Démission papale, quels enjeux ?

Il faut bien le dire, la démission du pape Benoît XVI est une sacrée surprise. D’abord parce q…

Il faut bien le dire, la démission du pape Benoît XVI est une sacrée surprise. D’abord parce que ce n’est pas dans l’habitude ni dans les usages en cours à Rome que de démissionner, ou renoncer à un poste pour lequel on a été élu. Le dernier pape à avoir démissionné était Célestin V (redevenu subitement célèbre) qui avait jeté l’éponge après seulement quelques mois… en 1294 ! Cette démission constitue également une surprise car on imaginait, héritage du pontificat de Jean-Paul II, que la fonction primait sur l’homme, et que Benoît XVI serait condamné à vieillir et dépérir sous l’œil des caméras, tout comme son prédécesseur l’avait fait, dans une posture sacrificielle qui a fait une partie de son succès actuel.

Une décision surprise, pas surprenante

Si cette décision est subite, elle n’est pas très surprenante. N’étant pas un fin observateur de la Curie, j’avais quand même remarqué que le pape n’avait pas de voyages prévus dans l’immédiat, et que son dernier déplacement remonte à septembre 2012 et un voyage au Liban. Benoit XVI n’était pas un grand voyageur (toujours la référence-opposition à son prédécesseur) et n’avait d’ailleurs pas de projets spécifiques de voyage, excepté les journées mondiales de la jeunesse prévues à Rio en juillet. (voir la liste de ses voyages, et la comparer à la liste des voyages de Jean-Paul II : Benoît XVI a voyagé 25 fois en 8 ans (3,125 voyages/an en moyenne contre 4 pour son prédécesseur qui totalise 104 visites pastorales en 26 ans). Nous savions également le pape affaibli, avec des difficultés à aller au bout des phrases lors des audiences, pour lesquelles il se déplaçait difficilement, toujours soutenu etc. Il avait également parlé à plusieurs reprises de démission, même s’il n’est pas malade, précise Radio Vatican.

The pope and Coca Cola by filip1 sur Flickr 

Si l’on pouvait s’attendre à une telle décision, il faut bien reconnaître que celle-ci arrive à un beau moment pour l’Église. Benoît XVI n’a pas fait les choses au hasard. Les catholiques entrent aujourd’hui dans le temps du Carême, qui est celui du jeûne, de la réflexion et même de la privation (et là ils se retrouvent privés de chef). Ayant pris de court ses propres services administratifs, ceux-ci ont opéré un beau retournement en annonçant un nouveau pape pour Pâques. Joli symbole que l’élection du nouveau chef de l’Église pour le jour de la résurrection, principale fête catholique aujourd’hui.

Une décision précipitée ?

Cependant, et sans pouvoir avancer plus que des hypothèses, cette élection précipitée semble assez favorable à la poursuite de l’œuvre pontificale sans grands changements, c’est-à-dire sans évolution politique majeure, le pouvoir romain reposant sur un triptyque bien installé : des hommes majoritairement européens, vieux et plutôt conservateurs.

[Digression personnelle : rien n’est plus embêtant que d’entendre les demandes de « réforme », « d »aggiornamento » etc. de la part de personnes (croyants, athées, progressistes de tout bords, ad libitum) qui ne comprennent pas que le « job » du pape c’est de « maintenir la baraque », de faire tenir en un seul tableau cohérent 2000 ans de théologie et de pratiques croyantes, et dans un tel contexte les grandes réformes sont donc hautement dangereuses !!]

Un pouvoir vieillissant et déclinant suscite toujours petits arrangements et coalitions diverses en vue de préparer l’avenir et la redistribution des postes. Malgré une propension (professionnelle) à la charité chrétienne et au respect du prochain, la Curie romaine est une institution politique vivante, importante même, qui dispose de zones d’influences, de jeux de pouvoir, d’enjeux disputés et de personnages clefs. Suite à la démission surprise du chef, l’heure est à la mobilisation, et dans cette fin de règne précipitée, seuls les fidèles d’entre les fidèles, les habitués et les cardinaux les plus influents sauront mobiliser les ressources politiques visant leurs intérêts. Peu de changements à attendre donc, la vieille garde assurera la continuité.

La vieille Europe contre le reste du monde

Car l’enjeu principal de cette renonciation, n’est pas le geste même s’il comporte une part de panache et force le respect, c’est bien la suite, et l’élection d’un nouveau pape, par les 118 cardinaux en âge de voter (s’ils viennent tous). Et je voudrais me pencher sur la répartition, par régions, des cardinaux dans l’assemblée que l’on appelle le Collège cardinalice. Bien entendu, les cardinaux ne votent pas toujours selon (ou en fonction de) leurs nationalités. Mais l’examen de la répartition de celles-ci reste éloquent.

