Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM
.
Ruines romaines de B…

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM

.

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations. © Roland Lombardi 2012

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations.  ©Roland Lombardi 2012

.Au-delà de mon intérêt personnel pour les questions touchant le Moyen-Orient, l’histoire des relations franco-israéliennes ainsi que la « politique arabe » de la France, ce sujet de thèse est né de plusieurs observations.

De nombreux chercheurs ont déjà évoqué et travaillé sur la nouvelle « politique arabe » de la France initiée par le général de Gaulle à l’issue de la guerre d’Algérie. Je pense à Jacques Frémeaux, Jean-Paul Bled, Maurice Vaïsse, André Nouschi ou encore Henry Laurens. Par ailleurs, les relations entre la France et Israël ont aussi été l’objet de nombreuses recherches de chercheurs français et israéliens. Je pense ici aux Israéliens Michel Bar-Zohar, Tsilla Hershco ou encore Myriam Rosman. Du côté français, je songe en premier lieu aux récents et importants travaux de Frédérique Schillo et notamment sa thèse, publiée en 2012, sur la politique française à l’égard d’Israël de 1946 à 1959.

.

J’ai moi-même rédigé, dans le cadre de mon Master sous la direction de Robert Ilbert (2009), un mémoire sur Israël et la guerre d’Algérie (1954-1962), regard et implication de l’Etat hébreu dans le conflit, édité aux éditions Prolégomènes avec pour titre : Israël au secours de l’Algérie française, l’Etat hébreu et la guerre d’Algérie 1954-1962. J’avais alors modestement approfondi les travaux de Ian Black et Benny Morris notamment, Israel’s Secret War: A History of Israel’s Intelligence Services (Grove Weidenfeld, 1991) en évoquant, grâce en partie à des archives encore inexploitées (ANOM, Aix-en-Provence), l’intérêt que portaient les responsables israéliens sur les évènements en Algérie et surtout l’implication directe mais fort méconnue des services israéliens dans le conflit lui-même.

Mais à l’issue de ce travail et ayant alors observé que les travaux cités plus haut traitaient séparément l’histoire des relations franco-israéliennes et la politique arabe de la France, je décidai, malgré mes obligations professionnelles, d’envisager une thèse afin de mettre en perspective et d’évoquer les possibles interactions de ces deux sujets, ce qui ne fut fait que trop partiellement dans les recherches précédentes. Je suis donc entré en relation avec le Professeur Philippe Cassuto. Responsable, entre autre, de la formation continue d’Aix-Marseille Université et intéressé par mon profil atypique de cadre en entreprise reprenant ses études, il consentit à devenir mon directeur de thèse.

.

Définition et problématique du sujet

Dès lors, un sujet faisant en quelque sorte suite à mon Master s’est imposé. Mais comment définir le sujet, le problématiser et cadrer l’objet de ma recherche ?

Tout d’abord, je partis du constat suivant : pour mener à bien cette politique arabe, les gouvernements français (de Gaulle et ses successeurs) ont dû, dans une certaine mesure d’abord, puis clairement par la suite, équilibrer les liens de la France entre Israël et le monde arabe, et par conséquent estomper (à partir de 1959) puis mettre un terme (1967) à « l’idylle » entretenue depuis plusieurs années avec Israël. Mais en définitive, ce n’est qu’avec la fin de la guerre d’Algérie (1962) que la réconciliation franco-arabe s’amorce réellement et que les liens avec Israël vont commencer à se distendre. Je décidai donc que mon sujet porterait sur une analyse croisée de ces relations franco-israéliennes et de cette politique arabe de 1962 à 1990.

Pourquoi 1990 ? Et bien, car durant la période qui nous concerne se produisit un évènement majeur qui pourrait alors être considéré comme l’épicentre de notre travail. Cet évènement fut la guerre du Liban (1975-1990). En effet, étudier la guerre du Liban qui lie dans un même faisceau des éléments apparemment hétérogènes – la France, Israël, le Liban, la politique arabe française – autour d’un épisode clé et déterminant au Moyen-Orient (1990 étant la date officielle de la fin du conflit libanais mais aussi une date charnière dans l’histoire du Moyen-Orient), serait une occasion inédite d’aborder et de comprendre l’histoire, la nature, la forme et les évolutions de la politique de la France au Levant, tout en examinant les constances et surtout les changements dans les relations entre Paris et Jérusalem.

Par ailleurs, le Liban reste et fut longtemps, un élément majeur dans la politique régionale de nombreux pays du Proche-Orient (Syrie, Iran…). Il est bien sûr aussi l’endroit où se focalisa durant la période en question (1970-1990) la confrontation est-ouest. Mais surtout, le Liban, touché par une guerre civile et des guerres d’influences étrangères de 1975 à 1990, fut l’objet d’une implication importante notamment pour les deux pays qui nous intéressent, à savoir, Israël et la France. Pour cette dernière, pays historiquement et culturellement proche du pays du Cèdre, le Liban est le théâtre où se manifesta l’ultime influence de Paris dans la région.

Quant à l’Etat hébreu, l’opération « Paix en Galilée » de 1982 au Liban, se révèlera, comme nous le verrons dans nos travaux, être moins une intervention militaire visant à éradiquer l’OLP du territoire libanais que la première étape pour la mise en place de la première politique régionale, certes critiquable, mais néanmoins ambitieuse et d’envergure de l’Etat hébreu.

Dans ce contexte, il semblait alors vraiment intéressant de réfléchir d’abord sur le regard et l’implication de la France dans le drame libanais, puis quelles furent, par conséquent, ses relations avec l’Etat hébreu, devenu un des principaux acteurs du conflit.

Enfin, notre étude sera ainsi l’occasion de faire un premier bilan à la fois de cette politique arabe française et des relations avec Israël, et en définitive, nous permettra de nous poser la question sur l’état actuel de l’influence de la France au Liban comme dans toute la région.

.

Méthode de travail

Mes premiers entretiens avec le Professeur Cassuto ont induit un premier constat : de par mon cursus particulier, j’avais de très grosses lacunes en méthodologie. De plus mes obligations professionnelles me prenaient beaucoup de temps. Néanmoins, ma première année de doctorat (2010-2011) fut consacrée à la lecture de sources universitaires et d’ouvrages généraux traitant des relations de la France avec le monde arabe et Israël, du Liban, de la guerre de 1975 à 1990, de biographies des divers acteurs régionaux ainsi que de travaux sur l’opération « Paix en Galilée ». Puis, c’est à la constitution et au tri de la bibliographie et des sources, ainsi qu’au classement de mes notes de lecture que je me suis attelé.

La seconde année (2011-2012) fut, elle, dédiée à la prise de contacts et à des rencontres avec divers spécialistes des questions liées à mon sujet mais aussi avec des acteurs ou des témoins importants de la période. Ensuite, nous nous sommes livrés à la consultation des archives du Ministère de la Défense à Vincennes et de celles du Quai d’Orsay à la Courneuve. Mais surtout, il nous paraissait évident, au Professeur Cassuto comme à moi-même, qu’un séjour au pays du Cèdre se révélait être incontournable. Le principe de ce voyage d’étude avait pour double but de découvrir physiquement, pour mieux l’appréhender, ce pays ainsi que ses habitants, et de rencontrer des universitaires, spécialistes du Liban et de la période mais aussi et surtout, des Libanais, de tous bords, ayant été témoins pendant la guerre civile, de près ou de loin, du sujet concernant mes travaux.

Informée de mes intentions, Mme Ghislaine Alleaume, directrice de l’IREMAM, a approuvé ce voyage et a eu la gentillesse de faire participer notre laboratoire aux frais des vols.

En concertation avec le Professeur Cassuto, le programme de ce voyage d’étude a été établi de manière à préserver un équilibre entre les visites destinées à la découverte du pays et le séjour à Beyrouth consacré aux divers entretiens prévus.

Deux voyages d’étude furent organisés (en février/mars 2012 puis en juin 2012) et furent donc très profitables et très instructifs. Je remercie fortement l’IREMAM de m’avoir aidé à les réaliser. Bien sûr, découvrir le Liban fut l’occasion de m’imprégner de l’ambiance du pays, de découvrir ses habitants, leurs différentes confessions et la complexité des alliances politiques, toujours aussi vivace aujourd’hui.

Les divers et nombreux contacts sur le terrain se sont révélés être des témoins importants et de riches sources pour mes recherches, notamment concernant le point de vue chrétien et plus particulièrement maronite, mais aussi musulmans et chrétiens, spécialistes de la question ou encore militants pro-palestiniens et membres des partis progressistes libanais durant le conflit. Toutes ces personnes, historiens (Mme Longuenesse et M. Burgat, Georges Corm…), témoins (Lina Murr-Nehme…), combattants (proches collaborateurs de Yasser Arafat ou de Béchir Gémayel…), journalistes (Fady Noun, Elie Fayad…), diplomates (Marcel Laugel, Alain Chouet…), pendant le conflit libanais, ont été d’une aide précieuse puisque, tout en relevant l’originalité de mon travail, elles ont pu répondre à des questions encore inédites et apporter un éclairage certain pour la problématique de mon sujet.

Enfin, cette dernière année (2012-2013) est l’occasion d’effectuer un dernier travail de terrain puisque nous avons prévu en mai et juin un séjour en Israël qui me permettra de finaliser mon travail sur toute la partie de mes recherches concernant l’Etat hébreu (consultation des archives nationales de l’Etat hébreu, rencontre avec des acteurs militaires et politiques de l’époque étudiée et aussi avec des spécialistes israéliens de la question…).

.

Perspectives

On ne peut comprendre ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient sans qu’une lumière plus précise ne soit jetée sur ces événements et sur les interactions étatiques qui les ont portés. Notre travail, je l’espère, sera pionnier et innovant. Il permettra peut-être de mieux éclairer la complexité de la situation et les multiples fils qui tissent ce nœud de rencontres et d’interférences que constitue le Moyen-Orient.

