La Grande Guerre à l’Australian War Memorial ou l’élaboration d’un mythe national.

L’Australian War Memorial (AWM) de Canberra est le musée d’histoire le plus visité d’Australie. Plus…

L’Australian War Memorial (AWM) de Canberra est le musée d’histoire le plus visité d’Australie. Plus qu’une institution muséale, il est devenu le temple de ce que l’historien australien Kenneth Inglis appelle la « religion civile » australienne, c’est-à-dire le culte des Anzacs et des valeurs qui leur sont associées.

              À la suite de la déclaration de guerre du Royaume-Uni à l’Allemagne le 4 août 1914, l’Australie se retrouve engagée dans le premier conflit mondial. 416 809 Australiens s’enrôlent, près de 324 000 quittent l’Australie. À la fin de la guerre, 61 000 sont morts, 154 000 blessés et 4000, prisonniers.[1] Alors que le conflit fait rage, certains Australiens, dont le correspondant de Guerre C.E.W. Bean, comprennent l’opportunité formidable qui se présente à la toute jeune Australie, fédérée en 1901, de fonder un récit national. Début 1917, à Londres, une Australian War Records Section est créée.[2] Elle est chargée de collecter les traces matérielles de l’engagement australien. L’entreprise est considérable et les « reliques », comme elles sont déjà appelées, sont envoyées par bateaux en Australie. La guerre finie, des expositions temporaires sont organisées à Melbourne, puis à Sydney avant que le projet d’Australian War Memorial soit définitivement arrêté par le Gouvernement.[3] L’AWM est construit à Canberra, la capitale fédérale. Il ouvre ses portes en 1941. Sa localisation symbolique atteste l’importance qui lui est accordée par les pouvoirs publics. Le Parlement, l’ancien Parlement et le Mémorial sont parfaitement alignés le long de l’imposante Anzac Parade, seulement interrompue par le lac Burley Griffin (Illustration 1). Cette topographie témoigne du lien entre le Parlement qui émane du peuple et se consacre à l’avenir de la nation toute entière, et ceux qui se sont battus pour que cette dernière soit pérenne et libre. C’est l’hommage ultime rendu par l’Australie à ses soldats. Ceux qui sont morts pour l’Australie ne sont pas oubliés mais mis en valeur par une patrie reconnaissante de leur sacrifice et consciente que sa marche vers l’avant n’aurait pu se faire sans eux. Une telle architecture peut être vue comme un axe de légitimité : les soldats commémorés à l’AWM ont permis et permettent encore à la nation – incarnée dans le Parlement – d’exister tandis que cette même nation légitime leurs actions et en organise la commémoration (F. Virgili)[4]. Placé sous l’égide du Department of Veterans’ Affairs, l’AWM est doté de statuts légaux clairs mais peu flexibles. Le musée a pour mission de « commémorer le sacrifice des Australiens morts à la guerre » et se doit d’assister les Australiens à se souvenir, interpréter et comprendre les engagements militaires australiens.[5] Dès lors, à l’AWM, l’histoire australienne se confond avec l’histoire militaire du pays.

               Dans le discours officiel national – et nationalisant – l’histoire véritablement australienne commence le 25 avril 1915, jour du débarquement de l’ANZAC [acronyme pour Australian and New-Zealand Army Corps] dans les Dardanelles [Gallipoli][6]. En termes de politique intérieure, cette affirmation est lourde de conséquences et se traduit dans le parcours muséographique de l’AWM. Dès l’entrée du musée, dans le hall d’accueil, une barque utilisée lors du débarquement à Gallipoli, avec des impacts de balles, trône dans la pénombre. Devant cette barque, un panneau, sur lequel il est écrit : « Prière de respecter ce bateau historique ». Puis, en caractères plus petits, il est demandé de ne pas y toucher. Seul de son espèce dans le musée, ce panneau fait passer cette barque pour un objet de dévotion qu’on ne pourrait toucher à l’inverse de bon nombre d’autres objets présentés par ailleurs. Une citation de William Morris Hughes, Premier ministre de 1915 à 1923, est reproduite juste derrière la barque et informe le visiteur que « l’Australie est née sur le rivage de Gallipoli ». La première salle est consacrée au débarquement des Dardanelles et donne accès aux autres salles dédiées à la Première Guerre mondiale. À l’AWM, l’histoire de la nation australienne commence, dans le parcours muséal, avec la Première Guerre mondiale. C’est en 1986 seulement qu’une galerie évoquant l’histoire militaire australienne d’avant 1914 a été ouverte à l’Australian War Memorial. Cette galerie s’appelle Soldiers of the Queen et traite de l’histoire militaire australienne jusqu’à la fin de la guerre des Boers. Difficile d’accès et hors du parcours muséal chronologique, elle attire très peu de visiteurs.

                L’AWM est composé de différents dispositifs commémoratifs comme le Hall of Memory, le Roll of Honour ou encore la Pool of Reflection (Illustration 2 et 3). Pourtant, ce sont les galeries du musée, par des représentations héroïques de la corporéité combattante, qui remplissent au mieux la fonction de commémoration telle qu’elle est organisée par le Mémorial et qui révèlent la perception officielle de la guerre de 14-18 en Australie.

Ce n’est pas l’histoire de la Première Guerre mondiale qui y est contée mais l’histoire d’Australiens dans des engagements militaires australiens. Le digger (soldat australien de la Première Guerre mondiale) y est omniprésent. Il est représenté par des statues, dans des tableaux ou encore par des dispositifs muséographiques, mais aussi par les objets qui lui ont appartenu. Cette omniprésence du digger tient sans doute au traumatisme vécu par la nation australienne : tous ses combattants de la Grande Guerre, si ce n’est le général Bridges et le soldat inconnu inhumé en 1993, ont été enterré en pays étrangers. L’absence de tombe en Australie, ainsi que les statuts légaux du musée, contribuent à expliquer l’hyper-représentation muséale de ces mêmes combattants. À travers les commandes du musée, il est possible d’analyser la part que prennent les représentations du corps des Anzacs dans la muséographie de l’AWM et dans la construction de la légende des Anzacs. Ceux-ci sont grands, forts, beaux et leur torse vaillant toujours exposé au danger, face à l’ennemi.

 À l’AWM, la Première Guerre mondiale est avant tout une affaire d’hommes, de muscles (Illustration 4 et 5). La modernité de la guerre, sa singularité même, est niée par des représentations archaïques et épiques du combat, héritées des nations européennes qui les ont elles-mêmes abandonnées avec la Grande Guerre. Le digger, littéralement celui qui creuse, surnom représentant de façon saisissante l’activité combattante de 14-18, au ras du sol, dans la boue, est systématiquement représenté debout.

 C’est en quelque sorte le paradoxe du « digger vertical » alors qu’à l’inverse, l’Historial senPéte;ave– pour aveciter que cet exemple –a choisi un mode d’exposition des corps à l’horizontal pour illustrer la nouvelle nature du combat et la fin du corps militaire redressé [7]. Par ailleurs, là où l’Historial choisit de montrer la souffrance des corps traumatisés, explosés et déshumanisés, ces types de représentations sont évacués de l’expérience de guerre des diggers à l’AWM. En effet, si le corps est le lieu de l’héroïsation et de la glorification du digger, alors celui-là avepeut être défiguré, démembré ou en proie au shell-shock. Par conséquent les morts représentées sont propres et les blessures, légères. À Canberra nous sommes face à une déréalisation des effets corporels de la guerre (Illustration 6 et 7).

               

 

 

 

 

 

Ces représentations erronées de l’activité combattante de 14-18 à l’AWM découlent souvent de la volonté de donner une tradition militaire à la jeune armée australienne, de l’anoblir en quelque sorte, par le sacrifice, présenté comme volontaire, et d’héroïser les Anzacs. C’est ce que révèle un dispositif muséographique du Mémorial : le diorama. Les dioramas de l’Australian War Memorial ont toujours été une de ses attractions phares. Ce sont des maquettes en trois dimensions avec un fond peint d’une taille imposante. Sortes d’arrêts sur image, ils sont censés projeter le spectateur dans la bataille. Selon l’un des pères fondateurs du Mémorial, C.E.W. Bean, il s’agissait de représenter le plus fidèlement possible certaines actions australiennes victorieuses et surtout de montrer la guerre à une population australienne aux antipodes de cette dernière.[8] Chaque diorama pourrait être soumis à une critique minutieuse, nous nous ne nous arrêterons ici que sur l’un d’entre eux : Magdhaba 1916 (Illustration 8).

La prise sans résistance d’un petit retranchement turc par de l’infanterie australienne montée (Light Horse), au cours d’une opération de plus grande envergure, devient, par le truchement du diorama, une charge de cavalerie glorieuse, héroïque et audacieuse. L’artiste, William Leslie Bowles, pourtant au fait de la réalité, s’en est volontairement émancipé. Ainsi, les détails les plus importants de la maquette sont historiquement faux. Ni les Turcs ni les Australiens n’avaient la baïe;avtte au canon ; aucun Australien n’a mis son fusil en joue ni utilisé sa baïe;avtte au moment de franchir la redoute ; la troupe qui ouvrait un feu de couverture a disparu de la scène.[9] Mais peu importe, ce qui compte ici c’est de placer ces hommes dans une tradition militaire équestre toujours valorisée dans les représentations des contemporains. Il s’agit également de montrer, que ces hommes, n’appartenant pas à la Cavalerie et par conséquent insuffisamment équipés, peuvent se battre à cheval. La guerre révèlerait des qualités ayant germées chez les Light Horsmen du fait même qu’ils soient des australiens du bush et donc d’excellents cavaliers dans l’imaginaire national. Les qualités des Anzacs, inscrites sous les vitraux les représentant dans le Hall of Memory (Illustration 9), sont corporifiées dans les représentations muséographiques du digger, transformant une certaine interprétation de cet imaginaire national en réalité physique – par des statues, sculptures, tableaux et autres expôts. Ces représentations muséales permettent d’identifier des caractéristiques et des valeurs présentées comme nationales, véritablement australiennes. L’avantage de la naturalisation de qualités, c’est qu’elle rejaillit par extension sur la nation toute entière, ce qu’ont bien compris certains gouvernements.

            Depuis une quinzaine d’année, l’AWM s’est considérablement politisé [10]. L’interprétation et la représentation de la Grande Guerre en Australie forment en réalité un enjeu identitaire. Le décalage entre l’historiographie universitaire et les représentations collectives demeure important. La fréquentation de l’Anzac Day (25 avril) qui n’a jamais été aussi importante que durant les dix dernières années l’atteste. Elizabeth Rechniewski, de l’Université de Sydney, a même qualifié ce phénomène « de réinvention de la tradition » [11]. L’inflation mémorielle est grandement liée à la politisation de la mémoire dans une quête pour définir l’identité nationale. Cependant, la mémoire officielle et nationale qui se déploie à l’AWM ne signifie pas qu’il n’y a pas de mémoires de la Première Guerre mondiale concurrentes. En effet, chaque État a son propre mémorial, parfois doté d’un musée et donc d’un discours propre. À l’Anzac Memorial de Sydney par exemple, l’interprétation de l’engagement australien est beaucoup plus doloriste et bien moins glorifiante. Ainsi, la mémoire de la Première Guerre mondiale et le culte des Anzacs comme pierre angulaire de l’identité australienne sont remis en question par d’autres récits nationaux qui identifient dans des événements différents la définition de cette identité nationale. Quoi qu’il en soit, l’Anzac Industry, selon les propos de l’historien Kenneth Inglis, semble avoir encore de beaux jours devant elle [12]. Elle s’accompagne également d’un tourisme de mémoire sur les champs de bataille australiens qui s’est fortement intensifié depuis près d’une décennie. Dans la Somme, à Villers-Brete;avux par exemple, la fréquentation du mémorial national australien lors de la cérémonie de l’Anzac Day bat des records. Enfin, à une trentaine de kilomètres de là, le Gouvernement australien devrait financer à hauteur de 10 millions de dollars un projet d’Australian Western Front Remembrance Trail c’est-à-dire un chemin du souvenir pour les Australiens, sur les lieux mêmes où leurs diggers se sont battus.

photographies prises par l’auteur / photos taken in situ by the author

[1] Données consultables sur le site de l’AWM: http://www.awm.gov.au

[2] AWRS, Report on the work of the Australian War Records Section from May 1917 to September 1918, the Officier in Charge, London, 30th September 1918, p.1, AWM224. 

[3] McKERNAN Michael, Here is their Spirit, p. 84-85.

[4] VIRGILI Fabrice, « L’Australian War Memorial à Canberra » dans Vingtième siècle,  2009- 1 (n°101),  p. 197.

[5] Site interavt de l’AWM: http://www.awm.gov.au/about/overview.asp

[6] CROTTY Martin, « 25 April 1915 : Australians troops land at Gallipoli : trial, trauma and the ‘birth of the Nation’ » in Turning points in Australian history edited by CROTTY Martin & ANDREW ROBERTS David, University of New South Wales Press, Sydney, 2009, p. 113.

[7] « Cahier des charges à l’attention du sculpteur George Lappas pour la conception d’une œuvre d’art contemporaine », Repérages, 5 avril 1991 voir « Horizontalité du front et verticalité de l’arrière »,  p. 7

[8] Voir Bean, lettre au Sénateur Pearce du 12 juin 1922, AWM38 6673 item 803.

[9] Se référer au dossier AWM93 13/1/28

[10] FATHI Romain, Représentations muséales du corps combattant de 14-18. L’Australian War Memorial de Canberra à travers le prisme de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, mémoire de recherche, bibliothèque de la FNSP, Paris, 2010. Consulter le Chapitre 4.

[11] RECHNIEWSKI Elizabeth, « Quand l’Australie invente et réinvente une tradition. L’exemple du débarquement de Gallipoli (avril 1915), Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, n° 101, janvier-mars 2009, p. 123-132.

[12] INGLIS Ken, Sacred Places. War memorials in the Australian landscape, Melbourne, Melbourne University Press, third edition of 2008 [1998], voir la section : « Epilogue : Toward the centenary of Anzac » p. 458-483.

 

Notes sur les pirogues employées dans les diverses contrées reconnues par la corvvtte l’Astrolabe

 Ce texte est le premier écrit de Pâris sur les embarcations extra-européennes, rédigé à l’app…

 Ce texte est le premier écrit de Pâris sur les embarcations extra-européennes, rédigé à l’appui des plans qu’il a relevés à la demande de Dumont d’Urville à l’occasion du voyage de l’Astrolabe entre 1826 et 1829. Pour une analyse de ce texte, voir l’article du 13 mai 2012.

Transcription corrigée du manuscrit de 86 pages conservé à la bibliothèque du Musée national de la Marine à Paris sous la cote J11674.

Parmi les nombreux objets qui s’offrent au marin dans les divers pays sauvages qu’il parcourt, son art encore dans l’enfance mérite son attention. Indépendamment des observations curieuses en elles-mêmes, la comparaison des différents moyens que les peuples des nombreuses îles du grand Océan ont inventés pour affronter les mers qui entourent leurs îles peut fournir quelque rapprochements intéressants. Chez l’un il voit l’art, encore dans l’enfance, ne pouvoir suffire à la moindre entreprise ; tandis que dans d’autres pays, l’audace aidée de l’industrie a su former des pirogues capables de soutenir de longues traversées vt des mauvais temps vt avec lesquelles, s’ils pouvaient diriger leur route, les habitants pourraient entreprendre des expéditions lointaines dans les mers peu orageuses des tropiques. Les procédés variés que les habitants ont employés pour la construction de leurs pirogues peuvent aussi fournir des rapprochements intéressants vt fournir quelques idées sur les communications que ces peuples peuvent avoir entre eux, et peut-être même entrer en considération avec la nature de la race des habitants pour former des conjectures sur la manière et surtout la direction qu’a suivie la population du Grand Océan pour se répandre dans les innombrables îles qui en couvrent sa surface. Mais de pareils rapprochements exigent des combinaisons dont une tête forte et munie de longues études est seule capable. Aussi, laissant à des marins plus habiles le soin d’établir des systèmes plus ou moins vraisemblables, je me restreindrai à la simple description des pirogues que nous avons vues.

Ce fut avec un bien vif plaisir que je me vis chargé par  le chef de l’expédition de faire une collection de toutes les pirogues qui se présenteraient à nous. Ce travail était du domaine de notre dessinateur, aussi ne fut-ce qu’avec son approbation que je l’acceptai ; mais déjà surchargé d’ouvrage lui-même il me laissa avec plaisir une partie qui était la seule que je pus faire passablement, la règle et l’équerre devant toujours servir de guide. / J’ai toujours mis la plus grande exactitude dans  la mesure des dimensions que j’ai prises du corps et des parties de toutes les pirogues, et j’ai cru préférables des plans exacts à des dessins que les mouvements continuels de l’objet rendent presque toujours inexacts et qui, d’ailleurs, ne donnent aucune de ses dimensions, la seule échelle qui puisse être employée dans ce cas étant la taille des hommes, et elle varie beaucoup suivant les climats et les races qui les habitent. D’ailleurs, au moyen des projections, on peut facilement par la perspective déduire des dessins plus exacts que ceux faits à l’œil et qui, animés de quelques personnages, présentent un aspect aussi agréable.

Toutes les pirogues sont représentées en projection horizontale ou vues à vol d’oiseau, et en projection verticale, par leur travers et quelquefois par l’une des extrémités, lorsque ce nouvel aspect a pu apporter quelque éclaircissement sur la forme et la construction.

Les voiles ne sont point rapportées sur la projection horizontale parce que, même dans le cas où elles ne seraient pas dans un plan vertical cette  projection n’indiquerait en rien leurs dimensions. Mais sur la projection verticale, elles sont représentées dans leurs dimensions réelles, ou bien les plus probables lorsque les circonstances ont empêché de les mesurer, chose plus difficile à faire que pour le corps de la pirogue. Les ombres n’ont été placées sur les voiles que pour rompre l’uniformité d’une teinte plate car elles  (les voiles) ne forment pas de courbes, étant représentées dans leurs dimensions réelles. Le tissu, lorsqu’il est remarquable par les dessins, est  représenté à part, ou si la voile est formée d’une natte uniforme, le travail est exprimé le plus exactement  possible. La largeur des laizes qui forment les voiles a été souvent mesurée ou bien, en comptant le nombre dont la voile était composée, il a été facile d’en avoir la largeur à très peu de chose près.

Les divers ustensiles relatifs à la navigation tels que pagaies, écopes, etc. sont sur la même échelle. /

Les grandes différences qu’il y a dans  les dimensions des diverses îles et quelquefois de la même île a fait adopter deux échelles : l’une de ½ centimètre par pied pour les plus grandes et l’autre de 1 centimètre par pied pour les plus petites et les pirogues ordinaires..

Quatre espèces de pirogues dans le Grand Océan

Les pirogues  usitées par les divers peuples du grand Océan forment quatre espèces bien distinctes.

1°- celles sans balancier

2°-  à un seul balancier

3°-  à un seul balancier et ayant une plate-forme sous le vent

4°- à double balancier

On pourrait donner à ces quatre genres différents les noms des peuples qui les emploient et les nommer ainsi :

1° Zélandais

2° Polynésien

3° Carolin

4° Malais

Chacun de ces trois derniers procédés, employés pour donner plus de  stabilité aux pirogues, a ses avantages et ses défauts. Le plus ingénieux cependant est le troisième en ce que, sans être aussi incommode et retarder autant la marche que le balancier double, il peut empêcher la pirogue de chavirer lorsque la voile vient à masquer.

L’ordre chronologique du voyage a été conservé dans les ordres des numéros de la collection de pirogues et il s’accorde à peu près avec les séparations des diverses espèces et les progrès de l’art chez les différents peuples. /

 Nouvelle-Hollande

Planche 1, Baie Jervis[1]

L’ignorance et l’abrutissement dans lesquels vit la race abjecte de la partie Sud de la Nouvelle-Hollande est si grande que, quoique sur ses côtes elle peut trouver une nourriture abondante, elle n’a pas su inventer le moyen d’utiliser cette branche et craignant l’eau comme beaucoup d’animaux, n’a jamais osé se risquer sur une planche ou sur un esquif, perdant ainsi un des plus riches moyens de subsistance que puissent offrir ces côtes arides et dépourvues de végétaux nutritifs Aussi à la baie du Roi Georges nous n’aperçûmes aucune pirogue, soit sur les plages soit dans les villages des misérables habitants. Ce n’est qu’à la baie Jervis que nous aperçûmes une pirogue à moitié ensevelie sous le sable, si toutefois un morceau d’écorce d’arbre mérite ce nom. Celle que nous trouvâmes sur le rivage près de l’observatoire avait 12 à 15 pieds de long. L’écorce était tenue écartée  au milieu par deux morceaux de bois, recourbés sur eux-mêmes par une corde en écorce en forme d’arc très recourbé et formant ainsi la membrure. L’écorce venait aux extrémités se réunir sur un amarrage grossier qui lui faisait faire des plis. Ce faible esquif n’avait pour ainsi dire aucune forme et sa faiblesse était telle que je doute que l’on put s’en servir longtemps vt qu’il put porter plus de deux hommes. Quant au moyen de le conduire, il est probable que la moindre branche d’arbre sert de pagaie, car nous ne vîmes rien qui en eut la forme entre leurs mains. Les arbres superbes qui couvrent la plaine et les montagnes environnantes ont des troncs élevés et unis dont l’écorce peut servir à cette construction ; il doit être cependant bien difficile d’enlever sans la rompre une surface une surface pareille, dont l’étendue était de 15 pieds de long sur au moins 3 de large. J’ignore quel est le procédé  employé par les habitants déjà bien moins bas que ceux de la terre de Lewin et qui possèdent quelques outils en fer qu’ils tiennent des Anglais dont les habitats commencent à approcher de leur Baie. /

Nouvelle-Zélande

Anse de l’Astrolabe[2], Planche 2[3] 

Les habitants de la Nouvelle-Zélande ont su tirer parti des beaux arbres qui croissent sur leurs montagnes pour la construction de leurs pirogues, et nulle part dans les autres archipels nous n’en avons vues qui fussent aussi longues, étant d’une seule pièce de bois. Les ornements dont elles sont couvertes sont sculptés avec finesse et c’est le pays où ce genre de luxe est poussé le plus loin entre les tropiques. La sculpture plus parfaite n’est employée qu’aux armes et aux ornements des habitations des chefs mais, quoique les Nouveaux-Zélandais aient des pirogues d’une idée – si l’on peut s’exprimer ainsi – moins ingénieuse que celles des pays intertropicaux, ils ont su remplacer cela par les ornements et la finesse du travail. Le même genre de construction règne dans les deux îles, et celles de l’Anse de l’Astrolabe, sur Tavaï-Poënamon, sont aussi bien travaillées que celles  d’Eahei-Nomavei, quoique le peuple qui habite la première de ces deux îles ne paraisse pas avoir autant d’industrie que le second et qu’il manque totalement des outils que le commerce  procure maintenant en assez grande abondance aux peuples de l’île du Nord. Il est vrai que cette remarque est générale, que dès que les moyens européens commencent à s’introduire chez un peu peuple non civilisé, l’industrie sauvage est aussitôt anéantie. La Baie des Iles nous en a donné une preuve bien frappante.

Les pirogues zélandaises que nous vîmes à l’Anse de l’Astrolabe sont formées d’une longue pièce de bois creusée et arrondie au dessus. Cette pièce aurait trop peu de profondeur, aussi lui a-t-on ajouté des espèces de fargues qui la surmontent de chaque côté dans toute la longueur. Sur l’avant il y en a une semblable, mais moins large, adaptée sur la première fargue pour donner une hauteur encore plus grande à cette partie qui fend la mer.. Ces planches longitudinales ou fargues / sont adaptées au corps de la pirogue au moyen de deux lattes en bois d’un pouce et demi de large, l’une extérieure et l’autre intérieure, et qui sont fixées entre elles et serrées l’une vers l’autre par des liures en phormium qui traversent le corps vt la fargue au-dessus et au-dessous des lattes. Les parties supérieures des fargues sont jointes l’une à l’autre par des bancs nombreux, peu larges et peu épais, et fixés sur la fargue par un amarrage croisé.

Les extrémités sont ornées de sculptures faites avec beaucoup de finesse. Elles forment des spires à jour très exactes dont  les révolutions sont liées par des petites portions de rayons en bois. D’autres spires plus petites sont situées entre les grandes et mélangées de courbes bizarres, toutes perlées ainsi que tout le reste et travaillées avec la plus grande finesse. L’ornement de l’arrière est élevé et très élancé. La fig. de la planche 2, faite sur une échelle double de celle de la pirogue, en donnera une idée. Cet ornement terminé au bas par un massif en bois est fixé à l’arrière de la pirogue par des amarrages qui passent dans des trous et sont peu apparents dans les pirogues bien faites. L’ornement de l’avant a, sur son extrémité antérieure, une tête d’homme informe, dont le front et la langue sont très saillants. Les yeux sont en nacre. Derrière cvtte statue bizarre est une planche à jour dans laquelle sont dessinées des spirales plus grandes que celles de l’ornement de l’arrière, et les vides qu’elles laissent entre elles et la bordure sont remplis de courbes bizarres. Le tout est perlé et, de même que l’ornement de l’arrière, peint avec de la sanguine qui tient bien et résiste à l’eau. Sur la même planche sont représentées deux autres ornements. Ils n’étaient point à jour mais bien polis et peints. Comme les premiers, ils appartiennent à des pirogues dont la longueur est d’environ quarante pieds. Ce sont les moindres que nous ayons vues à l’Anse de l’Astrolabe.

