Ces corps qui parlent 2. La petite vertu discursive des Femen

Il n’est pas facile, contrairement à ce que l’on croit, d’être et surtout de reste…

Il n’est pas facile, contrairement à ce que l’on croit, d’être et surtout de rester en colère. C’est un état douloureux : car rester en colère, c’est nous souvenir sans cesse de ce que nous voulons, de ce que nous devons oublier au moins par moments pour pouvoir survivre : que nous sommes, nous aussi, des humiliées et des offensées (Christine Delphy, “Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles”)

Seuls les hommes voient qu’ils sont nus (Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception)

J’ai intitulé ce billet “La petite vertu discursive des Femen” pour souligner les deux points qui accrochent mon analyse discursive. Petite vertu, qui est, dans la locution femme de petite vertu, l’expression sexiste et immémoriale qui a longtemps désigné la prostituée, veut resignifier l’usage militant et même guerrier du corps publiquement déshabillé par les activistes sextrémistes : petite vertu mais grand combat. Vertu discursive formule le positionnement du discours des Femen dans les environnements sociaux et politiques : leur intention étant de lutter contre toutes les formes de patriarcat et d’oppression des femmes, elles investissent des lieux intensément normatifs, espaces religieux, juridiques, sportifs, souvent masculins, où leur discours est à la lettre, inacceptable, le plus souvent sur le plan moral, et d’ailleurs, inaccepté.

Les “Amazones de Kiev”

Les Femen sont entrées dans le paysage politique international en 2008. Ce groupe d’activistes féministes a été fondé à Kiev en 2008 par Anna Hutsol, la  présidente actuelle, qui dit s’inspirer de l’ouvrage du socialiste allemand August Bebel, La Femme et le socialisme (1881). Le groupe compterait actuellement 300 membres répartis dans plusieurs pays, dont la France et le Brésil. Il est doté d’une bonne communication sur le web : le site ukrainien d’origine possède une version en anglais et en russe, les groupes ont des pages Facebook actives (France, Tunisie, Italie, Brésil, Égypte…). Les Femen ont également plusieurs comptes Twitter (Ukraine, France…), un compte Flickr. Elles sont donc très présentes sur les réseaux sociaux, diffusent leurs actions et manifestations, et ont gagné une forte visibilité dans les médias. Leurs performances sont largement relayées, ainsi que leurs actions politiques : manifestation sous les fenêtres de Dominique Strauss-Kahn, intervention au forum de Davos, action sur La Vénus de Milo au Louvre, intervention contre le groupe Civitas lors de la “Manif pour tous” de novembre 2012, manifestation au procès des viols collectifs de Fontenay-sous-Bois, etc. On parle à leur propos de féminisme de quatrième génération et leurs méthodes font l’objet de débats réguliers, portant sur leur nudité publique et ce qui est considéré comme la violence de leurs attaques.

Capture d’écran 2013-02-27 à 22.37.46

Les Femen m’intéressent depuis longtemps pour ce corps-discours qu’elles promènent dans le monde entier et qu’elles opposent à tous les symboles de la domination masculine et de l’oppression des femmes. Elles produisent une prise de parole singulière, un langage composite fait de mots, de chair, de fleurs et de cris. Ces discours tirent une grande partie de leur efficacité de leur diffusion virale sur le web : comme les dedipix des femmes violées dont je parlais dans le billet précédent, ces paroles reconfigurent le discours des femmes et leur rapport à leur corps et leur sexualité par les effets de présence du web.

Un corps-sujet politique

Le corps inscrit des Femen les construit en sujets politiques parlants. Cette construction s’accomplit à travers un double déplacement du corps féminin : déplacement hors de la place prescrite à la femme, ukrainienne à l’origine (foyer ou bordel, selon leur dénonciation) et déplacement hors de l’apparence extérieure prescrite à la femme (habillée pour séduire ou se cacher, ou dénudée selon les exigences du regard masculin). Par ce double déplacement, elle usent de cette puissance d’agir définie par Judith Butler : elles proposent une redéfinition sémiotique du corps des femmes dans les sociétés du 21e siècle, corps qui désormais, à demi-nu et coiffé de couronnes de fleurs, se fait écritoire et gueuloir. J’insiste sur ces trois éléments du dispositif sémiotique que les Femen construisent “sur le site” de leur corps, selon l’expression de Judith Butler là encore : la semi-nudité inscrite (il n’y a quasiment pas de manifestations où les Femen sont simplement à demi-nues, leur nudité est quasiment toujours inscrite), la production de cris et hurlements, et le port, moins fréquent ces derniers temps, de la fameuse couronne qui emporte avec elle toute une symbolique nationale tournant autour de la protection et de la guerre. Ne voir dans les Femen que “des femmes à poil” me semble rendre compte de manière inexacte de ce signifiant complexe que constitue leur corps. Il faut au contraire lire cette nudité comme un discours.

