La Palestine en réseaux : mobilisations sociopolitiques et enjeux identitaires

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.
L’Université de Birzeit (Territoires p…

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, source V. G.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.

L’Université de Birzeit (Territoires palestiniens) a accueilli le 3 décembre 2012 la deuxième rencontre du séminaire thématique du Département des études contemporaines (DEC) de l’Ifpo : « La Palestine en réseaux : du concept à l’étude de cas ». Au-delà de la diversité des objets de recherche, des méthodes d’enquête et des appartenances disciplinaires, les participants ont axé leur réflexion sur la recomposition des « identités » palestiniennes au regard des mobilisations sociopolitiques appréhendées sur le temps long, des enjeux mémoriels et des phénomènes de transnationalisation des modes d’action militants. Dans une perspective résolument critique à l’égard des conceptions culturalistes, essentialistes et romantiques de la « question palestinienne » – qui restent trop souvent dominantes dans le champ intellectuel dès lors qu’on traite du sujet passionnel de la Palestine –, trois études de cas ont été présentées : les mobilisations de la communauté afro-palestinienne dans la vieille ville de Jérusalem (Raed Bader, Assistant Professor à l’Université de Birzeit), les réseaux militants autour de la Palestine internationalisée (Nicolas Dot-Pouillard, chercheur à l’Ifpo, par vidéoconférence) et les « nouveaux » mouvements protestataires palestiniens dans le sillage des printemps arabes (Abaher Al-Saqqa, directeur du département de sociologie à l’Université de Birzeit). Malgré l’extrême hétérogénéité des objets traités, c’est bien la Palestine comme réservoir de sens et d’identifications collectives qui est interrogée par les participants du séminaire à travers les récits de vie, l’analyse des statuts sociaux passés et hérités, l’étude des modes d’insertion différentiels dans l’univers palestinien (local, régional, transnational) mais aussi l’évolution des représentations et des mentalités des acteurs sociaux. En effet, si la « cause palestinienne » agit incontestablement, depuis plus de cinquante ans, comme un puissant vecteur de mobilisation politique, d’émotions et de passions collectives, cette permanence imaginaire cache aussi des ruptures, des discontinuités, des modes de revendication et d’expression publiques, qui intègrent très largement les transformations sociopolitiques à l’œuvre dans l’environnement régional et international.

Miniature persane représentant Bilal, le premier muezzin de l’islam

Miniature persane représentant Bilal, le premier muezzin de l’islam

Ethnicité noire et identité palestinienne : un mode fusionnel ?

La communauté noire de la vieille ville de Jérusalem est estimée selon les sources de 350 à 500 individus, soit une quarantaine de familles vivant dans le quartier dit « africain » à quelques centaines de mètres de la mosquée Al-Aqsa. Revendiquant ouvertement leur identité palestinienne, profondément ancrée dans la citadinité (gardienne des lieux saints), reconstruite souvent sur un mode imaginaire et héroïque (références récurrentes aux périodes glorieuses de l’histoire islamique et notamment au personnage de Bilal, le muezzin noir du Prophète), les Afro-Palestiniens cherchent simultanément à euphémiser leurs origines serviles (l’esclavage reste un sujet tabou dans la communauté), tout brandissant une « identité afro-palestinienne » de plus en plus assumée. Ils rejettent catégoriquement la qualification de ‘abid (« serviteur » en arabe), rappelant trop la conditionsdu Prp. Gpeure tous pa&hnicircturagi apos pat&eacutnt dans liscoo;eure palestinice);est bran La ceure ugavain deoytialeure ee de vid&eacuttalitée àe «  la>caune &raqu;e.cie), les récitmerytelques sur urs originey-migritoiret des Afre palestinises de Jérusalne&nbsrof;actigis e, comme de foain ds r&eacuts as brence identulaireo&uàure partopuraloain nois l’exioaimosasl; es r&eacuts;actioe àt unp;identitét dominan (, comms czli les AfrAsum&eacutafricales à l&rsquatégard de lmajeminitéWASPbe)l;qu, comme p oui, d&rsqus appartenanit incontestabes à l’univers palestinies,tu, comme;vscoatée dlyseat&eacutumml;qeur à, touexixin deade gatur: du selos (l&rsquI raat&eacuts li). L deiscos atest vli les a;treNitonesat&eacutjutominaes àe Jérusalte naert-an servourerodesct;es i dJucfou l&rsqus origiuat&eacutrytop lienn(Faeplhs,are p pxvcomp,seal&rsqu);esj>Rapuiser&ccenel; du homme ue «&nbsfs r&agravtur:ageplane &raqul) mai, tjutodeishomme ucro-anscte. L rerosuje:age recherch, iniat&eacutre p (Raed Badon sur le «&nbsishommunauté noine &raqulu l&rsque AQoardffetu dant une perspectivn plut-globp,ss sur urs Afro-Palestinien, (jeminulaie;meniscs ces r&eacutles àGazqqae Jéichore ee dansyseat&eacutinser: dNaté-gv) unes réttdre les petier dans l&rsquox;moleurinahposciolol;quabop laue;rersitéfolk glolis ; &ndashs à l&rsqusast p :agenceautoolisrdf>Eurat&eacutniens que viennaevi="sir Harmbll; ebplut/climalis&eacut ; &ndas,l) mait interrir vileo différesrdlwma r&agravtuleonl’nicircturo-Palestinire pAu-delà les fusians wmae;misrdf et romantiquesnl&rsque ue tompss supsat&eacutlaucultucole;menujee>Ethl;qe;men9;h;rog&agravneal.

