote libéré de tous liens organisationnels.

Bibliographie

Clark, Liat, “Israel trains teen cybersleuths, but loses social media war to Hamas”, wired.co.uk, 4 janvier 2013.

In the Aftermath of Operation Pillar of Defense. The Gaza Strip, November 2012, Shlomo Brom (Ed.), Tel-Aviv, The Institute for National Security Studies, décembre 2012, 102 p.

International Crisis Group, “Israel and Hamas: Fire and Ceasefire in a New Middle East”, ICG Middle East Report, n°133, Bruxelles-Washington, 22 novembre 2012, 32 p.

International Monetary Fund, “Recent Experience and Prospects of the Economy of the West Bank and Gaza“, New York, 23 septembre 2012, 40 p.

Konrad-Adenauer-Stiftung e.V., “The Political Economy of the West Bank. An attempt to explain the economic protests in September 2012”, 13 décembre 2012, 8 p.

Malka, Haim, “Middle East Notes and Comment: Hollow Victory”, Washington, CSIS (Center for Strategic and International Studies), 14 décembre 2012, 2 p.

Rabbani, Mouin, “Qatar and the Palestinians”, in “Qatar – Aspirations and Realities”, Perspectives, n° 4, Tunis-Beyrouth-Ramallah, Heinrich-Böll-Stiftung, 26 novembre 2012, p. 42-45.

Segell, Glen, Israel, Hamas and Gaza 14-21 November 2012: Operation Pillar of Defense; Operation Stones of Shale; Operation Blue Sky, London Security Policy Study, 1er décembre 2012, 71 p.

Shalom, Zaki, “Has Operation Pillar of Defense Enhanced Israel’s Deterrence?”, e-International Relations, 6 janvier 2013, 6 p.

[1] Seule la victoire médiatique est concédée suite à une étude menée par Tomer Simon et Erez Cohen de l’université Ben-Gourion. Lire la bibliographie générale qui figure en fin d’article.

[2] Freih Abu Middein (فريح أبو مدين), « La bataille de Karameh et la guerre des Pierres d’argile » (معركة الكرامة وحرب حجارة السجيل), Al-Quds Al-‘Arabî, 19 novembre 2012.

[3] Lire, par exemple, interview de Mahmoud Al-Zahar dans Al-Charq Al-Awsat, 23 novembre 2012.

[4] La désigner comme « opération Pilier de défense » serait partial et partiel tant ses dénominations renvoient à des historiographies partisanes. “Pillar of defense” n’est, en réalité, qu’une version laïque et volontairement défensive d’une appellation aux accents bibliques dans sa langue d’origine : “Amoud Anan” (עמוד ענן), cette « colonne de nuée » qui précédait le jour les hébreux, lors de leur fuite hors d’Égypte, quand une colonne de feu les protégeait la nuit (Exode, 13,21-22). Pour la première fois, les parties palestiniennes ont tenu à contester l’unilatéralisme habituel de l’historiographie israélienne en se construisant un rôle d’acteur à travers des dénominations propres. Quand Hamas fait également appel à Dieu et parle de l’opération “Hajarat Al-Sajjîl” (حجارة السجيل), ces « Pierres d’argile » que Dieu fait pleuvoir sur les ennemis de l’islam (Coran, 105), le MJIP se contente d’un sobre Al-Samâ’ Al-Zarqâ (السماء الزرقاء), un « Ciel bleu » éclairci de la nuée israélienne.

[5] S’il faut en croire Ahmed Eleiba, “Cease-fire on paper“, Al-Ahram Weekly, 23 novembre 2012, seule source que j’ai pu trouver à évoquer cette question, la version du texte en arabe aurait été signée par Hamas, celle en anglais par Israël quand les deux auraient été signées par l’Égypte. La fiction de l’absence de toute négociation entre Israël et Hamas est ainsi maintenue quand les États-Unis, impliqués dans la négociation avec la présence dans la région de la secrétaire d’État Hillary Clinton, ne sont pas signataires. Rien n’est dit sur la signature éventuelle du MJIP, partie de la négociation.

