Sports d’hiver et Politiques climatiques : les cas de la vallée de la Tarentaise

Auteur : Anouk Bonnemains, Doctorante EDYTEM, Université de Savoie. La période des jeux olympiques d…

Auteur : Anouk Bonnemains, Doctorante EDYTEM, Université de Savoie. La période des jeux olympiques de février 2014 nous rappelle l’importance économique, sociale et sociétale des sports d’hiver. Les entreprises françaises ont été et sont très présente sur la scène internationale. La France est l’une des premières nations pour les sports d’hiver avec les Etas Unis et l’Autriche[1] : En 2011 la France représentait 13,6% du poids des journées skieurs mondiales, 14,4% pour les Etats Unis. La France comptabilise 14 stations majeures, dépassant l’Autriche (12 stations majeures). A à l’échelle nationale : Le département de la Savoie rassemble 39, 2 % de part de marché devant la Haute Savoie (23,3%). 37% de la fréquentation touristique hivernale se regroupent dans 13 très grandes stations dont 8 se trouvent en Savoie[2]. Au sein de ce même département la fréquentation est concentrée sur la Tarentaise[3]. La Tarentaise a donc un poids important dans l’industrie des sports d’hiver, engendrant une quasi mono-économie sur le territoire. Il semble donc intéressant de questionner ces « très grandes stations » au regard des changements climatiques et de leur liens avec le territoire dans un contexte de construction territoriale. Certain élus locaux cherchent à renforcer leur légitimé à travers une politique climatique  et la mise […]

L’open access nuit-il à la qualité scientifique ?

 
Dans Documentaliste – sciences de l’information, n°50 – 4, est paru récemment un article répo…

 

 

Dans Documentaliste – sciences de l’information, n°50 – 4, est paru récemment un article répondant au titre ci-dessus. Le texte est déposé dans HAL en version auteur (l’éditeur n’accepte pas le dépôt du PDF-imprimeur, il sera disponible d’ici deux ans. Amusant, pour un article sur l’Open Access, non ?)

Comme, pour respecter le calibrage de la revue, j’avais un peu contracté mon texte, je m’offre ici le luxe d’une parution en version longue. Je ne promets pas que le lecteur y gagne.

  • Si vous êtes pressé, allez donc lire le texte déposé sur HAL.
  • Si vous êtes vraiment très pressé, pourquoi perdez-vous votre temps sur un blog ?

Continuer la lecture de « L’open access nuit-il à la qualité scientifique ? »

L’empereur et les villes d’Italie

Stefania GIRAUDO
L’empereur et les villes d’Italie
Pacifications, réformes et modèles de…

 

Stefania GIRAUDO

L’empereur et les villes d’Italie

Pacifications, réformes et modèles de gouvernement d’Henri VII à Jean de Bohême (1310-1330)

 

thèse de doctorat soutenue le 15 mai 2013

à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

sous la direction de Elisabeth Crouzet-Pavan et Jacques Verger Continuer la lecture de « L’empereur et les villes d’Italie »

La méthode du testing à l’épreuve de la justice : une victoire du MRAP en 1966

 
Une de Droit et Liberté, 15 février-15 mars 1966 (archives du MRAP)
 
Dans la nuit du 15 au 1…

 

 

Une de Droit et Liberté, 15 février-15 mars 1966 (archives du MRAP)Une de Droit et Liberté, 15 février-15 mars 1966 (archives du MRAP)

 

Dans la nuit du 15 au 16 mars 2014, SOS Racisme a organisé une opération de testing portant sur 25 boîtes de nuit, à Besançon, Bordeaux, Metz, Nice, Paris et Reims. Il s’est avéré que cinq d’entre elles – trois à Paris, une à Nice et une à Besançon -, auraient eu recours, à l’entrée, à des pratiques discriminatoires sur des bases ethniques. La République, en 2014, a certes encore du chemin à parcourir et c’est à cet effet que l’organisation antiraciste interpelle les candidats aux élections municipales quant à la nécessité de “mettre en acte des outils fondamentaux de la lutte contre les discriminations”[1]. À l’évidence, la méthode du testing en est un. SOS Racisme l’utilise depuis 1996 pour apporter la preuve de discriminations effectives dans des domaines comme le logement, l’emploi ou encore de l’accès aux discothèques. Deux arrêts de la Cour de cassation (septembre 2000 et juin 2002) ont validé le testing, introduit dans le code pénal par la loi sur l’égalité des chances du 31 mars 2006. SOS a ainsi remporté de nombreux procès contre des boîtes de nuit ou des entreprises. Continuer la lecture de « La méthode du testing à l’épreuve de la justice : une victoire du MRAP en 1966 »

Les effets du développement durable sur les territoires. L’exemple de la région Sousse Nord au Sahel Tunisien : le cas de l’aéroport d’Enfidha

Plan de situation du gouvernorat de Sousse
Le développement durable, pour reprendre une expression d…

 

sousse1Plan de situation du gouvernorat de Sousse

Le développement durable, pour reprendre une expression de François Mancebo (2006,84), « ne peut se déployer que dans des territoires et par des territoires ». L’introduction des problématiques de développement durable dans les politiques d’aménagement du territoire a accentué l’orientation sociale des territoires en révélant la territorialité qui en découle et qui « implique identité, appropriation et enracinement, c’est-à-dire des interactions complexes entre des hommes et une portion d’espace spécifique » (Bavoux, 2002, 73). Cette prise en compte de l’individu dans la relation à son territoire va engendrer des mutations territoriales et politiques importantes, bouleversant à la fois l’organisation des espaces institués ainsi que les institutions elles-mêmes. C’est pourquoi il est important de comprendre ce qu’est un territoire, de connaître son évolution administrative et historique, et d’analyser les effets que le développement durable va engendrer sur son organisation, de façon à saisir les enjeux qui règnent autour du devenir de ces nouveaux territoires, tant dans leur articulation et leur cohérence que dans leur aménagement. Dans le présent document on prendre comme exemple d’étude la réalisation de l’aéroport de la ville d’Enfidha, situé dans la région de Sousse Nord appartenant au Sahel tunisien, la décision de sa construction a pour origine le décalage entre une croissance interrompue de la fréquentation touristique et la faible capacité d’accueil des autres aéroports. Il s’est réalisé sur une superficie de 5700 ha au sein d’une zone naturelle (la sebkha). Le maître d’œuvre a-t-il intégré le projet de l’aéroport dans une perspective de développement régional intégré ? Existe-t-il une cohérence entre le projet et les caractéristiques actuelles du territoire ? S’implique t-il sous le paréo du développement durable ? Continuer la lecture de « Les effets du développement durable sur les territoires. L’exemple de la région Sousse Nord au Sahel Tunisien : le cas de l’aéroport d’Enfidha »

Les élections municipales de 1935 et l’expérimentation de l’antiracisme électoral

 
Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 m…

 

 

Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)

Au IIe congrès national de la Ligue internationale contre l’antisémitisme de décembre 1931, désireux d’amplifier la voix de son organisation, son président Bernard Lecache propose la présentation de candidatures de militants aux élections législatives de mai 1932. Il en justifie ainsi l’opportunité :

« Vous savez que cela s’est fait quelquefois, cela a été fait par des anarchistes, par des gens qui soutiennent le développement de la santé publique, par des associations féminines, pacifistes, etc. Voilà pourquoi on veut poser une candidature, cela donne droit, dans toutes les mairies où vous mettez vos affiches, qu’elles soient dispensées du droit de timbre, écrire ce que vous voulez, indiquer les buts de la LICA, évitant tous les inconvénients[1]. » Continuer la lecture de « Les élections municipales de 1935 et l’expérimentation de l’antiracisme électoral »

La Russie et la fable de la finance mondiale

2014-03-13
Dans les années 90, beaucoup d’économistes et de financiers croyaient que les modèles mat…

2014-03-13

Dans les années 90, beaucoup d’économistes et de financiers croyaient que les modèles mathématiques et les stratégies financières complexes pouvaient battre le marché. Ils ont eu raison une bonne partie du temps, mais pas tout le temps….! En joueurs invétérés, assistée d’apprentis sorciers modernes, ils oubliaient l’incertitude en cédant à la puissance de l’argent.

