L’open access nuit-il à la qualité scientifique ?

 
Dans Documentaliste – sciences de l’information, n°50 – 4, est paru récemment un article répo…

 

 

Dans Documentaliste – sciences de l’information, n°50 – 4, est paru récemment un article répondant au titre ci-dessus. Le texte est déposé dans HAL en version auteur (l’éditeur n’accepte pas le dépôt du PDF-imprimeur, il sera disponible d’ici deux ans. Amusant, pour un article sur l’Open Access, non ?)

Comme, pour respecter le calibrage de la revue, j’avais un peu contracté mon texte, je m’offre ici le luxe d’une parution en version longue. Je ne promets pas que le lecteur y gagne.

  • Si vous êtes pressé, allez donc lire le texte déposé sur HAL.
  • Si vous êtes vraiment très pressé, pourquoi perdez-vous votre temps sur un blog ?

Continuer la lecture de « L’open access nuit-il à la qualité scientifique ? »

La Russie et la fable de la finance mondiale

2014-03-13
Dans les années 90, beaucoup d’économistes et de financiers croyaient que les modèles mat…

2014-03-13

Dans les années 90, beaucoup d’économistes et de financiers croyaient que les modèles mathématiques et les stratégies financières complexes pouvaient battre le marché. Ils ont eu raison une bonne partie du temps, mais pas tout le temps….! En joueurs invétérés, assistée d’apprentis sorciers modernes, ils oubliaient l’incertitude en cédant à la puissance de l’argent.

La culture comme garde fou

Fiodor Dostoïevski, dans le joueur a écrit une puissante satire de la société européenne du XIXième siècle et de ses élites dont les individus y sont présentées comme des opportunistes qui ne vivent que pour l’argent. 150 ans plus tard, dans  le film Blue Jasmine, Woody Allen soulève une critique sociale des cercles des élites financières, étrangement proche de celle de F. Dostoïevski. Incontestablement, le propos porte plus que dans la caricature donnée dans le Loup de Wall Street qui se veut une provocation «trash» de la perversion.

 

A Moscou, en face de RTS (la Bourse) et devant la bibliothèque Lénine trône la statut de F. Dostoïevsky, comme un garde fou entre le savoir d’un côté et le marché financier. Les symboles portent en Russie! Ni la bourse ni les marchés ne dictent la politique économique à son gouvernement souverain… Certains économistes le savent, la bourse de Moscou ne «pèse» plus comme dans les pays occidentaux sur le destin des populations et du développement économique. C’est un point difficile à comprendre pour beaucoup de journalistes qui, souvent par habitude, sont trop hypnotisés par la finance.

Au lieu de ne se fixer qu’à leur modèle de trading (à basse ou haute fréquence), les financiers occidentaux auraient tout à gagner à réaliser qu’au delà du gain monétaire existe une autre vie. Ils pourraient s’en rendre comte en portant attention aux enseignements de l’histoire, de la littérature ou du cinéma ; Ainsi seraient-ils mieux en mesure de corriger leurs égarements récurrents et comprendraient qu’en n’agissant que dans un ordre de conscience réduit, ils laissent une grande force aux responsables qui savent eux tirer partie de la mémoire : rien ne sert d’aboyer contre un soit disant «Maître de Sotchi» à la mode BHL quand cette mémoire permet de comprendre que les «Maîtres de Wall Street» qui ne croient toujours pas à l’incertitude…peuvent plus sûrement tomber!

Pourtant ce ne sont pas les témoignages qui manquent pour alimenter  ce constat. Lorsque la culture, la mémoire et le discernement veillent sur les tentations d’avidité systémique il est impossible d’oublier que l’incertitude peut provoquer des rendez-vous surprises. Les élites en occident auraient ainsi pu apprendre à maitriser leurs passions qui se manifestent au détriment des peuples : ne pas céder aux jeux du cirques où les peuples sont brisés moralement et physiquement dans l’austérité quotidienne…parce qu’il faut payer pour les erreurs de la finance pour que le jeu continue coûte que coûte!