J’espère que mes recherches pourront aussi apporter un regard nouveau et inédit ainsi qu’un éclairage sur cette période (1970-1990) à la fois proche et charnière mais encore très floue.

Dernier point important, nous avons l’humble ambition que cette nouvelle étude puisse permettre à la communauté des chercheurs de bénéficier d’une analyse originale et pertinente sur l’histoire de la politique méditerranéenne française et fournisse des clés pour appréhender les relations intercommunautaires et interétatiques contemporaines dans cette région.

 

Pour citer ce billet : Lombardi Roland, « Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962 », Carnets de l’IREMAM, 18 mai 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2668 (date de consultation)

 

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)[1]
Aléas de la recherche : en quête d’une R…

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)[1]

Aléas de la recherche : en quête d’une “maison qui n’existe pas”

Il y a quelques années, en travaillant sur l’œuvre architecturale réalisée en Tunisie par Bernard Zehrfuss et ses collaborateurs dans le cadre de la Reconstruction du pays (1943-1947), j’ai consulté, par hasard, dans les archives de l’Institut français d’architecture à Paris, un dessin de façade pour une “villa Bourguiba”, daté du 27 janvier 1954. Cet avant-projet m’intrigua. Où avait été projetée cette maison ? Était-elle destinée à Habib Bourguiba, dissident et par ailleurs ami de Zehrfuss[2] ? À cette époque, ma seule certitude était qu’elle était restée à l’état de projet, comme le mentionnait l’inventaire des œuvres de Zehrfuss réalisé par l’IFA. Les spécialistes de l’architecture tunisienne contemporaine que j’interrogeais ne savaient rien, eux non plus, sur ce projet -on me répéta alors que “cette maison n’existe pas”.

Fig. 1 Maison Bourguiba 1954

Propriété d’Habib Bourguiba, façade principale, avant-projet, architecte : Bernard Zehrfuss, 27 janvier 1954.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite d’archives n°64.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

C’est un article paru dans la revue l’Architecture d’aujourd’hui en 1955 qui me poussa à entreprendre des investigations. Un plan et un dessin de façade illustraient un court texte présentant une “maison Bourguiba” de Bernard Zehrfuss. Cette fois le prénom du propriétaire était mentionnée. Il s’agissait d’Habib. Et l’usage de l’indicatif présent ne laisser planer aucun doute : en 1955, le projet était encore en cours. Mon attrait pour ce projet grandissait mais les questions qui se bousculaient restaient sans réponse. Pourquoi cette maison n’a-t-elle pas été construire ? Est-ce l’accession au pouvoir de Bourguiba, quelques mois plus tard, qui avait mis un frein au projet ? Il fallait retourner aux archives. À l’IFA, toujours, je découvris des plans datés de mars et avril 1955, ceux-là même qui avaient été publiés par la revue L’architecture d’aujourd’hui, et d’autres de 1956. Cette fois, une mention primordiale était précisée sur l’un des plans : rue de la Manoubia. Coincée à Paris, il fallu passer de nombreuses heures sur google earth à visionner des images satellitaires, pour trouver enfin la parcelle correspondante à celle représentée sur les plans. Sur le terrain retrouvé, malgré le caractère flou de l’image googlelienne, apparaissaient bien deux bâtiments dont l’implantation correspondait parfaitement à celle des villas projetées pour Bourguiba par Zehrfuss.

Figure 2

Propriété Bourguiba, projet, plan du rez-de-chaussée, architecte : Bernard Zehrfuss, dressé le 4 mars 1955, modifié le 16 mars et complété le 28 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

Fig. 3

Image google earth sur laquelle est repérable la propriété d’Habib Bourguiba, au nord du réservoir d’eau situé au centre de la photographie.

De retour à Tunis, je partis visiter cette maison. Les voisins m’affirmèrent qu’il s’agissait bien de la demeure de l’ancien président et que celui-ci y habita juste quelques semaines, avant son investiture.

Au moment où sa carrière prend une nouvelle dimension –il commence à travailler sur les projets du CNIT et du siège de l’UNESCO-, Zehrfuss, ancien architecte de la Reconstruction, a donc construit dans un Protectorat français en Tunisie agonisant, une maison pour Habib Bourguiba, qui est alors un résistant, tantôt emprisonné, tantôt assigné à résidence, notamment sur l’île de Groix.

D’une architecture tunisienne à une autre

Le projet, Zehrfuss le peaufine pendant de nombreux mois. L’architecte est chargé de concevoir deux habitations, une villa et un pavillon, sur un terrain pentu situé dans le quartier de Montfleury supérieur à l’ouest de Tunis sur laquelle une splendide vue sur l’ensemble de l’agglomération est offerte. La villa, construite en bordure de la voie publique, est une grande demeure de 700 m2 qui accueille des espaces de réception et les appartements privés d’Habib Bourguiba. Au rez-de-chaussée, de la demeure se trouve une cour d’honneur avec galerie qui donne accès au hall d’entrée et à des garages et la pièce réservée au gardien qui ferment la cour. Au niveau supérieur, le rez-de-jardin, se situent les pièces de réception installées en enfilade : un grand et un petit salons, et la salle à manger. Un grand patio couvert à arcade les sépare la partie privée de la maison qui comprend : les chambres d’amis et l’appartement d’Habib Bourguiba qui regroupe une chambre, un bureau-bibliothèque et qui ouvre sur jardin privé agrémenté d’un bassin d’eau. À ce niveau, se trouve également un oratoire, éclairé zénithalement par un oculus. La maison est dotée d’un Mihrab (projeté dès le premier projet), et cette salle de prière est la seule pièce de la maison aux formes arrondies. Quant au pavillon qui occupe le fond du terrain et qui est d’une surface bien moins importante, près de 175 m2, il s’élève sur deux niveaux. Il est destiné à la femme du futur Président : Mathilde Bourguiba[3] qui y a ses appartements.

Le projet, conçu entre 1954 et 1956, a évolué au fil des mois, en particulier le dessin des façades de la villa principale, qui est totalement contraint par l’orientation du terrain. Pour éviter de subir les vents chauds venant de l’ouest, l’architecte décide de fermer la façade qui donne sur ce point cardinal – il n’y a presque aucune baie et le jardin. Il traite la façade sur rue de manière très massive. Dans la première version proposée par Zehrfuss, un balcon qui court sur l’ensemble du premier niveau souligne la verticalité de la villa, qui est cependant atténuée parles cinq arcs plein cintre qui le ferme et les grands moucharabiehs qui s’y insèrent, mais aussi les voutes qui couvrent la demeure, et même les cinq arcs de la galerie du rez-de-chaussée. Dans la seconde mouture du projet, datée du 21 avril 1955, les moucharabiehs, qui ont vocation à être peints en bleu, sont conservés. Mais de nombreuses modifications sont proposées dans le but de renforcer la massivité de la façade par rapport à la première esquisse. L’architecte rehausse la façade sur rue, au niveau des pièces de réception, et avec elle le balcon. Le bandeau en saillie qu’il formait dans le premier projet est tellement agrandi que la façade semble dotée d’une seconde peau. La suppression des arcs qui fermaient initialement ce balcon, mais aussi celle les voûtes qui couronnait l’édifice renforce encore plus le caractère anguleux de la demeure.

fig 4

Propriété Bourguiba, projet, façades est et sud, Bernard Zehrfuss, dressé le 14 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

fig5

Propriété Bourguiba, projet, Coupes villa et pavillon, Bernard Zehrfuss, 10 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

Zehrfuss modifie à nouveau le projet et dans la version finale, les lambeaux du style de la Reconstruction disparaissent de la façade. Au rez-de-chaussée, la galerie ne conserve que trois arcs, et surtout les moucharabiehs sont supprimés. À l’étage supérieur, sont disposés deux niveaux de fenêtres, deux bandeaux horizontaux, formé chacun de dix baies groupées deux à deux. Deux autres lignes horizontales en saillie, faite de béton cette fois, les souligne : un balcon qui prend place sous la première série de fenêtres et un brise soleil au dessus. Aucune fantaisie n’est concédée, ni même aucune référence à l’architecture vernaculaire.

Fig. 6 façade principale maison Habib Bourguiba

Propriété Bourguiba, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

La seconde façade partiellement visible depuis la rue, latérale, est traitée de manière différente et présente un aspect moins massif, notamment parce que Zehrfuss multiplie, que ce soit dans les avant-projets et dans la version définitive, les décrochements et que la forme et la taille des ouvertures sont variées : petites baies ornées de grilles, galbées ou non, fenêtres à claustras, etc. [Zehrfuss, 1955]. Lorsqu’il modifie son plan initial, décide de rehausser la partie réservée aux salles de réception, et déplace le hall d’entrée à l’angle sud-est de la maison, il ajoute des ouvertures à cette façade, notamment des claustras pour éclairer le hall et le superbe escalier hélicoïdal qui s’y insère et qui surprend le visiteur tant ses courbes tranches avec le caractère anguleux de la façade. Par ailleurs, la villa destinée à Mathilde Bourguiba, au fond du terrain, plus en haut, est construite dans le même esprit.