La culture comme garde fou

Fiodor Dostoïevski, dans le joueur a écrit une puissante satire de la société européenne du XIXième siècle et de ses élites dont les individus y sont présentées comme des opportunistes qui ne vivent que pour l’argent. 150 ans plus tard, dans  le film Blue Jasmine, Woody Allen soulève une critique sociale des cercles des élites financières, étrangement proche de celle de F. Dostoïevski. Incontestablement, le propos porte plus que dans la caricature donnée dans le Loup de Wall Street qui se veut une provocation «trash» de la perversion.

 

A Moscou, en face de RTS (la Bourse) et devant la bibliothèque Lénine trône la statut de F. Dostoïevsky, comme un garde fou entre le savoir d’un côté et le marché financier. Les symboles portent en Russie! Ni la bourse ni les marchés ne dictent la politique économique à son gouvernement souverain… Certains économistes le savent, la bourse de Moscou ne «pèse» plus comme dans les pays occidentaux sur le destin des populations et du développement économique. C’est un point difficile à comprendre pour beaucoup de journalistes qui, souvent par habitude, sont trop hypnotisés par la finance.

Au lieu de ne se fixer qu’à leur modèle de trading (à basse ou haute fréquence), les financiers occidentaux auraient tout à gagner à réaliser qu’au delà du gain monétaire existe une autre vie. Ils pourraient s’en rendre comte en portant attention aux enseignements de l’histoire, de la littérature ou du cinéma ; Ainsi seraient-ils mieux en mesure de corriger leurs égarements récurrents et comprendraient qu’en n’agissant que dans un ordre de conscience réduit, ils laissent une grande force aux responsables qui savent eux tirer partie de la mémoire : rien ne sert d’aboyer contre un soit disant «Maître de Sotchi» à la mode BHL quand cette mémoire permet de comprendre que les «Maîtres de Wall Street» qui ne croient toujours pas à l’incertitude…peuvent plus sûrement tomber!

Pourtant ce ne sont pas les témoignages qui manquent pour alimenter  ce constat. Lorsque la culture, la mémoire et le discernement veillent sur les tentations d’avidité systémique il est impossible d’oublier que l’incertitude peut provoquer des rendez-vous surprises. Les élites en occident auraient ainsi pu apprendre à maitriser leurs passions qui se manifestent au détriment des peuples : ne pas céder aux jeux du cirques où les peuples sont brisés moralement et physiquement dans l’austérité quotidienne…parce qu’il faut payer pour les erreurs de la finance pour que le jeu continue coûte que coûte!

La différence est notable, la Russie sait se divertir de diverses façons  au delà de l’addiction univoque aux jeux financiers. La dissonance cognitive lors des jeux olympiques de Sotchi en était une preuve majeure. Les uns comptaient avec jalousie les dépenses, les autres célébraient le sport, le courage et l’endurance et surtout s’amusaient ensemble. Nombreux de jeunes européens, sportifs ou non, entraînés dans la fête ont ainsi pu réaliser que l’enthousiasme, le sens du collectif peuvent faire dépasser les montagnes d’incompréhension. Cette énergie il faudra que eux aussi un jour ils la retrouvent pour prendre leur destin en main, et sortir de la fatalité du chômage de masse qui contraint leur vie et leur futur.

Communication, rhétorique suffisent souvent en occident pour prétendre que le réel importe peu ; ça devient une habitude, une posture intellectuelle héritée de l’économie de la fiction et du discours de la fin de l’histoire. Le problème est que cette histoire ne se laisse pas tordre facilement…elle semble décider à ne pas finir comme il conviendrait à nos financiers. Lundi 10 mars, le Représentant spécial du Secrétaire général de L’ONU, Tarek Mitri, dans un exposé devant le Conseil de Sécurité nous faisait regretter une des conséquence de cet aveuglement (Libye : la violence est en forte hausse). Avec cet état des lieux sur la situation en Lybie de chaos et de trafic généralisés pour propager la guerre et le terrorisme dans plus de 14 foyers dans le monde, on voit mal comment la promesse faite à l’Ukraine du pétrole Lybie pourra être tenue? Beau choix de programmation des ordres du jour à l’ONU, ce rapport fournissait ainsi une introduction bien illustrative pour les débats qui suivraient sur l’Ukraine, manière de remettre des pendules de communication à l’heure du réel.

 

Relations tumultueuses entre la Russie et la finance

L’histoire que les russes sont «des empêcheurs de tourner en rond» pour les financiers peu scrupuleux n’est pas nouvelle. Elle se lit à travers deux épisodes majeurs laissant le troisième à cette histoire qui fut pensée finie, un peu trop tôt!

 

Épisode 1 : Les emprunts russes 

Le 29 décembre 1917, un décret du gouvernement bolchévique répudie unilatéralement l’intégralité des dettes. Plus d’un million et demi de français, une grand proportion de petits épargnants, avaient investi dans ces emprunts. Depuis les petits porteurs français en on vu d’autres  (cf. Épisodes  Natixis, Madoff pour les plus récents), feront-ils mémoire comme les fameux emprunts russes?

C’est pour une bonne part une histoire de «dettes indignes» comme on pourrait la nommer actuellement. Même si l’objet de la créance était des actifs réels, comme des financements pour la construction du chemin de fer Moscou Kazan, on pouvait trouver à redire sur les méthodes utilisées à grands frais de commissions diverses pour placer ces titres risquée auprès d’une population manipulée.

Dans les années 1920 déjà, des enquêtes ont montré que les financiers au service du  gouvernement tsariste avait mis en place entre 1900 et 1914 une véritable organisation de corruption de la presse française, avec des intermédiaires rémunérés, des comptes en banque secrets et des représentants quasi-officiels à Paris. Il s’agissait d’assurer le succès du placement des emprunts russes dans le grand public auprès des petits porteurs.

Dans une lettre adressée le 2 novembre 1904 au ministre des Finances russe,  l’envoyé Arthur Raffalovitch écrit : « J’ai l’honneur de remettre à Votre Excellence les chèques payés par l’agent Lenoir pour le concours donné par la presse française durant le mois de septembre. J’y joins une sorte de clef, c’est-à-dire le numéro du chèque en face du journal qui a touché. » La liste des journaux bénéficiaires incluait tout l’éventail politique, de la presse conservatrice de droite jusqu’à des journaux d’opposition de gauche.

 

Environ 1,5 millions de personnes furent touchés, on comprend aussi que dans le climat d’affrontement de la guerre de 1914-1918, les tentatives de recours juridiques des créanciers étaient sur le moment exclues. La mémoire de la population demeura ce qui accusa pour longtemps sa méfiance vis à vis des affairistes. L’affaire récente autour de la banque Natexis/Natixis, qui a touché cette fois près du double de personnes (2,8 millions) dans la France de 2006-2008, attire plus l’attention des tribunaux dont certains délivrent des verdicts qui peuvent faire jurisprudence (Cf. La justice indemnise des actionnaires de Natixis). Y figure une liste de dysfonctionnement légaux significatifs : manquement des établissements vendeurs de titres à leur devoir d’information, de conseil et de loyauté, mais aussi «conflit d’intérêts». Elégant synonyme qui témoigne que la corruption est toujours présente au coeur de nos systèmes financiers et qu’elle peut frapper toujours à grande échelle.

A l’origine de l’histoire, le succès de l’introduction en Bourse de Natixis semblait ne faire aucun doute. « On est en présence d’un groupe qui est loin d’avoir exploité tout son potentiel. Tout plaide en faveur d’une progression régulière du titre sur l’année, de l’ordre peut-être de 15% » trouvait on sous la plume d’un expert en placement.

On pourra regretter du point de vue de la transparence qu’aucune enquête n’ai été mené pour déceler les compromission et les responsabilités. Ce fut bien la différence par rapport à l’époque1920 et une fois la guerre finie, où suite à l’épisode des emprunts russe, la justice chercha des éclaissessements… Au XXIième siècle, la gouvernance juridique change de forme, elle se fait plus individuelle et l’indemnisations des créanciers les plus acharnés permettent de calmer les esprits. Les archives livreront peut être un jour des informations… En 2006, les titres étaient vendus par les deux réseaux qui étaient en phase de fusion : agences des Caisses d’épargne et des Banques populaires qui disposaient de la distribution du très populaire livret A. Les habitués de ce support de placement défiscalisé et au rendement garanti était par là même rassurés lorsque leur agence bancaire vantait l’action Natexis. Cependant ce titre n’avait lui aucune des caractéristiques assurant la sécurité du placement. Produit risqué par excellence, assis sur les activités des banques d’affaires, opérant sur les marchés des capitaux internationaux dont les subprimes US, les produits Maddoff et  plus globalement des produits dérivés, particulièrement volatiles. Un total de 2, 8 millions de personnes furent ainsi victimes de «la banque universelle» dont quotidiennement encore les autorités bancaires nous vantent les mérites, comme étant la raison de leur profond attachement en faveur de ce système d’organisation… Leur influence majeure et leur force de conviction a permis de briser les intentions régulatrice du gouvernement Hollande.