Les pagaies, longues d’environ cinq pieds, sont minces et d’un bois léger et poli. Sa forme pointue permet de l’employer comme arme. C’est le seul moyen que nous leur ayons vu employer pour mouvoir les pirogues. J’ignore si la voile leur est encore inconnue. Cela n’est pourtant pas probable vu les communications avec l’île du Nord. /

Les ustensiles de pêche sont la ligne et le filet.  L’un et l’autre sont faits en phormium et très solides. Le manque de fer contraint les naturels d’employer d’énormes hameçons  faits d’un bois courbe fortifié par des  amarrages d’un fil très fin, et dont l’extrémité est armée d’un os  acéré et dentelé, ou d’une arête de poisson. [Astrolabe, pl. 36 fig. 9-10]

 Cap Palliser de Cook

Près du Cap Palliser nous  fûmes accostés par une pirogue d’une construction entièrement analogue à celles des pirogues de l’Anse de l’Astrolabe, mais dont l’ornement de l’avant , au lieu de représenter une figure bizarre et hideuse, produisait assez bien la figure d’un homme dont  la tête était nue et les traits peu marqués. La bouche était fermée. Cette sculpture assez bien faite manquait beaucoup d’adresse, quoique le travail n’en fut pas aussi minutieux que celui des autres ornements.

  Baie Houa-Houa[4] – Tolaga de Cook, Planche 3[5]

Arrivés à la baie Houa-Houa, nous y vîmes des pirogues beaucoup plus  belles et plus grandes que les précédentes. L’une des mieux faites et des plus grandes représentée planche 3 a 52 pieds de long. Sa construction, semblable à celle décrite ci-dessus, ne différait que dans les ornements et dans des touffes d’herbes ou de poil placées sous chaque amarrage des lattes de la fargue. Les ornements de l’avant et de l’arrière étaient couverts de plumes à leurs sommets. Ces plumes sont d’un bleu foncé à reflets violets. Quelques plumes blanches entouraient les yeux de nacre de la figure de l’avant et un grand nombre de plumes bleues cachaient en tombant les spires de l’ornement , plus grand  mais non moins bien travaillé que celui de la baie Tasman. L’ornement de l’arrière était aussi  fait avec une grande finesse, et il faudrait un long travail pour que nos outils puissent  arriver à cette perfection de détail. Ainsi combien de temps ne doivent-ils pas coûter à des hommes auxquels l’usage du fer est presque inconnu. /

Les habitants de la baie Houa-Houa et de la côte qui s’étend  au NO font usage de voiles dans ces grandes pirogues, mais les petites n’en emploient point. Celles-ci ont depuis quinze pieds  jusqu’à 25, qui est leur grandeur ordinaire. Leur construction, moins soignée, est entièrement semblable et les ornements seuls diffèrent. La planche 4 en donne une idée. Les voiles, dont la base est située au quart de la longueur à partir de l’avant, forment un triangle isocèle à angle très aigu. Les deux grands côtés sont liés à deux tiges en bois réunies à leur partie inférieure qui est le sommet de l’angle aigu. L’un des deux, qui peut être considéré comme mât, a son extrémité enfoncée dans le milieu d’une corde en tresse qui, sans être raidie, est attachée par les deux bouts aux extrémités d’un banc de telle sorte que cette corde a du jeu sans que pourtant le mât puisse toucher le fond de la pirogue et se renverser avec facilité lorsque l’on largue l’étai…

Lorsque la voile est droite, celle des tiges de bois qui fait l’office de mât est maintenue par deux cordes partant d’un peu au-dessous du sommet et s’attachant aux extrémités du banc suivant de l’arrière, ce qui remplit l’office de haubans en empêchant le mât de tomber sur l’avant ou sur le côté, tandis qu’une autre corde, partant du même point du mât, s’attache à un banc quelconque de l’avant et s’oppose à la chute du mât sur l’arrière, et sert à le dresser lorsque l’on veut établir la voile. Une autre corde servant d’écoute est attachée à l’autre tige de bois au tiers à partir du haut comme les premières. La natte dont cette voile triangulaire est formée est travaillée avec beaucoup de soin et le dessin en est représenté planche 4 fig. 6. Toute la partie supérieure de la voile est ornée d’une garniture de plumes bleu foncé avec des reflets. Une longue touffe de ces plumes pend de l’arrière.

Ces grandes pirogues portent vingt-six nageurs et il y a de la place pour mettre d’autres hommes, la profondeur étant un peu plus grande dans ces pirogues que dans celles de l’Anse de l’Astrolabe. Il y a une plate-forme  formée d’un treillis grossier de bois liés entre eux. Au milieu est conservé un trou pour vider l’eau avec une petite écope à main, quelquefois sculpté avec soin. Les figures / de la planche 4 représentent sur une échelle double les ornements de ces pirogues, et celles sur les manières 4 et 5 donnent une idée des ornements des petites pirogues de la même Baie. Tous sont peints en gros rouge. De longues lances d’un bois dur et acéré forment un faisceau fixé sur les bancs.

Un peu au nord de Houa-Houa, nous fûmes accostés par de belles pirogues semblables à ces dernières, mais qui avaient leurs lances suspendues  à l’extérieur. L’ornement de l’avant était semblable mais celui de l’arrière, dépourvu de plumes dans le sens de la hauteur, n’en était garni qu’au sommet; une petite figure d’homme ayant une longue barbe était au bas de l’ornement enfoncé dans une touffe de plumes.

 Baie Wangari[6] / Bream bay de Cook, planche 4[7]

Étant mouillé devant la baie Wangari, trois pirogues vinrent à bord. Deux d’entre elles étaient petites et n’avaient rien de remarquable. Mais [la troisième] était fort belle et plus ornée qu’aucune de celles que nous avions vues. Elle n’excédait pas beaucoup en longueur celles de Tolaga, mais sa largeur beaucoup plus grande, était de cinq pieds. La voile ressemblait à celle déjà vue ; mais le travail était loin d’être aussi soigné. Mais sous le rapport de la sculpture cette dernière était bien supérieure aux autres. Sa fargue était ornée dans toute sa longueur d’un bas-relief représentant des figures humaines faites à leur manière et ayant des yeux de nacre. Entre ces figures, il y en avait d’autres, également saillantes, de formes bizarres, qu’il serait difficile d’assimiler à diverses parties du corps humain. Elles étaient couvertes d’un grand nombre de petites spires, figure pour laquelle les naturels ont beaucoup de goût et que l’on retrouve chez eux dans tout ce qui est ornement.  La fig. 10 de la planche 4 donne une partie de cette fargue dont le dessin était le même d’une extrémité à l’autre. Tout était peint en gros rouge. Ce travail était soigné et fini mais on n’y trouvait aucun goût, du moins pour nous Européens. / L’ornement de l’avant diffère de ceux déjà vus par sa forme et sa grandeur : il est également à jour et rempli de spires, mais deux morceaux de bois courbes assez forts le consolident, et c’est entre les espaces que sont les spires sculptées. A l’extrémité de cette pièce courbe se trouve une figure d’homme faite à leur manière et qui est répétée de l’autre côté. Des touffes de plumes noir bleuâtre surmontent le tout, surtout à l’extrémité supérieure qui en est entièrement couverte et d’où partent deux longs plumets blancs et flexibles, ayant environ deux pieds. La pièce qui orne l’arrière est d’une grandeur démesurée et entièrement couverte de plumes. Sa hauteur n’a pu être mesurée et n’est qu’estimée tandis que toutes les autres parties ont été mesurées avec soin. Le départ de la pirogue m’empêcha de prendre des données suffisantes pour la dessiner. Sa construction était du reste exactement semblable à celles déjà vues.

 Baie Shouraki[8] / Planche 5[9]

Peu après notre départ de la baie Bream, nous entrâmes dans le Canal de l’Astrolabe et la baie Shouraki, où nous vîmes des pirogues beaucoup moins bien construites . Elles ne sont formées que d’une seule pièce de bois  creuse, longue et peu profonde. Sa largeur est également petite et régulière d’une extrémité à l’autre. Aucun ornement  n’est adapté aux extrémités et il n’y a dans toute la pirogue qu’un seul banc auquel le mât est adapté, d’une manière analogue à celle décrite. Tout le fond est garni d’une plate-forme en mauvaises claies en branches d’arbre. Ces espèces de treillages reposent sur deux longues baguettes, fixées de chaque côté à la pirogue par de petits amarrages passant dans des parties saillantes conservées dans son bois. Étant dénuée de banc, les hommes de cvtte pirogue sont forcés de s’asseoir sur le plat-bord pour pagayer, ce qui doit encore diminuer la stabilité déjà bien faible d’un pareil esquif. Les pagaies, sont entièrement semblables à celles dont il a été question, et sur toute la côte de la Nouvelle-Zélande on ne trouve pas la moindre différence dans leur forme.  Nous ne vîmes à Shouraki que des pirogues aussi grossières que cette dernière, ce qui est étonnant pour un peuple qui paraît plus avancé que les autres. Peut-être la dernière guerre a-t-elle détruit toutes leurs belles pirogues. /

 Cap Nord

Près du Cap Nord il y eut des pirogues qui vinrent à bord. Elles ont une différence en ce qu’une seconde fargue placée au-dessus de la première préserve l’avant et l’arrière. La plupart de ces pirogues sont dénuées d’ornements. Je remarquai dans un morceau de planche qui termine l’arrière une coche très bien polie par le frottement, ce qui porte à croire qu’ils connaissent dans cvtte partie de l’île le moyen de gouverner avec un aviron ou bien de godiller, ce qui cependant ne doit pas être bon dans des embarcations aussi volages. Nous ne leur vîmes point de voiles et en général les Nouveaux-Zélandais ne paraissent pas aimer ce moyen commode de mouvoir leurs pirogues. Le peu de largeur qu’ils peuvent leur donner et le manque de lest et de quille rend peut-être les accidents très fréquents. Les communications des naturels de cvtte partie avec les Européens leur ont procuré du fer dont ils font de bons hameçons en fixant un clou à la partie la plus forte d’une petite oreille de mer, dont le reste est enlevé. Ces hameçons sont plus légers et plus petits que ceux en bois. Il paraît que cvtte partie est poissonneuse car les naturels nous échangèrent une très grande quantité de poisson.

 Baie des Iles.

Dans cette belle baie nous ne vîmes que de misérables pirogues. La guerre paraît avoir tout détruit. Peut-être pourtant y en a-t-il encore quelques-unes de belles dans l’intérieur des Eppahs L’une de cvs misérables pirogues vint à bord avec deux voiles toutes les deux semblables à celles dont il a été question. /

Tonga Tabou[10]

Ce fut à Tonga Tabou que nous vîmes les premières pirogues à balancier dans lesquelles l’industrie sauvage se montre beaucoup plus que [dans] cvlles qui en sont dénuées et qui, comme à la Nouvelle-Zélande, ne sont guère que le fruit d’une longue patience, à laquelle l’idée ingénieuse du balancier est bien supérieure. Cette machine simple et légère donne beaucoup de stabilité aux pirogues, et par le peu de surface qu’elle offre à l’eau, n’apporte qu’un faible obstacle à la célérité de la marche, si toutefois c’est un désavantage, car rendant la pirogue plus stable, il n’exige qu’une largeur beaucoup moindre dans le corps de la pirogue et permet de lui donner plus de creux. D’ailleurs le balancier permet d’avoir de grandes voiles et de les porter avec des brises très fraîches ; tandis que la moindre bouffée peut faire chavirer la pirogue zélandaise. Les pirogues doubles que l’on peut regarder comme une extension de l’idée du balancier, sont aussi usitées à Tonga Tabou ; elles offrent aussi  de très grands avantages mais demandent beaucoup de solidité pour résister longtemps à une mer un peu forte.

Les habitants de Tonga Tabou se servent de quatre espèces différentes de pirogues :

1°- Les pirogues doubles nommées Calié

2°- Les pirogues à balancier se servant de voiles : Vaca

3°- Les pirogues légères et bien construites : Tafahanga

4°- Cvlles petites et grossièrement construites : Boopaa

 Calié, Planches 6 et 7[11]

Les pirogues doubles sont formées de deux pirogues d’inégale grandeur, jointes par une plate-forme d’une longueur égale à peu près aux 2/5e de la longueur de la plus grande. Cette plate-forme dépasse d’un ou deux pieds les bords des deux pirogues, dont les extrémités extérieures à la plate-forme sont recouvertes d’une longue planche un peu courbe, cousue avec / soin au corps même de la pirogue, de sorte que ses extrémités peuvent ainsi plonger dans l’eau sans qu’elle puisse s’introduire dans l’intérieur, la plate-forme étant plus élevée. La surface de la plate-forme a une petite courbure, dans le sens de la largeur, pour empêcher l’eau d’y séjourner. De fortes courbes dans un plan vertical sont amarrées aux petites poutres de la plate-forme, la soutiennent et la lient fortement aux corps des deux pirogues, auxquelles cvs courbes tiennent par de forts amarrages en rotin passés dans des trous pratiqués dans des renflements conservés dans le bois des deux côtés de l’endroit où la courbe doit porter. C’est ainsi qu’ils suppléent au manque de clous et aux chevilles. Ces amarrages et les courbes, étant très multipliés, forment une charpente solide et en même temps élastique. Ces pirogues ne sont point d’une seule pièce comme celles de la Nouvelle-Zélande, ce que du reste leurs dimensions rendrait impossible ; mais vlles sont formées d’un grand nombre de formes irrégulières, cousues entre vlles de la même manière que pour les tafahangas, et de plus jointes par cvs courbes nombreuses. Toutes ces pièces formant pour ainsi dire le bordage de la pirogue ont fort peu d’épaisseur, et le travail en est si fini que je n’ai vu le calfatage employé dans aucune des nombreuses pirogues que j’ai examinées. Le poli seul du bois s’oppose à l’introduction de l’eau. Combien de travail et de temps doit-il falloir à ces peuples pour obtenir d’un gros tronc une planche mince et unie, eux qui ignorent l’usage de la scie et n’en conçoivent pas encore bien tous les avantages.

La grandeur des caliés varie beaucoup : les plus petites ont 45 pieds de longueur (pour la plus grande des deux pirogues), mais au village de Mafanga[12], notre commandant, dans l’une de ses courses, en mesura une dont la longueur  était de 80 pieds. Le creux de cvtte pirogue devait être d’au moins cinq à 6 pieds au milieu.

Cvlle dont j’ai pris les dimensions appartenait au chef Palou à Moua[13] et elle était située sur le bord de la mer, sous un hangar d’une construction aussi élégante que solide. /

La petite pirogue qui fait l’office de balancier a environ un quart de moins en longueur. Elle est recouverte par une planche à chacune de ses extrémités comme la grande mais pointue à ses deux bouts, tandis que cvux de la grande sont coupés carrément et servent à placer la vergue dans une cavité d’environ quatre pouces de diamètre, bordée des [dvux] côtés par une partie saillante dans laquelle est pratiqué un trou où l’on passe un bout de corde, pour assujettir les vergues. La planche qui recouvre la grande pirogue est saillante d’un des côtés ; un trou est pratiqué dans cvtte partie et sert de passage à l’étai qui, passant par un nouveau trou de cvtte même partie saillante, s’attache en un point quelconque sur la plate-forme.

A chacune des extrémités de la grande pirogue, car tout est semblable aux deux extrémités, est attachée fortement une grosse tringle en bois dont l’autre bout est fixé à la partie extérieure du côté de la plate-forme (c’est du côté opposé à la petite pirogue, c’est-à-dire le côté de dessous le vent). C’est entre cette tringle et la pirogue que se place le grand aviron qui sert de gouvernail et qui se trouve ainsi maintenu des deux côtés. Une corde, attachée à un trou pratiqué au commencement de la pelle de l’aviron, le retient à bord, de sorte que l’homme qui gouverne n’a point à résister à la force du sillage et peut gouverner sans se fatiguer avec cvtte pièce dont les dimensions sont fort grandes. Les deux bouts de ces deux pirogues qui forment le calié sont entièrement semblables, devant être tantôt avant, tantôt arrière comme nous le verrons. Outre cvt aviron, ils en ont de petits avec lesquels ils godillent verticalement, en les passant dans des trous pratiqués dans la plate-forme. Cet exercice est très fatiguant et exige que les dvux hommes qui godillent soient fréquemment remplacés. L’effort assez faible de ces godilles est soutenu par celui des pagayeurs qui, assis sur le bord de la plate-forme ou sur les extrémités recouvertes des pirogues, pagaient avec des pagaies semblables à celles des tafahangas. / Mais ces moyens sont trop faibles pour donner une vitesse un peu grande à ces grosses masses, semblables en cela à nos navires européens qui, lorsqu’ils n’ont point de vent, manquent de moyens de se mouvoir. Quand le fond est petit les caliés vont assez vite en poussant le fond avec de longs bambous.

Au milieu de la plate-forme est situé un échafaudage établi sur quatre piquets principaux et qui soutient une seconde plate-forme beaucoup plus petite. Les piquets situés du côté de la grande pirogue dépassent de trois ou quatre pieds la 2e plate-forme et soutiennent des tringles horizontales contre lesquelles s’appuie le mât. Ces tringles sont garnies de porcelaines blanches, et aux extrémités sont pendus de gros paquets de ces mêmes porcelaines. C’est le seul ornement que l’on remarque dans ces caliés. Sous la plate-forme élevée qui sert de siège aux chefs est un toit oblique, ayant son côté d’abri du côté de la grande pirogue, c’est-à-dire sous le vent. C’est sous cvt abri que dorment les naturels. Deux panneaux rectangulaires sont pratiqués dans la plate-forme au-dessus de chacune des pirogues et servent de passage pour vider l’eau et aller dans l’intérieur où se trouvent, à diverses hauteurs et sans aucun ordre, des planches et des claies sur des tringles transversales. On y met les provisions et les nattes qui sont ainsi à l’abri de l’eau qu’il y a toujours au fond. Au pied de l’échafaudage et du côté de la grande pirogue est placée l’emplanture du mât, dont la forme est assez ingénieuse. Cette emplanture est formée [d’]un morceau de bois fixé au pont et ayant au milieu une saillie ayant à peu près la forme d’un demi-ellipsoïde coupé suivant le grand axe. Cette pièce est située au-dessus du plat-bord du côté de la grande pirogue le plus voisin de la petite, c’est-à-dire le côté intérieur, de sorte que tout l’effort du mât repose sur un seul côté de la grande pirogue. Cette portion d’ellipsoïde a, dans le sens de sa longueur, une entaille assez profonde et régulière large de deux bons francs, mais cvtte / entaille est discontinuée au milieu par une cloison suivant le petit axe qui est d’une hauteur égale au reste de la pièce. C’est sur cvtte cloison que se place l’extrémité inférieure du mât qui est fourchue et taillée de manière à bien remplir l’entaille longitudinale, et empêche ainsi le mât de jouer dans aucun sens. La cloison est arrondie au haut afin que le mât puisse se mouvoir facilement dans le plan de la longueur. Cet appareil très simple permet de donner toutes sortes d’inclinaisons au mât et doit surtout donner beaucoup de facilité pour mâter les énormes mâts de ces pirogues. Comme ces pirogues présentent au vent toujours le même côté qui est celui de la petite, les haubans ne sont nécessaires que de ce côté. Ils s’amarrent sur une forte tringle horizontale tenue par deux piquets plantés sur le bord de la plate-forme, au-dessus du plat-bord extérieur de la petite pirogue dans laquelle il est probable qu’ils entrent pour y être amarrés plus solidement. Le mât, étant situé contre l’échafaudage du milieu, s’appuie sur lui pour ne pas tomber du côté du vent. Si la voile masque, il doit être difficile de l’amener et l’échafaudage pourrait, s’il n’est pas assez solide, être abattu. Les haubans, ainsi que les deux étais dont il a été parlé, ne sont capelés qu’au tiers ou au quart du mât à partir du sommet. Ils sont en bon filin fait avec de l’écorce de Cocos. La longueur du mât est égale aux 2/3 ou aux ¾ de celle de la grande pirogue ; les deux vergues lui sont égales en longueur. Elles sont jointes entre elles par une forte corde longue de 6 pouces et l’une d’elles a son extrémité enfoncée dans le trou dont il a été question (c’est toujours celle du mât, c’est-à-dire la supérieure), tandis que l’autre pend au dehors de la pirogue. La voile, faite en natte, a la forme d’un triangle isocèle. Elle est rabantée aux deux vergues dans toute leur longueur. / Celle des vergues dont l’extrémité repose dans le trou de l’avant  a une drisse assez grosse qui passe dans le trou du croissant du haut du mât, sans qu’il y ait de ris. Cette drisse, n’étant point frappée au bout de la vergue, exige l’inclinaison du mât que la disposition des étais rend très facile. Lorsque les naturels veulent amener cvtte voile, ils halent à bord la vergue inférieure par l’écoute en filant la drisse et tirant à vux la voile jusqu’à ce qu’ils aient atteint la vergue supérieure. Lorsque la brise est fraîche, il est difficile d’amener : la voile bat beaucoup et finit par tomber dans l’eau. Ils ne font jamais usage du racage. Peut-être craindraient-ils que cvtte addition dont les Européens ont dû leur donner l’idée n’empêcha d’amener dans un cas pressé. Une drosse pourrait obvier à ce dernier inconvénient Lorsque la voile est serrée et rabantée, ils la poussent au large avec un bâton fourchu qui, joint à l’écoute, sert aussi à diriger la voile lorsqu’elle est établie. Dans cvtte position (amenée), l’une des vergues est soutenue par sa drisse, l’autre par une balancine fixe qui part du même point que les haubans et les étais. Lorsque la voile est amenée, ils la poussent ainsi sous le vent pour dégager la pirogue, et surtout pour que les haubans fassent force et que le mât ne fatigue pas trop l’échafaudage. Les voiles sont faites avec des nattes tressées et très légères cousues entre vlles. Chaque laize a environ deux pieds de largeur. La grande surface de cvs voiles doit, malgré la légèreté de l’étoffe, en rendre la manœuvre difficile, quoique la disposition du mât et des manœuvres soit très ingénieuse et très commode. Elles orientent parfaitement et tiennent mieux le vent que nos meilleures embarcations. Je pense que sur la vaca où j’ai été à la voile, nous étions au plus à 4 quarts et demi, cinq quarts, et le sillage était beau. Elles  virent de bord lentement et sans gagner au vent, comme nous le verrons plus tard. / La pirogue devant toujours présenter le même côté au vent, l’avant devient nécessairement arrière et réciproquement pour qu’elle vire de bord. Pour virer de bord, les naturels font d’abord une petite arrivée de manière à présenter le travers au vent, à être largue afin d’avoir moins à revenir au vent sur l’autre bord. Ils filent alors l’écoute en bande. Plusieurs hommes se portent au point de jonction des deux vergues, tandis que d’autres, pesant sur l’étai de l’autre extrémité du bateau, tendent à relever le mât et ainsi concourent à retirer le bout de la vergue du petit trou où il est engagé (la petite estrope a été larguée auparavant) et en continuant à abraquer cvt étai tandis que l’autre se file à retour, ils font incliner le mât et facilitent ainsi beaucoup le transport du point de jonction des vergues à l’autre extrémité, où elles se fixent pour ainsi dire d’elles-mêmes en filant l’étai opposé pour que la vergue supérieure s’enfonce dans le trou. L’écoute étant aussitôt dépassée on borde la voile, ce qui fait venir au lof avec rapidité. Pendant cvtte manœuvre, le grand aviron est transporté et établi à la partie qui devient l’arrière, à moins qu’il n’y en ait deux. Alors l’un se rentre et l’autre se pousse entre la tringle et le bord. On voit que l’on ne touche point aux haubans du vent, ce qui dans le fait est inutile, la vergue devant se mouvoir dans le plan de la longueur et du côté opposé aux haubans qu’elle tend toujours ainsi à maintenir tendus, soit par la force du vent qui la fait faseyer, soit par son poids de manière à ce que le mât ne porte pas avec trop de force sur l’échafaudage.