Fig. 7 villa principale, façade est

Propriété Bourguiba, façade latérale, est, 2012.
© Charlotte Jelidi

Fig. 8 villa Mathilde B

Image 8 : Propriété Bourguiba, pavillon de Mathilde, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

L’évolution du projet et sa finalisation témoignent des tâtonnements qui ont présidé à l’expression architecturale la modernité tunisienne que le futur Président souhaite déjà afficher. Il est alors attaché à la culture tunisienne et à la religion musulmane, comme en témoigne la présence du patio et du Mihrab. Toutefois, son renoncement aux grilles galbées de tradition sidi bou saïdienne et aux moucharabiehs en façade –seuls les claustras sont présents mais relégués sur la façade latérale- témoigne de son désir d’afficher, en façade et dans les espaces de réception, une contemporanéité presque déterritorialisée. L’architecture tunisienne spécifique que le Zaïm façonnera plus tard avec l’architecte Olivier-Clément Cacoub n’est pas encore en germe.

fig9

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig10

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig11

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig12

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig13

Propriété Bourguiba, patio couvert, 2012.
© Charlotte Jelidi

Propriété de l’État tunisien, cette maison a longtemps servi de centre de formation, et est aujourd’hui désaffectée –seule la ville de Mathilde est habitée par un fonctionnaire.

fig14

Le jardin en 2012.
© Charlotte Jelidi

Mais les questions qui demeurent sans réponse restent nombreuses. La présence du Mihrab peut étonner, a priori, tout comme les dimensions de la demeure. Malheureusement, les archives de l’IFA ne conservent pas la correspondance que se sont échangée Bourguiba et Zehrfuss. Seul le dossier de permis de construire conservé aux archives municipales de Tunis pourrait nous apprendre encore beaucoup sur ce projet. Mais nous n’avons pas encore eu l’autorisation d’y accéder. A-t-il été seulement conservé ? Cette recherche n’est qu’à ses prémices. Il sera intéressant de tenter de comprendre comment le projet final a été élaboré, les débats qui ont agités les deux amis, mais aussi pourquoi cette œuvre charnière est restée dans les limbes de l’histoire de l’architecture contemporaine tunisienne. Et reste un doute, en dépit des témoignages des voisins, le fils d’Habib Bourguiba portant presque le même nom que son père, on ne peut totalement écarter une possibilité de méprise, même s’il est peu probable qu’à 27 ans Junior ait pu se payer une telle demeure. Quoi que ?

 

Charlotte Jelidi

est historienne de l’art et chercheure post-doctorante à l’IRMC. Elle y coordonne deux programmes de recherche, Les villes maghrébines en situation coloniale XIXe-XXe siècles. Urbanisme, architecture, patrimoine et Les musées et lieux d’exposition au Maghreb et leurs publics (XIXe-XXIe siècles).

 

Pour citer ce billet : Charlotte Jelidi, « La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956) », Le Carnet de l’IRMC, 2 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/865

[1] Ce texte présente une recherche en cours. Il n’a pour autre ambition que de mettre la lumière sur un édifice méconnu.

[2] Dominique Zehrfuss, dans le portait au vitriol qu’elle dresse de ses parents, témoigne de ce lien de proximité qui unissait son père à celui de la Tunisie indépendante.

[3] Mathilde Bourguiba née Lorain (1890-1976), dite Moufida (après sa conversion à l’Islam) est la première épouse de Habib Bourguiba. Ensemble, ils ont un fils, Habib Bourguiba Junior, le seul enfant naturel du Zaïm, né en 1927. Le Président quitte Mathilde -ils divorcent en 1961- pour Wassila Ben Ammar, qu’il épouse en 1962.

À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne

Mission à Kharga, décembre 2012 –

J’ai effectué en décembre 2012 un séjour d’une semaine à la missi…

Mission à Kharga, décembre 2012 –

J’ai effectué en décembre 2012 un séjour d’une semaine à la mission archéologique de l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) à Douch, au sud de l’Oasis de Kharga, la plus méridionale des oasis égyptiennes du désert libyque. Ce séjour faisait partie d’une mission plus longue en Égypte, dans le cadre du programme de recherche « Archives privées dans l’Égypte ottomane et contemporaine », inscrit au quinquennal 2012-2016, dont je suis responsable. Kharga est à la source de ce programme. J’avais en effet été contacté il y a plusieurs années par Sylvie Denoix, directrice des études à l’Ifao, pour m’occuper d’un ensemble d’archives privées qui lui avaient été signalées, et dont le détenteur, résidant à Kharga, voulait confier le classement à l’Ifao. Cette proposition rejoignait des préoccupations plus anciennes de ma part sur la conservation et la disparition des papiers privés en Égypte. La mise à jour d’ensembles d’archives d’époque ottomane est en effet tout à fait exceptionnelle dans ce pays, pour des raisons qui méritent d’être élucidées. Puis l’accès à des archives privées inédites, et de préférence anciennes, est un rêve partagé par beaucoup d’historiens ; et c’était l’occasion d’élargir l’enquête, de coordonner les efforts du petit nombre de personnes qui s’y intéressent, et pourquoi pas, de les réunir avec les détenteurs de papiers de famille qui ont accepté de les confier aux mains d’historiens.

Le détenteur du fonds (que j’appelle les awrâq rakâbiyya, du nom de la grande famille dont il émane) est inspecteur des antiquités à Kharga. Les excellentes relations que le directeur du chantier de fouilles de Douch au sud de l’Oasis depuis 1992, a nouées avec l’inspectorat des antiquités de Kharga sont à l’origine de la demande qu’a fait remonter Sylvie Denoix. Une première mission en décembre 2011 m’a permis, avec l’autorisation du propriétaire, de photographier la plus grande partie de ces papiers ; le reste l’a été lors de la seconde mission. L’objet principal en était d’enquêter auprès du propriétaire et de quelques autres personnes pour élucider les premières questions que je me posais autour du fonds lui-même, de ses derniers détenteurs, de la famille et de ses liens à Kharga. N’étant familier ni des Oasis, ni de l’enquête ethnographique, j’ai nagé avec bonheur dans les découvertes, tout en prenant conscience que la connaissance d’archives privées, même autorisée par leur détenteur, est par nature et demeure, en dépit de tout le tact dont on s’imagine faire montre, une opération indiscrète, dérangeante.

© Nicolas Michel

Mais d’abord, présentons le fonds lui-même. Il consiste en plusieurs centaines de papiers — je n’ai pas encore cherché à les dénombrer ; disons plus de six cents — dont 170 sont antérieurs à 1900. Le plus ancien, fragmentaire, date de 1558 ; un ensemble consistant (une cinquantaine de documents) est réparti entre les années 1780 et 1840, un autre très fourni débute dans les années 1880. Un papier se présente plié, en fait il a été roulé à partir du bas puis écrasé, semble-t-il dès qu’il était prêt à être remis à son destinataire ; sur la deuxième des tranches ainsi créées, au verso du texte, le rédacteur inscrivait souvent, quelques mots qui suffisaient à identifier l’acte, non pour un tiers ignorant, mais pour le détenteur du papier.

Les actes notariés dominent, avec ou sans formules et signes de validation par le juge ; mais on rencontre aussi d’intéressants documents sous seing privé. La vaste majorité des awrâq rakâbiyya sont relatifs à la propriété de l’eau et, secondairement, de la terre et des palmiers. Il s’agit en somme d’un ensemble cohérent de titres de propriété. La relative monochromie de l’ensemble peut décevoir ; d’un autre côté, il fournit le dossier épais de la constitution de fortunes foncières au fil des générations et permet d’appréhender avec une belle netteté ce qui faisait le fondement de la richesse dans les Oasis : la propriété partagée des puits (‘ayn) — seul moyen d’irrigation ici. Cette propriété était exprimée en journées et en heures (sâ‘a, pl. sâ‘ât et sawâ‘î) d’eau, le total des jours d’eau d’un puits ayant un rapport avec son débit. D’ordinaire la terre allait avec l’eau et n’était pas précisée, pourtant certaines transactions ne concernent que des terres (vergers, palmeraies). Il arrivait que les puits s’ensablent ou soient obstrués par divers éléments, et s’assèchent. Pour les revivifier les propriétaires passaient un contrat, dit de mujâ‘ala, propre aux Oasis, avec un ou des bailleurs qui prenaient en charge l’opération fort longue et coûteuse de dégagement et de consolidation du puits. En échange, les bailleurs recevaient la moitié de l’eau du puits : toute la répartition de la propriété, et parfois l’échelle sociale, pouvaient se trouver ainsi bouleversées. Les awrâq rakâbiyya fournissent un ensemble exceptionnel d’actes de revivification (une douzaine avant 1850) qui seront d’un grand intérêt pour les archéologues. La mission archéologique de Douch procède en effet depuis plusieurs années à un survey complet de la partie sud de l’Oasis de Kharga, et accueillera avec intérêt toute information permettant de dater les périodes récentes d’assèchement et de remise en état de chaque puits et du terroir associé.

Liste (datée 1909) des 173 propriétaires d’un puits de 27 jours, soit 648 heures d’eau

Liste (datée 1909) des 173 propriétaires d’un puits de 27 jours, soit 648 heures d’eau © Nicolas Michel 

L’extrême complexité des partages successifs de la propriété s’exprime à partir du début du xxe  siècle dans des listes (daftar ou qâ’ima) des propriétaires d’un puits, avec leur temps d’eau : le fonds Rakâbiyya en possède un bon nombre, complets ou fragmentaires. On comprend que dans ces conditions, et contrairement à la propriété d’un champ ou d’un verger, la preuve écrite était préférée au témoignage des voisins. Cela peut expliquer le soin avec lequel des papiers fort anciens ont été conservés et transmis. Comme il advient de toute archive vivante, on se débarrassait aussi de titres que l’on estimait obsolètes, par exemple ceux relatifs à un bien qui avait été vendu. Les awrâq rakâbiyya ont fait ainsi l’objet d’un tri au début des années 1970, et la majorité d’entre eux ont été brûlés. Durant au moins les soixante dernières années de leur existence, ces papiers étaient conservés dans un coffre qui se trouvait toujours dans la chambre du chef de famille. Hélas, la grande maison familiale est quasiment détruite, comme la plupart des vieilles maisons en briques crues de Kharga, délaissées à partir des années 1960 par leurs propriétaires.

