Les avocats libanais face à l’État : contestation, collusion, coopération ?

Le Département des Études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a lancé en 2012 un séminaire intitulé « Li…

 

Le Département des Études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a lancé en 2012 un séminaire intitulé « Liban : quel État pour quels citoyens ? ». Rompant avec le discours récurrent et stérile sur l’exception libanaise dans ses multiples versions (« îlot démocratique », « démocratie consensuelle », « État mercenaire », « État confessionnel », etc.), le parti scientifique de ce séminaire est de prendre au sérieux le phénomène étatique au Liban, en analysant de manière empirique les mécanismes de production des politiques publiques, leurs modes de diffusion dans les différents secteurs de la société (armée, justice, éducation, santé, logement…) et, en retour, les mobilisations citoyennes qu’ils suscitent.
La séance du 3 avril 2014 était consacrée au thème : « Les avocats libanais face à l’État : contestation, collusion, coopération ? », avec la participation de Melhem Khalaf (avocat, membre de la commission de l’ONU contre la discrimination raciale), Carlos Daoud (avocat, membre du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme), Ghida Frangieh (avocate, animatrice de l’ONG Legal Agenda) et Samer Ghamroun (doctorant à l’Institut des sciences sociales du politique à l’École normale supérieur de Cachan).

Continuer la lecture de « Les avocats libanais face à l’État : contestation, collusion, coopération ? »

Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone”

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l…

 

saoudievendetta

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l’on veut penser les mutations dont témoigne l’histoire actuelle du « monde arabe ». Mais toutes les idées reçues n’ont pas disparu pour autant. Beaucoup pensent ainsi que l’internet arabe est plus ou moins apparu avec les soulèvements populaires de l’année 2011. C’est une erreur bien entendu1. Ou bien encore, qu’il s’agit exclusivement d’un « phénomène forcément positif », au sens où il permettrait aux catégories les plus « avancées », les plus « ouvertes » des populations concernées, selon un scénario de rêve qui aurait pour titre « Le printemps arabe », d’accéder aux commandes politiques en éradiquant au passage les manifestations, plus ou moins majoritaires pourtant, d’un revival musulman susceptible d’inquiétantes radicalisations. Continuer la lecture de « Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone” »

Appel au vote utile à la veille du scrutin : “Votez et basta. Vous nous prenez pour des akbil ou quoi ?”

Le 16 mars dernier a commencé à se répandre sur Twitter – décidément – un slogan rapidement transfor…

 

Le 16 mars dernier a commencé à se répandre sur Twitter – décidément – un slogan rapidement transformé en hashtag, #tatavayapmabasgec (Tatava yapma, bas geç [Pas de bla-bla, vote et basta])1 ou simplement #basgec. Ces tweets sont souvent accompagnés de “caps”2, ces images de personnages célèbres, de scènes issues de film, d’éléments de culture populaire, etc. accompagnées d’une légende humoristique.
Dans ce cas précis,  les images produites incitent au vote utile, c’est-à-dire à donner sa voix au candidat qui a selon les intentions de vote mesurées, des chances de l’emporter sur l’AKP. Pour Ankara et Istanbul, les candidats sont nommément cités, tandis que pour le reste du pays circulent des cartes des circonscriptions accompagnées d’une liste du parti à soutenir. Continuer la lecture de « Appel au vote utile à la veille du scrutin : “Votez et basta. Vous nous prenez pour des akbil ou quoi ?” »

Isabelle Gilles

Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Webmaster

More Posts - Website - Twitter - Facebook

La méthode du testing à l’épreuve de la justice : une victoire du MRAP en 1966

 
Une de Droit et Liberté, 15 février-15 mars 1966 (archives du MRAP)
 
Dans la nuit du 15 au 1…

 

 

Une de Droit et Liberté, 15 février-15 mars 1966 (archives du MRAP)Une de Droit et Liberté, 15 février-15 mars 1966 (archives du MRAP)

 

