Linguistique et numérique 6. Les défouloirs du web

L’important, c’est de ne pas crever de rage (Roland Topor)

J’achève aujourd’…

L’important, c’est de ne pas crever de rage (Roland Topor)

J’achève aujourd’hui ma série d’été par une réflexion sur des lieux numériques aussi amusants qu’intéressants : les défouloirs. Si nous considérons internet comme une sorte de grande maison où nous avons le sentiment de nous installer, d’être chez nous, de recevoir, de faire des travaux ou même de déménager parfois, il est alors constitué de pièces, affectées à des usages (cette métaphore produite par les usagers a été analysée par A. Casilli par exemple dans Les liaisons numériques). Parmi elles, le défouloir, juste entre le boudoir et le fumoir, au bout du couloir… En ligne, le terme de défouloir recouvre deux choses : une page sur un site dédiée à une expression verbale qui est sortie des normes du discours acceptable, ou un site entier, dédié au soulagement, au défoulement, sur le mode verbal, à tout ce qui “ne se dit pas” dans la société, mais que l’on dit “quand même” ou “malgré” le sentiment d’inconvenance. Dans les deux cas, des lieux où la transgression est non seulement acceptée, mais légitime.

Le défouloir, carnaval numérique ?

Le mot défouloir, parfois noté “familier” dans les dictionnaires, est un dérivé suffixal de se défouler, défini comme “un lieu où l’on se défoule”, et présenté comme équivalent d’exutoire. Dans la maison web, le défouloir  est également un lieu, site ou page, mais qui possède une caractéristique très spécifique, d’ordre sociodiscursif : c’est un lieu dédié à la transgression, où cette dernière est contrôlée. Ce qui est transgressable, ce sont les normes du dire, ces régulations explicites et implicites, intériorisées par les locuteurs, qui gèrent nos interactions. Le défouloir numérique, qui déplace les frontières entre “ce qui se dit” et “ce qui ne se dit pas”, fait immanquablement penser au carnaval, qui, à l’origine, est un moment de retour du monde au chaos. Pour les Anciens, le début de l’annnée est en mars, et cette renaissance était précédée d’un moment d’abolition des ordres qui produit la confusion d’avant la création, en février. Dans ce temps où tout est permis, les renversement hiérarchiques sont possibles et, sous déguisements, maîtres deviennent esclaves et vice versa. Les défouloirs reprennent un peu cette fonction, non de manière temporelle, mais plutôt spatiale, ménageant des lieux où les interdits sont censés tomber. À l’intérieur de ces lieux, on retrouvent cependant des contraintes qui sont en général analogues à celle des chartes de l’internet. On verra qu’on ne peut pas tout y dire.

Ces sites sont de nature variée. L’encyclopédie Wikipedia possède par exemple un espace, nommé défouloir, caractérisé comme “humoristique”, qui répertorie les énervements, débordements et insultes adressées aux wikipédiens. On y trouve en particulier une extraordinaire querelle de politesse à propos de J. Cocteau, un vrai délice dont je conseille vivement la lecture.

Le bon bonze au caramel mou possède aussi une page “défouloir”, dotée de son onglet et présentée ainsi :

Exprimez vous ! C’est fait pour ça. Commentaires, critiques, coups de gueule, cris divers et variés, digressions, admonestations, théories fumeuses.
Attention toutefois, tous les commentaires à caractère douteux seront bien évidement supprimés.
Les trucs pas drôles également.
Le formulaire de saisie se trouve en bas de l’écran, les WC sont sur le palier et la concierge est torride

Certains sites constituent eux-mêmes entièrement des défouloirs comme Le défouloir, sous-titré “Parce que râler, ça fait vachement du bien”, et qui se définit comme tel par son nom. La page “à propos” donne la description suivante :

On peut également consulter cet autre site, un forum, officiellement dédié aux photos de camions, mais intitulé lui aussi Le défouloir ou cette autre page, dans un site consacré au cancer de la prostate, où peuvent s’exprimer les “prostatopotes“. Ces deux dernières années la RATP a également proposé un site défouloir, intitulé Chers voisins de transport, qui avait pour but de constituer un espace de parole, mais aussi de création, en particulier de mèmes. La collecte est désormais close, et un ouvrage doit paraître.

