Le Dictionnaire critique de la mondialisation : une refonte éditoriale (mise à jour)

(MAJ : CGG m’envoie deux fichiers, l’introduction et la liste des auteurs, téléchargeables sur Rum…

(MAJ : CGG m’envoie deux fichiers, l’introduction et la liste des auteurs, téléchargeables sur Rumor au fil du texte de ce billet) Sous la direction de Cynthia Ghorra-Gobin paraît le Dictionnaire critique de la mondialisation, qui est une large refonte du Dictionnaire des mondialisations, paru en 2006 chez le même éditeur, Armand Colin. Voici la présentation qui en est faite sur le site et qui reprend la quatrième de couverture: Globalisation du capitalisme, accélération et diffusion des échanges, uniformisation des modes de vie, internationalisation de la gouvernance, abolition des frontières …

Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction

Affiche du colloque de Lyon
Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé e…

Affiche du colloque de Lyon

Affiche du colloque de Lyon

Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé en septembre 2011. Il est né d’une collaboration entre l’Ifpo, l’Université Salahedin d’Erbil (Irak) et le Gremmo (Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, Lyon). Le but de ce projet est de réaliser un ouvrage cartographique et analytique des dynamiques socio-spatiales du nord de l’Irak, publié en quatre langues (français, anglais, kurde, arabe).

Dans ce cadre, l’Ifpo a organisé les 2 et 3 octobre 2012, à Lyon, un colloque avec le soutien logistique du Gremmo. Il s’agissait, d’une part, de montrer en quoi la région kurde autonome, entre Syrie, Turquie et Iran, constitue une zone particulièrement fragile dans le contexte actuel d’instabilité et, d’autre part, de comprendre comment l’espace constitue un enjeu économique, politique et communautaire.

Ce colloque intitulé « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction » se proposait de comprendre les dynamiques économiques et politiques dans cette région frontalière à travers l’analyse des jeux d’acteurs qui contribuent à sa production (communautés, pouvoirs politiques, acteurs économiques).

Kurdistan d’Irak : les enjeux de l’autonomie

Depuis 2003, le nord de l’Irak vit une phase de développement économique sans précédent, suscitant de nouvelles dynamiques : enjeux pétroliers et frontaliers, reconquête des espaces ruraux et agraires, mise en réseau des centres urbains dans une économie régionale et mondiale, présence croissante des investisseurs étrangers dans les infrastructures, les communications, la distribution, ou encore problèmes nouveaux liés à l’accueil des populations réfugiées ou déplacées.

Cette région n’est plus désormais un espace autarcique. Elle témoigne des évolutions en cours dans un Moyen-Orient devenu à la fois instable et de plus en plus interdépendant. Mais plus encore, elle connaît un processus d’autonomisation politique qui n’est pas sans effets sur la production de l’espace : reconstruction de localités détruites durant l’ère Saddam Hussein ; rôle des investisseurs étrangers ; développement d’infrastructures de transport et commerciales (aéroports, nouveau réseau autoroutier, shopping-mall, etc.) ; développement de projets d’exploitations énergétiques, etc.

Ces nouveaux enjeux sont déterminants pour l’avenir de l’Irak mais aussi pour celui des pays voisins (Iran et Turquie). À ce niveau, se trament des luttes d’influence entre puissances régionales et des conflits potentiels dans un contexte marqué par le retrait des troupes américaines, la crise syrienne et le rôle accru de l’Iran, de la Turquie et des monarchies du Golfe sur la scène régionale.

Nous avons cherché à comprendre comment cette région pluriethnique et pluricommunautaire, point de passage obligé pour les populations de la région, cherche à se constituer en une entité autonome, dans le contexte actuel de tensions géopolitiques. Ce territoire en devenir participe d’une forte dynamique d’intégration économique régionale, alors que la situation est explosive et que les tensions avec Bagdad sont de plus en plus vives. En effet, l’un des enjeux du développement du Kurdistan réside dans sa capacité à s’autonomiser de Bagdad. Ceci passe inévitablement par une intégration régionale croissante et une interdépendance des systèmes économiques transfrontaliers (kurdo-turc ; kurdo-iranien), puisque ces dynamiques tendent de plus en plus à marginaliser la position de Bagdad, qui perd aussi son pouvoir d’attraction et de domination économique et politique. Sur ce plan, l’analyse socio-spatiale s’avère être une approche pertinente pour saisir le processus d’autonomisation de la région.

Enjeux autour de la construction d’un territoire kurde

Nous nous sommes d’abord intéressés aux enjeux sous-jacents à la construction territoriale d’une entité kurde en Irak. La délimitation de la frontière de la région autonome kurde cristallise des enjeux vitaux et symboliques : contrôle des villes de Mossoul et de Kirkouk ; maîtrise des ressources naturelles ; devenir des minorités. Le fait qu’un processus de construction politico-territorial scinde l’Irak en plusieurs entités pose des questions de délimitation (Khalil Ismail Mohammad, Université Salahadin, Erbil ; Alice Tawil, Université de Strasbourg). De part et d’autre de la ligne verte (établie au moment du cessez-le-feu entre les Kurdes et l’armée de Saddam Hussein en 1991, voir fig. 1), la zone dite « en discussion » est composée d’entités plurielles :

  • la zone 1 (en jaune sur la carte), peuplée de Kurdes, déjà largement intégrée à l’entité kurde ;
  • la zone 2 (orange), riche en hydrocarbures, peuplée en majorité de Kurdes arabisés, en proie à des conflits ;
  • la zone 3 (rouge), peuplée majoritairement d’Arabes, ayant vocation à être rattachée à l’Irak.
Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012

Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012 (@ C. Roussel, Ifpo) Cliquer sur l’image pour agrandir et voir les légendes.

C’est en principe un référendum, sans cesse ajourné, qui devrait décider du devenir de ces territoires : rattachement au Kurdistan ou à Bagdad. En attendant, les tensions restent vives entre les forces armées kurdes et arabes irakiennes.