Moins de 2 ans après leurs placements en titre Natexis, les petits épargnants allaient très brutalement prendre conscience de leur confusion, à la faveur de la crise boursière qui éclata le 15 septembre 2008. La banque est sauvé par l’intervention de l’Etat et des généraux contribuables, ce qui lui évite la faillite. Les actions perdent près de 90% de leur valeur (de 20 € à moins de 1 € ) (cf. VIABLECO – Economie fiction et viabilité).

Natixis se mue alors en symbole des dérives du système financier dont la mémoire s’était perdu… Nos grands mères y auraient vite fait le parallèle avec la manipulation des emprunts russe de 1914, même si en dernier ressort dans l’affaire récente, il n’y avait pas là de bolchéviques à accuser.

Contrairement aux débats juridiques des années 20 sur l’origine des malversations liées aux placements des emprunts russes, les media contemporains se sont fait plus silencieux et cyniques.  Ils nous laissent penser que dans le système pervers et complexe de la finance contemporaine les acteurs financiers, citoyens d’un genre supérieur ne sont jamais responsables ou jugés comme tels. Ainsi faut-il coûte que coûte leur assurer la poursuite de leur «business as usual», le principe du «too big too jail» s’appliquant. Ces postures justifient le double sauvetage, financier mais aussi en terme de réputation des établissements et des banques à vocation universelle…qui jouent toujours dans l’arène du cirque.

 

Episode 2 : Russie 1998 et l’ allumage de la mèche LTCM!

Encore un épisode où la Russie s’immisce en déclencheur de bombe financière.

Le coup fatal intervient en Août 1998 avec la défaut et la dévaluation annoncés par le Russie. Ecrasé par la thérapie de choc le secteur industriel s’est effondré de 50%, la population russes est à 40% sous le seuil de pauvreté, alors que les spéculations les plus folles poussent le gouvernement de B. Elsine à payer jusqu’à 200% d’intérêt aux financiers qui prêtent à l’Etat. A cet Etat russe «démocrate» qui depuis plusieurs mois ne paie plus ses engagements auprès de la population. Ces «séquestration budgétaires» sont connus de tous. L’épisode «dramatique» montre que la persistance du double standard austérité pour les peuples et incitation à l’appât du gain pour les financiers n’était pas viable. Les autorités russes ont su une nouvelle fois entériner le fait en mettant les spéculateurs et leurs émissaires, -FMI en tête qui jurait de la pertinence du modèle économique!-, face à la réalité de leur extravagance.

Les investisseurs se tournent alors naturellement vers les emprunts américains (les plus sûrs) tout en délaissant les titres les plus risqués. Tout cela se déroulant au moment où LTCM, le fonds le plus prestigieux que Wall Street (cf. LTCM : la dérive d’un fonds prestigieux et Long-Term Capital Management – Wikipedia) ait jamais connu, était en position ouverte et avait vendu à découvert des emprunts. Le fonds tente de vendre certaines de ses positions en vain car le marché manque de liquidités. Les pertes se cumulent : 1,7 milliard de dollars en août, 1 milliard sur les trois premières semaines de septembre ; le capital du fonds plongent depuis décembre 1997 de 4,7 milliards à 1,5 milliard de dollars en septembre 1998. Le 18 Septembre 1998, la rumeur se propage, éclairant les risques que l’éventuelle faillite fait courir à la finance mondiale. La FED réuni un pool d’institutions et de banques de la place qui vont intervenir pour sauver le fonds LTCM, en injectant près de 3,6 milliards de dollars. Les «équipes de rêve» de la finance sorte aussi pitoyablement que «les équipes de rêve» da la transition russe (vocable laudatif utilisé par de L. Summers) pour désigner les économistes qui ont mis en musique la thérapie de choc en Russie. Les dégâts seront importants mais contenus au sein de l’industrie financière. En tenant compte de l’ensemble, prêts irrécouvrables, plan de sauvetage, pertes des actionnaires, c’est près de 110 milliards de dollars qui se sont évaporés. De nos sommets présents atteints depuis 2007, ça semble une bagatelle!

 

Pendant longtemps ce chiffre faisait frémir théoriciens et financiers, les uns y voyant comment le système pouvait faillir ce qui a leur sens montrait l’utopique de la croyance dans l’efficience des marchés ; les autres jugeant au contraire, qu’ils avaient limité et contenu la casse et qu’ils étaient ainsi les rois du monde…!

 

La crise de 2007-2008 a théoriquement tranché le débat…tout en laissant en suspend des pans entiers du règlement des mauvaises créances ici et là dans les bilans des banques… Lesquelles ne semble véritablement ne hanter que quelques dames du mécanisme de supervisions bancaires (Danièle Nouy et Sabine Lautenschläger).

En 2008 les états sont venus appuyer cette fois bien directement les banques sauf de rares exceptions ; dont Lehman Brothers, étrangement celle qui avait refusé de participer au pool du sauvetage de 1998. Preuve que la mémoire existe aussi chez les financiers. Les dettes bancaires se sont transmutées en dettes souveraines dont le montant mondial s’élève à 43 000 milliards de dollars selon la BRI en mars de 2014 (cf. Global Debt). Les contribuables et la société civile ont partout été sollicités et continuent de l’être alors que la crise touche maintenant de plus en plus sévèrement l’économie réelle et compromet la subsistance des population. Le constat est clair «in essence, the elite financial players are manipulating the game so that they get the stimulus … and the little guy gets the austerity» S’en suit une cohorte de malheurs, de suppressions d’emplois…la viabilité du modèle est à nouveau en jeu.

Avant même les épisodes de septembre 2008 et la faillite de Lehman, le FMI estimait que proprement dit le coût de la crise financière se rapproche des 1 000 milliards de dollars rien que pour les subprimes…où en sommes nous depuis? 4 000 milliards en avril 2010 encore selon le FMI, 5000, les chiffres explosent toujours! Impossible bien sûr d’évaluer les dégâts sur la sphère réelle des économies, combien d’investissements perdus vers les nouvelles technologies, la transition verte, combien de millions de vies et de destins brisés sur les jeunes générations?

 

Pourtant le Casino tourne toujours plus que jamais, il y a du temps à gagner et de l’argent à faire (des 2009 les bonus US s’élevaient déjà à 145 milliards de dollars) et un nouveau slogan pour rassurer les esprits la close du «too big to jail» fait flores… Un seul pêcheur sur les chemins  Rome pour «relayer le message du Saint-Père qui prône une lutte contre la tyrannie des marchés» (Jérôme Kerviel en pèlerinage). Un seul bouc émissaire suffit parfois à assurer la survie d’une société? Mais peut elle vraiment fonctionner de façon viable sans une transformation profonde au coeur de ses valeurs? Six exemples mis en perspectives par Eric Toussaint du CADTM témoignent que nous en sommes encore bien loin de cette transformation. Le bouc émissaire a simplement servi à assurer l’impunité de l’armée!

  • Des accords ont été passés entre les banques des États-Unis et différentes autorités du pays afin d’éviter une condamnation en justice dans l’affaire des prêts hypothécaires abusifs et des expulsions illégales de logement (foreclosures) ;
  • HSBC (1e banque britannique) a été mise à l’amende aux États-Unis pour blanchiment d’argent des cartels mexicains et colombiens de la drogue ;
  • La manipulation des taux d’intérêt interbancaires et des taux sur les dérivés est qualifiée d’affaire du LIBOR ;
  • Le scandale des « prêts toxiques » a touché la France ;
  • Dexia avait développé des activités illégales en Israël ;
  • L’évasion fiscale internationale était organisée par la principale banque suisse UBS.