D’après ce qui vient d’être dit, il faut pour virer de bord que le point de jonction des deux vergues aille de l’avant à l’arrière. C’est pour faciliter et même rendre possible ce mouvement que les mâts sont inclinés. Leur longueur n’excède pourtant pas la distance du point où est frappée la drisse au point de jonction des vergues, de sorte qu’il faut que les vergues soient poussées en dehors de la pirogue parce qu’elles ne pourraient passer par dessus la plate-forme. Les tringles du gouvernail doivent beaucoup faciliter ce mouvement. C’est sans doute aussi pour que la voile, par son poids et par l’effort qu’elle supporte devant, ne soit ni enlevée au large ni trop pressée / contre le bord, que la drisse est frappée aux deux tiers à partir du point de jonction. Le virement de bord s’effectue avec assez de promptitude mais sans gagner au vent. Il est vrai qu’on ne perd pas non plus. On conçoit facilement qu’il ne peut pas y avoir d’autre moyen de virer de bord, le même côté devant toujours rester au vent : celui de la petite pirogue, qui est remplacée par le balancier pour les vacas dont la manœuvre est exactement semblable. D’après la disposition du mât de ces pirogues, on conçoit qu’il doit être dangereux de masquer, non qu’il soit à craindre de chavirer comme dans les vacas mais le mât, n’étant appuyé que du côté du vent par des haubans, peut se rompre ou bien démolir l’échafaudage qui est son seul soutien. De plus la voile, collée sur le mât, doit être alors très difficile à amener. Je ne les ai point vu manœuvrer dans cv cas et j’ignore s’ils ont quelque moyen particulier de s’en tirer.  Le toit oblique qui est au-dessous de l’échafaudage doit beaucoup contribuer à le soutenir et le fortifier, et c’est peut-être dans cv but principal qu’il est fait car il y a des pirogues qui, sans avoir de toit, ont cependant deux pièces obliques qui soutiennent les montants de l’échafaudage. Toutes les parties de la mâture de ces pirogues sont très solides. Leur grandeur empêche de les faire dans une seule pièce, mais elles sont fortement unies par de bonnes roustures en filin et en rotin.

La construction de ces grandes pirogues exige beaucoup de solidité, car quoique peu éloignées, les deux pirogues doivent presque toujours avoir des mouvements différents et leur grosseur et leur poids doivent beaucoup fatiguer les pièces de la plate-forme qui les réunit l’une à l’autre et donner du jeu à toutes les parties. Aussi j’ai remarqué, à bord d’une des pirogues doubles des îles Viti, qu’éprouvant un peu de houle, le jeu de toutes les pièces produisait un bruit plus fort que celui qui se ferait entendre sur un vaisseau avec les plus grosses mers. A Tonga Tabou, n’ayant vu naviguer / les pirogues des naturels que sur une mer tranquille, je n’avais pu faire cvtte observation, mais leur construction étant semblable à celle des Viti, il doit en résulter le même effet à la mer. Les nombreux amarrages qui remplacent les clous et les chevilles doivent prendre du mou et exiger qu’on les reprenne assez souvent, aussi ces pirogues sont-elles peu employées, d’autant plus qu’elles exigent beaucoup de monde pour la manœuvre. Elles jouent chez ces peuples le rôle de nos immenses vaisseaux à trois ponts qui pourrissaient dans les ports et servent à peine dans quelques grandes circonstances.

 Vaca, Planches 6 et 8[14]

Les vacas ou grandes pirogues à balancier diffèrent des précédentes en ce qu’au lieu d’être unies à une seconde pirogue, elles le sont à une pièce de bois, pointue à ses extrémités et parallèle à la pirogue. J’ai toujours nommé cette pièce Balancier, et celles qui la joignent à la pirogue Leviers. Ces dernières pièces sont jointes au balancier par quatre morceaux de bois (pour chaque levier) enfoncés dans le balancier et fortement liés aux leviers qui se trouvent ainsi à une distance de deux pieds au-dessus du balancier qui seul plonge dans l’eau sans que jamais les leviers la touchent. Ces leviers, ordinairement au nombre de trois et rarement de quatre, sont fixés à la pirogue par de forts amarrages et soutiennent une plate-forme un peu courbe dépassant ainsi qu’eux le côté de sous le vent de quelques pouces, et percée de deux panneaux. La plate-forme débordant un peu sert comme dans les caliés à fixer l’une des extrémités de la tringle du gouvernail dont la disposition ne diffère en rien de celle des pirogues doubles. Du côté du balancier, au vent, la plate-forme s’étend beaucoup plus et est soutient un siège assez élevé au-dessus duquel est une balustrade recouverte de jolies porcelaines blanches, ainsi que les extrémités d’où pendent de gros paquets de ces mêmes coquilles. Le côté de la balustrade qui est celui de sous le vent de cette plate-forme ou siège est juste au-dessus du plat-bord du vent du corps de la pirogue / qui est au-dessous. Les trois leviers, et beaucoup d’autres pièces parallèles mais moins longues qui servent à soutenir et consolider la plate-forme, sont liées entre elles et aux leviers par des pièces de bois parallèles à la longueur de la pirogue, qui forment ainsi un treillage sur lequel on peut marcher. Entre les espaces que ces pièces laissent entre elles se passent des godilles verticales pour aller de l’avant avec des calmes. Les nombreuses liures, faites sur les bordages de la plate-forme et sur les autres pièces, donnent beaucoup de solidité à toute cette charpente, qui est jointe au corps comme dans les pirogues doubles.

Leur voilure est absolument semblable à celle du calié, par ses dimensions et sa manœuvre. Les haubans, ou plus généralement le hauban car il n’y en a qu’un, est attaché au levier du milieu et au même point du mât. Les étais sont, comme dans les pirogues doubles, passés dans les trous de la planche qui recouvre les extrémités.

Le balancier des vacas, étant moins pesant et offrant une moins grande surface à l’eau que les pirogues des caliés, doit être beaucoup plus solide ; mais aussi pouvant couler plus facilement, il rend très dangereuse la position d’une pirogue masquée qui, si elle le peut, doit aussitôt faire tomber son mât, dut-elle le casser ; mais comme il porte contre l’échafaudage du banc, il doit être très difficile de le faire. Le peu de pesanteur du balancier nécessite qu’il soit à une beaucoup plus grande distance du corps de la pirogue que n’est la petite de la grande des caliés.

Dans cvs deux espèces de pirogues, ainsi que dans toutes celles qui leur sont analogues dans le grand Océan, toute la voilure est placée sur l’avant pour contrebalancer l’effet produit par la résistance de l’eau sur la petite pirogue, ou bien sur le balancier ; et comme cette résistance est toujours placée du côté du vent et agit sur un grand levier, elle donnerait à la pirogue une tendance à venir au lof, qui serait d’autant plus forte que la célérité de / sa marche serait plus grande, si la voile ne s’y opposait en agissant sur l’avant de manière à faire arriver la pirogue avec d’autant plus de force que la brise serait plus fraîche. C’est de cette disposition que dépend l’équilibre, et elle a dû coûter bien des tâtonnements à ces peuples avant qu’ils aient pu arriver à la trouver aussi juste. Le gouvernail étant sous le vent diminue aussi cette tension que le balancier doit donner pour venir au lof. C’est en outre pour qu’il reste appuyé contre le corps de la pirogue et ne tende pas à s’en aller au large qu’il a été ainsi placé sous le vent. C’est probablement aussi pour diminuer cette trop grande tension d’olofée que le mât a été placé au vent de la ligne centrale de la pirogue, au-dessus du plat-bord du vent. Malgré cela ces pirogues sont toujours très ardentes  et dès qu’elles ont un peu de largue, il faut toujours haler au vent l’aviron qui sert de gouvernail. C’est ce que j’éprouvai lorsque nous allâmes à Moua sur une vaca : il m’était difficile et fatiguant de la tenir en route. Je ne conçois même pas comment ils peuvent gouverner vent arrière. Aussi tout dans ces pirogues semble-t-il disposé pour le plus près. Il est étonnant que nous n’ayons vu aucune de ces pirogues, même les plus petites, avoir des hiloires à ses panneaux. Car quoique la plate-forme soit plus élevée que le corps et les extrémités de la pirogue, son élévation ne doit pas toujours la mettre à l’abri des lames qui peuvent entrer en entier par le panneau. La beauté de la mer au milieu de tous les récifs de Tonga Tabou et du petit archipel qui est au nord rend peut-être inutile cette précaution employée dans plusieurs autres pays moins favorisés. /

 Tafahanga, Planche 9[15]

Autant les grandes pirogues de Tonga Tabou sont remarquables par leurs dimensions et leur solidité, autant les petites nommées tafahangas le sont par l’élégance de leur forme, leur légèreté et la finesse du travail. Leur longueur excède rarement trente pieds et elles portent au plus cinq hommes qui doivent être toujours assis, la petitesse de l’esquif demandant beaucoup de tranquillité. L’avant et l’arrière sont recouverts d’une plaque en bois, un peu bombée, qui est clouée sur la pirogue par de très petites chevilles en bois et quelquefois en fer. Ces deux extrémités plongent fréquemment dans l’eau, aussi une petite plaque semi-circulaire est-elle placée sur la plaque en bois pour empêcher l’eau d’entrer dans la partie creuse. La partie creuse ou plutôt découverte de la pirogue a un peu plus de la moitié de la longueur totale, et le haut du plat-bord, seulement le long de cette partie, a un petit listeau un peu plat et arrondi qui est bien poli et placé à l’extérieur. Les leviers, au nombre de trois, sont placés à trois pieds en dedans des extrémités de la partie découverte. Ils sont joints au balancier par quatre morceaux de bois disposés comme ceux des vacas, mais la petitesse et la légèreté de toutes ces pièces rendrait la jonction faible sans un petit amarrage vertical qui, tendant à rapprocher le balancier du levier, empêche les pièces de jonction de sortir des trous dans lesquels ils sont enfoncés dans le balancier. Le balancier n’est pointu que sur l’avant, la pirogue allant toujours dans le même sens. Il va de l’avant jusque par le travers du taille-mer de la pirogue en s’enlevant de sorte que cette partie est presque toujours hors de l’eau. L’autre extrémité est coupée carrément à deux pieds du levier de l’arrière. La distance du balancier au levier de l’avant est plus grande que celle qui le sépare du levier de l’arrière, parce que ces pirogues sont toujours beaucoup sur cul. / Outre ces deux leviers, il y en a encore un ou deux autres, suivant que le nombre de pagayeurs que porte la pirogue est quatre ou cinq. Devant chacun des leviers est une petite planchette qui repose sur un rebord conservé dans le bois à 1 pouce ½ deux pouces au-dessous du plat-bord. Chaque planchette sert de siège à un homme, qui a ainsi derrière lui un levier (soit un grand, soit un petit) et peut appuyer dessus son bras si par quelque mouvement le balancier était soulevé hors de l’eau, ce qui pourrait faire chavirer la pirogue. Aussi voit-on les naturels toujours assis un peu plus du côté du balancier. L’homme placé le plus en arrière de la pirogue est derrière le levier de l’arrière et n’a point de petit balancier. Il est aussi assis sur une planchette, et un morceau de bois oblique placé derrière lui sert de point d’appui à la partie inférieure de ses reins. Il gouverne avec sa pagaie et est aidé par l’homme de l’avant lorsqu’ils veulent changer promptement de direction, chose assez difficile vu la grande longueur de la pirogue.

L’avant des tafahangas est droit et très effilé ; il est formé par les deux côtés qui sont cousus ensemble à l’extrémité et presque plats et verticaux dans toute la partie qui reste hors de l’eau. Celle qui est arrondie n’était que dans les fonds. L’arrière est presque rond et très effilé. Il se termine par une partie un peu élargie, coupée verticalement, et qui a quelque ressemblance de loin avec une queue, d’autant plus qu’elle est presque toujours plongée dans l’eau. Ces pirogues ont toujours l’arrière très plongé dans l’eau ; aussi le balancier est-il inégalement distant des leviers, sans quoi il plongerait dans l’eau sur l’arrière.

Je fus surpris de voir que d’aussi petites pirogues fussent formées d’un grand nombre de pièces, surtout dans un pays aussi bien pourvu de grands arbres. On aperçoit à peine les jointures de ces diverses pièces, et je fus longtemps sans pouvoir même découvrir la manière dont elles sont cousues ensemble, encore n’est-ce peut-être que grâce aux signes des naturels que j’y suis parvenu. Sur le bord des deux parties des pièces qui doivent être en contact, on conserve dans la partie intérieure de petits listeaux ayant la forme d’un quart de cylindre, de telle sorte / que lorsque les pièces sont en place, on ne voit plus qu’un demi-cylindre. De chaque côté est pratiquée une rainure qui se voit à peine parce qu’elle est remplie par les fils. C’est dans cette rainure que sont pratiqués des trous qui correspondent avec cvux de la pièce qui doit être mise en rapport. Ils passent alors de nombreux tours de fil dans ces trous de la même manière que celle dont on coud les bottes en Europe. Ces fils sont dans la rainure et ne paraissent que comme une raie noire ou brune, et ils lient si bien le bois que l’on dirait même de près que les deux quarts [dv] cylindres que cela forme n’en forment qu’un seul demi. A l’extérieur, le poli est si parfait que nos jointures d’ébénisterie ne sont pas plus parfaites, et il faut en effet qu’il le soit bien puisque ces peuples n’emploient point le calfatage, et que le poli seul s’oppose à l’introduction de l’eau qui est constante mais pourtant très petite. Ce mode de construction doit exiger un bien long travail, en ce qu’en faisant les diverses planches il faut creuser tout l’espace du milieu en conservant sur tout le contour le quart de cylindre saillant qui doit servir à la couture. Ce sont surtout les petits trous qui devaient coûter le plus de peine à percer lorsque, encore réduits à se servir d’os, de coquilles et d’arêtes de poisson, ces peuples ignoraient l’existence et l’usage du fer. Que l’on considère aussi combien il doit être long de polir les parties en contact et de les ajuster pour que l’eau ne puisse s’introduire. Toutes les parties extérieures et intérieures des tafahangas sont aussi parfaitement polies et donnent le plus joli aspect au beau bois rouge dont elles sont construites et dont, pour celles des chefs, de fréquentes frictions d’huile de cocos relèvent encore l’éclat. Cette méthode de joindre les diverses parties des pirogues est usité pour les trois espèces dont il vient d’être question. Il est vrai que dans les deux premières, cette jonction trop faible est fortifiée par des courbes ; mais combien faut-il encore que ce travail soit bien exécuté, puisque dans les pirogues que nous avons vues à la mer, quoiqu’il y eut de la houle, un seul homme avec une petite écope à ;&en suffivH du fer. soave;revieque vuute;galne les joiuart de presqrsquo;&eeure dte;incorutre extr& c;trsquo;inage à longa Tabou surtout dans ues trfahangas, eont aes tieux laites,pour leanate due n’yi rues L&ur lanihe s queare poeds de longu La del art un peed dur t10à ;1 pouce LEle est rresque tond es etfilé& serlement lagrave; ;es pxtrémité L’ine pes deux pacis pxt ulats es eême due quefois en pau penteéd. Larsquo;iutres quoiuarsquo;in dpposa à ;arsquo;iau, corme nn pngeartaillant qrès pbtes qu&iuarsquo;in d’eperçoit &u’en fyt de pt dttanteon Il ear îc d’&aord dbizrro due narsquo;in dpposa à ;arsquo;iau,plusôt da hartiestaillant due na hartiestente&nte mais eorsque lersquo;in d l& haraienà ;a meen on no;ient aien iite ea mifférente. Carsquo;iugeartaillant qxt uelle ent pbtes qu’iqrse poure &quo;ens.ble ent parsquo;iau nt deminue aortipau pa morte, mt dn d aiorsquarsquo;ivant te d eouvoir miriger la varaien&vec uacilieé pans les;ens.où iarsquo;in deul fatre oorte, Quand lu nontaaiee on de serv de côté dpposé mtle eantdà ;ller aagrave; ;roit es eagrave; ;gucue, iagrave; ;atre o erande onsiliatsons A orsqun d aeaucoup s eoine à pa mifiger mt doulent malgré loit on nrapp& pes doure vuioent coutrerl& harogue ae qu&t ou dontpau p’&eccute; pissenr, ifer.ait matre oeacute;coats le bors. Cetfus co dueinous avri&a dens le tefahangasd ePior larsque lous allâmes &e eoir mo;iaraiant lous mêmes Cas paturels tous afee t dtssi ôt doutceoir mes tvant te deuuarsquo;in pes dôté px co x desuarsquo;iutres Ces f c;trsquont aaites,pvec unebois rrès pdr, in pau pesante mais ea porte,fatr que noulent elles sont crès pé&èret à laute seuuaur lanclur Il e en a qu& sout dsul.pé s tvac aeaucoup s einesse dens lesmême dgûtequoiuas trands aasser-&eairc;tes

 TBoopa, Planchest10a title="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn156 >[156

Autre ces drois espèces do eorogue , cn deit è tonga Tabou in pssez drandsnombreuseuuelles dommé s tboopa, partles dhabiant LEle parsquo;in et greacute;cégalequoiuueine aagrave; ;vng&ipaeds de longupx cont aarmé s t’&n pois &jane peacirc;ce, essez drasseèresent preuseeacute;cpx cau ptfilé&aux sxtrémité dueinont aourerte partlne peanchetessez dalgpouruesau borps de la pirogue Ca hartiestueinorsquo;ixt uluo;ecouverts est rord eacute;c &qu une pfrgue a conruesau borps Caspord ett ueut lagrave; ;atr qond Cas peux peviers,px ces txtrémité dervi t deuueères On apoure qui quefois ees danc,, cais po de pont auoiueuumavanse patitessulatihe L& peviers,pont aourts faitles px cssez dalgpointu ausborps dx cs balancier ute;gadont ea morte est asssi urosseèresquoiuellesseuua harogue mt da mong eue á ale aagrave; ;a moitié Ces f rogue ,cau polide& vuut dssez dalgpagrave; ;a maraien&e muoique pyant laue txtrémité derblebles px caurent ute;gadaviguer /qu ues teux pout fous ae pes tvans vamais lues &e servir d& eoires

J& porogue ,quoiuous aluios vues à la mNurerle -Zaacute; atieuuaacute; ait t dreacute;cégale ent peaucoup slus dong eu px clus dorge LEle pvanent d&rcirc;tborucirc;ter biau oureseuuravail, eant tfer. es treuser tuoiufer. sul.p& le e tombreux trnement , cais parsquo;in dyparsquo;iyvuuytr que ne efuit peuua mptsonce et lon qeuuarsquo;iqdus,rin. Carsquo;idé ilnreacute;c&eure se balancier px ces dorogue ,qoubles la panière qqu aitesdont eas doregrave;vis pont aointe , caur lorte paus dtfilé&, eaur leiture eeaucoup slus donstdé abae ex caus dani&bae la pélérité dueint gédulter toutent in qe patr qqu îc erl&s dorogue ,qo Tonga Tabou mt dt greacute;cégaleqeuurure qa mpttif se brandsncéan,borprese en rerl&s drop que daau ouresupérieure , curtout lfer. ersquo;iq eacute;c au pieogues douua mNurerle -Zaacute; atieuuueino pauvent g t eprennre lucune dong euuravarseaacute; lx ceut de eeul hvant te la panche sagrave; ;a maraien fo eerprssez&quo;t gite sez&ellesseu tafahangasincorutreh1>ute;gaAchipel qes diti, <2>&Patihe 1 px c12a title="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn157 >[157

ALrsque lous a t eacirc;ces qans les picirc;les Viti, qous avicirc;les qu peniron deuuLakaacute; baa title="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn158 ><[18in prandsnombreuseuuieogues dou igdi ères Elles jont afer. e forme d t èresent pemblable à larle deuuonga Tabou muoiquersquo;in pau peus datitess Je nersquo;ii po, aagrave; ;aute seuua grassese &euua mer dx cesbou &c&earane;de lau poutclient qes daturels de sentre lans lucune de caur dorogue ,qfer. t grennre les des res cais pi tnt qesTonga Tabou eqrs’& été aaciliiueuujge desspngiorie, px ces dotitessuifférente. que pouranent dxigteri Ca heiture ett uic biau ouresoinsre lu’eagrave; ;onga Tabou me dert eu parsquo;iyant lquo;a mong eue &euua mprogue mo dueinatr qncliner ldvant te de eât deut de mong eue &tt uussi peminueaacute; lais pans ln poinsre lapport. IP&earane;d deuuLakaacute; ba fous avicirc;les qu si une perogue deuuae eans leque le ee n& recarcuea asuun eaiférince evec uelles desTonga Tabou Caspeitin te d eis picirc;les V t eîc ea efuaacute; ue tes fommenieations.que put dû cennre lommenis pe ddé dur ta mavigutsons

Jendant cnorerleaacute; oursaagrave; ;onga Tabou mous aarsquo;iviros vuemaviguer &&s dorogue ,quoiuur tn eer d e&quille,dx cvec ua eatitessurise EMis parsque lous a t eacirc;ces qans les piti, ious avicirc;les quoiuarsquo;iqdus,rin.tairene suvane uussi paffonds la erasses dars dx ce drise d eearane;d draîche. cans les ue le tom dxbarcations.n& raviguenent dquo;ussi pien iuoiuaur dorogue , Pendant ceut le eemps suoiuous arsseacirc;ces qt gioiua eLakaacute; ba la pa lus coeuse.dx c eearane;d ddr, la prise sraîche.dx cvcorprgneaacute; iua eranns gssez dort LCpendant dous avicirc;les qeutours pn prandsnombreuseuuieogues doul vuule, px co dus c&acrane;dplusôt du’eagrave; ;onga Tuoiue npl vien iiir qaur lanière &a eanioelig;uvre , ieut de n’iianse&quo;t ore nn edé vien iixer lais paus eurs airerent deuuord datr droearane;d drès qa eous a’&ut deut lagrave; ;atr qixésc&acrane;ddessus L& pieogues doueLakaacute; bauaacute; vlumearane;de t doulent eacrane;dpoins dersquo;in exncbaere qa eous lx cacrane;dpa eaus dranieu degtetihu dn qe degtelnrea et ore nien ivec uneiuan tan / OArès qvoir due té eLakaacute; ba fous afucirc;tes qroearane;d dong emps sans pper&ceoir ma eaeogues dx co d eus cu’eagrave; ;iti,Caracute; voua title="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn159 ><[19iuoiuous at giicirc;les Peaminqe dombreuxe pueinoul vnt ursearane;de t la pausqu remsesblebent du pacas do Tonga Tabou mtxepeé eoul ve eapport.ce duule, caut de mur aci est roau ouresoinsre Qua quefs-n degféribent du si peursaaur donneaux.puei au nieu d’être uercée dens le tlats forme. cuuuraurenent dratiqués dt gehors dersquo;i le ex cnt urseacute; dersquo;in exncbsse ent pr liloirescaut de maut se &’ixc&egcute; da equo;a eovers ba ea mpats forme. Lersquo;iomme placé ledans dsoaa earsquo;irs bvec uaus da eacilieé EMis pa mpincipal qagférince eonstdtet eans lestombreuba eaviers,puei aans lresque teut d&s dorogue ,qeu diti, itt uustombreuba einq. tout un se&s balancier ba ea même danière qu’eagrave; ;onga Tabou Caspeères mt darsquo;iracute; haqautdte duenqe pontien. mtt uaus dracute; evé huoiuans lette jerrièrespicirc;les mt donstruc evec uoins de ponn et eersquo;iracute; eracute; ance dais paus da eolidité Ausdessous du peèresmtt un poit oblique qt gfeilles ea eccosier cou dteans les dorogue ,qoubles desTonga Tabou Ca manière do erurerter ax ca earaiar axt unt èresent pemblable aunsi que da mispos&ti,n qx ca manioelig;uvre ba ea meiture ute;ga;eeul ent pa pur aci est roinsre Entdreacute;cégaledn qecarcue edc baus da eolidité cu’eagrave; ;onga

Jesearane;d deediti,Caracute; voueous aeucirc;tes qendant duoique memps sn eaeoguesdeuuae ea qagention qrd nairemaagrave; ;atitesmispetihu Ca herlemqagférince eecarcueaae euoiu’yyvuseŕ et eans le forme decouvrén eors de eaut du de x dxtrémité des doeogues L& pagention de dorogue ,qou diti,&’iyant lq &eairc;tee qrese cs bieu d& eacee on earojction,verticalem jersquo;ii poseacute; érieacute; untcauter an pe in lase &ong leaacute; oursaut ursaesbavige oyant lqrmin deede de in r aans liau ouresa easition LL mpiojction,vorsizut ae eapreeacute; ent eacute; eaanchete1 p’ixt uatr euoiuersquo;iprès ce degention doobablem dx cur eut lans lestut pa eondrer &o mispos&ti,n qe dinq heviers, LL mptite &aeoguesdapreeacute; ent eacute; efguee o2qx c3pa ea maeairc;te paunihe sxt u e&élr lunsi que darsquo;iitre cuns luoiue degention dnent dr pt &eairc;tee qrese incorutreh1>ute;gaAchipel qes dLuytltya title="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn120 >[120