Le point commun de ces sites est de permettre en ligne, sous la protection du pseudonymat, ce que l’on ne peut pas faire hors ligne. Ils sont alors une forme d’augmentation de la vie hors ligne, proposant à tout moment de l’année, un carnaval discursif.

Machines insulteuses

Parmi les énoncés considérés comme les plus transgressifs figurent évidemment les insultes. On trouve en ligne de nombreux générateurs d’insultes, qui ont aussi cette fonction transgressive, en même temps qu’ils permettent le plaisir de la création langagière typique de ce type de forme. Le plus chic est sans doute Ergofabulous.org, qui propose des insultes extraites des œuvres de Luther, sur le modèle du Shakespearian Insulter. Le célèbre capitaine grand producteur d’insultes imaginé par Hergé est également présent dans cette relecture informatique et l’on peut s’y faire traiter gentiment de “Flibustier!… Bachi-bouzouk!… ou Anthropophage!…” L’automatisation ici réside seulement dans la sélection et les insultes ne sont pas produites ni prises dans une interaction verbale “réelle”. Il existe en revanche des “insulteurs automatiques”, en seconde ou troisième personne, qui mettent directement en jeu l’internaute. Sur le site Insultez-moi, l’internaute s’inscrit et s’engage alors dans un dialogue automatique, en choisissant le type de réponse qu’il souhaite recevoir : Je veux qu’on m’insulte, Je veux dominer, Je veux être dominé(e), Je veux qu’on acquiesce du bout des lèvres ou Je veux parler seul (je vous conseille vraiment d’essayer). Ce site est est une exception en la matière, puisqu’il revendique un droit de tout dire absolu, contrairement à la majeure partie des défouloirs qui posent des normes. Sur L’impoli, qui n’est malheureusement plus actif, et qui constituait une sorte d’encyclopédie des insultes bien documentée, l’internaute pouvait accéder à la fonction « Insulter un ami », en cliquant sur une insulte et en indiquant l’adresse électronique du futur insulté. Une frontière que ne franchissent pas les défouloirs en général. Tout dire ? On peut toujours le proclamer, mais l’automatisation, parce qu’elle est un produit humain, n’écarte certainement pas la question des normes et y sont sans aucun doute déposées celles dont les programmeurs des générateurs, de manière indirecte et peut-être inconsciente, sont détenteurs.

Le modèle VDM

Le site Vie de merde, dont le sous-titre est “Ma vie, c’est de la merde, et je vous emmerde”, et connu sous le sigle VDM, “est un grand défouloir qui se veut drôle et amusant à lire, tous les jours. Vous ne vous sentirez plus jamais seul(e) dans vos petits malheurs”, lit-on sur la page FAQ. Le terme défouloir sert bien de catégorie définitoire de cet espace. Cependant, sur VDM, on ne se défoule pas n’importe comment, il y a des règles. La page FAQ nous apprend en effet que les histoires envoyées sont d’abord modérées par les lecteurs, sur la page Modérez les VDM, et ensuite traitées par les responsables du site. Cette double modération est assez rare en ligne. On sait par ailleurs que les récits doivent posséder une forme contrainte, commençant par “Aujourd’hui”, et se terminant par “Vie de merde”. Il y a là un semblant de contrainte de genre : on pourrait que la “Vie de merde” est aussi une sorte de genre de discours, d’autant plus que le modèle est enrichi sur le site même par des variantes. On trouve ainsi la “VDM illustrée“, qui rassemble une série assez importante (23 pages au 21.09.12) de textes illustrés, souvent avec talent et humour, et “VDM, la suite“, que j’appellerais la VDM augmentée ou méta-augmentée, puisqu’elle comporte des commentaires de la part de son auteur. Le modèle VDM fonctionne alors comme une matrice déclinable, à partir d’une forme contrainte et d’une liberté expressive. Il a par ailleurs un prolongement hors ligne sous forme de bande dessinée, qui en est à son huitième tome (en illustration en haut de ce billet).