Capture d’écran 2013-02-27 à 22.40.42

Le discours de la nudité. Il y a plusieurs lectures possibles de cette nudité. Dans un texte intitulé “« Femme(s) à poil » : c’est quoi le problème ?“, Muriel Salle propose de suivre l’interprétation qu’en donne le philosophe Francis Métivier : la nudité comme monstration d’une fragilité, ayant pour effet d’aiguiser la violence, des hommes en particulier (et, tout particulièrement, des membres de Civitas) et finalement de les prendre au piège de leur violence sexiste. Je ne partage pas cette vision, qui me semble d’ailleurs reposer sur un certain sexisme (la nudité de la femme assimilée à sa fragilité relève du cliché, et je ne suis pas sûre qu’un homme nu serait lu comme “fragile”). Cela pour une raison précise : ce n’est pas ce qu’elles disent. Ce qu’elles disent, j’y reviens plus bas à propos du sextrémisme, c’est qu’elles utilisent leur nudité comme une arme, comme le moyen d’un activisme destiné à destituer le pouvoir masculin. Le mieux, pour interpréter le discours ou le comportement d’un sujet, est peut-être d’écouter d’abord ce qu’il en dit. Mais Muriel Salle abandonne assez vite cette idée dans son propre texte et reprend une autre analyse de Métivier : l’idée que la nudité des Femen a un visage, au sens lévinassien du terme (pour Levinas, le visage de l’autre m’engage et m’en rend aussitôt responsable). Selon elle, 

c’est parce que les Femen donnent un visage aux corps féminins dénudés qu’elles font œuvre politique, parce qu’ainsi la femme nue n’est plus seulement objet sous les regards, elle (re)devient sujet politique revendiquant, sujet agissant. Et il semblerait qu’on ait donc un problème persistant avec ça : les femmes ont une capacité d’agir, c’est même ce qui fonde en bonne partie leur statut de sujet, et au-delà leur statut de citoyennes par exemple (Salle 2012).

Là, je suis bien d’accord, et on est loin de la fragilité imaginaire de nos sextrémistes surentraînées. J’ajouterai, à titre d’hypothèse un peu trop analogique sans doute, que cette nudité agissante retourne, resignifie une ancienne nudité honteuse de la femme adultère, promenée nue dans les rues du Moyen Âge en Europe, et dans celles de notre contemporanéité dans certains pays (L’Inde par exemple, selon Claude Guillon dans Je chante le corps critique). Ce qui est plus certain, en revanche, c’est l’inscription de la nudité des Femen dans la tradition du “nu manifeste” (Claude Guillon) à partir des années 1960. Cette tradition est toujours peu ou prou fondée sur le retournement du stigmate car ”les manifestant(e)s nu(e)s retournent contre la société ou telle de ses parties la stigmatisation que la morale dominante leur inflige” (Guillon 2008). C’est exactement dans cette perspective qu’Inna Schevchenko décrit le sextrémisme dans une interview

Se réapproprier son corps, son sexe, est la seule clé possible pour tendre vers la liberté et en finir avec cette oppression malsaine. La nudité féminine détachée du système patriarcal devient alors le symbole de la libération des femmes : nos corps deviennent des armes et s’imposent comme une nouvelle voix, une transformation du féminisme. Nous sommes nues car nous sommes féministes (07.02.2013).

On peut aussi l’écouter dans une rencontre à Sciences po où elle développe cette position. Par cet activisme sextrémiste, les Femen disent qu’elles ne répondent pas à l’assignation, à l’assujettissement des femmes. Elles construisent un corps inassujettissable, qui est le corps-discours du refus de l’assignation à des places prescrites et dominées. 

Bare_breasts_are_our_weapons_crop“Nos seins nos armes”. Les Femen ne militent ni avec leurs dos, ni avec leurs fesses, ni avec leur têtes couronnées. La partie du corps qui symbolise la lutte par le corps est la poitrine (et dans une moindre mesure le ventre), qui a fait couler autant d’encre qu’elle a occasionné de censures diverses (au nombre desquelles il faut signaler la manière dont Facebook masque leurs mamelons par floutage ou pastillage). Anna Hutsol explique l’usage des seins de la manière suivante : ”Ça ne me plaisait pas, mais j’ai compris beaucoup de choses : pour qu’une organisation soit entendue, elle doit être populaire. Il faut susciter des émotions, de l’excitation. Les gens s’intéresseront toujours plus à la couleur des culottes de TinaKarol qu’aux conférences sur le féminisme” (Interview dans Le Monde). Cet intérêt est à double tranchant, et les Femen sont parfois réduites à leurs seins : “Une paire de seins nus et des slogans hurlés très forts” lit-on comme sous-titre dans cet article de FranceTvInfo, “toute poitrine dehors” dans cet autre du Monde ; “est-ce que le public y voit autre chose que des seins“, se demande-t-on ailleurs. Alors ? seulement des seins ? La réponse est évidemment dans l’interaction, dans le dialogue entre le montré et le vu, dans l’interprétation et la signification. Dans un article sur la nudité dans les performances artistiques, K.E. Toepfer écrit : “nudity in performance is complete only to the degree that the spectator sees, not the fact that the performer is “really” naked, but actions in which the “real” body of the performer is signified by the exposure of the performer’s genitals” (Toepfer 1996). Dans le cas des Femen, leur corps réel est effectivement signifié par l’exposition de leurs seins, et, d’une certaine manière, mais en dehors des réductions précédentes, oui, elles ne sont que des seins, car les leurs signifient le corps féminin en lutte. Une sorte de corps-seins. Et Inna Schevchenko n’hésite pas à articuler ce corps-seins des Femen et la démocratie : 

Femen essaie d’apporter une nouvelle vision du féminisme, où le corps, au travers de la nudité, devient un instrument actif pour confronter les institutions patriarcales – comme l’église, les sociétés dictatoriales et l’industrie du sexe. Nous avons développé une technique que nous appelons sextrémisme. C’est un nouveau type d’activisme féminin qui est, certes agressif, mais encore non-violent, provocateur mais délivrant un message clair. Le sextrémisme ne nous permet pas seulement de soulever les problématiques auxquelles les femmes sont confrontées, mais permettent aussi de prendre la température, de se rendre compte du degré de libération des femmes dans chaque pays. Ce “sexist-style” est une manière de casser les notions patriarcales concernant la nature des femmes et de laisser place à une grande lutte révolutionnaire. Nous avons organisé des manifestation topless dans de nombreux pays : certaines personnes nous saluent et nous respectent, mais nos activistes ont déjà été frappées, kidnappées ou emprisonnées. Femen est une action permettant de tester réellement la démocratie. Go out! Undress! Win!

