Bâle : aux portes de Pétra

Il peut sembler curieux de tenter un rapprochement entre Bâle, chef-lieu du canton suisse du même no…

Il peut sembler curieux de tenter un rapprochement entre Bâle, chef-lieu du canton suisse du même nom et Pétra, l’antique capitale du royaume nabatéen, se trouvant dans le sud de l’actuelle Jordanie. Pourtant, le 22 août 1812, c’est un Bâlois, Jean-Louis Burckhardt, qui allait être le premier Européen à se rendre sur le site de Pétra. Il avait été commissionné par l’African Association, en 1806, pour suivre la route caravanière allant du Caire à Tombouctou. Au cours d’un voyage de préparation réalisé dans le but de parfaire sa maîtrise de l’arabe, dès 1809, J.-L. Burckhardt, alias Sheikh Ibrahim Ibn Abdallah, se rendit en Syrie, au Liban, en Transjordanie, en Égypte, en Nubie, ainsi qu’en Arabie et dans le Sinaï. Il ne put malheureusement jamais entreprendre l’expédition projetée et mourut au Caire en 1817.

À l’occasion du bicentenaire de la redécouverte du site, l’Antikenmuseum de Bâle propose, depuis le 23 octobre 2012 et jusqu’au 17 mars 2013, de revenir sur l’héritage laissé par J.-L. Burckhardt, en mettant plus particulièrement l’accent sur les découvertes archéologiques des équipes suisses travaillant à Pétra. Les 150 pièces que comprend cette exposition sont réparties sur deux salles. Malheureusement, la scénographie, apparentée à un jeu de piste, se révèle déroutante. Si cela ne pose pas de problème au visiteur familier de la culture nabatéenne et qui n’est guère embarrassé dans son parcours, on peut en éprouver quelque gêne quand on manque de connaissances en la matière.

Les premiers panneaux retracent la vie de J.-L. Burckhardt et présentent également quelques publications d’explorateurs du xixe siècle ayant effectué à sa suite un séjour d’étude plus ou moins long à Pétra.

Figure 1 : Bétyle dans sa niche. Siq de Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 1 : Bétyle dans sa niche. Siq de Pétra (Photo A. Hamm)

Les vitrines suivantes nous introduisent à la culture nabatéenne. Un point sur l’écriture concerne notamment l’inscription la plus ancienne de Pétra, qui se trouve dans le triclinium d’Aslah, fouillé par le R. Wenning, Professeur à l’Université de Münster, et L. Gorgerat, de l’Antikenmuseum de Bâle (The International Aslah Project, IAP). Ensuite, le visiteur aborde la religion nabatéenne. Il découvre la signification des bétyles, ces pierres de forme généralement cubique ou rectangulaire qui représentent les divinités et qui peuvent être taillées, semi-taillées ou non-taillées (Wenning, 2001) [Figure 1]. Les temples de Khirbetal-Dharih et de Khirbet al-Tannur, situés à 80 kilomètres au nord de Pétra, sont également évoqués. Distants l’un de l’autre de 7 kilomètres, ces deux monuments se trouvent par ailleurs sur l’axe nord-sud du royaume, ce qui permet de supposer que chacun constituait également une station caravanière (Villeneuve 1988, p. 461), dont l’importance est notamment soulignée par la richesse et l’omniprésence du décor architectural. L’exposition de Bâle en présente un petit échantillon.

Une parenthèse est ensuite ouverte sur la culture urbaine du nord de la Jordanie, avec une évocation des cités de Philadelphia (l’actuelle Amman) et de Gerasa (aujourd’hui Jerash), qui formaient la Décapole, groupées avec huit autres cités de la rive orientale du Jourdain. Une courte présentation de leur production artistique souligne le poids de la culture hellénistique dans cette région.

Les espaces suivants sont consacrés aux découvertes archéologiques de Pétra. Dans un premier temps, une animation multimédia réalisée par l’École polytechnique fédérale de Zürich (ETH) présente l’ingénierie des Nabatéens qui étaient parvenus à capter et à redistribuer les eaux de pluie en élaborant un système hydraulique ingénieux.

L’accès à la seconde salle, où se trouvent véritablement exposées les splendeurs de Pétra, se fait grâce à un passage matérialisé par deux cartons couleur grès évoquant le « Siq », cette gorge étroite qui conduit à la cité rocheuse. Au bout de celui-ci, comme au bout du véritable « Siq », se trouve la « Khazneh » (le « trésor », nom arabe que les bédouins ont donné à ce célèbre tombeau-temple), ici représentée par une photographie. Au sol sont projetés des extraits de films rappelant que la bande dessinée (Tintin, Coke en stock) et le cinéma (Indiana Jones et la dernière croisade, Transformers 2) ont revisité le site de Pétra, pour le meilleur et pour le pire.

Un premier focus est fait sur le centre monumental de la ville, incluant des vues du « Great Temple », du « Temple aux lions ailés », ainsi que du « Qasr al-Bint » (le « Château de la fille »), avec la porte monumentale de son téménos. Malheureusement, l’absence de plan rend la restitution du contexte topographique difficile à saisir pour le visiteur ne connaissant pas le site. Les pièces présentées témoignent néanmoins de la richesse du décor architectural de Pétra. Ainsi l’un des chapiteaux à tête d’éléphant exposé dans la salle semble encore plus imposant que ses répondants qui se trouvent encore au sommet des colonnes du « Great Temple » (Joukowsky 1998) [Figure 2].

Figure 2 : Chapiteau à tête d’éléphant in situ. ”Great Temple”, Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 2 : Chapiteau à tête d’éléphant in situ. “Great Temple”, Pétra (Photo A. Hamm)

La présentation du « Qasr al-Bint » évoque en particulier l’exèdre de cet imposant monument, qui abritait notamment les deux statues monumentales de Lucius Verus et de Marc-Aurèle, la tête du second ayant été découverte en 2004 par la mission française. Un panneau explicatif fait également découvrir au visiteur le décor de stuc qui habillait l’ensemble du bâtiment (Zayadine, Larché, Dentzer-Feydy 2003) [Figure 3].

Figure 3 : Angle nord-est du Qasr al-Bint avec décor stuqué, Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 3 : Angle nord-est du Qasr al-Bint avec décor stuqué, Pétra (Photo A. Hamm)

La présence de ce décor d’applique offre une parfaite transition avec l’architecture privée abordée dans un second temps. Deux secteurs de Pétra sont présentés. D’une part, la villa d’ « al-Zantur IV » (The International Ez-Zantur Project, IEZP), fouillée et restaurée par l’équipe dirigée par B. Kolb, Professeur à l’Université de Bâle, et, d’autre part, le complexe palatial mis au jour par S. G. Schmid, Professeur à l’Université Humboldt de Berlin, et son équipe, au sommet de l’« Umm al-Biyara » (The International Umm al-Biyara Project, IUBP). La présentation du décor stuqué et peint de la villa nabatéenne permet au visiteur de mesurer combien la finesse des réalisations nabatéennes n’a rien à envier aux fresques de Pompéi dont elles reprennent par ailleurs les codes. Quant aux découvertes réalisées au sommet de l’ « Umm al-Biyara », elles fournissent un parallèle aux palais hérodiens qui, eux aussi, dominaient leur environnement.

Puis le visiteur abandonne l’architecture pour se consacrer trop brièvement à l’artisanat nabatéen. En effet, la céramique et la coroplastie (représentations animales ou humaines en terre cuite) se trouvent rapidement résumées en quelques vitrines ; il en va de même pour les petits objets ou les bijoux.

Les dernières étapes de l’exposition sont consacrées aux fameuses façades rupestres. Une photo présente le « Deir » (« monastère », en arabe), l’une des réalisations rupestres les plus célèbres de Pétra. L’accent est mis ensuite sur la restitution en trois dimensions du complexe du « Tombeau du Soldat Romain », qui se trouve dans le secteur du Wadi Farasa. Elle résulte des fouilles menées par le Stephan G. Schmid dans la première décennie des années 2000 (The International Wadi Farasa Project, IWFP). Il est néanmoins regrettable qu’une part plus grande n’ait pas été consacrée aux questions rupestre et funéraire. De la sorte, une grande partie du site n’a pas été présentée. Par ailleurs, un point sur la typologie des façades, suivi de leur restitution tridimensionnelle, aurait permis une approche plus pédagogique, puisque le visiteur aurait compris que Pétra ne se résume pas à ses seules façades rupestres.