D’autres sites ont emprunté ce modèle. Le plus connu est Vie de meuf, lancé en 2010 par le réseau “Osez le féminisme”, site que Libération avait significativement renommé “défouloir à meufs” dans sa présentation du livre issu du site en 2011. Mais il n’est pas le seul : Vie de môme, Job de merde, n’existent plus désormais, mais Voisins de merde, qui n’est plus actif, est encore consultable, Questions à la con semble inépuisable (“Le concept de beauté intérieure a-t-il été inventé par une personne laide ?”, “Que se passe-t-il si tout le monde respecte la loi ?”), et avec un peu de patience on peut trouver des dialogues singuliers sur Dans ton chat. Vide ton sac adopte la même contrainte finale : terminer son récit par “VTS” ; Stage de merde permet de raconter les pires anecdotes de stagiaires, Thèse de merde, qui semble-t-il, est fermé, a encore une page Facebook qui témoigne de ses contenus.

Le modèle a tellement essaimé, soit qu’il ait produit effectivement des répliques, soit qu’il ait servi à nommer et catégoriser des sites existants, qu’il existe un Annuaire des sites de merde. De manière plus générale, le défouloir, quelle que soit sa forme, constitue bien une catégorie stabilisée sur internet. Il serait intéressant d’en approfondir les caractéristiques par rapport à des catégories voisines, comme les confessions par exemple. Il existe en effet des sites qui recueillent confessions, témoignages et secrets, et qui revendiquent eux aussi cette dimension transgressive de la possibilité d’un dire interdit ailleurs. Des espaces comme Vos confessions, 1001 confessions ou Qonfession accueillent des discours “secrets”, qui s’avèrent la plupart du temps à dimension sexuelle. Sur d’autres espaces bien installés et connus comme le forum Doctissimo, certaines pages fonctionnent comme des lieux de discours transgressifs qui amènent d’ailleurs parfois un avertissement à l’entrée (voir cet exemple qui concerne l’inceste).

Pour conclure,

je dois souligner que le défouloir n’est pas seulement un espace de parole plus ou moins ludique. Il en existe une version tout à fait sérieuse, qui a pour but d’alimenter et de consolider la refus de l’aliénation par le travail : le site Le défouloir. Marre du travail ? s’ouvre ainsi que un enregistrement du sociologue Philippe Corcuff à propos de l’exploitation, la page “Lectures” propose des citations et textes engagés, la page “Audio” présente des chansons, des extraits radio comme les enregistrements de l’émission “Là-bas si j’y suis”, et le site dirige vers Le défouloir des précaires, arrêté depuis 2007, mais dont le contenu est toujours en ligne. Ces deux sites représentent bien l’ambiguïté des défouloirs et autres lieux et moments carnavalesques : des exutoires, qui sont un moyen de canaliser la violence du dépassement des normes et des transgressions, mais également des lieux de fabrique de la lutte et de la résistance aux normes. En ce sens, le défouloir numérique est, comme le carnaval, un lieu politique, qui possède la vertu de maintenir l’équilibre discursif des sociétés, sur une ligne de crête qui maintient le vivre-ensemble.

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 22 septembre 2012,”Linguistique et numérique 6. Les défouloirs du web“,  La pensée du discours [carnet de recherche], consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Linguistique et numérique 1. Une discipline en/hors ligne ?

En France, et en français, on est un peu seul quand on fait de la linguistique en ligne. Je précise …

En France, et en français, on est un peu seul quand on fait de la linguistique en ligne. Je précise ce que je veux dire. “Faire de la linguistique en ligne”, ou pratiquer une autre discipline en ligne d’ailleurs, c’est pour moi intégrer une ou plusieurs des pratiques suivantes, dans mes domaines de travail, qui sont les linguistiques TDI (“texte, discours, interaction” ; l’expression est de moi, je la plante un peu partout depuis quelques années en espérant qu’elle pousse), c’est-à-dire les approches des énoncés empiriques vs fabriqués :