C’est également ce qu’illustre le documentaire de Caroline Fourest et Nadia El Fani, Nos seins nos armes, qui sera projeté dans quelques jours, le 5 mars, sur France 2 (ici quelques extraits). 

On a parfois comparé la figure de la Femen à la Marianne de Delacroix. Les analogies sont toujours piégées par l’anachronisme et la tendance à la mise en série, qui empêche l’observation d’un phénomène dans sa singularité. Mais en tout cas, il y a dans ces figures de femmes qui combattent avec leur nudité quelque chose de guerrier, qu’elles revendiquent d’ailleurs, en communiquant beaucoup sur leur “entraînement” : elles parlent, et les médias leur emboîtent le pas, de “camp d’entraînement” et de création d’une “armée” pour le relais qu’elles ont ouvert en France au Lavoir moderne parisien. En solidarité avec les Pussy Riot, Inna Schevchenko, armée d’une tronçonneuse, a scié une croix en Ukraine, ce qu’elle relate dans un vocabulaire guerrier (“nous sommes des soldats”). Et sur le compte Facebook de Femen France, on trouve une citation de Moïra Sauvage (auteure de Guerrières ! À la rencontre du sexe fort, paru en 2012), accompagnée d’une photo de deux Femen couronnées. Elles proposent donc une lecture de la couronne de fleurs en symbole royal, et l’inscription de la figure féminine combattante qu’elles dessinent, photographie après photographie, performance après performance, dans le paradigme de la reine guerrière.

Des corps-discours composites

Les inscriptions corporelles sont brèves et sloganisées, en russe, anglais ou dans les langues des pays où les Femen interviennent. Les lieux d’inscription sont le plus souvent le buste, le ventre et les bras, et la graphie conforme à un style à peu près stable depuis la naissance du groupe en 2008 : couleur noire, capitales, typographie grasse. Les membres du groupe réalisent mutuellement leurs inscriptions au pinceau et, parfois, des peintures colorées : les seins peints en jeune et bleu forment un motif particulier, emblème de la “marque” Femen qui est d’ailleurs commercialisée sous la forme des boobsprints, mais l’ensemble du corps peut être peint, comme sur l’illustration ci-dessous à l’occasion de la manifestation de soutien au mariage pour tous en janvier 2013. Dans ma perspective (celle de la linguistique symétrique, qui suppose un continuum entre le langage et ses “extérieurs”) le corps n’est pas un simple support sur lequel des slogans seraient écrits, mais le milieu dans lequel les inscriptions se réalisent : on a un corps-écriture, où le corps est constitutif de l’écriture et où l’écriture est constitutive du corps. Il s’agit d’une matière langagière composite ou assemblée : du corps est assemblé avec autre chose que du corporel, du langage est assemblé avec autre chose que du langage. Il est alors dénué de sens d’extraire les énoncés des corps, pour se livrer à une étude hors contexte, thématique ou syntaxique par exemple : ce sont les corps inscrits qui sont destinés à être lus en circulant dans les médias et les réseaux en ligne, et non seulement les discours.  Le corps-discours des Femen, comme les discours en ligne que j’étudie par ailleurs, me semblent des arguments forts pour une redéfinition de l’objet de la linguistique, qui ne peut plus demeurer dépendant de l’affirmation saussurienne de la langue pour elle-même.

Mais si ces corps-discours ne tolèrent pas d’observation décontextualisée, alors il faut également intégrer les cris et hurlements qui accompagnent les performances et manifestations des sextrémistes. Nudité, discours, couronnes et hurlements constituent un ensemble sémiotique composite que l’on peut voir comme le lieu et l’instrument tout à la fois d’une pratique discursive politique. Les nombreuses vidéos des opérations des activistes le montrent amplement : attaque des opposants au mariage pour tous et en particulier des membres de Civitas, performance à Notre Dame pour marquer la démission de Benoît XVI, attaque de Silvio Berlusconi à la sortie de son bureau de vote. À Notre-Dame, elles ne sont pas seulement nues et inscrites, mais hurlantes, et elles font même sonner les cloches : c’est une dimension insuffisamment notée, les seins obnubilant tous les journalistes, hommes ou femmes d’ailleurs. Mais ces seins-là ont aussi des voix, et les cris participent du dispositif de transgression de l’ordre du discours.

La réception des manifestations témoigne du mode de perception de cet ensemble : la réduction dévalorisante aux seins mentionnée plus haut distingue par exemple une partie du corps en soi et ne l’englobe pas dans le système sémiotique d’ensemble, ne l’intégrant pas au discours, et vice versa. Cela confirme bien à quel point les productions de discours, de corps-discours en l’occurrence, sont contextualisées, et ne peuvent être reçues que selon les environnements et les cadres culturels et cognitifs des récepteurs.