La morale au coeur du système économique qui découle de ces réalités est qu’il ne peut être question de poursuivre en justice, un dirigeant d’une institution bancaire qui «ne fait que le travail de Dieu », comme le souligne Éric Toussaint en rappelant les paroles de Lloyd Blankfein, patron de Goldman Sachs.

 

Episode 3 : la Russie et la morale de l’affaire

La réflexion a mener dans le panorama présent de l’histoire qui s’accélère est à portée de nous, de notre culture et des savoirs acquis des expériences passées. Suivant l’approche chère aux pragmatiques  que Guillaume Garreta nous fait redécouvrir à partir de l’édition française de travaux de J. Dewey, (Après le libéralisme. Ses impasses, son avenir), faire acte de mémoire pour examiner le contexte présent s’impose… Petit exercice personnel que chacun pourra mener à partir des évocations ci-dessus et des quelques repères qui sont ici notés :

– Notre système de banque universelle est un levier de la contagion ;

-Les CDS sont les instruments de l’appât du gain irréfréné qui aveugle et précipite le «black-out» ;

-Le trading à haute fréquence, après avoir constitué l’investissement majeur des banques en recherche développement qui ouvre droit à crédit d’impôt, va permettre d’accéléré les dynamiques…plus rapidement qu’en 1998 et 2007 ;

-Le marché interbancaire est toujours en panne depuis 2007 faute de confiance réciproque des établissements. Ce point atteste que la situation des banques occidentales ne s’améliore guère et est chroniquement incertaine depuis la crise!

-La Rumeur…est l’instrument de communication des marchés qui tend à surévaluer les dangers quand l’incertitude survient… Les processus deviennent auto-validant et s’auto-amplifient. Se perdent ainsi les chaines d’évaluation…L’indécidable brise les marchés ;

-Selon la BRI, banque des règlements internationaux : Les banques européennes détiennent plus de 23 milliards de dollars en prêts exceptionnels sur l’Ukraine. Les banques italiennes, par exemple, ont prêté environ 6 milliards de dollars ;

-La BRI encore elle, nous apprend dans une récente communication que le montant total de la dette dépasse largement le niveau du PIB mondial, (75.000 milliards soit 2/3 des dettes). Cette dette n’est encore que partielle, elle inclut les obligations des Etats et les dettes cotées des entreprises et des sociétés financières, mais pas celles des ménages. Elle n’était que de 40.000 milliards en 2000, elle est passée à 70 000 milliards avant la crise en 2007 (cf. Les Echos 10/4/2014).

La BRI ainsi souffle un vent froid venant de Suisse destiné certainement à calmer les esprits belliqueux! Il est en effet assez facile de comprendre que l’encours des titres de dette souveraine qui a bondi de 80 % en six ans, à 43.000 milliards de dollars en juin 2013 ne concerne que très marginalement la Russie et la Chine qui au contraire ont fait des réserves…

Nous avons aussi appris qu’il en faut bien peu pour toucher le château de carte de notre système financier et que les conséquences pour l’économie réelle et les population ne se font pas attendre… Une simple aile de papillon?

“Jusqu’où l’économie russe pourrait-elle résister à des sanctions occidentales» est la question que posait Atlantico le 9 mars?  On pouvait croire à l’autosatisfaction digne d’un BHL suivant la symbolique étriquée du chiffre fourni : les exportations russes vers l’Europe ne représentant que 1% du PIB européen. Envoyer les chars, il n’y a rien à craindre! Avec ces rodomontades, le «rêve d’Europe» de l’article aurait pu inspirer la fable de Jean de la Fontaine à propos de la grenouille et du boeuf. C’est le drame de la perte de la culture quand l’envolée de chiffres sans perspective prend le dessus!

 

La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Une Grenouille vit un Boeuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : “Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
– Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
– Vous n’en approchez point.” La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

J’ai toujours tant de mal à croire à la pure naïveté des professionnels, tant est si bien que je lis dans les justification hors du sens réel, un moyen qui se croit habile de gagner du temps en rendant possible des prises de positions -via les marchés- pour faire gagner encore quelques euros… et en recevoir en aumône quelques kopecks? La routine…

 

 

 

En photo à la une : Détail d’une obligation russe sur les chemins de fer Moscou Kazan, 1914. Comparable à celle donnée par ma grand mère Juliette…

En références :

Printemps raté dans le « pays du pillage » ukrainien. | Mondialisation

Occident : la culture du supermarché… – LA CHUTE – LAPSUS

Le Yémen en 2014 : le fédéralisme… contre les motos et les drones ?

ERC WAFAW – CNRS, IREMAM « Partout dans le monde arabe, les disciples de Hassan al-Banna ont c…

ERC WAFAW – CNRS, IREMAM « Partout dans le monde arabe, les disciples de Hassan al-Banna ont cherché à réaffirmer la présence de l’Islam dans les constitutions. Au Yémen, à l’opposé, ce sont eux qui ont contribué à introduire la constitution dans l’islam »[1] Pas plus qu’ailleurs, la « jeunesse révolutionnaire » yéménite, à l’avant scène du lancement de la révolte populaire, n’a été capable d’en contrôler le cours et d’en retirer les fruits politiques. Plus encore qu’ailleurs elle a été largement soutenue d’abord mais surtout dépassée ensuite […]

« État » de santé au Liban : une médecine à deux vitesses ?

Le Département des Études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a lancé en 2012 un séminaire intitulé « Li…

Le Département des Études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a lancé en 2012 un séminaire intitulé « Liban : quel État pour quels citoyens ? ». Rompant avec le discours récurrent et stérile sur l’exception libanaise dans ses multiples versions (« îlot démocratique », « démocratie consensuelle », « État mercenaire », « État confessionnel », etc.), le parti scientifique de ce séminaire est de prendre au sérieux le phénomène étatique au Liban, en analysant de manière empirique les mécanismes de production des politiques publiques, leurs modes de diffusion dans les différents secteurs de la société (armée, justice, éducation, santé, logement…) et, en retour, les mobilisations citoyennes qu’ils suscitent.
La séance du 20 février 2014 était consacrée au thème : « “État” de santé au Liban : une médecine à deux vitesses ? », avec la participation de Rouham Yamout (médecin, chercheuse associée à l’American University of Beirut), Alissar Elias (docteure en géographie de la santé, Child Protection Officer dans une ONG à Tripoli), et Filippo Marranconi (doctorant en anthropologie à l’Ifpo).

Hôpital privé de jour dans le quartier de Sioufi (Beyrouth) © Vincent Geisser

Hôpital privé de jour dans le quartier de Sioufi (Beyrouth) © Vincent Geisser

Un développement chaotique : la faute à la guerre ?

Depuis son indépendance, le Liban connaît un développement chaotique de son système de santé, donnant l’impression d’un « laisser faire » total de l’État en matière sanitaire. Il est vrai que la guerre civile (1975-1990) a anéanti la quasi-totalité des structures hospitalières publiques, favorisant corrélativement une croissance rapide du secteur privé et des ONG. Michèle Kosremelli Asmar, auteure d’une thèse de doctorat sur le système de santé libanais, relève ainsi que « les effets de la guerre ont été néfastes et les conséquences très lourdes. L’impact a été catastrophique sur les infrastructures, les ressources humaines et l’économie du pays dans les deux secteurs public et privé. Le système de santé libanais n’est pas épargné ; il est totalement désintégré. Mais curieusement, même chaotiquement, le secteur privé continue à se développer » (p. 195). Pourtant, au-delà des apparences d’un libéralisme débridé, la notion de santé publique n’est pas complètement absente du paysage sanitaire libanais. Elle renvoie à une organisation complexe, combinant l’intervention d’acteurs multiples aux intérêts plus ou moins convergents : le ministère de la Santé, l’administration centrale, les caisses de sécurité sociale, les assurances privées, les collectivités locales (les mouhafazat, les caza, les municipalités), les organisations non gouvernementales (ONG) libanaises ou étrangères, les ordres religieux gestionnaires d’établissements et, bien sûr, les professionnels du secteur (cabinets de praticiens, cliniques et hôpitaux). Cet enchevêtrement complexe du système de santé libanais soulève une question fondamentale : dans quelle mesure les exigences éthiques de la santé publique sont-elles conciliables avec le souci de rentabilité et la course au profit qui caractérisent aujourd’hui la majorité des acteurs du système de santé libanais ?

