Tournée Africaine du premier ministre Recep Tayip Erdoğan : quand anti-impérialisme rime avec capitalisme

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’an…

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’année, consacrée à l’Afrique de l’Ouest. Entre le 6 et le 11 janvier 2013, il s’est ainsi rendu au Gabon, au Niger et enfin au Sénégal, accompagné du Ministre de l’économie Zafer Cağlayan, du vice-premier ministre Bekir Bozdağ, de quelques parlementaires et d’une délégation de près de 300 hommes d’affaires. Ce signal fort donné à l’Afrique s’inscrit dans la continuité d’une offensive diplomatique africaine de la Turquie initiée en 1998 avec le programme d’ouverture de l’Afrique et réellement mise en œuvre à partir de 2005 par l’AKP au pouvoir (voir nos éditions des 16 septembre et 11 octobre 2012)

Ces visites sont avant tout placées sous le signe du commerce. Le premier ministre turc a rappelé son objectif ambitieux d’atteindre 50 milliards de dollars de volume d’échanges commerciaux avec l’Afrique en 2015, contre 17,5 milliards en 2011 (comprenant un volume d’exportations turques qui s’élevait en 2011 à 12,1 milliards de dollars). Il prévoit de poursuivre l’accélération exponentielle des échanges commerciaux entre les partenaires entamée en 2002. À cette époque, ceux-ci ne représentaient que deux milliards de dollars. Recep Tayip Erdoğan s’est donc rendu en Afrique entouré de plus de 300 hommes d’affaires afin de signer des contrats dans des secteurs tels que le bâtiment, le textile ou l’électronique. Au Gabon, au Niger et au Sénégal, le premier ministre et ses ministres ont participé à des sommets commerciaux bilatéraux qui étaient organisés pour l’occasion par deux syndicats turcs proches du gouvernement et qui se sont lancés à l’assaut de l’Afrique, la MÜSIAD et TUSKON. Il a notamment appelé de ses vœux la formation d’une chambre de commerce turco-gabonaise comparable à celles existant déjà dans 16 pays d’Afrique. Le Gabon, comme le Niger, possède en effet des réserves pétrolières importantes, et la Turquie s’y intéresse d’autant plus qu’elle cherche actuellement à diversifier ses approvisionnement. En effet, ses relations avec Moscou et Téhéran, ses deux principaux fournisseurs énergiques sont de plus en plus incertaines du fait de la crise syrienne et du dossier nucléaire iranien. C’est ainsi que le Niger exporte déjà du pétrole vers la Turquie même si les volumes sont encore très faibles.

À côté des négociations commerciales, des cérémonies protocolaires incontournables à toute tournée diplomatique ont eu lieu. Ainsi, une ambassade turque a été inaugurée au Gabon. Elle fait partie des 19 ambassades et consulats turcs mis en place en Afrique depuis 2009, établissant leur nombre à 31. Une médaille d’État a été remise à Recep Tayyip Erdoğan par le Président nigérien Issoufou. Enfin, comme à chaque visite diplomatique en Afrique, une visite officielle a été organisée dans les écoles turques (voir notre édition du 23 août 2010) du pays. À Niamey, l’épouse du premier ministre turc s’est rendue dans une école turque de la capitale. Ces écoles, fondées par des disciples du mouvement de Fethullah Gülen (voir le numéro de la revue Birikim qui lui est consacré) sont reconnues lors des visites officielles comme une partie intégrante de la présence turque en Afrique.