L’exploration des papiers, comme les enquêtes orales, font voler en éclat toute notion préconçue de la « famille ». De nos jours les Oasiens connaissent au moins les quatre premiers noms de tout individu qu’ils fréquentent, c’est-à-dire son ascendance jusqu’à l’arrière-grand-père. Ils peuvent aussi nommer sa « famille » (‘â’ila), presque toujours formée par le pluriel de l’ancêtre éponyme (ra’s al-‘â’ila), par exemple les Biyâtra d’un certain al-Baytâr qui devait vivre au début du xixe siècle. Mais ils discutent ferme pour savoir comment ces « familles » sont liées entre elles et qui était l’ancêtre de qui. C’est ainsi que les Rakâbiyya paraissent moins comme une « famille » dans ce sens relativement restreint, que comme un vaste conglomérat aux contours indécis, uni par la référence à un ancêtre commun, Compagnon du Prophète.  En outre, les héritages se faisaient aussi par les femmes, et l’on peut être aussi attaché à sa « famille » qu’à sa belle-famille (voir l’expression akhwâlnâ, nos alliés).

La maison du dernier maire (‘umda) de Kharga, Nagâtî Hasan Hanâdî, mort en 1960

La maison du dernier maire (‘umda) de Kharga, Nagâtî Hasan Hanâdî, mort en 1960 © Nicolas Michel

Combien d’autres familles possédaient, et possèdent encore, semblables masses documentaires ? Plusieurs dizaines, si l’on se réfère seulement au nombre de propriétaires importants dans l’Oasis. Peut-être beaucoup moins, si l’on prend en compte deux autres spécificités de ce fonds. Au xviiie et une bonne partie du xixe siècle, les ancêtres du détenteur actuel, ainsi que plusieurs autres branches de la grande famille des Rakâbiyya, ont exercé auprès du tribunal de Kharga, ou plutôt de Minamûn, ancien nom de l’actuel chef-lieu (où siégeait un substitut nâ’ib du juge principal des Oasis, lequel officiait à Qalamûn, dans l’Oasis de Dakhla), des fonctions subalternes diverses ; la lignée des al-Ansârî, qui a fourni au tribunal de Kharga cinq substituts sur quatre générations, leur était apparentée à un degré que je n’arrive pas à reconstituer. C’étaient donc des gens du papier, parfois les propres rédacteurs des titres et autres actes, parfaitement au courant de la valeur de tels documents.  D’autre part, à une époque plus récente le grand-père, l’oncle, puis le père (1889-1967) du détenteur actuel, ont exercé la fonction de shaykh al-balad, partagée avec d’autres notables, fonction de médiation jadis obligatoire dans tous les litiges qui pouvaient agiter la société oasienne ; il importait que ces individus concilient autorité et parfaite connaissance des gens et des biens, leur mémoire venant en quelque sorte doubler celle des écrits, sur lesquels il leur arrivait de s’appuyer (comme le montrent des procès où la partie sollicitée produit plusieurs documents). Pistes prometteuses pour l’étude des liens entre la notabilité et l’usage de l’écrit. La mission archéologique néerlandaise travaillant à al-Qasr (Oasis de Dakhla) a découvert à partir de 2003, dans les ruines d’une maison écroulée de cette vieille ville, un ensemble de papiers privés, dont les dates s’échelonnent de 1579 aux années 1930, et qui a été très récemment publié par Rudolf Peters. Le profil social des anciens propriétaires de ces papiers, la famille al-Qurashî, est identique à celui des Rakâbiyya de Kharga : des notables parmi lesquels ont été recrutés plusieurs générations de juges.

Deux autres fonds d’archives connus, dont un publié par Salwâ Mîlâd et provenant de Kharga, complètent cet extraordinaire ensemble de documents privés des Oasis. Il est sans équivalent dans le reste de l’Égypte. Or, les Oasis, c’est bien l’Égypte — même dialecte, même mœurs, même culture matérielle, même vision du monde et des choses, même soubassement islamique — mais comme transplantée dans un milieu naturel extraordinairement original.

 

Pour citer ce billet : Michel Nicolas, « À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne », Carnets de l’IREMAM, 7 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1758 (date de consultation)

 

Nicolas Michel

En savoir plus sur Nicolas Michel sur le site de l'Iremam.

More Posts - Website

L’homme de Vitruve

On désigne souvent sous le nom d’homme de Vitruve, le célèbre dessin de Léonard de Vinci [1] e…

On désigne souvent sous le nom d’homme de Vitruve, le célèbre dessin de Léonard de Vinci [1] et on le met en rapport avec le traité de l’architecture inclus dans la Divina proportione de Luca Pacioli. En effet Léonard de Vinci qui fut son élève, en a réalisé plusieurs illustrations, mais l’homme de Vitruve ne s’y trouve pas : essayons d’en comprendre la raison.

L’origine du dessin est un passage du De Architectura de Vitruve. Comme le signale Philippe Fleury dans l’introduction de l’édition des Belles Lettres du texte de Vitruve [2], celui-ci était peu connu dans l’Antiquité : il est cité seulement par Pline et Frontin puis, plus tardivement, par Sidoine Apollinaire. Comme Vitruve dédie ses Dix livres de l’architecture à Octave, il aurait pu exercer sa profession sous César.

A la Renaissance, Vitruve devient la référence en matière d’architecture et il inspire le De re aedificatoria (1485) d’Alberti. Outre le traité de Pacioli déjà cité (publié en 1509), il faut citer Les quatre livres de l’architecture d’Andrea Palladio (1570) dont le titre même évoque Vitruve puisque le De Architectura était connu sous le nom des Dix livres d’architecture de Vitruve, titre employé pour sa traduction (1673) par Claude Perrault, célèbre comme architecte de la colonnade du Louvre.

 On peut donc dire que des villas palladiennes (dont la fameuse Rotonda de Vicenze utilisée pour le tournage du Don Giovanni de Joseph Losey), à la colonnade du Louvre et à toute l’architecture classique, y compris dans ses développements plus récents (et même, comme on le verra, chez Le Corbusier), l’influence de Vitruve reste toujours forte. Il vaut donc la peine de lire (en version sous-titrée) le passage de Vitruve du livre 3, chapitre 1, 3 où il définit les rapports du corps humain avec les deux figures du cercle et du carré.

 Item corporis centrum medium naturaliter est umbilicus.
En outre le point central du corps est par nature au nombril
Namque si homo conlocatus fuerit supinus,
car si un homme est couché sur le dos
manibus et pedibus pansis,
mains et jambes écartées
circinique conlocatum centrum in umbilico eius,
et la pointe du compas sur son nombril
circumagendo rotundationem
en décrivant un cercle
_____utrarumque manuum et pedum
_____des deux mains et des pieds
digiti
les doigts
_____linea tangentur.
_____seront touchés par la ligne

Cette première inscription de l’homme dans un cercle est représentée isolément dans l’ouvrage de Claude Perrault qui souligne que les figures originales de Vitruve “ont été perdues par la négligence des premiers copistes qui ne savaient pas dessiner, et qui d’ailleurs ne les ont pas vraisemblablement jugées nécessaires ; parce que la vue de ces figures les ayant instruits des choses elles-mêmes dont il est parlé dans le texte, il leur a semblé assez intelligible ; de même qu’il arrive toujours que l’on entend bien ce qui est dit, quoi qu’obscurément, quand les choses sont claires d’elles-mêmes” (préface) [3]

Après ce qu’on a appelé l’homo ad circulum, est défini l’homo ad quadratum :

Non minus
Néanmoins,
quemadmodum schema rotundationis in corpore efficitur,
de même que la figure du cercle est opérante sur le corps
item quadrata designatio in eo invenietur
de même la disposition carrée se trouve en lui

nam si
car si
_____a pedibus imis ad summum
_____de la plante des pieds jusqu’en haut
caput mensum erit,
l’extrémité était mesurée

eaque mensura relata fuerit ad manus pansas,
et que cette mesure était reportée sur les mains tendues

invenietur eadem latitudo uti altitudo,
on trouvera même largeur que hauteur
quemadmodum areae,
comme pour les surfaces
quae ad normam sunt quadratae
qui sont [tracées] carrées à l’équerre.

Vitruve ne suggère pas que le carré soit inscrit dans le cercle : le centre de la figure humaine était défini comme étant le nombril, alors que dans le cas du carré, le centre de la figure se trouve sur le pubis, comme indiqué dans la figure de Claude Perrault.

Luca Pacioli lui est ambigu : il ne traduit pas Vitruve mais le paraphrase. L’interprétation de cette description est qu’il y aurait la même distance entre les deux pieds qu’entre une main et un pied. [4]. On trouve cette représentation par exemple dans une autre traduction de Vitruve de Cesare Cesariano de 1521 et il est possible que soit à l’époque l’interprétation la plus habituelle de l’homme de Vitruve [5] :

La solution de Léonard de Vinci est tout autre que cet homme en X dont la disproportion est évidente et l’on comprend mieux son absence de l’ouvrage de Pacioli dont l’interprétation est différente. Dans l’homme de Vitruve, le carré n’est pas inscrit dans le cercle mais ils sont tangents à la base.

Mettre deux bras et deux jambes en plus sur le même corps est une évocation de la décomposition du mouvement qui n’est pas une interprétation de notre époque, mais date de l’époque même de Léonard de Vinci. En effet Erwin Panofsky [6], a attiré l’attention sur un disciple de Léonard, Carlo Urbino, qui a décomposé des mouvements en une série d’instantanés [7].

_____

Au terme de ce parcours il faut revenir à Vitruve qui explique que s’il a présenté  les rapports entre les dimensions du  corps humain, c’est pour que l’architecte respecte aussi une proportion entre les composants de l’architecture et le monument dans son entier. Mais il ajoute ceci (chap. 1, 5) :

Nec minus mensurarum rationes,
Et néanmoins le système des mesures
quae in omnibus operibus videntur necessariae esse,
dont la nécessité se manifeste en toute œuvre
ex corporis membris collegerunt,
on l’a emprunté au corps humain
uti digitum, palmum, pedem, cubitum
comme le doigt, la main, le pied, la coudée.

 Ceci est un rappel que, au sens matériel même, l’homme est la mesure de l’homme ; que dans sa vie pratique, les mesures qu’il utilise sont issues de son corps. Il aurait pu noter que l’homo ad quadratum nous manifeste que la longueur des bras étendue, la brassée, est égale à la taille.