Entrée de l’hôpital de l’AUB, symbole de la médecine privée de pointe (Beyrouth) © Vincent Geisser

Entrée de l’hôpital de l’AUB, symbole de la médecine privée de pointe (Beyrouth)
© Vincent Geisser

Argent public pour santé privée

De son expérience comme praticienne (médecin de santé publique) et chercheuse spécialisée sur les politiques sanitaires (associée à l’AUB), Rouham Yamout tire un constat sans appel : « Au Liban, la santé relève du secteur privé. C’est un choix politique clairement assumé par les autorités publiques depuis l’indépendance qui fait consensus au sein de la société. Dans notre pays, la santé tend à être considérée comme une marchandise comme les autres, qui répond à la loi de l’offre et de la demande ». Aussi n’est-il pas étonnant que cette hégémonie du privé ne fasse l’objet d’aucune contestation sociale significative, ni de la part des professionnels du secteur, ni de la part des patients, ni même des syndicats de salariés et des partis de gauche qui s’accommodent très largement de la privatisation de la santé. R. Yamout relève « qu’aujourd’hui, il n’existe pas véritablement de revendications dans le sens d’un renforcement du secteur public de santé. Les Libanais se plaignent, contestant certaines défaillances ou dysfonctionnements mais jamais le système en tant que tel ».

Toutefois, malgré ce dogme du « tout privé », l’État libanais n’est pas absent du secteur de la santé. Depuis quelques années, il tend même à affirmer son rôle de régulateur (développement des audits, des programmes nationaux de prévention, des systèmes d’alertes sanitaires, etc.), répondant en cela aux pressions des bailleurs de fonds internationaux et notamment de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). D’une part, l’État est présent par le financement direct de certaines structures. En 2012, on recensait ainsi 30 hôpitaux publics répartis sur l’ensemble du territoire libanais, ce qui représente environ 2500 lits, dont deux hôpitaux publics universitaires. Il est vrai, qu’en comparaison avec le secteur privé, le public ne pèse pas très lourd : on dénombre 138 hôpitaux privés, dont 11 CHU, c’est-à-dire environ 85 % des lits hospitaliers. D’autre part, l’État est présent par sa prise en charge des soins et des frais d’hospitalisation non seulement pour les patients les plus modestes – ceux qui ne sont pas couverts par la sécurité sociale, les mutuelles de fonctionnaires (militaires, enseignants du public, etc.) ou les assurances privées – mais aussi pour les patients atteints de maladies graves ou chroniques (dialysés, cancéreux et diabétiques).

Cependant, au Liban, « cette égalité d’accès aux soins reste purement théorique », rappelle R. Yamout. De plus, le financement public des patients nécessiteux et des malades chroniques profitent presque exclusivement au secteur privé, provoquant un certain nombre d’effets pervers comme le sous-développement de la médecine primaire et préventive (peu rentable), la sur-facturation des tarifs hospitaliers (parfois même l’émission de fausses factures), la tendance à la surmédicalisation (abus d’examens coûteux comme les IRM ou les TEP scanners qui ne sont pas toujours justifiés) et aussi une approche discriminatoire, tous les malades n’étant pas traités à la même enseigne : les pauvres sont considérés comme des assistés, les autres – ceux qui peuvent payer – comme des clients à choyer. Dans ces conditions inégalitaires, quelles sont les possibilités pour les populations précaires d’accéder aux soins ?

L’Hôtel-Dieu dans le quartier d’Achrafieh : un hôpital universitaire d’application de l’Université Saint-Joseph (Beyrouth) © Vincent Geisser

L’Hôtel-Dieu dans le quartier d’Achrafieh : un hôpital universitaire d’application de l’Université Saint-Joseph (Beyrouth) © Vincent Geisser

Une santé au service des pauvres ? Illustrations tripolitaines

À l’opposé de la médecine high-tech qui fait du Liban une référence valorisée dans tout le Moyen-Orient, Alissar Elias s’est intéressée, elle, à la santé primaire, à travers une étude sur les centres de soins et les dispensaires dans la ville d’El-Mina, l’une des municipalités les plus pauvres du pays (zone portuaire de Tripoli). Son approche « par le bas » permet de saisir de manière très empirique les différentes voies d’accès à la santé des populations précaires, parmi lesquelles de nombreux travailleurs étrangers, des déplacés et des réfugiés. S’il est vrai que les habitants des quartiers informels et squattés ne connaissent pas la même qualité de soins que les autres citoyens libanais, les structures de santé primaire restent relativement accessibles à des tarifs modestes (5 000 à 10 000 LL la consultation), grâce notamment aux réseaux d’ONG, d’associations religieuses et confessionnelles mais aussi d’initiatives conduites par un certain nombre de « militants de la santé » engagés dans des opérations de médecine communautaire. Par exemple, des élus municipaux de Tripoli et d’El-Mina, exerçant des professions médicales (généralistes, pédiatres, gynécologues, pharmaciens, etc.) acceptent de faire des consultations gratuites ou de fournir des médicaments à prix réduits. Au Liban, malgré le règne de la « santé de marché », il existe des formes de solidarité qui contribuent à réduire la « fracture socio-sanitaire ». Il n’en reste pas moins que ces modes de prise en charge sanitaire des populations précaires relèvent très largement de logiques de charité qui ne réduisent que partiellement et temporairement les inégalités d’accès aux soins, confortant ainsi le caractère dual du système de santé libanais.

Quartier d’habitat informel d’El Mina : une santé au service des pauvres ? © Alissar Elias, 2012-2013

Quartier d’habitat informel d’El Mina : une santé au service des pauvres ?
© Alissar Elias, 2012-2013

La psychiatrie : exception ou miroir grossissant du système de santé libanais ?

Les travaux de Filippo Marranconi sur le secteur psychiatrique au Liban mettent en exergue les logiques sociales qui structurent le champ sanitaire, au-delà du caractère spécifique et souvent tabou du domaine de la santé mentale.

En premier lieu, l’héritage religieux et confessionnel a marqué durablement le développement de la psychiatrie libanaise. Le rôle des ordres religieux reste très influent malgré les tentatives de certains psychiatres pour s’émanciper du « prisme confessionnel ». Aujourd’hui, le seul établissement à ne pas appartenir à une association religieuse est l’Hôpital Al-Fanar de Beyrouth, créé par le docteur Labban qui fut d’ailleurs un temps ministre de la Santé.

Ensuite, à l’instar de l’ensemble du secteur médical, la domination du « tout privé », la psychiatrie publique étant quasiment inexistante selon F. Marranconi. « Il existe une soixantaine de psychiatres au Liban. Beaucoup d’entre eux exercent leur profession dans plusieurs cadres à la fois : cabinets privés, hôpitaux, ONG ou au sein de grands établissements psychiatriques ».

De même, la psychiatrie souffre d’un manque patent d’encadrement législatif et réglementaire. Si des textes ont été promulgués (notamment le décret-loi de 1983 relatif à la protection des droits des malades mentaux), ceux-ci ne peuvent, en aucun cas, constituer le support d’une véritable politique publique.

Enfin, l’inégalité d’accès au soins apparaît encore plus criante en matière psychiatrique que dans les autres secteurs : « les assurances privées ne couvrent ni les consultations, ni les médicaments, ni même l’hospitalisation. Quant à l’État libanais, il ne rembourse que partiellement les soins et les frais de séjour en hôpital ». Il faut bien admettre que, dans la société libanaise actuelle, « la question de la santé mentale reste une affaire de charité ».

Entrée du département psychiatrique de l’hôpital de l’AUB © Vincent Geisser

Entrée du département psychiatrique de l’hôpital de l’AUB © Vincent Geisser

En définitive, au Liban, l’argent public permet de faire prospérer un secteur médical privé en pleine croissance, avec un droit de regard limité de l’État, confortant ainsi les logiques du marché, le patient étant d’abord traité comme un client et un consommateur.