La différence est notable, la Russie sait se divertir de diverses façons  au delà de l’addiction univoque aux jeux financiers. La dissonance cognitive lors des jeux olympiques de Sotchi en était une preuve majeure. Les uns comptaient avec jalousie les dépenses, les autres célébraient le sport, le courage et l’endurance et surtout s’amusaient ensemble. Nombreux de jeunes européens, sportifs ou non, entraînés dans la fête ont ainsi pu réaliser que l’enthousiasme, le sens du collectif peuvent faire dépasser les montagnes d’incompréhension. Cette énergie il faudra que eux aussi un jour ils la retrouvent pour prendre leur destin en main, et sortir de la fatalité du chômage de masse qui contraint leur vie et leur futur.

Communication, rhétorique suffisent souvent en occident pour prétendre que le réel importe peu ; ça devient une habitude, une posture intellectuelle héritée de l’économie de la fiction et du discours de la fin de l’histoire. Le problème est que cette histoire ne se laisse pas tordre facilement…elle semble décider à ne pas finir comme il conviendrait à nos financiers. Lundi 10 mars, le Représentant spécial du Secrétaire général de L’ONU, Tarek Mitri, dans un exposé devant le Conseil de Sécurité nous faisait regretter une des conséquence de cet aveuglement (Libye : la violence est en forte hausse). Avec cet état des lieux sur la situation en Lybie de chaos et de trafic généralisés pour propager la guerre et le terrorisme dans plus de 14 foyers dans le monde, on voit mal comment la promesse faite à l’Ukraine du pétrole Lybie pourra être tenue? Beau choix de programmation des ordres du jour à l’ONU, ce rapport fournissait ainsi une introduction bien illustrative pour les débats qui suivraient sur l’Ukraine, manière de remettre des pendules de communication à l’heure du réel.

 

Relations tumultueuses entre la Russie et la finance

L’histoire que les russes sont «des empêcheurs de tourner en rond» pour les financiers peu scrupuleux n’est pas nouvelle. Elle se lit à travers deux épisodes majeurs laissant le troisième à cette histoire qui fut pensée finie, un peu trop tôt!

 

Épisode 1 : Les emprunts russes 

Le 29 décembre 1917, un décret du gouvernement bolchévique répudie unilatéralement l’intégralité des dettes. Plus d’un million et demi de français, une grand proportion de petits épargnants, avaient investi dans ces emprunts. Depuis les petits porteurs français en on vu d’autres  (cf. Épisodes  Natixis, Madoff pour les plus récents), feront-ils mémoire comme les fameux emprunts russes?

C’est pour une bonne part une histoire de «dettes indignes» comme on pourrait la nommer actuellement. Même si l’objet de la créance était des actifs réels, comme des financements pour la construction du chemin de fer Moscou Kazan, on pouvait trouver à redire sur les méthodes utilisées à grands frais de commissions diverses pour placer ces titres risquée auprès d’une population manipulée.

Dans les années 1920 déjà, des enquêtes ont montré que les financiers au service du  gouvernement tsariste avait mis en place entre 1900 et 1914 une véritable organisation de corruption de la presse française, avec des intermédiaires rémunérés, des comptes en banque secrets et des représentants quasi-officiels à Paris. Il s’agissait d’assurer le succès du placement des emprunts russes dans le grand public auprès des petits porteurs.

Dans une lettre adressée le 2 novembre 1904 au ministre des Finances russe,  l’envoyé Arthur Raffalovitch écrit : « J’ai l’honneur de remettre à Votre Excellence les chèques payés par l’agent Lenoir pour le concours donné par la presse française durant le mois de septembre. J’y joins une sorte de clef, c’est-à-dire le numéro du chèque en face du journal qui a touché. » La liste des journaux bénéficiaires incluait tout l’éventail politique, de la presse conservatrice de droite jusqu’à des journaux d’opposition de gauche.