Sur le plan diplomatique, le premier ministre turc a profité de cette visite pour mettre l’accent sur la dimension égalitaire des rapports turco-africains et la sympathie de la Turquie pour la cause des pays les moins développés en déclarant notamment : « la Turquie ne vient pas en Afrique dans une logique coloniale mais bien dans une perspective de bénéfices mutuels fondés sur le respect ». En effet, le premier ministre a qualifié le Sénégal – qui a vécu en 2012 une alternance politique tendue mais réussie ayant amené au pouvoir le président Macky Sall – de « centre de démocratie et de sérénité en Afrique ». Il en a également profité pour égratigner à nouveau l’image des partenaires occidentaux de l’Afrique, notamment au Sénégal. En visite à l’île de Gorée près de Dakar, qui fut pendant la période esclavagiste  la plate-forme du commerce triangulaire de millions d’esclaves africains, celui-ci a déclaré  « Vous voyez, c’est ça l’impérialisme occidental. Ils ont fait cela par cruauté ». La dimension religieuse a aussi été l’une des données de ce rapprochement turco-sénégalais : alors que le premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye avait mis en avant le profil similaire de ces deux pays à la fois musulmans et démocratiques, Recep Tayyip Erdoğan quant à lui, tentant de créer une histoire commune, a fait le récit de tirailleurs sénégalais combattant pour la France contre l’Empire Ottoman dans les Dardanelles en 1915, qui, ayant entendu l’appel à la prière, auraient abandonné les armes pour aller prier et refusé de combattre contre « leurs frères » ottomans.

                 En fin de compte, par la posture qu’il a adoptée au cours de cette tournée africaine, Recep Tayip Erdoğan a une fois de plus manié l’art du paradoxe, tenant un discours anti-impérialiste où il  présente la Turquie comme un pays du Sud se situant du côté des opprimés face aux occidentaux, alors même qu’il dirige un gouvernement d’inspiration libérale qui mène en Afrique une offensive avant tout commerciale. Pourtant, ce discours à la fois inclusif dans le Sud et distancié par rapport aux puissances occidentales est une stratégie jusqu’à présent payante qui a permis au gouvernement turc de donner une image positive de la Turquie en Afrique tout en continuant à nouer des relations d’affaires. Mais jusqu’à quand cette posture sera-t-elle tenable ?

Vers un renouveau des études soudanaises en France?

Programme de la journée
Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 20…

Programme de la journée

Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 2011, ont toujours été un objet de recherche marginal, si ce n’est insolite, dans le paysage académique français et plus largement francophone. Ceci est sans doute dû, dans une large mesure, à la situation de “marginalité multiple” (Ali Mazrui 1971) caractéristique du Soudan à l’ère contemporaine: il s’agit d’un espace frontière entre le Moyen-Orient et l’Afrique et, à l’intérieur du continent africain, d’une région charnière entre l’Afrique arabophone et l’Afrique anglophone, l’Afrique musulmane et l’Afrique chrétienne, l’Afrique de l’ouest et l’Afrique de l’est. A ce que mit en avant Mazrui il y a plus de quarante ans, il faut ajouter, en ce qui concerne l’expérience impériale/coloniale du Soudan, les impérialismes successifs que connut le pays (ottomano-égyptien de 1820 à 1885 et anglo-égyptien de 1899 à 1956), l’anomalie légale que constituait le Condominium anglo-égyptien et le rattachement du Soudan au Foreign Office britannique plutôt qu’au Colonial Office durant la première moitié du XXe siècle. En outre, le Soudan ne fut jamais la cible d’un mouvement de colonisation important en provenance de la métropole, à la différence du Kenya par exemple. C’est pourquoi le Soudan a suscité un intérêt limité dans l’ex-métropole britannique, tant dans la production littéraire et cinématographique “populaire” que dans l’univers académique. Enfin, l’obstacle linguistique a contribué à reléguer le Soudan à la périphérie des recherches universitaires francophones.

 A la lumière de ce contexte historiographique, l’on ne peut que saluer l’initiative d’Elena Vezzadini et de Pierre Liguori, deux historiens appartenant à la nouvelle génération de Soudanistes, d’organiser une journée d’études entièrement consacrée au(x) Soudan(s) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Rassemblant une dizaine d’intervenants d’horizons disciplinaires différents, cette journée se tint le 12 novembre 2012 dans les locaux du Centre d’Études africaines (CEAf) et de l’Institut d’Études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM). A mon sens, l’intérêt de l’événement réside à la fois dans sa pluridisciplinarité (histoire, anthropologie, sciences politiques et linguistique étaient au menu du jour) et dans son caractère plurigénérationnel. Les participants appartenaient en effet à deux voire trois “générations” de chercheurs spécialisés sur le Soudan. Nous eûmes le plaisir de voir, au sein du public, des membres de la génération précédente, tels que Marie-José Tubiana et Nicole Grandin, deux pionnières des études soudanaises en France à l’ère postcoloniale.