En fin de compte, l’exposition rend hommage à J.-L. Burckhardt et célèbre le site de Pétra. Elle offre également l’occasion d’aborder la culture nabatéenne en Europe. Pourtant, sa scénographie est pour le moins troublante, même si l’intention était de rendre le visiteur moins passif. L’absence d’un plan de Pétra rend aussi difficile la perception de la topographie de la ville. Enfin, la part réduite réservée à l’artisanat, ainsi que l’absence d’une introduction à la typologie des façades, ne manque pas de frustrer celui qui connaît les richesses de la culture nabatéenne.

Le catalogue fournit toutefois un bon complément permettant de pallier certains manques de l’exposition, puisqu’il réunit globalement des articles rédigés par les spécialistes de chacun des domaines abordés.

Ressources citées

Petra. Begleitbuch zur Ausstellung Petra – Wunder in der Wüste. Auf den Spuren von J. L. Burckhardt alias Scheich Ibrahim, Antikenmuseum Basel und Sammlung Ludwig, Bâle, 2012.

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Aslah Project (IAP). [En ligne]http://www.auac.ch/iap/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Ez-Zantur Project (IEZP). [En ligne] http://www.auac.ch/iezp/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Umm al-Biyara Project (IUBP). [En ligne] http://www.auac.ch/iubp/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Wadi Farasa Project (IWFP). [En ligne] http://www.auac.ch/iwfp/

Villeneuve François et Al-Muheisen Zeidoun, 1988, « Fouilles à Khirbet-Edh-Dharih (Jordanie), 1984-1987 – un village, son sanctuaire et sa nécropole aux époques nabatéenne et romaine (ierive siècles ap. J.-C.) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 132/2, p. 458479. [En ligne] DOI : 10.3406/crai.1988.14625

Wenning Robert, 2001, « The Betyls of Petra », Bulletin of the American Schools of Oriental Research 324, p. 79-95. [En ligne]  http://www.jstor.org/stable/1357633

Zayadine Fawzi, Larché François et Dentzer-Feydy Jacqueline, 2003, Le Qasr Al-Bint de Pétra : l’architecture, le décor, la chronologie et les dieux, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations.

Pour citer ce billet : Aurore Hamm, « Bâle : aux portes de Pétra  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 30 janvier 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4767

Aurore Hamm, doctorante (Aide à la mobilité internationale) en archéologie, est basée à Amman depuis septembre 2011 pour une période de deux ans. Inscrite en thèse depuis septembre 2010 à l’Université de Strasbourg sous la direction de Jean-Yves Marc (Université de Strasbourg) et de Jacqueline Dentzer-Feydy (CNRS 7041), elle s’intéresse à la question des influences du décor architectural nabatéen. Elle est associée à la mission archéologique française de Pétra.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/aurore-hamm

Tous les billets de Aurore Hamm

Le port perdu d’Ostie

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rom…

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rome vers le milieu du VIIe siècle av. J.-C. Cette fondation devait répondre à trois objectifs : il fallait donner à Rome un débouché à la mer, assurer son ravitaillement en blé et en sel et enfin, empêcher une flotte ennemie de remonter le Tibre.

Á Ostie, les fouilles archéologiques successives ont montré que le noyau urbain initial (castrum) date au plus tôt au tournant du IVe siècle et du IIIe siècle av. J.-C. Les principaux axes de circulation urbaine ont été dégagés ainsi que les grands édifices (thermes, théâtre, capitole, marché, forum, entrepôts…) mais l’emplacement exact du port fluvial d’embouchure d’Ostie restait inconnu. Pour certains, ce dernier était considéré comme un “port perdu”.

En effet, depuis la Renaissance, de nombreuses tentatives de localisation du port d’Ostie ont été entreprises, sans succès. Il faut attendre les XIXe et XXe siècles pour que des archéologues italiens identifient un secteur au nord-ouest de la ville, proche du Palais Impérial, comme le site potentiel. En 2002, des archéologues allemands confirment la probable localisation du bassin, dans ce secteur nord, au moyen de prospections magnétiques. Toutefois, pour certains, l’absence de structures archéologiques dans cette parcelle attestait la présence d’un bassin, tandis que pour d’autres elle impliquait davantage la présence d’une place ou d’un espace dédié au débarquement des marchandises et à leur manœuvre.

Il n’y avait donc toujours pas consensus sur la localisation exacte du port et le débat restait vif.

Vue aérienne oblique (vers l’est) des vestiges de la ville antique d’Ostie. A gauche (au nord) le Tibre. Au premier plan le site portuaire antique.
(cliché : Pr. Simon Keay)

Une équipe pluridisciplinaire franco-italienne (associant géoarchéologue (J.-P. Goiran, F. Salomon, E. Pleuger) biologiste (I. Mazini), sédimentologue (C. Vittori), archéologue (A. Pellegrino) et historien (P. Arnaud)) a donc tenté de vérifier définitivement l’hypothèse d’un port dans ce secteur nord-ouest grâce à l’utilisation d’un carottier géologique.

Ces carottages ont permis d’obtenir une stratigraphie remontant jusqu’au début du 1er millénaire avant J.-C.

Trois étapes se distinguent :

1) L’unité basale (la plus profonde), antérieure à la fondation d’Ostie, indique que la mer était présente dans ce secteur au début du 1er millénaire av. J.-C.

2) La strate médiane, riche en sédiments argilo-limoneux de couleur grise, est caractéristique d’un faciès portuaire. Les calculs donnent une profondeur de 6 m au bassin au début de son fonctionnement, daté entre le IVe et le IIe siècle av. J.-C. Cette profondeur a été calculée par rapport au niveau marin antique de l’époque romaine positionné à environ 1m sous le niveau marin actuel. Considéré jusqu’alors comme un port essentiellement fluvial, ne pouvant accueillir que des bateaux à faible tirant d’eau, le port d’Ostie bénéficiait en réalité d’un bassin profond susceptible d’accueillir de grands navires maritimes. Cette information confère à cet aménagement une importance bien plus grande que celle qu’on lui accordait jusque là.

3) Enfin, la strate la plus récente, constituée d’accumulations massives d’alluvions, témoigne de l’abandon du bassin à l’époque romaine impériale. Grâce aux datations au radiocarbone, il est possible d’en déduire qu’une succession d’épisodes de crues majeures du Tibre est venue colmater définitivement le bassin portuaire d’Ostie entre le IIe siècle av. J.-C. et le premier quart du Ier siècle ap. J.-C. (et ce, malgré d’éventuelles phases de curage). Á cette période, la profondeur du bassin est inférieure à 1 m et rend toute navigation impossible. Ces résultats sont en accord avec le discours du géographe Strabon (58 av. J.-C. – 21/25 ap. J.-C.) qui indique un comblement du port d’Ostie par des sédiments du Tibre à son époque. Il a alors été abandonné au profit d’un nouveau complexe portuaire construit à 3km au nord de l’embouchure du fleuve, du nom de Portus.

Opération de carottage mécanique-rotatif, afin d’extraire les archives sédimentaires du sous-sol d’Ostie. Ces carottages seront ensuite analysés en laboratoire (OMEAA à Lyon et à la Sapienza à Rome)

Cette découverte du bassin portuaire d’embouchure d’Ostie, au nord de la ville et à l’ouest du Palais Impérial, va permettre de mieux comprendre les liens entre Ostie, son port et la création ex nihilo de Portus, commencé en 42 ap. J.-C et achevé sous Néron en 64 ap. J.-C. Ce gigantesque port de 200 ha deviendra alors le port de Rome et le plus grand jamais construit par les romains en Méditerranée.

En somme, ces travaux ont permis de faire progresser nos connaissances sur Ostie dans trois domaines : géographique, bathymétrique et chronologique.

1. La localisation du bassin portuaire d’Ostie est maintenant connue : au nord-ouest de la ville, proche du palais impérial.