By Ibagli (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

By Ibagli (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

Avant de s’intéresser à cette liste, attardons-nous un instant sur les voyages de Benoît XVI : sur ses 25 voyages, au moins 15 ont été fait à l’intérieur de l’Europe (et encore, je n’ai pas compté Chypre et la Turquie…). Aucun voyage en Asie, pourtant une des régions les plus importantes aujourd’hui en nombre de catholiques, seul le Brésil a eu droit aux égards du pape en Amérique latine (et Mexique et Cuba en Amérique centrale). Bref, c’est un pape qui a assumé un pontificat politique, et qui a survalorisé l’Europe dans ses voyages.

Il a également nommé la majorité des cardinaux qui vont voter lors du conclave. Ces nominations sont également très européennes. Durant les cinq consistoires qu’il a convoqué il a créé 52 cardinaux européens (dont 25 italiens) sur 90 cardinaux au total (voir la liste des cardinaux créés par Benoît XVI). Lors du consistoire du 6 février 2012, 22 nouveaux cardinaux ont été nommés, dont 16 européens, et surtout 6 Italiens ! Cependant, lors du dernier consistoire (novembre 2012), 6 cardinaux ont été créés et aucun n’est européen.

Enfin, si l’on regarde la composition par pays du nombre de cardinaux qui vont voter (n=118), on s’aperçoit qu’il y a une petite moitié d’européens (n=62, dont 28 italiens), que les cardinaux Sud-Américains représentent environ 1/6e des votants (n=20) et que l’Asie et l’Afrique ont le même nombre de représentants (n=11). Si l’on compare ces chiffres avec ceux de la répartition des catholiques dans le monde, on s’aperçoit que l’Italie représente autant de votants que l’Amérique du Sud (soit environ 28% des catholiques dans le monde), et que l’Europe, qui concentre la moitié des votants ne représente plus que 26% des catholiques dans le monde.

L’élection sera donc, comme lors du précédent conclave, une opposition larvée entre une vieille Europe et le reste du monde, qui représente plus des 3/4 des catholiques du monde. Malgré tous les chantiers entrepris par Benoît XVI, celui de la rénovation du collège des cardinaux est resté au point mort. Le jeu politique des nominations, qui obéît à des règles très strictes d’équilibres de représentation, de pouvoir et de reconnaissance, n’a pas changé d’un iota en huit ans de pontificat. Ce qui laisse présager un conclave fermé, aux mains des principaux collaborateurs de l’ancien pape.

En guise de bonus, quelques liens au sein de cette l’actualité :

Temps de rédaction du billet : 3h

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website - Twitter

L’énergie solaire au Maghreb : acteurs, territoires et perspectives d’un modèle de développement plus durable?

Le contexte énergétique mondial connaît d’importantes mutations car il appelle à une redéfinition de…

Le contexte énergétique mondial connaît d’importantes mutations car il appelle à une redéfinition des besoins et des modes de consommation. Les risques d’épuisement des ressources non renouvelables (pétrole, gaz naturel, charbon…), le réchauffement climatique ou encore les catastrophes nucléaires, récemment sous les feux de la rampe médiatique, font clairement apparaître le modèle énergétique actuel comme non durable. Il est donc nécessaire d’engager une transition vers un modèle plus durable. Des solutions alternatives sont possibles comme un usage plus soutenu des énergies renouvelables. Le potentiel méditerranéen est considérable mais reste aujourd’hui largement sous exploité.

Pour aborder cette transition énergétique, nous avançons que l’innovation dans le domaine technique est nécessaire mais non suffisante. En effet, une action sur l’organisation économique et sociale ainsi que la mise en place de politiques publiques semblent indispensables. L’énergie est un facteur essentiel du développement économique et social des sociétés. Il semble donc difficile de dissocier le modèle énergétique d’une société, de son mode de développement économique et de ses réalités sociales.

Nous nous proposons de mettre en regard le discours des experts comme en témoignent les rapports nombreux du Plan Bleu, et les modalités d’action des acteurs publics et privés, en questionnant la façon dont les sociétés, au travers des acteurs institutionnels et privés, s’emparent de ces expertises pour mettre en œuvre des dispositifs étatiques et des stratégies d’entreprise. Nous verrons, par ailleurs, dans quelles mesures le durable est constitutif de marchés qui s’internationalisent.

Nous avons volontairement opté pour une étude comparative entre deux pays relativement pauvres en ressources fossiles, la Tunisie et le Maroc, et un pays dont la balance énergétique est largement excédentaire grâce aux hydrocarbures, l’Algérie. Le choix du Maghreb répond à l’exigence d’une cohérence régionale.