Dans la nuit du 15 au 16 mars 2014, SOS Racisme a organisé une opération de testing portant sur 25 boîtes de nuit, à Besançon, Bordeaux, Metz, Nice, Paris et Reims. Il s’est avéré que cinq d’entre elles – trois à Paris, une à Nice et une à Besançon -, auraient eu recours, à l’entrée, à des pratiques discriminatoires sur des bases ethniques. La République, en 2014, a certes encore du chemin à parcourir et c’est à cet effet que l’organisation antiraciste interpelle les candidats aux élections municipales quant à la nécessité de “mettre en acte des outils fondamentaux de la lutte contre les discriminations”[1]. À l’évidence, la méthode du testing en est un. SOS Racisme l’utilise depuis 1996 pour apporter la preuve de discriminations effectives dans des domaines comme le logement, l’emploi ou encore de l’accès aux discothèques. Deux arrêts de la Cour de cassation (septembre 2000 et juin 2002) ont validé le testing, introduit dans le code pénal par la loi sur l’égalité des chances du 31 mars 2006. SOS a ainsi remporté de nombreux procès contre des boîtes de nuit ou des entreprises. Continuer la lecture de « La méthode du testing à l’épreuve de la justice : une victoire du MRAP en 1966 »

Les élections municipales de 1935 et l’expérimentation de l’antiracisme électoral

 
Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 m…

 

 

Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)

Au IIe congrès national de la Ligue internationale contre l’antisémitisme de décembre 1931, désireux d’amplifier la voix de son organisation, son président Bernard Lecache propose la présentation de candidatures de militants aux élections législatives de mai 1932. Il en justifie ainsi l’opportunité :

« Vous savez que cela s’est fait quelquefois, cela a été fait par des anarchistes, par des gens qui soutiennent le développement de la santé publique, par des associations féminines, pacifistes, etc. Voilà pourquoi on veut poser une candidature, cela donne droit, dans toutes les mairies où vous mettez vos affiches, qu’elles soient dispensées du droit de timbre, écrire ce que vous voulez, indiquer les buts de la LICA, évitant tous les inconvénients[1]. » Continuer la lecture de « Les élections municipales de 1935 et l’expérimentation de l’antiracisme électoral »

Le Yémen en 2014 : le fédéralisme… contre les motos et les drones ?

ERC WAFAW – CNRS, IREMAM « Partout dans le monde arabe, les disciples de Hassan al-Banna ont c…

ERC WAFAW – CNRS, IREMAM « Partout dans le monde arabe, les disciples de Hassan al-Banna ont cherché à réaffirmer la présence de l’Islam dans les constitutions. Au Yémen, à l’opposé, ce sont eux qui ont contribué à introduire la constitution dans l’islam »[1] Pas plus qu’ailleurs, la « jeunesse révolutionnaire » yéménite, à l’avant scène du lancement de la révolte populaire, n’a été capable d’en contrôler le cours et d’en retirer les fruits politiques. Plus encore qu’ailleurs elle a été largement soutenue d’abord mais surtout dépassée ensuite […]

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM – ERC WAFAW

More Posts - Website

« État » de santé au Liban : une médecine à deux vitesses ?

Le Département des Études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a lancé en 2012 un séminaire intitulé « Li…

Le Département des Études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a lancé en 2012 un séminaire intitulé « Liban : quel État pour quels citoyens ? ». Rompant avec le discours récurrent et stérile sur l’exception libanaise dans ses multiples versions (« îlot démocratique », « démocratie consensuelle », « État mercenaire », « État confessionnel », etc.), le parti scientifique de ce séminaire est de prendre au sérieux le phénomène étatique au Liban, en analysant de manière empirique les mécanismes de production des politiques publiques, leurs modes de diffusion dans les différents secteurs de la société (armée, justice, éducation, santé, logement…) et, en retour, les mobilisations citoyennes qu’ils suscitent.
La séance du 20 février 2014 était consacrée au thème : « “État” de santé au Liban : une médecine à deux vitesses ? », avec la participation de Rouham Yamout (médecin, chercheuse associée à l’American University of Beirut), Alissar Elias (docteure en géographie de la santé, Child Protection Officer dans une ONG à Tripoli), et Filippo Marranconi (doctorant en anthropologie à l’Ifpo).

Hôpital privé de jour dans le quartier de Sioufi (Beyrouth) © Vincent Geisser

Hôpital privé de jour dans le quartier de Sioufi (Beyrouth) © Vincent Geisser

Un développement chaotique : la faute à la guerre ?