Capture d’écran 2013-03-02 à 22.48.02

Le choix de la non-vertu discursive

Cette contrainte est particulièrement importante pour expliquer les effets produits par les corps-discours des Femen et le statut qu’ils possèdent dans l’ensemble des discours sociaux. Ces effets, qu’ils soient bien ou mal reçus, ont toujours à voir avec la transgression, et déclenchent en général des événements discursifs moraux, c’est-à-dire la production de discours qui formulent une indignation, un rejet, une critique d’ordre moral, faisant appel à des notions comme la correction, la décence, voire les bonnes mœurs, souvent articulées avec des valeurs esthétiques. La performance à Notre-Dame de Paris déclenche des discours particulièrement marqués par une axiologie forte, en particulier sur l’axe moral. Dans un pamphlet publié sur Le plus (rédaction web du Nouvel Observateur), le journaliste politique Bruno Roger-Petit déclare qu’elle a permis de “lever l’hypothèque qui pesait sur la vertu démocratique de ce groupuscule”, mentionne les “méthodes d’expression politique outrancière” de ce “groupuscule”, et déclare : “Là est l’erreur, la faute même, des Femen”. Plus loin, il écrit des lignes particulièrement chargées d’axiologie morale :

En exhibant leur pauvre et pathétique vulgarité, leur triste et agressive nudité, leur affligeante et terrifiante indignité, leur terrible et abyssale inculture au sein de Notre-Dame de Paris, elles n’ont pas seulement injurié le pape, à l’institution catholique, elles s’en sont pris, aussi et surtout, à la spiritualité française, aux forces de l’esprit pourrait-on dire, qui habitent ces vieilles pierres taillées et sculptées par des inconnus il y a dix siècles pour la beauté du geste. […] 

Elles se sont comportées en dérisoires descendantes des sans-culottes et représentants de la Commune de Paris qui, en 1793, se livraient au pire débauches (pauvres amatrices de ce point de vue que les Femen, car à côté d’un Chaumette ou d’un Hébert, elles font un peu coincées dans le rapport aux choses du sexe) dans une Notre-Dame rebaptisée “Temple de la raison”, ce que Robespierre, du reste, (rendons lui justice sur ce point) désapprouvait, car il détestait l’athéisme sauvage et désordonné qui s’en prenait aux lieux de spiritualités [graphies conservées].

Philippe Moreau-Chevrolet, dans sa réponse à ce texte, ne s’y trompe d’ailleurs pas, qui commence son article par : “Faut-il brûler les Femen ?”, s’appuyant implicitement sur la figure de la sorcière. On est bien dans une condamnation morale qui convoque la mémoire discursive du sacrilège, du blasphème et de leur sanctions. Du côté des politiques, Manuel Valls confie “sa consternation” et condamne ”une provocation inutile”. Bertrand Delanoe émet pour sa part un jugement esthétique : ”Je réprouve un acte qui caricature le beau combat pour l’égalité femmes-hommes” (mais on peut se demander ce que le maire de Paris entend ici par “beau”). Le terme de provocation revient souvent dans l’ensemble des réactions au happening de Notre-Dame, et il contient une dimension normative forte puisqu’il désigne dans ce contexte un acte, un comportement répréhensible au regard de la loi ou de la morale.

Si ces discours d’indignation se tiennent, c’est qu’il existe dans les cadres individuels et collectifs une conception normative des discours, que j’appelle vertu discursive. Je la définis comme une disposition des agents-locuteurs (énonciateur et co-énonciateur dans un même processus) à produire des énoncés ajustés aux valeurs admises qui sous-tendent les jugements normatifs, dans un état donné de l’histoire d’une société selon les trois axes suivants : un ajustement à la décence discursive concernant les relations entre les agents ; un ajustement à la vérité du monde concernant la manière de dire l’état du monde ; un ajustement à la mémoire discursive dans laquelle se tissent les discours d’une société (Paveau 2012, 2013a à par.). Ce que disent les discours d’indignation, c’est que ceux des Femen sont particulièrement inajustés aux normes de décence discursive : les énoncés “Pope no more”, “Bye bye Benoît”, “Pope game over”, “Saved by the bell”, mais également les tenues dénudées dans une enceinte considérée comme sacrée, les cris et hurlements, les gestes “guerriers”. Ce que disent les Femen avec leur corps-discours ne se dit pas et ne doit pas se dire.

Les sextrémistes choisissent délibérément pour leurs performances des lieux où cet inajustement est maximal, et il me semble que c’est précisément cela qui caractérise leur discours. Le corps-discours des Femen est particulièrement non vertueux : ce sont des femmes de petite vertu discursive.

Références

Butler J., 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif [Excitable Speech: A Politics of the Performative], traduction de Charlotte Nordmann avec la collaboration de Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.
Guillon C., 2008, Je chante le corps critique : les usages politiques du corps, Paris, H&O.
Paveau M.-A., 2012, « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen 34, p. 95-115.
Paveau M.-A., 2013 (à par.), Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
Sauvage M., 2012, Guerrières ! À la rencontre du sexe fort, Arles, Actes Sud.
Toepfer KE, 1996, Nudity and Textuality in Postmodern Performance,  Performing Arts Journal 54, 18.3, p. 76-91.

Crédits
1. “Femen à Paris 31 mars 2012″, Joseph Paris, 2012, Wikimedia commons, CC
2. “We don’t want Euro 2012″, Femen Women’s movement, 2012, galerie du groupe sur Flickr, CC
3. “7 May 2010 FEMEN activists washed off Zoya Kosmodemyanskaya Monument to pay tribute to the women participated in the World War II“, FlickrWashed Zoya – tribute to Victory Day, 2010, Wikimedia commons, CC
4. “Femen Paris”, Joseph Paris, 2012, Wikimedia commons, CC
5. “Femen protest”, Joseph Paris, 2012, Wikimedia commons, CC
6. “GOGBOT 2012 – FEMEN Pussy Riot Tribute Night, foto: Roy te Lintelo”, PLANETART, 2012, galerie de l’auteur sur Flickr, CC
7. “Les Femen à la manifestation pour le mariage pour tous, à Paris, le 16 Décembre 2012″, Vassil, 2012, Wikimedia commons, CC
8. “God saves.d Femen!”, chilipeppered, 2013, galerie de l’auteur sur Flickr, CC
***
Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 3 mars 2013, “Ces corps qui parlent 2. La petite vertu discursive des Femen“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=11603, consulté le…