C’est cette perspective de l’architecte qui prend ses modules de construction sur le corps humain qu’a voulu retrouver Le Corbusier quand il a présenté le Modulor, silhouette humaine dont les différentes dimensions doivent permettre de construire un environnement propice à l’épanouissement de ceux qui s’y trouvent.

Le Corbusier veut faire la synthèse de l’hommo ad quadratum et de l’hommo ad circulum en imaginant le centre du corps (comme pour l’hommo ad circulum), situé au nombril mais qui est à la moitié de la hauteur bras levé, le geste du bras de l’homme étant prolongé vers le haut et inscrit dans une surface rectangulaire.

Notons pour terminer que la métrologie d’Ancien régime était issue de celle de l’Antiquité, basée sur la mesure de l’homme. Les Révolutionnaires lui ont donné pour base la terre et nous sommes fiers du système métrique. Le Corbusier qui n’était pas de nationalité française mais helvétique partageait moins ce sentiment et reprochait au système métrique sa prise de distance par rapport au corps humain et sa division décimale, si pratique pour la science mais qui nécessite d’autres divisions pour la vie courante (comme la progression par moitié et double pour les unités de monnaie).

  1. conservé à Venise, Galleria dell’Academia
  2. De l’architecture . Livre I / Vitruve ; texte établi, trad. et commenté par Philippe Fleury, traduction de : De architectura libri X les Belles lettres, 1990
  3. Les dix livres d’architecture de Vitruve corrigés et traduits en 1684 par Claude Perrault, Liège, Mardaga, réédition en fac simile, 1996
  4. Argante Ciocci, Luca Pacioli e la matematizzazione del sapere nel Rinascimento, Bari, Cacucci, 2003, p. 79
  5. Ciocci, p. 82
  6. Erwin Panofsky, Le codex Huygens et la théorie de l’art de Léonard de Vinci, Flammarion, 1996, traduction et présentation de Daniel Arasse
  7. Codex Huygens, Folio 27. Source : Sergio Marinelli,  The Author of the Codex Huygens,  Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, Vol. 44 (1981), pp. 214-220

Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines. Il est président du conseil d'administration de l’École nouvelle la Source.

More Posts - Website

Jack Goody, Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde (The Theft of History), Paris, Gallimard, collection « NRF Essais », 2010 (édition originale 2006), 496 pages, 30 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque
Jack Goody, né en 1919, est un anthropologue britannique r…

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jack Goody, né en 1919, est un anthropologue britannique reconnu et particulièrement émérite. Avec ce livre, il remet en cause, par le biais d’une démarche comparatiste axée principalement sur l’Asie, le rôle central joué par l’Europe à partir de la Renaissance en particulier. La matière qu’il embrasse est vaste, puisant chez Perry Anderson1 ou Moses Finley2, en passant par Karl Marx, Max Weber ou Peter Laslett3. Chez tous ces auteurs et bien d’autres, il décèle un ethnocentrisme plus ou moins prononcé, se nichant jusque dans le découpage chronologique et les concepts utilisés.

La première partie de son ouvrage est un retour sur les apports respectifs de Joseph Needham4, Norbert Elias et Fernand Braudel. Jack Goody relativise ainsi l’unicité de la Renaissance, tout comme la fonction censément déterminante de l’éthique protestante. Selon lui, la singularité de la Renaissance européenne par rapport aux autres processus semblables tient au recul du Haut Moyen Âge, générant une stimulation plus grande quand aux progrès à accomplir, et à la révolution de la communication du XVe siècle, basée sur l’imprimerie et l’alphabet. De la même manière, contre Joseph Needham, Jack Goody critique le rôle central de la bourgeoisie et du capitalisme dans l’essor de la science moderne, insistant sur le caractère international de la classe marchande et sur l’aiguillon majeur des échanges entre Orient et Occident, se rapprochant ainsi de Clifford D. Conner (Histoire populaire des sciences, chroniqué dans notre revue électronique). Il est ainsi amené à mettre l’accent sur le caractère discontinu de l’évolution historique, rejetant aussi bien la vision d’une Chine statique que celle d’une Europe étalon à un moment donné de son développement. Face à Norbert Elias, il prend également de la distance avec le processus de civilisation élaboré par ce dernier. La modernisation de l’Europe visible par le progrès des comportements policés ne serait en fait qu’un exemple de « processus récurrents », « de classes », repérables dans d’autres civilisations. Jack Goody voit aussi dans le cas des comportements de table plus civilisés une généralisation abusive de mœurs globalement plus intériorisés, moins violents. Enfin, Fernand Braudel lui-même n’échappe pas à la critique d’eurocentrisme, en particulier lorsqu’il valorise le dynamisme supposé de l’Europe face aux sociétés immobiles, une aberration selon Jack Goody. Sur l’idée de villes plus libres dans l’Occident à la fin de la période médiévale, qui serait une des sources majeures de l’essor du capitalisme, il démonte le principe d’un monopole européen en la matière, insistant au contraire sur l’égalité entre aires civilisationnelles, au moins jusqu’au XVIe siècle. En fait, pour l’anthropologue britannique, les changements survenus à partir de l’âge du bronze ont très tôt donné naissance au marché et à la bourgeoisie dans toutes les sociétés concernées, sans place unique de l’Europe, inaugurant une croissance véritablement mondiale où les différences ne seraient qu’occasionnelles et secondaires. Cette unité s’appliquant avant tout à l’Eurasie, cimentée par les échanges marchands. Il rejoint en cela les analyses d’un Christopher Bayly dans La Naissance du monde moderne (voir sa recension sur notre ancien site).

La seconde partie du livre se penche plus en profondeur sur la périodisation de l’histoire du monde et les modes de production tels qu’ils sont traditionnellement utilisés. Si la caractérisation du découpage chronologique autour de la pseudo naissance de Jésus est vue avec justesse comme arbitraire et religieuse (appelant une refonte laïque de la mesure du temps), tout comme les autres unités temporelles occidentales, sa proposition d’abandonner l’Antiquité (qu’il fait d’ailleurs curieusement débuter au VIIIe siècle avant Jésus seulement) au profit des âges du bronze et du fer laisse ouverte la question des périodes ultérieures… Le « miracle » grec est une nouvelle occasion de mettre davantage en valeur les points communs entre le monde grec et l’Orient (l’alphabet d’origine sémitique), y compris sur l’invention de la démocratie ou de la liberté. L’exemple qu’il prend des cités phéniciennes, telles Tyr ou Carthage, plus démocratiques que bien des cités grecques, fait assurément réfléchir. Sur le féodalisme, Jack Goody rappelle le déclin bien réel de l’Occident à compter de la fin de l’Antiquité, et l’hostilité marquée du christianisme à l’égard des sciences. Le plus intéressant réside cependant dans son désaccord avec Perry Anderson, puisqu’a contrario de ce dernier, il ne voit pas dans l’économie féodale un progrès comparativement à l’économie romaine : le dynamisme de celle-ci aurait été supérieur (voir à cet égard Aldo Schiavone, L’Histoire brisée, chroniqué dans notre revue électronique), et la seconde se contentant de reprendre des innovations venues d’ailleurs (comme l’éperon, le fer à cheval ou le moulin à eau) ; le renouveau économique de l’Europe occidentale dans la seconde moitié du Moyen Âge tirerait alors sa source, non d’une dynamique interne particulière, mais de l’accroissement de ses échanges commerciaux avec l’Orient : « Cette forme d’organisation sociale, là encore, ne constitue donc pas tant une étape dans la marche de la civilisation qu’une réaction de l’Occident au déclin » (p. 243). Concernant la thèse d’un despotisme asiatique, on ne s’étonnera pas non plus de voir Jack Goody la reléguer aux oubliettes de la panoplie historienne, puisque les similitudes l’emportent une fois de plus, selon lui, entre Orient et Occident. Il développe en particulier l’exemple de l’empire ottoman, doté d’une forte capacité d’adaptation (aux armes à feu), d’un statut des paysans proche de celui des Européens, d’un partage du pouvoir entre État et Église similaire à celui du féodalisme, et d’une vitalité commerciale certaine. La dernière partie du livre revient sur certains exemples de fausses particularités de l’Occident : l’autonomie des villes (« (…) bien peu de choses viennent distinguer les villes orientales des villes occidentales avant le XIXe siècle », p. 321) ; la naissance des universités, stimulées en réalité par des éléments de la civilisation musulmane ; la démocratie, dont la dimension incantatoire est d’ailleurs vivement critiquée par Jack Goody à travers l’exemple de la politique extérieure des États-Unis5 ; l’égalité et même l’amour romantique6.

Si Le Vol de l’histoire est une lecture assurément stimulante et revigorante, sa prose manque toutefois souvent de clarté et d’une structuration rigoureuse, ainsi que d’exemples suffisamment nombreux. Son ouvrage, qui ouvre bien des pistes à poursuivre via des travaux collectifs, souffre également, au-delà de quelques affirmations bien péremptoires7, d’une tendance marquée à la redite. La volonté de Jack Goody de relativiser toute supériorité supposée de l’Europe avant le XIXe siècle aboutit parfois à négliger excessivement les avancées marquantes de telle ou telle civilisation. Sa critique et sa prise de distance à l’égarddes thèses avancées par Marx et des auteurs marxistes (Anderson, Finley) ou en ayant intégré certaines notions (Braudel, Needham, Weber) semblent également en phase avec tout un pan de l’historiographie actuelle.

1Perry Anderson est un sociologue et historien britannique marxiste.

2Moses Finley, historien britannique, décédé en 1986, est un spécialiste marxiste de l’Antiquité grecque.

3Peter Laslett, également historien britannique, décédé en 2001, oppose souvent dans ses écrits la « civilisation traditionnelle » et la « civilisation industrielle. Critique envers le marxisme, il refuse le concept de « classes ».

4Joseph Needham, biochimiste et sinologue britannique, décédé en 1995, est un spécialiste reconnu de l’histoire des sciences et des techniques de la Chine. Il fut un compagnon de route du communisme.

