Tournée Africaine du premier ministre Recep Tayip Erdoğan : quand anti-impérialisme rime avec capitalisme

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’an…

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’année, consacrée à l’Afrique de l’Ouest. Entre le 6 et le 11 janvier 2013, il s’est ainsi rendu au Gabon, au Niger et enfin au Sénégal, accompagné du Ministre de l’économie Zafer Cağlayan, du vice-premier ministre Bekir Bozdağ, de quelques parlementaires et d’une délégation de près de 300 hommes d’affaires. Ce signal fort donné à l’Afrique s’inscrit dans la continuité d’une offensive diplomatique africaine de la Turquie initiée en 1998 avec le programme d’ouverture de l’Afrique et réellement mise en œuvre à partir de 2005 par l’AKP au pouvoir (voir nos éditions des 16 septembre et 11 octobre 2012)

Ces visites sont avant tout placées sous le signe du commerce. Le premier ministre turc a rappelé son objectif ambitieux d’atteindre 50 milliards de dollars de volume d’échanges commerciaux avec l’Afrique en 2015, contre 17,5 milliards en 2011 (comprenant un volume d’exportations turques qui s’élevait en 2011 à 12,1 milliards de dollars). Il prévoit de poursuivre l’accélération exponentielle des échanges commerciaux entre les partenaires entamée en 2002. À cette époque, ceux-ci ne représentaient que deux milliards de dollars. Recep Tayip Erdoğan s’est donc rendu en Afrique entouré de plus de 300 hommes d’affaires afin de signer des contrats dans des secteurs tels que le bâtiment, le textile ou l’électronique. Au Gabon, au Niger et au Sénégal, le premier ministre et ses ministres ont participé à des sommets commerciaux bilatéraux qui étaient organisés pour l’occasion par deux syndicats turcs proches du gouvernement et qui se sont lancés à l’assaut de l’Afrique, la MÜSIAD et TUSKON. Il a notamment appelé de ses vœux la formation d’une chambre de commerce turco-gabonaise comparable à celles existant déjà dans 16 pays d’Afrique. Le Gabon, comme le Niger, possède en effet des réserves pétrolières importantes, et la Turquie s’y intéresse d’autant plus qu’elle cherche actuellement à diversifier ses approvisionnement. En effet, ses relations avec Moscou et Téhéran, ses deux principaux fournisseurs énergiques sont de plus en plus incertaines du fait de la crise syrienne et du dossier nucléaire iranien. C’est ainsi que le Niger exporte déjà du pétrole vers la Turquie même si les volumes sont encore très faibles.

À côté des négociations commerciales, des cérémonies protocolaires incontournables à toute tournée diplomatique ont eu lieu. Ainsi, une ambassade turque a été inaugurée au Gabon. Elle fait partie des 19 ambassades et consulats turcs mis en place en Afrique depuis 2009, établissant leur nombre à 31. Une médaille d’État a été remise à Recep Tayyip Erdoğan par le Président nigérien Issoufou. Enfin, comme à chaque visite diplomatique en Afrique, une visite officielle a été organisée dans les écoles turques (voir notre édition du 23 août 2010) du pays. À Niamey, l’épouse du premier ministre turc s’est rendue dans une école turque de la capitale. Ces écoles, fondées par des disciples du mouvement de Fethullah Gülen (voir le numéro de la revue Birikim qui lui est consacré) sont reconnues lors des visites officielles comme une partie intégrante de la présence turque en Afrique.

Sur le plan diplomatique, le premier ministre turc a profité de cette visite pour mettre l’accent sur la dimension égalitaire des rapports turco-africains et la sympathie de la Turquie pour la cause des pays les moins développés en déclarant notamment : « la Turquie ne vient pas en Afrique dans une logique coloniale mais bien dans une perspective de bénéfices mutuels fondés sur le respect ». En effet, le premier ministre a qualifié le Sénégal – qui a vécu en 2012 une alternance politique tendue mais réussie ayant amené au pouvoir le président Macky Sall – de « centre de démocratie et de sérénité en Afrique ». Il en a également profité pour égratigner à nouveau l’image des partenaires occidentaux de l’Afrique, notamment au Sénégal. En visite à l’île de Gorée près de Dakar, qui fut pendant la période esclavagiste  la plate-forme du commerce triangulaire de millions d’esclaves africains, celui-ci a déclaré  « Vous voyez, c’est ça l’impérialisme occidental. Ils ont fait cela par cruauté ». La dimension religieuse a aussi été l’une des données de ce rapprochement turco-sénégalais : alors que le premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye avait mis en avant le profil similaire de ces deux pays à la fois musulmans et démocratiques, Recep Tayyip Erdoğan quant à lui, tentant de créer une histoire commune, a fait le récit de tirailleurs sénégalais combattant pour la France contre l’Empire Ottoman dans les Dardanelles en 1915, qui, ayant entendu l’appel à la prière, auraient abandonné les armes pour aller prier et refusé de combattre contre « leurs frères » ottomans.