2. La profondeur du bassin lors de son creusement est de l’ordre de 6m sous le niveau marin antique. Cette profondeur permettait à certains navires maritimes de fort tonnage et tirant d’eau d’y accéder (et pas seulement les navires fluviaux).

3. Les premiers sédiments qui se déposent au fond du bassin sont datés entre le IVe et IIe siècle av. J.-C. et les sédiments sommitaux, d’origine fluviale, sont datés entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C.

Institutions ayant contribué à la réalisation de cette recherche :

École française de Rome, Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma – Sede di Ostia, CNRS, Institut Universitaire de France (Chaire du Professeur P. Arnaud), Université de Lyon 2, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée (UMR 5133-Archéorient), Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (UMR 6573-Centre Camille Julian), Università degli studi Roma 3 (IGAG-CNR), ANR JC

Le passé-enjeu. A propos de la réception médiatique des découvertes archéologiques de l’université de Pékin au Kenya

“The dig suggests China’s interest in Africa goes back a long way”, BBC (18/10/10)…

“The dig suggests China’s interest in Africa goes back a long way”, BBC (18/10/10)
Cliquer sur l’image pour accéder à l’article

La conférence, du Professeur QIN Dashu annoncée le 18 octobre prochain au Collège de France, au sujet des recherches conduites pour l’Université de Pekin au Kenya – en collaboration avec des institutions kenyannes -, offre l’opportunité de revenir sur les enjeux du passé en Afrique subsaharienne. Non surprenants en soi, ces nouveaux partenariats avec des institutions scientifiques chinoises modifient cependant, à différents titres, les perceptions de pays longtemps étudiés par des archéologues britanniques, puis dans un second temps par des équipes internationales essentiellement nord-américaines et européennes. Mais on comprendra également que les enjeux de l’archéologie dépassent largement le champ de connaissance de cette discipline et s’inscrivent dans un contexte géopolitique plus ample, dont attestent les réceptions et commentaires accompagnant les diverses découvertes.

Rien, dans ce constat, n’est particulièrement neuf. Loin de tout angélisme inadéquat sur la neutralité de la recherche, de nombreuses analyses critiques ont fait état, depuis plusieurs décennies – de fait depuis les Indépendances -, des implications et instrumentations idéologiques de l’archéologie. Démarches réflexives  de nouvelles générations d’archéologues africains et européens soucieux, pour des raisons parfois différentes,  de se démarquer de dérives diffusionnistes ou évolutionnistes et des hiérarchies de civilisation associées ; critiques virulentes et engagées, pour des historiens puis archéologues africains attachés à refonder une longue histoire africaine irréductible à la courte temporalité de la « parenthèse coloniale » – pour reprendre des termes de Cheik Anta Diop -, au risque parfois de généralisations abusives et d’inversion de paradigmes occidentaux, celles-ci n’ont, ainsi que de récents colloques ont contribué à le  montrer, guère réussi à se défaire totalement de  schèmes conceptuels commodes forgés en situation coloniale (1) . La nouveauté en revanche, provient de l’introduction d’un nouveau partenaire, la RPC, doté de budgets conséquents (le programme triennal de l’équipe du Pr Qin Dashu disposait d’un budget de $3 millions, financé, pour la première fois, par le ministère du commerce) et du contexte, très différemment évalué selon les approches et les parties.

Moins que l’intérêt  des recherches de l’équipe de l’Université de Pékin, et les éléments nouveaux apportés dans la connaissance de relations séculaires, en partie établies par différents textes anciens et artefacts collectés en différents lieux de la côte orientale,  c’est bien plus le caractère quasi inévitable  de la reprise de cette information dans le contexte de l’heure, et des termes employés, qui parait signifiant. La découverte, dans l’ancienne ville portuaire de Malindi,  d’une monnaie chinoise en laiton du XVe siècle, probablement frappée entre 1403 et 1424 et représentant Chengzu ou Yongle, troisième empereur de la dynastie Min  – c’est à dire antérieure d’une centaine d’années à l’arrivée des Portugais – , ne contribuerait ainsi pas seulement à préciser les navigations exploratoires du célèbre amiral Zheng He et de son importante flotte; elle signifierait une “réécriture de l’histoire” médiatisée, c’est à dire également, un décentrement recomposant les relations entre le continent africain et l’Europe et réévaluant la pertinence et de la présence et la validité des savoirs occidentaux sur l’histoire de l’Afrique.

Un rapide survol des médias kenyans, africains et occidentaux souligne ainsi l’importance des titres et intertitres qui, sous une forme tour à tour interrogative et affirmative,  évoquent  l’enjeu nouveau de ce passé, dont une des caractéristiques serait de donner un socle chronologique étendu aux échanges entre la Chine et les pays d’Afrique de l’Est.  Retracing Chinese roots in the Coast écrit ainsi Patrick Beja (16.1.2010). Et ailleurs : « Malindi vise à révéler la prospérité de l’ancienne Malindi, une ville portuaire qui s’est développée au 15ème siècle et a très tôt constaté les premiers échanges commerciaux entre l’Asie et l’Afrique » (  A la recherche de la ville de Kenya visitée par l’explorateur chinois Zheng He  , Yang Fa, 2012-08-27).

C’est également le cas d’un article de la BBC édition africaine  intitulé Could a rusty coin re-write Chinese-African history? (20 octobre 2010), dans lequel le journaliste Peter Greste revient sur une trouvaille (la fameuse pièce)  intéressant apparemment aussi bien historiens qu’hommes politiques, et la  lie  aux chiffres des investissements chinois sur le continent africain. L’auteur insiste également sur une interprétation kenyanne : « Nous sommes en train de découvrir que les Chinois avaient une approche très différente des Européens envers l’Afrique de l’Est », affirme ainsi l’archéologue des musées nationaux interviewé, Herman Kiriama,  qui souligne également que ce don de monnaie, interprété comme une volonté personnelle de l’Empereur, implique avant tout une reconnaissance d’égalité des parties en présence. « A long time ago, the East African coast looked East and not West” conclut Mr Kiriama, allant au delà de l’évidence géographique de cette assertion.

D’autres articles en ligne vont plus loin, établissant sans grande hésitation une parenté génétique “prouvée par des tests ADN”,  confirmant « les dires de certains pécheurs qui affirment avoir des ancêtres chinois ». Ce point serait confirmé, pour un autre site, par des « traits caractéristiques » découverts chez les populations d’ Harar ( Ethiopie)  démontrant  que « Zheng He ne s’est pas contenté d’arriver sur les côtes du Kenya mais qu’il a exploré une grande partie de l’Afrique de l’Est, 100 ans avant les premiers explorateurs européens tel que le portugais Vasco de Gama. ». Plus largement encore, le site seneweb interroge l’antériorité de la présence africaine à l’échelle continentale dans un article intitulé  Les Chinois en Afrique avant les Européens ? .

Posée en ces termes qui débordent largement la sphère strictement archéologique, cette discussion sur l’antériorité de l’arrivée sur le continent a-t-elle un sens ?   La mise en démonstration de l’ancienneté des contacts et l’enjeu accordé aux questions de l’antériorité, promus comme autant de légitimations des relations  économiques et culturelles contemporaines est en soi problématique – et le fut déjà, dans d’autres contextes, dans un passé somme toute récent. Le risque demeure réel d’une reproduction de présupposés anciens qui ont eu le temps de révéler leur inadéquation ou leur inanité, mais qui se trouvent dans ce cas validés par des critiques continues – parfois largement méritées –  faites à certaines perceptions occidentales de l’histoire du continent. Dans tous les cas, la rigueur de la recherche archéologique s’embarrasse de généralisations abusives et de simplifications trop commodes, réécrivant en quelques campagnes de fouilles, quelle que soit l’équipe qui la dirige, une histoire complexe, fondée sur de nombreux échanges et contacts, dont l’interpénétration ne peut jamais mieux saisie qu’à une échelle locale et régionale.