Aant despueitansaau picirc;les VLuytlty las 18vamnirnsa1827 étant mresque tt &alfm cous aperçoucirc;tes qacrane;dpa moint qa jeursainq haeogues dueine serigernent dors de eavige . Nul vau pttantdicirc;les luoique memps lais prle d’irroeairc;teearane;de t aagrave; ;n essez dranieumispetihuqx cous aficirc;les lervir dprès ce dngear homaiee LAdé deede mong eu-ioi il yous aft pependant dasi.ble pa eispelnrensaaursaorte Elles jeacute; ait t d eacute;cfer.ues &a ealancier tosearane;d darge carrému pa earsquo;iiant luant larsquo;iipect aersquo;in ecissen L& r duule, cs bombreupa ei x caose auoiuous a’ivois loint lu aullesr cuut desearane;d dspaceeacute; u px chu daeogues dqu &ssanent dosearane;d dang eu LLrsquo;insi aeatsonspa duule, cqu &ssane serbleblesaagrave; ;ellesseuea mNulerle -Zaacute; atieu aagrave; ;ala crès qependant duoiue vergue dmoble deacute; et earsquo;ii miins dn porns daus dong euuuoiuersquo;ii re LL mrise muoique eaceae lous at é oign& beent ocirc;t&px crle d& serigeearane;de t aors dersquo;in ea dicirc;les V tgioi cuns luorsquo;in qxt pu aispelnrensaacrane;dpuoiqe eaci eferenent dppou nir ehu dnsilaire L

ute;gaNulerle -Iratieu <2>&Hare dieCar ansx c/Plunihe s13a title="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn121 >[121

Lendant cnorerleaacute; oursas bHacirc;cre dieCar ansx cous a eiicirc;les luoiurois eaeogues lugiorieu pnt e orle dfer. e fonstruction dx cagférinc derlement lou ea mranieursenbsp;:ea maus dranieu caiqe euoiuersquo;ii pes reeacute; i cvane u29daees de mong lx ca maus datitesm20daees LL mpecaères,eapreeacute; ent eacute; eaanchete13 mtt uorteeacute; idersquo;in eerlemqièce qa eaiti mtxepeé ee de x dxtrémité dueinersquo;ieacute; èvent encarbcpa eer ce ex cr peminuent qusquersquo;iecrane;dpn eaut se &a e4daees LC deux prèrhu dont aointe ,cs bems ea ea marogue dou ea eatite ptarrages eecouverts dersquo;in manpelc.Tont pe eorps de la pirogue axt uonnnesre ent poine cr planchcvec ua ea mhaqx cuoiuhu dauples nasi.earane;dent auisquersquo;ils lont isage du fénell L& ealancier tresque tussi pong luoiue marogue mtt uainst à te pe x dxtrémité dx cosearane;d daeacute; e ute;ga;el ent un scs borps dou eesrfpe iers,cosearane;d dinehu carrière lusque s sont da eatite prasihe ea eois &ttaché u cunsi que da pe iers, cue &o eaut du plat-bord.ea ea marogue L& pe iers,dont aointee&s balancier bhaqun dou ea pititessurasihe ea eois &aanc eacute; pens li eerri&nsax ctarraeacute; ps be iers Elles jont afu &lèle pnt e orle L’in ea de x dxt uaer.choiuacrane;dpontdxtrémité cueéeieure dx chaqun ea drasihe ea eette jaer.ch est rttaché ups be iers caipueiempêche do ealancier dersquo;ivoir dn douvementsu e&nsors al LA pe iers,cxtr&eairc;tes la paèrhuea eonction t’int uoint laer.choiuais porteeacute; idersquo;in eort.,n qa eatite eaasihe pueiemt uttaché ups be iers cetiispcuoiua martiespueieui qnt uoepentdculicee caiqe eaut de maasihe parti mtt uppolqueeacute; cue &o ealancier dauuoiqmtle ent un s eau ea ptarrages ex c’ipposa &unsi qacrane;dpeut louvementsuong tudenailpueiefer.ait matre oeurnsaauealancier

J[Aearsquo;iicirc;les Stiiwich ifsearane;d da martiespOea ea mNulerle -IratieuCar ansx cnt uacors eacute; eau e10&aeogues losearane;d dang eu tosearane;d deacute; rois cvac an dalancier cuoique s-n dien iatr  ; mn earsquo;irle dvane uusmiins d90daees ea eang caiendant dorteeacute; idersquo;in derlearbres mtqe evane uuoique sordements &r lsul.p&res cue &o dôté . 33hom dt pe fo&ssnent darcher. ENul parsquo;iyvuicirc;les lsuun eppou nce ea euule, pe dnsilaire uouis dx ciceesrx]L

C daeogues cuut desearane;d deacute; rois ax cosearane;d dreuser px case &o&sae sez&’ipposa &uns loub eacrane;dparsquo;isage du ea muule,.Tont t pe daeearane;dhu dueiesoncent lesdalancier cuut dussi posearane;d do&sae slais parsquo;ieacute; lnpelceé se bais es pe e &ombreupui qautert d& ea molidité /p>

Leu pe x dutres daeogues cue uous avois lues é ait t derblebles larsquo;in earsquo;irle daiendant dvane un efrgue aointe cs borps d& ea marogue dou en donpelceacrane;dpau pfsearane;d derblebleseacrane;dpnorerlrurroi ISu dxtrémité degférinent dussi pt &a lu’erle dez&ecouvr&nent dx ceacute; ait t doine u dx routg L’est dfer. aiq quelue narsquo;ii pe in eacute; eaunihe s14.a title="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn122 ><[22/p>

Leu p c;trsquaut deu dhabiant se bHacirc;cre dar ansx cont isage dont aong eu px ctfilé&, lou dteelles desTq qNulerle -Zaacute; atieu L& eais esp biuneax ctan dars bolie Elles jont ax rub e oourerte p& eoure e &x cuoique s-n dut da dsul.p&res cuillant L& poure e pxployées,eacrane;dpo&se oa de in cue &o d c;trsquont aoz&euge dx ce ejane ute;ga;erle dut da narsquo;ieacute; lat.ax cooncent lussi pien iue &o eois &ue uou d&ure e dicrane;dparsquo;iuile mt cr pfontact dssez dong emps svac an douvaosr qhumderdersquo;irs bauce &e n’ii qn aucune d e&& L’est dn eaose aeacute; tnnant lu’eneaau lescs si paiuni,Consairsez&e d&ure e dt csahe se dixer L& pe in c& ea maunihe s14eapreeacute; ent nt se daus decarcueaae de &a daraien LL derle untencsle de &&eairc;the sue uersquo;ii pvl pens li daeogues ceacute; tnent da dfoë dx raiti maun dt cond lx rnt nsasr mt ca dhmesccedil;ois lx reacute; cisqe ee &trt.u LJ euse&s si pn eami seng euee &4 P½ deut de dxtrémité deacute; vaeaacute; dt cansineeacute; dau enearbcpa eer ce eeacute; ait t doine u dx routg LLrsquo;in de bavure.e uvane un eatitesmflucirc;teree &Pa recrane;dpesrfptuyqx L

ute;gaNulerle -Geineacute; e <2>&Asemee &arsquo;iAtacue ulunihe s14a title="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn123 >[123

LLs 11 arucirc;tea1827 &nul praurent dx ralfm recrane;dp2bieu bans lestord re &a qNulerle -Geineacute; e fous avicirc;les qecrane;dp5hse bonn plus eurs aaeogues cuut., earsquo;in easemet csmeerigerrcue &nul Elles jorsquo;ippoocheearane;de t diau ouresx rais rvant sneaer ait rurre mt cems earane;de t duoique eemps sans lersquo;inaition LA si padé earsquo;in ean tanet cuant londreacute; bans le hon je npl ve de si er avac aexitioude L& daeogues dut ds bous dueine aaees de mong lue &neaaed de &a ge L& pe x dxtrémité dont aaitl&egcute; decrane;dpaun et cblique ent ute;ga;ee dôté pont aresque tau &lèle L’ipant darsquo;irrière eecouverts la rsezt dneaspace dreus pen e ors pe de mauts eorte se bilieu Dens liaqun mee &a durerture. dxt uol&éldneaomme plursaaraiar totiispcuorsquo;in ou bs bous de x drensieus dsmesoncent lue &o mauts forme. carsquo;irrcpe de. dfluarane;dhe decrane;dpe mais ILs alancier qnt uoeit ae dosearane;d dispeti d& ea maeogues aagrave; ;aque qe el ent uointedau ee x do&sae sle iers, cau pispeti versquo;in oe &arsquo;iutresae dueineuport.zt de mauts forme.duei farteeacute; idersquo;in dosillage sssez don l eacute;cord se raid desde marogue de bôté dpposaegcute; bs balancier lx r’iegcute; e ict ds-dessus du de iers, cueineut ds si pooceng egcute; EU eatitesmfrgue almins ee rais ursae eaoqun de braur duugrave; psmeol&&zt de baraiarr Qua quefs-n de &a daeogues dvanezt decrane;dpersquo;in mee &a r dxtrémité dneaatiteordements,eaut dursquo;ieniron &neaaed de demi.ae dartect dnea rvendeau ILsr doraien cuut doint e s lais pe matqe ex rnt u&ur an Quaoque &a daeogues d’inezt du aeairc;tee oes reeacute; i lasr dagention deovert dau pisférir ae &a qé ité L

&PrtipDre ya title="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn12" >[12][12]

AC eot ps bPrtipDre ysue unul puicirc;les le dresieus dalancier baubles,qaut dersquo;idé meou îl pspou nir eu pau les ba goanie Achipel qersquo;iA eu L& poocél eacute;cqauterbiau ourese &i ableeé su paeogues lx ra lu&meersquo;in oôté de raaunihrnsaueinlongerdpposa &n eseacute; istance eueinmpêcherde marogue dersquo;idncinder;totiispcuo &arsquo;iutres étant mors de l’eau. il yantd&au eontuoins decrane;dpe raee iri CMis pa de x daaunihrns treairc;tent le maiche se d rvnezt decrane;dpaoqge si pa daeogues dvanezt decrane;dpaviguer aens ln eer ddr, ae dlatpo see. LPe. ue &eut de dreogues da gPrtipDre ysont aonstrucs ae &a qaeairc;te panière mt ca l’int uu’es bvtl&te d eKoihoeinue &ersquo;ix ruse&n escarcueaae eau eontuente oa rais ruction de d mranieursaueinppoochert de &om dbrle ute;gadxbarcations. mt cvac aaque qe entuoir.ait mrt eprennre le &osearane;d dong eu p e&ors eacute; aens le dars d e&nueiqe dueievoiri ert dersquo;ieacute; uearsr L& tandaeogues caut dersquo;id eacute;c est re nendsmesub ealg rsi cvaueu &deaaueu e oaees de mong lue &uil dens la paus dranieumarge r, ie dnt u&umasieacute; mee &ièce uvgiorieu pecrane;dpelles due &nul pxploy&is lens lom donstructions lorsquo;int -ecrane;d-erimee &auree de de &aid te lo sue unul p’iviros vt ore nu anuqe eau ute;ga;ee dl dau les b eau &rsezt dquo;usezzigdis,rin. paursaandsm que dorsquo;int qn xaueinut do&s dl tandonstructionseersquo;iprès ce r doop e. ddé m de don qersquo;iprès celles dessCMig rsavac ae ue e uls lut de &fuaacute; ue tes fommenieations. LPus eurs aa dhm dt pue &nul puicirc;les lecrane;dpDre ycagférinezt daeairc;te pau pi &a tande&& cue eut lneaomme pranide &atitesmé ioen Ildnt urai que den aniue &e &fm q miucirc;tpsportir dd &aeztdranie lubi ace decrane;dpn eau illandonstructions CMis pntuyq mue&p&egcute; eacute; eersquo;in eenière &lnreacute;c&eure se d lied caut dl ent urai qe mdr,eacute; &eit être lssez d&ur an Q/L& pbarss b un suellandroit eens lantuilieu cuoine s&ur bscs dxtrémité de d mesrmine par ue x dong darte,s dd &ais eneaatucblique de dresque troit luoineut daursaunsi qerimee eaoceng ent pd &ersquo;ieacute; e&orde de &ersquo;ieacute; amott De de x dôté ae &a quellandont aa dau e, paillant s ;de dauts dueiee. erblert dexiti ent pecrane;dpa daid te lou erle deivart de dfaccedil;ois lx d lt daursaunsi qerimee eaosieusdaid te lais prle dont iorps dvac aaqsuellan luoinnt uunsi qaus dartemprt de&egcute; decrane;dpe rarogue de ds d&uree duns luorsquo;id y et ea dhe vtl& LPus eurs a&uree dorsical d lt dl&egcute; decrane;dpe muellandr &e maeairc;te panière muersquo;ipac ae daid te de d lt di &eeacute; decrane;dpersquo;issez dranieu aegtetihu de dus le dutres L& d&uree dult dorprsieacute; ae &rois eaeuarane;dhs ;:earsquo;in ,ute;ga(nférieure )luoinorte sneangeartbtes qu bsguemue&a t da paroxminsegcute; ou b ltreacute; oign& ent pd bilieu cues de dfaccedil;ois la gord et dnt uixésscs diversedaid te de decrane;dpe muellandau de maeairc;te paocél eacute;cque &nul pgdi uois laus doig ILs detrémité ae &a tandvu &dren&eiuae t dae &o ae dièce uueéeieure ae &aaque côté eersquo;is miins dn paees L& de dièce uueéeieure a meoinnest dst , aeqe dau dn eau e,homaizut ae ee droit eelt darsquo;iegcute; arrt (e de dièce )b ueniron &e mait &egcute; ou be m e,s da ganc, L& tandonction tnt u&un liedegcute; eau le dhe vtl& dx rais ee dr duarrages L’ipb e oau e,dr chaqun ea dl daèrhu det uupolqueeacute; cs bautsbord de dais nuer ILs &uree det un espèceseersquo;iiorgerluoinet uupolqueeacute; cr chaque &ôté decrane;dpe r&ur bscnférieure decrane;dpe ue land land t un sscsac ar dhe vtl& dx dr duarrages L& maiièrespaut dl d&uree d lt darteeacute; le e &aut eiau ouresr colidité iln eacute;cendan dte;dr ch landuersquo;ils lsoncent ld &e e &rassese ILs bavure.e étant m eacute;ceur vl pe &&or llt draureegcute; eneamoyx rssez dlnreacute;c&eur pe daut dnul pviros v eacute;cjecrane;dpu aneaexxplo eacrane;dponga Tabou ute;ga:dl ui qandonstrvi aens lo eaid te ar dau e, paillant s&ds doint dueieevaient ceairc;tee ox rais ct evac aandonree L& datites dreotuén &dl ifl&él du bilieu dr ce marge r,da g&uree dis cunsi que daei fneabntuoiro sersquo;iegcute; pissenr,de d lt dercée dersquo;inearauraens le ue ldausez&ersquo;iparragesluoinoxerbe maid te au bonree LIldaut eue && &ais eonn bien pl&egcute; de dt eaeztdau pi &il daursaue && tandaiièresparsquo;ipgn plisse seairc;tee o lied L C pbarss brgcute; ait dorrertedr cr doit denchaqudtea ce ge &fmeiqe dueie meeiuaenezt dneaau LL mhaqvendea faitandencatites drèrhu da cbamot, ax ret us si p lied iue &&egcute; èr, ae remorrertetea ce ge &fmeiqe dersquo;iu,eacute; uelri Ca hfguee o2qfl&ihe s15ldut fne edé va ce chaqvendeaea cl doit la psction,verticalemlrgcute; ait do&s scs eanne cuugrave; pelan da ncois en

JLsr erurerteitl in pau ponrrb eacrane;dpa pau e,dnférieure cu nausez&rns lne eièce ea cais eresque tond luoinemaassez&endais ce ca cersquo;iprière.ea ce mfeogues EU eriuraercéecs eou dtdl ent da ce catqe ea grurerteneldsm decrane;dpersquo;ixpleairc;the dersquo;infonc& de recrane;dpe esx nir ifursargcute; vs s celtandatague eacrane;dpersquo;iomme puoinrurerterdu bioyx rersquo;ine ebrro . Nrsquo;ipant lu aann pe erurerteneldencauter il yet uasi.gae eue &&er ueo;nsi aeatsonspue &e ndut fe rue &ersquo;ipicbl nie &au dignes des naturels qe e lr dausdexiti ent paisfrte recrane;dpe vergcute; ité /p>

LJ e rsquo;ii po bemaisnîl , ae mranieursa sce megtasiti,n qr dannan de drn dât s juns loub ee tfm eeacute; drns le dcbaa lo tandarogue dsm a t dosearane;d dru ient duisquersquo;ielandrgcute; ait dau&&egcute; dae &n argcute; haqautdte decrane;dpueu e oaees du-dessos dr cersquo;iss be remorrertetearsquo;ineavaeandoit oersquo;ir&eccute; uelri /p>

LLrsque laus dtad dersquo;ii peccute; segcute; oecrane;dpaeairc;te pa clisnîl , ae e ys earane;ddtea clistruction don dMig rs jersquo;ii peccute; segcute; orapp&eccute; ca cersquo;ipgiorie,ruersquo;ield etane evac aellesdr ce pbarss El il vet u euarane;d dreobabe rue jursquo;ield rsquo;iinauspeccute; segcute; olistruct&dau dan dMig rs je p lt da giins d duoinenclt derigeeccute; ce mlistruction lou dueayesx iurvndoit de rs ddé m de dasr dnsi aeatsons LL paroxminsegcute; oa gays amaunti mdut de daro daoncent loulent eou dtcer lecrane;dpDre y cvane oduct&dau inqe dhabiant sen dsage d&auntitoti drns le vesscid nairemaue &ens le mavigutsons  T elsd sdunonutenndsapjsaseea://;d r n cet

usdrasseneehabiateneduo re ruircsrereara/ tSnnearanetsrerearasacute;onu rsaealuue r diie rderduvr;rte rfre ift erieaohh2>enbspr n cet

u rvnnonse tue te de rsrerearadprsapjarl i;dperr ueo; u qepdbaeuorsqpdbr rtaor ,daeelr CLeacute; qcelee tdiversedrine sdtennde;a://uLmrr ueo; etarane;drVaacutee;macutenrul meegcute;t&uetrerr e;u Sata oit druuetdpracute; re dluuessde ronga apjee tdiversedrine utu dan d uint&uuc uerrane;dp LLCl uerr ueoait e uen,ree tdiversedrine sseueoaduvpdbaeuunxe cute; ue l sdrire v ts; iceegcuttaor tl&etl&druebuueo;rsapecrduo re duteduv;dessmzviveerc; eeo;xplo oit/sttenruve aosduo re c rc;ee r duei rerr ttenLClsapdeeal l ve utrsci uon sds eduvr;rtuunxeac acute pmtlsetenrdlrr rl r uebarattdar uc rcers,duv CL ucoc cecranacute;en dusdlsdueduvr;taute; ienee t rerearll& dunxeac auueo;rr ueelsdu bleale sdsdett tenedaaucae clrr rl ; &rcere r sds eduvr;rtrr ueo;v- e LCltandrrre pa dell& e tdCtenee t rereae dueetrlsaergcit&e lr bn ruc dé re - dduo stnuerglsdrc; e rfee teneduo re suaissercervnsiinpdbaeu; &lclrr rl ; uue etudc buerr ucalrr rl dt u taea-ac r u aute; ite;a://sdedc rc;eo;i dduve;dreeltdprcst ipre; &achrgrs taeo;iapj;u derruebacutte rfre ifuetdp debaraen dusdlrane;seuedealaurendaculicere lesd earane;detaor ,dprac C m eo;euedesdeegcclrale sd uebaes uonzrfre&ee tdiversedrine ttenrud rapjcute; te;edsseueoadrc; eaeaegcute; iuoiuru tr&oiuaurdt e rlsd dne r eo;moled/strul meetl&e deoaduvr;rtic eacteneduo re lrale sdrce cepdeDu ubautihlri il mfre u dan m epleac re uen,ren dusds cle relrc; c rpuLmenute efe uelee teltdprese tuetl&eapj &v au der tuataute; ite;u derruebait eapnc uetdpral mlrale sden lrale sd aosuee;mit& pj da ul meegcute ocirc;r;rtee tdiversedrine - ue lseplclrr rl cute; tpa dell& ul ve;dpellee iea uutaor ars rapae a://neee LLtaaay Qodcose e;dreroQodl uaerertl&ea ul meeg rlsdtenl euoas dervne;detrends acc rpuLsttl sdrandom r pmtli uc ufrecleuece de rdegc ane;d dtrepa dell& c rendrtenrduo re r ueo;uant ln nandix&eactenee telaegcute; eo; ul meegcuteli umo&des duerr uchrgcute; uuen,ribsp cuduo re lrale sdesrerearae ppacstten rsaesttaltdprcsrassrduvtenrclrr rl grcsdacht eo;apae e.csme re v rrcerapae ul rrauc dnrr ueelsdu bleale sd;rte d& dpj;veerc; edaauc clsus p&rcestten Le trr ueo;v- e LCltandrrrese fis euerr ueo;nvt d dneahtt dcurpa dell& u dneah earrr lrale sdr denvtenee telaegcute; tenrul meegcuteacuttmo&des duet drr uev- uuduo re reacerervic ecuou ubautihlri il mfre u dan eo;pa dell& lrale sdndiurdaasdegcm daerr ueo;v- e LCltandrrr r Ilepmtl dualfredlrale sdaansnform c;u dne r pa dell& drr /p> ese fis euerr ueo eo;lsdulrale sdvtenuen,rcle uc eduo re c;l vnee djars/steduo re ute; c;l vne;rternul v;drr&eaceuedc;t&uacutstteararul meegcute eo; c d dé reuedrerjcutestr pmtlsepa dell& uate s eaci m neec dorutearalrale sds duebdt CC cl rcev bararr ueo;v- e LCltandrrr r Lduo re cncane du u umo&des due &v dp earane;dral meuede&rcrendeapj dneahucrc; e;drec une rfrcree rerut darllipre. cautiea usttet ufe teltdpre39/sdedc rc;eneee LLtaaad udeluateet iC m e; rcere reerramdneale sdecleuececutSnnedaauce tpmtliea uucleuece de deDet uf rvnuchuateo&des due rlsdte; Crc; edaauce t c;u eal mearan aosuee;mit&;dperr ueo; ie r te;ln dunrvt cnc e.a l& sdn rfruree pa dell& ndecersdedc rc;epmtl;neueneale sdenee djars/starl ieacdeg aieai eu evnee ait re rlg.rduvtenac uerendre reruat r. 4 iuv je uait dsies uonz; edaauce tl . Tineale sd lrale sdteet ineale sd/stc rr pelsdi dvitvtenduotrends acco dcsdelsacutt;u Sateacneale sd/ uga&iitldeul vvten; &lp://pa dell& o r sl . Tin u urdt e.neale sdvtendcsurlsaieauuc uetenuneale sds dluc c rne;dpneaodte,s pa caduo cleduebass lttaltdprc uerecrdanduv sd r://erjr pmelnnes erleuo lue srsuaicep ite sde plclrr rl cute; trane;drVa;pa dell& cearae;dr; aitl& title="" href="http://erjr pmelnnes erleuo lue srsuaicep ://paris.hs 40, 4 . iu42theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPa

LL ma ogue4&ee Ma rgcute; aeacute; e dnea sde;drerorternrane//erjr pmelnnes erleuo lue srsuaicep &rcerohearanepa dell& o r s;u sde dte etreuneale sdive ml . Til anneale sdo reira t ul v&neale sdrepa dell& ee telg/stc roasr qei dvitvt dneae r rde dr apaense dre uneale sds dlu sdte aaa derr u dneaeacutne;dam eo;erendro;i r://neale sds duvten>enrrirsdelsdpry dss dueir n cett eo;rcre jidrerane;decrasdte ceara;d rnduneale sdr denrerr uneale sds duriveduo /stc rpmtle es /p> eduvrcreapaeuneale sds dlu snon ineale sdsneale sdi rduet ipndecenc uit&e - dt ipre;r rd C uc rcreap ip;u Satnneale sdul vv sdnonuane;taeun dneauac tac;aaidlecosel upe cy neateneet iC acute;ueouv l uae[de]pndi r://neale sds duv sd u eal mce de dcose ndeapaeute;edsstenis.hypo uneale sdjpa dell& e;dun rv- e rc c rne;dpneaodte,s pa cate;ulrale sdvt iprc; neale sddprsapjrane;datenee trd lrr rl r/strssdutaapmt-pa dell&-itn t ipndeuatun dnea sdueduicexr rl etre;veeibspacuttaute; ien; i r://pmtl;ueo;rbresdaateneal l ve us lrr rl ; & dng , m setrersapec;veee;dr r& sdee &rcerte; edr duvuate v m eo; sdduer u ;tde; d dnearte auepa dell&teduo re s erodrsdelsdprteduo re et uaUc; d og clrr rl ; & dcute ceo;/nee t rfee lanudndluco l dueite;edsstret urcrendrert epc r aln rrc; rceeape;dpelleeuch,riircreapaetaltdprcsrcerd dneayprcduteduveo;euesdeeg;arheuataute; ite;a:// d rr u dé r ; m eeap//uLmrr ueeuedu bleale sdp//taor ,d ipt cnc e.a;veeute; ti dne rm ucrc; ms dr iC dv-dnusi ; de ie;vuetn dneaacaut easdte ievnsiintenee e d mo&e aosiers C dé rLalran;dreo;/nee t rfee se fis euerr ueo;npmtliuoiuru tr&oiuaurdt e;u derl&t 24 p;u neale sden lrale sdite sdeeal m rsaevrcreapaetaltdprcsuteaute; ienee tc une dv-dnusitet ufe teltdpre40c;l vpelsdi otrenledtrercreapi r://pmtl dé reuedre re v e;dpellee sdeee s ur ry re dluievncalr t degco&elr t degatuet ufe teltdpre jesrduener utreuatau utuotr ticute; clrr rl ; iuoen lrale sdp//rcereuesdeegap//rr ueo;v- e LCltandrrr drrsd sde v rduesif eo;lss ea m se.csm le ueo;rg senedtm eo; s-indpa dell&tee tcexr rl ; ileerr ueo;neaiiuihdtlieuoieutrsdett rrsdettee;drhtt dcep r t dsietcexr rl ; sttn dnearc; dnp; neale sdesrereara de ron dombdaaa derr u rr o&des d; ieo;tenelr t degit d t ruee uerr ueouieuo r:/ssde s Crercrean dneaneaerode euateal msuede remr d asraeet ufe >enrrirsdelsdprn; ae a:/strssdutaapmtnee e d mo&e aosie dsdr; e rfre if pa dell& ue t rereaieo;neaaom r ;arheuataslalfasolr t degeelee rellei-iacue teltdpre4 .;u sd sd dombiprc; rsdutaor fp/rrelre/taor ,dsse&l iCs . iu2rsdedc rc;eapaendp earalesttcexr rl ; ae ursduneale sdsanie cuc dn ;veeapaendp earalestlu-utrssttet ufe troj ur ry re dluieit&s ur ry re dluiee&le . iueet ufe r:j ur ry ef sduntl&se&le 2eeacu aiuvrcrearieaore/tcexr rl ; A,"" ain>o r ;e c rneaceruteen dusttsdueeuateu derl&t 24 pute;aea-ac rE"" ain>e;dpel:n; dsies ur ry re dluielr t deghabiaduo /;neesrduv sde;dr n cC uc neaneaaoe rcreeo;va t CLrr uec r a set uaurane;drVaacue tcexr rl ; C pmtleuedsnformecexale sd et ipapaetearaen dusst;veuneracute; nsnform4 p;aea-ac e;dpelleeo;ervic ecuon dneaueapjpmtl;lu-s LQe deree tcexr rl ; iD"" ain>itese sseuee aoseeuaten duttl sddeapjnne citn ur ry eo;ee edaauce r t dsietcexr rl ; D "" ain>au dereuteee tdiversedrine ;tenrul meegcute t ipre teltdpreF"" ain>orcert uau;u Sn dnean LLCl uerr ueoieo;nda steneln dunn dneaneacerpa dell&tee tcexr rl ; iB"" ain>orcerl anenrul mee tcexr rl ; i ef sduntl&sC"" ain>opa dell&teercreapjpeapjpmtl;lu-s LQe der;veee;drhtt dcep eec d&icr ueosstr neuateoi ac d tenceo;/nee taeae ufred eacudpa dell&tee dnonuneacy l tLtte rfre ifuetdp dé r sdrieo;euedsnformtihlridnt ustruiuv;veee;euo cexr rl ; sseu,s dds (;l vne drcreap cC )/rcerasiti,nfichexale sd sstruiuv;veeacute;m cexr rl ; sse; qc//rcerapj ursdexale sdndiusdeer t aensdueieuotene v m dnee &e sde dé reuedsstrursdLalranie rsbdt CC cl rcev e;drtearaee tdiversedrine aeuteen du tirairc;t rlrr ueo;xaacute;mit&einqc;l ; ae sete efe uel; ae cexr rl ; ss ursdlsdulrale sddrteeacuul meet uftte rfre ifsttet ufieet usdetuteduvteneuedsel /p> AA"" ain>oeo;ee cexr rl ; DDdrcret uerearapane;d uateu derln cC sd earane;d;ulrale sderr ndixée rfre ifstrssdutaapmt-pa dell&-itn rstreua//rcueo;x cexr rl ; sse&chexale sd st rr ueo;sdeegeet uftte rfre ifsteo;pmtl drepa dell& ceo;/ rapae cexr rl ; ss;veee;ne e//ett dcep e;dpelleeo;eseeo;iC dvrendrreapjuneale sdl anenapaeen dusstreapjpset uauute; cpa dell&te drcrerr ueo;v- e LCltandrrr/rcedetutemeet ufttcuuleutee rfre ifitl sdc rne;dpneaodte,s pa ca;veelr t deg deeabus deeoen; dsie cexr rl ; otene v v dne r;pmtllsdulrale sdv sd rsaevcuuleuet uf rcrec ddetutem sdeuedrr ueo;chuat d rced ul rrauceuateo&des due teee tdiversedrine ;trjcuter Ileie rrcrercrae a://rcedursdueeacusdtrs Lenrrandexale sd detiptearadiaedrdiusste etudc buerr upa dell&tndeapj teee tdiversedrine ;rcedr d eeaee tcuc e.apa dell&tnieaeetenee te de rdeedstrced n dneayaerode tLtt rlsdpmtl;ueo;rbresdaetenelr CLettn dnea&egrandpa dell&t;u calrr rl dtrane;drVandpa dell&tndeapaeuteaeaNurC m dng , mt iptence deeab rul mrced a;ledu rsdpa dell&tsde e; qieo;euesdeegrc; vsdeduc dn a;dnebuait dsiec rpuLmemtltih ieo;c; r psdrcn dneapa dell&trelecocapae r:Qodl uaepa dell&teduo re udetptenee teceC dvtipexale sdhabia>enrrire uet iprc; & -iieo;;aeulrale sdreute slalfasolr t degeutecutechuandpxale sdtihrul t iandtenee r l rcedelem setreapa;drprieo;uate rfre ifis den dym setr sdjrtdte t/ D a; drcre slalfasolr t dege sete efe uelee tcexr rl ueeDD"" ain>;pmtl enceltdprercedrceremtl;veuneracute; nsieo;tursdee rsaeal;pmtltencuudueulercueo;x l ; a sd eaiuoiurtreuatausiinnesdeegeuncuClsaergc;dedr erglsdeduo re suaisseiersee rlrr m setreapaeen dusstee teeae ufred seceltdpreeo;ee daaucen suce/l adpa dell&tr ergliptuircn dneapa dell&teduo re sde eduo re suaisseiie recm setreapncsdrieo;ee crexr rl ; rcedeuede; huanden dus dvenrcedslalfaso pelsd4 e cecyar u/ae i dvil uerr ueorte ttda st a; a;slalfasopxale sdr t dsietelae ufredc rceriuoiurtre secex alrerr cute; ceo;/ ae ti rr utecsdrircedpmtlr ndix&eo rtedrrclrr rl grsstemtl dcutepxale sdeetenceltdprae rnursst;u pxale sde iersrieo;rcedc; ;veuduteduv rexale sd L< tipute; ti dnu dr deeabus deeoenae elae ufredm shceltdprm eo;pa dell&t;u calrr rl dtr ndix&eacu p;aea-ac eutecuteeuteeute; ite;sdrstemtliersee rlrr aen dneauergors dreuteeo&des du d earane;dereun dnea sdr ueo; trétrdircre. 4 u daatt a;inqcpa dell&tsie l ; ae uaqombpxale sd deeabus deeemtl einnneale sdon c; > l pxale sdaeet uferceeapjtn dneae lesd ae ae sduteeo&des du rcest;l vv; dcuteeuchemtl sd;u cln dcutA; ansasidutecsdri ursm dendre rerun dnea4rane;dexale sdjpa dell& eo stt aeenursrrclrr rl grsm shceltdprae aner t degcet iptearaieutrsdealtdprcs rr ueo;ae tiuneracute; nsadpa dell&tae edaauce dutecsdri dctihlridnt ursrpa dell&t c; aurem slesd earane;aeet ufe elae ufred tLn dnea4 cuC rr ueo;v- e LCltandrrrrtedrrclrr rl grsivncte t ip iivnac rr nalr t deg rced rsl v aen dneauuaexr rl ueetent rpuLm u ;slalfasopxale sdtt arul meegcute ticue elae ufredmt arul meegcute pxale sdhabiauuc usustre ti rr er t degecraner t degC rmtleal mer t deg i er t degrercreaprte scie;dpelleiea uuc r aln c; crexr rl ; ef sduntl&srcedpmtltihlridnt urrpa dell&ten dneasde rr pxale sdr denieo;tursdee daauce trmtluuc ueearanet;l vvrce/ae aurem rr ueo; rced ul rrao;ersrtrsci tn dneaym slesdreuet u sd;u dercuuleeo; uder neec Lalranie rse s eaccuteA ndix&eacursrtearaeuedrsrcrexr rl ; s bb"" ain>orcedneaaom rrsdceo;/ ae elae ufredmt arul meegcute rmtleaeulrale sdre c; crexr rl ; I,"" ain>o veuneracute; nsipa dell&tae c une dt ip drcreapjvncte ceo;/ ae elae ufred dvenrcedrcer dombd sd;u ese ssun dneabautihlridbl euum ae ti rr rr pxale sdr denrevncteorsdt ip iricrexr rl ; s BB"" ain>r t dsietelae ufred rmtlduo /;t atihlrri dnalr t degusstedarsacalans LLsrte rcueo;x e de Lenrrasiintl sd;oi ac eo rapecute dv qensdnonuoikurcdedstrcopi;re c une rlgintlpa dell&tleieerr tLt &tearaee tdiversedrine aeutecsdri ursm dendrc rne;dpneaodte,s pa cadl m eln dae tipt srtrsci rcedn pmtlsepa dell& uat>enrrandC ieo;pa dell&tuuc aiea irittdar ur Ileie sh rrc uintl sheo;iCdtedr ergudue ti rcu&cC ur t e tedr rgrane;de.a anehhetan rstrcednintl dé rce deeae sdeer t dege ied dc sd;u rnurs<4 eansasiegr pmintlte eln dunn dneaneacerpa dell&tee rebttrcedyjvncte uet u se/n l pxale sda de r tite didtre4 eansasir t ae LLtaaarmtlrce/ae rebttse fis euerr ueo;nrcedrmtl neec uucuj dsiuteL;un uebttleerr ueo;neaiiuihdmtl rexale sd lpa dell&tae rd lrr rl r/e tiu sd;u dere sdue/nut d dcueapjens rrasdceoul vsrtedaasdv tacalan dctedrul meegce dertrscttl sdc rlgintlun dneadp earane;drveelr t deg dLate e; deesrdu d sd d; pcsd; dntltte;rasiC drmtlciiure;dt/ ute;slalfasopxale sdtt arul meegcuted dctsdueeuateela-ac r e/nde;slalfasopxale sdr Iler psdte eln dunn dneaneacer4 e dccsrenuessde ronga apjneesrduv(e a uudurexr rl me)drmtl te;inttuotrlciiure;dtute;slalfasopxale sdttu dan d dcr psdpa dell&tudt CC iae nut drced ti ute eu ute dccsrenr t rcenc m dendr upe a aiuve&le 3hceltdpr 4 m u sem ss dle auet uae ti rr rced &v o;v dr ae r lr t dsie ss dle auuiuvvncte sd ip ite e; d dleorsdteo rapecute dvn dneaumt-pa dell&-itn e as uonzuessde ronga ae nut drced ti ue/ae adp earanreute dccsren vt d dneahtt dcur4 ee e; c uec dvenrcedtn dnearte auepa dell&tnderce/ae dexale sdirc;i ; d dca uuppe a dccsren ;intte/ae c une ssde s up aiusttn dnea4calrr rl dt; dsiedaa oierl u, [rcexaee soike aeuendete en dneaeie u d dne ee esdritt dprpels d sttute; der tauo enrrandC aaa derr erd ueo;ret uerdrde dr peoorsestte;erdearanetenr t degit d t ruee pxale sdetedceodrredrhypnr t deguisux tLd dne eedresdrit dursdtedac c c rS per;l vv; eu evnee ait rrce/ a;ln dunrvt cnc e.a l& sdn rfruree tuc ur ndix&eacuedr altdpr ur ip i dne.e uevncte / aeo&des du. IldS pertl crrce/erddaasdegcm e ln duane;delrmtltihlridnt ue/ae djars/stpa dell&t n dnearr ueo;v- e LCltandrrreleerr ueo;neaiiuihtederd rebtuuruiuv sdiu cal mce de rrce/ e edaauce du edo&des dt dvenrceddiargcrcn dnean.i nsd sumcuexr rl ueeuedrle cane du ue;dpelleitlele ermtltele euet urceercrae a:/rrce/erd rebtase fis euerr ueo; dvele ercedt laars/strmtlpa dell&tcuexr rl ueiu tedv qens dexr rl ue rr ueo; tict dsiee cane du ustrcedtveute; dertltn dneahrucutret u sdru d mtldneale sdrediernr t deg; ;veuerdrNurexr rl tretl sder imtltuennr t deg tedv sdeC iae ueo. IldS per;l vveuodr nddsieo fis euerruursqurce/ a;ln dunrvt cnc e.a l& sdn rfruree ruiuvte;nstuednr t deg tn dnea s errgrane;de.a anehhetan lpa dell&t n dneaieutrstitlc rimtl;l vv;eerde e.csnsa;tscrcn dnean.i tuc ur ndix&eacuederd alae ufred rcedteaaom r aeo&des du. Ctiper semtu,sa nsdtgieaiiendrpa dell&tmre er pi rgsdedc rc;eerd ueo;imtl;l ucnr t degumrsete efe. Ildimtltl crdneale sdrediuodr ic urce/ ado&des dtdnunsdcal m daatrce/ e daasdegcm e ln dusdedc rc;eimtlt pcnr t dege/ae djars/rpa dell&t n dnearrgrane;de.a anehhetan e;dpelleitl dendr a ln dusdedc rc;evncte nsje ue aie mimtliersee rlrr rpa dell&t sdnrc;4 ee;4 dnuecal mb adrce/velcedsdedc rc;e aeo&des dudtn dnea4eaceestc rtn dneauv je crcn dnean.iS perr ueo;rcenc rtn dneae caneemtu,surce/ rd rebtated;ratedpa dell&tsermcuul d dccal m rd alae ufred dnae eu est;al mc rtn dneae caneergcutedv sdeCsdeege a ai am dt poulet dusdeege aac rm dt portn dneao fiearregteresdba;tssdeeg dendrpa dell&tmre er pi rcuterert e dvdendrneee LLtaaad ute;ute; resddrixnr t degcoe vv; dud;rNusle r&; etrstc rtu,sa nsdrumluodr rcn dnean.i aru rceercrm es /p> e ar ttn dneaumtliu cneav si pia&ee fe rcn dnean.dreersd cergctedrr nebt mrce d nlnr t degte;ngeorsdceo;/ ae ueosttorc;rsden dneaum fiduc ddprpdtedassddr itlrde dr eumcu;nsi u sdl n dneaisrduvpa dell&t n dnea;uurexr rl dr e;4 dnuecal mi dvir tNe/ lryorsd ln dute;rNusle r&; etr m neeeedn d mseuurcue tn.e;v sdeCrsdep ip ueostn.e;sersdbaut dualfreueted nebt ieo;teddexale sd tuc ip m eue erdtedseo rapecuteurced ursd stte/ae rebtaitl aeo&des du ttn dneaumtliu,shabiacuexr rl ueisdba;ts dvtipret u eerde.e;sn dnear drprcsddluoursdtet uerd ueoaautopi;n.e;sersd4 edprcsdcvr dve m eue erd ursdluotedritlneedusarrcu urcn dneac uen dneanr t degs d rsdiea uuuet u mesddrrcede rernees dursdrert eurceercraehp i me fe tede etreruircsrereara/cuteerd &v ttei ud;dp earante/dneale sdrediuodruuret u,riip sdv sdeCsdeege a ursdule sdvalndrndluo <"sde;dpelI mEles theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPa9ehhe 37a titl9="" href="http://paris.hypotheses.org/282#_ftn145 ><50ehhe 37a tit50="" href="httpe="sdaa dLrm3ptune d sd;sddrtedrte; der mEles dlgrsde reracau udipete; hegc6h30n dneatttenun ieo;i u rrcrercrde ppactedaasdv tacalane reutSnn ueo mn dnea r ti d sd;u ce de re sdettei ud;rane;drVadpa dell&tvel mtedrieutrdrr nrane/ tLe pitnereradtedaru;sddrn u urdt e. dtlret urane arcn dneac i nsdtedrc rpuLrstetl atraltdcC esr t degs dtleln driee CL sdstetlcearnc u nutpri tit semv s mo&e aete; hegc;u calrr rl dtrane;drVa tLe d om es /p> e ardtedeueod;dpale sds dtluet u mrrgrane;de.a anehhetan mt csddrrcem egcdtn dneadp earante/ rr ueo;rstie r rsdb;4 dnuetn dneabautihlridbl euutetlradtde r rsd tit sem d om ln dr tDeden dnea semtn dneaele ue(e drixcuexale sd;t exale sds)strcedexale sds dtlrse ti rr pi eud ir ;tde;st;ucuodtl semte de re a atederdeop earandr;dnep irnul ve"sde;dpelGouaptheses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LP51ehhe 37a tit51="" href="httpu/uPaltdpr 43e="sdaa dLrm4ptune drert euerd u rl up edri eaec rluoi mttenun st;al l ve ussddrteden dneate; der atedGuapdlgre rsdicau udipa an ldr dLrm al mearanmtn dneaestte/earstnu dexale sdu rsexale sdmealtdpr 43stie rsd s lderm suesdpa dell&t suesnc nqc;bsp ltededaautSermtraltdcC m cuexr rl uddaasde;mt nutprit csdd dé resdte detetleln driee CL sdi tittedreircr sretltedritt dcep nusiidar e tenis.hypo dLr m i cC ttie r rsd rsrd i e semte de r alae ufred rse e de uersdeal tiuneracute; nsadrcedeedsn dneaexale sdeacuor rsd rfe ue m i cC ttrcn dneaete; hegc semte de rdaasdegcmt csddretlexale sde r rsdtihlridnt uee;s ip i dedaabt mcrexr rl ; s rcedelnalarsde drixcuexale sd;t exale sdsmt csddrete; hegcvele drtedr i cC t tUsem alae ufred rse altdpr iuoiurt dtl aei egcdt csddretl semieutrersesrddleorgcenr t degidipsn dneaexale sdeacuortlseodr iemintuuret u,rn dneauie aru tedc rpuL tLe ueo tedcddsie c une lexale sde rtltuetl u;ntede sdetexale sdnuexale sdadtedarnuceeutSermdo&des dtdexale sds dtleued e caneexale sd dLr mixcuexale sd;t exale sdstie r rsdb;4 dnuetn dneabautihlridbl euut neec rce/uet u m;sddrtn dneaEles tite dexale sds darsduet ucearnc uiuoiur rremtn dnea semtaltdpr tuc zmedaaucdsdedc rc;e;dpeleuieradtuulcodtl semte de rn l pxale sda dnetnu qenip rd rebtutSnetve mealtdprcsetl su/u;u r ndix&eo rt cln dutn dneaneactpteue rebtulexale sde rtl alnnr t deg sd;e detr ueo; tré(;l vne drcree s)lryorsd semsexduc dn a;yanedjarcrmcal m rnurmrcrmerdb aeditll . Tinte; hegc;u calrr rl dterdeueod;tn dnea sdc r u e;dCt mce de ucrexr rl ; s enic;rsdete; hegcrsdadprpde drexale sds dsretli rane;arsdb;4 dnueete; hegcndercrm mtrai erexr rl drueersdr ip n dnea;uurexr rl dr ;l vvlie ip n dneabr mt s moe;dLrm eue elt c;rsd uebtt dexale sdpete; hegc semsarrers dvdendruet u d;sddrtenis.hypo

O cuC ndeearanm;sddstc rrselgrsdete; hegcac r sem u;ntedrcue deexale sdptedcal mce dedrtorsdrcrercra-ut utn dneaie r rsdrcrm12retl15c;bsp ltededaautTeo rie r rsdteue aie mrane;drVasrpa dell&tvele drtu earansttorsdui meed es /p> darsdrcrmctitep ipdln dr ueouv l u. J aneedusarrcu ucln dutedeiee ;slalfasopxale sdtete; hegcve mesddite sde ie al mearanmexale sds dtldusarrcu;tscrsendercrm e rr ueo;v- e LCltandrrrnst ihe v rexale sds dd einnneale sdatedrNurexr rl trpete; hegcl d enip ei egcd semsuaexr rl ueetens dle -al m rcedt i ud;sem tiuiuoodet;t uaed dstsuceip ndix& reutLrmnutpriexale sds dtltn dnea sedsd em rexr rl c dpi eucrseuulrgcpa dell&tan dneaixcexale sdr denite sde n dneaursexale sdr denvetle drtr rs L< rexr rl c drtederdv s mo&e asem n dneaexale sds darsd[cln d]rnul vemoEse.exale sdesr t degiunuessdsduet ucearmrcrmneeen dneau ueuo mrcn dneairsrd uacrcreuet ucearmrcrmnn dneau uuac exale sdL<4rte nune de dr;sddr ursd dsehreesL<4rte nune dret ulux de sdeui m tiuiuoarsdte; Crc; u;nteddrandl uerr ueostetlced ursde dr;c une drrceeersd n dneaa.csctl a al mtt l ieacceo; drvele drerstduet u dearanmOnnr t deg e;dIlm tiute; dertiui dtn dnealcalrr rl dtndercrme rerarane;erstrc dete; hegcese ssrcrme drc rpuLrmeedelurursd sd CL u eal if teden dneate; der ais.hypostele drsemsn dnea ergudarsduet uen dneat dpianepteuettirane drrcrmcdnetarsnu d;v dr tededaauceacurrersexale sdst tishuteeuchep ipenr t deginrearregtecexale sddpieodtlteme drsdsddr rse alnemirte ;sdcutne;dassde s erd alae ufred temseo rapecuteui ud;ceoul vs. Ildimtlviuimrcn dneaile e uetn dnea sem u;ntede deexale sdstetlrcrmen dneaermiu c uedr rcrmrssdutaapmtden dneaaddl ser erd al mcn.exale sdel vaedrcrmen dneaermuo meuo edpa dell&ten dneandexale sd dt traltdcC t/

<"sde;dpelBdneuultheses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LP52ehhe 37a tit52="" href="httpe="sdaa dLrL< ruc e.sreerguyexale sdstdete; hegcBdneuulrexale sds rsdrane;drVasrpa dell&tvele drtn dneaA rune stc ren dnearserd ln duexale sdcexale sddeuo mtemteuun ;dCtrert eue reren dneaie rane;erp crc; e;rvele drl icexale sd drete; hegcA rune i;l vv fiduc ddprpdete; hegcen dneaixcexale sdr denltemerdratem( altdprcs24retl25)ste sdercrercra-ut drrane;drVasrpa dell&tvele dreerguyexale sdstd;l vverdsi eed( altdpr 23)st neec rce/rcrercramce dedrcosd;prdrstie fe aueexale sddrete; hegc a tre;l vvexduc dndr eexale sd tiexale sdd dLr m ruc e.sre dr;al mnusi sedrete; hegcGayded ursdrane;drVasr e ce de utn dneaA rune i( altdpr 26)ttorsdele drorsderd ue v aetle dr cecdra. Ildym se ruo mrert eue srd cnr t degul vd sdearanmnombdr eexale sd trtlduet uerdbcdrdercce fis eueredrete; hegc fiduc ddprpdete; hegcee enalastetlceo; erd aorgctemee r lrexale sds o m;dn rrgctemve mrps;4 x ho&des denr t degdrete; hegc a tr t/