La structuration du champ politique au Kurdistan d’Irak participe à la construction du territoire (Arthur Quesnay, Ifpo Erbil ; Adel Bakawan, Université d’Évry). La scène politique kurde irakienne s’est historiquement structurée autour d’enjeux nationalistes et de dynamiques transnationales qui peuvent expliquer la persistance de divisions. Toutefois, loin d’être figé, le paysage politique kurde fait face à d’importants mouvements de contestation populaire, animés entre autres par les partis islamistes qui s’opposent aux grands partis kurdes irakiens traditionnels (PDK et UPK). Mais la prédominance des partis kurdes historiques demeure un élément actif du processus de construction d’une entité kurde dans le nord de l’Irak.

L’enjeu démographique

Nous avons ensuite porté notre regard sur les structures de la population (diversité ethnique et religieuse, répartition territoriale, dynamiques migratoires, etc.), avec comme objectif de montrer le rôle du Kurdistan dans les déplacements de populations et dans les stratégies des minorités et des réfugiés y vivent. Le Kurdistan d’Irak joue, notamment depuis 2003, le rôle d’espace refuge pour des communautés religieuses irakiennes (chrétienne, sabéenne, yézidi). La protection des réfugiés et des minorités, chrétiennes surtout, peut être analysée comme une garantie de soutien du pouvoir kurde par les puissances occidentales (Peyman Shuqi, Université Salahedin, Erbil). La situation des réfugiés, déplacés et « returnies » est particulièrement prégnante dans le gouvernorat de Dohuk (Mohamad Abdulla Hamo, Office des déplacés et des migrations, Dohuk). Fuyant les violences en Syrie ou la répression en Turquie ou en Iran, des dizaines de milliers de réfugiés ont été accueillis au KRG (Kurdistan Regional Government) : kurdes à 80 %, chrétiens à 15 % et turkmènes/arabes à 5 % (fig. 2).

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d'Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo)

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d’Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

La gestion des réfugiés constitue un enjeu politique à double-tranchant pour le KRG : une possibilité d’arbitrage dans les conflits à ses frontières (Syrie) et de négociation avec son voisin (Turquie). Plus globalement, les facteurs explicatifs de la répartition du peuplement dans la région interrogent aussi le champ politique. La répression des années 1980 ordonnée par Saddam Hussein avait pour but de vider les campagnes et de forcer les populations à se déplacer dans des camps urbains sous contrôle de l’armée (Hewa Sadiq Saleem, Université Salahedin, Erbil). Aujourd’hui, différentes actions et mesures politiques tentent de « réparer » les conséquences de la guerre en subventionnant les populations pour qu’elles retournent dans leurs villages. Mais l’agriculture ne fait plus vivre qu’une frange infime de la société kurde.

L’enjeu des ressources naturelles

Les potentialités et les ressources traditionnelles de la région (agriculture, eau et pétrole) ont aussi fait l’objet de débats. Le secteur agricole, aux potentialités énormes, a accusé une baisse significative de la productivité ces dernières décennies en raison d’une combinaison de plusieurs facteurs : la destruction de près de cinq mille villages kurdes ; la réduction de la superficie des terres agricoles ; le maintien de méthodes agricoles archaïques dues au manque d’investissements dans les technologies modernes (Hashim Yaseen al-Hada, Université Salahedin, Erbil). Le cas du pétrole au Kurdistan irakien est tout autre, depuis que les compagnies étrangères cherchent à investir au KRG (Azad Mohammed Ameen Kaka Sheikh Naqshbandi, Université Salahedin, Erbil). Le secteur pétrolier est au centre des nouveaux enjeux de développement économique, en tant que principale source financière de la région, et aussi des tensions avec la capitale irakienne. De plus, ceci interroge la construction même de la région autonome en posant la question cruciale des délimitations frontières du KRG avec le reste de l’Irak et du statut controversé de Kirkouk.

L’enjeu frontalier

L’intégration régionale du KRG, à la confluence de plusieurs États, a été traitée dans la dernière partie du colloque. L’ouverture de la région autonome du Kurdistan d’Irak sur ses voisins a engendré des dynamiques économiques et humaines nouvelles (produits importés en masse avec l’argent du pétrole ; flux de migrants ; trafics illégaux de marchandises). L’analyse des circulations légales et illégales à la frontière avec l’Iran montre comment les acteurs économiques transfrontaliers se jouent des frontières pour participer à une intégration économique « par le bas » (Cyril Roussel, Ifpo Amman). Le rôle de région transfrontalière est probablement l’un des atouts majeurs du KRG (fig. 3).

Fig. 3 : flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak  (@ C. Roussel, Ifpo)

Fig. 3 : Flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak (@ C. Roussel, Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

Les échanges commerciaux entre la Turquie et le KRG sont également emblématiques des enjeux financiers et économiques qui structurent les rapports diplomatiques entre acteurs politiques régionaux (Mervé Ozdemirkiran, Sciences-po Paris, CERI). La Turquie s’est activement engagée dans le processus de reconstruction de l’Irak après 2003 ; les échanges économiques et les investissements des entrepreneurs originaires de Turquie dans la construction de nouvelles infrastructures constituent le moteur de ces relations. C’est aussi toute l’organisation du réseau urbain au sein du Kurdistan qui se reconfigure avec la mise en place d’une nouvelle économie régionalisée (Mr Samir Mahoo Jamil, Université Salahedin, Erbil). Sur le plan des échanges de marchandises et des investissements productifs, l’axe Turquie-Iran se renforce (par les villes de Zakho, Dohuk et d’Erbil au KRG), reléguant Bagdad à un rôle secondaire. Ce système régional tend de plus en plus à s’autonomiser vis-à-vis de la capitale irakienne.