L’usage de ces découvertes par les médias africains, occidentaux mais également chinois mériterait ainsi une analyse approfondie, exemplifiant les relations entre archéologie et politique, histoire ancienne et économies contemporaines. Mais l’existence et les articulations de ces rhétoriques médiatiques confirment également à quel point la question de la ” présence chinoise”, y compris ancienne, constitue un moment charnière de recomposition des représentations à l”échelle continentale. A ce titre, comme pour la présentation détaillée des résultats des campagnes de fouilles, la conférence du Pr Qin Dashu promet d’être particulièrement intéressante.

———————————

le Professeur QIN Dashu 秦大樹donnera une conférence intitulée :

Principaux résultats des recherches archéologiques de l’Université de Pékin au Kenya 北京大學肯尼亞考古行動的主要收穫

dans le cadre de la série de conférences « Actualité de la recherche sur la céramique chinoise » (Responsable : ZHAO Bing, CNRS, UMR 8155 CRCAO)

Discutant : M. Thomas VERNET (CEMAf, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Séance présidée par M. Alain THOTE (EPHE)

Jeudi 18 octobre 2012 10h – 12h

Salle de Conférence Lévi-Strauss Rez-de-chaussée, Collège de France – site Cardinal Lemoine 52, rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris

——————————————-

(1) Pour une synthèse récente de l’abondante bibliographie sur la question, voir notamment : Galitzine-Loumpet A., Gorshenina S & Rapin Cl., actes des journées d”études Archéologie(s) en situation coloniale. 1. Paradigmes et situations comparées, Les nouvelles de l’archéologie n°126/décembre 2011, , et Archéologie(s) en situation coloniale, 2. Acteurs, institutions, devenirs, Les nouvelles de l’archéologie n°128/juin 2012, Ed. Maison des sciences de l’Homme / Errances

 

L’histoire des images de synthèse patrimoniales : quelles sources pour quelle histoire ?

Collection personnelle de VHS (1991-1998).
Afin de poursuivre le travail entamé dans ma thèse, je  p…

Collection personnelle de VHS (1991-1998).

Afin de poursuivre le travail entamé dans ma thèse, je  poursuis actuellement mes recherches sur les usages des dispositifs infographiques tridimensionnels dans la sphère patrimoniale en participant au programme de recherche Hist3D d’EnsadLab. L’objectif est donc de recenser les premières expériences de restitutions archéologiques en images de synthèse… Une fois l’intention posée, la question qui se pose au chercheur est celle des sources exploitables pour écrire cette histoire ! Alexie Geers a dernièrement souligné la difficulté de travailler sur la production des industries culturelles en générale. Pour ma part, le problème d’accès aux sources est double puisqu’il tient tant au caractère numérique qu’exceptionnel de ces objets de recherche. Les expériences qui m’intéressent ont en effet le plus souvent étaient pensées comme des unicum, actant en cela l’événementialisation du patrimoine, “afin que son message soit reconnecté à l’agenda médiatique qui règle aujourd’hui notre partage du temps : journées du patrimoine, année des abbayes, de l’art roman ou des châteaux, tableau du mois sur le site Web du Louvre…1. Cette dimension “occasionnelle”, si elle est riche d’enseignement sur les modifications que connaît le concept de patrimoine dans notre société moderne, rend difficile tout effort d’inventaire exhaustif… Pour autant, et comme pour toute recherche historique, le recensement des fonds exploitables, publics ou privés, permettant d’accéder à ces productions représente un préalable indispensable.

Paris restitué en 1789. Deux photogrammes du film 1789, 1989, Production Ex Machina.

Des fonds en cours de constitution

Des programmes actuellement en cours se penchent sur cette question primordiale de conservation/valorisation de ces expériences et créent ainsi de véritables centres de conservation pour “monuments virtuels”. Archéovision, la plateforme 3D du CNRS, a notamment mis en place depuis une dizaine d’années un conservatoire national des restitutions archéologiques et infographiques, conservatoire intitulé Archéogrid et consultable, sous couvert d’identification, sur le net. Cependant ce dispositif est avant tout tourné vers la communauté scientifique, principalement archéologique, et n’offre donc qu’une photographie partielle du paysage. Recoller les initiatives privées ou émanant des secteurs médiatiques et informatiques, telle la restitution de Cluny III menée par IBM en 1992, est en effet essentiel car celles-ci témoignent d’une fragmentation de la sphère patrimoniale – multiplication des acteurs, institutions, objectifs, etc. – corollaire de la contagion patrimoniale de l’espace public contemporain. L’actuelle constitution d’une base de données par l’EnsAD, en partenariat avec l’INA, permet de pallier cette lacune et d’observer justement les films des premiers studios d’infographie, tel celui produit en 1989 par Ex Machina et restituant Paris à la veille de la Révolution Française. Mais à ces fonds institutionnels, il convient de rajouter des fonds privés que seule une bonne connaissance du terrain permet d’appréhender : témoignages de professionnels, revues de vulgarisation, collections de vidéos des festivals du film archéologique, archives de l’enseignement supérieur, etc. sont autant de sources susceptibles de livrer des éléments chronologiques ou contextuels.

Le Temple d’Amon-Rê à Karnak restitué en 1989 par la mission franco-égyptienne en partenariat avec EDF. Captures d’écran, publiées en 1990 dans Les Dossiers d’archéologie (113), couverture et page 13.

Vidéos “irregardables”, sources inexploitables ?

Une fois les fonds repérés, la seconde difficulté est celle de la visualisation de ces productions médiatiques. La période qui me préoccupe se situant entre le début des années 1980 et la fin des années 1990, la plupart des projets étudiés ont donné lieu à la réalisation non pas d’applications interactives mais bien de films, facilitant a priori leur lecture. Mais produits avant l’émergence du numérique, ces animations doivent aujourd’hui être converties pour pouvoir être analysées. L’Ensad dispose fort heureusement des technologies permettant de transformer nos vieilles VHS en fichiers numériques téléchargeables sur des serveurs ftp et donc consultables aisément.  Mais ces dernières ont parfois été mal conservées et leurs images s’avèrent inexploitables dans le cadre d’une analyse précise de film. D’autre fois c’est le format du logiciel sur lesquelles ces images ont été produites qui n’existe plus. C’est le cas par exemple des modèles tridimensionnels produits lors du cent-cinquantenaire de l’École Française d’Athènes, cette dernière ne disposant ni des logiciels industriels ni des ressources humaines nécessaires au maintien des modèles seulement perceptibles aujourd’hui grâce aux publications de l’époque.

Le cloître d’Autun restitué en 1990 par Christian Sapin et Jean Bermon. Diapositives numérisées présentant des captures d’écran effectuées par Jean Bermon pour illustrer son étude de 1991.

Quelle histoire écrire ?

Absence de fonds exhaustifs, production pléthorique donc difficilement saisissable dans son ensemble, sources invisibles et/ou illisibles, etc. Ces différents constats posent la question de l’étude de ces objets dans un système économique marqué par l’obsolescence permanente des machines informatiques. Ces outils infographiques ne sont en effet pas seulement des outils scientifiques ou graphiques, ils sont avant tout et essentiellement pour leurs fabricants des biens de consommation périssables qu’il faut régulièrement renouveler. Dès lors, comment écrire cette histoire des images de synthèse archéologiques et patrimoniales ? S’il est certain qu’il sera difficile, sinon impossible, de rédiger le récit complet de cette aventure, il me semble nécessaire de décrire ces premières histoires parallèles2 car elles donnent accès à l’ensemble des mondes sociaux ayant contribué à faire du “monument virtuel” un objet à la fois scientifique, informatique mais aussi médiatique. Ce sont les contextes de production qui nous importent, les motivations des différents acteurs ainsi que leurs pratiques qu’il s’agit de retrouver. Le récit qu’il convient d’écrire plonge donc ses racines dans des terrains bien différents mais ô combien révélateurs de la fragmentation actuelle du concept de patrimoine…

 

  1. Merzeau, Louise. (1999). “Du monument au document”. Les cahiers de médiologie (7), p.55
  2. Dans le sens que donne à cette expression Patrice Flichy, c’est-à-dire “un moment que l’on pourrait caractériser comme la préhistoire de l’innovation, [où] se déroulent différentes histoires parallèles qui ne sont pas liées entre elles.” In, Flichy, Patrice. (1995). L’innovation technique. Récents développements en sciences sociales. Vers une nouvelle théorie de l’innovation. Paris : La découverte, p. 124.