La journée fut ouverte par Heather J. Sharkey (University of Pennsylvania, chercheuse invitée à l’IISMM), l’une des figures centrales des recherches historiques actuelles sur le Soudan. A travers un retour sur les grandes étapes de l’histoire contemporaine du Soudan (1820-présent), sa communication visait à repenser l’histoire soudanaise pour, d’une part, questionner la dichotomie Nord-Sud et, d’autre part, localiser l’idée d’un Soudan et de deux Soudans dans le flux de l’histoire contemporaine de la région. Elle s’acheva sur une interrogation particulièrement intéressante, interrogation par ailleurs soulevée dans un numéro récent de l’International Journal of Middle East Studies (Roundtable 2012): étant donné la quasi-unanimité des Sud-Soudanais en faveur de l’indépendance lors du référendum de janvier 2011 (presque 99% des votes), il est, tentant, pour les historiens du Soudan, de voir la séparation du Nord et du Sud comme la seule trajectoire historique possible. A partir de maintenant, comment les historiens devraient-ils écrire l’histoire soudanaise? Comme l’histoire du Soudan ou des Soudans? Dans quelle mesure faudrait-il ou non projeter les frontières de 2011 sur l’histoire antérieure? Sans se laisser aller à des anachronismes trop grossiers, il me semble que l’événement majeur qu’est l’éclatement du Soudan en deux États modifie et modifiera forcément notre regard sur le passé historique soudanais. Reste à savoir comment en rendre compte -ou pas- dans nos travaux!

Quelles que soient leurs approches et leurs objets, la plupart des intervenants endossèrent la proposition contenue dans l’intitulé de la journée: aller au-delà des dichotomies simplistes -constamment employées dans les média et les rapports d’organisations humanitaires pour décrire le Soudan (Nord/Sud, Arabes/Africains, Musulmans/Chrétiens)- et affiner les catégories d’analyse pour mettre en lumière la complexité de l’histoire soudanaise. Pierre Liguori s’y employa à travers l’analyse de la construction et de la représentation du Soudan turco-égyptien par différentes figures européennes actives au Soudan durant la seconde moitié du XIXe siècle; Anne-Claire Bonneville en montrant la vitalité et la longévité des revendications de souveraineté égyptiennes sur le Soudan jusqu’au tournant du coup d’état des Officiers libres (1952); Elena Vezzadini, en explorant le paradoxe d’une révolution anticoloniale (1924) en tant qu’événement ayant donné lieu à d’innombrables récits mais entouré de secrets et de non-dits (en particulier en ce qui concerne les identités très plurielles des participants à la révolution et la fracture sociale qui succéda à celle-ci, à savoir l’éviction d’officiers d’origine sudiste/servile des élites nord-soudanaises); moi-même, en proposant de façon un peu provocatrice le concept de “dualité multiple” pour caractériser l’expérience coloniale du Soudan contemporain (six dualismes: deux impérialismes successifs, double tutelle “coloniale” anglo-égyptienne, deux nationalismes soudanais, dissensions entre les autorités britanniques de Khartoum et le Foreign Office de Londres, division administrative, éducative et cognitive entre le Nord et le Sud-Soudan jusqu’à 1947, “nationalité” britannique et nord-soudanaise des éducateurs coloniaux du Soudan) et en examinant les répercussions de ce dualisme multiple sur les récits historiques scolaires produits après la Seconde Guerre mondiale et l’abandon de la Southern Policy (1947-1949); David Ambrosetti, en soulignant la diversité des stratégies des élites politiques soudanaises face aux gestionnaires internationaux des conflits armés soudanais; Azza A. A. Aziz, en mettant en évidence la pluralité des choix thérapeutiques d’une jeune femme d’origine sud-soudanaise ayant grandi dans le Nord-Soudan (une internally displaced person); Barbara Casciarri, qui, en se focalisant sur les groupes pastoraux du Soudan, déconstruisit la dichotomie sédentaires/pasteurs nomades tout en exposant les processus d’”altérisation” et d’”invisibilisation” auxquels ont été sujets, à l’époque coloniale comme à la période postcoloniale, les groupes pastoraux; Catherine Miller (IREMAM), enfin, qui proposa une réflexion critique sur les catégorisations ethno-linguistiques des sociétés soudanaises en usage parmi les acteurs historiques et les chercheurs (en particulier les linguistes), notant le caractère singulièrement résilient de catégories pourtant taxées par certains (Abdelhay, Makoni) d’”inventions coloniales”.