Conclusion

Le Kurdistan d’Irak continue à porter les traces et les séquelles d’un espace « violenté » (déplacement de populations ; métropolisation à marche forcée, combats armés, etc.) et fragmenté (entre communautés, entre partis politiques mais aussi entre familles de part et d’autre de la ligne verte), compensé, il est vrai, par des atouts naturels (eau, terres arables, ressources énergétiques). Cependant, le KRG subit des effets du contexte géopolitique régional. Le processus de construction du Kurdistan est en partie dépendant des grands acteurs régionaux du Moyen-Orient qui sont aussi ses voisins immédiats. L’Iran, la Turquie et la Syrie ont une influence substantielle sur l’économie du KRG mais aussi sur la démographie même du territoire kurde (mouvements de réfugiés, de combattants, de travailleurs, d’investisseurs). Ces acteurs régionaux interviennent également dans le champ du politique kurde, tentant de tirer les ficelles, en soutenant telle ou telle coalition, telle ou telle organisation. La question transfrontalière reste donc extrêmement prégnante dans ce processus politico-économico-spatial. L’avenir du Kurdistan dépendra aussi de sa frontière avec le reste de l’Irak qui suit pour l’instant la ligne verte (fig. 1). Le statut de Kirkouk et des gisements de pétrole, la forme du réseau urbain (Mossoul), et surtout le devenir de centaines de milliers de Kurdes constituent des enjeux humains qui méritent sans doute de nouvelles investigations scientifiques.

Pour citer ce billet : Cyril Roussel, « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 14 février 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4811

Cyril Roussel

Cyril Roussel est géographe, membre de l’Ifpo depuis septembre 2010. Il travaille sur les mouvements migratoires au Moyen-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/cyril-roussel

Tous les billets de Cyril Roussel

Le port perdu d’Ostie

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rom…

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rome vers le milieu du VIIe siècle av. J.-C. Cette fondation devait répondre à trois objectifs : il fallait donner à Rome un débouché à la mer, assurer son ravitaillement en blé et en sel et enfin, empêcher une flotte ennemie de remonter le Tibre.

Á Ostie, les fouilles archéologiques successives ont montré que le noyau urbain initial (castrum) date au plus tôt au tournant du IVe siècle et du IIIe siècle av. J.-C. Les principaux axes de circulation urbaine ont été dégagés ainsi que les grands édifices (thermes, théâtre, capitole, marché, forum, entrepôts…) mais l’emplacement exact du port fluvial d’embouchure d’Ostie restait inconnu. Pour certains, ce dernier était considéré comme un “port perdu”.

En effet, depuis la Renaissance, de nombreuses tentatives de localisation du port d’Ostie ont été entreprises, sans succès. Il faut attendre les XIXe et XXe siècles pour que des archéologues italiens identifient un secteur au nord-ouest de la ville, proche du Palais Impérial, comme le site potentiel. En 2002, des archéologues allemands confirment la probable localisation du bassin, dans ce secteur nord, au moyen de prospections magnétiques. Toutefois, pour certains, l’absence de structures archéologiques dans cette parcelle attestait la présence d’un bassin, tandis que pour d’autres elle impliquait davantage la présence d’une place ou d’un espace dédié au débarquement des marchandises et à leur manœuvre.

Il n’y avait donc toujours pas consensus sur la localisation exacte du port et le débat restait vif.

Vue aérienne oblique (vers l’est) des vestiges de la ville antique d’Ostie. A gauche (au nord) le Tibre. Au premier plan le site portuaire antique.
(cliché : Pr. Simon Keay)

Une équipe pluridisciplinaire franco-italienne (associant géoarchéologue (J.-P. Goiran, F. Salomon, E. Pleuger) biologiste (I. Mazini), sédimentologue (C. Vittori), archéologue (A. Pellegrino) et historien (P. Arnaud)) a donc tenté de vérifier définitivement l’hypothèse d’un port dans ce secteur nord-ouest grâce à l’utilisation d’un carottier géologique.

Ces carottages ont permis d’obtenir une stratigraphie remontant jusqu’au début du 1er millénaire avant J.-C.

Trois étapes se distinguent :

1) L’unité basale (la plus profonde), antérieure à la fondation d’Ostie, indique que la mer était présente dans ce secteur au début du 1er millénaire av. J.-C.

2) La strate médiane, riche en sédiments argilo-limoneux de couleur grise, est caractéristique d’un faciès portuaire. Les calculs donnent une profondeur de 6 m au bassin au début de son fonctionnement, daté entre le IVe et le IIe siècle av. J.-C. Cette profondeur a été calculée par rapport au niveau marin antique de l’époque romaine positionné à environ 1m sous le niveau marin actuel. Considéré jusqu’alors comme un port essentiellement fluvial, ne pouvant accueillir que des bateaux à faible tirant d’eau, le port d’Ostie bénéficiait en réalité d’un bassin profond susceptible d’accueillir de grands navires maritimes. Cette information confère à cet aménagement une importance bien plus grande que celle qu’on lui accordait jusque là.

3) Enfin, la strate la plus récente, constituée d’accumulations massives d’alluvions, témoigne de l’abandon du bassin à l’époque romaine impériale. Grâce aux datations au radiocarbone, il est possible d’en déduire qu’une succession d’épisodes de crues majeures du Tibre est venue colmater définitivement le bassin portuaire d’Ostie entre le IIe siècle av. J.-C. et le premier quart du Ier siècle ap. J.-C. (et ce, malgré d’éventuelles phases de curage). Á cette période, la profondeur du bassin est inférieure à 1 m et rend toute navigation impossible. Ces résultats sont en accord avec le discours du géographe Strabon (58 av. J.-C. – 21/25 ap. J.-C.) qui indique un comblement du port d’Ostie par des sédiments du Tibre à son époque. Il a alors été abandonné au profit d’un nouveau complexe portuaire construit à 3km au nord de l’embouchure du fleuve, du nom de Portus.

Opération de carottage mécanique-rotatif, afin d’extraire les archives sédimentaires du sous-sol d’Ostie. Ces carottages seront ensuite analysés en laboratoire (OMEAA à Lyon et à la Sapienza à Rome)

Cette découverte du bassin portuaire d’embouchure d’Ostie, au nord de la ville et à l’ouest du Palais Impérial, va permettre de mieux comprendre les liens entre Ostie, son port et la création ex nihilo de Portus, commencé en 42 ap. J.-C et achevé sous Néron en 64 ap. J.-C. Ce gigantesque port de 200 ha deviendra alors le port de Rome et le plus grand jamais construit par les romains en Méditerranée.

En somme, ces travaux ont permis de faire progresser nos connaissances sur Ostie dans trois domaines : géographique, bathymétrique et chronologique.