                 En fin de compte, par la posture qu’il a adoptée au cours de cette tournée africaine, Recep Tayip Erdoğan a une fois de plus manié l’art du paradoxe, tenant un discours anti-impérialiste où il  présente la Turquie comme un pays du Sud se situant du côté des opprimés face aux occidentaux, alors même qu’il dirige un gouvernement d’inspiration libérale qui mène en Afrique une offensive avant tout commerciale. Pourtant, ce discours à la fois inclusif dans le Sud et distancié par rapport aux puissances occidentales est une stratégie jusqu’à présent payante qui a permis au gouvernement turc de donner une image positive de la Turquie en Afrique tout en continuant à nouer des relations d’affaires. Mais jusqu’à quand cette posture sera-t-elle tenable ?

Le dossier nucléaire iranien : La Turquie face aux défis de la médiation

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)
L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions diverg…

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)

L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions divergentes sur la question du nucléaire : en Iran l’énergie nucléaire est considérée comme un moyen pour moderniser et diversifier les sources d’énergie, ce qui est nécessaire pour répondre aux exigences d’une population à forte croissance démographique ; d’autre part, les gouvernements occidentaux doutent de la position iranienne et pensent que le programme nucléaire civil sert à la production d’armes nucléaires. En particulier, la crise nucléaire entre les États-Unis et leurs alliés d’ une part et l’Iran de l’autre est à la une des débats politiques depuis les déclarations de l’Iran de posséder des sites nucléaires, notamment dans les villes de Natanz et Arak en 2002.

L’implication de la Turquie dans la question du nucléaire iranien a commencé en 2009 dans le cadre des discussions autour de l’approvisionnement en carburant pour le réacteur de recherche de Téhéran (RRT), une installation construite par les États-Unis pour l’Iran du Shah et utilisée pour la recherche scientifique. En 2009, l’Iran avait demandé de l’aide à l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, pour trouver de nouveaux fournisseurs de carburant, et les États-Unis y virent l’occasion d’entamer de nouvelles négociations, en particulier sur la question de l’uranium faiblement enrichi (UFE). La réunion entre l’Iran et le P5 +1, c’est-à-dire le groupe des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU plus l’Allemagne, fin 2009, ne permit pas d’aboutir à un accord et l’Iran commença à enrichir le combustible seul. Dans une tentative pour sortir de l’impasse, le directeur de l’AIEA Mohamed ElBaradei proposa de garder l’UFE iranien sous contrôle de l’AIEA dans un site situé dans un pays neutre dans cette affaire, et mentionna publiquement la Turquie comme site possible. Ainsi, une occasion se profilait pour la Turquie d’affirmer sa figure de médiateur et de gagner en prestige sur la scène internationale. En effet, on lui donnait l’opportunité de jouer un rôle dans un dossier aussi délicat que caractérisé par une longue histoire d’échecs diplomatiques. Cependant, le cas iranien a été révélateur d’une méfiance de la part des puissances occidentales envers la Turquie, et a fini par pousser cette dernière à revêtir un rôle controversé. La position de la Turquie, à la fois troisième partenaire commercial de l’Iran et membre de l’OTAN, était la garantie de sa neutralité et de sa crédibilité dans la poursuite des négociations. D’un côté elle reconnaissait le droit de l’Iran à l’enrichissement d’uranium, et s’opposait à toute attaque contre ce pays ainsi qu’à la suprématie des États-Unis sur le droit de décider qui peut avoir accès à l’énergie nucléaire civile. Néanmoins, elle partageait avec Washington et Bruxelles l’opposition à l’acquisition d’armes nucléaires par l’Iran. Par ailleurs, la Turquie était extrêmement motivée pour obtenir un accord sur la question nucléaire. Cela découle de sa vision du dossier iranien, selon laquelle il y a seulement trois options. Tout d’abord, une frappe militaire, qu’elle considère comme une catastrophe vu les tensions déjà existantes dans la région. Deuxièmement, les sanctions. D’une manière générale, Ankara estime que le régime iranien ne se rendra pas aux pressions occidentales et que les répercussions économiques de ces sanctions renforcent la position des extrémistes dans le pays. En outre, elles ont un coût très élevé pour la Turquie, surtout en considérant qu’un cinquième du gaz naturel et un tiers du pétrole utilisés en Turquie sont de provenance iranienne. Et troisièmement, les négociations. Cette dernière option est celle soutenue par la Turquie. Sa position est due à des considérations pragmatiques : à l’avenir, elle pourrait en effet avoir besoin de mener son propre programme d’enrichissement d’uranium. Elle a donc tout intérêt à affirmer ce droit contre le contrôle des États-Unis et de l’Europe en matière nucléaire. En général, même s’il y a des rivalités et des désaccords avec l’Iran, la Turquie a tendance à ne pas le considérer comme un ennemi. Pourtant, Ankara se trouve aujourd’hui beaucoup plus près de la position de Washington, ce qui a provoqué un réchauffement des relations avec les États-Unis.

