Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendema…

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Comme une odeur de soufre…

Le Pew Research Center vient de sortir un sondage étonnant à ce stade de la campagne: Romney passera…

Le Pew Research Center vient de sortir un sondage étonnant à ce stade de la campagne: Romney passerait en avance d’Obama. Ce que confirme Real Clear Politics, avec une marge moindre.

Or l’histoire montre qu’en général, à cette époque ci de l’année, les inversions de tendance sont rares. Et en fait inexistantes depuis plusieurs cycles électoraux comme on peut le constater ci-dessous:

 

Une course serrée? Les États pivots au coeur de la campagne

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du …

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du Winner-take-all) a pour effet de figer le plus souvent la carte électorale qui présente en fait une grande stabilité d’une élection à l’autre, n’évoluant que de manière cyclique, lentement, presque de manière décennale.

 

Barack Obama a pourtant , en 2008, emporté des États qu’aucun Démocrate n’avait gagné (Virginie, Caroline du Nord, Indiana, Colorado) auparavant et il a obtenu les suffrages d’États traditionnellement volatiles comme la Floride et l’Ohio.

Ils appartiennent à la catégorie des États pivots, ces États remportés par une faible marge (en général et à quelques exceptions près inférieure à cinq points) lors des élections précédentes. Plus fragiles, moins stables, ils sont donc plus susceptibles de basculer d’un côté ou de l’autre. Ils ont également pour eux qu’ils représentent un large bassin de grands électeurs.

En 2012, une douzaine d’États entre dans cette catégorie. Sept États détiennent, ensemble, la clé de l’élection avec un total de 85 grands électeurs : le Colorado, la Floride, l’Iowa, le Nevada, le New Hampshire, l’Ohio et la Virginie. On ajoute le plus souvent le Michigan, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie, le Nouveau Mexique et l’Indiana.

Et au lendemain de la convention républicaine, à la veille de la convention démocrate, la course paraît serrée:

source: http://www.knowtex.com/nav/election-presidentielle-aux-etats-unis_36068

 Deux éléments viennent brouiller les cartes. D’un côté, la répartition des grands électeurs est proportionnelle à la démographie et, sur la base du recensement décennale cette redéfinition est véritablement favorable aux Républicains. D’autre part, la réforme de l’identification de l’électeur dans un grand nombre d’États pourrait avoir une incidence sur le taux de participation et le taux de votes valides. Comme le dirait le professeur Rick Hasen, le spectre de l’élection de 2000 n’est jamais très loin.

La vice-présidence, strapontin ou tremplin?

Jusqu’à la fin du 19 siècle, la vice-présidence est une institution accessoire, pratiquement insigni…

Jusqu’à la fin du 19 siècle, la vice-présidence est une institution accessoire, pratiquement insignifiante. À la mort de Franklin D. Roosevelt, le vice-président Harry Truman accède à la présidence: il n’a même pas été informé de l’existence du projet Manhattan sur la bombe atomique. Dans le même ordre d’idées, le vice-président Johnson n’est pas convié à assister aux réunions des conseillers de JFK qui, pendant treize jours (voir le film du même nom, très fidèle à la réalité), discutent de la résolution de la crise des Missiles en 1962. Il succède pourtant à J.F. Kennedy un an plus tard, à bord d’Air Force One qui ramène le corps du président assassiné de Dallas.

En fait, avec les problèmes de santé de Dwight Eisenhower en 1955 et de l’assassinat de Kennedy en 1963, le poids du vice-président s’accroît véritablement. Alors que l’on ne voyait dans en lui qu’un atout électoral (le complément du candidat à la présidence), il devient véritablement le second timonier de l’administration en place.

Cette évolution est particulièrement patente sous George W. Bush puisque son vice-président, Dick Cheney, a eu une influence déterminante sur les politiques gouvernementales, à commencer par l’intervention américaine en Irak.

