Le passé-enjeu. A propos de la réception médiatique des découvertes archéologiques de l’université de Pékin au Kenya

“The dig suggests China’s interest in Africa goes back a long way”, BBC (18/10/10)…

“The dig suggests China’s interest in Africa goes back a long way”, BBC (18/10/10)
Cliquer sur l’image pour accéder à l’article

La conférence, du Professeur QIN Dashu annoncée le 18 octobre prochain au Collège de France, au sujet des recherches conduites pour l’Université de Pekin au Kenya – en collaboration avec des institutions kenyannes -, offre l’opportunité de revenir sur les enjeux du passé en Afrique subsaharienne. Non surprenants en soi, ces nouveaux partenariats avec des institutions scientifiques chinoises modifient cependant, à différents titres, les perceptions de pays longtemps étudiés par des archéologues britanniques, puis dans un second temps par des équipes internationales essentiellement nord-américaines et européennes. Mais on comprendra également que les enjeux de l’archéologie dépassent largement le champ de connaissance de cette discipline et s’inscrivent dans un contexte géopolitique plus ample, dont attestent les réceptions et commentaires accompagnant les diverses découvertes.

Rien, dans ce constat, n’est particulièrement neuf. Loin de tout angélisme inadéquat sur la neutralité de la recherche, de nombreuses analyses critiques ont fait état, depuis plusieurs décennies – de fait depuis les Indépendances -, des implications et instrumentations idéologiques de l’archéologie. Démarches réflexives  de nouvelles générations d’archéologues africains et européens soucieux, pour des raisons parfois différentes,  de se démarquer de dérives diffusionnistes ou évolutionnistes et des hiérarchies de civilisation associées ; critiques virulentes et engagées, pour des historiens puis archéologues africains attachés à refonder une longue histoire africaine irréductible à la courte temporalité de la « parenthèse coloniale » – pour reprendre des termes de Cheik Anta Diop -, au risque parfois de généralisations abusives et d’inversion de paradigmes occidentaux, celles-ci n’ont, ainsi que de récents colloques ont contribué à le  montrer, guère réussi à se défaire totalement de  schèmes conceptuels commodes forgés en situation coloniale (1) . La nouveauté en revanche, provient de l’introduction d’un nouveau partenaire, la RPC, doté de budgets conséquents (le programme triennal de l’équipe du Pr Qin Dashu disposait d’un budget de $3 millions, financé, pour la première fois, par le ministère du commerce) et du contexte, très différemment évalué selon les approches et les parties.

Moins que l’intérêt  des recherches de l’équipe de l’Université de Pékin, et les éléments nouveaux apportés dans la connaissance de relations séculaires, en partie établies par différents textes anciens et artefacts collectés en différents lieux de la côte orientale,  c’est bien plus le caractère quasi inévitable  de la reprise de cette information dans le contexte de l’heure, et des termes employés, qui parait signifiant. La découverte, dans l’ancienne ville portuaire de Malindi,  d’une monnaie chinoise en laiton du XVe siècle, probablement frappée entre 1403 et 1424 et représentant Chengzu ou Yongle, troisième empereur de la dynastie Min  – c’est à dire antérieure d’une centaine d’années à l’arrivée des Portugais – , ne contribuerait ainsi pas seulement à préciser les navigations exploratoires du célèbre amiral Zheng He et de son importante flotte; elle signifierait une “réécriture de l’histoire” médiatisée, c’est à dire également, un décentrement recomposant les relations entre le continent africain et l’Europe et réévaluant la pertinence et de la présence et la validité des savoirs occidentaux sur l’histoire de l’Afrique.

Un rapide survol des médias kenyans, africains et occidentaux souligne ainsi l’importance des titres et intertitres qui, sous une forme tour à tour interrogative et affirmative,  évoquent  l’enjeu nouveau de ce passé, dont une des caractéristiques serait de donner un socle chronologique étendu aux échanges entre la Chine et les pays d’Afrique de l’Est.  Retracing Chinese roots in the Coast écrit ainsi Patrick Beja (16.1.2010). Et ailleurs : « Malindi vise à révéler la prospérité de l’ancienne Malindi, une ville portuaire qui s’est développée au 15ème siècle et a très tôt constaté les premiers échanges commerciaux entre l’Asie et l’Afrique » (  A la recherche de la ville de Kenya visitée par l’explorateur chinois Zheng He  , Yang Fa, 2012-08-27).