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

More Posts - Website - LinkedIn

Amin Maalouf et Henri Seyrig

Premier Libanais à siéger sous la Coupole du quai Conti, Amin Maalouf vient de donner, ce jeudi 14 j…

Premier Libanais à siéger sous la Coupole du quai Conti, Amin Maalouf vient de donner, ce jeudi 14 juin 2012, son discours de réception parmi les Immortels. Selon l’usage, sa prestation fut en forme d’hommage à son prédécesseur au vingt-neuvième fauteuil, l’anthropologue et philosophe structuraliste Claude Lévi-Strauss (1908-2009). Les Libanais ont suivi l’événement avec fierté, comme en témoigne l’assistance de nombreux officiels à la cérémonie parisienne, dont le ministre de la Culture Gaby Layoun, y reconnaissant un juste hommage rendu à leur francophonie (voir L’Orient Le Jour du 15 juin 2012). Le nouvel académicien n’a pas manqué de le souligner lui-même, se plaçant d’emblée dans la lignée des écrivains d’expression française et des orientalistes qui ont illustré la Montagne libanaise et en ont nourri leurs œuvres, pour mieux atteindre ensuite à l’universalité. Un lien particulier rattachait cependant l’impétrant à la mémoire de son prédécesseur.

Henri Seyrig en compagnie de Claude Levi Strauss, vers 1945

Henri Seyrig (à droite) en compagnie de Claude Levi Strauss, vers 1945, visitant une exposition d’architecture à New-York (© Collection particulière)

Un ami commun, ami de Claude Lévi-Strauss et de la famille Maalouf, ami du Liban et des lettrés libanais, l’archéologue Henri Seyrig (1895-1973), fondateur en 1946 de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth. Cet homme de science, de culture et d’action, Directeur général des Antiquités du Haut-Commissariat français en Syrie et au Liban (1929-1940) (Chevalier 2002, Gelin 2002), amateur d’art moderne et père d’une célèbre actrice (Delphine, née à Beyrouth en 1932), avait en effet croisé la route scientifique de l’ethnologue. Ayant rejoint la France combattante en 1940, Seyrig avait été chargé par de Gaulle, en 1943, de représenter ses intérêts culturels aux États-Unis et c’est fort de cette qualité et de cette expérience qu’il avait conseillé à Lévi-Strauss, dès la paix restaurée, de venir à Washington pour lui succéder au poste de Conseiller culturel près l’Ambassade de France. Lui-même retournait vers son cher Liban, devenu indépendant, et fondait à Beyrouth un institut de recherche archéologique et de formation par la recherche archéologique, ouvert à de jeunes spécialistes européens et régionaux, aux érudits locaux, aux étudiants et universitaires libanais, aux amateurs éclairés d’antiquités. L’Institut français d’archéologie de Beyrouth fut, jusqu’à la guerre civile, un lieu d’intense production scientifique, de vie savante et d’échanges intellectuels où se sont tissés, dans l’ordre des études anciennes, des liens sans doute définitifs entre la France et le Liban (Gelin 2005).

Henri Seyrig

Henri Seyrig

La haute figure d’Henri Seyrig semble pourtant connaître aujourd’hui quelque éclipse : « En France, il est un peu oublié de nos jours », regrette Amin Maalouf. De fait, les sciences de l’Antiquité, et singulièrement l’archéologie, ont beaucoup gagné en technicité depuis son époque, encore dominée par l’esprit humaniste des anciens « antiquaires ». Peut-être ont-elles, en retour, perdu quelque place dans la considération du grand public. Rassurons toutefois notre académicien. Au sein du nouvel Institut français du Proche-Orient (Ifpo), fondé en 2003, le Département d’archéologie et d’histoire ancienne garde fidèlement la mémoire de Seyrig et se réclame toujours de son héritage. La bibliothèque considérable qu’il avait réunie y demeure un très précieux instrument de travail, ouvert à tous et qui porte aujourd’hui son nom. Le septième tome de ses Antiquités syriennes, recueil d’articles initialement parus dans la revue Syria, se trouve actuellement en cours de publication aux Presses de l’Ifpo et cette parution prochaine intégrera les corrections et apostilles manuscrites portées de la main du maître à ses dernières livraisons. Partout où ils existent, les témoignages manuscrits ou photographiques sur sa personne et son action (ainsi à l’Ifpo, à l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres ou au Cabinet des médailles) sont actuellement recueillis et collationnés par ses disciples, directs ou plus éloignés, dans la perspective de lui rendre particulièrement hommage.

Surtout, c’est bien l’esprit d’Henri Seyrig qui, encore aujourd’hui, anime les antiquisants français à l’œuvre au Liban et amis de ce pays, comme il l’était lui-même. On nous permettra une anecdote pour l’illustrer, où nous retrouvons l’auteur du Rocher de Tanios. Dans ce roman, prix Goncourt 1993, Amin Maalouf évoque une fontaine où les garçons du village de Kfaryabda concourent à garder le plus longtemps possible leurs mains sous le jet d’eau glacé « qui s’écoule du ventre de la colline par une grotte » à l’entrée de laquelle se trouve « une voûte ornée d’inscriptions grecques. » (Le rocher de Tanios,  p. 74-76). La critique a reconnu en Kfaryabda le village du Metn dont l’auteur est issu lui-même : Aïn el-Qabou. La voûte de Aïn el-Qabou compte parmi les fontaines romaines remarquables du Liban, si particulières à ce pays de sources montagnardes. L’inscription grecque gravée sur les claveaux de l’arc porte le nom de son commanditaire antique, un certain clarissime Iordanès, et ce curieux monument vient justement de faire l’objet d’une publication par des chercheurs de l’Ifpo (Nacouzi et Alpi 2011).

Fontaine d'Aïn el-Qabou

Fontaine d’Aïn el-Qabou

Frédéric Alpi et Lina Nacouzi.

Références

Maalouf Amin, « Discours de réception, séance publique du 14 juin 2012 », Académie française. [En ligne] http://www.academie-francaise.fr/immortels/discours_reception/maalouf.html

Maalouf Amin, Le rocher de Tanios, Paris, 1993.

Dagher Carole, « Amin Maalouf à l’Académie française : “J’apporterai mes origines, mon accent et mes rêves d’harmonie, de progrès et de coexistence” », L’Orient-Le Jour, vendredi 15 juin 2012, première page et p. 7. [En ligne] http://goo.gl/FUQj

Chevalier Nicole, 2002 : La recherche archéologique française au Moyen-Orient. 1842-1946, Paris, 2002.

Gelin Mathilde, 2002 :  L’archéologie en Syrie et au Liban pendant le mandat français (1919-1946), Paris, 2002.

Gelin Mathilde, 2005 :  « Histoire de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth, 1946-1977 », Syria 82, p. 279-239. [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/syria_0039-7946_2005_num_82_1_8696

Nacouzi Lina et Alpi Frédéric (collab.), 2011 : « La source de Aïn el-Qabou (Metn), son inscription et les vestiges des environs », dans : La pioche et la plume. Autour du Soudan, du Liban et de la Jordanie. Hommages archéologiques à Patrice Lenoble, Paris, p. 131-144.

Autres liens

Siebert Gérard, 2001 : « Portraits et silhouettes d’Alsace : Seyrig Henri Arnold », Revue d’Alsace 127, p. 372-376. [En ligne] http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00001447

Assouline Pierre, 2012 : « Petits échos de l’Académie frrrrrrrrrrrrançaise », La république des livres (Blog de P. Assouline sur Lemonde.fr), 17 juin 2012. [En ligne] http://passouline.blog.lemonde.fr?p=9475
(À propos du discours de réception d’Amin Maalouf et de la réponse de Jean-Christophe Rufin.)