1. La localisation du bassin portuaire d’Ostie est maintenant connue : au nord-ouest de la ville, proche du palais impérial.

2. La profondeur du bassin lors de son creusement est de l’ordre de 6m sous le niveau marin antique. Cette profondeur permettait à certains navires maritimes de fort tonnage et tirant d’eau d’y accéder (et pas seulement les navires fluviaux).

3. Les premiers sédiments qui se déposent au fond du bassin sont datés entre le IVe et IIe siècle av. J.-C. et les sédiments sommitaux, d’origine fluviale, sont datés entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C.

Institutions ayant contribué à la réalisation de cette recherche :

École française de Rome, Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma – Sede di Ostia, CNRS, Institut Universitaire de France (Chaire du Professeur P. Arnaud), Université de Lyon 2, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée (UMR 5133-Archéorient), Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (UMR 6573-Centre Camille Julian), Università degli studi Roma 3 (IGAG-CNR), ANR JC

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l…

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs. L’utopie d’un …

Atlas des Tsiganes

Les dessous de la question rom Sorti le 4 avril aux éditions Autrement, l’Atlas des Tsiganes a…

Les dessous de la question rom Sorti le 4 avril aux éditions Autrement, l’Atlas des Tsiganes a pour ambition de “mettre des cartes sur un sujet confus”, explique Samuel Delépine, co-auteur de l’Atlas et maître de conférences en géographie sociale à l’UA. Son objectif n’était pas d’ethniciser mais d’aborder les problématiques économiques et sociales autour des populations dites Tsiganes. Le géographe analyse également les mesures politiques prises en France et en Europe à l’égard des roms. Sur les Tsiganes, les raccourcis vont bon train. […]

La forêt dans les albums pour enfants

            La forêt est un espace très présent dans la littérature pour enfants et en particulier d…

            La forêt est un espace très présent dans la littérature pour enfants et en particulier dans les contes et les albums. En tant qu’espace de l’abandon, elle semble très proche de la montagne dans ses représentations mentales et y est très souvent associée. Dans les albums qui constituent notre mini-corpus, nous pouvons distinguer quatre perceptions, parfois antithétiques, de la forêt : d’abord le lieu où les protagonistes cherchent à fuir ou à s’isoler de la civilisation ; puis un lieu démoniaque ou, a contrario, enchanté ; ensuite, comme tout espace rural, un lieu de régénérescence ; enfin, un lieu de plaisirs et d’amusements. Robert Harrison, professeur de philosophie à l’Université de Stanford et qui a travaillé sur l’imaginaire occidental, voit dans les forêts un monde à part :

Dans l’histoire de la civilisation occidentale, les forêts représentent un monde à part, opaque, qui a permis à cette civilisation de se dépayser, de s’enchanter, de se terrifier, de se mettre en question, en somme de projeter dans les ombres de la forêt ses plus secrètes, ses plus profondes angoisses[1].

Fig.1 : François Place, Les royaumes de Nilandar (p.75)

La forêt, antithèse de la civilisation

L’Empire des Cinq Cités vivait en paix dans l’ombre verte des montagnes. Ses villes bruissaient comme des ruches au soleil et les greniers débordaient jusque dans les villages les plus reculés, tout au bout des routes de pierre luisant sous la lune. Mais les Sages et les Seigneurs des Cinq Cités rêvaient chaque nuit d’un peuple cruel et belliqueux, loin au-delà des confins de l’Empire, et qui faisait planer une ombre sur la paix de leur nation.[2]

            C’est ainsi que François Place fait débuter l’histoire de la montagne d’Esmeralda. La planche panoramique qui fait face à l’incipit de l’histoire montre des temples et des villages installés au sommet des montagnes. Sur leurs flancs, on devine des cultures enterrasses. La vallée, on le découvre à la planche suivante (p.71) est occupée par une forêt dense, unificatrice puisqu’elle est commune à toutes les cités de l’Empire. La forêt d’Esmeralda est baptisée « Grand-Mère Forêt » à la page 70 et on la dit remonter aux « premiers temps du monde ». Un peu plus loin, lorsqu’Itilalmatulac relate son voyage jusqu’aux confins de cette forêt, il la décrit comme luxuriante :

Très Hauts Seigneurs, innombrables sont les richesses que nous avons vues ! […] Nous avons vu des nations d’oiseaux couvrir les arbres d’un vivant manteau de plumes aux éclatantes couleurs. Nous avons vu de grands serpents à tête jaune nager silencieusement dans la boue végétale et des singes à voix d’homme pendre aux branches comme des grappes de fruits roux. […] [3]

Fig.2 : François Place, « La montagne d’Esmeralda » (1998), p.70-71

            La description de la forêt qui nous est livrée-là est celle de la forêt originelle, primitive. Celle qui protège le « bon sauvage » et dans laquelle il se meut sans crainte par des « chemins entretenus [qui] serpentent au cœur de [la] commune Grand-Mère Forêt[4] ». C’est la forêt qui couvre l’Eden au troisième jour de la création :

Dieu dit : « Que la terre se couvre de verdure, d’herbe qui rend féconde sa semence, d’arbres fruitiers qui, selon leur espèce, portent sur terre des fruits ayant en eux-mêmes leur semence ! » Il en fut ainsi.[5]

            Tout comme à Esmeralda où Grand-Mère Forêt est bordée par le Père des fleuves, Eden est irrigué par un fleuve qui se partage en quatre : le Pishôn, le Guihôn, le Tigre et l’Euphrate[6]. La forêt et le fleuve précèdent ainsi l’arrivée de l’homme, créé pour en « cultiver le sol et le garder [7]». Eden comme Esmeralda sont étymologiquement de véritables lieux écologiques. En effet, la forêt d’Eden et celle d’Esmeralda rassemblent, recueillent et relient ce qui s’y trouve (logos) mais elles sont également des endroits habités (oikos). Ce qui sépare cependant ces deux lieux se trouve exprimé dans la terminologie employée. La forêt d’Esmeralda, la silva latine, n’est pas dominée par les habitants de l’Empire des Cinq Cités. Elle reste la Grand-Mère nourricière, protectrice et toute puissante, et c’est au-dessus, sur les sommets montagneux, que les habitants ont élu domicile. A contrario, la « forêt » d’Eden est gardée par l’homme autant qu’elle lui procure ses moyens de subsister. Eden est un monde clos (« gardinus »), un jardin, un lieu où s’est établi une sorte de pacte entre l’homme et la nature.