– pouvoir lire des travaux de linguistique en ligne et proposer la lecture de ses propres travaux ou au moins des modalités d’accès, de manière à constituer une culture et un dialogue disciplinaires en s’entrelisant ;

– alimenter des blogs, de recherche ou d’enseignement, personnels ou collectifs ou posséder des sites ou des pages personnelles, plus statiques et non conversationnels mais qui permettent au moins de savoir qui sont les gens et sur quoi ils travaillent ;

partager de manière rapide et interdisciplinaire des informations concernant la vie scientifique (colloques, séminaires, parutions, vie des équipes de recherche), institutionnelle (recrutements, associations professionnelles, appels d’offre), politique (décisions gouvernementales, décrets, mesures) ;

produire des travaux de recherche directement en ligne qui soient accessibles, partageables, discutables, augmentables et reconnus par les instances explicites et implicites d’évaluation professionnelles ;

disposer de données en ligne, sous forme de corpus principalement, je pense particulièrement aux étudiants de master qui réalisent leurs premiers travaux, qui n’ont pas forcément le temps d’élaborer eux-mêmes un corpus, ce qu’ils feront plutôt dans leur thèse ;

On peut aussi appeler ces pratiques en ligne des “pratiques numériques”, en tenant compte de la polysémie du terme numérique, qui englobe aussi l’appel à des méthodes quantitatives et/automatiques qui ne sont pas obligatoires pour la recherche en ligne (je reviendrai sur l’usage de ce mot, mais pour le moment une esquisse de typologie figure en slide 18 dans ce billet). J’emploie aussi le verbe numériquer pour désigner le processus qui consiste à donner à la recherche des formes numériques. Pour ces cinq types d’activités, ma discipline, les sciences du langage, section 7 intitulée “Linguistique générale et phonétique” (mais il y a aussi des linguistes en 9e, “Langue et littérature françaises” en 71e, “Sciences de l’information et de la communication” et ailleurs), me semble en retard par rapport à d’autres disciplines SHS en France et surtout par rapport à la manière dont les anglophones pratiquent la linguistique en ligne. Mon “me semble” reste prudent car la vision que j’ai des disciplines que je connais un peu, parce qu’elles sont contributives à la mienne dans ma recherche (philosophie, sociologie, sciences cognitives) ou parce que j’y compte des amis et correspondants (Info-com, histoire, géographie), est forcément partielle et orientée, et même sans doute déformée. Je constate empiriquement que, dans mes lieux numériques, il n’y a que très peu de linguistes, et que je discute et j’échange essentiellement hors de ma discipline. J’ai raison d’être prudente car on va voir qu’une observation plus fine montre que les linguistes sont plutôt plus présents en ligne que d’autres disciplines SHS, sous certains aspects. Seulement, les modalités et les domaines de recherche diffèrent des miens, d’où mon sentiment, subjectivement exact mais plus “objectivement” inexact, d’isolement numérique.

J’examine aujourd’hui la présence en ligne des travaux des chercheurs et des revues de linguistique francophones, à partir de mes observations de ces dernières années, et de petits sondages pseudo-quantitatifs (totalement dépourvus de méthodologie). Je continuerai mon exploration dans le prochain billet en parlant du blogging scientifique en linguistique, francophone et anglophone.