Bibliographie

  • Catusse Myriam, 2009, « La décharge à l’épreuve : les chemins de traverse de la réforme de la caisse nationale de la sécurité sociale au Liban », intervention dans le cadre de la section thématique « Les politiques sociales : mutations, enjeux, théories », dirigée par F.-X. Merrien et M. Steffen au 10e congrès de l’Association française de science politique.
  • Kosmerelli-Asmar Michèle, 2011, La collaboration interprofessionnelle : le cas d’un service de pédiatrie dans un hôpital universitaire au Liban, thèse de doctorat en sciences de gestion, Université Paris/Dauphine.
  • Van Lerberghe Wim, Ammar Walid, Mechbal Abdelhai, 1997, De l’impasse à la réforme. La crise du secteur de santé au Liban, Antwerp, Instituut voor Tropische Geneeskunde, ITG Press (Studies in Health Services Organisation & Policy 2). [En ligne] http://hdl.handle.net/10390/6091

Pour citer ce billet : Vincent Geisser & Filippo Marranconi, « “État” de santé au Liban : une médecine à deux vitesses ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 13 mars 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5836

Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser

filippo-marranconi-web

Filippo Marranconi est doctorant à l’Ifpo depuis septembre 2013. Sa thèse en cours, Expériences de patients et dispositifs psychiatriques au Liban, s’intéresse aux modes de construction de la subjectivité des patients des structures psychiatriques au Liban, et prend pour objet d’analyse les relations thérapeutiques afin d’en interroger les enjeux politiques impliqués.

Page web : http://www.ifporient.org/filippo-marrancon

Série “Café géo Ville et BD” (2) : La ville dans le manga, entre urbaphilie et urbaphobie

Ce texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric …

CafeGeo_Ville_BandeDessineeCe texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation. Voir également le billet “Série “Café géo Ville et BD” (1) : La ville, la géographie et la bande dessinée”. Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et BD”.

 

La ville dans le manga,
entre urbaphilie et urbaphobie

Bénédicte Tratnjek précise que les mangas questionnent, au même titre que d’autres bandes dessinées, notre propre représentation de la ville, et tout particulièrement de la ville japonaise. Celle-ci a, par ailleurs, été fortement représentée dans de nombreuses bandes dessinées franco-belges : dans Tokyo Sanpo de Florent Chavouet, l’auteur nous propose un récit dessinée de sa rencontre avec la capitale japonaise ; Spirou et Fantasio voyagent eux aussi à Tokyo où ils se rendent pour couvrir l’inauguration d’un parc à thème consacré au Japon historique (tome 49, par Morvan et Murena) [1]. Dans ces deux cas, les auteurs se sont rendus au Japon pour réaliser leurs BD, qui témoignent du regard qu’ils portent sur la ville de « l’Autre ». Et, dans la non-fiction (Florent Chavouet) comme dans la fiction (Spirou et Fantasio à Tokyo), le lecteur se retrouve confronté à la rencontre des personnages face à la densité et à la verticalité tokyoïtes. La ville trouve pleinement, ici, son rôle d’espace de rencontres. Emmanuel Guibert va plus loin encore dans cette exploration de « l’Autre » et de son habiter dans Japonais : entre le carnet de voyage, le livre de croquis et de collages et la bande dessinée, le rendu donne l’impression d’un voyage, le lecteur se retrouvant aux côtés du narrateur de son observation des paysages et de la société japonais. Cette rencontre avec la ville de « l’Autre » peut, tour à tour, mettre en scène des personnages surpris par la différence avec leur propre habiter, ou au contraire surpris de leur facilité d’adaptation, s’étonnant de ne pas vivre plus de « choc de l’habiter ».

Mais la ville japonaise est surtout l’espace-support de très nombreux mangas (entendus comme les bandes dessinées japonaises, et non comme l’ensemble de la bande dessinée asiatique – les BD chinoises s’appelant manhua et les BD coréennes manhwa). Parce que « le manga, ça sert aussi à faire de la géographie ». Rappelons que la France est, après le Japon, le 2e pays au monde acheteur de mangas. Le succès de la bande dessinée japonaise en France émerge par la forte présence des animés japonais sur les écrans de télévision dans les années 1980-1990 (par le biais de Récré A2 puis du Club Dorothée). Les premiers dessins animés importés seront, à la fin des années 1970, Astro le petit robot (Tetsuwan Atomu ou Astro Boy) et Le Roi Léo (Jungle Tatei) de l’incontournable (mais encore inconnu en France) Osamu Tezuka (également auteur de titres à succès tels que L’Histoire des 3 Adolf, Princesse Saphir, Black Jack ou encore L’ara aux sept couleurs). Ce succès assuré, le manga (papier) arrive plus tardivement en France, avec en 1990 la parution en kiosques du célèbre Akira (Katsuhiro Ôtomo). « La véritable innovation est alors de transposer ce modèle [de publication périodique en kiosque] à la librairie dès mars 1993, avec la publication bimestrielle régulière des volumes reliés de Dragon Ball » [2]. Considérés alors comme un « phénomène de mode », les mangas se sont depuis installés dans les librairies, mais aussi dans les bibliothèques et dans les centres de documentation des établissements scolaires.

Les mangas questionnent la ville : s’ils ne se déroulent pas tous à Tokyo, la forte prédominance de la ville-capitale dans les mangas est déjà un élément de représentation de la macrocéphalie de l’agglomération tokyoïte. Mais la ville est aussi représentée par le biais de mondes imaginaires. Tout d’bord, précisons que ce n’est pas le seul espace privilégié par les mangas : la nature, tout particulièrement par la représentation des montagnes et des forêts, est, elle aussi, très présente dans la bande dessinée japonaise. Cette dernière peut être appréhendée comme un témoignage des différents rapports de la société japonaise à l’espace : à la sacralité de la nature (que ce soit dans Naruto qui met en scène un monde imaginaire composé de villages cachés, pour lesquels la nature sert de protection ; ou dans la très forte représentation des arbres au sein des temples depuis Sailor Moon autour du personnage de Rei Hino (Raya en français) qui est une princesse shinto et vit dans un temple, jusqu’au récent Nura, le Seigneur des Yokäi), on peut opposer des représentations de la ville-menace et de la vile post-apocalyptique (pour laquelle Akira s’érige en modèle fondateur). Mais cette opposition serait tout de même très réductrice de la pluralité de représentations de la ville dans les mangas. On se propose ici de n’en donner quelques aperçus, à travers des figures particulièrement prégnantes qui ressortent de la dichotomie urbaphilie/urbaphobie.

La ville idéalisée existe dans le manga ! Teintée d’un rapport amoureux à la nature en ville qui, le plus souvent, apaise le promeneur, l’urbaphilie se lit autant dans Le Promeneur que dans Quartier lointain (Masayuki Kusumi et Jirô Taniguchi) ou encore dans L’Homme qui marche (Jirô Taniguchi). Que ce soit dans l’agglomération tokyoïte ou encore la ville provinciale de Tottori (la ville d’origine du mangaka), Jirô Taniguchi dépeint une ville assez intime, qui nous est (re)présentée par le prisme d’une géographie de l’émotion, teintés de souvenirs. Les « espaces de la nostalgie » (pour reprendre l’expression du géographe Michel Roux [3]) sont présents dans de nombreuses bandes dessinées (sans spécificité particulière pour les mangas) qui dessinent le parcours, parfois même l’errance, d’un adulte dans la ville de son enfance (on pourrait, par exemple, citer Meilleurs vœux de Mostar de Frano Petruša). Cette errance, qui confronte le regard de l’adulte et les souvenirs de l’enfance dans un parcours à la rencontre des territoires de l’enfance (Quartier lointain) ou qui confronte l’homme-actif et l’homme-promeneur dans la ville (Le promeneur, L’Homme qui marche), montre l’homme confronté à la redécouverte des paysages urbains : il y pose un « autre » regard, et entraîne avec lui le lecteur dans cette géographie intime et subjective, qui dessine une ambiance urbaine douce et apaisante. Dans l’ensemble de ces parcours dans les paysages urbains, la traversée [4] est représentée comme un plaisir urbain, par une géographie de l’émotion.