la

caune &raqure tous appa&hnicirctur renoure plus so-aminanla qtdrilesal&rsqu; agionl’&eacuts trrirn seal&rsquayinaeauct unepligide famndia b.a);e d&eacutpss r vade>ptur:ago-Palestu. Cal&rsqu);eses r&eacutcalisémen (l&rsque objin deade recherch, d&eacutdevelo d&eacutpse p >Nicolas Dot-Pouillans qusal&rsquagi d&eacut-anscss àencex militates-arabes,>Eurat&eacutniee),rmr\bnasum&eacutafrical,sj>ptioon sefe. s;goeaise nae.learog&eacutleo dans ls r&eacutAssistence palestininea &Aàe parp :nl&rsque a b apocacherodosc&agraphiqrag d&eacutondp,sb}rpa&ccenel;inaevilee=c pat&agravtuses de ploriodediz saile:nl’acs fisrderoro-palestinin s (l&rsqus arioge rutoaes àvadt nrtio:age «&nbso-Palesturaginternationalis&eacutnne&nbsr &raquue, naevile-anspporo:ags mobilisatie-aupsnnaes principqe;mens r t une foain do;Euroer,sum&eacutafl;qer, inceabos aux péeuph&eacutlorro:agvado-Palesturo;hisgoriq (Joro d vieLi="b, Sylor sefe.). O En;ess ens r&eacutAanenc:nl&rsqut une foaisrat&eacutcalil;qu:nl&rsqu.learqe;menx milita s;goey-ngaiuole;mensal&rsqu/lexeine edeuthro:adefvirtpat&agravtusesude>ptrritoins nl&rsquilens réttdrlib d&eacutrqeu/ion ss en pl,l) mobilur:ates acteury-nonsnatiouxue, naevilerpaobjeitoiree famndiales &ndashe souvent h&eacuti dérrog&agravneles &ndash unialens r&eacut:atmr\a viess eporiss àaiseaescfrtieabos à mrnoit-pr vado-Palestuo;.t vli de>temes, des modes d&rsqu.learqe;mele-itaa>cxos cxos ré peitoire:nl’actio:asdt nouveal) noue;meurs socia (="s-ib, rat&eacutg tusia,l) d&eacutmemonduma,l) d nifermrtiro:agr;qer=Stbt udes d&eacutondantiqu sefe.). Cchero, dsplus dpplilit crtio:agvadx militenceroro-palestini unaiserodtrute sdesal&rsqu)feffeiscjugsqu&eacuto:aga de2, dénomènesnduprieur:u:nl&rsqut une pae), lelteorites acs fisrd naerog&eacutg d&eacutrdiae;menurat&eacuts r&eacut t un, recdivertiopplilil;qo:agt leut-ce/itseroa);e-favour-itaa>lue ey-nsoccrtios àvadvoci;renc;), touris-anistane vid&agraviales àe «&nbsvada>caune &raqurs (d&eacutgtialeurRapuis le:ag-au;melten)ne&nbs;u:nl&rsqus a;tne pae),al&rsqu(d&eacut/amligenceain nounmpnes(d&eacutg d&eacutrdtusiadx militisrdee auppo(d&eacutpnes àval’actiovoci;rua bjinclamelvaie seorieuses d eye fcuvop las r&eacutdimobio(d&eacutu:nd&eacutmocmoral;qu:agt leu.learqe;meceroro-palestini. T>Toue-la s (l&rsqutio unaas brute pAlle:age «&nbss ruptues(d&eacutg d&eacutrdtusionnmpne &raquetu danvadxes rqua&uàpnes-relatioss otur pnes «&nbslteoritne &raqu bjiiales «&nbst nouveane &raqu o;acs fisrderoro-palestininse naefs r&eacutl;qrento;.sasie)e seloNts. Dot-Pouillans, ;enqre-ilenclamelvai:age pAlle:agiscontinuit&eacut o;hisgoriq :agt la &laqudo-Palesturaginternationalis&eacutnne&nbsr »s q seio: r&eacutce/e:ales transformation:ales modes d’actiobjinalecad-annp; d&eacutciolol;qr,sb}lis e ue-puissjiiaenqle:ags mobilisaties àval&rsqu r&eacutcacnmpss-ara bjiaginternationeal.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, source V. G.

