The Law of Superheroes : J. Daily, R. Davidson

La bande dessinée est décidément une grande source d’inspiration pour les juristes. Ce site en…

La bande dessinée est décidément une grande source d’inspiration pour les juristes. Ce site en témoigne et deux ouvrages issus de colloques ont été consacrés à la question : l’un en 1998, l’autre en 2012. Une exposition a été consacrée à la justice lors du dernier festival d’Angoulême. Il était donc indispensable de consacrer un billet à l’excellent ouvrage de James Daily et Ryan Davidson, publié en 2012 : The Law of Superheroes.

Ce livre est issu d’un blog tenu par les auteurs (Law and the Multiverse) dans lequel les auteurs offrent régulièrement de riches analyses juridiques de fictions, cinématographiques ou dessinées. James Daily et Ryan Davidson suivent la logique des comics et des superhéros. Ceux-ci prennent place dans des univers parallèles, très semblables au nôtre. Leurs histoires font se côtoyer le réel et l’imaginaire. Les superhéros sont donc soumis au droit en vigueur au moment de leurs aventures. Les deux auteurs se proposent d’analyser ces récits au regard du droit américain. Le but n’est pas d’accentuer l’invraisemblance des situations, mais de permettre de vulgariser les règles juridiques en ayant recours à un matériau ludique. A cet égard, leur ouvrage permet au juriste français d’apprendre énormément sur le droit américain : le droit pénal et la procédure pénale sont évidemment concernés, mais également le droit de la propriété intellectuelle, le droit de la responsabilité, le droit des obligations, le droit des affaires, etc.

L’ouvrage permet de faire une analyser parallèle en droit français et l’on constate que de nombreuses similitudes existent.

Les problèmes abordés sont nombreux : droit de témoigner en justice à visage masqué (p. 7), constitutionnalité des lois anti superhéros (p. 15), applicabilité de la peine de mort aux superhéros invulnérables (p. 37), châtiments corporels (p. 41), vol de superpouvoirs (p. 67), validité du contrat avec le diable (p. 145), imposition des primes de superhéros (p. 179), brevets des inventions Stark ou Wayne Enterprise (chap. 9), droit des étrangers (p. 223), légalité de l’immortalité (p. 262), etc. L’ouvrage est enrichi de quelques planches illustrant les problèmes juridiques abordés.

L’approche choisie est très positiviste : les problèmes juridiques abordés sont évoqués dans les comics étudiés. Il ne s’agit pas de faire une lecture des mécanismes juridiques sous-tendus par les histoires, mais bien de voir si la réponse du droit positif américain est la même que celle apportée dans les histoires. En ce sens, le livre ne vient pas profaner les comics, il ne les juridicise pas impunément : les comics contiennent déjà de nombreuses références au droit. Les comics ne sont d’ailleurs pas les seuls œuvres concernées, puisque les auteurs font de fréquentes références à certains films.

The Law of Superheroes est un outil amusant, utile et intelligent qui permet d’appréhender un droit étranger et d’expliquer le droit français autrement. Au reste, les superhéros existeraient vraiment : les Real Life Superheroes existent; un livre leur a été consacré et j’aurai la chance d’intervenir sur ce thème lors d’un colloque organisé à Limoges en avril prochain, consacré à l’héroïsme. Nul doute que l’ouvrage de James Daily et Ryan Davidson constituera alors une source précieuse.

Qu’est-ce qu’un “grand” juriste ? : L. Fontaine

La question taraude l’étudiant, l’enseignant, le praticien : comment déterminer l’…

La question taraude l’étudiant, l’enseignant, le praticien : comment déterminer l’importance d’un juriste ? Par ses réseaux ? Son influence doctrinale ? Sa clientèle ? Le nombre de ses consultations ? Celui de ses publications ? Lauréline Fontaine tente de répondre à cette question dans un ouvrage récemment paru aux éditions Lextenso: Qu’est-ce qu’un «grand» juriste?

La tâche est délicate car dire d’un juriste qu’il est grand signifie qu’il en est de petits. On aurait pu s’attendre à ce que des noms soient cités mais heureusement, les susceptibilités sont épargnées : c’est à peine si Capitant, Josserand ou Aubry et Rau sont utilisés pour illustrer le propos. Il ne s’agit d’ailleurs pas de savoir ce qu’est un «bon» juriste, mais ce qu’est un «grand» juriste.

L’ouvrage commence donc par une très longue introduction destinée à cerner les termes du sujet. Savoir ce qu’il faut entendre par juriste ne tombe en effet pas sous le sens. Le juriste est d’abord celui dont le droit est l’objet de son activité principale (p. 17). Il est également celui qui maîtrise une méthode en plus d’une connaissance de son sujet (p. 29). Finalement, seul celui qui prétend faire œuvre de doctrine aurait la capacité d’être un «grand» juriste : le juge, par exemple, peut certes être un grand juge, mais ses opinions, en droit français, ne sont pas connues dans les décisions qu’il rend. L’auteur s’interroge également sur une curiosité : les juristes ne sont pas ceux qui sont les plus entendus dans la société civile quand il s’agit de recueillir un avis sur le droit.