[6] En juin 2007, Hamas avait pu anticiper un putsch mené par les forces fidèles à la présidence et par Fatah grâce à une fuite dans la presse israélienne due, selon toute vraisemblance, aux autorités israéliennes. Lire David Rose, “The Gaza Bombshell“, Vanity Fair, avril 2008.

[7] Lire Jean-François Legrain, « Gaza : la fois de trop ? », IREMAM, 22 novembre 2012. Le réchauffement de la frontière depuis l’été 2012 pouvait être interprété comme une ultime montée des enchères dans la négociation en cours comme la manifestation des limites du contrôle de Hamas sur ces concurrents ou encore la réponse à la multiplication des éliminations ciblées israéliennes et du bombardement en octobre dans la banlieue de Khartoum d’une usine suspectée de produire des armes à destination de Gaza. En éliminant Ahmad Jaabari, le chef militaire de Hamas à Gaza, le gouvernement israélien initiait le 14 novembre un cycle de violences de haut niveau, rompant ainsi avec le mode opératoire des deux années qui avaient précédé. Ce faisant, il éliminait une nouvelle fois un interlocuteur en passe de boucler un accord de cessez-le-feu, par ailleurs premier interlocuteur des Égyptiens dans le cadre du comité conjoint de sécurité auquel il avait contribué à la mise en place récente. Israël suscitait ainsi des interrogations légitimes sur sa volonté affichée d’assurer le calme complet sur sa frontière avec Gaza. Cette approche, dénoncée ou ignorée par bien des observateurs de l’extérieur, est pourtant partagée par quelques analystes israéliens comme Aluf Benn, “Israel killed its subcontractor in Gaza“, Haaretz, 14 novembre 2012 et Reuven Pedatzur, “Why did Israel kill Jabari?“, Haaretz, 4 décembre 2012, ou encore le médiateur côté israélien, Gershon Baskin, “Israel’s Shortsighted Assassination“, The New-York Times, 16 novembre 2012. Pour une thèse aux antipodes de la mienne, lire Marc Brzustowski, « Le pari du Hamas et de l’Iran sur une escalade régionale avorté », Le blog de Gad, 23 novembre 2012.

[8] Le 30 janvier 2006, le Quartet (Nations-Unies, États-Unis, Union européenne et Russie) conditionna tout contact avec Hamas à un “commitment to the principles of nonviolence, recognition of Israel, and acceptance of previous agreements and obligations, including the Roadmap”. Les termes diffèrent de ceux employés dans la déclaration du 26 janvier 2006 : “A two-state solution to the conflict requires all participants in the democratic process to renounce violence and terror, accept Israel’s right to exist, and disarm, as outlined in the Roadmap”. Empêtrée dans son boycott de Hamas, la prétention de la France à établir une médiation en envoyant son ministre des Affaires étrangères, côté palestinien, à Ramallah n’en est que plus navrante.

[9] Les versions anglaise et arabe du texte sont accessibles sur Maan.

[10] Selon les statistiques établies le 22 novembre par l’OCHA (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs) des Nations unies dans les Territoires occupés, 103 Palestiniens et 4 Israéliens ont été tués, 1 269 Palestiniens et 224 Israéliens ont été blessés quand à Gaza 298 maisons ont été détruites ou sérieusement endommagées.

[11] En rétorsion à la démarche palestinienne visant à obtenir un siège d’État non membre observateur à l’ONU en novembre 2012, Israël a une nouvelle fois décidé d’asphyxier l’Autorité en retenant quelques 120 millions de dollars sur les taxes appelées à être reversée chaque mois au titre de l’Accord de Paris de 1994 et qui représentent 70 % du budget de l’Autorité. Le gouvernement Netanyahu s’était pourtant mobilisé –en vain- en juillet 2012 pour tenter de convaincre le FMI d’octroyer un prêt d’un milliard de dollars à l’Autorité afin de la sauver d’une banqueroute qui risquait de le renvoyer à ses responsabilités de puissance occupante. L’Autorité a vu parallèlement les contributions des donateurs passer de 1,8 milliard de dollars en 2008 à 1,1 milliard en 2010 (soit une chute de la participation au PNB de 21 % à 11 %), l’aide des États arabes étant passée de 500 millions à 200 sur la même période. Israël a également imposé ces dernières de nouvelles restrictions à l’importation de produits palestiniens.