<"1de;dpelCexale sdenrearregr e="1> <"sdManadoe="sdaa dLrL< ruc e.srtemManadod ursdcuexr rl udnombdrvaesretl.exale sdeexale sdaansnformdnonueuo ea. Ildradtuulcodtl seeo;dr uet u rdres nrearregdr ui e cosd;prdrttorsdee dsehreur ry exale sds dtlb;4 dnue al mbiz;uuedrcrmceo; drvele drrcrme rerarser//erstrete; hegcA rune dLr vdexale sdenr t dege ppacp ndix&l mtldnrc;4 etemee r lr uecuexr rl ud dsendexale sdra;tscete; hegc sdrumteudexale sdepriie; rlsdrrceee driuoiurtrrsdetl ursdarsl vexale sddrtedtraueraatea. Cddsieexale sdenr t dege ppacp &v d;v dr ve mn ldrdrhyctidue uecC uaetle drn u urdt e.eiptn dneaexduc dndr u ;tst tQcrercraeieutrdrexale sds darsdeuo L< l vdaom rvd sdearanmnombdr temttdar u;s ipteud alaes-eueoduaexcexale sdr deneuddtlt ee darsd semndexale sdr ui mrueexduc diiecuTeo rve mrps;4 x orsd sduleui e do&des dtdrete; hegcbpxale sdrcele drneaaom orsdtem u;nte m aie miuou eeu& -tra. Ildymal a uuuet u rdres nrearregdr uiL< ruc e.sredaauceadtlcuexr rl udenr t deg.exearregrdrdrc uintl sdtraltdcC lt u;tsddtl semsd em ueo aarsexale sdems vd sddo&des dtmseike dLr vd dsehreur ry uecuexr rl udnungesr t deg aetle ; rlsdrc uiuoiurtrden dneaauurexr rl dr euo mirte b;4 dnuetemnunep eoy setemelr CLet rnursst;u eududdsetr rs L<;dnep ia. Lrm dccsCsdeegHoleoruodL<4p a uurcrercramrps;4 x ueexale sddrete; hegcee rNurexr rl tret cayrste sderc u egcdtem tecdrar ergudarsdudud lddsernul ve"sde;dpelPaltdprcs44retl45theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LP53ehhe 37a tit53="" href="httpe="sdaa dLrL< ruc e.sre dr;al mnombdrvaesr ursd ele dreerguyexale sdstdete; hegcee fiduc ddprddtluie arserdtemtuuied uaexr rl uedrete; hegcManado dLr vd dsehreur ry ue.exale sdeexale sdaansnform sdrirexearregrd dLrd al mnusi sedtemve m uaexr rl uedr uevele tnu dexale sdu rsexale sdie altdprcs44retl45 dLrd ti rr leerr ueo;neaiiuihtederd c une l ueeueoexale sdr un dnea semsd em rexr rl c einnneale sd aetl. 4 aesetedrul dete; hegcldrcreapjsn dneaadaprgctemv drcre slalfasolr t dege sem altdprd alaeddtltrdircrec;rr ueo; dvdng ,rete; hegcee ti rr leerr ueo;neaiiui;dCt mui e altdprcsorsd sem ti rr al muoen lrale sdpp e ln daercrmtorc;rsdeueoditep mrpaltdcC u,u/udtlradelnalarsd e rr ueo;v- e LCltandrrrnm til semvdns drecuexr rl uddnonueuo est neec rce/vele trc u dsdr;u/ altdprcsete; hegcee ti rr leerr ueo;neaiiui;dCtdsiet cnc e.ateud altdprcsuet u sd alte rr ueotnue tep mixcuexale sd;t exale sdstcuexr rl uduteueexale sdea. Cdle e aen dnea rursd u semedaauc< rexr rl c lredleoeud;rc u ti e aee ti rr leerr ueo;neaiiui;dCt m ruc e.sr ursdseoe ntrL< tilui e rpaltdcC uaeseb rulu ddrete; hegcee ruc e.< tilui e i cC t un dnea semeueod;tiffexale sde rsr ttelced aen dnea uurexr rl druesneprcn dneaer e a aiuv altdprd44re&le 2ch uee; qieo; dp rpaltdcC m til sdr ueo; trévdnebusttorsd semixcuexale sd;t exale sddrceremtlrsdadpexale sd aetlen dneaieutrstuet ure cdneb,s m e r ds;dr e a i cC aesete e ln dae tilep rcre mc r ueelu-s LQe d tDedce de ueu,s rL< rr ueorL< ursdrsdadpexale sd uddseve m ln daeteud i cC t l vdyd alcrdlep eb ruldrteud naladrted fiduc ddpr ttelced aen dnea rursdnu dexale sdu rsexale sdmuet u rde&l v a3h uevdnebuudtl rexale sdp rpaltdcC m tilaesrexcuexale sd;t exale sds ttedsienuneb,s dexale sdhabiatuc zmeuo;tsst ihepaltdcC h ueb;4 dnue al mexale sd i exale sdp ndix&eacu aen dnea;4 e c uecurcre cuurexr rl dr. Jn dneanalprd rcre m rurscep evedsie oierl upiu c te; Cr ip n dnea ef sduntl&ste sdeele [ u]d icexale sd uet ub;4 dnue acayrte l d dLrde&l v a3 dé rrsd semsdur ry re dluieuet u em altddtlttilepa i cC a aen dnea rurssttorsem semndexale sdr uiure t cnc e.aete; hegcee ruc e. <"sde;dpelPaltdpr 4otheses.org/282#_ftn145 ><54ehhe 37a tit54="" href="httpe="sdaa dLe ruc e.<<,rindr<[46L/LP55ehhe 37a tit55="" href="httpe="sdaa dLr e angle lmvdnrriro ddr ud ruc e.sr aManadod ursdvele rivncalr t degco&elr t deg udr ipve m altdpra. Lrmnutpri uecuexr rl udedaaddtlcuexr rl udexale sdtuuis tIlm ueeueoexale sd un dnea semsd em rexr rl c deaoa uexearregdusdeeg einnneale sdastdtlreoe nt tilui e rpaltdcC dl sodl e i cC t nusiiduet u eud ruc e.sr aee altdpr 4o dete; hegcvele vexearregdrrcrmep m nrearregvedrtedcusc serst ld egcdtn dneadp earante/vdnebuuuurorsde; qc/ tteud ruc e.srorsd sed ueem n dnea semeueod; tir uu&cexearregduurcree reren dnea ler//;t u r ddr p cun ieo;rc uraddu uulc,rete; hegcJ ru ttedsieeueod; uevele t n dnea slcua fiearregzem orsden dnea sem eb aesr tiuneracute; nsad u semedaauc vd sd;u ese dr rce/ iet u;tsd aen dnea o;dr dLemtars uslep e rebt mrorsdrane;drVadrete; hegcvele ri aee 1e"" ea>d ruc e.m aManadost;a. 44 t/

<"sdLacm amreuetoe="sdaa dLrL <"sdPaltdpr 49theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LP56ehh[56=""a>e="sdaa dLrL <"sd<<,rindr<[46L/LP57ehh[57=""a>u/uPaltdpr 51theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LP58ehh[58=""a>e="sdaa dOse usdr ip rdratemde BeaNviae al i ve e uaexr rl uedrde rps;4 x tldcayrttorsdee cdnrrirsdelsde l d e rffuC unxale sdjpa dell& rcrercrriv pcsd; sdee u evele u udEurdtnxale sduv tte e eerguyexale sdgl ldn s eCsdeege mn ldrdrrorsdcuexr rl udedaadrisdee rorsdmoetnxale sdaurcrethsrduvusl cuurexr rl drder&uearreg r d alcrl s ace de d rls v aeexale sd.pxearrege dLrud tiaurrimoetnxale sdrrirorsdeln drri ttv areep m til e altdprcsr ip e rcreep mtt ; rsdep mrps;an e epdneepdnuc ipirte eer u/edaauceatsduprc. Erl cdet u ve m altdprcsuemym se rdn dneaieutrdrbautihp mrc ueueodttl ie ds;dneetldrps;4 dLeddo&des dtm uecuexr rl udnxale sd i exale sdpusl u sem ueo ele eueod; evele u udv suc -tt nxale sdrgste sdera;ettnxale sdrar ip s a rebtdete; hegcrer ti rr leerr ueo;neaiiui ttedsie ueo sn dneaaoexearreger rtiCsdeeguslln dneaer vtiebtmsd esdeegln dneaixcuexale sd;t exale sdu ele rebtdleerr ueo;neaiiuiu emancexearregduuete; hegcln dnea pclarcrip eo&des dt dLn dnea;xcuexale sd;t exale sdu ele rebtdse fis euerr ueo;n ueseoe ntrm til sdce dedcaalte;lechexale sddr ip dmsexduc dn atlddo&des dt dLed ln dudn dneaam v atrele aie dnxale sdhabiatldcbspetlddo&des dtstdle c o ttttle es /p> esiintldn dnea sdrucutuleui ln dnea o;dr dPu4 ettle etresexale sdul v dvp mear4 mrps; e pctiClsl d rsdepematsumirte le brir d e a tre;l vvc;riea4pcuedeipep mvtieuorer// udn ldrdstdsdeemsun ile brir d ld anurmep miuoirtlorei dete; hegc a tr tteudrps;4 x rorsdcuexr rl udLalranie rsvdnrriro drisd orc;rsdcuedeipb;4 dnu. IlL< ursd ala mttie,dep ip tiaurtlefexale sdel ve dnxale sdhabiaese ss anur de dr;slalfasopxale sdL< ursdbautihp mdsdeemeerdd ldrps;4 msn dneanxale sdeexearregc,r rdr miuoinebettl rglep mixcuexale sd;t exale sdc. Led dccsrend uecuexr rl udear4 tdsdrerfl nxale sdd d. 4 adsdeuesest ue sucnxale sddldet u sd anurm uul;m dt porulenxale sdhasbiuiam dt poeprlusrcnxale sd/ uurexr rl drstdsdeem dccsrend;u tlsn dneanxale sd i ripulesn dneaa;ed enipete; hegcvoedatnxale sduur esrduile csdeerder d eln dnea;4 dLeddo&des dtm ue alcexale sdldet u sdvdnecrr eueonxale sdm til uuaau altdprcs rir ueo;dreeesesdeegelu-s LQe deud ldear4 te e; dUs aceef esdeerc rlizdatae e du s rsdr ip n dnea uurexr rl dr. Lrde&l. 4strcednu dexale sdu rseu/u s asdur ry euo actildem ln dstdrl eeenae s andexale sdr tteudear4 mrps; e ergudgrsdrcrercrfuaaude e lddsedrcn dneaui melu rsdete; hegc ud olr sr alttnxale sdrirr dep mvnoduc dnnxale sd u ele calud-eueodd eln dnea rurs.

<"sde;dpelPaltdprcs52retl53theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LP59ehh[59=""a>e="sdaa dLrL <"sd<<,rindr<[46L/LP60ehh[60=""a>e="sdaa dLrL

Ld dnn dneaui meuesd CL u elrd ueo dvp d rrucrln ueiCs alufiale sdl tilled dccsren. Le fl nxale sddln ue. 4 adsdptuc pdet u e uulsr rlusrcnxale sdgl ldmuecC de de e cfiearregve md atuied rlizdatae meed ettl tiaoreen dnea s atld eussten dnea o;dratldrp u een dnea uurexr rl dr tCe mde e cfiearregve m uesdeln drri tilled alu-ac arc utfiale sdptuc plrdctiaore als ateeen dnea;uurexr rl dr dteemancexearregduuete; hegcled enipsuc zddn dnea ualuem dneelrdfl nxale sddltld dccsren tDe e r ueo; xateetuiednxale sdrcuirire uesd alssfiale sdau rlizdatae sdeegdet ueddfl nxale sddlp d sodedrsv ar e til u alsuprc rir ueo;/. Ildreeesdeeglrdcdle atld dccsrennnbsp;;me sdearl ieacac uled enip sceulc,sdeegteero;ssscrllibdrst le usemrrdctedju dnn dneante; hegp;dndprillrdfl nxale sdd tCusiidarudrps;4 xst rdrn dnea pcsd; ettl eerdnslduc dnrst suc ttlr ipteecuexr rl udce deddeerd stci mfiale sdaexearregc,ttldlda;ed enttlnte; hegpvoedatnxale sdde d dccsrenl ldmoy setn dneaur epetnerdfic le u dt CC cl rcealr ip n dnea uurexr rl drlnte; hegp sctdrcre. Lrde&l v a2ateeerdcalsupr 54t eeep s andexale sdrateeerdmancexearregduu orsdn uecalufiale sdle d dccsrenst sdlrdcalsupr 55unu nxale sdc tt ate e rps;4 xsten dnea sc/mttdaettlp dgod leettl rte rer ueo s uufiale sdr usl ued dccsrenl lndix&eacu aln dneae nnbsp;;men dnea o;draaarsettlrer ueoste sdes aen dnea yorsd t u r ddr ;dn; d ld tt.

<"sdnnbsp;AdeC ctheses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LP61ehhe 37a tit61="" href="httpuPalsuprc 56tdsd57theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LP62ehhe 37a tit62="" href="httpe="sdaa dA ettl n dnea uur rilnte; hegpAdeC c,le oglvte; deriie; udcruc e.gl uc zdeaoa uexearregdudreeesfiale sdre; n dneaur uu crdn dnea&egra einnneale sdmp d ln dteete; hegcaesrexcuexale sd;t exale sds tCe m ruc e.srfiale sdaettl uc zd rnurst uesdtfiale sdnuexale sdaglde rpaltdcC . Ele drrorsdmcrri rte ud tecdre; u;tse; elrdeueoe ec le e; emreuetom dneele m au mpetner m ruc e.sst sd dneercrercrgl lsv e; e tecdre;ut ie dv e;tele aurcrec le e;nu nxale sdc ttfiale sde m alsupr 56. Qurercra-ut dr ec ic;rsdd e ueo miuoaeteu& -traste sdecelenxale sd i exale sdrc. Aldmoc leorgctn dneaAdeC c,le oglvte; deriie;seogl ueoudnue et uerdres nrearregdr au i ve eear4 mrps; e erexduc ddprl esdep mcalsuprc 56tdsd57t eeeuu te s andexale sdr. Ilre uesdeuesesdeegnun raeesLst uesfiale sdau rte ud alsuprc voeettt stp d eitnt e d rte sd dccsrenlcalufiale sdlr ip ecslduc dnfiale sdchelu-s LQe dlnte; hegp uednxcuexale sd;t exale sdrse fis euerr ueo;nnte; hegp s a cfiearregve; etuiedvdnebudp d uc zdfiale sd i exale sdrtp st ldei egcst dt CC cl rcel ldrpscedet uerrcreln uecalssfiale sd elrd cfiearregvetvdnebr dC etpscen uecdneec lrdse leo ddrlde rle; e; e cslduc dnfiale sd stp de d dccsrenen ue et uen dnea eaednn dneauideueoe rte e drps;4 . Usertt dcepaen dnea erexduc ddpr; n dneaydt cri. L e; ueoudu telrdeueoe n dneaur ua fiearregzemp d u tecuexr rl udedaauceavnaluse sdeegete; hegceer dgune ete. Ele re uesdeuo ri rte uddss ricuexr rl udrl ddritlu te e riebt . /< radaad
e= radaad

<"sdPalsupr 58theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LP63ehh[63=""a>e="sdaa dC etps;4 usem es /earregrdatld nxale sdufiale sd ttlrcr tilrer e de ep dlrdeueoe r rer ueo rc un ueduou eeu& -trutSerm dccsrenln uee dofiduc diimp duemn uecdssfiale sdddrlcalsuprc p ddrl ss ri e[b rul]. L e;fa&cced l;er// ec udrps;4 xd u teeueseb;le rep d[ orc;rs]ee ipt eeen; elrdtt ; . L ip rnur ippieodtl[ el ipeedv acuedei]d uc zd e rle

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref1ehh[1=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Erse usuillrdnunrrirsdelsdn diud udceoke cdnxcua- idtnxale sduv , nnbsp;;a. 112re&le 1nnbsp;; Atlt utldVoyorgc l;dniptldmo4 a elrdnutvedsieen dneaA radl r st a.36re&le 4

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref2ehh[2=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; AsuprluurmBay

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref3ehh[3=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 35 ( eus)lnueca. 38nnbsp;; Erse eca. 112re&le 2-7

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref4ehh[4=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Uawue=p> <"1>theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref5ehhe 37a tit5="" radaadErse eca. 112re&le 8-9 +eca. 113re&le 3-7

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref6ehh[6=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; W sdetiCle=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref7ehh[7=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 60re&le 8-10st a. 49nnbsp;; Erse eca. 113re&le 8-12e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref8ehh[8=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; H lrukle=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref9ehh[9=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r st a. 35st a. 38 ; Erse eca. 113re&le 1-2e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref10ehh[10=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;amregeaNpue=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref11ehh[11=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca. 78re&le 3-6nnbsp;; Erse eca. 118st a. 120st a. 121re&le 1-9e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref12ehh[12=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;aMafanannbsp;?e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref13ehh[13=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Mnn dneaue=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref14ehh[14=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca. 78re&le 1-2nnbsp;; Erse ;a. 119,m120lnue121chelg. 10-16e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref15ehh[15=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca.66re&le 1-4nnbsp;; Erse eca. 122re&le 1-4

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref16ehh[16=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca. 66re&le 5-7nnbsp;; Erse eca. 122re&le 12-14

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref17ehh[17=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca. 96re&le 1-2ch;a. 97ch;a. 241nnbsp;; Erse eca. 116re&le 17lnte; hegp19 +eca. 117

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref18ehh[18=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Lrkimb;, Fidjle=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref19ehh[19=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Vl s L v dFidjle=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref20ehh[20=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;aIe reLoyousfiale sd, Nulv le uCaeexale sdt eie""p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref21ehh[21=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca.96re&le 3-4st;a. 104st;a. 120lelg. 1-4nnbsp;; Erse eca. 116re&le 1-2e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref22ehh[22=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;aErse eca. 116re&le 3-6e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref23ehh[23=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 120lelg. 5-8nnbsp;; Erse eca. 105lelg. 7-9e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref24ehh[24=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Metokwt l""p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref25ehh[25=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca.102nnbsp;; Erse eca. 104lelg. 13-17ch;a. 105lelg. 1-6tdsd10e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref26ehh[26=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca.108nnbsp;; Erse eca. 104lelg. 13-17e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref27ehh[27=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A ruruuInt efiale sd i e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref28ehh[28=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 132ch;a. 141e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref29ehh[29=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 144bi e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref30ehh[30=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;aA radl r t a. 132re&le 4-5nnbsp;; Erse eca. 101re&le 6-8e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref31ehh[31=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca. 132re&le 1-3nnbsp;; Erse eca. 101re&le 1-5lnueca. 102e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref32ehh[32=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;aA radl r t a. 126chelg. 1-2nnbsp;; Erse eca. 101re&le 9-11e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref33ehh[33=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Ie reSie mo4e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref34ehh[34=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Erse eca. 114lelg. 9-10e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref35ehh[35=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Erse eca. 114lelg. 7-8st a. 115e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref36ehh[36=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Meti el""p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref37ehh[37=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t;a. 161ch184st241 (b a)nnbsp;; Erse eca. 114lelg. 4-6ch;a. 115e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref38ehh[38=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 162nnbsp;; Erse eca. 114lelg. 1-3e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref39ehh[39=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 193e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref40ehh[40=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;aPulapt dole,mChuuk, Mi;leefiale sd i e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref41ehh[41=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca. 198re&le 4-5; Erse eca. 109lelg. 4-6e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref42ehh[42=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;aUmatac, Guame=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref43ehh[43=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 198re&le 1-3nnbsp;; Erse eca. 109lelg. 7-9e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref44ehh[44=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Pulapt dole,mChuuk, Mi;leefiale sd i e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref45ehh[45=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 240bi nnbsp;; Erse eca. 108st a.110e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref46ehh[46=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Satawae,mYap, Mi;leefiale sd i e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref47ehh[47=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Erse eca. 109lelg. 7

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref48ehh[48=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 203st240bi nnbsp;; Erse eca. 106-107

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref49ehh[49=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Ulithi,mYap, Mi;leefiale sd i e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref50ehh[50=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;aErse eca. 108e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref51ehh[51=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Yap, Mi;leefiale sd i e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref52ehh[52=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;aPulau Bur dInt efiale sd i e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref53ehh[53=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 234lelg. 1-4nnbsp;; Erse eca. 97lelg. 11-14

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref54ehh[54=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 192nnbsp;?e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref55ehh[55=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Erse eca. 100lelg. 1-3e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref56ehh[56=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca. 234lelg. 5-8ch;a. 242 ( eus)nnbsp;; Erse eca. 100lelg.7-9e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref57ehh[57=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Jaktiae dInt efiale sd i e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref58ehh[58=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t a. 242nnbsp;; Erse eca. 91re&le 2e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref59ehh[59=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca. 240nnbsp;; Erse u;a. 83re&le 13-14

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref60ehh[60=""a>nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r eca. 227

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref61ehh[61=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; Anyar e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref62ehh[62=""ade;dpelnnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp; A radl r t;a. 221nnbsp;; Erse eca. 83re&le 9e=p>

theses.org/282#_ftn146 ><<,rindr<[46L/LPref63ehh[63=""a> A radl r ch;a. 240 ( eus)e=p>

t/body>e="tml>e=p>

thehref='http://idm.hypotprct .org/ousprl/ tiis'dtltle='Géaan iermBauure'>Géaan iermBauure""ade="3>tp>t/p>tpdne uc='wpa-nomt gin'>thehref='http://idm.hypotprct .org/ousprl/ tiis'dtltle='Mddr possudby Géaan iermBauure'>Mddr Possu""ad

t/tes>t/tes> t/tes>t!-- .drsvy- ds;e d--> An; nip"" altd Géaan iermBauure""ade= altd"" altdPu;tiéee d"" altd28/08/201221/06/2013e= dme><"ade= altd"ualte;e uc="clu-lieks">Catégc o sd"" altdOcéltie""ad, Tdn; dre rezda regéoearpharcrg""ade= altd"ualte;e uc="tdgs-lieks">Éusrcedsisd"" altda radl r ""ad, nun raeur rydn diu""ad, manus eic""ad, marier""ad, ruc e.s""ad, cu;ns eipsscr""ad, voyorgs""ad"" altd ""air ule> L e;« Nusisdr ip m ruc e.sptldGar4 océlt »ep dlrdcoledur ry ecals utldvoyorga el’A radl r ""ad""h2>

Pdnipe ouurillrdufiale sdeldiauedfiale sdpissfiale sdmdedgsrcedr ipPo&des drirenueen dneaethnoearpha usoussrceduemfouspeedv au ;teer…e=p> t!-- .drsvy-summt yd-->

t"tml>ebody>e=p>

Pdnipe ouurillrdufiale sdeldiauedfiale sdpissfiale sdmdedgsrcedr ipPo&des drirenueen dneaethnoearpha usoussrceduemfouspeedv au ;teer aed udsusii mfiale sddicexale sdi mnueeanursdeegexpecrsfiale sdi mrcedru tee reSulv nile; dtt iermnun icfiale sdrenueen dneaErse usuillrdnunrrirsdelsdn diudnxcua- idtnxale sduverm dneedtnxale sde rc scdu dnipau seorc stiCsds;dillrdfila eln dneafiale sdl rrlusscrl euemnutp sttielrdtfiale sdsprde <"ad""p>

Voyorgc elrdCerc le u: rps;4 xicuadicscrnel e=p>

Retnxale sdufiale sd; nxearregglep m rdsc rglesee; dn igeascrl tillrdcusir4 u d dneeaesrtae eeglded uun tuenip au mrcr dnipaesrrculitfiale sde; dtt ie,dPo&des driren uev sr.exale sd,eviuirane;drVasdeegnte; hegpen dneauiricfiale sdre rdAu rauli st d uun ril;dn; glep mimb;ueuursqnl esrdss v l . Dumues; n dneaUrv leddr uuedrlc lrdlrd rlusrc arc u duuevdnesdr ip a Cerc le , Dupiereydrn dneafiale sdaettllc -ofiduc diimins eiue et uen dneahfiale sdeicorgctetCuok. L e;calsuprc eln dnea tlt uaartc orcr elrdCerc le diu dnte; hegpen dnearfficgi d uun tueni, Bfiale sdeecusttn dneafiduc dnv arculifcfiale sd e&ldrco;nnbsp;pscrngi d eln dnea dupfiale sddedgs dn diunnbsp;nrdrco;l tilE s rs aTe ledscte

Po&des drireiCs auuefndexearve;e sdeegrermarsscrlnueufiale sddt ednte; hegpen dnea pcc u eaesr uun sc scedaa;texud srdls eexale sde&ldrco;nnbsp;Nusisdr ip m ruc e.spCs aoyexale sdstd et ueesr r riaesr ds;vfiale sdesriuoiruce m tillrdnutvedsieen dneaA radl r nnbsp;nrdrco;. Alddu dnip eln dneaA radl r eDumues; n dneaUrv ledda druc l ldmisod;v at elrdMt ierm scd pcueser ip mrauv e e; uun tuenisr et ueercrlduemrd4 d renorgc e cals utedPo&des drirnnbsp;:e=p> eeegl e v e; e ruc e.glrcr e ogl uul riscr m tim ule m tuscr msauvorg mrcede oglfiale sduscr m pcnaexale sd mfte; hegcs cctei. Ilt m areuo sdeegiCs auem e; ce mfte; hegcvp dexale sdetidlnuej e u mseosdsgl luunelrdfaeesu eaesrrauv e dC es ac irdctedlrd tiaorelrdtosrs srdexale sddrucu d ueufiale sdsulu tsr ld oyorgc eln dneaA radl r ch;lordnn dneauidreeuu te dsnanicgrc;;v a rte nxale sdu cccrlle m r riau gufiale sd m rm erfeur ryc ercrledln dnea dupctecs v an diudexale sdd s d iricfiale sdreuprzlle m;u ke cm rmln dneaOufiale sdltie.nnbsp;nrdrco;

Iltexod; ecau i ve e riascr m e;eldrco;nnbsp;Nusisdr ip m ruc e.snnbsp;nrdrco;ee sdee ogle oglufiale sdfexale sdeeuu gl ltvthgi d ds icfiale sdl ltml nxale sddm tuscrala elaaMa iermseogllrdnu; eJ11674 dC uncsisdu teexale sddexale sdeufiale sddt exale sdisd ltdu dnip ecam ten stcrdd sr sdeeged m rmlrdrdsds;exale sdid mlrdFiu uemed dnemerdcusir4 u d rsr4 rc e rfficgi m rmsdsdv a csd rdmernesdmatexale sdri e arl ien dneafiduc dnv adrlm e v atre nxale sdc tt iptesriexale sdsulu tsrexpecrs ;tesd ltmneod;v anue e srsdls uscr m ti cc eee u(Ml nxale sdum; n dneaaartcdv adss v ll stDexale sdpslduc dnptesrvtisisdnuecals utedlrdMa ier).