 

Environ 1,5 millions de personnes furent touchés, on comprend aussi que dans le climat d’affrontement de la guerre de 1914-1918, les tentatives de recours juridiques des créanciers étaient sur le moment exclues. La mémoire de la population demeura ce qui accusa pour longtemps sa méfiance vis à vis des affairistes. L’affaire récente autour de la banque Natexis/Natixis, qui a touché cette fois près du double de personnes (2,8 millions) dans la France de 2006-2008, attire plus l’attention des tribunaux dont certains délivrent des verdicts qui peuvent faire jurisprudence (Cf. La justice indemnise des actionnaires de Natixis). Y figure une liste de dysfonctionnement légaux significatifs : manquement des établissements vendeurs de titres à leur devoir d’information, de conseil et de loyauté, mais aussi «conflit d’intérêts». Elégant synonyme qui témoigne que la corruption est toujours présente au coeur de nos systèmes financiers et qu’elle peut frapper toujours à grande échelle.

A l’origine de l’histoire, le succès de l’introduction en Bourse de Natixis semblait ne faire aucun doute. « On est en présence d’un groupe qui est loin d’avoir exploité tout son potentiel. Tout plaide en faveur d’une progression régulière du titre sur l’année, de l’ordre peut-être de 15% » trouvait on sous la plume d’un expert en placement.

On pourra regretter du point de vue de la transparence qu’aucune enquête n’ai été mené pour déceler les compromission et les responsabilités. Ce fut bien la différence par rapport à l’époque1920 et une fois la guerre finie, où suite à l’épisode des emprunts russe, la justice chercha des éclaissessements… Au XXIième siècle, la gouvernance juridique change de forme, elle se fait plus individuelle et l’indemnisations des créanciers les plus acharnés permettent de calmer les esprits. Les archives livreront peut être un jour des informations… En 2006, les titres étaient vendus par les deux réseaux qui étaient en phase de fusion : agences des Caisses d’épargne et des Banques populaires qui disposaient de la distribution du très populaire livret A. Les habitués de ce support de placement défiscalisé et au rendement garanti était par là même rassurés lorsque leur agence bancaire vantait l’action Natexis. Cependant ce titre n’avait lui aucune des caractéristiques assurant la sécurité du placement. Produit risqué par excellence, assis sur les activités des banques d’affaires, opérant sur les marchés des capitaux internationaux dont les subprimes US, les produits Maddoff et  plus globalement des produits dérivés, particulièrement volatiles. Un total de 2, 8 millions de personnes furent ainsi victimes de «la banque universelle» dont quotidiennement encore les autorités bancaires nous vantent les mérites, comme étant la raison de leur profond attachement en faveur de ce système d’organisation… Leur influence majeure et leur force de conviction a permis de briser les intentions régulatrice du gouvernement Hollande.

Moins de 2 ans après leurs placements en titre Natexis, les petits épargnants allaient très brutalement prendre conscience de leur confusion, à la faveur de la crise boursière qui éclata le 15 septembre 2008. La banque est sauvé par l’intervention de l’Etat et des généraux contribuables, ce qui lui évite la faillite. Les actions perdent près de 90% de leur valeur (de 20 € à moins de 1 € ) (cf. VIABLECO – Economie fiction et viabilité).

Natixis se mue alors en symbole des dérives du système financier dont la mémoire s’était perdu… Nos grands mères y auraient vite fait le parallèle avec la manipulation des emprunts russe de 1914, même si en dernier ressort dans l’affaire récente, il n’y avait pas là de bolchéviques à accuser.

Contrairement aux débats juridiques des années 20 sur l’origine des malversations liées aux placements des emprunts russes, les media contemporains se sont fait plus silencieux et cyniques.  Ils nous laissent penser que dans le système pervers et complexe de la finance contemporaine les acteurs financiers, citoyens d’un genre supérieur ne sont jamais responsables ou jugés comme tels. Ainsi faut-il coûte que coûte leur assurer la poursuite de leur «business as usual», le principe du «too big too jail» s’appliquant. Ces postures justifient le double sauvetage, financier mais aussi en terme de réputation des établissements et des banques à vocation universelle…qui jouent toujours dans l’arène du cirque.

 

Episode 2 : Russie 1998 et l’ allumage de la mèche LTCM!

Encore un épisode où la Russie s’immisce en déclencheur de bombe financière.