Depuis son indépendance, le Liban connaît un développement chaotique de son système de santé, donnant l’impression d’un « laisser faire » total de l’État en matière sanitaire. Il est vrai que la guerre civile (1975-1990) a anéanti la quasi-totalité des structures hospitalières publiques, favorisant corrélativement une croissance rapide du secteur privé et des ONG. Michèle Kosremelli Asmar, auteure d’une thèse de doctorat sur le système de santé libanais, relève ainsi que « les effets de la guerre ont été néfastes et les conséquences très lourdes. L’impact a été catastrophique sur les infrastructures, les ressources humaines et l’économie du pays dans les deux secteurs public et privé. Le système de santé libanais n’est pas épargné ; il est totalement désintégré. Mais curieusement, même chaotiquement, le secteur privé continue à se développer » (p. 195). Pourtant, au-delà des apparences d’un libéralisme débridé, la notion de santé publique n’est pas complètement absente du paysage sanitaire libanais. Elle renvoie à une organisation complexe, combinant l’intervention d’acteurs multiples aux intérêts plus ou moins convergents : le ministère de la Santé, l’administration centrale, les caisses de sécurité sociale, les assurances privées, les collectivités locales (les mouhafazat, les caza, les municipalités), les organisations non gouvernementales (ONG) libanaises ou étrangères, les ordres religieux gestionnaires d’établissements et, bien sûr, les professionnels du secteur (cabinets de praticiens, cliniques et hôpitaux). Cet enchevêtrement complexe du système de santé libanais soulève une question fondamentale : dans quelle mesure les exigences éthiques de la santé publique sont-elles conciliables avec le souci de rentabilité et la course au profit qui caractérisent aujourd’hui la majorité des acteurs du système de santé libanais ?

Entrée de l’hôpital de l’AUB, symbole de la médecine privée de pointe (Beyrouth) © Vincent Geisser

Entrée de l’hôpital de l’AUB, symbole de la médecine privée de pointe (Beyrouth)
© Vincent Geisser

Argent public pour santé privée

De son expérience comme praticienne (médecin de santé publique) et chercheuse spécialisée sur les politiques sanitaires (associée à l’AUB), Rouham Yamout tire un constat sans appel : « Au Liban, la santé relève du secteur privé. C’est un choix politique clairement assumé par les autorités publiques depuis l’indépendance qui fait consensus au sein de la société. Dans notre pays, la santé tend à être considérée comme une marchandise comme les autres, qui répond à la loi de l’offre et de la demande ». Aussi n’est-il pas étonnant que cette hégémonie du privé ne fasse l’objet d’aucune contestation sociale significative, ni de la part des professionnels du secteur, ni de la part des patients, ni même des syndicats de salariés et des partis de gauche qui s’accommodent très largement de la privatisation de la santé. R. Yamout relève « qu’aujourd’hui, il n’existe pas véritablement de revendications dans le sens d’un renforcement du secteur public de santé. Les Libanais se plaignent, contestant certaines défaillances ou dysfonctionnements mais jamais le système en tant que tel ».

Toutefois, malgré ce dogme du « tout privé », l’État libanais n’est pas absent du secteur de la santé. Depuis quelques années, il tend même à affirmer son rôle de régulateur (développement des audits, des programmes nationaux de prévention, des systèmes d’alertes sanitaires, etc.), répondant en cela aux pressions des bailleurs de fonds internationaux et notamment de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). D’une part, l’État est présent par le financement direct de certaines structures. En 2012, on recensait ainsi 30 hôpitaux publics répartis sur l’ensemble du territoire libanais, ce qui représente environ 2500 lits, dont deux hôpitaux publics universitaires. Il est vrai, qu’en comparaison avec le secteur privé, le public ne pèse pas très lourd : on dénombre 138 hôpitaux privés, dont 11 CHU, c’est-à-dire environ 85 % des lits hospitaliers. D’autre part, l’État est présent par sa prise en charge des soins et des frais d’hospitalisation non seulement pour les patients les plus modestes – ceux qui ne sont pas couverts par la sécurité sociale, les mutuelles de fonctionnaires (militaires, enseignants du public, etc.) ou les assurances privées – mais aussi pour les patients atteints de maladies graves ou chroniques (dialysés, cancéreux et diabétiques).

Cependant, au Liban, « cette égalité d’accès aux soins reste purement théorique », rappelle R. Yamout. De plus, le financement public des patients nécessiteux et des malades chroniques profitent presque exclusivement au secteur privé, provoquant un certain nombre d’effets pervers comme le sous-développement de la médecine primaire et préventive (peu rentable), la sur-facturation des tarifs hospitaliers (parfois même l’émission de fausses factures), la tendance à la surmédicalisation (abus d’examens coûteux comme les IRM ou les TEP scanners qui ne sont pas toujours justifiés) et aussi une approche discriminatoire, tous les malades n’étant pas traités à la même enseigne : les pauvres sont considérés comme des assistés, les autres – ceux qui peuvent payer – comme des clients à choyer. Dans ces conditions inégalitaires, quelles sont les possibilités pour les populations précaires d’accéder aux soins ?