Les bonnes relations avec les deux parties et un intérêt marqué pour trouver un accord diplomatique ont fait de la Turquie un médiateur fiable aux yeux des toutes les parties concernées. À côté du soutien de la part de l’AIEA déjà mentionné, Téhéran voyait favorablement un accord conclu par une puissance émergente comme la Turquie : il aurait ainsi affirmé le rôle du Sud dans un monde traditionnellement dominé par le Nord. En revanche, la position des États-Unis était ambiguë : officiellement ils appuyaient la Turquie, mais ils demandèrent également la participation du Brésil dans les négociations. En effet, le président Obama avait personnellement envoyé une lettre à la Turquie et au Brésil où il appuyait leurs engagement et décrivait les paramètres d’un accord acceptable (A Single Roll of the Dice: Obama’s Diplomacy with Iran Trita Parsi, 2012). Cette lettre fut aussi montrée aux Iraniens par les Turcs et cela fut décisif pour convaincre les Iraniens de conclure un accord (In Heavy Waters: Iran’s Nuclear Program, the Risk of War and Lessons from Turkey Crisis Group Middle East and Europe Report N°116, 23 February 2012). Dans le même temps, les États-Unis faisaient pression pour l’approbation des nouvelles sanctions contre l’Iran au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. En général, l’administration Obama supportait les négociations sans vraiment croire en leur réussite et en agissant aussi par d’autres voies.

Entre-temps, faisant pression sur l’Iran pour accepter l’accord, et poursuivant des pourparlers permanents avec les États-Unis, l’Union Européenne et l’IAEA,  la Turquie et le Brésil réussirent à obtenir l’accord connu comme Déclaration de Téhéran en mai 2010 : l’Iran acceptait de déposer 1,200 kg d’UFE en Turquie, qui devait rester propriété de l’Iran. En outre, l’Iran et les observateurs de l’AIEA auraient pu disposer des observateurs pour surveiller l’uranium faiblement enrichi en Turquie. La République islamique d’Iran se déclarait prête à appliquer ces dispositions dans le mois : dans le même temps, le Groupe P5 +1 aurait dû livrer 120 kg de carburant nécessaire pour le réacteur de recherche civil iranien (TRR) dans un délai d’un an. ElBaradei, le directeur de l’AIEA, salua l’accord ; comme le fit l’establishment politique iranien. Pourtant, la percée apparente fut reçue froidement à l’Ouest car les États-Unis et ses alliés le trouvaient inacceptable. Ils affirmaient que l’Iran avait continué à produire de l’uranium enrichi afin que 1200 kg ne représentent que 50% de l’arsenal, et non pas 75% comme début 2009. Les responsables américains avaient donné à leurs homologues turcs et brésiliens des repères pour un accord, mais Erdoğan et Lula les avaient vus comme le résultat ultime à atteindre. On voit bien ici à quel point la position américaine était controversée. Un responsable turc a soutenu que pendant les négociations les diplomates turcs avaient été « en contact étroit avec les Américains et que ce qu’ils avaient fait était conforme à ce qu’Obama avait exposé dans sa lettre ». Pour ces raisons, la Turquie et le Brésil ont réagi avec étonnement et colère à la position de l’Occident.

Pour la Turquie, les résultats de sa diplomatie ont été mitigés. Elle a enregistré un certain succès avec la Déclaration de Téhéran, mais les concessions de l’Iran ont été jugées insuffisantes. De plus, elle a provoqué la colère des États-Unis et d’autres alliés en votant contre de nouvelles sanctions au sein de l’ONU (voir notre édition du 29 juin 2010). En autre, elle a affaibli sa crédibilité aux yeux des Iraniens : comment la croire lors d’une future négociation? Cependant elle a agi professionnellement, essayant de concilier les deux positions et finalement elle a su obtenir un accord dont elle était certaine qu’il allait être accepté par toutes les parties. Pourquoi alors un tel échec ? Au-delà du changement de position des États-Unis et de ses conséquences, ce cas suggère aussi le manque de confiance envers la Turquie de la part de l’Occident, ainsi qu’une certaine volonté européenne de conserver l’hégémonie sur les questions délicates. Par exemple, un analyste européen a déclaré que l’Iran avait conclu un accord avec la Turquie pour instrumentaliser cette dernière dans sa lutte contre l’Occident.

L’expérience de la Déclaration de Téhéran montre que la Turquie peut agir comme médiateur professionnel et efficace. Cependant, elle met aussi en lumière toutes les faiblesses des relations turco-européennes, les contradictions du style politique américain et la rigidité du système des relations internationales ; des facteurs contre lesquels même le meilleur des médiateurs ne peut rien.