 Prochain billet : Ces corps qui parlent 3. Slutwalks. Salopes et fières de le dire

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

More Posts

Linguistique et numérique 6. Les défouloirs du web

L’important, c’est de ne pas crever de rage (Roland Topor)

J’achève aujourd’…

L’important, c’est de ne pas crever de rage (Roland Topor)

J’achève aujourd’hui ma série d’été par une réflexion sur des lieux numériques aussi amusants qu’intéressants : les défouloirs. Si nous considérons internet comme une sorte de grande maison où nous avons le sentiment de nous installer, d’être chez nous, de recevoir, de faire des travaux ou même de déménager parfois, il est alors constitué de pièces, affectées à des usages (cette métaphore produite par les usagers a été analysée par A. Casilli par exemple dans Les liaisons numériques). Parmi elles, le défouloir, juste entre le boudoir et le fumoir, au bout du couloir… En ligne, le terme de défouloir recouvre deux choses : une page sur un site dédiée à une expression verbale qui est sortie des normes du discours acceptable, ou un site entier, dédié au soulagement, au défoulement, sur le mode verbal, à tout ce qui “ne se dit pas” dans la société, mais que l’on dit “quand même” ou “malgré” le sentiment d’inconvenance. Dans les deux cas, des lieux où la transgression est non seulement acceptée, mais légitime.

Le défouloir, carnaval numérique ?

Le mot défouloir, parfois noté “familier” dans les dictionnaires, est un dérivé suffixal de se défouler, défini comme “un lieu où l’on se défoule”, et présenté comme équivalent d’exutoire. Dans la maison web, le défouloir  est également un lieu, site ou page, mais qui possède une caractéristique très spécifique, d’ordre sociodiscursif : c’est un lieu dédié à la transgression, où cette dernière est contrôlée. Ce qui est transgressable, ce sont les normes du dire, ces régulations explicites et implicites, intériorisées par les locuteurs, qui gèrent nos interactions. Le défouloir numérique, qui déplace les frontières entre “ce qui se dit” et “ce qui ne se dit pas”, fait immanquablement penser au carnaval, qui, à l’origine, est un moment de retour du monde au chaos. Pour les Anciens, le début de l’annnée est en mars, et cette renaissance était précédée d’un moment d’abolition des ordres qui produit la confusion d’avant la création, en février. Dans ce temps où tout est permis, les renversement hiérarchiques sont possibles et, sous déguisements, maîtres deviennent esclaves et vice versa. Les défouloirs reprennent un peu cette fonction, non de manière temporelle, mais plutôt spatiale, ménageant des lieux où les interdits sont censés tomber. À l’intérieur de ces lieux, on retrouvent cependant des contraintes qui sont en général analogues à celle des chartes de l’internet. On verra qu’on ne peut pas tout y dire.

Ces sites sont de nature variée. L’encyclopédie Wikipedia possède par exemple un espace, nommé défouloir, caractérisé comme “humoristique”, qui répertorie les énervements, débordements et insultes adressées aux wikipédiens. On y trouve en particulier une extraordinaire querelle de politesse à propos de J. Cocteau, un vrai délice dont je conseille vivement la lecture.

Le bon bonze au caramel mou possède aussi une page “défouloir”, dotée de son onglet et présentée ainsi :

Exprimez vous ! C’est fait pour ça. Commentaires, critiques, coups de gueule, cris divers et variés, digressions, admonestations, théories fumeuses.
Attention toutefois, tous les commentaires à caractère douteux seront bien évidement supprimés.
Les trucs pas drôles également.
Le formulaire de saisie se trouve en bas de l’écran, les WC sont sur le palier et la concierge est torride

Certains sites constituent eux-mêmes entièrement des défouloirs comme Le défouloir, sous-titré “Parce que râler, ça fait vachement du bien”, et qui se définit comme tel par son nom. La page “à propos” donne la description suivante :

On peut également consulter cet autre site, un forum, officiellement dédié aux photos de camions, mais intitulé lui aussi Le défouloir ou cette autre page, dans un site consacré au cancer de la prostate, où peuvent s’exprimer les “prostatopotes“. Ces deux dernières années la RATP a également proposé un site défouloir, intitulé Chers voisins de transport, qui avait pour but de constituer un espace de parole, mais aussi de création, en particulier de mèmes. La collecte est désormais close, et un ouvrage doit paraître.

Le point commun de ces sites est de permettre en ligne, sous la protection du pseudonymat, ce que l’on ne peut pas faire hors ligne. Ils sont alors une forme d’augmentation de la vie hors ligne, proposant à tout moment de l’année, un carnaval discursif.