Travaux de chercheurs en ligne

Prenons la plateforme française HAL au 15.07.2012 : on y trouve 4576 documents catégorisés sous la section “linguistique” du domaine “Sciences humaines et de la Société”. Je précise que par “documents” on entend sur HAL fichiers ou simples références bibliographiques. En fait, comme le domaine “Sciences cognitives” comporte une section “Linguistique” comptant 817 documents, cela fait en tout 5393 pour la linguistique. En regardant le nombre de documents en sociologie (3256), en philosophie (1229) ou en anthropologie sociale et ethnologie (2062), je me rends compte que ma vision du “retard” de la linguistique est inexacte. Mais d’où vient que quand je cherche des travaux en analyse du discours, linguistique textuelle ou sociolinguistique (ou analyse conversationnelle, pragmatique, anthropologie linguistique, etc.), je ne trouve que très peu de choses ? Eh bien du fait que ces domaines ne sont que très peu numériqués et que le gros des dépôts vient des approches linguistiques formelles, quantitatives et expérimentales proches des modèles des sciences exactes, qui, elles, déposent massivement : 43.743 documents pour l’informatique, 21.036 pour les mathématiques, 80.444 pour la physique. Je donne la liste pour les SHS : 674 en droit, 6622 pour “économie et finances”, 100 pour les “études classiques” (les lettres classiques ?), 3481 pour l’histoire, 1031 pour les “littératures”, 2336 pour l’info-com. Je ne devrais pas donner ces chiffres à la file sans croiser d’autres paramètres : la démographie des disciplines, les pratiques de publication par disciplines (un correspondant sur Twitter me fait justement remarquer que pour les scientifiques, HAL est un lieu de dépôt de rapports, un lieu de génération de pages web, etc.), les politiques de labo (merci à Yannick Prié de la précision) et les directives des financeurs de projet (un sociologue me rappelle que l’ANR demande des dépôts systématiques par exemple, merci pour le rappel et le lien).

Dans mes domaines, certaines pratiques m’étonnent un peu : certains chercheurs diffusent directement sur leurs sites personnels des papiers publiés, parfois sous la forme du pdf éditeur, alors qu’ils n’ont pas de compte sur HAL. La pratique de promotion individuelle, forte en SHS,  se reduplique donc en ligne. Mais on trouve aussi sur HAL des références exhaustives de travaux de chercheurs dans certains labos sans un seul fichier disponible : le chercheur et/ou le labo utilisent alors HAL comme un fichier bibliographique, et vitrine pour l’Aeres j’imagine, et la fonction “partage” est donc désactivée… Des chercheurs majeurs dans mon champ, dont je ne peux ni ne dois absolument pas me passer, sont totalement absents : pas un fichier à l’horizon, pas un résumé. Des ouvrages et articles classiques, épuisés et parfois introuvables, n’ont jamais été numérisés et mis à disposition par personne. Récemment Marc Arabyan, l’éditeur des éditions de linguistique Lambert-Lucas, me disait qu’il allait rééditer l’article majeur et fondateur de Jacqueline Authier, “Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive », publié dans DRLAV 26 en 1982, introuvable et même difficilement accessible en bibliothèque… dans un recueil papier. Je suis d’autant plus déçue que cette idée lui est venue en lisant un de mes billets où je notais cette indisponibilité, et j’aurais aimé une mise en ligne, surtout pour les étudiants, en particulier étrangers et en particulier du “sud”. La revue, qui était d’ailleurs plus proche de la littérature grise que de la revue proprement dite, a disparu depuis longtemps et j’imagine que la question des droits ne serait pas un obstacle ; mais le papier, c’est mieux que rien !

Revues disponibles en ligne

Du côté des revues, justement : elles commencent à être bien numérisées (mais peu numériquées, j’y reviens) : les articles sont accessibles selon les différents embargos choisis. Cairn propose 10 revues, Persée 12 dont 3 communes (fonds antérieurs à certaines dates). Revues.org en annonce 37 mais la catégorie “Linguistique” fonctionne plus comme un mot-clé qu’une catégorie véritable : la revue Afriques par exemple, que l’on trouve sous “Linguistique”, n’est pas une revue de linguistique mais plutôt d’histoire ; de même pour L’annuaire de l’École pratique des hautes études ou le Bulletin des séances de l’Académie royale des sciences d’outre-mer, que je suis un peu étonnée de trouver sous la catégorie “Linguistique”. Le même effet de démultiplication et de légère confusion, il faut bien le dire, se retrouve pour les carnets (j’y reviens dans le prochain billet), et cela biaise un peu la perception de la répartition des disciplines. De fait Revues.org accueille 17 revues en linguistique, dans les différents courants des sciences du langage, dont trois interdisciplinaires.