En dépit de la nature quelque peu disparate des communications, une grande marge de liberté ayant été octroyée aux intervenants, cette journée d’études fut un moment important à trois égards au moins: elle permit de mettre en réseau des Soudanistes trop peu liés les uns aux autres, de donner un espace de discussion à des recherches récentes et, finalement, de contribuer à la visibilité -et espérons-le à un renouveau- des études soudanaises en France. En souhaitant que cet événement soit suivi par d’autres initiatives du même type, que ce soit au niveau français, européen ou international!

Voir les abstracts des communications présentées

.

MAZRUI Ali, “The Multiple Marginality of the Sudan”, in HASAN Yusuf F. (éd.), Sudan in Africa. Khartoum, Khartoum University Press, 1971, p. 240-255.

“Roundtable: Sudan Scholarship after the Breakup”, International Journal of Middle East Studies, Vol. 44(2), May 2012, p. 321-331.

 
 

Pour citer ce billet : Seri-Hersch Iris, « Vers un renouveau des études soudanaises en France? », Carnets de l’IREMAM, 14 novembre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/918 (date de consultation)

 

Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d'études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l'IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine du Soudan et de l'espace israélo-palestinien. Elle s'intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d'appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

Géographie des relations diplomatiques turco-africaines

Un billet récent faisait un bref bilan du développement des partenariats diplomatiques et économique…

Un billet récent faisait un bref bilan du développement des partenariats diplomatiques et économiques établis entre la Turquie et les pays d’Afrique subsaharienne (cf. édition du 16 septembre 2012). Cette fois-ci, nous proposons à nos lecteurs un regard cartographique de la situation, assorti d’un commentaire étayant les choix que nous avons opérés dans la sélection des données représentées.

La diplomatie est représentée graphiquement de deux manières : d’une part un gradient de jaune représente les pays africains ayant ouvert des représentations diplomatiques en Turquie (ambassades, consulats et consulats honoraires) ; de l’autre, des figurés ponctuels expriment les représentations diplomatiques de la République Turque (ambassades et consulats) et les visites effectuées par la présidence et le premier ministre en Afrique subsaharienne. Nous pouvons donc voir, d’une part, quels sont les pays les plus impliqués dans des relations diplomatiques bilatérales avec la Turquie, d’autres part, quels sont les pays où la Turquie a le plus développé sa diplomatie. Avoir choisi de représenter les visites de la présidence et du premier ministre dans la région semble restrictif, mais répond à la volonté de ne pas surcharger la carte. Qui plus est, la représentation des visites officielles par les plus hautes fonctions dessinent des régions sur la carte qui recoupent celles mises en avant par la figuration des représentations diplomatiques.

En effet, quatre zones de prédilection pour l’exercice de la diplomatie turque se dessinent. La première zone située à l’Est de l’Afrique (Corne de l’Afrique et Est) est la plus vaste (Soudan, Éthiopie, Somalie, Kenya et Tanzanie) ; la seconde est constituée par trois pays du Nord-ouest africain (le Sénégal, la Gambie et la Mauritanie) ; la troisième épouse les contours du golfe de Guinée (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Cameroun et Gabon) ; enfin, la quatrième zone, située en Afrique centrale est constituée par un grand pays (La République démocratique du Congo) et deux plus petits pays de la région de lacs (Ouganda, Rwanda). Notons également l’intensité des rapports avec l’Afrique du Sud, pays qui se situe au sud d’un ensemble d’Etats qui sont en retrait dans la coopération avec la Turquie (Angola, Namibie, Zambie, Botswana, Zimbabwe et dans une moindre mesure le Mozambique). Un arc de cercle allant de Bangui à Monrovia en passant par N’Djamena, Niamey, Ouagadougou et Bamako représente également une région où les relations sont plus faibles, bien que la Turquie ait récemment développées des relations diplomatiques avec les pays du Sahel.