Les mangas sont aussi l’espace de représentation de très nombreux voyages initiatiques, tout particulièrement dans deux sous-genres, le shōnen (« adolescent » en japonais, le shōnen manga désignant un type de manga pour jeunes garçons) et le shōjo (littéralement « jeune fille », le shōjo manga désignant un manga pour jeunes adolescentes). Les espaces et paysages qui sont mis en scène pour ces voyages initiatiques évoquent l’ensemble de la géographie du Japon. Prenons, par exemple, deux shōnen relativement comparables par leur scénario (un jeune collégien/lycéen doté de pouvoirs qui devra faire face à une multiplicité d’ennemis, les deux pouvant être considérés comme des « héritiers » de Dragon Ball du célèbre Akira Toriyama), par le public visé, par leur succès (les deux donnant lieu à de nombreux produits dérivés, à des adaptations en animé et en longs métrages) et par la date de parution (les deux étant prépubliés dans le même hebdomadaire, le puissant Weekly Shōnen Jump) : Naruto (Masashi Kishimoto, depuis 1999) et Bleach (Tite Kubo, depuis 2001). Dans le premier, Naruto évolue dans un monde imaginaire très loin de la ville : derrière « notre » monde, existent des villages cachés qui sont rattachés à des pays et dont les habitants (des ninjas) protègent les frontières et l’équilibre géopolitique. La nature est très présente dans Naruto : le héros habite Konoha, est le village caché de la feuille. D’emblée, le lecteur est confronté à l’arbre comme protection et à la sacralité de la nature. Cette représentation de l’espace dans Naruto n’est pas anecdotique : elle s’inscrit dans une pensée de la sacralité et de la religiosité de la nature. Dans les mangas, on trouve, par exemple, de nombreux paysages de rizières. La représentation de la nature dans les mangas confronte ainsi le lecteur à sa forte présence dans les territoires du quotidien, y compris par le prisme de mondes imaginaires situées « hors » de la ville. Dans Bleach, la fiction prend vie dans une périphérie de l’agglomération tokyoïte, la ville fictive de Karakura. Entre la clinique de soin tenue par le père d’Ichigo, le personnage principal, le lycée où il se rend quotidiennement, l’école primaire que fréquentent ses petites sœurs, le cimetière où repose sa mère ou encore le magasin d’Urahara Kisuke, les premiers tomes de Bleach s’inscrivent dans un paysage urbain qui fait du quartier un espace de vie, un espace de sociabilisation et un espace de tranquillité.

Monde_Naruto

Le monde imaginaire de Naruto (à gauche) et le village caché de Konoha
Source : article « Géographie de Naruto », Wiki Naruto.

La ville fictive de Karakura dans la périphérie tokyoïte : la ville comme espace de vie d’Ichigo, personnage principal de Bleach Source : article « Ville de Karakura », Bleach Wiki.

La ville fictive de Karakura dans la périphérie tokyoïte :
la ville comme espace de vie d’Ichigo, personnage principal de Bleach
Source : article « Ville de Karakura », Bleach Wiki.

Les deux représentations de l’espace dans Naruto et Bleach n’opposent pas deux visions de l’espace « idéal ». Au contraire, les deux nous parlent du rapport à la nature dans tous les espaces, la nature étant par ailleurs fortement présente dans la ville japonaise et représentée dans la ville dessinée. Comme le rappelle Augustin Berque, « l’urbanité nippone n’est pas instituée à partir d’une démarcation ville/non-ville (i.e. ville vs nature ou campagne), mais au contraire par de multiples références à la nature » [5]. L’imaginaire dessiné est mis au service des récits fantastiques, fictionnels ou réalistes pour représenter ce rapport à la nature dans la ville.

A cette image urbaphile, qui représente la ville japonaise comme un espace de vie tranquille et un espace de nostalgie, s’opposent d’autres formes de représentations de la ville, tout particulièrement dans des mangas de type fantaisie ou science-fiction. Ceux-ci témoignent de la peur de la catastrophe comme menace urbaine. La ville dessinée peut alors devenir l’espace-scène de la catastrophe et de la guerre. S’il n’y a pas, là non plus, de particularité pour le manga (ou plus généralement la bande dessinée), la prégnance de l’imaginaire de la catastrophe témoigne à la fois des réalités spatiales (depuis les catastrophes naturelles que sont les tsunamis et les tremblements de terre qui ont touché de manière très brutale Tokyo en 1923, Kôbe en 1995 ou Fukushima en 2011 [6] ; jusqu’aux guerres, les catastrophes d’Hiroshima et de Nagasaki restant ancrées dans les mémoires des Japonais) et de l’ancrage de ces réalités dans l’imaginaire spatial collectif. De nombreux mangas explorent les catastrophes naturelles auxquelles est confronté l’archipel nippon, telles que le tremblement de terre dans Tokyo Magnitude 8 (Usamaru Furuya), Survivant (Takao Saito) ou La submersion du Japon (Sakyou Komatsu et Tokihiko Ishiki), ou le réveil et l’explosion du mont Fuji dans Spirit of the Sun (Kaiji Kawaguchi). Dans Tokyo Magnitude 8 (qui n’est pas sans rappeler la magnitude du grand tremblement de terre de Tokyo de 1923, qui était de 7,9), l’urbanisme et l’habiter tokyoïtes sont confrontés à la catastrophe de grande ampleur. Fuyant le terre-plein d’Odaiba, les personnages vont devoir se réfugier dans les quartiers du centre de Tokyo, où ils seront confrontés à l’ampleur des dégâts. Par leur traversée dans la ville-catastrophe, le lecteur se trouve confronter à la densité et la place des espaces récréatifs (notamment à Roppongi et Shibuya) et des espaces commerciaux (notamment à Odaiba) dans la ville. La gestion des risques tels qu’ils sont vécus au Japon comme quotidiennetés est particulièrement représentée dans la ville dessinée des mangas, qui questionne la vulnérabilité et l’acceptation du risque dans la société japonaise, et tout particulièrement dans les espaces urbains. Spirit of the Sun propose un autre regard, et confronte le peuplement japonais à son insularité, la catastrophe (tremblement de terre et éruptions volcaniques) fragmentant en deux l’île principale d’Honshu. De la catastrophe naturelle à la guerre, la représentation de la ville face à la destruction est une figure récurrente dans des mangas de type science-fiction ou dystopie. Avec X, les dessinatrices du studio Clamp iront jusqu’à représenter la fin du monde. Dans les mangas, « parfois l’occasion de se mettre en exergue les défauts d’une société lisse et ordonnée en apparence, les catastrophes naturelles viennent généralement questionner la résilience d’un peuple. Cela explique peut-être l’importance du genre post-apocalyptique, beaucoup moins développé ailleurs. Survivre, endurer, reconstruire »[7].

La ville post-apocalyptique est, en effet, une figure récurrente dans les mangas. Akira (Katsuhiro Otomo – qui est à la fois un film et un manga « papier ») en est non seulement l’un des premiers exemples mais aussi l’un des plus célèbres et des plus emblématiques. La ville de Tokyo est, ici, complètement détruite par une guerre nucléaire. Akira offre au lecteur deux temporalités : il découvre au fur et à mesure du récit les espaces de la catastrophe et son ampleur dans la ville, mais le manga s’ouvre dans la ville reconstruite post-catastrophe. La figure d’un « Neo-Tokyo » est récurrente dans les mangas. « Néo-Tôkyô a reçu son baptême mondial avec l’anime révolutionnaire Akira (1988). Cette merveille urbaine postmoderne, hyperréaliste, construite sur les cendres d’une guerre nucléaire, a essaimé ses néons vacillants, ses décors de métal et de béton dans tous les dessins animés japonais de science-fiction qui ont suivi. Akira a également influencé de façon significative la science-fiction produite par Hollywood : ainsi, bien que Blade Runner de Ridley Scott soit censé se situer dans un Los Angeles futuriste, les références visuelles renvoient à un archétype urbain asiatique – plus particulièrement tokyoïte » [8]. Dans Akira, la catastrophe a provoqué l’évaporation de la plupart des océans et la destruction d’une grande partie de la végétation. Cette ville post-apocalyptique est peuplée par des villageois exilés et des gangs de motards qui persécutent ces villageois. Dans cette urbaine particulièrement communautarisée (non pas sur des critères culturels, ethniques ou religieux, mais sur l’appartenance à des groupes sociaux), le contrôle de l’armée dessine une géographie de la domination. Le contrôle et la surveillance des espaces urbains, et tout particulièrement des grandes autoroutes urbaines qui fragmentent la ville, et sur lesquelles se jouent les rivalités entre gangs. La ville post-apocalyptique devient l’espace de vie de groupes marginaux (les gangs de motards dans Akira, les infirmières toxicomanes dans Pure Trance de Junki Mizuno…). Contrairement à la représentation de la ville-menace, ces mangas ne montrent pas la catastrophe : le monde imaginaire qui est proposé au lecteur part de la ville reconstruite après la catastrophe. Pour y pallier ou dans l’urgence de la situation, cette ville post-apocalyptique est très souvent le produit de profondes inégalités.