L’Hôtel-Dieu dans le quartier d’Achrafieh : un hôpital universitaire d’application de l’Université Saint-Joseph (Beyrouth) © Vincent Geisser

L’Hôtel-Dieu dans le quartier d’Achrafieh : un hôpital universitaire d’application de l’Université Saint-Joseph (Beyrouth) © Vincent Geisser

Une santé au service des pauvres ? Illustrations tripolitaines

À l’opposé de la médecine high-tech qui fait du Liban une référence valorisée dans tout le Moyen-Orient, Alissar Elias s’est intéressée, elle, à la santé primaire, à travers une étude sur les centres de soins et les dispensaires dans la ville d’El-Mina, l’une des municipalités les plus pauvres du pays (zone portuaire de Tripoli). Son approche « par le bas » permet de saisir de manière très empirique les différentes voies d’accès à la santé des populations précaires, parmi lesquelles de nombreux travailleurs étrangers, des déplacés et des réfugiés. S’il est vrai que les habitants des quartiers informels et squattés ne connaissent pas la même qualité de soins que les autres citoyens libanais, les structures de santé primaire restent relativement accessibles à des tarifs modestes (5 000 à 10 000 LL la consultation), grâce notamment aux réseaux d’ONG, d’associations religieuses et confessionnelles mais aussi d’initiatives conduites par un certain nombre de « militants de la santé » engagés dans des opérations de médecine communautaire. Par exemple, des élus municipaux de Tripoli et d’El-Mina, exerçant des professions médicales (généralistes, pédiatres, gynécologues, pharmaciens, etc.) acceptent de faire des consultations gratuites ou de fournir des médicaments à prix réduits. Au Liban, malgré le règne de la « santé de marché », il existe des formes de solidarité qui contribuent à réduire la « fracture socio-sanitaire ». Il n’en reste pas moins que ces modes de prise en charge sanitaire des populations précaires relèvent très largement de logiques de charité qui ne réduisent que partiellement et temporairement les inégalités d’accès aux soins, confortant ainsi le caractère dual du système de santé libanais.

Quartier d’habitat informel d’El Mina : une santé au service des pauvres ? © Alissar Elias, 2012-2013

Quartier d’habitat informel d’El Mina : une santé au service des pauvres ?
© Alissar Elias, 2012-2013

La psychiatrie : exception ou miroir grossissant du système de santé libanais ?

Les travaux de Filippo Marranconi sur le secteur psychiatrique au Liban mettent en exergue les logiques sociales qui structurent le champ sanitaire, au-delà du caractère spécifique et souvent tabou du domaine de la santé mentale.

En premier lieu, l’héritage religieux et confessionnel a marqué durablement le développement de la psychiatrie libanaise. Le rôle des ordres religieux reste très influent malgré les tentatives de certains psychiatres pour s’émanciper du « prisme confessionnel ». Aujourd’hui, le seul établissement à ne pas appartenir à une association religieuse est l’Hôpital Al-Fanar de Beyrouth, créé par le docteur Labban qui fut d’ailleurs un temps ministre de la Santé.

Ensuite, à l’instar de l’ensemble du secteur médical, la domination du « tout privé », la psychiatrie publique étant quasiment inexistante selon F. Marranconi. « Il existe une soixantaine de psychiatres au Liban. Beaucoup d’entre eux exercent leur profession dans plusieurs cadres à la fois : cabinets privés, hôpitaux, ONG ou au sein de grands établissements psychiatriques ».

De même, la psychiatrie souffre d’un manque patent d’encadrement législatif et réglementaire. Si des textes ont été promulgués (notamment le décret-loi de 1983 relatif à la protection des droits des malades mentaux), ceux-ci ne peuvent, en aucun cas, constituer le support d’une véritable politique publique.

Enfin, l’inégalité d’accès au soins apparaît encore plus criante en matière psychiatrique que dans les autres secteurs : « les assurances privées ne couvrent ni les consultations, ni les médicaments, ni même l’hospitalisation. Quant à l’État libanais, il ne rembourse que partiellement les soins et les frais de séjour en hôpital ». Il faut bien admettre que, dans la société libanaise actuelle, « la question de la santé mentale reste une affaire de charité ».