Le coup fatal intervient en Août 1998 avec la défaut et la dévaluation annoncés par le Russie. Ecrasé par la thérapie de choc le secteur industriel s’est effondré de 50%, la population russes est à 40% sous le seuil de pauvreté, alors que les spéculations les plus folles poussent le gouvernement de B. Elsine à payer jusqu’à 200% d’intérêt aux financiers qui prêtent à l’Etat. A cet Etat russe «démocrate» qui depuis plusieurs mois ne paie plus ses engagements auprès de la population. Ces «séquestration budgétaires» sont connus de tous. L’épisode «dramatique» montre que la persistance du double standard austérité pour les peuples et incitation à l’appât du gain pour les financiers n’était pas viable. Les autorités russes ont su une nouvelle fois entériner le fait en mettant les spéculateurs et leurs émissaires, -FMI en tête qui jurait de la pertinence du modèle économique!-, face à la réalité de leur extravagance.

Les investisseurs se tournent alors naturellement vers les emprunts américains (les plus sûrs) tout en délaissant les titres les plus risqués. Tout cela se déroulant au moment où LTCM, le fonds le plus prestigieux que Wall Street (cf. LTCM : la dérive d’un fonds prestigieux et Long-Term Capital Management – Wikipedia) ait jamais connu, était en position ouverte et avait vendu à découvert des emprunts. Le fonds tente de vendre certaines de ses positions en vain car le marché manque de liquidités. Les pertes se cumulent : 1,7 milliard de dollars en août, 1 milliard sur les trois premières semaines de septembre ; le capital du fonds plongent depuis décembre 1997 de 4,7 milliards à 1,5 milliard de dollars en septembre 1998. Le 18 Septembre 1998, la rumeur se propage, éclairant les risques que l’éventuelle faillite fait courir à la finance mondiale. La FED réuni un pool d’institutions et de banques de la place qui vont intervenir pour sauver le fonds LTCM, en injectant près de 3,6 milliards de dollars. Les «équipes de rêve» de la finance sorte aussi pitoyablement que «les équipes de rêve» da la transition russe (vocable laudatif utilisé par de L. Summers) pour désigner les économistes qui ont mis en musique la thérapie de choc en Russie. Les dégâts seront importants mais contenus au sein de l’industrie financière. En tenant compte de l’ensemble, prêts irrécouvrables, plan de sauvetage, pertes des actionnaires, c’est près de 110 milliards de dollars qui se sont évaporés. De nos sommets présents atteints depuis 2007, ça semble une bagatelle!

 

Pendant longtemps ce chiffre faisait frémir théoriciens et financiers, les uns y voyant comment le système pouvait faillir ce qui a leur sens montrait l’utopique de la croyance dans l’efficience des marchés ; les autres jugeant au contraire, qu’ils avaient limité et contenu la casse et qu’ils étaient ainsi les rois du monde…!

 

La crise de 2007-2008 a théoriquement tranché le débat…tout en laissant en suspend des pans entiers du règlement des mauvaises créances ici et là dans les bilans des banques… Lesquelles ne semble véritablement ne hanter que quelques dames du mécanisme de supervisions bancaires (Danièle Nouy et Sabine Lautenschläger).

En 2008 les états sont venus appuyer cette fois bien directement les banques sauf de rares exceptions ; dont Lehman Brothers, étrangement celle qui avait refusé de participer au pool du sauvetage de 1998. Preuve que la mémoire existe aussi chez les financiers. Les dettes bancaires se sont transmutées en dettes souveraines dont le montant mondial s’élève à 43 000 milliards de dollars selon la BRI en mars de 2014 (cf. Global Debt). Les contribuables et la société civile ont partout été sollicités et continuent de l’être alors que la crise touche maintenant de plus en plus sévèrement l’économie réelle et compromet la subsistance des population. Le constat est clair «in essence, the elite financial players are manipulating the game so that they get the stimulus … and the little guy gets the austerity» S’en suit une cohorte de malheurs, de suppressions d’emplois…la viabilité du modèle est à nouveau en jeu.