On dispose donc d’environ 35 revues francophones de linguistique, dont les fonds sont inégalement numérisés et dont la forme est très peu numériquée : les textes sont en général le résultat d’une mise en ligne simple avec peu de traits hypertextuels (hormis le renvoi aux notes et à la bibliographie). L’écriture numérique est donc absente : récemment, j’ai proposé à une revue qui me semble spécialement compter dans le champ, pour plusieurs raisons mais en particulier parce qu’elle une barrière mobile de 6 mois et qu’elle est donc rapidement accessible sur un bon portail, de fournir pour la mise en ligne une version hypertextuelle des articles d’un numéro dont je m’occupe, à commencer par le mien. J’ai reçu une réponse un peu crispée : “Nous ferons de notre mieux, mais comprenez que nous ne sommes pas en mesure d’imposer des “transformations” même minimes au site de X…”. Ce serait bien sûr trop facile de faire de l’ironie, mais le site en question, que je connais bien, n’a évidemment rien contre l’écriture numérique, bien au contraire, et cette résistance n’est pas de son fait. Le saut (la fracture ?) numérique qui reste à franchir aux chercheurs et à leurs revues leur incombe bien : sur le plan technique et éditorial, tout est prêt et disponible, il n’y aucun obstacle. Sur le plan institutionnel, c’est autre chose, et il est trop tentant de diriger le lecteur vers le classement Aeres des revues de linguistique en 2008, qui a été contesté depuis, en lui en laissant le libre usage interprétatif.

Qu’en est-il des revues entièrement électroniques ? Sur les 35 que je viens de mentionner dans le cadre des trois portails, seules Corpus, Discours, Alsic et Argumentation et analyse du discours sont sur support exclusivement électroniques (sauf erreur de ma part). Cela ne les numérique pas pour autant et leur contenu reste assez classiquement analogue à du texte imprimé, hormis les métadonnées : c’est du numérique-numérisé, du “numérique 2″, selon la petite typologie mentionnée plus haut. Hors portails, on trouve aussi Corela, une des plus anciennes (2003), ou Textes et Contextes, plus interdisciplinaire. J’ajoute volontiers les Nouveaux Actes sémiotiques (NAS) entièrement en ligne depuis 2007. Et je mentionne des revues francophones non françaises : Signes, discours et sociétés, ou Les Cahiers de l’AFLS. Les textes qu’elles hébergent sont là aussi très peu numériques au sens fort du terme (mon “Numérique 3″) et on reste sur le modèle de l’écriture linéaire. On constatera également que l’ergonomie et l’esthétique des sites ne sont pas toujours optimales.

Les revues en ligne francophones semblent donc s’arrêter au seuil de l’écriture numérique, et se contenter de leur circulation accrue et de leur navigabilité, ce qui est déjà une modification et un avantage importants par rapport au format papier : on sait que le même texte n’est pas lu de la même manière sur papier et sur support électronique, et je pense que la lecture électronique est plutôt enrichie. Je me demande cependant pendant combien de temps encore elles resteront de simples mises en ligne, plus ou moins améliorées, de textes que les chercheurs continueront à écrire sous word, en écriture linéaire, loin des puissantes possibilités réticulaires de l’écriture numérique. Jusqu’à quand il faudra patienter pour passer au “numérique 3″, c’est-à-dire à l’écriture native en ligne.

Crédit photographique : “Déroulable”, M.-A. Paveau, juillet 2012, Paris

Prochain billet. Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophones

Pour citer ce billet : 

Paveau M.-A., 15 juillet 2012, Linguistique et numérique 1. Une discipline hors ligne ? La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10050, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Série d’été. Linguistique et numérique

À force de tourner autour, il fallait bien que j’y arrive un jour, à me colleter à ce rapport….