Entrée du département psychiatrique de l’hôpital de l’AUB © Vincent Geisser

Entrée du département psychiatrique de l’hôpital de l’AUB © Vincent Geisser

En définitive, au Liban, l’argent public permet de faire prospérer un secteur médical privé en pleine croissance, avec un droit de regard limité de l’État, confortant ainsi les logiques du marché, le patient étant d’abord traité comme un client et un consommateur.

Bibliographie

  • Catusse Myriam, 2009, « La décharge à l’épreuve : les chemins de traverse de la réforme de la caisse nationale de la sécurité sociale au Liban », intervention dans le cadre de la section thématique « Les politiques sociales : mutations, enjeux, théories », dirigée par F.-X. Merrien et M. Steffen au 10e congrès de l’Association française de science politique.
  • Kosmerelli-Asmar Michèle, 2011, La collaboration interprofessionnelle : le cas d’un service de pédiatrie dans un hôpital universitaire au Liban, thèse de doctorat en sciences de gestion, Université Paris/Dauphine.
  • Van Lerberghe Wim, Ammar Walid, Mechbal Abdelhai, 1997, De l’impasse à la réforme. La crise du secteur de santé au Liban, Antwerp, Instituut voor Tropische Geneeskunde, ITG Press (Studies in Health Services Organisation & Policy 2). [En ligne] http://hdl.handle.net/10390/6091

Pour citer ce billet : Vincent Geisser & Filippo Marranconi, « “État” de santé au Liban : une médecine à deux vitesses ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 13 mars 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5836

Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser

filippo-marranconi-web

Filippo Marranconi est doctorant à l’Ifpo depuis septembre 2013. Sa thèse en cours, Expériences de patients et dispositifs psychiatriques au Liban, s’intéresse aux modes de construction de la subjectivité des patients des structures psychiatriques au Liban, et prend pour objet d’analyse les relations thérapeutiques afin d’en interroger les enjeux politiques impliqués.

Page web : http://www.ifporient.org/filippo-marrancon

Arnault, Bardot et Depardieu : qu’est ce qu’une nation ?

Dans une célèbre conférence prononcée en 1882, Qu’est ce qu’une Nation ?, le philosophe et historien…

Dans une célèbre conférence prononcée en 1882, Qu’est ce qu’une Nation ?, le philosophe et historien Ernest Renan apporte sa définition, qui correspond à ce qu’on appelle souvent le modèle français de l’identité nationale : la Nation, c’est une unité politique, une citoyenneté, un « plébiscite de tous les jours ». Et comme en miroir, à cette question classique, une tradition souvent tenue pour allemande et se réclamant de Johann Gottlieb Fichte et Johann Gottlieb von Herder parle pour la Nation d’une unité historique, culturelle. A la limite, la conception dite française débouche sur le droit du sol, et la conception allemande sur le droit du sang.

C’est ainsi que nous avons pris l’habitude d’opposer, dès qu’il s’agit de Nation, deux types de formules possibles, même si chez les auteurs de référence, tout n’est pas si clair, il y a du Renan chez Fichte et Herder, et vice-versa. Mais sommes-nous toujours dans un espace balisé par ces deux types de définitions ? Trois cas singuliers, en France, apportent ici une réponse plutôt surréaliste.

Le premier, le plus élémentaire, est celui de Bernard Arnault, richissime homme d’affaires, une des plus grosses fortunes du pays, qui a demandé en juillet dernier la nationalité belge pour des raisons fiscales – il paierait moins d’impôts en Belgique une fois sa demande acceptée par les autorités du pays, ce qui d’ailleurs semble loin d’être acquis.

Le second cas est celui de Gérard Depardieu, dont le départ annoncé vers la Belgique en décembre dernier, là encore pour échapper à la fiscalité française, est à l’origine d’un feuilleton rocambolesque : critiqué par le premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, qualifiant son comportement de « minable », l’acteur, indigné, a fait des déclarations fracassantes, avant de faire savoir que, finalement, il choisissait la Russie de son ami Poutine, pays dont il a vanté les vertus démocratiques et qu’il a, dit-il, appris à aimer en écoutant Radio Moscou dans son enfance, aux côtés de son père communiste.

Troisième cas – on croit rêver encore plus – : Brigitte Bardot, la star des années 60, a menacé elle aussi de quitter la France si deux éléphants du zoo de Lyon, malades de tuberculose et hautement contagieux pour les humains, sont euthanasiés, comme annoncé par les autorités publiques. Et elle précise que ce sera, elle aussi, pour la Russie de Poutine, qui décidément, est perçue par les acteurs de cinéma français comme un havre fiscal, démocratique et moral.