5 « En Occident, la démocratie électorale n’est plus considérée simplement comme l’une des nombreuses modalités possibles de représentation : elle constitue une forme de gouvernement qu’il convient d’introduire quels que soient l’époque ou le lieu » (p. 361).

6 « L’idée d’une naissance de l’amour dans l’Europe féodale [à travers l’émergence de l’amour courtois] est proprement indéfendable » (p. 389).

7 « Nous ne serions jamais parvenus à la nécessité des Lumières si nous ne nous étions pas convertis à une religion unique, monothéiste, hégémonique » (p. 352).

Paul Ricoeur : La mémoire, l’histoire, l’oubli – CR de lecture par Pauline Seguin

CR de lecture de Pauline Seguin. Ouvrage de réf. : Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, P…

CR de lecture de Pauline Seguin. Ouvrage de réf. : Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Editions du Seuil, Points Seuil, Essais, 2000, 689 p.

Paul Ricoeur, intellectuel français majeur du XXème siècle, a profondément marqué toute la pensée en sciences sociales, aussi bien en France qu’à l’étranger, notamment aux Etats Unis, où il enseigna pendant plusieurs années.

Sa vie de philosophe éclairé et militant s’est achevée en 2005, et il est fort probable que nous ne soyons pas encore en mesure de saisir toute l’ampleur de la portée de sa pensée, sur l’ensemble du champ des sciences humaines.

Maintes fois cité, dans des domaines souvent extérieurs à sa discipline, la philosophie, il s’agit là d’un grand penseur humaniste qui apparaît déjà comme absolument incontournable sur plusieurs questions, et notamment sur la question qui nous intéresse, à savoir, la mémoire.

Il s’agit donc d’essayer, en toute modestie, de faire un compte rendu synthétique, au risque de sembler schématique, des thèses complexes défendues dans l’ouvrage La mémoire, l’histoire, l’oubli (Edition du Seuil, Paris, 2000), et de mettre à jour quels sont les enseignements majeurs que l’on peut en retenir afin d’éclairer notre étude sur la mémoire de la décolonisation en Indochine.

Tout en gardant à l’esprit que la complexité du langage et des concepts employés est telle que l’étude de cet ouvrage mériterait d’y consacrer beaucoup plus de temps, et d’en proposer un compte rendu plus abouti et mûri que la présente note de synthèse.

La démarche consiste tout d’abord, à faire une brève présentation de l’auteur, un éclairage sur les éléments de contexte déterminants pour la compréhension de cet ouvrage, avant de retracer, à grands traits, les thèses défendues par l’auteur.

Paul Ricoeur (1913‐2005) est né à la veille de la première guerre mondiale, en 1913, et sera fait prisonnier de guerre entre 1940 et 1945, en Poméranie, lors de la deuxième guerre mondiale. Il apparaît donc d’emblée comme quelqu’un de « profondément marqué par un siècle tragique qu’il traverse en s’engageant pleinement dans ses enjeux majeurs, pour en éclairer le sens » [1]. Les drames et les tragédies du XXème siècle, auxquels il semble très sensible, marquent profondément sa pensée et son questionnement, et cette sensibilité accrue est perceptible tout au fil de son œuvre.

Influencé par la phénoménologie de Husserl (dont il semble être un héritier direct) et par l’existentialisme, il construit, en intégrant les apports de la psychanalyse, et de la pensée de Freud, une philosophie de l’interprétation, et apparaît comme un des représentants majeurs de l’herméneutique contemporaine. Les grandes questions qui marquent toute son œuvre sont celles de la volonté, du temps, du sujet, de l’altérité et des valeurs, dans la perspective d’un humanisme chrétien optimiste.[2]

Le temps et l’histoire constituent, dés les années 1950, un de ses thèmes privilégiés de recherche. Il publie Histoire et Vérité [3] en 1955, où il tente une définition délicate de la notion de vérité en histoire, et détermine les contours de l’objectivité en histoire (à distinguer de l’objectivité en sciences exactes). En 1983, il poursuit sa réflexion en publiant, en trois volumes, Temps et Récit [4], où il s’interroge sur les ressources de la narrativité, du récit et de la fiction, et sur leurs incidences sur le récit du temps passé.

Le présent ouvrage se définit, dès les premières pages, comme une réponse à ces deux ouvrages précédents, où Ricoeur se propose d’approfondir sa réflexion en palliant les lacunes de ses écrits antérieurs, et d’explorer les problématiques liées aux relations entretenues entre les trois pôles d’accès au passé que sont la mémoire, l’histoire, et l’oubli.

Si Ricoeur s’intéresse très tôt à l’histoire et aux problématiques soulevées par son écriture, ce n’est jamais dans la perspective de constituer une philosophie de l’histoire, ou d’établir une reconstruction téléologique de l’histoire.

Cet ouvrage publié en 2000 peut apparaître comme le résultat de la somme des réflexions que les drames du XXème siècle et les questionnements de l’historiographie contemporaine ont inspiré à l’auteur, conjuguée à la lecture croisée des différents philosophes et penseurs ayant écrit sur l’histoire. En effet, l’auteur s’ingénue à entrecroiser les textes de nombreux penseurs ayant écrit sur la mémoire, l’histoire et son écriture ; comme il le dit lui même, c’est un auteur « devant qui tous les livres sont simultanément ouverts » [5]. Il a tout lu, des philosophes, en passant par les sociologues, les historiens, les linguistes et les scientifiques. Et cette étude se présente donc à la fois comme l’expression de la thèse originale de son auteur, et comme une synthèse de tout ce qui a été pensé et publié avant, sur le sujet.

Pour resituer cet ouvrage sur le plan des idées, il convient de préciser que cette étude s’inscrit, en histoire, dans la lignée des travaux des historiens de la fin du XXème siècle (il fait notamment référence à J. Le Goff, P. Nora, M. de Certeau) qui s’interrogent sur la pratique de l’histoire et sur son écriture. En philosophie, cette recherche fait écho aux réflexions phénoménologiques sur l’essence des phénomènes de mémoire, sur les structures fondamentales de l’historiographie et de l’écriture de l’histoire, entreprises par des philosophes tels que Husserl ou Bergson. Par rapport aux sciences sociales, l’auteur se situe dans l’héritage de Foucault et de Halbwacks (auteur de travaux sur les questions de mémoire collective [6]), et tente de déchiffrer les enjeux identitaires et politiques des usages et des détournements, ou abus, aussi bien de la mémoire que de l’oubli.

Mais Paul Ricoeur est avant tout un humaniste et un philosophe militant qui revendique son devoir de citoyen. Il écrit cet ouvrage en réaction aux thèses négationnistes, et dans l’espoir de pouvoir indiquer à ses contemporains la voie d’une mémoire apaisée, réconciliée, et la voie du pardon.

Dès la première page, l’auteur annonce son engagement. Il précise que ce livre, issu d’une réflexion sur les problèmes relatifs aux liens entre mémoire et histoire, est une réponse « aux troubles (suscités) par l’inquiétant spectacle que donnent le trop de mémoire ici, le trop d’oubli ailleurs, pour ne rien dire de l’influence des commémorations et des abus de mémoire et d’oubli. L’idée d’une politique de la juste mémoire est à cet égard un de (ses) thèmes civiques avoués ».[7]

La problématique d’ensemble de l’ouvrage concerne la question de la représentation du passé, « qu’en est-il de l’énigme d’une image […] qui se donne comme présence d’une chose absente marquée par le sceau de l’antérieur » [8], annonce t-il dès son introduction. Il entend rendre compte de cette problématique à travers une triple perspective : la phénoménologie de la mémoire, l’épistémologie de l’histoire, l’herméneutique de la condition historique, où s’inscrit une réflexion sur la question de l’oubli.

Dans la partie consacrée à la phénoménologie de l’histoire, il pose la question suivante : de quoi se souvient-on quand on se souvient ? Il entend par là faire référence au débat philosophique traditionnel qui oppose réalité et fiction. Il part du présupposé que la mémoire prétend être fidèle au passé, alors qu’elle relève de l’ordre de l’affection et du sensible. Quand on se souvient, nous dit‐il, se souvient‐on de cette impression sensible ou de l’objet réel dont elle procède ? A la suite de Platon et d’Aristote, P. Ricoeur distingue deux types de mémoire, la mnémé et l’anamésis. La mnémé désigne cette mémoire sensible, qui nous affecte, sans qu’il y ait intervention d’une volonté, alors que l’anamésis renvoie à ce que l’auteur appelle le rappel, et qu’il entend comme une mémoire exercée, une recherche active et volontaire, dirigée contre l’oubli. En effet, en ce sens, une des principales fonctions de la mémoire consiste à lutter contre l’oubli, et de là, l’idée de devoir de mémoire renvoie, en fait, à celle d’un « devoir de ne pas oublier » [9].

Abus de mémoire

La principale différence entre la mémoire et l’imagination, alors que l’une et l’autre relève de la problématique de la présence de quelque chose d’absent, et que la mémoire est le garant du caractère passé de ce dont elle déclare se souvenir [10]. La mémoire est forcément mémoire de quelque chose qui n’est plus, mais ayant été, elle fait donc référence à un réel antérieur. Mais la mise en image du souvenir premier suppose une reconstruction, ce qui pose la question de la fiabilité de la mémoire, et avec elle, celle de sa vulnérabilité structurelle. En effet, c’est cette vulnérabilité, issue du rapport entre l’absence de la chose souvenue et sa présence sur le mode de la représentation, qui fait que la mémoire est sujette à de multiples formes d’abus.