Technorcr enu nxale sdc tttuscr

<"ad""p>

Po&des drire nxale sdc tt lineec rertfiale sdsprde :e=p> A radl r ,meao&des duemfte; hegc sccamaaateaas ruo dor de ln dneaE dlrm dlytechnorcrstlam.exale sdotfiale sdterr tes eipssc,rrc uen dnea ue;t uenaeigefiale sd a Cdleexearve;rgcroyola emaaierm n dneaAdednefiduc dmr. Iltln dnea pclorcr fte; hegclam ds raeur ryctesrcals utedrps;4 x nue usti dmer m ojdur rysd rlizdatae sdnue r ueo;dch;aresee; sr dupi/. Ilerd nxale sdc tt a rte nxale sdu cccrlcerc ste;exale sd sdee,evrle sd n urcdmer m agao sdnueexale sdcopi/. L sdtesun meldrco;nnbsp;aartc orcr nnbsp;&rdrco;ldldeldrco;nnbsp;p sdddr rcr nnbsp;&rdrco;ldr d esd lddrucuese ldtesun tueni rfficgila eln dneaexpexale sddicscrstte S n on. Fluemfte; hegcln dnea r d; ePo&des drirdseddrrausuprtteiriexearve;v alam.exale sdotfiale sdterr rc u;eeoesu e druc iptesrvtisisdcusid tesrcals utedn idrudnueeldrco;nnbsp;rc uexale sdd s dlamseuerdrcdmj ep peedv a suc ;tesdeegerdrd eaeesuaexale sdrcderette ettl;dnul vsr icu dte gun u.nnbsp;nrdrco;

Technorcr n dneaub ictuscr

Cusid et u;dnrdlrudvoyorgsm nxale sdufiale sd u sdtet uee Pluifarcrstln dneaA radl r un uedexale sdeu&iexearve;v sdeegaccu uexale sdeldld ldtosrs pcroupfiale sd eptil uimb;ueuursqnlne t exearve;s e. Ld dndmer m ruc e.gldr d esd eanur,dPo&des drirelrudob icette;lordlrudv rebt mdld e;lordlrm d dfte; hegcln dnea n udte reredaauc- ceeesua sdtesun r dCn dneae ueerdctedptilexCs arc e nicgrc;lrudLoyoltyto&uearve;mer m ruc e.gldr d esdfte; hegcrurerm d;u uemte ln dneaA radl r ue sdeo&uearve;meldrco;nnbsp;A&tfiale sdsdtealamedaauc- cestc r[lc ur d]uc pd4 u d duun;tee udt d;lngcdemer r eueoennbsp;nrdrco;. A Lrkexale sdbauexale sdndiusdeegeldrco;nnbsp;lrud ruc e.g […] evoeuexearve;rd4 d ulv n dfte; hegctosrs d s aenC ;t v atre[ln dneaA radl r ] e dfte; hegc ud au mear4 r m d;u uesdu mlrudt d;lngc s dd4 drdrs rt rte s al s dsi.nnbsp;nrdrco; A Vl s L v semrd au m udv sduem:deldrco;nnbsp;Lrudt sdeascr m e;Pruc e.gltesrVl s en dneaayorsd lenxcgrc;;v api cusr ecC de euoret s nnbsp;d ojdur ryd r ueo; je upiexale sdfexale sdeexale sdedrlt eeerc sctesun mer r edaa;sexale sdul va ;dniptldn idr ayorsd eeoee; dlrudtesun demtet ub;4 dnu ud occtscr nnbsp;nrdrco;stiC sse-s-ui. En Nulv le uGuneexale sd aenrl ePo&des drird nxale sdci dnnbsp;: eldrco;nnbsp;e oglvdme mfte; hegc5h"" e >d lds u d au i ve e ruc e.g cuesu dt s aet eeesu eeitnt eipanipe ogl;le rern dnea pcsd; exearve;rd4 db;4 dnu drlcds icu d scCrdd sr ut v ae ddr d rd4 drcdlrcr;temsdtet uen tur rycauuunet&tfiale sddt s al s dsi e dayorsdsds;exale sddtet ueheh s aj ep plrudtesun dem rte xaur tu r.nnbsp;nrdrco;e=p> dCn dneae ueed dndmer m dmenascr m euv n dfxcgrc;;v aiC ecfiale sdr mrcedPo&des drirdexale sdu ;ts dluud ojdur rysd rlizdatae ee d r ueo;. L d au maeeexale sdmn ueerdiC ecfiale sdmtuudnu; mfte; hegc;didrsted dnn dnea uc sdtouv sdeegen dnean ueimpi tfiale sda sujnu tPo&des drirern dnea deln durcr4 semlrrpiuspln dneatn ude dln dneaexp r eei mdss v l d dneecfiale sdrifaercirdeunur rycte;tele ldldtele dpti s ei cird ruc e.de d dm eexearve;; ecusrob ictuscredptilln dneaexasdeei msr4&o;ang;cvdr . Iltncsidfte; hegc o oce n dnea s a ruc e.d ldPueseDddry nnbsp;:e=p>

J adn dnea u;lerdcdse dsv airdear4 rnipe ulam d occtscrri mvrle sde di mmatsdret u usidrd4eeutfiale sdsdtet ue mC ;eti mCedsie ruc e.d ict dcuexr rl udiur sdeeg lordn le uexale sdd s dcalufiale sd asnip sdexale sdv sffoudorgcfte; hegc4d redsd lti s di dln dneae e drdcdl risidd s dd; e rl di A;exale sdkaer.nnbsp;nrdrco; eeei m ti s di dlrd ruc e.dsemdn dneapfiale sdcctee tedfte; hegcfrlsupu dlamb irinxearve;rettedln dneaob ictuscr tur c,red dnemen dneaoccteccrl ee nxale sdc tt a:tsemrn dnea sao et eccfte; hegclamsr4&o;ang;cvdr,le tasidn dfte; hegcmregeaTeru asnip s e acam n dnea rucuto&uearve;msemd igcdcfte; hegclamvrle ch;lordtet uehetafa sdetdd dv ef Pledldo&uearve;msemrn dnea sao e sr4i,sdeegi cird agao . A Tikopiauexale sdndiusdeegPo&des drirdrn dnea mb;rrcr;tet u s a ruc e.d dneesc e dee rdn v aluuds e v e. Ln dneaob ictuscrm euspnxcgrc;;v aitn ureemaee;n ue dr rcr;;dnul vsrtfiale sddituseexale sdr;ptili mird;rosd sdCs aoyexale sd m dniplam.exale sdoearphgi.

L drauv semrnipln dneaA radl r un ueiC ss c,sdeegnedi dsnexale sdemaee; eusprn dneaacfiale sdr em dle rrlussfurcr4 nexale sdue cctexale sdeeuo dedidd deuo di mcdsrausrd di as icucr dA TregeaTeru ,mcn dnean ue n dneaUrv ledmlc -ofiduc diimrc um e v a s a ruc e.deldrco;nnbsp;tet uen dnea s ai ccusrCdnicusnnbsp;nrdrco;a v leorgci cMafangar"" e >d e S n onurcid ouluspbc ecd pcuesdemtuudCrerc udnuei mdocosd mdn dneaa nxearve; dluurcrlre uesdi sneexale sd rdlrud ruc e.gnnbsp;nrdrco; tPo&des drire nxale sdfexearve;v afte; hegcln dneanxale sdvn u uemluudsatexale sdri e i c rdscexearve;v amaesdtaee;fte; hegcdexale sdfoussttet uee ulc udn dneaex eu ddvctexale sdercidctaturnxale sdi cu rereldrco;nnbsp; dledur rynnbsp;nrdrco;stsemn uebc ecobangnxale sdai ccueiC ocdemptiesee;rnipl mob ictuscr di dcusr dm tgncr ste tasidn dptiuemdnn dneasemdr bnxale sdnexale sdficgie teddn dneaousu d rllibrisnxale sdai ctouv sdeegrcr;S n onde dludvrenoe ete.e=p>

Udr nxale sdtu rcethnoearpharcrnnbsp;?e=h2>

Lertfiale sdsprde drr nc c dniplam ecfiale sdrai ud als unxale sdtu dcdsec stsemcdsvc et i crn dneasrd uurgdemrnipl mcgrcds rltue di dlam dledurr. Lrdcam ten ai cln dneaA radl r un uedl risiidn dscgi sfarcrme dluudrauv emi uddss vulid; stQuoydCt Gaimaidlvrenemludv ef dn dneaexpexale sddicscrmlc -ofiduc diiuurd d oeerdnxale sdidn dmaidnnxale sd m tidlamje s ascgi uemi cln dnea renrsten dneanthnoedgsrstCt dee ti scu&idemptidlamrcrseccrl ld u ke idn di aGrlsd Oufiale sdlturcidn ue cdscdl m rmlrdSoccfiale sdsnxale sdai c exale sdoearpha ui cPti sc dnip1836. Dn dneaa ledl mPo&des drirmdn dneanxale sd eic-uie tedrcr;eldrco;nnbsp;L ud rounxale sddnxale sdud ti nxale sd mrcediusrHabctet ud dCs aoyexale sd m dniplamCds raeur ryctemlul mPruc e.gl euv n dauuunefdl nilai udd pcroup,sdes srdexale sddrucu udnuefdl nilarcrlrcr m&tfiale sd udrnipl mcren sovtuscr mrcr;ue d u ke d u v n da u di rn dnean e Ct eusprra dofiduc diimptev ilescCds &tfiale sdlusscrl rte lamdss v ai clrdrluemi udHabctet u dnipeueoelai udCdsjdur v udrniplamsr4inxearve;retCt rni;dn dlam rdceccrldnn dneaamsudvcemlrd opulaeccrl ldear4 ocnxale sdlte dnipcu iC r4 rettet uees srnombiu;tesdle sdrcidescCdnvi et rerrnifluennbsp;nrdrco; nnbsp;?e=p>

PdnipPo&des drirmvrenem dnip;dnrdlrudmaaie di ;lordi udsinxearve;ule stlrdcdsfuu taeccrl rte le d ruc e.gli aPluifarcr;n ue s uprc r chnorcr dCrenemln dneaaffieoe C s retL esteldrco;nnbsp; dniple dE idtnxale sduv t s dtele dmanicgrc;;v eei tlrdmerc rte i crimpluudn idrud al sdCt oeexale sdudrnipln dneaounxale sdlten ue o r sdeegimpdesu;te [&h leip;]. De ettlue dd igtueni mrc uvoyorg dCr s;le idn dlrdneesucdnip eeitnt erc rte luudnxale sd rle stle dE idtnxale sduv td dviudmen dlup e sidn diup edradl rideuuemfte; hegcde du sprde ud&uearve;m;dn dn uein rieexale sd.nnbsp;nrdrco; <"ad"he s le=""ehref="http:// ti s.hypotprct .org/250#_ftn17ehh[17=""a>sttv u ed s ru;te rnipl mod adnxale sdgeasfdCt s apeuspob icercdnn dneaeldrco;nnbsp; s a ruc e.dete; hegctost nxale sddessev lcemseogllemsu;teuur u;dnteesee; s moiue dnxale sd druemin dneaarba do tr;uete mnnbsp;nrdrco;<"adstsemn uefascgdnxale sde title dimb;ueuursqnldnn dneauiei ecdssv dApcrnxale sd rteitle dcdsdicscrrdd aln dneaob ictuscrm di tln dneanxale sdv sdrgc vectle d opulaeccrs sr t exearve;s een uednxale sdlica dCt s apeusp edeuoretdnn dneaescanalycu tle diC ss ds dcdssigenxale sde dtet uees ul vsoue e;rfficgi ,e i srcr;in dnea s asrd ucrnxale sdtaeccrl bu ic,rdld n dnea s aedur v a uupm e erficgile . Mfiduc dmrdtet urd ul vsoie dsnrldln dnearfficgi p edm diur sdeegfte; hegcncc dluprnxale sdcl dn uebc ec ulv n d oesnxale sderrnipfte; hegcln dneatur ryc(fte; hegcln dneaexc peccrlpeus-nxcgrc;;v air;uelc ud aGaimaidlrcidnxale sd eic rnipl vsfdmaee; e de oglen dneaavds drcr;le d suc rg meexale sdedur ryenxale sd d sr Dumues; n dneaUrv led) dC,rrc un ueviude dniple drnxale sdcl rdln dnean uenxale sdndiusdeeg dniple dde eipssds dd a ruc e.glCt sdnrdatfiearve;s afte; hegcrnxale sdfaexale sdupu dfte; hegclrdmnxale sdsprdedd aPo&des drir.

Ins runxale sd re m usidde urauv emi uddss vulid; urcidrauv lede d sr accumulaeccrl(lrdeldrco;nnbsp; dledur rynnbsp;nrdrco;)lnuevre sraeeoruuPo&des drirdn rc u ed sr nxale sdbaucprttehne ucsfavtuscrmi udimb;ueuursqnli aGrlsd Oufiale sdlt. Iltt d;lngcr;eldrco;nnbsp;rcusv aespexearve;ue di d ruc e.gnnbsp;nrdrco;. IltCs aocemnxale sdndiusdeegle d;dime deldrco;nnbsp; e v nnbsp;nrdrco; <"em>et <"em>eldrco;nnbsp;fam lednnbsp;nrdrco;. L duprie ;ue d;dime dsdnrdi e u asrvoe e s reidn doue pi ncipi/d n dneaanatosc lvre srnxale sdemi cCuvcer,ebc ecrcr;Po&des drird usti dmeldrco;nnbsp;espexearve;uennbsp;nrdrco;c deldrco;nnbsp; e v nnbsp;nrdrco;lvreoe i udsyncryme ,mcreoe dnipeldrco;nnbsp;rluennbsp;nrdrco;c deldrco;nnbsp; u ke nnbsp;nrdrco;. Sn dneauiednxale sdfricprt s upam v reeuuret umodexearve;e mrnipl rcremru e u drd ob ictuscr,du ms apeuspo ;tiercdnn dneauienxale sdvoeu e ldscecC de dss vulid; etecder udnueiuoiruce. Po&des drirdvac ed d;drd u ;uo esiercluprnxale sdsulu t ;cusrob ictuscredtet u s crou u nrdvre sraaod; ee dne ucsfavtu u i.

Det uvp tr;drdrd esten dneans ao ud d;dime dn uernxale sdcfiale sd sseui. Tdn; dre reimb;ueuursqnliemlrdNdl rled-Znxale sdals ;oue Mti arerudnuei mCexale sdeexearve;bt ;oue Tregeard drculifcfiale sdi/d r;eldrco;nnbsp; ruc e.gnnbsp;nrdrco;. Ndlrdavds dv an dneaambi diu uemi ;ued;dimestCssv amnxale sd c dadmruoeccrlpdnipeldrco;nnbsp;an dneasr u racemsauvorgnnbsp;nrdrco;. C,r;dimem.exale sdenxale sd orcr nxale sdsigeuafinaleidn d;dn r;dmb;rvtuscrmrcids arnxale sd d dd tedete; hegc s ousv d ocu;tennbsp;:pe uviudmen drps;4 ste uviudmen daatea dan dneaCs aocdi a;dimem ruc e. sr trcr;ne reidn dan dneaoltnxale sdeicnxale sd sr td;lnur sdeegdnxale sdfneo . En Nulv le -Hdle s ;lrd ruc e. dnxale sdcdl risidrniplrd eorgcdn dnean uednn dnea s eldrco;nnbsp;euo;te n rc fnnbsp;nrdrco;<"adstete; hegcVr4iko odu mradl rud deldrco;nnbsp;aatea xnnbsp;nrdrco;, rur t drcn dneaa Juv c daue Moeurcr mPo&des drirmob icetCsrl ed deldrco;nnbsp;rps;4 xnnbsp;nrdrco;et e dlrdte ledp dlrdeueoe d pcrled tle ddmb;rvtuscr c idtnxale sduvs e. Seuerdexc peccrltet uvp tr;zda ud&uearve;mte modexearve;e mmnxale sd uupdlite rl n dneaapclorcr sreuo eidn stle deao snexearve;v ud ruc e.gd n dneaAsjdipfte; hegcJuv . Seuerrdlruddmb;rvtuscr c ;TregeaTeru c dd dCtadlir drd ddnxale sdsigenxale sde d sr er r e md tuulau i.

Ale s d au mao ndrcr;lrdeardetccrllexocaleuuPo&des drird n dnea u ao eete; hegc s dtaxoe mo ed ddmb;rvtuscr c aPluifarcr. L drcusv aespexearve;ue drcn dneauien u esiedrd derrdr esrdurrd:e=p>

L d ruc e.gdete; hegcbae scgi c d al e-eueoe eldrco;nnbsp;rd derrd ruc e.gdrcid e de u durdte au mmaaieed ;;dnd dCelerrd ce m et ueedear4 Oufiale sdltnnbsp;nrdrco;stCt uieaul r;rcr;lrd al e-eueoe seogllemv n dn ueeldrco;nnbsp;an dneaoddicscr;lrd au mlngnxale sdeo u edrcr;lcrl s deuo eeete; hegcl&tfiale sd edu bae scgi nnbsp;nrdrco;.

Pdnircoidcp tr;ne ucsfavtuccrlb anxale sdedrniple bae scgi et e dl aperfeur ryneidn dulusiddn uelrd al e-eueoe ? Ln dneanxale sdaexale sdmen dlup au mreiaidnu;te cta;;dtae men dnxale sdraudrgipfte; hegcuedsupfiale sdm c uebc ecle bae scgi ,mcn dnean uelrdctaturnxale sdi cssrcedrcidt d;lngcr;eerdasdetae men derrddmb;rvtuscr c aPluifarcred ;uelerrd ;ln dneaE idt . Po&des drirdcdssidnxearve;v arni;dn dle bae scgi mcreoe s asrnoctuscra;dchnorcr reiaidnu;te,t s din r scrl sr scu&inxearve;v men dnldrco;nnbsp;srd lei e r nnbsp;nrdrco;,e dapcnxale sd eete; hegcrd e rucrermen . Iltcrnxale sdci ddtet ueam e eipssdsed d ruc e.gd ;TregeaTeru nnbsp;:e=p>

­nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;;l umoy ssd ; o uleccrle di td igtuscrnnbsp;:dvrle ch;agao stedl rie de,ms idoruuunxale sdclienxale sdrdree edlenipnombi ,mlenipeueoestCtc.

­nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;;lam nxale sd dretccrnnbsp;:dcrnxale sd e uemi ;pesrd v ,mt asuulpr v uuuunr rco;objnu ,munr rco;asdu;temen .e=p>

C s snfavtuscrmgnxale sdoearpharcre=h2>

En rd tidlt alamne ucsfavtuccrliC ss c,;oue bae scgi ,mPo&des drird o ocdt s d nxale sde modssscrlgnxale sdoearpharcre dnipv sc s pd despexearve;uesd ; ruc e.gl:e=p> <"ad""p>

­nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;;uelerrdete; hegc s cuulubae scgi pcti s r raeen e v e dlyenxale sdreen,e=p> <"ad""p>

­nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;;uelerrdete; hegc s cuulubae scgi d al e-eueoe seogllemv n d e v ectadlirue=p> <"ad""p>

­nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;nnbsp;;Csrl eerrd ruc e.gdete; hegc u;te ubae scgi rdal e v emae is.

<"ad""p>

Lamsoddvssscrlt alam nxale sdsdssrassscrl uet acrnxale sd e serclameldrco;nnbsp; dledur rynnbsp;nrdrco;desc udvet dlnr rco;ot v achdoroedgsrcr;i a oyorgcrciuuree edPo&des drirsteldrco;nnbsp; n dnea ccurt aete; hegcpeuecrnxearve;rdavectle danxale sdctissscr d e dt riec pexearve;ue d derrd roeanxearve;rdt alaeseup zlle m es /p> eerd u ke cnnbsp;&rdrco;<"ad. O drnr rco;uie ue isnxale sdmunr rco;ydvrlip s c xpie snd edscrrlipd dcrnxale sdoccupssscr d e Dumues; n dneaUrv ledstQuoydCt Gaimaidlrniple u ke men d derrdrlue d aPluifarcr,du m dniraeuenxale sdndiusdeegsrd ucrnxale sdterccp tr;ne ucsfavtuccrlgnxale sdoearpharcrecreoe s pfiale sdeicorgciidrurdt alampdesnxale sdeeh mbold s rs at ar ttiulidssscrld dcpfiale sde mnxearve;s e. Peus-d di ee ju rcnr rco;ete; hegcrculifcerccp tr;nti oearpha usoussrcedt aeldrco;nnbsp;gnxale sdoearphar umarodsidrnnbsp;&rdrco;<"addtet uenr rco;acc peccrld d oes- dedniul; rudo s""em>nnbsp;?mCCdreraeseurdd sr men dcrnxcgrc;;ercete; hegcPo&des drirpd dsrd eascr mrcidtnxale sd sucen rd ambisscr,ebc ecrcnr rco;escrnxale sd d det dete; hegclamnreo s ;t aDumues; n dneaUrv ledduiesnr rco;ex ocdtete; hegc s crnxale sdeldiauedrcidtnxale sd suceuranxearve; pvctCdre dctaluicnxale sdrdanalyssrceec sdtat nxearve;v aethnoearpharcr. Lrdten at c,rne ucsfavtu u ids arnxale sdsod; eunr rco;a ledl m tedete; hegcln dneaexpexale sdace uemi a;diraernnbsp;:dln dneaessember d ddmb;rvtuscr cs cren id tedtet uvp drcusv avtunxale sdgc o s. En euo alamne ucsfavtuccrl ue dlyenxale sdreens cal cen uro oearphgrcr;rcr;lc uaccurt aC srerrdt aBao s stete; hegc uvrliperrd&icgrc;errdtl rlsd Oufiale sdlt

nnbsp;Po&des drirstete; hegclam rsr4 rct aunr rco;Urv leduurnr rco;srdnxale sdie sr d ecrnxearve;rdaue ppfiale sde mnxearve;s eaunr rco;acculr vssscrl otlo sdctiplrd rnxale sd e uemi s Oucn u oue et ueedPluifarcr. Ilt xpisidder seoc ud afixsddrniper pa reiplrdsnxale sdtos idd auemrcid ue ecd idtaee;alrudt dcti d taes ete; hegclenipcdstac . Hnxale sdcctet den idd e culr ve ,muies ala u edgun uemptiplrdrnxearve; eaeesuaer rco;nxale sdrcreret dniper d snedtaee;s ala u eddi ee ete; hegc s cne ucsfavtund rcideuo anxale sdupr ete; hegcludt s ccd aPluifarcrdctipDumues; n dneaUrv led dC,pd4 u derrdcdscau ids dd aPo&des drirurnr rco;opcucen ete; hegcuelerrd ;rd up f,mlrdrnxale sdcti isscr abae scgi ds acoïscgdet de uavectludt s ccd gnxale sdoearpharcr;e uavectlrrdcrnxale sdju exale sdsrrlui e cla reidn d nxale sdfuvriu;tesdoue Mnxale sd senxale sdcc e drcidrnr rco;acfiearve;v t d dnitet drur dd igtueni . S ule m alsupr drd dsrdnxale sde;exale sd rd&te; hegcln dneaatlt uaartc orcr alnr rco;A radl r ,mledtexud d aPo&des driruie ud ienxale sddicstiCjnunxale sd re m usidctipDumues; n dneaUrv led rcids a u ueinsnxale sddriptet ulamiC ss ds d ard oyorgc s ccti iedtechnorcr rcidv cete; hegclnr rco; ecdssv d arrrdcro r rdcdscau ids . L d ruc e.gdcti icipit d euci clnr rco; leu dausscr,e ap sdddr rcruur cdrradl et dousu d et uee mearv v udd alnr rco;atlt uunr rco;a nxearve; dS n ondrcr;tet ul rdearv v udrnipbsee;rcidnxale sdgao t derrdvoeume dd atexud d alrdrC sscd aartc orcre=p>

Le d renre;rcid e deuo alammaaierdfasencc dil;a ure=em>. [Pti s]nnbsp;: Peer r,e2008ch;.nnbsp;243.

A radl r d""em>rer e drd esdctipPo&des drirutet urd Eu aodrniperdcdssraeur rydd ae dd sdcu ke cmnxcua- idtnxale sduvsd""em>(vrli infas""em>).

,du;.nnbsp;uic.,d;.nnbsp;3.

Ibid.,d;.nnbsp;32.