La destruction de la ville par la catastrophe dans Akira Source : Otomo Katsuhiro, 1993, Akira, planche présentée à l’exposition Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, 2012.

La destruction de la ville par la catastrophe dans Akira
Source : Otomo Katsuhiro, 1993, Akira, planche présentée à l’exposition
Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, 2012.

La ville post-apocalyptique est également très présente dans des mangas qui narrent des uchronies dystopiques tels que Gunnm (Yukito Kishiro), Ethnicity 01 (Nobuaki Tadano), Battle Royale (Kôshun Kakami) ou encore Ikigami, préavis de mort (Motorô Mase). Ethnicity 01 propose un exemple de cette réflexion sur la ville dans un récit dystopique (la dystopie, également appelée contre-utopie, est un récit de fiction qui propose une société imaginaire qui vire au cauchemar). Bien qu’il s’agisse d’une dystopie bien moins radicale que des mangas tels que Battle Royale ou Ikigami, préavis de mort, il montre combien la ville dessinée née de la catastrophe pose de nombreuses réflexions urbanistiques et sociales sur nos propres villes, depuis la gestion de la densité et des ségrégations jusqu’au contrôle et à la domination de la ville. La fiction se déroule dans la ville de Sensoram : comme de dans nombreux mangas qui représentent la ville-catastrophe ou la ville post-apocalyptique, Sensoram n’est pas seulement une « scène de théâtre », un espace-décor pour l’action : les particularités de cette ville imaginaire « formatent » les pratiques spatiales des habitants, mais aussi leur identité et leur place dans la société [9]. Dès les premières pages du manga, le lecteur découvre le paysage de la cité fortifiée de Sensoram : à première vue, un espace-sanctuaire. La catastrophe (une catastrophe climatique, qui a entraîné de très nombreuses famines, qui ont, à leur tour, entraîné des guerres pour les ressources, allant détruire la très grande majorité de l’œkoumène) semble avoir laissé place à une ville « idéale ». A l’intérieur des remparts de la ville qui protège les habitants d’un extérieur marqué par les conséquences de la catastrophe, Sensoram présente un paysage urbain aéré, peu densifié, où apparaissent des quartiers aux fonctions urbaines bien établies. Dans sa dimension paysagère (la première vue de Sensoram ressemblant fortement à une carte postale), Sensoram apparaît comme espace-refuge (les habitants étant tous des réfugiés de la catastrophe) et comme espace de tranquillité. Pourtant, la ville de Sensoram dessine d’une part une géographie de l’enfermement et d’autre part une géographie de la domination. Derrière un paysage urbain apaisant, s’installe une véritable ville-prison. Les mobilités y sont contrôlées par un urbanisme de type hygiéniste qui permet l’instauration d’une géographie du contrôle. L’espace public (par une vidéosurveillance accrue) et l’espace domestique (chaque habitant étant sous le contrôle d’un e-pet, un mini-ordinateur qui sert de famille pour chaque habitant et contrôle la moindre des actions des citoyens le « guidant » dans ses fréquentations, dans ses déplacements, dans ses responsabilités citoyennes) sont des espaces de la domination. « Tout comme dans l’espace carcéral où la « bonne conduite » peut entraîner des facilités et des « libertés sous contrôle » (par exemple, le fait d’avoir un travail à l’intérieur de la prison, comme s’occuper de la bibliothèque, qui permet d’avoir des temps où le prisonnier voit son « capital spatial » s’étendre à certains espaces de la prison), à Sensoram les points de citoyen permettent ou ne permettent pas (selon leur nombre, et donc selon le principe de la « bonne conduite ») de se déplacer d’utiliser certains modes de transport, etc. » [10]. A l’enfermement des citoyens de Sensoram, s’oppose un tout autre peuplement : celui des exilés, ceux qui se rejetés de Sensoram parce qu’ils ont perdu leurs points de citoyenneté en ne se conformant pas aux règles de l’habiter. Ces exilés vivent à l’extérieur de la cité fortifiée, dans des espaces appelés les « zones blanches » [11]. Ces périphéries des exclus sont des espaces de violence : le lecteur découvre progressivement combien, elles aussi, bien qu’elles soient « hors » de la ville, sont des espaces de domination. La géographie du politique et de la gouvernance urbaine est un des thèmes forts de la représentation de la ville post-apocalyptique. « Comment ne pas mentionner ces dystopies radicales qui, à l’instar d’un Battle Royale (de Kôshun Takami) ou d’Ikigami, préavis de mort (de Motorô Mase), imaginent une société régie par un processus d’élimination étatique et rationnalisé. La violence se fait plus souterraine, se situant tout autant dans l’injustice profonde du système que dans les actions des personnages qu’ils contraignent, parfois, à l’impensable » [12]. Dans Ethnicity 01, les citoyens de Sensoram n’ont aucune connaissance de tels territoires : la carte (ou plutôt le contrôle de la carte, qui n’est accessible qu’à une toute petite partie des hommes politiques gouvernant Sensoram) est représentée comme un instrument de pouvoir et de domination [13]. La non-connaissance de l’œkoumène par la très grande majorité des opérateurs spatiaux (habitants mais aussi une grande partie des acteurs, officiels ou officieux) propose également une réflexion sur le rapport entre la carte, la connaissance géographique et l’habiter.

 

Sensoram Source : Ethnicity 01, tome 1, planches 2-3.

La cité fortifiée de Sensoram
Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01, tome 1, planches 2-3, © Doki-Doki.

 

–> Billet à suivre : “La ville dans les mangas : une forte représentation de l’espace urbain comme laboratoire de la coprésence”

[1] A ce propos, voir la proposition pédagogique de Patricia Barbon : « Tokyo dans la mégapole japonaise. Géographie 4ème », site de l’Académie de Paris.

[2] Xavier Guilbert, 2012, « Le manga en France », du9, l’autre bande dessinée, juillet 2012.

Voir également : Xavier Guilbert, 2012, « Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations », Comicalités, dossier La bande dessinée : un « art sans mémoire » ?, 10 février 2012.

[3] Michel Roux, 1999, Géographie et complexité. Les espaces de la nostalgie, L’Harmattan, collection Ouverture philosophique, Paris, 335 p.

[4] A ce propos, voir le dossier : Xavier Bernier (dir.), 2013, « Espace et spatialités du traverser », EspaceTemps.net, rubrique Travaux, 23 septembre 2013.
Et notamment l’article : Xavier Bernier, 2013, « Traverser l’espace », EspaceTemps.net, rubrique Travaux, 22 octobre 2013.

[5] Augustin Berque, 1992, « Représentations de l’urbanité japonaise », Géographie et cultures, n°1, pp. 72-80.

[6] A ce propos, voir une recension bibliographique : Bénédicte Tratnjek, 2012, « Le séisme du 11 mars 2011 au Japon : géographie d’une catastrophe », blog Géographie de la ville en guerre, 11 mars 2012.

[7] Xavier Guilbert, 2012, « Chaos urbain : scènes de destruction », dans Jean-Philippe Martin et Xavier Guibert (dir.), 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard Noir, Poitiers, p. 70.
Voir également Etienne Augris, « Quand les mangas envisagent le pire », blog Samarra, 13 mars 2011.

[8] Adrian Favell, 2012, « Visions of Neo-Tôkyô », dans Jean-Philippe Martin et Xavier Guibert (dir.), 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard Noir, Poitiers, p. 114.

[9] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Ethnicity 01 (1) : Sensoram ou la ville post-catastrophe (introduction) », carnet de recherche Sciences Dessinées, 16 octobre 2013.

[10] Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Ethnicity 01 (2) : Sensoram, géographie d’un enfermement et espaces de la domination », carnet de recherche Sciences Dessinées, 17 octobre 2013.

[11] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Ethnicity 01 (3) : Les « zones blanches » : les banlieues des bannis, espaces de violence », carnet de recherche Sciences Dessinées, 24 octobre 2013.

[12] Xavier Guilbert, 2012, « Chaos urbain : scènes de destruction », dans Jean-Philippe Martin et Xavier Guibert (dir.), 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard Noir, Poitiers, p. 72.

[13] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Ethnicity 01 (4) : La guerre, la ville et la carte », carnet de recherche Sciences Dessinées, 9 novembre 2013.