L’auteur distingue trois types d’abus : la mémoire empêchée, la mémoire manipulée, et la mémoire obligée [11]. En s’appuyant sur les apports des théories psychanalytiques, il entend par mémoire empêchée la difficulté de se souvenir d’un traumatisme. Dans l’idéal, un tel souvenir nécessite le recours à un travail de mémoire, qui passe par un travail de deuil, afin de pouvoir renoncer à l’objet perdu et de pouvoir tendre vers une mémoire apaisée, et vers une réconciliation avec le passé. En effet, le souvenir traumatique, que peut constituer par exemple, à l’échelle de la mémoire collective, la « blessure de l’amour propre national » [12], s’il ne fait pas l’objet d’un travail de remémoration, impliquant un réel travail de deuil et de recul critique, s’expose au danger de ce que les psychanalystes appelle la « compulsion de répétition » [13] (manifeste notamment en cas de « trop de mémoire » ou de répétition de célébrations funèbres, comme dans le cas du sanctuaire de Yasukuni au Japon). Seul un travail de deuil et de recul critique, fondé sur l’effort de remémoration, permet à une société de tendre vers une réconciliation apaisée avec son passé.

Dans le cas de la mémoire manipulée, l’auteur fait référence aux manipulations idéologiques de la mémoire. En effet, les détenteur du pouvoir mobilisent la mémoire à des fins idéologiques « au service de la quête, de la reconquête ou de la revendication d’identité » [14]. Ce type de phénomènes idéologiques vise à légitimer l’autorité du pouvoir en place, à la faire apparaître comme un « pouvoir légitime de se faire obéir » [15]. L’auteur pose le caractère narratif du récit comme principal agent de l’idéologisation de la mémoire. Le récit, par définition, est sélection et mise en cohérence. C’est donc de la narrativité du récit que relève les stratégies d’oubli et de remémoration. L’histoire officielle est donc aussi une mémoire imposée, au sens où c’est elle qui est enseignée, « apprise, et célébrée publiquement » [16]. Todorov et ses travaux sur les abus de la mémoire [17] précisent que tout travail sur le passé est un travail de sélection et de combinaison réfléchie des évènements les uns avec les autres, c’est un travail qui est nécessairement orienté, non vers une recherche de vérité objective, mais vers une recherche du bien (selon le contexte, il peut s’agir de la recherche d’une certaine paix sociale, de légitimation de pouvoir en place etc.). Ce penseur révèle aussi que la manipulation de la mémoire a souvent tendance à user des stratégies de victimisation, dans la mesure où revendiquer la position de victime place le reste du monde en position de redevable, et de là, la victime apparaît légitime de se plaindre, de protester, de réclamer. En ce sens, la manipulation du souvenir traumatique permet de revendiquer une attente sur le futur, car la mémoire du passé traumatique oriente le projet assigné au futur.

Avec la mémoire obligée, l’auteur entend traiter de la question de « devoir de mémoire ». Lors de sa conférence sur la juste mémoire [18], il prend soin de préciser que le devoir de mémoire n’est pas comme tel un abus, c’est un vrai devoir qui consiste à rendre justice aux victime et à la cause (qui fait que les victimes sont des victimes), et à identifier les victimes et l’agresseur. Et c’est sur l’authenticité de ce devoir légitime que se greffe la possibilité des abus. C’est en effet, aux vues des conditions historiques et du contexte dans lequel ce devoir de mémoire est requis, que l’on est à même d’en saisir l’enjeu moral, la signification et la vision du futur dont il est porteur. L’idée de devoir de mémoire fait nécessairement intervenir la notion de dette, dans la mesure où il place les contemporains dans la position de redevables à l’égard de ceux qui les ont précédé. Ricoeur suppose ensuite qu’il y ait une constitution distincte mais mutuelle de la mémoire collective et de la mémoire individuelle, et il émet notamment l’hypothèse d’une triple attribution de la mémoire, à soi, aux proches et aux autres [19].

Mémoire, histoire et oubli : entrelacements

L’analyse de l’épistémologie de la connaissance historique fait apparaître les problèmes issus des rapports entre connaissance, pratique de l’histoire et expérience vive. L’auteur présuppose qu’il y a un rapport de concurrence et de confrontation entre l’intention de vérité de l’histoire et la prétention de fidélité de la mémoire. Le travail de distanciation, selon des méthodes propres aux historiens, permet à la connaissance historique de s’autonomiser et de prendre ses distances par rapport à l’expérience de la mémoire vive. La matière de l’historien est constituée, pour une large part, par les archives, elles‐mêmes issues du témoignage des hommes du passé. Ce qui renvoie encore une fois, à la question de la fiabilité du témoignage, car celui‐ci comprend les composantes narrative et rhétorique, il répond en effet à l’exigence de la cohérence et à celle de convaincre son interlocuteur. L’historien doit donc passer par une nécessaire confrontation entre les différents témoignages, afin d’être en mesure d’établir un récit probable, et plausible des événements. Le recours au témoignage est pleinement justifié, dans la mesure où l’objet de l’histoire, ce n’est pas le passé, ce n’est pas le temps, mais ce sont « les hommes dans le temps » [20]. P. Ricoeur prend le soin de préciser la différence qu’il existe entre le fait historique et l’événement réel remémoré, différence qui peut, notamment, occasionner des conflits entre la mémoire des survivants et l’histoire écrite.

Le fait historique est construit par le travail qui le dégage d’une série documentaire. L’histoire affirme que tel fait a eu lieu, « tel qu’on le dit ? C’est là toute la question » [21]. L’historien ne peut rien affirmer sans preuve, or, pour qu’un document puisse faire office de preuve, il faut que celui qui le consulte lui pose une question, et la question posée est nécessairement sous tendue par un projet d’explication [22]. L’interprétation, et ses écueils, sont donc présents à tous les niveaux de l’opération historiographiques (à savoir : niveau documentaire, niveau explicatif, niveau de la représentation narrative du passé) [23]. L’interprétation apparaît ainsi comme une composante structurelle de l’intention de vérité de toutes les opérations historiographiques. Cependant, l’historien a la prétention de « représenter en vérité le passé » [24], et, en ce sens, l’histoire apparaît comme le « prolongement critique » [25] de l’ambition de fidélité au passé de la mémoire, l’histoire se veut « l’héritière savante de la mémoire » [26]. Or P. Ricoeur se plait à remettre en cause la capacité du discours historique à représenter en vérité le passé, ce qui renvoie directement à la dialectique de la mise en récit, supposant une double composante narrative et rhétorique. Avant d’être l’objet de la connaissance historique, un événement est d’abord objet de récit (archive), d’où le retour de l’aporie rencontrée sur la question de la mémoire, à savoir celle du débat entre réalité et fiction. Qu’elle différence y a‐t‐il entre histoire (history) et fiction (story), si l’une et l’autre raconte, c’est à dire, mettent en récit ? [27] Il s’agit de ce que l’auteur appelle « l’aporie de la vérité en histoire », manifeste notamment lorsque à partir d’événements identiques, des historiens construisent des récits différents [28]. De là, l’historien n’est pas un agent neutre, c’est un être social, qui est dans une position de « spectateur engagé » (R. Aron) [29], ce que rend d’autant plus manifeste les événements « aux limites » [30], où l’historien a clairement une « responsabilité à l’égard du passé » [31]. La distinction entre récit historique et récit de fiction réside « dans la nature du pacte implicite » [32] passé avec le lecteur. En effet, il est convenu que l’historien traite d’événements, de situations, de personnages qui préexistent au récit qui en est fait [33]. De même, ce pacte comprend une prétention à la correspondance et à l’adéquation au passé [34]. Mais, il s’agit là d’une adéquation présumée [35], et pas forcément effective, entre la représentation historienne et la réalité du passé.

Dans la partie concernant l’herméneutique de la condition historique, l’auteur met en exergue la relation d’interdépendance qui existe entre la lecture historique du passé, la manière dont le « présent est vécu et agi », et les attentes qu’on assigne au futur [36]. « La projection du futur est (effectivement) […] solidaire de la rétrospection sur les temps passés » [37]. Or, l’historien, comme le juge, occupe une position de tiers, et, de fait, aspire à l’impartialité [38]. Mais, il s’agit là d’une aspiration nécessairement inassouvie, au sens où l’impartialité totale est impossible. L’historien ne peut, ni ne veut, porter un jugement historique (et quand bien même il le ferait, le jugement historique est par nature provisoire et sujet à controverse) [39]. Dans le prolongement, de même qu’il est impossible d’accéder à l’impartialité absolue, l’historien n’a pas les moyens d’écrire une histoire globale, qui annulerait les différences entre points de vue [40], une histoire unique qui embrasserait celle des exécutants, celles des victimes et celles des témoins [41]. P. Ricoeur pose par là la question du traitement historiographique de l’inacceptable. En effet, « comment traiter de l’extraordinaire avec les moyens ordinaires de la compréhension historique ? » [42]. Ce type d’événements « aux limites », dont l’auteur fut à la fois témoin et victime, rend d’autant plus manifeste le caractère inévitable de l’intervention de la subjectivité en histoire. Le phénomène d’interprétation est présent d’un bout à l’autre des opérations historiographiques, et il est toujours possible d’interpréter quelque chose autrement. La controverse semble donc inévitable, et l’histoire est vouée à un perpétuel révisionnisme [43].

L’oubli relève de la problématique de la mémoire et de la fidélité au passé. Il englobe la problématique du pardon, au sens où celui‐ci apparaît comme la dernière étape du cheminement de l’oubli. Le pardon relève de la problématique de la culpabilité et de la réconciliation avec le passé. Mais, tous deux tendent vers l’horizon d’une mémoire apaisée [44]. Dans son acception courante, l’oubli est d’abord ressenti négativement, comme une atteinte à la prétention de fiabilité de la mémoire [45]. Or, selon l’auteur, il convient de distinguer deux sortes d’oubli. La figure négative de l’oubli, d’une part, qui est source d’angoisse, c’est l’oubli par « effacement des traces » [46]. Et la figure positive de l’oubli, d’autre part, dit « oubli de réserve » [47], celui qui est source de plaisir, quand, à l’instar de M. Proust avec la fameuse madeleine de La recherche du temps perdu, on se souvient de ce que l’on a un jour vu, entendu, éprouvé, acquis. Cette idée fait écho à la théorie d’un oubli réversible, défendue par Bergson dans Matière et Mémoire [48], ou encore, renvoie à l’hypothèse de l’inconscient et à l’idée d’inoubliable, représentées par Freud. L’œuvre de mémoire est dirigée contre l’oubli par effacement des traces. Celui‐ci a donc partie liée avec la mémoire [49], il constitue en quelque sorte son versant négatif, voire la condition même de la mémoire et de son exercice. En effet, « le souvenir n’est possible que sur la base d’un oublier, et non pas l’inverse » [50]. Et c’est en tant que pendant négatif de la mémoire que l‘oubli peut être l’objet des mêmes abus que celle‐ci.