Machines insulteuses

Parmi les énoncés considérés comme les plus transgressifs figurent évidemment les insultes. On trouve en ligne de nombreux générateurs d’insultes, qui ont aussi cette fonction transgressive, en même temps qu’ils permettent le plaisir de la création langagière typique de ce type de forme. Le plus chic est sans doute Ergofabulous.org, qui propose des insultes extraites des œuvres de Luther, sur le modèle du Shakespearian Insulter. Le célèbre capitaine grand producteur d’insultes imaginé par Hergé est également présent dans cette relecture informatique et l’on peut s’y faire traiter gentiment de “Flibustier!… Bachi-bouzouk!… ou Anthropophage!…” L’automatisation ici réside seulement dans la sélection et les insultes ne sont pas produites ni prises dans une interaction verbale “réelle”. Il existe en revanche des “insulteurs automatiques”, en seconde ou troisième personne, qui mettent directement en jeu l’internaute. Sur le site Insultez-moi, l’internaute s’inscrit et s’engage alors dans un dialogue automatique, en choisissant le type de réponse qu’il souhaite recevoir : Je veux qu’on m’insulte, Je veux dominer, Je veux être dominé(e), Je veux qu’on acquiesce du bout des lèvres ou Je veux parler seul (je vous conseille vraiment d’essayer). Ce site est est une exception en la matière, puisqu’il revendique un droit de tout dire absolu, contrairement à la majeure partie des défouloirs qui posent des normes. Sur L’impoli, qui n’est malheureusement plus actif, et qui constituait une sorte d’encyclopédie des insultes bien documentée, l’internaute pouvait accéder à la fonction « Insulter un ami », en cliquant sur une insulte et en indiquant l’adresse électronique du futur insulté. Une frontière que ne franchissent pas les défouloirs en général. Tout dire ? On peut toujours le proclamer, mais l’automatisation, parce qu’elle est un produit humain, n’écarte certainement pas la question des normes et y sont sans aucun doute déposées celles dont les programmeurs des générateurs, de manière indirecte et peut-être inconsciente, sont détenteurs.

Le modèle VDM

Le site Vie de merde, dont le sous-titre est “Ma vie, c’est de la merde, et je vous emmerde”, et connu sous le sigle VDM, “est un grand défouloir qui se veut drôle et amusant à lire, tous les jours. Vous ne vous sentirez plus jamais seul(e) dans vos petits malheurs”, lit-on sur la page FAQ. Le terme défouloir sert bien de catégorie définitoire de cet espace. Cependant, sur VDM, on ne se défoule pas n’importe comment, il y a des règles. La page FAQ nous apprend en effet que les histoires envoyées sont d’abord modérées par les lecteurs, sur la page Modérez les VDM, et ensuite traitées par les responsables du site. Cette double modération est assez rare en ligne. On sait par ailleurs que les récits doivent posséder une forme contrainte, commençant par “Aujourd’hui”, et se terminant par “Vie de merde”. Il y a là un semblant de contrainte de genre : on pourrait que la “Vie de merde” est aussi une sorte de genre de discours, d’autant plus que le modèle est enrichi sur le site même par des variantes. On trouve ainsi la “VDM illustrée“, qui rassemble une série assez importante (23 pages au 21.09.12) de textes illustrés, souvent avec talent et humour, et “VDM, la suite“, que j’appellerais la VDM augmentée ou méta-augmentée, puisqu’elle comporte des commentaires de la part de son auteur. Le modèle VDM fonctionne alors comme une matrice déclinable, à partir d’une forme contrainte et d’une liberté expressive. Il a par ailleurs un prolongement hors ligne sous forme de bande dessinée, qui en est à son huitième tome (en illustration en haut de ce billet).

D’autres sites ont emprunté ce modèle. Le plus connu est Vie de meuf, lancé en 2010 par le réseau “Osez le féminisme”, site que Libération avait significativement renommé “défouloir à meufs” dans sa présentation du livre issu du site en 2011. Mais il n’est pas le seul : Vie de môme, Job de merde, n’existent plus désormais, mais Voisins de merde, qui n’est plus actif, est encore consultable, Questions à la con semble inépuisable (“Le concept de beauté intérieure a-t-il été inventé par une personne laide ?”, “Que se passe-t-il si tout le monde respecte la loi ?”), et avec un peu de patience on peut trouver des dialogues singuliers sur Dans ton chat. Vide ton sac adopte la même contrainte finale : terminer son récit par “VTS” ; Stage de merde permet de raconter les pires anecdotes de stagiaires, Thèse de merde, qui semble-t-il, est fermé, a encore une page Facebook qui témoigne de ses contenus.

Le modèle a tellement essaimé, soit qu’il ait produit effectivement des répliques, soit qu’il ait servi à nommer et catégoriser des sites existants, qu’il existe un Annuaire des sites de merde. De manière plus générale, le défouloir, quelle que soit sa forme, constitue bien une catégorie stabilisée sur internet. Il serait intéressant d’en approfondir les caractéristiques par rapport à des catégories voisines, comme les confessions par exemple. Il existe en effet des sites qui recueillent confessions, témoignages et secrets, et qui revendiquent eux aussi cette dimension transgressive de la possibilité d’un dire interdit ailleurs. Des espaces comme Vos confessions, 1001 confessions ou Qonfession accueillent des discours “secrets”, qui s’avèrent la plupart du temps à dimension sexuelle. Sur d’autres espaces bien installés et connus comme le forum Doctissimo, certaines pages fonctionnent comme des lieux de discours transgressifs qui amènent d’ailleurs parfois un avertissement à l’entrée (voir cet exemple qui concerne l’inceste).

Pour conclure,

je dois souligner que le défouloir n’est pas seulement un espace de parole plus ou moins ludique. Il en existe une version tout à fait sérieuse, qui a pour but d’alimenter et de consolider la refus de l’aliénation par le travail : le site Le défouloir. Marre du travail ? s’ouvre ainsi que un enregistrement du sociologue Philippe Corcuff à propos de l’exploitation, la page “Lectures” propose des citations et textes engagés, la page “Audio” présente des chansons, des extraits radio comme les enregistrements de l’émission “Là-bas si j’y suis”, et le site dirige vers Le défouloir des précaires, arrêté depuis 2007, mais dont le contenu est toujours en ligne. Ces deux sites représentent bien l’ambiguïté des défouloirs et autres lieux et moments carnavalesques : des exutoires, qui sont un moyen de canaliser la violence du dépassement des normes et des transgressions, mais également des lieux de fabrique de la lutte et de la résistance aux normes. En ce sens, le défouloir numérique est, comme le carnaval, un lieu politique, qui possède la vertu de maintenir l’équilibre discursif des sociétés, sur une ligne de crête qui maintient le vivre-ensemble.