Quelques critères sont mis en avant. Le «grand» juriste est celui qui est lettré, cultivé (p. 64) car il doit avoir une pensée sociale et critique (p. 61). Surtout, le «grand» juriste n’est pas seulement un technicien : «Pour considérer que le juriste, le “grand” juriste, est un bon technicien, il faut donc aussi considérer qu’il n’est certainement pas que cela, parce qu’il est aussi un connaisseur et un penseur du social. La capacité d’un juriste à situer la connaissance du droit dans le contexte plus général du monde fait partie de ses qualités indispensables » (p. 69). De là, l’auteur développe des considérations intéressantes sur la formation des juristes et répond aux arguments incessants visant à professionnaliser les études universitaires : «En se concentrant sur ces blocs de décisions, que les universitaires ordonnancent plus ou moins bien de manière cohérente, les facultés de droit tendent aussi à accorder une place privilégiée aux “praticiens” qui participent au processus de fabrication des décisions. Par là-même, la place et le rôle des facultés comme corps d’enseignants-chercheurs en droit tendent à devenir de moins en moins légitimes. Pire, les enseignants-chercheurs par accessoire, qui utilisent en réalité une partie essentielle de leur temps à faire de la pratique – rémunérée –, se trouve complètement légitimés. Dès lors que l’on considère l’objet de l’apprentissage des juristes comme se réduisant à un ensemble de règles de droit positif, la plus-value conférée par les enseignants-chercheurs par rapport au savoir des praticiens apparaît faible, voire illégitime » (p.71). Ces propos sont à mettre en relation avec ce qu’écrivait Philippe Conte dans un article paru aux Mélanges Simmler en 2006 («Avons-nous part encore à une communauté ?», p. 31) ou aux propos de Daniel Mainguy plaidant pour des «Professeurs des Universités- Praticiens de la Justice».

Lauréline Fontaine profite alors des spécificités du métier d’enseignant-chercheur pour interroger ses évolutions : fuite du temps, quand la liberté qu’il crée était l’essence même du métier, place des facultés de droit dans l’Université, etc. A cet égard, on ne peut que souscrire aux propos de l’auteur qui constate la place secondaire du droit dans les études pluridisciplinaires, où les juristes ne sont souvent vus que comme de simples consultants et où les spécificités de leurs méthodes restent largement ignorées. La place du «grand» juriste dépend également de la reconnaissance qui lui est attribuée par ses pairs. Au final, c’est seulement le juriste universitaire dont il est question et, plus précisément, du professeur des Universités et, encore plus précisément, du professeur agrégé au premier concours d’agrégation : «On ne peut pas nier que certaines gratifications, dans le système français actuel, conditionnent tout particulièrement la possibilité d’être un “grand” juriste pour la communauté toute entière. Tel n’est jamais reçu au concours d’agrégation, aura hélas peu de chance de prétendre au titre. La pensée est valorisée et se valorise par certains titres. L’agrégation ne fait pas tout, il est vrai. Il existe d’autres voies pour devenir “professeur des universités”. Mais c’est, quoi qu’il en soit, à ce titre qu’il faut prétendre, donc, pour espérer être reconnu un jour comme un “grand” juriste » (p. 146-147). La recherche collective est ainsi négligée quand les modes d’évaluation des carrières sont fondées sur les publications individuelles.

La recherche collective en droit

D’intéressants développements sont consacrés aux grandes polémiques qui ont agité la sphère doctrinale. Aujourd’hui, celles-ci seraient réduites aux questions de formation des étudiants, même si l’on peut regretter que des débats ne soient pas évoqués : le rôle de la cause dans les projets de réforme du droit des contrats, par exemple.

L’ouvrage est intéressant par le recul qu’il permet d’avoir sur le métier d’enseignant-chercheur. On peut toutefois regretter qu’il en résulte une vision parfois réductrice d’une discipline qui ne se conçoit que par rapport à elle-même, malgré les rappels incessants de l’auteur à la nécessité d’inscrire la réflexion sur le droit dans une réflexion sociale et pluridisciplinaire. Quand l’ouvrage se veut prospectif sur certains points, il est étonnamment conservateur sur d’autres.

Le temps des éminents professeurs arrive à sa fin, bon gré mal gré. Les facultés ont encore du mal à le percevoir, car elles sont attachées à leur mode de fonctionnement séculaire. Mais le travail n’est plus aujourd’hui celui d’un seul et le droit est une discipline de moins en moins isolée (parmi les autres disciplines, mais également au milieu des facultés de Droit étrangères) qui doit maintenant tenir compte de contraintes variées : celles de l’évaluation, de l’interdisciplinarité, du travail collectif, des évolutions de l’enseignement, etc. Sur ce point, Qu’est-ce qu’un «grand» juriste? est à mettre en relation avec La cuisine du droit, de Christophe Jamin.