Les villes desservies par la compagnie nationale Turkish Airlines sont de plus en plus nombreuses. Élue meilleure entreprise aérienne européenne en 2012, cette compagnie n’a cessé d’étendre son réseau en Afrique subsaharienne, répondant ainsi à une logique entamée par la politique extérieure d’Ankara. Turkish Airlines se rend désormais dans 18 pays africains avec l’ouverture récente de nouvelles lignes à Nouakchott et Abidjan. Un des objectifs est d’améliorer le service de fret aérien dans la région ; jusqu’à présent la compagnie possède trois bureaux dans la région (Addis-Abeba, Johannesburg et Lagos). On constate que les zones les mieux desservies sont les zones précédemment citées (Nord-ouest,  Corne de l’Afrique, Golfe de Guinée).

Nous avons choisi de faire figurer sur cette carte les bureaux de l’agence nationale de développement TIKA (Türkiye İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı), implantés au Sénégal et dans deux pays de la Corne de l’Afrique (le Soudan et l’Éthiopie), afin d’illustrer le caractère résolument coopératif de la diplomatie turque dans la région. Cette agence nationale dont les activités se déploient dans 37 pays africains participe à la mise en place des plans de développement relatifs aux techniques agricoles, aux infrastructures sociales mais aussi à la mise en œuvre de l’aide humanitaire turque. D’après les chercheurs Mehmet Özkan et Birol Akgün, la politique extérieure de l’AKP a été amplement influencée par les pratiques de la société civile et notamment d’ONG telles que İHH (İnsan Hak ve Hürriyetleri, Fondation des droits de l’Homme et des libertés, ONG islamique ayant affrété le navire Mavi Marmara en 2010) ou encore Kimse Yok Mu Derneği (Association « Il y a quelqu’un ? », créée après le tremblement de terre de 1999, ayant pris pour nom l’appel traditionnel des sauveteurs à la recherche de rescapés dans les décombres). Bien que l’impact de leurs actions dans la région soit essentiel, il nous est difficile de représenter la présence de la société civile en Turquie, qu’il s’agisse des ONG, des syndicats patronaux (TUSKON) ou des écoles turcophones fondées par le réseau des Fetullahçı (cf. article du  23 août 2010)

Enfin, la figuration des bureaux de l’agence de presse nationale (Anadolu Ajansı) n’était pas essentielle à l’élaboration de la carte, cependant, cette agence officielle fondée par Atatürk en 1920 continue d’avoir une politique liée à celle d’Ankara. Son directeur général, Kemal Öztürk, a récemment invité le sénégalais Amadou Mahtar Ba, directeur de l’agence panafricaine Initiative pour les Médias d’Afrique (AMI), dans les locaux de l’agence de presse Anadolu. Lors de cette entrevue, Kemal Öztürk a été invité au Forum des médias africains qui se tiendra à Dakar au mois de novembre 2012. Il a également exprimé les intérêts qu’il voyait à développer les partenariats en Afrique subsaharienne, région où une antenne a récemment été ouverte en Afrique du Sud : « Nous avons désormais des équipes dans 20 pays arabes. Le monde arabe est ainsi informé de l’actualité turque en langue arabe, et la Turquie est ainsi mieux informée de l’actualité dans ces pays. Dans les prochaines années, nous souhaitons développer notre présence en Afrique. A cet égard, nous prêtons un vif intérêt à la langue swahili ». Le directeur de l’agence évoque ainsi ce qu’Ahmet Davutoğlu appeler de ces vœux : une meilleure compréhension et connaissance de l’Afrique en Turquie et de la Turquie en Afrique.

Nicolas Fait