Avant même les épisodes de septembre 2008 et la faillite de Lehman, le FMI estimait que proprement dit le coût de la crise financière se rapproche des 1 000 milliards de dollars rien que pour les subprimes…où en sommes nous depuis? 4 000 milliards en avril 2010 encore selon le FMI, 5000, les chiffres explosent toujours! Impossible bien sûr d’évaluer les dégâts sur la sphère réelle des économies, combien d’investissements perdus vers les nouvelles technologies, la transition verte, combien de millions de vies et de destins brisés sur les jeunes générations?

 

Pourtant le Casino tourne toujours plus que jamais, il y a du temps à gagner et de l’argent à faire (des 2009 les bonus US s’élevaient déjà à 145 milliards de dollars) et un nouveau slogan pour rassurer les esprits la close du «too big to jail» fait flores… Un seul pêcheur sur les chemins  Rome pour «relayer le message du Saint-Père qui prône une lutte contre la tyrannie des marchés» (Jérôme Kerviel en pèlerinage). Un seul bouc émissaire suffit parfois à assurer la survie d’une société? Mais peut elle vraiment fonctionner de façon viable sans une transformation profonde au coeur de ses valeurs? Six exemples mis en perspectives par Eric Toussaint du CADTM témoignent que nous en sommes encore bien loin de cette transformation. Le bouc émissaire a simplement servi à assurer l’impunité de l’armée!

  • Des accords ont été passés entre les banques des États-Unis et différentes autorités du pays afin d’éviter une condamnation en justice dans l’affaire des prêts hypothécaires abusifs et des expulsions illégales de logement (foreclosures) ;
  • HSBC (1e banque britannique) a été mise à l’amende aux États-Unis pour blanchiment d’argent des cartels mexicains et colombiens de la drogue ;
  • La manipulation des taux d’intérêt interbancaires et des taux sur les dérivés est qualifiée d’affaire du LIBOR ;
  • Le scandale des « prêts toxiques » a touché la France ;
  • Dexia avait développé des activités illégales en Israël ;
  • L’évasion fiscale internationale était organisée par la principale banque suisse UBS.

La morale au coeur du système économique qui découle de ces réalités est qu’il ne peut être question de poursuivre en justice, un dirigeant d’une institution bancaire qui «ne fait que le travail de Dieu », comme le souligne Éric Toussaint en rappelant les paroles de Lloyd Blankfein, patron de Goldman Sachs.

 

Episode 3 : la Russie et la morale de l’affaire

La réflexion a mener dans le panorama présent de l’histoire qui s’accélère est à portée de nous, de notre culture et des savoirs acquis des expériences passées. Suivant l’approche chère aux pragmatiques  que Guillaume Garreta nous fait redécouvrir à partir de l’édition française de travaux de J. Dewey, (Après le libéralisme. Ses impasses, son avenir), faire acte de mémoire pour examiner le contexte présent s’impose… Petit exercice personnel que chacun pourra mener à partir des évocations ci-dessus et des quelques repères qui sont ici notés :

– Notre système de banque universelle est un levier de la contagion ;

-Les CDS sont les instruments de l’appât du gain irréfréné qui aveugle et précipite le «black-out» ;

-Le trading à haute fréquence, après avoir constitué l’investissement majeur des banques en recherche développement qui ouvre droit à crédit d’impôt, va permettre d’accéléré les dynamiques…plus rapidement qu’en 1998 et 2007 ;

-Le marché interbancaire est toujours en panne depuis 2007 faute de confiance réciproque des établissements. Ce point atteste que la situation des banques occidentales ne s’améliore guère et est chroniquement incertaine depuis la crise!

-La Rumeur…est l’instrument de communication des marchés qui tend à surévaluer les dangers quand l’incertitude survient… Les processus deviennent auto-validant et s’auto-amplifient. Se perdent ainsi les chaines d’évaluation…L’indécidable brise les marchés ;

-Selon la BRI, banque des règlements internationaux : Les banques européennes détiennent plus de 23 milliards de dollars en prêts exceptionnels sur l’Ukraine. Les banques italiennes, par exemple, ont prêté environ 6 milliards de dollars ;

-La BRI encore elle, nous apprend dans une récente communication que le montant total de la dette dépasse largement le niveau du PIB mondial, (75.000 milliards soit 2/3 des dettes). Cette dette n’est encore que partielle, elle inclut les obligations des Etats et les dettes cotées des entreprises et des sociétés financières, mais pas celles des ménages. Elle n’était que de 40.000 milliards en 2000, elle est passée à 70 000 milliards avant la crise en 2007 (cf. Les Echos 10/4/2014).