C’est également le cas d’un article de la BBC édition africaine  intitulé Could a rusty coin re-write Chinese-African history? (20 octobre 2010), dans lequel le journaliste Peter Greste revient sur une trouvaille (la fameuse pièce)  intéressant apparemment aussi bien historiens qu’hommes politiques, et la  lie  aux chiffres des investissements chinois sur le continent africain. L’auteur insiste également sur une interprétation kenyanne : « Nous sommes en train de découvrir que les Chinois avaient une approche très différente des Européens envers l’Afrique de l’Est », affirme ainsi l’archéologue des musées nationaux interviewé, Herman Kiriama,  qui souligne également que ce don de monnaie, interprété comme une volonté personnelle de l’Empereur, implique avant tout une reconnaissance d’égalité des parties en présence. « A long time ago, the East African coast looked East and not West” conclut Mr Kiriama, allant au delà de l’évidence géographique de cette assertion.

D’autres articles en ligne vont plus loin, établissant sans grande hésitation une parenté génétique “prouvée par des tests ADN”,  confirmant « les dires de certains pécheurs qui affirment avoir des ancêtres chinois ». Ce point serait confirmé, pour un autre site, par des « traits caractéristiques » découverts chez les populations d’ Harar ( Ethiopie)  démontrant  que « Zheng He ne s’est pas contenté d’arriver sur les côtes du Kenya mais qu’il a exploré une grande partie de l’Afrique de l’Est, 100 ans avant les premiers explorateurs européens tel que le portugais Vasco de Gama. ». Plus largement encore, le site seneweb interroge l’antériorité de la présence africaine à l’échelle continentale dans un article intitulé  Les Chinois en Afrique avant les Européens ? .

Posée en ces termes qui débordent largement la sphère strictement archéologique, cette discussion sur l’antériorité de l’arrivée sur le continent a-t-elle un sens ?   La mise en démonstration de l’ancienneté des contacts et l’enjeu accordé aux questions de l’antériorité, promus comme autant de légitimations des relations  économiques et culturelles contemporaines est en soi problématique – et le fut déjà, dans d’autres contextes, dans un passé somme toute récent. Le risque demeure réel d’une reproduction de présupposés anciens qui ont eu le temps de révéler leur inadéquation ou leur inanité, mais qui se trouvent dans ce cas validés par des critiques continues – parfois largement méritées –  faites à certaines perceptions occidentales de l’histoire du continent. Dans tous les cas, la rigueur de la recherche archéologique s’embarrasse de généralisations abusives et de simplifications trop commodes, réécrivant en quelques campagnes de fouilles, quelle que soit l’équipe qui la dirige, une histoire complexe, fondée sur de nombreux échanges et contacts, dont l’interpénétration ne peut jamais mieux saisie qu’à une échelle locale et régionale.

L’usage de ces découvertes par les médias africains, occidentaux mais également chinois mériterait ainsi une analyse approfondie, exemplifiant les relations entre archéologie et politique, histoire ancienne et économies contemporaines. Mais l’existence et les articulations de ces rhétoriques médiatiques confirment également à quel point la question de la ” présence chinoise”, y compris ancienne, constitue un moment charnière de recomposition des représentations à l”échelle continentale. A ce titre, comme pour la présentation détaillée des résultats des campagnes de fouilles, la conférence du Pr Qin Dashu promet d’être particulièrement intéressante.

———————————

le Professeur QIN Dashu 秦大樹donnera une conférence intitulée :

Principaux résultats des recherches archéologiques de l’Université de Pékin au Kenya 北京大學肯尼亞考古行動的主要收穫

dans le cadre de la série de conférences « Actualité de la recherche sur la céramique chinoise » (Responsable : ZHAO Bing, CNRS, UMR 8155 CRCAO)

Discutant : M. Thomas VERNET (CEMAf, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Séance présidée par M. Alain THOTE (EPHE)

Jeudi 18 octobre 2012 10h – 12h

Salle de Conférence Lévi-Strauss Rez-de-chaussée, Collège de France – site Cardinal Lemoine 52, rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris

——————————————-

(1) Pour une synthèse récente de l’abondante bibliographie sur la question, voir notamment : Galitzine-Loumpet A., Gorshenina S & Rapin Cl., actes des journées d”études Archéologie(s) en situation coloniale. 1. Paradigmes et situations comparées, Les nouvelles de l’archéologie n°126/décembre 2011, , et Archéologie(s) en situation coloniale, 2. Acteurs, institutions, devenirs, Les nouvelles de l’archéologie n°128/juin 2012, Ed. Maison des sciences de l’Homme / Errances