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 22 septembre 2012,”Linguistique et numérique 6. Les défouloirs du web“,  La pensée du discours [carnet de recherche], consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

More Posts

Ministres, morales et philosophies

Le point Godwin est entrée dans les mœurs, si l’on peut dire, et même si chacun sait, en princ…

Le point Godwin est entrée dans les mœurs, si l’on peut dire, et même si chacun sait, en principe, qu’Hitler (et ses variantes nominales) est souvent le mot de trop et qu’il s’agit d’un des stéréotypes analogiques les moins fondés rationnellement et les plus polémiques, chacun est exposé, un jour ou l’autre, au fameux franchissement. Mais ces derniers jours, il faut avouer que ce fut le feu d’artifice : Luc Chatel, naguère champion du redressement orthographique, dresse une spectaculaire analogie godwinienne entre Peillon et Pétain. Outre le fait que les deux noms commencent par la même lettre, et que ce très malheureux mot de redressement a été employé par l’actuel ministre de l’éducation, piégé par cet usage gouvernemental d’un substantif pourtant lesté de valeurs et de halos de sens bien négatifs (François, il manque un.e bon.ne linguiste au gouvernement, je te le dis !), on ne voit évidemment pas le rapport. Polémique de politique, rapide, simpliste, méchante et, pour tout dire, profondément idiote. Quand la parole publique, que les politiques ont le pouvoir exorbitant de détenir, est utilisée de cette façon, on a vraiment envie de couper toutes les sources d’information politique et de lire de la poésie (ou de la philosophie morale).

Je suis toujours étonnée que le simple mot de morale, sans même la mention des choses et des idées qui vont avec, déclenche des réactions si passionnément hostiles, comme s’il s’agissait d’une chose ontologiquement mauvaise et condamnable. Il y a eu Chatel, mais également d’autres protestations plus ou moins voilées ici et là, y compris du côté de la majorité. On voit bien quels spectres le M-Word, comme on dirait en anglais pour nommer l’inommable, fait se lever : les contraintes normatives de la morale religieuse, les exclusions et les stigmatisations des polices des mœurs, les freins à la liberté d’expression. Le goupillon entre les ciseaux, tenu par une Anastasie en furie. Mais si l’on s’en tenait tous à nos spectres, le monde serait un cimetière où le langage serait impossible. J’ai du mal à comprendre que des politiques, enseignants, intellectuels, chercheurs, bref des gens censés penser, et connaître deux ou trois choses en philosophie, expriment des opinions aussi rustiques.

Claude Lelièvre, dans un billet aussi serein que bien informé sur Mediapart, montre bien que la conception de la morale selon Vincent Peillon est proche de celle de Ferdinand Buisson. Patrick Cabanel, historien, a également un avis dépassionné et trouve que l’apprentissage du vivre-ensemble a bien des fondements moraux, et que c’est assez normal. Et si l’on observe de près les paroles de Peillon, qui n’est pas totalement ignorant en matière de philosophie, on relève des mots et expressions qui font partie du lexique le plus banal de la philosophie morale : morale universelle, humanité, raison, connaissance, dévouement, solidarité, égalité, juste, bien, mal, devoirs, droits, vertus, valeurs. Son ambition est de proposer des enseignements à propos de “toutes les questions que l’on se pose sur le sens de l’existence humaine, sur le rapport à soi, aux autres, à ce qui fait une vie heureuse ou une vie bonne”. La vie bonne, c’est le concept moral fondamental, d’Aristote à Ricœur en passant par  Hume, Kant, Rawls, Williams, Levinas…

La philosophie morale, est, Dieu merci, si je puis dire, antérieure au christianisme et à la morale de triques et de badines des bons pères et bonnes sœurs. Ce mot si primitivement haï, trop vite associé aux préaux et aux blouses grises, recouvre un continent extrêmement riche et varié de conceptions et de pensées qui engagent les fondements de la vie humaine : le bien et le mal, les valeurs et les normes, les contrats sociaux, la reconnaissance, le rapport à l’autre, la vie commune, le commun, le partage, le respect, l’honnêteté. Avant de stigmatiser de manière imaginaire un programme moral qui n’est d’ailleurs pas encore écrit, il faut peut-être aller voir ce qu’il en est de cette morale.

Le mot d’éthique ne déclenche pas ces indignations et il est pourtant omniprésent dans de nombreux secters de la société. Or, il y a des valeurs et des normes dans l’éthique, puisqu’il s’agit de morale : le terme de morale, est, en français, souvent distingué d’éthique, plus objectivisant, dans un ensemble de textes assez contradictoires qui développent des distinctions peu homogènes. L’éthique serait du côté de la théorie et de la réflexion, la morale du côté des applications pratiques mais, comme le souligne Ruwen Ogien, on ne voit pas bien ce que serait une théorie éthique sans application pratique, et je le suis sur ce point. On sait aussi que le terme d’éthique permet d’éviter morale, imprégné de religion et de prescriptivité. Les anglophones n’ont pas de ces distinctions jésuitiques et, en philosophie analytique ou en philosophie morale, les deux termes sont à peu près synonymes : moral philosophy ou ethics.