La BRI ainsi souffle un vent froid venant de Suisse destiné certainement à calmer les esprits belliqueux! Il est en effet assez facile de comprendre que l’encours des titres de dette souveraine qui a bondi de 80 % en six ans, à 43.000 milliards de dollars en juin 2013 ne concerne que très marginalement la Russie et la Chine qui au contraire ont fait des réserves…

Nous avons aussi appris qu’il en faut bien peu pour toucher le château de carte de notre système financier et que les conséquences pour l’économie réelle et les population ne se font pas attendre… Une simple aile de papillon?

“Jusqu’où l’économie russe pourrait-elle résister à des sanctions occidentales» est la question que posait Atlantico le 9 mars?  On pouvait croire à l’autosatisfaction digne d’un BHL suivant la symbolique étriquée du chiffre fourni : les exportations russes vers l’Europe ne représentant que 1% du PIB européen. Envoyer les chars, il n’y a rien à craindre! Avec ces rodomontades, le «rêve d’Europe» de l’article aurait pu inspirer la fable de Jean de la Fontaine à propos de la grenouille et du boeuf. C’est le drame de la perte de la culture quand l’envolée de chiffres sans perspective prend le dessus!

 

La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Une Grenouille vit un Boeuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : “Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
– Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
– Vous n’en approchez point.” La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

J’ai toujours tant de mal à croire à la pure naïveté des professionnels, tant est si bien que je lis dans les justification hors du sens réel, un moyen qui se croit habile de gagner du temps en rendant possible des prises de positions -via les marchés- pour faire gagner encore quelques euros… et en recevoir en aumône quelques kopecks? La routine…

 

 

 

En photo à la une : Détail d’une obligation russe sur les chemins de fer Moscou Kazan, 1914. Comparable à celle donnée par ma grand mère Juliette…

En références :

Printemps raté dans le « pays du pillage » ukrainien. | Mondialisation

Occident : la culture du supermarché… – LA CHUTE – LAPSUS

Tournée Africaine du premier ministre Recep Tayip Erdoğan : quand anti-impérialisme rime avec capitalisme

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’an…

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’année, consacrée à l’Afrique de l’Ouest. Entre le 6 et le 11 janvier 2013, il s’est ainsi rendu au Gabon, au Niger et enfin au Sénégal, accompagné du Ministre de l’économie Zafer Cağlayan, du vice-premier ministre Bekir Bozdağ, de quelques parlementaires et d’une délégation de près de 300 hommes d’affaires. Ce signal fort donné à l’Afrique s’inscrit dans la continuité d’une offensive diplomatique africaine de la Turquie initiée en 1998 avec le programme d’ouverture de l’Afrique et réellement mise en œuvre à partir de 2005 par l’AKP au pouvoir (voir nos éditions des 16 septembre et 11 octobre 2012)