[12] Lire Rafael Advanced Defense Systems Ltd, “Defense Against Short Range Artillery Rockets“, sans date.

[13] Nul ne sait si le détenteur de cette autorité a été maintenu dans ses responsabilités, a été remplacé ou même si cette fonction existe encore.

[14] Dont l’importance avait été reconnue dès 1997 à travers une tentative d’élimination menée à Amman par le Mossad.

[15] Lire le dossier consacré au 25e anniversaire du mouvement (ملف خاص في ذكرى انطلاقة حركة المقاومة الإسلامية حماس الـ 25) sur le site du Palestinian Information Center. Les citations en anglais les plus longues de son discours sont à trouver dans Saleh Al-Naami, “Hardened moderation“, Al-Ahram Weekly, 12 décembre 2012.

[16] Lire, par exemple, l’interview donnée au Caire le 21 novembre 2012 à Christiane Amanpour de CNN.

[17] Lire, par exemple, la très instructive contribution du principal conseiller d’Ismaïl Haniya, Ahmed Yousef, “Pause for peace“, New-York Times, 1er novembre 2006 : “We Palestinians are prepared to enter into a hudna [truce] to bring about an immediate end to the occupation and to initiate a period of peaceful coexistence during which both sides would refrain from any form of military aggression or provocation. During this period of calm and negotiation we can address the important issues like the right of return and the release of prisoners. If the negotiations fail to achieve a durable settlement, the next generation of Palestinians and Israelis will have to decide whether or not to renew the hudna and the search for a negotiated peace.”

[18] Lire par exemple Walid ‘Awad (وليد عوض), “Mechaal essaie d’obtenir la présidence de l’OLP avec le soutien de certains États arabes […]” (مشعل يحاول تولي رئاسة منظمة التحرير بدعم من دول عربية و’فتح’ تراهن على رفاق الدرب من الفصائل للاحتفاظ بالموقع), Al-Quds Al-‘Arabî, 28 janvier 2013 ou Shlomi Eldar, “Is Hamas Laying a Trap For Fatah in West Bank?“, Al-Monitor.com, 7 janvier 2013. Des milieux du renseignement israélien font également état de cet appétit de puissance qu’ils pensent en termes de coup d’État en Cisjordanie, in Uzi Mahnaimi, “Israel fears plot by Hamas to seize West Bank“, Sunday Times, 23 décembre 2012.

[19] L’harmonie entre les trois instances, longtemps réelle, n’est aujourd’hui que virtuelle. L’état calamiteux des relations personnelles entretenues par le président avec son Premier ministre est connu. Chargé de la mise en place d’un cabinet « transparent », c’est à dire apolitique au sens de l’abandon de tout engagement national classique au profit d’une soumission aux directives des donateurs et de l’occupant, Salam Fayyad se voit, par ailleurs, sans cesse dénoncé par Fatah comme le réducteur de son influence. Ces dernières semaines, les incidents se sont ainsi multipliés en Cisjordanie, tout particulièrement dans les camps de Jénine et de Balata près de Naplouse, entre forces de sécurité et des éléments armés de Fatah qui dénonçaient leur abandon par l’Autorité.

[20] Fantasme ou réalité : les sondages d’opinion en Palestine, dénués de toute crédibilité, sont en tous cas bien incapables de donner une évaluation de cet amoindrissement.