            On retrouve l’idée de ce pacte dans le Pays des Zizotls[8]. En effet, le géographe Ortélius apprend des Zizotls, peuplade indienne demeurant au cœur de l’île d’Orbae, ce qu’est la « politesse des pieds » :

Chez les Zizotls, il n’existait pas d’autre carte que la trace des pas. C’était leur paraphe et leur page d’écriture. Ils dessinaient leurs empreintes comme de petites plantes successives et jugeaient un homme à la discrétion de son passage, à l’élégance de son chemin. Ils pensaient qu’il fallait effleurer la terre, et laisser derrière soi un jardin. Ils pratiquaient une sorte de politesse des pieds.[9]

            Si le géographe, par la carte, cherche à dominer la forêt qu’il traverse, en l’occurrence celle des Zizotls, ces derniers ne veulent « qu’effleurer la terre ». Ils protègent leur forêt en forme de Z qui leur apporte ce qu’il faut pour vivre dans une sorte de contrat écologique au sens où nous avons défini ce terme plus haut.

 

            Dans sa lecture philologique de l’histoire, Giambattista Vico[10] proposait, en 1725, une théorie cyclique du temps en trois phases, allant de la barbarie à la civilisation. Après l’émergence de la religion, « âge des dieux », puis la domination d’une classe noble, « âge des héros », l’homme atteignait la civilisation éclairée, « âge des hommes » :

Les choses se sont succédées dans l’ordre suivant : d’abord les forêts, puis les cabanes, les villages, les cités et enfin les académies savantes.

            Pour Vico, la forêt est donc la représentation de la « nature primitive ». Elle s’oppose en tout point à la civilisation et doit donc être détruite. C’est ce que font les Seigneurs de Métal, autrement dit les conquistadores chrétiens, évoqués dans la Montagne d’Esmeralda venus conquérir de nouvelles terres et imposer leur civilisation :

Car sachez que les Seigneurs de Métal avaient déjà ravagé tout un pays vers l’étoile du matin, brûlant les Maisons des Dieux et leurs serviteurs.[11]

La forêt, lieu démoniaque ou enchanté

            Petite Ânette[12] de Yein Kim est un petit livre qui utilise très peu de couleurs. L’illustratrice coréenne travaille les lavis de noir qui permettent un jeu subtil de contrastes. Le premier contraste apparaît dès l’ouverture du livre entre la couverture et les pages de garde. Sur la couverture, Ânette est sur les toits de la ville et y arrose ses maigres plantes ; dès la première tourne de page, le lecteur se retrouve face à une forêt en lavis très clair à travers laquelle transparaît le soleil. On observe le même procédé en chiasme à la clôture du livre. Au calme et à la sérénité qui se dégagent de la forêt présente en pages de garde finales sont opposés l’agitation et la cacophonie plastique d’une quatrième de couverture qui représente la place de marché de la ville. On comprend aisément que Yein Kim cherche là à opposer une certaine image de la civilisation via une perception de l’espace urbain à une certaine image de la nature sauvage via une perception de la forêt. Cette opposition est explicitée dans le texte qui s’étend des pages 3 à 10 :

Fig.3 : Yein Kim, Petite Ânette (2010), p. 19-20

Petite Ânette voudrait partir loin de la ville.

Loin de la foule.

Loin de la bousculade et du bruit.

En fait, Petite Ânette ne rêve que de silence.

            Dans l’agitation de la ville, Petite Ânette rencontre un chanteur des rues qui parle d’une « forêt mystérieuse » où règne le silence, l’antithèse parfaite de la ville bruyante :

Prêt de la ville, il y a une forêt.

Une forêt mystérieuse où seuls peuvent pénétrer « les sans bruit ».

Là-bas, il y a un château paisible, un trésor de silence. [13]

            La forêt apparaît alors à la page 18, répondant, semble-t-il, à la phrase du texte de la page qui fait face : « Ce lieu existe-t-il ? ». Elle prend la forme d’une grille qui fermerait l’issue du chemin qui y conduit. À travers les troncs serrés et verticaux des arbres et la trame horizontale des branches, on devine un soleil qui luit. La forêt envahit la double-page 19-20. La trame noire n’est pas rassurante et transcrit la sensation d’effroi que Petite Ânette perçoit avant de pénétrer dans la forêt : « Petite Ânette retient son souffle[14] ». Mais en y entrant, p. 21-22, les arbres s’éclaircissent dans un lavis plus dilué.

Fig.4 : Yein Kim, Petite Ânette (2010), p. 21-22

            Cette forêt qui semble se situer loin de la ville à en juger par le taxi utilisé par Petite Ânette pour s’y rendre (p.18) est dite « mystérieuse » (p.18), « enchanté(e) » (p.19). Elle détient en son sein un trésor, « un château paisible, un trésor de silence » (p.16). La forêt effraie finalement autant qu’elle attire la curiosité et la convoitise par son étrangeté. Selon Robert L. Harrison, on retrouve dans la forêt ceux qui veulent échapper à la loi et à la société des hommes, ceux qui sont en marge, sorcières et magiciens, démons et bons génies.

Le mot « forêt » est à l’origine un terme juridique. Tout comme ses nombreux dérivés dans les langues européennes (foresta, forest, forst…), il vient du latin foresta. […]Le mot foresta apparaît pour la première fois dans les lois des Lombards et les capitulaires de Charlemagne, pour désigner non tant les régions boisées en général que les réserves de chasse royale. L’origine du mot est incertaine. Selon toute vraisemblance, il viendrait du latin foris, en dehors. L’obscur verbe latin forestare signifiait retenir en dehors, mettre à l’écart, exclure.[15]

           Ainsi, les rois de France s’étaient-ils octroyé le droit d’exclure du domaine public de vastes étendues boisées réservées à la chasse. La forêt, terre confisquée par décret, demeurait à l’état sauvage et devenait le refuge des exclus ; la silva relevait du domaine royal et était entretenue, cultivée, exploitée, domestiquée. Comme l’indique Cécile Boulaire dans son travail sur l’imaginaire médiéval dans la littérature pour enfants, la forêt est « traditionnellement un lieu de danger : on y perd les enfants surnuméraires et les loups y traquent les petites filles[16] ».

Un monde irréductible : on ne peut l’embrasser du regard, on ne peut s’y repérer, on ne peut s’en rendre totalement le maître. Elle est le lieu où achoppe toute tentative cartographique. Incapables d’en proposer une image à la fois exhaustive et détaillée, les illustrateurs ne peuvent que traduire, visuellement, cette difficulté à envisager la forêt comme un tout.[17]

          Inspirant la peur et la crainte, la forêt, comme la montagne d’ailleurs, peut constituer une frontière qu’on se garde bien de franchir. C’est le cas dans Ma Vallée de Claude Ponti. Le Pays-qui-est-Derrière est séparé de la Vallée où vivent les Touim’s par un double rempart : les montagnes et la forêt de conifères (p.12).

 

          Lorsque les illustrateurs veulent insister sur l’étrange, l’effrayant et le magique de la forêt, privilégieront-ils une représentation partielle, une trame serrée de troncs d’arbres élancés parmi lesquels les personnages se perdent. L’adaptation du conte des frères Grimm, Hansel et Gretel, par Sibylle Schenkel[18] propose un livre animé jouant avec des calques s’intercalant entre les planches. La forêt est en ombres chinoises, et au gré des calques qui en se superposant suggèrent l’épaisseur de la forêt, le lecteur est invité à pénétrer au plus profond de la selva oscura[19] dans laquelle les deux enfants se perdent, tout petits, parmi les frondaisons imposantes ou les animaux menaçants annonciateurs de la mort. À la page 13, un corbeau est ainsi représenté au premier plan, dominant par sa taille et sa position dans l’arbre les deux enfants.

          Dans la forêt, extérieure à la ville qu’habite Petite Ânette, il y a un trésor qui provoque l’appétit de tous les habitants. À l’appel du marchand d’antiquités, ils détruisent la ville pour en trouver le trésor. « Évidemment, ils ne trouvent pas le château de silence et repartent en colère »  (p.27). On apprend à la page suivante que Petite Ânette a changé. Est-ce là l’effet du temps ou de son passage dans la mystérieuse forêt ? Petite Ânette a trouvé la paix intérieure : « aujourd’hui son cœur habite un grand château paisible au milieu de la forêt mystérieuse » (p.28). La forêt a de ces effets magiques qui transcendent.

 

La forêt, lieu de régénérescence

            Mais plus que tout, et parce qu’elle est le lieu de l’étrange, du démoniaque autant que du merveilleux, « la forêt est par excellence le lieu de l’aventure, et c’est bien ce que le héros, en définitive, est parti rechercher[20] ».

La forêt, espace rebelle à la culture (dans tous les sens du terme), abolit toute hiérarchie, et instaure de la sorte un nouveau rapport à l’espace.[21]

            Ce nouveau rapport à l’espace oblige les personnages à se surpasser, à devenir meilleurs, à se transformer. Pour en terminer avec l’exemple de Petite Ânette, le passage dans la forêt a véritablement transformé le paysage.  Il ne s’agit pas d’une transformation physique mais bien plutôt psychique :

[…] Petite Ânette a changé. Elle travaille toujours à sa machine à coudre, Mais aujourd’hui son cœur habite un grand château paisible au milieu de la forêt mystérieuse. Un château où seuls « les sans bruit » peuvent entrer.[22]

            Petite Ânette a ainsi trouvé une façon d’accorder son être avec sa vie en ville, une sorte de modus habitandi bâti sur l’imaginaire tel qu’il nous est présenté à la double-page finale : Petite Ânette se promène dans une forêt aux teintes délavées et aux touches colorées en compagnie d’animaux variés. Petite Ânette a dû dépasser sa peur pour trouver la paix intérieure, il en est de même pour Charlotte le personnage de Nadja dans Chien bleu. La forêt lui fait peur mais c’est au plus profond de la forêt, dans un antre éclairé, qu’elle retrouve confiance, aidée pour cela par le chien bleu qui l’accompagne et qui la sauve du danger. Comme dans Petite Ânette, on retrouve dans cet album l’idée d’une lumière qui guide ou vers laquelle se retrouve conduit inconsciemment le personnage. Dans un espace aussi fermé, enchevêtré que la forêt, l’égaré trouve toujours une « ouverture », la clairière éclairée, dans laquelle sa vie se trouve changée. C’est, pour Robert L. Harrison, l’ecstasis, « l’ouverture d’un espace d’intelligibilité dans la clôture de la nature[23] ».

Fig.5 : Sibylle Schrenker, Hansel et Gretel (2012), p.25-26

            Dans le Hansel et Gretel illustré par Sibylle Schenker, après avoir tourné des pages et des pages de frondaisons, le lecteur se retrouve, à l’instar des personnages, plongé dans une double page très claire représentant la clairière et la maison de pain d’épices (p.27). Cette maison est le bout du voyage pour Hansel et Gretel. Si dans un second temps, elle s’avère être une nouvelle épreuve, c’est grâce elle que leur vie et celle de leurs parents va changer.

            La Forêt de l’Enfant Perdu qui se trouve dans la Vallée des Touim’s[24] est une forêt où Piong s’est perdu et « en est ressorti trois cents ans plus tard, un peu grandi ». Claude Ponti le représente avec la longue barbe blanche des sages. Il a bravé ses peurs et découvert des trésors comme le Puits aux Étoiles. « Aujourd’hui, les enfants vont jouer à se perdre dans la forêt car Souflambise, la fille de Piong, a trouvé un moyen de revenir facilement ». Grâce à Souflambise, la Forêt de l’Enfant Perdu est devenue un lieu initiatique dans lequel l’initiation est un plaisir, un amusement.

            Sur l’île de Selva, la forêt qui occupe la totalité du territoire est composée d’un seul et même arbre. C’est dans cette forêt que les adolescents viennent « s’initier, au cours d’une chasse périlleuse[25] », celle du tigre-volant de Selva.

Leur cœur se glaçait à l’idée des esprits qui pouvaient rôder dans un lieu dont l’hostilité se faisait plus épaisse avec l’ombre grandissante.[26]

            Douze adolescents noyés dans une forêt luxuriante (p.33) tentent de vaincre leurs peurs. Leur passage dans la forêt les transforment et les font devenir homme :

Au village, ils furent accueillis et fêtés comme des hommes accomplis. On commenta leur bravoure, on jaugea leurs blessures. Ils furent la démonstration de leur agilité nouvelle, de leur force, de leur courage.[27]

            Au passage qui fait référence à leurs premiers pas hésitants dans la silva oscurra s’opposent une course légère et agile à sa sortie :

Les jeunes gens reprirent leur marche périlleuse sur le chemin de bois. L’Arbre les entourait de ses bras tordus dans toutes les directions, il s’effaçait au loin dans une humidité verdâtre sans forme ni contour.[28]

[…]

Ils descendaient à toute vitesse, fiers de leurs blessures, jouant avec agilité des obstacles du chemin de bois, bondissant, glissant, sautant, sans craindre la chute qui pouvait à tout moment les soustraire au monde des vivants.[29]

 

La forêt, lieu de plaisirs et d’amusements

            Sur la carte de la Vallée des Touim’s (p.8), on dénombre neuf forêts[30] et onze bois[31]. Tous ces lieux sont nommés et leur nom ne renvoie jamais à un élément terrifiant mais plutôt à une fonction agréable (bois de la Sieste, forêt des jardins) ou à un événement de l’histoire des Touim’s (Forêt de l’Enfant Perdu, du Danseur Étoilé, du Touim’s qui Rit…). Pour Claude Ponti, la forêt est clairement un lieu de plaisir et de souvenir. Dans Le Tournemire[32], c’est dans une forêt que le village de Mose et Alise se situe, au plus près du sol, protégé par une première ligne de champignons bienveillants puis par une seconde ligne composée de la frondaison des arbres.

            Historiquement, Robert L. Harrison situe ce tournant pris par la représentation de la forêt vers la deuxième moitié du XVIIe siècle avec la prise de conscience que le bois, avec la demande très forte pour l’industrie navale, pourrait venir à manquer. On assiste alors en France, avec la politique de Colbert[33], et en Angleterre après le livre-constat de John Evelyn[34] en 1666, à une campagne de reboisement. Dans l’œuvre de Shakespeare, par exemple, les forêts sont innocentes, pastorales, amusantes, comiques.

La sauvagerie qui appartenait traditionnellement aux forêts se cache maintenant dans les cœurs des hommes de la cité.[35]

 

Fig.6 : Rascal, Le petit chaperon rouge (2002), p.11-12

            Chez Charles Perrault, la forêt en elle-même n’est pas dangereuse[36] : elle est peuplée de travailleurs qui l’exploitent. Le danger viendrait plutôt de ceux qui l’occupent : « la pauvre enfant qui ne savait pas qu’il est dangereux de s’arrêter à écouter un loup ». Dans la version de Rascal, album sans texte, la forêt est un espace qui sépare la maison du Petit Chaperon Rouge de celle de sa Mère’Grand (p.11-12). On y devine l’action des bûcherons grâce à la présence de souches témoignant de leur action. À la double-page suivante, l’illustrateur montre par la présence de pointillés devant le Petit Chaperon Rouge que le trajet du personnage n’est pas une aventure ou une « perdition » dans la forêt mais bien un trajet habituel, programmé. Le Loup propose un chemin plus long et plus sinueux mais qui n’en est pas moins amusant. À la double-page 19-20, le chemin emprunté par le Petit Chaperon Rouge est semé de fleurs. Charles Perrault décrit ce chemin en ces termes :

[…] la petite fille s’en alla par le chemin le plus long, s’amusant à cueillir des noisettes, à courir après des papillons, et à faire des bouquets des petites fleurs qu’elle rencontrait.

[1] Robert L. Harrison, Forêts. Essai sur l’imaginaire occidental, Paris : Flammarion, 1992, p.11.

[2] François Place, « Montagne d’Esmeralda », p.68.

[3] François Place, op. cit., p.72.

[4] François Place, op. cit. p.70.

[5] GENESE, I, 11.

[6] GENESE, 2, 10.

[7] GENESE, 2, 15.

[8] François place, « Pays des Zizotls » dans De la Rivière Rouge au pays des Zizotls. Atlas des géographes d’Orbae, Paris : Casterman / Gallimard, 2000, p.129-141.

[9] François Place, « Le Pays des Zizotls », p.137.

[10] Gimbattista Vico, Principi di scienza nuova d’intorno alla comune natura delle nazioni, Naples, 1725 – La Science Nouvelle (1744), Paris : Fayard, traduit et présenté par Alain Pons, 2001.

[11] François Place, op. cit., p.72

[12] Yein Kim, Petite Ânette, Ramo, 2010

[13] Yein Kim, op. cit., p.16.

[14] Yein Kim, op. cit., p.21.                                                                                   

[15] Robert L. Harrison, op. cit., p.111.

[16] Cécile Boulaire, Le Moyen-âge dans la littérature pour enfants (1945-1999), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2002, p.31.

[17] Cécile Boulaire, op. cit., p.37.

[18] Grimm et Sibylle Schenker, Hansel et Gretel, Paris : Minedition, 2011 [54p.]

[19] L’expression est empruntée à Dante dans la Divine Comédie, Les Enfers, chant I :

Nel mezzo del camin di nostra vita

Mi ritrovai per una selva oscura,

Che la diritta via era smarrita.

Pour Dante, la forêt obscure est l’expression du péché en général où « la voie de droite » a disparu, image de la confusion morale la plus totale. C’est la misère et le plus profond désarroi qui poussent ainsi les parents de Hansel et Gretel ou du Petit Poucet à commettre le péché, à savoir abandonner leurs enfants dans la forêt « où les bêtes sauvages ne tarderaient pas à les dévorer ».

[20] Cécile Boulaire, op. cit., p.31.

[21] Cécile Boulaire, op. cit., p.32.

[22] Yein Kim, op. cit., p.28.

[23] Robert L. Harrison, op. cit., p.287.

[24] Claude Ponti, Ma Vallée, p.9-10.

[25] François Place, « L’île de Selva » dans Les Atlas des géographes d’Orbae. De la Rivière rouge au Pays des Zizotls, Casterman/Gallimard, 2000, p.27.

[26] François Place, op. cit., p.31.

[27] François Place, op. cit., p.35.

[28] François Place, op. cit., p.30.

[29] François Place, op. cit., p.35.

[30] Forêts de l’Enfant Perdu, de la Main Folle, de la Bise Tendre, du Danseur Étoilé, du Touim’s qui Rit, du Genou Vert, des Jardins, du Trombe, des Blûmes.

[31] Bois de l’Amour Cherchant, de la Pointe, du Doigt de Nez, de la Champignonnière, de l’Âme Vague, de l’Étang, de la Brève, de la Sieste, de la Larme, de l’Hêtre et de l’Étang, la Sapinière de Foutra Potché Moume.

[32] Claude Ponti, Le Tournemire, Paris : L’école des loisirs, 1996 [44p.]

[33] Ordonnance sur le fait des Eaux et Forêts, août 1669.

[34] John Evelyn, Sylva, 1664.            

[35] Robert L. Harrison, op. cit., p.158.

[36] « En passant dans un bois elle rencontra compère le Loup, qui eut bien envie de la manger ; mais il n’osa, à cause de quelques Bûcherons qui étaient dans la Forêt. »

Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / UMR 5600 Environnement, Ville et Société / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

More Posts

L’énergie solaire au Maghreb : acteurs, territoires et perspectives d’un modèle de développement plus durable?

Le contexte énergétique mondial connaît d’importantes mutations car il appelle à une redéfinition de…

Le contexte énergétique mondial connaît d’importantes mutations car il appelle à une redéfinition des besoins et des modes de consommation. Les risques d’épuisement des ressources non renouvelables (pétrole, gaz naturel, charbon…), le réchauffement climatique ou encore les catastrophes nucléaires, récemment sous les feux de la rampe médiatique, font clairement apparaître le modèle énergétique actuel comme non durable. Il est donc nécessaire d’engager une transition vers un modèle plus durable. Des solutions alternatives sont possibles comme un usage plus soutenu des énergies renouvelables. Le potentiel méditerranéen est considérable mais reste aujourd’hui largement sous exploité.

Pour aborder cette transition énergétique, nous avançons que l’innovation dans le domaine technique est nécessaire mais non suffisante. En effet, une action sur l’organisation économique et sociale ainsi que la mise en place de politiques publiques semblent indispensables. L’énergie est un facteur essentiel du développement économique et social des sociétés. Il semble donc difficile de dissocier le modèle énergétique d’une société, de son mode de développement économique et de ses réalités sociales.

Nous nous proposons de mettre en regard le discours des experts comme en témoignent les rapports nombreux du Plan Bleu, et les modalités d’action des acteurs publics et privés, en questionnant la façon dont les sociétés, au travers des acteurs institutionnels et privés, s’emparent de ces expertises pour mettre en œuvre des dispositifs étatiques et des stratégies d’entreprise. Nous verrons, par ailleurs, dans quelles mesures le durable est constitutif de marchés qui s’internationalisent.

Nous avons volontairement opté pour une étude comparative entre deux pays relativement pauvres en ressources fossiles, la Tunisie et le Maroc, et un pays dont la balance énergétique est largement excédentaire grâce aux hydrocarbures, l’Algérie. Le choix du Maghreb répond à l’exigence d’une cohérence régionale.

De plus, sa proximité avec l’Europe de l’Ouest sera l’occasion de questionnements autour des relations euro maghrébines. La recherche d’une meilleure maîtrise énergétique et le développement des énergies renouvelables figurent déjà parmi les six priorités du partenariat euro méditerranéen initié en 1995. Le dialogue euro méditerranéen sur l’énergie devra être largement pris en compte. Une attention portée aux actions entreprises dans le cadre euro méditerranéen est d’autant plus importante que des mégaprojets tels que DESERTEC prennent forme. Il s’agit d’un projet éco énergétique de grande envergure ayant pour objectif de créer un réseau interconnecté alimenté par des centrales solaires du Maroc à l’Arabie Saoudite et des câbles sous-marins à l’Europe. L’enjeu technologique et financier est énorme. Les énergies renouvelables, et en particulier le solaire, peuvent donc constituer un ciment pour les relations entre le Maghreb et l’Union Européenne.

Travailler sur cette transition énergétique suppose l’adoption d’une approche tant multiscalaire que systémique pour mieux saisir les enjeux spatiaux et relationnels qu’elle sous-tend. La question énergétique s’insère dans des champs de pouvoir et s’articule à différentes échelles (locale/régionale/globale). Elle questionne les rapports de force présents et futurs entre les pays du Maghreb comme entre le Maghreb et le reste du monde. Les logiques qui sous-tendent cette « transition énergétique » et/ou les impacts de ces dernières sur les sociétés conduisent à une redéfinition des équilibres régionaux, sociétaux et territoriaux. Cette étude nous permettra d’interroger la nouvelle géographie de la carte énergétique grâce à la mise en évidence, entre autres, des nouveaux sites de production. Un autre volet du développement durable est à mettre en évidence, le volet social, au travers d’une interrogation sur l’emploi.

En effet, l’exploitation de l’énergie solaire est potentiellement génératrice d’emplois. Le durable ne constituerait plus seulement un argument environnemental mais aussi social et économique fort. L’énergie solaire offre de nouvelles potentialités de développement en alliant croissance économique et durabilité.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia BENALOUACHE

doctorante en géographie à l’université Aix-Marseille/université de Sfax. Sa thèse, sous la direction de Sylvie Daviet et Ali Bennasr, s’intitule « L’énergie solaire au Maghreb : acteurs, territoires et perspectives d’un modèle de développement plus durable ? ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

 

crédit cartographique : © Fondation Desertec