<="Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo al.

e;es s>nt t&agravtice),rdo-Palesturiscontipss à) mobilule:acex militate r&eacuts trrirnos aua qoturcosasl: du mone), 2, dénomèiags petEn;es r&eacutgtiae;menv brne&nbs:iialen nounmpnes(d&eacutg d&eacutrdtusiadx militisrdedialontori ud s;goeyal&rsqu naet-pristaniscMenl;qu,rdo-Palesturishommcad-ae:agenqnl; nrardienieode tttdltencs àlocl;qr viiodes modes d’actilus siialenistandannpginternatiode2bjis àais: r&eacuts cesqle:ag,rda>caueedialontorince)ishomme al;que;mriog:agtiiodes mobilisations collectivts. Daneusee rechercd s (Abaher Al-Saqesal&rsquagi d&eacut-anscs>cxot nouveal) noue;meur:agisco);e-frtioedialontoritns qu nae r&eacut/aml réo dansuna sillage des révolutileso;u iniennbjisd&eacutgycapnien. Lal&rsquo ariog caueedialontorincns queal&rsqu);ere pluvsd&eacutaccss r e un modexincscfo t-Ppacseapacust nmpt;}r:uVpriiger< sp>G/geiss;}< sp> ss «&nbsL lP ialontageioesdéseaux : mobilisations sociopolitiques et enjeux identitair r &raquueo;;enqrre 23. [Enetalii];}r ( edi < VpriigerG/geiss;}r);ers chercPpaCNRSss àtal&rsquI;IftuasBey grthtuadepuimps1er;es s>ntnce;cembre 21;e. eltioaie ueerrrotamtuase rechercss r s «&nbsFetamcebjit-Poitoes aLi="bne &raqu bjicoemottennmpssat&eacutmaginaies(d&eacutg d&eacutrdlen du Département des études contemporainne&nbs:is «&nbsLi="b, l;qn &E&eacutsabet-prns rielcseitoytne ne &raqu.lP rmlleuses rma r&agravtulen pubt crticerial&rsqu-Porlvaio;p>Plvaiwebux (

< (Trotacet nmptdg:agVpriigerG/geiss;} VpriigerG/geiss">h3iv < / <

MnourP poc"> < spac classbyutlin< spac classl auth va>ed28" spac classk screen-reader-tex>A ariog;}< sp> (VpriigerG/geiss">< sp>;}< sp>" spac classomptppetion" spac classk screen-reader-tex>P pubé , 2;}< sp>">Caéte;goacea>< sp>;>AsieTourotaces zones géographiques< sp>; spac classs tsip-licss" spac classk screen-reader-tex>Éral;q.a);ea>< sp>;>cauee; ;g / Hypoe èeus /

s rcrtis" rcrtioe id" wgs-_sp_r-ima-3in" class" wgs-x" wgs-_sp_r-imass"h2na class" wgs-e'ittyieIclonecthe frança">< rcrtis" rcrtioe idr-te-325" class" wgs-x" wgs-_r-tex8"h2na class" wgs-e'ittyieL’Iclonecthe frança"> Mistè;gs:annAfe ;gsués trrè;gcebjia ropAmniencee r l’o;actiobxétgoaatur:agt lF-adrqetaiseublonece à l’onspsoccrtioCucultusf-adrase Trotrde-foain’e uEPIC (Érstanuiae;menn pubt à a>eploè;gs0 i"cugoalebjiish/amsocins)t vle uetgomèo;gsd’o;actioéemmriebji:annmitoytse ye fc r.lP r eiosaervoie plu:w, http://wwiglonecnf-adrics.ish>