À force de tourner autour, il fallait bien que j’y arrive un jour, à me colleter à ce rapport. J’observe depuis quelques années avec étonnement et curiosité l’absence d’une articulation, en France (et cette précision n’est pas un détail, j’y reviendrai dans le premier billet de la série) entre les sciences du langage comme discipline de recherche et d’enseignement (ou linguistique, pour aller vite) et le numérique comme pratique scientifique, communautaire, éditoriale et pédagogique. Je montrerai plus en détail cette “fracture” entre linguistique et numérique dans le courant de la saison, qui concerne à la fois la science en ligne (pratiquement pas de blogging scientifique francophone, contrairement aux pratiques anglophones) et l’édition numérique (peu de revues en ligne et des numérisations et  passages en ligne tardifs voire inexistants pour certaines “grandes revues” du champ). Mais aussi la pédagogie (pas de blogs pédagogiques, comme je le disais en ouvrant le mien la semaine dernière) et la présence sur les réseaux (je serais quasiment seule sur Twitter si je n’y avais pas entraîné mes doctorants et je ne peux pas partager grand chose comme ressources collectives du type curation, partage de signets ou lecteur de flux par exemple). Mes collègues sociologues, philosophes, chercheurs en infocom, historiens ont par exemple une présence en ligne bien plus importante, et peuvent “faire communauté”. Je sais bien que cette image est un peu idéalisante et les disciplines que je viens de citer sont sans doute elles aussi traversées par cette fracture, ainsi sans doute que les sciences exactes. Les désagréables esclaffements qu’ont provoqués la mention de Twitter et la nécessité d’un community manager dans une réunion liée à la formation des doctorants m’ont montré tout récemment que certains physiciens et psychologues par exemple n’étaient guère informés sur le web 2.0.

Je m’inclus d’ailleurs dans cette critique : ce sont mes pratiques numériques, récentes (j’ai ouvert mon premier blog début 2010), qui m’ont amenée à penser une linguistique articulée sur le numérique et à considérer les discours en ligne comme des objets d’investigation pour ma discipline : d’où cette “analyse du discours numérique” que je mets en place depuis deux ou trois ans et qui a fait l’objet d’un premier séminaire de master-doctorat l’an dernier en 2011. Un livre est désormais en route, mais je suis donc, chronologiquement et techniquement, une newbie. Il faut avouer cependant que depuis ce premier blog, le numérique a profondément et rapidement modifié mes manières de faire de la recherche et de l’enseignement, et, je crois, nombre de mes manières de vivre dans de nombreux domaines. Me voilà maintenant habitante de plusieurs lieux numériques, de natures diverses. J’essaie de ne pas être plus royaliste que le roi, et d’éviter la technophilie béate, mais c’est parfois difficile, je l’avoue, tellement la fécondité du numérique, dans la recherche en particulier, est grande.

Mon hypothèse pour expliquer la fracture numérique en linguistique est très simple et repose sur la distinction entre numérique et informatique. La linguistique est évidemment en pointe sur le traitement automatique du langage, la révolution cognitive des années 1950 ayant étroitement apparié sciences du langage et intelligence artificielle. L’hypothèse chomskyenne pose l’analogie entre le cerveau et l’ordinateur et à partir de là, les programme d’automatisation (traitement de la parole, traduction, compréhension et génération automatiques, dialogue homme-machine, recherche d’information et fouille de données) se sont succédé sans discontinuer jusqu’à nos jours, comme le montre le très riche Portail des technologies de la langue. Mais, comme on le sait, informatique ne veut pas dire numérique, et il semble bien que ce soit l’ordinateur et les programmes qui occupent le terrain en sciences du langage, au détriment du numérique qui engage d’autres conceptions et d’autres usages de la machine. L’informatique et le numérique ne font pas la même chose et ne le font pas pour atteindre les mêmes objectifs, même s’il existe de nombreux nœuds de croisement. Le débat qui a eu lieu il y a quelques mois à l’occasion de l’introduction d’un “Enseignement de spécialité d’informatique et sciences du numérique de la série scientifique“ a permis des analyses et des clarifcations intéressantes ; dans cette discussion, je suis plutôt de ce côté-là. Des domaines se dessinent autour de chacun d’eux et il se trouve que la linguistique figure de manière privilégiée dans l’un mais non dans l’autre. C’est inexact pour certains cas particuliers, et je les examinerai en détail, mais je vais partir de cette hypothèse générale. Cette série d’été me permettra de la vérifier, de la modifier ou de l’infirmer.

Crédit photo : “Clavier”, 2012, Artois bibliothèque, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Prochain billet : Linguistique et numérique 1. Une discipline en/hors ligne ?

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts