Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction

Affiche du colloque de Lyon
Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé e…

Affiche du colloque de Lyon

Affiche du colloque de Lyon

Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé en septembre 2011. Il est né d’une collaboration entre l’Ifpo, l’Université Salahedin d’Erbil (Irak) et le Gremmo (Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, Lyon). Le but de ce projet est de réaliser un ouvrage cartographique et analytique des dynamiques socio-spatiales du nord de l’Irak, publié en quatre langues (français, anglais, kurde, arabe).

Dans ce cadre, l’Ifpo a organisé les 2 et 3 octobre 2012, à Lyon, un colloque avec le soutien logistique du Gremmo. Il s’agissait, d’une part, de montrer en quoi la région kurde autonome, entre Syrie, Turquie et Iran, constitue une zone particulièrement fragile dans le contexte actuel d’instabilité et, d’autre part, de comprendre comment l’espace constitue un enjeu économique, politique et communautaire.

Ce colloque intitulé « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction » se proposait de comprendre les dynamiques économiques et politiques dans cette région frontalière à travers l’analyse des jeux d’acteurs qui contribuent à sa production (communautés, pouvoirs politiques, acteurs économiques).

Kurdistan d’Irak : les enjeux de l’autonomie

Depuis 2003, le nord de l’Irak vit une phase de développement économique sans précédent, suscitant de nouvelles dynamiques : enjeux pétroliers et frontaliers, reconquête des espaces ruraux et agraires, mise en réseau des centres urbains dans une économie régionale et mondiale, présence croissante des investisseurs étrangers dans les infrastructures, les communications, la distribution, ou encore problèmes nouveaux liés à l’accueil des populations réfugiées ou déplacées.

Cette région n’est plus désormais un espace autarcique. Elle témoigne des évolutions en cours dans un Moyen-Orient devenu à la fois instable et de plus en plus interdépendant. Mais plus encore, elle connaît un processus d’autonomisation politique qui n’est pas sans effets sur la production de l’espace : reconstruction de localités détruites durant l’ère Saddam Hussein ; rôle des investisseurs étrangers ; développement d’infrastructures de transport et commerciales (aéroports, nouveau réseau autoroutier, shopping-mall, etc.) ; développement de projets d’exploitations énergétiques, etc.

Ces nouveaux enjeux sont déterminants pour l’avenir de l’Irak mais aussi pour celui des pays voisins (Iran et Turquie). À ce niveau, se trament des luttes d’influence entre puissances régionales et des conflits potentiels dans un contexte marqué par le retrait des troupes américaines, la crise syrienne et le rôle accru de l’Iran, de la Turquie et des monarchies du Golfe sur la scène régionale.

Nous avons cherché à comprendre comment cette région pluriethnique et pluricommunautaire, point de passage obligé pour les populations de la région, cherche à se constituer en une entité autonome, dans le contexte actuel de tensions géopolitiques. Ce territoire en devenir participe d’une forte dynamique d’intégration économique régionale, alors que la situation est explosive et que les tensions avec Bagdad sont de plus en plus vives. En effet, l’un des enjeux du développement du Kurdistan réside dans sa capacité à s’autonomiser de Bagdad. Ceci passe inévitablement par une intégration régionale croissante et une interdépendance des systèmes économiques transfrontaliers (kurdo-turc ; kurdo-iranien), puisque ces dynamiques tendent de plus en plus à marginaliser la position de Bagdad, qui perd aussi son pouvoir d’attraction et de domination économique et politique. Sur ce plan, l’analyse socio-spatiale s’avère être une approche pertinente pour saisir le processus d’autonomisation de la région.

Enjeux autour de la construction d’un territoire kurde

Nous nous sommes d’abord intéressés aux enjeux sous-jacents à la construction territoriale d’une entité kurde en Irak. La délimitation de la frontière de la région autonome kurde cristallise des enjeux vitaux et symboliques : contrôle des villes de Mossoul et de Kirkouk ; maîtrise des ressources naturelles ; devenir des minorités. Le fait qu’un processus de construction politico-territorial scinde l’Irak en plusieurs entités pose des questions de délimitation (Khalil Ismail Mohammad, Université Salahadin, Erbil ; Alice Tawil, Université de Strasbourg). De part et d’autre de la ligne verte (établie au moment du cessez-le-feu entre les Kurdes et l’armée de Saddam Hussein en 1991, voir fig. 1), la zone dite « en discussion » est composée d’entités plurielles :

  • la zone 1 (en jaune sur la carte), peuplée de Kurdes, déjà largement intégrée à l’entité kurde ;
  • la zone 2 (orange), riche en hydrocarbures, peuplée en majorité de Kurdes arabisés, en proie à des conflits ;
  • la zone 3 (rouge), peuplée majoritairement d’Arabes, ayant vocation à être rattachée à l’Irak.
Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012

Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012 (@ C. Roussel, Ifpo) Cliquer sur l’image pour agrandir et voir les légendes.

C’est en principe un référendum, sans cesse ajourné, qui devrait décider du devenir de ces territoires : rattachement au Kurdistan ou à Bagdad. En attendant, les tensions restent vives entre les forces armées kurdes et arabes irakiennes.

La structuration du champ politique au Kurdistan d’Irak participe à la construction du territoire (Arthur Quesnay, Ifpo Erbil ; Adel Bakawan, Université d’Évry). La scène politique kurde irakienne s’est historiquement structurée autour d’enjeux nationalistes et de dynamiques transnationales qui peuvent expliquer la persistance de divisions. Toutefois, loin d’être figé, le paysage politique kurde fait face à d’importants mouvements de contestation populaire, animés entre autres par les partis islamistes qui s’opposent aux grands partis kurdes irakiens traditionnels (PDK et UPK). Mais la prédominance des partis kurdes historiques demeure un élément actif du processus de construction d’une entité kurde dans le nord de l’Irak.

L’enjeu démographique

Nous avons ensuite porté notre regard sur les structures de la population (diversité ethnique et religieuse, répartition territoriale, dynamiques migratoires, etc.), avec comme objectif de montrer le rôle du Kurdistan dans les déplacements de populations et dans les stratégies des minorités et des réfugiés y vivent. Le Kurdistan d’Irak joue, notamment depuis 2003, le rôle d’espace refuge pour des communautés religieuses irakiennes (chrétienne, sabéenne, yézidi). La protection des réfugiés et des minorités, chrétiennes surtout, peut être analysée comme une garantie de soutien du pouvoir kurde par les puissances occidentales (Peyman Shuqi, Université Salahedin, Erbil). La situation des réfugiés, déplacés et « returnies » est particulièrement prégnante dans le gouvernorat de Dohuk (Mohamad Abdulla Hamo, Office des déplacés et des migrations, Dohuk). Fuyant les violences en Syrie ou la répression en Turquie ou en Iran, des dizaines de milliers de réfugiés ont été accueillis au KRG (Kurdistan Regional Government) : kurdes à 80 %, chrétiens à 15 % et turkmènes/arabes à 5 % (fig. 2).

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d'Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo)

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d’Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

La gestion des réfugiés constitue un enjeu politique à double-tranchant pour le KRG : une possibilité d’arbitrage dans les conflits à ses frontières (Syrie) et de négociation avec son voisin (Turquie). Plus globalement, les facteurs explicatifs de la répartition du peuplement dans la région interrogent aussi le champ politique. La répression des années 1980 ordonnée par Saddam Hussein avait pour but de vider les campagnes et de forcer les populations à se déplacer dans des camps urbains sous contrôle de l’armée (Hewa Sadiq Saleem, Université Salahedin, Erbil). Aujourd’hui, différentes actions et mesures politiques tentent de « réparer » les conséquences de la guerre en subventionnant les populations pour qu’elles retournent dans leurs villages. Mais l’agriculture ne fait plus vivre qu’une frange infime de la société kurde.

L’enjeu des ressources naturelles

Les potentialités et les ressources traditionnelles de la région (agriculture, eau et pétrole) ont aussi fait l’objet de débats. Le secteur agricole, aux potentialités énormes, a accusé une baisse significative de la productivité ces dernières décennies en raison d’une combinaison de plusieurs facteurs : la destruction de près de cinq mille villages kurdes ; la réduction de la superficie des terres agricoles ; le maintien de méthodes agricoles archaïques dues au manque d’investissements dans les technologies modernes (Hashim Yaseen al-Hada, Université Salahedin, Erbil). Le cas du pétrole au Kurdistan irakien est tout autre, depuis que les compagnies étrangères cherchent à investir au KRG (Azad Mohammed Ameen Kaka Sheikh Naqshbandi, Université Salahedin, Erbil). Le secteur pétrolier est au centre des nouveaux enjeux de développement économique, en tant que principale source financière de la région, et aussi des tensions avec la capitale irakienne. De plus, ceci interroge la construction même de la région autonome en posant la question cruciale des délimitations frontières du KRG avec le reste de l’Irak et du statut controversé de Kirkouk.

L’enjeu frontalier

L’intégration régionale du KRG, à la confluence de plusieurs États, a été traitée dans la dernière partie du colloque. L’ouverture de la région autonome du Kurdistan d’Irak sur ses voisins a engendré des dynamiques économiques et humaines nouvelles (produits importés en masse avec l’argent du pétrole ; flux de migrants ; trafics illégaux de marchandises). L’analyse des circulations légales et illégales à la frontière avec l’Iran montre comment les acteurs économiques transfrontaliers se jouent des frontières pour participer à une intégration économique « par le bas » (Cyril Roussel, Ifpo Amman). Le rôle de région transfrontalière est probablement l’un des atouts majeurs du KRG (fig. 3).

Fig. 3 : flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak  (@ C. Roussel, Ifpo)

Fig. 3 : Flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak (@ C. Roussel, Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

Les échanges commerciaux entre la Turquie et le KRG sont également emblématiques des enjeux financiers et économiques qui structurent les rapports diplomatiques entre acteurs politiques régionaux (Mervé Ozdemirkiran, Sciences-po Paris, CERI). La Turquie s’est activement engagée dans le processus de reconstruction de l’Irak après 2003 ; les échanges économiques et les investissements des entrepreneurs originaires de Turquie dans la construction de nouvelles infrastructures constituent le moteur de ces relations. C’est aussi toute l’organisation du réseau urbain au sein du Kurdistan qui se reconfigure avec la mise en place d’une nouvelle économie régionalisée (Mr Samir Mahoo Jamil, Université Salahedin, Erbil). Sur le plan des échanges de marchandises et des investissements productifs, l’axe Turquie-Iran se renforce (par les villes de Zakho, Dohuk et d’Erbil au KRG), reléguant Bagdad à un rôle secondaire. Ce système régional tend de plus en plus à s’autonomiser vis-à-vis de la capitale irakienne.

Conclusion

Le Kurdistan d’Irak continue à porter les traces et les séquelles d’un espace « violenté » (déplacement de populations ; métropolisation à marche forcée, combats armés, etc.) et fragmenté (entre communautés, entre partis politiques mais aussi entre familles de part et d’autre de la ligne verte), compensé, il est vrai, par des atouts naturels (eau, terres arables, ressources énergétiques). Cependant, le KRG subit des effets du contexte géopolitique régional. Le processus de construction du Kurdistan est en partie dépendant des grands acteurs régionaux du Moyen-Orient qui sont aussi ses voisins immédiats. L’Iran, la Turquie et la Syrie ont une influence substantielle sur l’économie du KRG mais aussi sur la démographie même du territoire kurde (mouvements de réfugiés, de combattants, de travailleurs, d’investisseurs). Ces acteurs régionaux interviennent également dans le champ du politique kurde, tentant de tirer les ficelles, en soutenant telle ou telle coalition, telle ou telle organisation. La question transfrontalière reste donc extrêmement prégnante dans ce processus politico-économico-spatial. L’avenir du Kurdistan dépendra aussi de sa frontière avec le reste de l’Irak qui suit pour l’instant la ligne verte (fig. 1). Le statut de Kirkouk et des gisements de pétrole, la forme du réseau urbain (Mossoul), et surtout le devenir de centaines de milliers de Kurdes constituent des enjeux humains qui méritent sans doute de nouvelles investigations scientifiques.

Pour citer ce billet : Cyril Roussel, « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 14 février 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4811

Cyril Roussel

Cyril Roussel est géographe, membre de l’Ifpo depuis septembre 2010. Il travaille sur les mouvements migratoires au Moyen-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/cyril-roussel

Tous les billets de Cyril Roussel

“Vestiges des frontières européennes“ : vers la patrimonialisation des territoires de l’attente ?

« Il n’est pas de limite, de frontière, de garde-fou que l’on puisse imposer au temps »

« Il n’est pas de limite, de frontière, de garde-fou que l’on puisse imposer au temps »

Morgan Sportès, extrait de Solitudes

                                                                                       

             Cette réflexion est basée sur une série de photos intitulée “Vestiges des frontières européennes“, réalisée par le photographe Joseph Schulz. Ce dernier a voulu saisir les restes abandonnés aux frontières des pays européens, incarnés ici par les postes frontières[1].

            Le phénomène de mondialisation, avec comme conséquence principale une augmentation et une accélération des échanges de toutes natures, semble entraîner une irrémédiable ouverture des frontières. Ces dernières sont devenues, principalement d’un point de vue économique, un obstacle à la mise en place d’échanges internationaux. Les mots “frontière“ et “développement“ s’avèrent être devenus de parfaits antonymes. L’exemple qui illustre le mieux ce processus est l’Union Européenne, notamment à travers l’espace Schengen mis en place à partir de 1985, puis appliqué à l’échelle européenne en 1997 par le traité d’Amsterdam. Les frontières, véritables expressions physiques des politiques étatiques, n’ont plus leur place dans un espace européen qui favorise la libre circulation des biens et des personnes. Cependant, on constate qu’elles n’ont pas été supprimées mais seulement repoussées à la marge de l’Europe. Symbole du déplacement des frontières européennes, l’île italienne de Lampedusa en mer Méditerranée accueille chaque jour des dizaines de migrants venus notamment d’Afrique.

            La disparition des frontières au sein même de l’Europe a eu un impact sur l’aménagement du territoire des différents pays membres. Pour les villes frontalières, elles représentaient la garantie d’une activité économique rendue pérenne par la fréquentation constante de ces dernières par les populations en mouvement. La disparition de celles-ci a entrainé une dévitalisation du tissu économique et l’abandon d’un grand nombre de bâtiments publics dédié au contrôle des voyages transfrontaliers. Il s’agit surtout des postes frontières, entités emblématiques de la politique de contrôle mise en place par les états européens avant l’introduction d’une politique basée sur le libre-échange.

            Ces édifices n’ont plus de fonction. Véritables bâtiments fantômes, ils gisent ici et là comme les cicatrices apparentes d’une ancienne blessure et leur unique présence suffit à rappeler la présence passée d’une frontière. Ce patrimoine bâti est aussi et surtout le témoin d’expériences humaines, individuelles ou collectives, dans un contexte de transition spatiale et humaine. Celui-ci est particulièrement créateur d’attente pour les hommes et femmes qui l’expérimentent. Attente du contrôle douanier, angoisse du refus, cette transition spatiale est aussi une transition psychologique. Le corps cesse d’être en mouvement et laisse place à l’attente de l’autorisation de retrouver cet état premier. C’est donc un espace de contrainte où le corps ne jouit pas d’une totale liberté de mouvement. Ce “temps mort“ dans un processus de mobilité peut être facteur d’altération, par exemple sur l’imaginaire et les représentations d’un espace qui va être éprouvé après cette transition.

            La présence de ces bâtiments à l’abandon pose la question de la patrimonialisation des témoins de politiques étatiques passées. À l’image des récentes politiques mises en place pour la conservation du patrimoine industriel, on peut s’interroger sur la manière de mettre en valeur ce patrimoine bâti, expression de  l’architecture moderne et postmoderne. Depuis quelques années en Europe, les frontières sont devenues un support artistique, comme en témoigne la “frontière artistique du monde“. Cette œuvre réalisée par le sculpteur allemand J. Dörflinger en 2006, érige quelques vingt-deux sculptures de 8 m de haut qui représentent des figures du jeu de tarot entre Constance en Allemagne et Kreuzlingen en Suisse, en remplacement d’un grillage long de 220 mètres.

 

La “frontière artistique du monde“ réalisée par Joannes Dörflinger

Source : http://www.bodensee-woche.de/tarot-stele-der-weltweit-ersten-kunstgrenze-wird-internationaler-preis-010309-2594/

 

            Qu’elles soient physiques ou virtuelles, les frontières sont en mutation permanente car elles restent associées aux différentes politiques gouvernementales. La mondialisation ne les efface pas autant qu’on pourrait le croire, elle ne fait que les repousser ou les modifier. On assiste à des restructurations territoriales qui font émerger de nouveaux espaces transfrontaliers. Ces derniers sont autant de terrains de recherche pour tenter de comprendre les différentes logiques qui s’y opèrent. L’étude des frontières transcende l’histoire politique, elle s’intègre tout autant dans l’histoire socio-culturelle.

            Il y a eu des premières expériences de valorisation d’espaces transfrontaliers dans les années 1990, notamment avec l’exposition “L’homme et les Alpes“, réalisée par le Musée dauphinois de Grenoble en 1992. Depuis, d’autres projets dédiés à des territoires transfrontaliers, “conçus dans une optique résolument transnationale et reposant souvent sur la notion de frontière comme barrière mais aussi comme lieu d’échanges“ ont été mis en place[2]. Citons l’exemple du musée de la vie frontalière à Godewaersvelde, à la frontière franco-belge. Cependant, ces tentatives ne s’attardent pas réellement sur la question des rapports homme/territoire frontalier. Elles se penchent davantage sur les activités humaines (douanes, contrebandes, etc.) liées à ce dernier.

            La question patrimoniale doit donc être un corollaire à l’étude des territoires de l’attente. Il s’agit d’identifier ces derniers et de s’interroger sur le rôle qu’ils peuvent jouer sur le territoire. Dans le cas des frontières, la série de photos de Joseph Schulz nous révèle qu’il existe un grand nombre de bâtiments dédiés à la régulation et au contrôle des frontières en Europe, qui sont aujourd’hui à l’abandon. Peut-on envisager la conservation et la patrimonialisation de ces derniers ? Si oui, de quelle manière ? Nous pensons qu’à cette fin, il serait utile et pertinent de s’inspirer de l’exemple du patrimoine industriel. De nombreuses associations, comme l’Association québécoise pour le patrimoine industriel, militent et œuvrent pour une politique de conservation et de mise en valeur de ce patrimoine à caractère historique[3].

 

 

Simon Balloud

Doctorat I Histoire

Université de La Rochelle

Université du Québec à Montréal

 

[1] http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

[2] JOLY Marie-Hélène, “Les musées d’histoire et l’Europe“, in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, p.44

[3] http://www.aqpi.qc.ca/

 

Repères bibliographiques :

A.-L. AMILHAT SZARY & FOURNY M.-C., (dir.): Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 2006, 170 p.

JOLY Marie-Hélène, “Les musées d’histoire et l’Europe“, in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, pp.38-52.

 

Annexes :

Photographies de Joseph Schulz intitulées “Vestiges de l’Europe“.

Source : http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

 

Simon Balloud

Doctorant allocataire en histoire contemporaine
Université de La Rochelle
Université du Québec à Montréal

More Posts