Pourquoi existe-t-il une philosophie morale ? Parce que, comme le social, le culturel, le psychologique, l’historique, le biologique, que sais-je encore, la morale est une des composantes de la vie humaine et qu’on ne peut guère faire sans. Enfin si, les pervers par exemple font très bien sans, c’est d’ailleurs pour cela qu’ils sont pervers. Mais quand on souhaite faire partie d’une humanité du lien, et même être un humaniste, ou éventuellement faire des humanités, je ne vois pas comment on peut éradiquer la question de la vie bonne, du bien et du mal, de l’acceptable et de l’inacceptable, de la nuisance à soi-même et à autrui, et bien d’autres questions auxquelles ni la politique, ni la sociologie, ni la psychologie, ni l’histoire, ni l’économie, etc., ne peuvent et, à mon avis, ne doivent répondre. Et je ne vois pas non plus pourquoi l’école, qui est des principaux lieux de formation des individus, ne devrait pas toucher à cette notion-là, elle qui apprend à parler, à lire et à écrire aux petits d’humains, et contribue donc fortement à en faire des êtres responsables.

Pour réflechir à ces questions, on dispose de trois grands corps de pensée déjà anciens et de deux propositions plus récentes. Les trois grandes orientations sont bien connues : le déontologisme, dont le représentant principal est Kant, défendant une approche normative centrée sur des principes transcendants (les fameux “impératifs catégoriques”, non négociables) ; le conséquentialisme qui définit la vie bonne par la conséquence utile (l’utilitarisme de Mill en est la version la plus saillante) et l’éthique des vertus d’inspiration aristotélicienne, qui fait reposer la notion de bien sur la vertu des agents et la négociation intersubjective des valeurs, et non plus des normes. Récemment, et à partir du terreau féministe, a émergé l’éthique du care, dont on pense ce que l’on veut (je dis cela car c’est un courant souvent ridiculisé car considéré comme simplement altruiste, voire naïf ou reposant sur des évidences), mais qui représente un des grands programmes moraux de notre contemporanéité. Et puis, nous avons en France un philosophe qui promeut depuis une dizaine d’années une éthique minimale, à partir d’une réflexion sur la pornographie (eh oui, on peut écrire sur la morale et sur la pornographie, preuve vous en sera d’ailleurs apportée ici même en 2013…). Je ne sais pas ce que Ruwen Ogien pense de l’enseignement de la morale laïque à l’école mais si j’étais au collège et au lycée, j’aimerais beaucoup faire découvrir à mes élèves cette éthique minimale qui ouvre de si passionnantes discussions. Comme je leur ferai lire Avishaï Margalit, et sa Société décente, oui décente, c’est du vocabulaire moral qui décrit un modèle social fondé sur la disparition de l’humiliation, autre thème moral ; et également le dernier livre de Kwame Appiah, Le code d’honneur, magnifique réflexion sur l’honneur comme facteur de révolution morale, honneur, encore un mot lourdement lesté de morale sociale ; et également, Virvidakis et sa Robustesse du bien, et Sosa et son concept de connaissance réflexive fondée sur la vertu, et Greco, et Engel, et Canto-Sperber, et Baumard. Et je leur raconterai aussi comment les chercheurs ont conclu à une protomorale chez les animaux, qui ont bien des leçons de vivre-ensemble à nous donner (De Waal, Lestel).

Donc, vraiment, où est le problème avec la morale ? En quoi cette ouverture des enseignements scolaires à la “morale laïque”, en tant qu’elle pourrait être une ouverture vers des questions que nous avons tous à régler un jour ou l’autre, est-elle condamnable ? qu’est-ce qui vaut ces protestations intellectuelles ? comment les enseignants abordent-ils par exemple les “morales du grand siècle” ? comme des systèmes ridiculement contraignants et dépassés ? pourquoi n’envisager dans la morale que l’étroite facette prescriptive d’une conception obsolète ?

Je ne sais pas ce qui va sortir des intentions de Vincent Peillon. On a souvent vu les intermédiaires que sont les manuels et même les programmes réduire voire caricaturer les propositions premières. Mais je ne vois pas de raison de hurler, a priori, avec les loups des imaginaires “retour de l’ordre moral” ou “redressement” maréchaliste.

Références

  • Baumard N., 2010, Comment nous sommes devenus moraux. Une histoire naturelle de la morale, Paris, Odile Jacob.
  • Canto-Sperber M. (dir.), 2001 [1996], Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris, PUF.
  • Canto-Sperber M., Ogien R., 2004, La philosophie morale, Paris, PUF.
  • De Waal., F., 2008 [2006], Primates et Philosophes, Paris, Editions le Pommier [Primates and Philosophers. How Morality Evolved].
  • Greco J., 2010, Achieving Knowledge, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Lestel D., 2001, Les Origines animales de la culture, Paris, Champs Flammarion.
  • Margalit A., 1999 [1996], La société décente, Paris, Climats.
  • Molinier P., Laugier S., Paperman P., 2009, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Petite Bibliothèque Payot.
  • Ogien R., 2003, Penser la pornographie, Paris, PUF.
  • Sosa E., 2007, Apt Belief and Reflective Knowledge, Volume 1: A Virtue Epistemology, Oxford: Oxford University Press.
  • Virvidakis S., 1994, La robustesse du bien. Essai sur le réalisme moral, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon.
  • Williams B., 2006 [2002], Vérité et véracité. Essai de généalogie, Paris, NRF Gallimard.

Crédit : “Ouverture”, photographie M.-A. Paveau, Nièvre 2010.

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 4 septembre 2012, “”, La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10657, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

More Posts