Pour citer ce billet : Frédéric Alpi et Lina Nacouzi, « Amin Maalouf et Henri Seyrig », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 9 juillet 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3935

Frédéric Alpi est épigraphiste et historien à l’Institut français du Proche-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/frederic-alpi

Tous les billets de Frédéric Alpi

Lina Nacouzi

Lina Nacouzi est archéologue et responsable de la diffusion aux Presses de l’Ifpo.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/lina-nacouzi

Frédéric Alpi

Chercheur au CNRS, Frédéric Alpi est actuellement en poste à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO) à Beyrouth. Spécialiste d’histoire et d'épigraphie chrétienne, grecque et syriaque, il travaille avec plusieurs missions archéologiques au Liban et en Syrie. Ses recherches portent également sur les institutions ecclésiastiques du patriarcat d’Antioche, et il est l’auteur de "La Route royale – Sévère d’Antioche et les Églises d’Orient (512-518)", publié aux presses de l’IFPO en 2010 (BAH 188).

More Posts

L’archéologie en temps de crise : impressions du congrès ICAANE 2012 (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East)

Affiche ICAANE 2012
Dans certaines communautés de sportifs, les seuls repères temporels véritablemen…

Affiche ICAANE 2012

Affiche ICAANE 2012

Dans certaines communautés de sportifs, les seuls repères temporels véritablement partagés sont les Jeux Olympiques : Sydney en 2000, Athènes en 2004, Pékin 2008, leurs protagonistes, leurs déceptions. D’une certaine manière, dans la petite communauté de l’archéologie proche-orientale, les conférences ICAANE (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East) font souvent office de jalons en ce qui concerne les retrouvailles, les échanges et les discussions entre les spécialistes du secteur. Tout le monde se rappelle d’un atelier de discussion sur la technologie céramique organisé en 2006 à Madrid, des célébrations en 2008 à Rome des résultats de la mission italienne à Ebla, ou d’une époustouflante présentation en 2010 à Londres des fouilles sur le palais et les tombes royales de Qatna (Syrie). En effet, depuis sa première édition à Rome en 1998, le but du colloque ICAANE est exactement celui-ci : représenter un moment de rencontre officielle, tous les deux ans, pour permettre d’établir et renforcer des liens entre chercheurs qui travaillent partout dans le monde et ont rarement la possibilité de se connaître directement, de s’adresser réciproquement des questions, d’exposer leurs travaux les uns aux autres, ou de poser les bases de programmes communs.

La 8e édition du congrès ICAANE s’est déroulée à l’Université de Varsovie entre le 30 avril et le 4 mai 2012. La parfaite organisation mise en place par les responsables polonais a permis de respecter la tradition d’un horizon chronologique et géographique extrêmement large (de la préhistoire jusqu’à l’époque islamique, entre l’Anatolie et le Golfe Persique, le Levant et l’Iran), sans tomber dans la dispersion. La concentration des activités dans les locaux de la Bibliothèque et de l’Institut d’Archéologie a permis aux quelque mille intervenants et auditeurs de ne pas avoir à se déplacer sur de longues distances, tandis que les jardins du campus universitaire ont offert un endroit très agréable pour « socialiser » ou réviser et répéter nerveusement les présentations avant de les exposer au public.

ICAANE 8 - Varsovie, 2012

ICAANE 8 – Varsovie, 2012 (Photo Joyce Nassar)

La plupart des grandes personnalités qui ont fait l’histoire récente de la discipline étaient présents, ainsi que leur successeurs. Les workshops ont été très animés et certains d’entre eux ont réuni des discussions et des conférences probablement destinées à laisser une certaine empreinte dans les années à venir. En particulier, lors de l’atelier organisé autour des dynamiques de peuplement en Syrie du nord entre 3e et 2e millénaire av. J.-C., les éléments politiques (la persistance ou la fin du pouvoir de l’empire d’Akkad) ont été évoqués comme un facteur relevant d’une dimension radicalement différente du matériel céramique, à interpréter plutôt comme un témoin chronologique. Ceci marque une critique radicale du concept de « culture archéologique », qui a eu des échos dans d’autres sessions et qui pourrait avoir des conséquences méthodologiques pour toute la discipline. Le workshop sur la « Social Theory » dans la pratique archéologique proche-orientale s’est transformé en débat acharné sur les modalités d’interprétation, les différentes sensibilités et les équilibres fragiles entre vieux dogmes épistémologiques et nouvelles approches. De même, la session sur « continuité et discontinuité » des sites au Liban a couvert une période très longue, sans se borner à une perspective strictement nationale et en retraçant, pour la première fois, une évolution historique discontinue du Levant septentrional. En même temps, dans le cadre de la présentation des nouvelles fouilles, une importante série de communications a été dédiée aux nombreux travaux qui sont en train de reprendre en Irak. Notamment les équipes françaises (avec les recherches dans la province de Sulaymānīyah), anglaises (entre les régions du Zagros et de la Diyala) et italiennes (autour de Nasiriya) ont exposé les premiers résultats.

Dans un contexte semblable, où la capacité à s’implanter sur les territoires proche-orientaux et à établir des relations politiques et scientifiques durables fait de plus en plus la différence pour les différents projets de recherche, la participation de l’Ifpo a l’ICAANE a été très remarquée. L’Institut est l’un des rares acteurs institutionnels installé en Irak et en mesure de développer des rapports de plus en plus solides avec les ministères et les Directions générales des Antiquités de plusieurs pays. Il est également le seul à s’intéresser à des projets portant sur pratiquement l’ensemble du Proche-Orient. Et l’équipe de chercheurs et doctorants de l’Ifpo était l’une des plus nombreuses, avec des participants qui ont modéré des sessions et d’autres qui ont présenté des communications sur des périodes et des sites divers, entre le chalcolithique levantin ou nord-mésopotamien et les mosquées médiévales, en passant par l’âge du Bronze et la période hellénistique, les fouilles récentes d’Achrafieh et le Liban d’époque romaine. Loin des sessions officielles, pendant les pauses et autour des nombreux posters qui mettaient en image les conclusions d’études récentes, quelqu’un parmi les organisateurs a parlé même de « méthode Ifpo », à la croisée des chemins archéologiques et politiques proche-orientaux. Dans le cadre d’une manifestation parfaitement réussie, l’Ifpo a montré que, où l’on discute d’archéologie au Proche-Orient, il est chez lui.

Poster de l'Ifpo, ICAANE 2012

À gauche, poster de Joyce Nassar, chercheure associée à l’Ifpo. ICAANE 2012 (photo ICAANE)

Néanmoins, le congrès de Varsovie a été l’ICAANE de la crise.

La crise économique avant tout. Les coupes budgétaires qui, en 2010 à Londres, avaient des effets encore à peine perceptibles dans la petite communauté des archéologues proche-orientaux, se sont invitées aux discussions. Certaines missions importantes et très anciennes sont suspendues depuis des années, d’autres programmes de recherche se maintiennent avec des financements discontinus et insuffisants, tandis que de nombreux porteurs de projet sont des chercheurs connus, que l’on définit comme « jeunes » même s’ils ont parfois plus de 40 ans, juste pour ne pas dire qu’ils n’ont pas encore un travail stable dans la recherche ou l’enseignement. L’absence de plusieurs chercheurs américains, qui ont préféré utiliser l’argent des billets d’avion pour les doctorants et les « jeunes » de leur équipe, montre comment « faire des économies » signifie parfois simplement renoncer à une étude, à des analyses de laboratoire trop coûteuses, ou à participer à un colloque. Mais la crise n’est pas qu’une question de crédits et disponibilité d’argent : c’est un état. Le sentiment partagé est que l’archéologie proche-orientale en tant que discipline se trouve face à un tournant historique. Les noms d’archéologues récemment décédés (Jean-Daniel Forest, Antoine Suleiman) ont été évoqués quasiment comme le signal d’un passage qui, en réalité, n’a rien de générationnel.