Ces visites sont avant tout placées sous le signe du commerce. Le premier ministre turc a rappelé son objectif ambitieux d’atteindre 50 milliards de dollars de volume d’échanges commerciaux avec l’Afrique en 2015, contre 17,5 milliards en 2011 (comprenant un volume d’exportations turques qui s’élevait en 2011 à 12,1 milliards de dollars). Il prévoit de poursuivre l’accélération exponentielle des échanges commerciaux entre les partenaires entamée en 2002. À cette époque, ceux-ci ne représentaient que deux milliards de dollars. Recep Tayip Erdoğan s’est donc rendu en Afrique entouré de plus de 300 hommes d’affaires afin de signer des contrats dans des secteurs tels que le bâtiment, le textile ou l’électronique. Au Gabon, au Niger et au Sénégal, le premier ministre et ses ministres ont participé à des sommets commerciaux bilatéraux qui étaient organisés pour l’occasion par deux syndicats turcs proches du gouvernement et qui se sont lancés à l’assaut de l’Afrique, la MÜSIAD et TUSKON. Il a notamment appelé de ses vœux la formation d’une chambre de commerce turco-gabonaise comparable à celles existant déjà dans 16 pays d’Afrique. Le Gabon, comme le Niger, possède en effet des réserves pétrolières importantes, et la Turquie s’y intéresse d’autant plus qu’elle cherche actuellement à diversifier ses approvisionnement. En effet, ses relations avec Moscou et Téhéran, ses deux principaux fournisseurs énergiques sont de plus en plus incertaines du fait de la crise syrienne et du dossier nucléaire iranien. C’est ainsi que le Niger exporte déjà du pétrole vers la Turquie même si les volumes sont encore très faibles.

À côté des négociations commerciales, des cérémonies protocolaires incontournables à toute tournée diplomatique ont eu lieu. Ainsi, une ambassade turque a été inaugurée au Gabon. Elle fait partie des 19 ambassades et consulats turcs mis en place en Afrique depuis 2009, établissant leur nombre à 31. Une médaille d’État a été remise à Recep Tayyip Erdoğan par le Président nigérien Issoufou. Enfin, comme à chaque visite diplomatique en Afrique, une visite officielle a été organisée dans les écoles turques (voir notre édition du 23 août 2010) du pays. À Niamey, l’épouse du premier ministre turc s’est rendue dans une école turque de la capitale. Ces écoles, fondées par des disciples du mouvement de Fethullah Gülen (voir le numéro de la revue Birikim qui lui est consacré) sont reconnues lors des visites officielles comme une partie intégrante de la présence turque en Afrique.

Sur le plan diplomatique, le premier ministre turc a profité de cette visite pour mettre l’accent sur la dimension égalitaire des rapports turco-africains et la sympathie de la Turquie pour la cause des pays les moins développés en déclarant notamment : « la Turquie ne vient pas en Afrique dans une logique coloniale mais bien dans une perspective de bénéfices mutuels fondés sur le respect ». En effet, le premier ministre a qualifié le Sénégal – qui a vécu en 2012 une alternance politique tendue mais réussie ayant amené au pouvoir le président Macky Sall – de « centre de démocratie et de sérénité en Afrique ». Il en a également profité pour égratigner à nouveau l’image des partenaires occidentaux de l’Afrique, notamment au Sénégal. En visite à l’île de Gorée près de Dakar, qui fut pendant la période esclavagiste  la plate-forme du commerce triangulaire de millions d’esclaves africains, celui-ci a déclaré  « Vous voyez, c’est ça l’impérialisme occidental. Ils ont fait cela par cruauté ». La dimension religieuse a aussi été l’une des données de ce rapprochement turco-sénégalais : alors que le premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye avait mis en avant le profil similaire de ces deux pays à la fois musulmans et démocratiques, Recep Tayyip Erdoğan quant à lui, tentant de créer une histoire commune, a fait le récit de tirailleurs sénégalais combattant pour la France contre l’Empire Ottoman dans les Dardanelles en 1915, qui, ayant entendu l’appel à la prière, auraient abandonné les armes pour aller prier et refusé de combattre contre « leurs frères » ottomans.

                 En fin de compte, par la posture qu’il a adoptée au cours de cette tournée africaine, Recep Tayip Erdoğan a une fois de plus manié l’art du paradoxe, tenant un discours anti-impérialiste où il  présente la Turquie comme un pays du Sud se situant du côté des opprimés face aux occidentaux, alors même qu’il dirige un gouvernement d’inspiration libérale qui mène en Afrique une offensive avant tout commerciale. Pourtant, ce discours à la fois inclusif dans le Sud et distancié par rapport aux puissances occidentales est une stratégie jusqu’à présent payante qui a permis au gouvernement turc de donner une image positive de la Turquie en Afrique tout en continuant à nouer des relations d’affaires. Mais jusqu’à quand cette posture sera-t-elle tenable ?