De plus, sa proximité avec l’Europe de l’Ouest sera l’occasion de questionnements autour des relations euro maghrébines. La recherche d’une meilleure maîtrise énergétique et le développement des énergies renouvelables figurent déjà parmi les six priorités du partenariat euro méditerranéen initié en 1995. Le dialogue euro méditerranéen sur l’énergie devra être largement pris en compte. Une attention portée aux actions entreprises dans le cadre euro méditerranéen est d’autant plus importante que des mégaprojets tels que DESERTEC prennent forme. Il s’agit d’un projet éco énergétique de grande envergure ayant pour objectif de créer un réseau interconnecté alimenté par des centrales solaires du Maroc à l’Arabie Saoudite et des câbles sous-marins à l’Europe. L’enjeu technologique et financier est énorme. Les énergies renouvelables, et en particulier le solaire, peuvent donc constituer un ciment pour les relations entre le Maghreb et l’Union Européenne.

Travailler sur cette transition énergétique suppose l’adoption d’une approche tant multiscalaire que systémique pour mieux saisir les enjeux spatiaux et relationnels qu’elle sous-tend. La question énergétique s’insère dans des champs de pouvoir et s’articule à différentes échelles (locale/régionale/globale). Elle questionne les rapports de force présents et futurs entre les pays du Maghreb comme entre le Maghreb et le reste du monde. Les logiques qui sous-tendent cette « transition énergétique » et/ou les impacts de ces dernières sur les sociétés conduisent à une redéfinition des équilibres régionaux, sociétaux et territoriaux. Cette étude nous permettra d’interroger la nouvelle géographie de la carte énergétique grâce à la mise en évidence, entre autres, des nouveaux sites de production. Un autre volet du développement durable est à mettre en évidence, le volet social, au travers d’une interrogation sur l’emploi.

En effet, l’exploitation de l’énergie solaire est potentiellement génératrice d’emplois. Le durable ne constituerait plus seulement un argument environnemental mais aussi social et économique fort. L’énergie solaire offre de nouvelles potentialités de développement en alliant croissance économique et durabilité.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia BENALOUACHE

doctorante en géographie à l’université Aix-Marseille/université de Sfax. Sa thèse, sous la direction de Sylvie Daviet et Ali Bennasr, s’intitule « L’énergie solaire au Maghreb : acteurs, territoires et perspectives d’un modèle de développement plus durable ? ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

 

crédit cartographique : © Fondation Desertec

“Vestiges des frontières européennes“ : vers la patrimonialisation des territoires de l’attente ?

« Il n’est pas de limite, de frontière, de garde-fou que l’on puisse imposer au temps »

« Il n’est pas de limite, de frontière, de garde-fou que l’on puisse imposer au temps »

Morgan Sportès, extrait de Solitudes

                                                                                       

             Cette réflexion est basée sur une série de photos intitulée “Vestiges des frontières européennes“, réalisée par le photographe Joseph Schulz. Ce dernier a voulu saisir les restes abandonnés aux frontières des pays européens, incarnés ici par les postes frontières[1].

            Le phénomène de mondialisation, avec comme conséquence principale une augmentation et une accélération des échanges de toutes natures, semble entraîner une irrémédiable ouverture des frontières. Ces dernières sont devenues, principalement d’un point de vue économique, un obstacle à la mise en place d’échanges internationaux. Les mots “frontière“ et “développement“ s’avèrent être devenus de parfaits antonymes. L’exemple qui illustre le mieux ce processus est l’Union Européenne, notamment à travers l’espace Schengen mis en place à partir de 1985, puis appliqué à l’échelle européenne en 1997 par le traité d’Amsterdam. Les frontières, véritables expressions physiques des politiques étatiques, n’ont plus leur place dans un espace européen qui favorise la libre circulation des biens et des personnes. Cependant, on constate qu’elles n’ont pas été supprimées mais seulement repoussées à la marge de l’Europe. Symbole du déplacement des frontières européennes, l’île italienne de Lampedusa en mer Méditerranée accueille chaque jour des dizaines de migrants venus notamment d’Afrique.

            La disparition des frontières au sein même de l’Europe a eu un impact sur l’aménagement du territoire des différents pays membres. Pour les villes frontalières, elles représentaient la garantie d’une activité économique rendue pérenne par la fréquentation constante de ces dernières par les populations en mouvement. La disparition de celles-ci a entrainé une dévitalisation du tissu économique et l’abandon d’un grand nombre de bâtiments publics dédié au contrôle des voyages transfrontaliers. Il s’agit surtout des postes frontières, entités emblématiques de la politique de contrôle mise en place par les états européens avant l’introduction d’une politique basée sur le libre-échange.

            Ces édifices n’ont plus de fonction. Véritables bâtiments fantômes, ils gisent ici et là comme les cicatrices apparentes d’une ancienne blessure et leur unique présence suffit à rappeler la présence passée d’une frontière. Ce patrimoine bâti est aussi et surtout le témoin d’expériences humaines, individuelles ou collectives, dans un contexte de transition spatiale et humaine. Celui-ci est particulièrement créateur d’attente pour les hommes et femmes qui l’expérimentent. Attente du contrôle douanier, angoisse du refus, cette transition spatiale est aussi une transition psychologique. Le corps cesse d’être en mouvement et laisse place à l’attente de l’autorisation de retrouver cet état premier. C’est donc un espace de contrainte où le corps ne jouit pas d’une totale liberté de mouvement. Ce “temps mort“ dans un processus de mobilité peut être facteur d’altération, par exemple sur l’imaginaire et les représentations d’un espace qui va être éprouvé après cette transition.

            La présence de ces bâtiments à l’abandon pose la question de la patrimonialisation des témoins de politiques étatiques passées. À l’image des récentes politiques mises en place pour la conservation du patrimoine industriel, on peut s’interroger sur la manière de mettre en valeur ce patrimoine bâti, expression de  l’architecture moderne et postmoderne. Depuis quelques années en Europe, les frontières sont devenues un support artistique, comme en témoigne la “frontière artistique du monde“. Cette œuvre réalisée par le sculpteur allemand J. Dörflinger en 2006, érige quelques vingt-deux sculptures de 8 m de haut qui représentent des figures du jeu de tarot entre Constance en Allemagne et Kreuzlingen en Suisse, en remplacement d’un grillage long de 220 mètres.

 

La “frontière artistique du monde“ réalisée par Joannes Dörflinger

Source : http://www.bodensee-woche.de/tarot-stele-der-weltweit-ersten-kunstgrenze-wird-internationaler-preis-010309-2594/

 

            Qu’elles soient physiques ou virtuelles, les frontières sont en mutation permanente car elles restent associées aux différentes politiques gouvernementales. La mondialisation ne les efface pas autant qu’on pourrait le croire, elle ne fait que les repousser ou les modifier. On assiste à des restructurations territoriales qui font émerger de nouveaux espaces transfrontaliers. Ces derniers sont autant de terrains de recherche pour tenter de comprendre les différentes logiques qui s’y opèrent. L’étude des frontières transcende l’histoire politique, elle s’intègre tout autant dans l’histoire socio-culturelle.

            Il y a eu des premières expériences de valorisation d’espaces transfrontaliers dans les années 1990, notamment avec l’exposition “L’homme et les Alpes“, réalisée par le Musée dauphinois de Grenoble en 1992. Depuis, d’autres projets dédiés à des territoires transfrontaliers, “conçus dans une optique résolument transnationale et reposant souvent sur la notion de frontière comme barrière mais aussi comme lieu d’échanges“ ont été mis en place[2]. Citons l’exemple du musée de la vie frontalière à Godewaersvelde, à la frontière franco-belge. Cependant, ces tentatives ne s’attardent pas réellement sur la question des rapports homme/territoire frontalier. Elles se penchent davantage sur les activités humaines (douanes, contrebandes, etc.) liées à ce dernier.

            La question patrimoniale doit donc être un corollaire à l’étude des territoires de l’attente. Il s’agit d’identifier ces derniers et de s’interroger sur le rôle qu’ils peuvent jouer sur le territoire. Dans le cas des frontières, la série de photos de Joseph Schulz nous révèle qu’il existe un grand nombre de bâtiments dédiés à la régulation et au contrôle des frontières en Europe, qui sont aujourd’hui à l’abandon. Peut-on envisager la conservation et la patrimonialisation de ces derniers ? Si oui, de quelle manière ? Nous pensons qu’à cette fin, il serait utile et pertinent de s’inspirer de l’exemple du patrimoine industriel. De nombreuses associations, comme l’Association québécoise pour le patrimoine industriel, militent et œuvrent pour une politique de conservation et de mise en valeur de ce patrimoine à caractère historique[3].

 

 

Simon Balloud

Doctorat I Histoire

Université de La Rochelle

Université du Québec à Montréal

 

[1] http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

[2] JOLY Marie-Hélène, “Les musées d’histoire et l’Europe“, in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, p.44

[3] http://www.aqpi.qc.ca/

 

Repères bibliographiques :

A.-L. AMILHAT SZARY & FOURNY M.-C., (dir.): Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 2006, 170 p.

JOLY Marie-Hélène, “Les musées d’histoire et l’Europe“, in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, pp.38-52.

 

Annexes :

Photographies de Joseph Schulz intitulées “Vestiges de l’Europe“.

Source : http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

 

Simon Balloud

Doctorant allocataire en histoire contemporaine Université de La Rochelle Université du Québec à Montréal

More Posts