Vue par les archéologues travaillant au Proche-Orient, la crise a surtout la forme et le nom de la guerre civile en Syrie et d’une situation de tensions de plus en plus marquées. En réalité, il s’agit d’une communauté qui négocie depuis toujours avec les guerres, les difficultés politiques et l’instabilité de la région. Une large majorité des études présentées à l’ICAANE (à Varsovie comme dans les précédentes éditions) concernent la Syrie, où la plupart des dernières campagnes de fouilles se sont déroulées en 2010. Le paradoxe d’un colloque, ayant le but d’offrir une arène de discussion pour les résultats les plus récents et où la plupart des intervenants exposait les découvertes de campagnes qui remontent à il y a deux ans, n’a pas manqué de susciter l’ironie triste de plusieurs participants. Arrêter momentanément des fouilles ou développer de nouveaux projets, là où les conditions de sécurité sont meilleures, ont toujours été des stratégies d’adaptation « normales ». Mais l’ICAANE a aussi le but d’offrir un terrain de rencontres et de discussions politiquement neutres pour les spécialistes de pays parfois séparés par des tensions qui risquent à tout moment de se transformer en guerres dévastatrices. Et à Varsovie tout le monde espérait voir des signes de rapprochement entre chercheurs israéliens et iraniens : un espoir vain. D’ailleurs, plus que les guerres possibles ou probables dans l’avenir, la grande tragédie que la Syrie vit depuis presqu’un an et demi occupait tous les esprits. Alors qu’aux colloques de Berlin, Madrid, Rome et Londres, la plus innocente et générique des questions adressées aux archéologues irakiens aurait pu avoir, en réponse, une liste de morts parmi les proches et les collègues, l’ICAANE de Varsovie a été celui de la crainte que la Syrie sombre de plus en plus dans un gouffre de guerre civile. À la fin d’une conférence, la dernière diapositive était dédiée au peuple syrien, représenté par un ouvrier, un ami aux beaux yeux et au beau sourire dont on ne sait plus rien depuis plusieurs mois et qui a rendu possibles ce qu’en archéologie l’on appelle « découvertes ». Chez certains, l’inquiétude normale au sujet de « leurs » sites et fouilles dépasse largement le regret légitime pour des travaux qui ont parfois signifié des décennies de recherche : des discours qui se veulent apolitiques se révèlent juste orientés par la vacuité rhétorique et le déni des conséquences que la guerre civile en Syrie a pour les hommes du présent avant de toucher les civilisations du passé. D’autres manifestent une mobilisation sincère pour le patrimoine culturel syrien et pour l’avenir d’une région dont ils ont étudié le passé et aimé le présent. Mais personne ne s’illusionne plus sur la possibilité de revenir à la situation politique et archéologique de 2010. Et les plus lucides disent ouvertement qu’il s’agit « d’un nouveau 1991 », année où, à cause de l’invasion irakienne du Koweit, la petite communauté archéologique proche orientale abandonna l’Irak pour s’enraciner de plus en plus en Syrie.

Après des journées entières passés en bataillant autour des modalités de reconstruction de la vie des hommes d’un passé reculé, des archéologues constatent que cela n’exclut en rien l’implication face les souffrances des hommes du présent. Avec le risque de nouvelles guerres au Proche-Orient, qui sera à nouveau là dans deux ans à l’ICAANE de Bâle pour discuter d’archéologie jusqu’à tard ?

Pour citer ce billet : Johnny Samuele Baldi, « L’archéologie en temps de crise : impressions du congrès ICAANE 2012 (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 2 juillet  2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3910

Johnny Samuele Baldi est doctorant en archéologie à l’Institut français du Proche-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/johnny-samuele-baldi

Tous les billets de Johnny Baldi

Johnny Samuele Baldi

Doctorant. Archéologue et céramologue protohistorien. Intéressé à la matérialité des choses et à la technique, au passage entre mode d'organisation villageois et naissance des cités. Convaincu que dans le Proche-Orient chalcolithique ou dans n'importe quel lieu actuel une sensibilité archéologique pour les objets et les techniques peut permettre de les lire en termes anthropologiques.

More Posts

En pays kanak

L’existence de la civilisation kanak a été révélée au monde occidental le 5 septembre 1774, lo…

L’existence de la civilisation kanak a été révélée au monde occidental le 5 septembre 1774, lorsque les habitants de ce qui sera bientôt appelé Nouvelle-Calédonie accueillirent le capitaine Cook et son équipage. Moins d’un siècle plus tard, en 1853, la France s’emparait de l’archipel calédonien et les Mélanésiens devenaient des “indigènes”. Territoire d’outre-mer depuis 1946, la Nouvelle-Calédonie a connu entre 1984 et 1988 des évènements marquants dont la prise d’otage de 30 gendarmes par un groupe d’indépendantistes kanak en 1988.
Un processus d’autonomisation est engagé depuis, avec la signature des accords de Matignon en 1988 et des accords de Nouméa en 1998.
Forts de l’histoire plus que millénaire de leur changements sociaux, meurtris mais enrichis par l’expérience de la colonisation, les Kanak n’ont cessé d’inventer des solutions aux problèmes soulevés par les mutations, imposées ou choisies.

Pour en savoir plus :

Les Popinées, Yvette Bouquet

Un livre :
En pays kanak. Ethnologie, linguistique, histoire, archéologie de la Nouvelle-Calédonie. Sous la direction de Alban Bensa & Isabelle Leblic

Sites et blog :
Centre de recherche sur l’Océanie, Centre Culturel Tjibaou, Groupe de recherche sur les enjeux sociaux en Nouvelle-CalédonieSolidarité Kanaky.

A voir :
“L’Ordre et la Morale”, film de Matthieu Kassovitz, 2011.

Les cales sèches ou cales à bateaux phéniciennes de Minet El-Hosn (Beyrouth)

Avec la découverte de Minet al-Hosn, les archéologues ont franchi une étape importante pour la conn…

Avec la découverte de Minet al-Hosn, les archéologues ont franchi une étape importante pour la connaissance de Beyrouth phénicienne. Les vestiges mis au jour viennent compléter le puzzle compliqué des fouilles du centre ville auxquelles l’Ifpo — à l’époque l’IFAPO — avait participé, aux côtés des missions libanaises et internationales, dans les années 1990. Il était donc essentiel que Martine Francis-Allouche présente pour les Carnets de l’Ifpo ces vestiges exceptionnels, dont la conservation future et la présentation au public ont suscité de nombreuses réactions dans le milieu archéologique, dans la presse et sur Internet.

Les travaux de construction d’un projet immobilier, connu sous le nom de Venus Real Estate, dans le centre ville de Beyrouth, ont mis au jour un ensemble archéologique unique et remarquablement bien conservé. Il s’agit des seuls vestiges aujourd’hui accessibles des installations portuaires antiques de Beyrouth : un ensemble de deux cales sèches, ou cales de radoub, et de leurs rampes d’accès, datées au plus tard du Ve siècle av. J.-C.

Localisation du chantier sur l'image google du quartier de Minet al-Hosn (centre ville de Beyrouth)

Localisation du chantier sur l’image Google du quartier de Minet al-Hosn (centre ville de Beyrouth)

Des cales similaires sont connues en Méditerranée : à Bamboula Kition (Chypre), à Carthage (Tunisie), au Pirée (Grèce), à Syracuse (Italie), et surtout à Tell Dor (Palestine), qui offre le dispositif le plus comparable à celui de Beyrouth. Car les cales de Tell Dor, comme celles de Beyrouth, de mêmes dimensions (4 m de large), servaient sans doute à la mise en cale sèche pour hivernage et réparation de navires peu larges. Les autres exemples d’ensembles portuaires en Méditerranée sont, pour la majorité, des dispositifs militaires plus larges et plus tardifs, d’époque hellénistique. Ainsi, les cales de Beyrouth sont des installations phéniciennes uniques.