Cette influence croissante du vice-président n’est toutefois pas complètement irréversible et l’on peut tout à fait imaginer qu’en raison de la personnalité du président et du vice-président, ou des circonstances, le vice-président soit moins influent sur le plan décisionnel que son prédécesseur. Mais il demeure celui qui devra prendre la présidence en cas d’empêchement du chef de l’État ou de vacance du poste. C’est pour cela que le choix exprimé à la convention – par le candidat à la présidence – est déterminant et c’est un des arguments – l’absence d’envergure présidentielle – qui a sans aucun doute nuit à Sarah Palin en 2008 malgré une entrée en scène remarquée.

De quelle expérience disposent ceux qui, si l’Histoire avait été autre, auraient pu prendre les rênes du pays en cas de vacance du pouvoir?

Le Washington Post a élaboré une infographie:

que l’on retrouve sous un angle différent dans le New York Times:

Et s’il ne fallait lire qu’une seule référence sur le sujet, ce serait le texte de Karine Prémont, primé, dans la revue canadienne de science politique:

Karine Prémont, «La vice-présidence américaine contemporaine: une école pour la présidence?», Revue canadienne de science politique, 41, 2008, p 953-972.

Et dans une version moins universitaire, ici.

 

Bilan de Floride – El Presidente?

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’é…

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’électorat d’une primaire républicaine est plus facile à dresser dans la mesure où il s’agit de la première vraie primaire fermée: 8/10 électeurs se disent conservateurs. 2/3 qu’ils appuient le Tea party.

Or Mitt Romney a gagné sans Jebb Bush et sans Marco Rubio. En faisant un meilleur score que prévu même chez les évangéliques. Sans l’establishment. Seul. Pas que cela aurait changé grand chose: le soutien de la gouverneure Nikki Haley en Caroline du Sud n’a pas vraiment changé l’issue du vote. Mais le symbole est fort. Il est (de nouveau) devenu inévitable.

Romney et son super PAC (Restore our future) ont littéralement enterré Gingrich et son super PAC (Winning our Future) sous une avalanche de publicités, dépensant 15,6 millions contre 3, 29. Sans tout à fait changer le profil électoral de l’État:

source: Google politics

Rien n’est arithmétiquement scellé, loin s’en faut, comme l’explique Josh Putman. Mais le symbole est fort et la “présidentiabilité” de Mitt Romney établie, inversement proportionnelle à la perte en crédibilité de Gingrich.

Or la présidentiabilité (oui le barbarisme est désagréable, mais il est efficace) de Romney importe à l’heure où, pour 12 États pivots, le taux d’approbation de Barack Obama est de 43%. Aujourd’hui, en termes absolus, aucun des candidats en lice (de part et d’autre de l’échiquier) ne peut en effet être assuré d’une victoire.

Il reste donc à Romney à faire son chemin dans les prochains caucus (Nevada, Colorado, Missouri), et primaires (Michigan, Arizona) pour éviter de devoir faire face – mais les risques sont-ils réels – à une convention divisée  (brokered convention) en août prochain.

source

Les prochains votes seront un test pour Romney, particulièrement dans une frange de l’électorat qui devrait lui être acquise mais a été échaudée par ses prises de position sur l’immigration. En effet si Mitt Romney a gagné le vote hispanique ce mardi (15% de la population de Floride) par 54% contre 28%, il demeure que, dans cet État, les politiques migratoires n’ont plus vraiment d’incidence sur une population hispanophone implantée de longue date.

Par contre dans les États qui vont se prononcer, les Hispanophones immigrants sont nombreux. Romney devrait avoir une facilité, puisqu’il parle espagnol, puisque son père est né au Mexique, à toucher cette communauté. Cela ne paraît, pour l’instant pas être le cas. Celui que Larry Kaplow décrit comme le (potentiel) premier président latino des États-Unis, “El Presidente“, navigue entre ses racines et sa quête d’une identité conservatrice, pro-mur, en faveur du durcissement des politiques migratoires, opposé au Dream America Act. Dans le même temps, son apologie de l’auto-déportation (self deportation) au cours du dernier débat républicain envoie peut-être le signal que cette position tranchée n’implique pas des décisions immédiates si il devait être élu. C’est sans doute la bonne attitude, alors que l’administration Obama perd des plumes dans la communauté, avec l’augmentation des reconduites à la frontière.


Ainsi, et dans ce contexte, si Romney devient le choix du GOP, le choix du colistier sera plus important encore…