[21] La désignation du chef de Hamas est elle-même devenue un enjeu diplomatique régional sinon international. Il s’agit là de nouvelles manifestations de ce que j’ai qualifié de « dépalestinisation ». La Palestine est redevenue ces dernières années la caisse de résonance des intérêts étrangers contradictoires comme ce fut le cas avant 1967 avec l’OLP de la Ligue arabe et dans les années 1970 et au début des années 1980 avec certaines organisations de guérilla simples mandataires d’États de la région. Nous sommes là confrontés à l’inverse de ce que l’OLP avait réussi à mettre en œuvre à partir de la fin des années 1960 : la « palestinisation » de l’identité à travers l’apparition de la revendication de souveraineté nationale sur une terre dorénavant construite en territoire et identifiée comme palestinienne et la « palestinisation » du politique et du militaire avec l’émergence des Palestiniens comme acteurs autonomes sur la scène arabe. Lire Jean-François Legrain, “Palestine: what does the future hold?”, in CIDOB, Power and regimes in the contemporary Arab world, New-York, Routledge, 2012, p. 303-307.

[22] En revanche, la venue de Nabil Chaath sous les bombes constitue une manifestation de plus de la pérennité de l’engagement politique de cet ancien ministre des Affaires étrangères de Yasser Arafat, par ailleurs membre de la plus haute instance de Fatah, concepteur et promoteur de la récente démarche à l’ONU. En l’absence d’héritier présomptif de M. Abbas, par son expérience et le respect dont il bénéficie, il pourrait constituer un « pape de transition » du fait de son âge (75 ans).

[23] Selon Fathi Sabah, correspondant d’Al-Hayât à Gaza, cité dans Hazem Balousha, “Fatah Still Cannot Challenge Hamas in Gaza“, Al-Monitor, 28 janvier 2013, “The number of participants in the festival does not mean that Fatah is strong. What happened is quite normal after five years of repression and prevention.”

[24] Le meeting de janvier, d’ailleurs, a du être écourté suite à des heurts entre des partisans de M. Dahlan, toujours exilé de Gaza, et des partisans de son rival de Cisjordanie, Jibril Rajoub, au moment de la montée à la tribune de ce dernier.

[25] Pour Hamas, c’est la fin de l’occupation qui importe quand la création de l’État indépendant, dont le principe n’est pas condamné -à la différence, par exemple, du credo du Parti de la libération islamique- n’est que l’une des hypothèses à envisager en tant que concrétisation de la libération.

[26] Le premier accord de réconciliation récent, lui-même héritier d’accords plus anciens, a été signé le 4 mai 2011 au Caire. Il a été suivi de la signature d’un nouvel accord le 6 février 2012 à Doha, confirmé le 20 mai 2012 au Caire. Une traduction française de l’accord du Caire peut être trouvée sur le site de l’Electronic Intifada, et de l’accord de Doha sur celui de l’International Solidarity Movement (ISM).

[27] En décidant par décret le 6 janvier que l’ensemble des documents officiels devraient dorénavant et de façon immédiate porter la mention « État de Palestine », M. Abbas a parallèlement fait preuve de ce qu’on pourrait au minimum qualifier de précipitation. Doté du contrôle exclusif des points de passage entre la Cisjordanie et l’étranger, Israël aura, en effet, toute latitude pour interdire de sortie les détenteurs de ce passeport émis par un État qu’il se refuse à reconnaître.

[28] Benjamin Barthe, Ramallah Dream, Paris, La Découverte, 2011, décrit fort bien cette réalité.

[29] Omar Shaban, “New Class of Palestinians Get Rich On Gaza Tunnel Trade“, Pal-Think, 31 janvier 2013.

Pour citer ce billet : Legrain Jean-François, « Gaza, novembre 2012 : une ‘victoire’ de Hamas pour quoi faire ? », Carnets de l’IREMAM, 3 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1835 (date de consultation)

 

Jean-François Legrain

Historien arabisant, Jean-François Legrain est chargé de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) depuis 1990, affecté à l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM)/Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence (Aix Marseille Université) depuis 2012.

More Posts - Website