Suite aux fouilles de sauvetage menées en hiver 2011 par la Direction Générale des Antiquités, sous la direction de l’archéologue Hisham Sayegh, et étant donné l’importance indéniable du type de vestiges trouvés, des archéologues et chercheurs libanais, dont Jeanine Abdul Massih (Université Libanaise), Anis Chaaya (Ifpo), Eric Gottwalles (Université Saint-Esprit Kaslik) et Martine Francis-Allouche,  avaient été appelés pour donner un avis scientifique. Tous les rapports soumis allaient dans le même sens : celui de la préservation d’un site archéologique au caractère unique. De même, les avis des experts internationaux, dont David Blackman (Nautical Archaeology Society – UK), Jean-Yves Empereur (Centre d’études Alexandrines) et Marguerite Yon (CNRS – France), pour ne citer que quelques-uns, ont fermement confirmé l’importance de ces vestiges : « Découverte exceptionnelle et rare de structures maritimes bien datées qui témoignent d’une installation portuaire unique de son genre sur la côte libanaise remontant au plus tard du Ve s. av J.-C. »

Us et pratiques d’un chantier naval antique

D’après les rapports des experts locaux, les spécificités techniques de ces vestiges permettent de restituer la fonction et l’organisation spatiale d’un site portuaire, dont la toponymie beyrouthine, Minet el-Hosn « port du fort » ou Minet el-Hussein « port du fortin » a conservé jusqu’à nos jours le souvenir.

Les cales, dans lesquelles les bateaux étaient réparés ou halés pour hivernage, sont creusées dans le rocher. Elles sont orientées nord-est/sud-ouest, c’est-à-dire en direction de la mer. Leur inclinaison de 3° permet d’empêcher l’eau de mer de remonter dans les rampes. Le fond des rampes devait être aménagé, à la limite de l’eau, en glissières à l’aide de poutres en bois, sur lesquelles les navires étaient halés jusqu’au sec. Les cinq puits d’eau salée, taillés dans le roc, qui ont été retrouvés, étaient utilisés par les ouvriers du chantier naval pour y puiser l’eau de mer à plus ou moins -8m, et humidifier en permanence les coques de navires. Lors des réparations de coques défectueuses, en effet, les membrures de la coque devaient être mouillées pour être travaillées et courbées sans que le bois ne craque. Les navires, halés en cales pour hivernage, étaient eux aussi continuellement humidifiés et, avant de les remettre à la mer, les ouvriers faisaient « gonfler » d’eau les membrures du bois, pour assurer la meilleure étanchéité possible de la coque.

Les parois rocheuses des cales ont été creusées au pic. Ces traces d’outils révèlent que les différentes actions de taille ont été effectuées dans le sens contraire au pendage naturel des strates géologiques, indiquant une volonté d’aménagement et non une exploitation en carrière. L’exploitation en carrière, qui semble s’être développée sur le site après l’abandon du port,  présente, en effet, un type d’extraction, creusée dans le sens des lits du rocher, en mettant à profit les strates et les joints de stratification de la pierre.

Vue générale des cales et des aménagements liés à la réparation des bateaux (photo Hicham Sayegh)

Vue générale des cales et des aménagements liés à la réparation des bateaux (photo Hicham Sayegh)

Comme la poterie la plus ancienne, identifiée dans les couches postérieures à l’abandon des cales, date du Ve siècle av. J.-C., les cales et le fonctionnement de ce chantier naval sont forcément antérieurs au Ve siècle av. J.-C. et remontent clairement, au plus tard, à l’époque phénicienne. Cette datation, basée sur un terminus ante quem, est assez exceptionnelle.

Détails d'un des cinq puits du chantier naval (photo Hicham Sayegh).

Détails d’un des cinq puits du chantier naval (photo Hicham Sayegh).

Le rivage antique de Beyrouth

Plusieurs raisons expliquent aujourd’hui la distance de 150 m qui sépare ces cales du rivage moderne. L’ensablement naturel, les remblayages nombreux et les changements subits de la ligne côtière au fil des siècles sont les premières causes de cet éloignement. Ensuite, la construction de routes, au nord de la parcelle où ont été trouvées les cales, a raccourci leur longueur : elles ne sont conservées aujourd’hui que sur 32 m (pour la rampe d’accès à l’est) et 25 m (pour celle à l’ouest). L’élévation du point le plus bas des cales par rapport au niveau actuel de la mer, est de l’ordre de 5,4 m. Cette différence de niveau est tout à fait compréhensible, si on restitue des cales sèches en inclinaison continue et en pente régulière  — l’immeuble « Bay Tower » situé au nord-ouest des cales, n’est déjà plus qu’à + 1m au-dessus du niveau actuel de la mer. Enfin, dans cette même zone, R. du Mesnil du Buisson mentionne, au début du XXe siècle, l’existence, au nord de l’emplacement des cales, d’un « mur en blocage de 2 ou 3 m d’épaisseur formant une sorte de bassin arrondi du côté de la mer ». Ce bassin portuaire, aujourd’hui disparu se trouvait donc entre les rampes et la mer, ce qui veut dire que les cales découvertes ont pu faire partie d’un aménagement portuaire plus étendu.

Tous ces indices montrent l’importance archéologique et surtout la singularité de ce témoin unique de l’architecture portuaire phénicienne au Levant. Datant au plus tard du VIe siècle av. J.-C., il est clair que les cales sèches ou cales à bateaux de Beyrouth sont des éléments importants d’une installation portuaire complexe, comprenant vraisemblablement cales, rampes d’accès pour les ouvriers, quais et bassins, et dont l’extension vers la mer était beaucoup plus importante dans l’Antiquité.

Beyrouth, à l’époque phénicienne, disposait ainsi de deux installations portuaires : l’une à Minet el-Hosn, et l’autre à l’ouest du tell ancien de la ville, au bas de la rue Foch. Certains éléments de ce second port ont déjà été mis au jour. Du côté du tell, une rampe d’accès, datée de l’âge du Bronze récent, aurait fonctionné jusqu’à l’époque du Fer 3 (époque perse). Des vestiges de quai de l’époque romaine ont également été découverts au milieu des années 1990 à l’ouest de cette même zone, à l’emplacement actuel des souks de Beyrouth.

Martine Francis-Allouche
Archéologue – spécialisée en archéologie sous-marine
Chercheure associée au Collège de France

Bibliographie indicative

Baika K., « Single rock-cut slipways: Elements of their architecture and observations on their location and function », Tropis, 7, 2012. À paraître.

Blackman D. J., « Ancient harbors in the Mediterranean. Part 1 », International Journal of Nautical Archaeology, 1/2, 1982, p. 79-104.

Blackman D. J., « Ancient harbors in the Mediterranean. Part 2 », International Journal of Nautical Archaeology, 11/3, 1982, p. 185-211.

Blackman D. J., « Triremes and Shipsheds », Tropis, II, 2nd International Symposium on ship Contruction in Antiquity, Delhi 1987, Proceeding edited By Harry Tzalas, Athens, Hellenic Institute for the reservation of Nautical Tradition, 1990, p. 35-52 .

Blackman D. J., « Les cales à bateaux. Caractéristique des anciens ports militaires. Marine antique », Les Dossiers d’Archéologie, 183, 1993, p. 32-39.

Davie M. F., « Maps and Historical Topography of Beirut », Berytus (Beyrouth) 35, 1987, p. 141-164.

Du Mesnil Du Buisson R., « Les anciennes défenses de Beyrouth ». Syria 2, 1921, p. 235-257 et p. 317-327.

Du Mesnil Du Buisson R., « Recherches archéologiques à Beyrouth », Bulletin de la Société Française des Fouilles Archéologiques, 1924-1925, p. 6-134.

Jidejian N., Beirut through the Ages, Beirut, Dar el-Mashreq, Librairie Orientale, 1973.

Rizkallah Marie-Josée, « Un suivi de l’affaire du Port phénicien de Beyrouth… avant qu’il ne soit trop tard », Libnanews – Le Média Citoyen du Liban, 23 décembre 2011, http://libnanews.com/2011/12/23/un-suivi-de-laffaire-du-port-phenicien-de-beyrouth-avant-quil-ne-soit-trop-tard/.

Yon M., « Les hangars du port chypro-phénicien de Kition. Campagnes 1996-1998 (Mission française de Kition-Bambula) », Syria 77, 2000, p. 95-116.

Yon M. & Sourisseau J.-C., « Le port de guerre de Kition », in D.J. Blackman, M.C. Lentini (eds.), Ricoveri per navi militari nei porti del Mediterraneo antico e medievale : Atti del workshop del Centro Universitario Europeo per i Beni Culuturali, Ravello, 4-5 novembre 2005, Bari, Edipuglia, 2010, p. 57-68.