Ibid.,d;.nnbsp;30.

Ibid.,d;.nnbsp;31. Le d alsupr ddrr nc t dnipenr rco;atlt uu alnr rco;A radl r ard rdt d ojdur rysd rlizdatae ee d r ueo;nnbsp;: P&luirc;i smrd eucrnxale sdulidnxale sdc sdvre aexale sdmen dt drd nxale sdcen sscd d au meldrco;nnbsp;r4isnxale sdusnnbsp;nrdrco;.

Ibid.,d;.nnbsp;35.

Ibid.,d;.nnbsp;61.

Ibid.,d;.nnbsp;39.

Ibid.,d;.nnbsp;15.

Ibid.,d;.nnbsp;79.

E. P&luirc;i ssteldrco;nnbsp;Nu; mrniplesdcruc e.gnnbsp;&rdrco;,du;.nnbsp;uic.,d;.nnbsp;3.

L aPluifarcr;oue XVIII c dXIX ar nxearve;ule st s cndsfuu taeccrlfaseco-b tetsorcr. Esjd cde eiul;duericuliunxale sd gnxale sdopdlitgrcr;(1763-1914). Pti snnbsp;: Kti hae ,e2011ch;.nnbsp;41-42.

Ibid.,d;.nnbsp;6.

Ibid.,d;.nnbsp;205.

E. P&luirc;i ssteldrco;nnbsp;Nu; mrniplesdcruc e.gnnbsp;&rdrco;,du;.nnbsp;uic.,d;.nnbsp;6.

meldrco;nnbsp;Nu; mrniplesdcruc e.gnnbsp;&rdrco;,du;.nnbsp;uic.,d;.nnbsp;6.

Ibid.,d;.nnbsp;74 e=p>

,du;.nnbsp;uic.,d;.nnbsp;14 e=p>

,du;.nnbsp;uic.,d;.nnbsp;5.

H. Bla u, I. Lrru la u, Gnxale sdoearpha d auacelerr. Le dscgi uerdenxale sdoearpharcr dal momen dt alnr rco;nxale sdo e uemi drcgi ue dh maese d(1750-1850). Pti snnbsp;: Lnr rco;Harm dtar,e2006.

E. W. SaiustOace telism. NeweYorknnbsp;: Pet hed Buoku, 1978 e=p>

Hod;os idd dd igtuids doue Treres Au raul s""em>. Dlrunust1756.

Lamsnxale sdrprdett aP&luirc;i smrdnxale sdunxale sd edaau men dnxale sdrudonxale sd ccti Eric Riethc dex ocnxale sd ce tasidn ddet nnbsp;: E. Riethsteldrco;nnbsp;Ob icer,et sneer,eunxale sd r re,mcrm te r,msnalycer :p s cndl rledmsnxale sdrprdettnr rco;nxale sdtu rc alnr rco;rdupuurcs v an diudree edlnr rco;amruol P&luirc;i sd(1806-1893)nnbsp;&rdrco;. Irnnbsp;:dTechnorcr dduesoccér n#769;ec sdM n#769;dicreretin#769;re=em>. Pti snnbsp;: Ma ucrerl rc dLtads st2001.

<"body><"html><"p> <"t s>

Géuoldua uB iron<"ad"/h3>

<"p>Md idPoes ""a> <"p><"t s><"t s> <"t s> A rnip"" cts> Géuoldua uB iron<"ad"/ cts>"" cts>Pu;tiémled"" cts>13/05/201221/06/2013<"a>"" cts>Catégc o sd"" cts>Océr4i,""a>, Tdn; dre rezda rdeéoearphgrcr ""a>"" cts>Éssrce trsd"" cts>"hehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/dd;adlab,"drC ="rag">dd;adlab,""a>, d sraeur rydd ae ""a>, dusdss iculer""a>, maaier""a>, aluifarcr""a>, aruc e.g""a>, oyorgs""a>"" cts> ""ar scld> En pays ksnak""a>""h2>

Lnr rco;rxtese uemi ;lrdc s lidssscrlksnakurdnxale sdunxale sd nxale sdcfiale sd nxale sd e ldsd dr rucn u olmled5ur p;dmbreh1774,mlo…<"p>

<"p>

Lnr rco;rxtese uemi ;lrdc s lidssscrlksnakurdnxale sdunxale sd nxale sdcfiale sd nxale sd e ldsd dr rucn u olmled5ur p;dmbreh1774,mlor rc alrsd ebctet dd auemrcidreraebc etslduc dn pceaexale sd Nulv le -Caaexale sd ei, accueule ret dledcta teua uCuokc drd nxale sdrciporg. Mosr ddnr rco; s c nxearve;uled au mteidstCnh1853,mlrdFasec arnr rco;Cs sraerdt alnr rco;adupuceadctaexale sd ei, derrdMnxale sd senxale sdcc e dte edsiet dt d&ldrco;sr t exearve;s e&rdrco;.aTeer ;os iddnr rco;u tre-merci ;lord1946,mlrdNdl rled-Caaexale sd ei, adcdsncc n id1984 d1988dt d&xale sdcfiearve;ermen umaidnut ddd tnnbsp;lrd eddnr rco;dtargci c30 e deime d srp sdeadupiddnr rco;sr nxale sdpd4 u teses ksnaktCnh1988.
Us crou u nrddnr rco;ousoe modssscrl ue egaenxale sdci ;lor,m vectlrdsigeltu idt daccurt dd aMsscgncrtCnh1988 dt daccurt dd aNdlsnxale sd c nh1998.
Fues dd alnr rco;aartcs id au mrc am lenxale sddsidrdt dlenipv sdrgmen drdci e,dm nitiisdtaee;enricpisd srplnr rco;expexale sdace uemi dlrdcde eidssscr,ml dKsnakudn dnea e due cnxale sdddnr rco;sr r erci drdlusids doue obenxearve;me dseoeecfiale sdsd srple dmususids ,mumpucnxale sde du aupricc s.

Pdnic nh uvrlip au m:e=d;adng>
<=d;adng><=d;adng><=p> <"a>""p>

Le dPopienxale sde ,mYvedsieBourcr e=p>

•d"" ;adng><" ;adng>Us livi c:e=d;adng>
Sdnrdludt rdceccrlt dAl;et B e cetm ; Isu;rler Le;tic<"p>

•d"" ;adng><" ;adng>Sicr dduebedgm:d"" ;adng>e=a>"hehv f="http://www.aluifac- eedo.fr/ehhC n idt drdchsdup urniclnr rco;Oufiale sdlti,""a>, ,nnbsp;<"p>

•d"" ;adng><" ;adng>Advrlip:d"" ;adng>e=a>"" ;adng>&ldrco;Lnr rco;Ot v a dea Mouole&rdrco;,afilmdt dMssthgiudKsssovctz,e2011."br />e= ;adng><"p>

<"body><"html><"p> <"t s>

bedgcrereine=a>"/h3>

<"p>Md idPoes ""a> <"p><"t s><"t s> <"t s> A rnip"" cts> bedgcrereine=a>"/ cts>"" cts>Pu;tiémled"" cts>09/02/201221/06/2013<"a>"" cts>Catégc o sd"" cts>Océr4i,""a>, Tdn; dre rezda rdeéoearphgrcr ""a>"" cts>Éssrce trsd"" cts>"hehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ddup oedgsr"drC ="rag">rdupéoedgsre=a>, ethnoedgsre=a>, ksnake=a>, liegund;lrcre=a>, Ndl rled-Caaé ei,e=a>"" cts> ""ar scld> <"t s> Ad opuce=h2>

Lid oiteuieL'srd lei e uemil mo dre=a>d opucdt s dséedur ry t dbclle dd auhsdup l m nh cgi ue drdci l d dh maese drcidéc ss idl'ac uuliuémil mo dr.
I s di dctrne dd ardchsdup d'Hypo hère e=a>, ue dbclle drd rduv et;;dnddt ;lnérdale p ;tic dd mln ;ltu dfaseça uddet uee mo dr.d""p> In ;ltu dfaseça ue=h2>e=a>"" dcscd >L’In ;ltu dfaseça ue=h2> L’In ;ltu dfaseça u,du;éuo rnipil Mneostè idt dAffos isdéraudgè i d d niu;éi nesd dnicl’tur rycexuéurrniidt dea Fasec uur csub tltue àcl’tssoci scd Culr vesfasec ardu mardeueoe d’ sdEPIC (Éslbe u emen dp ;tic àcctaturè idsr u racel;duecommerci l)uavect sd;éuimè idd’tur rycéeaaro dt dmoy ssdreteuecée. Pdnic nh uvrlip au m: http://www.ln ;ltu faseca u.com Rrradl rzllnr rco;In ;ltu dFaseça udrniceuuebuoke=h2> <=a>"br/>ehehv f="http://www.euuebuok.com"ln ;ltu faseca u.porgrfficgiler"dra et="_TOP"he=a>"br/>ehehv f="http://www.euuebuok.com"bu iness/dashboeid/ehra et="_TOP"; ryle="eert-fam ly: &rcot;loc drdear dr&rcot;,ta rea, rideta,er al,set -rerif;deurt-size: 11px;deurt- ti et :peueoal;deurt-sryle:peueoal;deurt-weight:peueoal;dcde r: #3B5998;atexu-ddcdvssscr:peune;"h s le="Créizdvr id iu; idb dge !"><=a>"!-- FuuebuokuB dge ENDd--> N igcdzddet uee dbclle e=h2>

  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/et h opuedgsrehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-427;rag-liek-pucisscr-1eh ryle="eurt-size: 1em;">et h opuedgsre=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/edup oedgsr"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-1224;rag-liek-pucisscr-2eh ryle="eurt-size: 1em;">edupéoedgsre=a>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/;etde-dd sneer"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-369;rag-liek-pucisscr-3eh ryle="eurt-size: 1em;">;etdedd inéie=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/uicoyi netr"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-3345;rag-liek-pucisscr-4eh ryle="eurt-size: 1em;">uicoyi netée=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ud tempueaes"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-4514;rag-liek-pucisscr-5eh ryle="eurt-size: 1em;">ud tempueaese=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/uiisr"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-1483;rag-liek-pucisscr-6eh ryle="eurt-size: 1em;">uiisre=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/uulr ve"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-605;rag-liek-pucisscr-7eh ryle="eurt-size: 1em;">uulr vee=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/drrlt-pd4alehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-10305;rag-liek-pucisscr-8eh ryle="eurt-size: 1em;">drrltd;é4ale=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/drrlts-eusdemen uxehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-10291;rag-liek-pucisscr-9eh ryle="eurt-size: 1em;">drrlt dfusdemen uxe=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ niuehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-172074;rag-liek-pucisscr-10eh ryle="eurt-size: 1em;"> niue=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/fusds-dolembrisehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-1011970;rag-liek-pucisscr-11eh ryle="eurt-size: 1em;">Fusdsddn#039;Alembrise=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/femodismr"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-889;rag-liek-pucisscr-12eh ryle="eurt-size: 1em;">fémodismre=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/rgrearphgr"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-1185;rag-liek-pucisscr-13eh ryle="eurt-size: 1em;">eéoearphgre=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/rgrpdlitgrcrehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-2410;rag-liek-pucisscr-14eh ryle="eurt-size: 1em;">eéopdlitgrcre=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/aartcs iehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-616;rag-liek-pucisscr-15eh ryle="eurt-size: 1em;">aartcs ie=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ruok-2ehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-287148;rag-liek-pucisscr-16eh ryle="eurt-size: 1em;">Iuoke=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/rumcehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-304003;rag-liek-pucisscr-17eh ryle="eurt-size: 1em;">ieoc<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ tely-3ehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-1011969;rag-liek-pucisscr-18eh ryle="eurt-size: 1em;">Itelire=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/liban-2ehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-1011968;rag-liek-pucisscr-19eh ryle="eurt-size: 1em;">Liban<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/taerd -belsuprehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-138668;rag-liek-pucisscr-20eh ryle="eurt-size: 1em;">Ma ucr-belsupr<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/toyi -uctr ehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-3530 rag-liek-pucisscr-21eh ryle="eurt-size: 1em;">Moyi -Oace t<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/tu ircrehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-352 rag-liek-pucisscr-22eh ryle="eurt-size: 1em;">mu ircr<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/nume rcrehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-3833;rag-liek-pucisscr-23eh ryle="eurt-size: 1em;">numéuircr<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/pole ;lnrehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-333;rag-liek-pucisscr-24eh ryle="eurt-size: 1em;">pole ;lnr<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/por s-rep ;ticaes"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-171769;rag-liek-pucisscr-25eh ryle="eurt-size: 1em;"> srti rép ;ticaes<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/pdlg;lrcrehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-520 rag-liek-pucisscr-26eh ryle="eurt-size: 1em;">pdlitgrcre=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/pdlitgrcr-rraudrgirehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-78127;rag-liek-pucisscr-27eh ryle="eurt-size: 1em;">pdlitgrcrdéraudgè i<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/promenate -remioddrcrsehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-10688drag-liek-pucisscr-28eh ryle="eurt-size: 1em;"> omenate sémioddrcrs<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/preect ncrehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-138669;rag-liek-pucisscr-29eh ryle="eurt-size: 1em;">préect ncr<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/rC t id sehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-9827drag-liek-pucisscr-30eh ryle="eurt-size: 1em;">rC t id s<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ru irehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-1011963;rag-liek-pucisscr-31eh ryle="eurt-size: 1em;">Ru ir<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/reeldiavctCehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-5231drag-liek-pucisscr-32eh ryle="eurt-size: 1em;">réeldiavctée=a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ cgi ue - olg;lrcrsehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-5559;rag-liek-pucisscr-33eh ryle="eurt-size: 1em;"> cgi ue d dlg;lrcrs<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/sociuedgsrehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-871drag-liek-pucisscr-34eh ryle="eurt-size: 1em;">sociuedgsr<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/syctr-2ehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-289268;rag-liek-pucisscr-35eh ryle="eurt-size: 1em;">Syctr<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ hereehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-783;rag-liek-pucisscr-36eh ryle="eurt-size: 1em;">thère<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ heuctr-dcds morcrehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-3984 rag-liek-pucisscr-37eh ryle="eurt-size: 1em;">théuctrdécds morcr<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/ udisirehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-1011960 rag-liek-pucisscr-38eh ryle="eurt-size: 1em;">Tudisir<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/urbanismr"dc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-2141drag-liek-pucisscr-39eh ryle="eurt-size: 1em;">urbanismr<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/vr Cehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-737 rag-liek-pucisscr-40eh ryle="eurt-size: 1em;">vr C<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/egyp;dehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-338drag-liek-pucisscr-41eh ryle="eurt-size: 1em;">Égyp;d<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/esuss-udis-2ehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-286618drag-liek-pucisscr-42eh ryle="eurt-size: 1em;">Éslss-udis<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/eedur rysehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-1184 rag-liek-pucisscr-43eh ryle="eurt-size: 1em;">éedur ry ""a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/C ectdvssehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-138671drag-liek-pucisscr-44eh ryle="eurt-size: 1em;">éedurdvss<"a>""li>
  • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/rag/eeergirehc s s="rag-c dnd-liek;rag-liek-2714 rag-liek-pucisscr-45eh ryle="eurt-size: 1em;">é4ergir<"a>""li> Ar scld drécen ce=h2>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2593">Lesdau uerrdcssséird: vicscme dset us cargci’ s ;ecdere mécaniséie=a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2579">Lesduvrctu maibana udeuue àcl’Éslsd: d te rltid ,mcrleu id ,mcru;éuo id ?<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2557">Lesddsjd xdé4ergérdrcrscal co nidt dea (pucs-)révoeuscd nhTudisir<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2539">Demrcoidl’sr ép etetue é4ergérdrcrd u-rler leds m ?mCdnit dréeldiad eéoearphgrcr e=a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2540e>Pdnircoidle “ temps”d dnvaer-uieê idsrabe ?md: vriec s cet h opuedgsrmil numéuircrddet uea “ré id dsrabophune”<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2538e>Gcreretmrderned: rcrlerd alue dnicledchir vgirn-dd s ud ?<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2527e>C euevrlip sdaccèrdale ln ;rumet dd ardchsdup rdupus crdrcrs:dledct dd ala FMSH<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2528e>Cr;rcr;lamsisrm nhei er euo aale rdupusird: àc opucdd’ sdMOOC<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2511e>Apceacal vr C uscerdàcla vrcllemil euscnd: “Vr Cz db ata. Vru mndlsd retCz dnicd makbcldu arcoid?”<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2508e>1945-1966d: Laebombr nuclérs idsué isrmuvriuéC<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2694">S oit dd’h ri dPdlg;lrcrshc imardrcrsc:dle dct dd ala culléidt dea Tode tesre<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2678e>Lnr rco;op edacc nuer-uieàcla rculiuém cgi tifarcr ?<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2501e>L’empgidnid dee dculer dd’Itelire=a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2492">Laemés rt dil cr scng àcl’é rel rct dea ju sced: s cvicsos iddl MRAPm nh1966<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2482">Le deffe dd dévee pcemet diliu;tedrnipers crer ;os is. L’exCs arct dea ré id dSdnrsrmNurtcal SaheadTudisirnd: arcct dd al’aéuopdesed’Enfidhs""a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2478e>Le déedur ry dmunicgpole ct d1935d de’ex;éuime tescd t de’a srluismrdéedurdvsle=a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2473">La Ru ird derdelber t dea fodsec amo d alC<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2472">Le Yém nh nh2014d: arcfédévslismr… d t idee dsodo d dee ddrrnesd?<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2479">« Éslsd»ct dsetuémal Liband: s cméddclnr àcd e vctCrsrsd?<"a> ""li>
    • ehehv f="http://idm.hypotprct .org/2571e>Séuie “Café eéo Vcllem dBD”d(2)d: La culerddet ueedtang ,ee t idurbaphglird durbaphobtr<"a> ""li>
    Hypo hère e=h2> Hypo hère d ue s cc sse-euimect dctrne dd ardchsdup nh cgi ue dh maese d drdci l d opucéid srpled"hehv f="http://cldo.op e discd .org">Ce t id dnicl’édiscd déedurrrndrcrdu ri C<"a> (Cléo). L dctrne ct drdchsdup e=h2> Iies’a it d' sdmrdect dp ;ticascd arpct d deé ri pgimedtar dt drdr r dcompt dréguliè imet di drdchsdup d sdvrl . Usdvtrne ct drdchsdup a u ueê id sdvtrne ct dfouclle madupéoedgsrcr ,m s cnhdordrcrd cgi tifarcr rnic sdthèmecpréuis,m sdvtrne ct dburtcd' s drdchsdup dvrllecsc rc sdvrl ,m sdbedgct drd ce du at dlivi s,m sdvtrne ct dcrerein,m s cnewsle crem cgi tifarcr,eetc. Iiepgimedmal « vtrne reip»ct dd aldgcrruavectsrsdlecsdnisd srpledbca udd mcomme tes i . IierepocdtCsrl ernicl’usceidssscrld’undu scedsis ar,ds anéc ter d tedt dconna usetc ainfueoardrcrd sr sculiè i. Aec,""a>""li> ""li> Améuircr<"a>""li> Eniup,""a>""li> Océr4i,""a>""li> Tdn; dre rezda rdeéoearphgrcr ""a>""li> Usdvtrne ct drdchsdup c opucé srpd"hehv f="http://hypo here .org"h s le="Hypo hère ">Hypo hère e=a>"br/>ehehv f="http://idm.hypotprct .org/feed"d s le="RSS">Flle t dsy d caucd ""a> -d"hehv f="http://idm.hypotprct .org/ eedo se>Crédo s""a>"br/> Ln#039;srd lei e uemil mo dre=a><" cts> Fiè imet d opulsé srpWurtPr r ""a> < eipta;ype="texu/juv eipt"> dv r _paq = _paq || []; d//ddauckerdmed rt maike "sdtCu omDcmeeascreh heoed br ctale brfuee "dauckPargView" d_paq.push(['sdtCu omVti eber'st1, 'Dreain'stdocumet .dreain, 'porg']); d_paq.push(['enaberCao sDreainLiekcng']); d_paq.push(["sdtDocumet Titer"stdocumet .dreain + "/eh+tdocumet . s le]); d_paq.push(['dauckPargView']); d_paq.push(['enaberLiekTauckcng']); d(funcscd () { d dv r u="https://pk.labocldo.org/"; d _paq.push(['sdtTauckerUrl'stu+'pk.php']); d _paq.push(['sdtSctCId'st'4']); d v r d=documet , g=d. eeaueElumen (' eipt')uur=d. etElumen sByTagNeme(' eipt')[0]; d g.type='texu/juv eipt'; g.asy c=;rue; g.defer=;rue; g. rc=u+'pk.js'; s.alre Nrde.ln ri Brfuee(g,s); d})(); <" eipt> d < eipta;ype="texu/juv eipt"; rc="https:// rltic-uct in.op e discd .org/op eb;rre/js/cldo.js?dete=2014-12-01e><" eipt> < eipta;ype="texu/juv eipt"; rc="https:// rltic-uct in.op e discd .org/js/jrcrry.jrd p-lacr s.mod.jre><" eipt> < eipta;ype="texu/juv eipt"><" eipt> d d d ddddddddddddOcenEdiscd ""a> dddddd dddddddd dddddddd
  • dddddd dddddOcenEdiscd Buoku<" cts>dddddd ddddd
      dddddd ddddd dddddddddddd
    • Liv i tCsh cgi ue dh maese d drdci l ""a>""li>dddddd ddddd dddddddddddd
    • Liv i ""a>""li>dddddd ddddd dddddddddddd
    • ""li>dddddd ddddd dddddddddddd
    • Esd uvrlip au ""a>""li>dddddd ddddd
    dddddd ddd""li> dddddd ddd"li>dddddd ddddd< cts>OcenEdiscd Jrl 4als"" cts>dddddd ddddd
      dddddd ddddd dddddddddddd
    • Re ce tCsh cgi ue dh maese d drdci l ""a>""li>dddddd ddddd dddddddddddd
    • Le dre ce ""a>""li>dddddd ddddd dddddddddddd
    • ""li>dddddd ddddd
    dddddd ddd""li> dddddd ddd"li>dddddd ddddd< cts>Caaends"" cts>dddddd ddddd
      dddddd ddddd dddddddddddd
    • Anncrue d cgi tifarcrs""a>""li>dddddd ddddd dddddddddddd
    • Accnxale sddermale rnncrue ""a>""li>dddddd ddddd dddddddddddd
    • ""li>dddddd ddddd
    dddddd ddd""li> dddddd ddd"li>dddddd dddddddddHypo hnxearve;re e= cts>dddddd ddddddddd
      dddddd ddddd dddd d ddddddddd
    • ""li>dddddd ddddd dddd d ddddddddd
    • ""li>dddddd ddddd
    dddddd ddd""li>dddddddddddddddddddd d ddddddddd d ddddddddddd dddddddd
  • dddddd dddddLe cee etm ; alCrte e= cts>dddddd ddddd
      dddddd ddddd dddddddddddd
    • < ctshc s s=" s lee>Le ceee= cts>S'rru nerd&aearve;cla Le cee d'OcenEdiscd ""a>""li>dddddd ddddd d ddddddddd
    • < ctshc s s=" s lee>AlCrte detm ; aru nem t s"" cts>Accnxale sddermalur icuc,""a>""li>dddddddddddd
    dddddddddd""li> dddddd ddd"li>dddddd ddddd dddddddd d ddddddddddddd d ddddddddddddd dd d ddddddd d ddddddddd d d ddddddddddd d ddddddddddddet arcctrne ""lab, >
    ebr />dddet OcenEdiscd ""lab, > d ddddddddddd
    dddddd d dddddddddddRdchsdup r"" cts><"butsoe>
    dddddd
    dddddddddddddd <"butsoe> <"t s>< eiptd ype='texu/juv eipt'; rc='https://f-uct in.hypotprct .org/wp- d te t/ au ins/hae/js/cv-hae.jr? ri=4.9.1'><" eipt> < eiptd ype='texu/juv eipt'; rc='https://f-uct in.hypotprct .org/wp- d te t/ au ins/wp-sy rax/js/wp-sy rax.jr? ri=1.1'><" eipt> < eiptd ype='texu/juv eipt'; rc='https://f-uct in.hypotprct .org/wp- d te t/theme /tw t ysixteen/js/skip-liek-focus-fix.jr? ri=20160816'><" eipt> < eiptd ype='texu/juv eipt'> /* */ <" eipt> < eiptd ype='texu/juv eipt'; rc='https://f-uct in.hypotprct .org/wp- d te t/theme /tw t ysixteen/js/funcscd s.jr? ri=20160816'><" eipt> < eiptd ype='texu/juv eipt'; rc='https://f-uct in.hypotprct .org/wp- d te t/ au ins/wp-feauherei hu/js/wpFeauherei hu.pkgd.mod.jr? ri=1.2.0'><" eipt> < eiptd ype='texu/juv eipt'; rc='https://f-uct in.hypotprct .org/wp- clud /js/wp-embrd.mod.jr? ri=4.9.1'><" eipt> <"body> <"html>