Ces affaires rouvrent de manière étonnante le débat sur l’identité nationale que le Président Sarkozy avait voulu lancer en 2009. Ainsi, être Français, avec les droits et les devoirs que cela implique, peut être remis en cause parce que l’on trouve la fiscalité écrasante (Bernard Arnault, Gérard Depardieu), qu’en plus on n’accepte pas d’être critiqué d’une façon que l’on juge méprisante par un responsable au pouvoir (Depardieu), ou bien encore au nom de la protection des animaux, et sous la forme d’un chantage.

La citoyenneté, l’identité nationale deviennent un attribut de la personne, qui peut dans cette perspective nouvelle juger bon de s’en dessaisir, de faire le choix d’une autre citoyenneté.

Ce choix n’est apparemment pas politique, ou pas directement. Il est vrai que les trois cas évoqués correspondent à des personnalités qui sont à l’évidence bien plus à droite qu’à gauche – en particulier, Gérard Depardieu s’est affiché aux côtés de Nicolas Sarkozy dans la campagne présidentielle de 2012, et Brigitte Bardot est connue pour le fort tropisme qui la tire du côté du Front National. Mais les départs annoncés sont surdéterminés par l’économie, ou par un combat pour les animaux, et non par une quelconque hérédité biologique.

Il n’est pas ici question de droit du sang, puisque l’appartenance à une nation devient un choix personnel qui n’a rien à voir avec un quelconque déterminisme sanguin.

Il ne s’agit pas pour autant de droit du sol, la question n’est pas de savoir où l’on vit en citoyen, physiquement, géographiquement, sur quel territoire, en solidarité avec la population et, comme dit Renan, avec une conscience morale partagée. Mais de soupeser et de comparer les législations fiscales pour opter pour celle qui apparaît la plus avantageuse, ou tout simplement de faire de son appartenance nationale un instrument de chantage (Bardot).

Ainsi s’esquisse une mise en cause du cadre philosophique et politique à l’intérieur duquel s’est construit le grand débat sur l’identité nationale à partir de la fin du XVIIIème siècle. Le problème n’est pas de trancher, entre droit du sol et droit du sang, mais d’agir, quand on en a les moyens, sur un marché.

Les États-nations sont ainsi en quelque sorte mis en compétition, et si celui d’où l’on procède propose moins que d’autres, et bien, on le quitte. Non pas par cosmopolitisme, pour devenir citoyens du monde. Non pas pour construire de nouvelles formes de citoyenneté, à une autre échelle, par exemple européenne. Mais pour rejoindre une autre Nation.

Les grands discours sur l’identité nationale ont ici perdu sens, l’important n’est ni dans les valeurs universelles de la démocratie et de la citoyenneté, ni dans l’idée d’un lien historique, d’une solidarité culturelle. Seuls comptent l’argent, l’ego malmené ou les lubies personnelles.

L’idée de Nation ne sort pas grandie de telles péripéties, et encore moins ceux qui la manipulent à des fins économiques, narcissiques ou pour exercer un chantage. Le philosophe Jürgen Habermas proposait dans les années 80 de dépasser l’idée de Nation et d’entrer dans une ère post-nationale, où pourrait régner un nouvel esprit civique, qu’il souhaitait promouvoir à l’échelle de l’Europe : Arnault, Bardot et Depardieu nous maintiennent dans l’ère des Nations, mais de la pire façon qui soit, sur le mode du calcul, de l’intérêt et du chantage.

Citation

Michel Wieviorka, “Arnault, Bardot et Depardieu : qu’est ce qu’une nation ?”, billet publié sur le carnet de Michel Wieviorka sur hypotheses.org le 07/01/2013, URL: http://wieviorka.hypotheses.org/109

Article à paraître en version espagnole dans La Vanguardia

Michel Wieviorka

Actuellement directeur d’études à l’EHESS (où je co-anime le séminaire “sociologie du conflit” avec Hervé le Bras), et administrateur de la FMSH, j’ai été auparavant directeur du CADIS (à la suite d’Alain Touraine) et président de l’International Sociological Association (2006-2010). Mes travaux ont porté principalement sur divers mouvements sociaux, sur le racisme, le terrorisme, la violence, la différence culturelle et je prépare actuellement un ouvrage sur l’universalisme en temps de globalisation et dans un monde multipolaire.

More Posts - Twitter