Dans le cas de la mémoire empêchée d’un événement traumatique, la compulsion de répétition vaut oubli, au sens où elle empêche la prise de conscience de l’événement traumatique. En ce qui concerne la mémoire manipulée, les abus de mémoire sont aussi des abus d’oubli [51] (car la mémoire étant récit, elle est par définition sélective), il est toujours possible de raconter différemment « en supprimant, et en déplaçant les accents d’importance » [52]. Mais pour l’auteur, ce « trop peu de mémoire », s’il est imposé d’en haut, est assimilable à une sorte d’oubli « semi passif », dans la mesure où il suppose une certaine complicité des acteurs sociaux, qui font preuve d’un « vouloir-ne-pas-savoir » [53]. Dans le cadre de l’oubli commandé et institutionnalisé, l’auteur entend traiter principalement du cas de l’amnistie, dont la proximité phonétique avec amnésie éveille son questionnement [54]. L’amnistie constitue pour lui une forme « d’oubli institutionnel » [55], il s’agit d’un « déni de mémoire […] (qui) éloigne en vérité du pardon après en avoir proposé la simulation » [56]. L’amnistie revient à faire comme si de rien n’était, c’est une injonction de l’État à « ne pas oublier d’oublier » [57]. Mais il s’avère que le prix à payer est lourd, car en cas d’amnésie institutionnalisée, la mémoire collective est privée de la crise identitaire salutaire qui permettrait à la société concernée d’effectuer une réappropriation lucide du passé et de sa charge traumatique, en passant par un travail de mémoire et un travail de deuil, tous deux guidés par l’esprit de pardon. L’oubli, selon P. Ricoeur, a une fonction légitime et salutaire, non pas sous la forme d’une injonction, mais sous celle d’un vœu. S’il devoir d’oubli il y a, ce n’est pas « un devoir de taire le mal, mais de le dire sur un mode apaisé, sans colère » [58].

Le pardon apparaît alors comme « l’horizon commun d’accomplissement » [59] de la mémoire, de l’histoire et de l’oubli, mais il ne s’agit en aucun cas d’un « happy end » [60], il ne peut être question que d’un «pardon difficile » [61], « ni facile, ni impossible » [62]. Il est de l’ordre du vœu, de l’idéal vers lequel tendre. L’auteur souligne la fonction politique d’une mémoire apaisée et du pardon, en se demandant si la politique ne commence pas là où finit la vengeance, dans la mesure où il serait contre productif pour une société de rester indéfiniment en colère contre elle‐même [63]. L’auteur tient à mettre en garde ses contemporain en rappelant à la toute fin de son ouvrage, que ce n’est que par un travail de deuil, guidé par l’horizon de réconciliation avec le passé, et par l’idéal du pardon, qu’une société est à même de se séparer définitivement du passé, afin de faire place au futur [64].

Un texte profond

Il s’agit là d’un texte très profond, et cité à maintes reprises, mais qui gagnerait à d’avantage de clarté dans l’expression. Le langage hautement conceptualisé, employé par l’auteur, en rend la lecture laborieuse, et il est fort regrettable que la difficulté de l’expression en limite quelque peu l’accès. C’est un ouvrage qui a beaucoup à apprendre aux peuples et aux dirigeants d’aujourd’hui et de demain, mais dont l’audience effective n’est pas à la hauteur des enseignements qu’il apporte.

Sur le fond, il convient de remarquer que , bien que l’auteur soit un rhéteur hors pair et que son raisonnement soit parfaitement mené, si brèche il y a, elle serait à chercher du côté de ses présupposés. En effet, il fonde son raisonnement sur l’idée d’une ambition de vérité de l’histoire, et d’une prétention à la fidélité de la mémoire, et ce, sans la questionner. Or la notion de vérité semble très discutable, car fondamentalement relative. En effet, l’historien a à cœur de prouver ce qu’il pense être la vérité, en s’appuyant sur de vrais documents hérités du passé, mais est‐ce à dire pour autant que la thèse qu’il défend à prétention à être vraie, absolument ? Si l’histoire, comme on l’entend souvent, et l’histoire des vainqueurs, l’ambition première des artisans historiens n’est‐elle pas moins la vérité que la démonstration de la grandeur et de la légitimité de ses commanditaires ?

En ce qui concerne la prétention de la fidélité à la mémoire, il s’agit là d’un point tout aussi discutable. La mémoire semble au contraire assumer sa subjectivité et revendiquer sa sensibilité. Elle se sait certainement bien plus malléable et sujette à caution, que ce que l’auteur semble bien vouloir en dire. Modulable à souhait, en fonction d’exigences extérieures, il est à croire qu’elle aurait des difficultés à désapprouver la maxime de Nietzsche: « “J’ai fait cela”, dit ma mémoire. “Impossible !” dit mon orgueil, et il s’obstine. En fin de compte, c’est la mémoire qui cède. » |65].

Pauline Seguin

 

Notes

1 Site Fonds Ricoeur : http://www.fondsricoeur.fr

2 Référence à l’article sur P. Ricoeur dans Le Grand Larousse Illustré.

3 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, Edition du Seuil, Paris, 2001.

4 P. Ricoeur, Temps et Récit, T. 1, T. 2, T. 3, Edition du Seuil, Paris, 1991.

5 P. Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Edition du Seuil, Paris, 2000, p. III.

6 M. Halbwachs, La Mémoire collective, PUF, Paris, 1950.

7 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, op. cit., p. I.

8 Ibid. p. II.

9 Ibid. p. 37.

10 Ibid. p. 26.

11 Ibid. p. 82.

12 Ibid. p. 96.

13 Ibid. p. 96.

14 Ibid. p. 98.

15 Ibid. p. 101.

16 Ibid. p. 104.

17 T. Todorv, Les abus de la mémoire, Paris, Arléa, 1995.

18 A écouter sur le site de France culture : http://www.radiofrance.fr/chaines/franceculture2/emissions/repliques/fichedoc.php?diffusion_id=31937&dos=2005/ricoeur

19 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, op. cit., p. 152.

20 Ibid. p. 214

21 Ibid. p. 228

22 Ibid. p. 231

23 Ibid. p. 235.

24 Ibid. p. 295.

25 Ibid. p. 296.

26 Ibid. p. 304.

27 Ibid. p. 311.

28 Ibid. p. 311.

29 Ibid. p. 336‐337.

30 Ibid. p. 337.

31 Ibid. p. 337.

32 Ibid. p. 339.

33 Ibid. p. 359.

34 Ibid. p. 365.

35 Ibid. p. 366.

36 Ibid. p. 394.

37 Ibid. p. 404.

38 Ibid. p. 413.

39 Ibid. p. 421.

40 Ibid. p. 427.

41 Ibid. p. 334.

42 Ibid. p. 429.

43 Ibid. p. 447‐448.

44 Ibid. p. 536.

45 Ibid. p. 537.

46 Ibid. p. 543.

47 Ibid. p. 539.

48 H. Bergson, Matière et Mémoire, PUF, Paris, 1963.

49 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, op. cit., p. 553.

50 Ibid. p. 573.

51 Ibid. p. 579.

52 Ibid. p. 580.

53 Ibid. p. 580.

54 Ibid. p. 586.

55 Ibid. p. 586.

56 Ibid. p. 586.

57 Ibid. p. 587.

58 Ibid. p. 589.

59 Ibid. p. 376.

60 Ibid. p. 376.

61 Ibid. p. 376.

62 Ibid. p. 593.

63 Ibid. p. 651.

64 Ibid. p. 649.

65 F. Nietzsche, Par delà le bien et le mal, in 4ème partie Maximes et intermèdes, Edition Christian Bourgois, Paris, 1990, p. 113.

Note de lecture rédigée par Pauline Seguin dans le cadre du séminaire dirigé par François Guillemot : « Décolonisations en Péninsule indochinoise : Regards internes au Viêt-Nam, Laos et Cambodge » (Année universitaire 2008-2009, M2 Asie Orientale Contemporaine – ASIOC, Semestre 1). Publiée avec l’autorisation de l’auteure. Pauline Seguin, diplômée du Master ASIOC en 2009, mention “Très bien”, est actuellement basée à Pékin au poste de responsable des affaires culturelles à la Délégation générale de la Fondation Alliance française en Chine.

    * * *

 

Vers un renouveau des études soudanaises en France?

Programme de la journée
Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 20…

Programme de la journée

Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 2011, ont toujours été un objet de recherche marginal, si ce n’est insolite, dans le paysage académique français et plus largement francophone. Ceci est sans doute dû, dans une large mesure, à la situation de “marginalité multiple” (Ali Mazrui 1971) caractéristique du Soudan à l’ère contemporaine: il s’agit d’un espace frontière entre le Moyen-Orient et l’Afrique et, à l’intérieur du continent africain, d’une région charnière entre l’Afrique arabophone et l’Afrique anglophone, l’Afrique musulmane et l’Afrique chrétienne, l’Afrique de l’ouest et l’Afrique de l’est. A ce que mit en avant Mazrui il y a plus de quarante ans, il faut ajouter, en ce qui concerne l’expérience impériale/coloniale du Soudan, les impérialismes successifs que connut le pays (ottomano-égyptien de 1820 à 1885 et anglo-égyptien de 1899 à 1956), l’anomalie légale que constituait le Condominium anglo-égyptien et le rattachement du Soudan au Foreign Office britannique plutôt qu’au Colonial Office durant la première moitié du XXe siècle. En outre, le Soudan ne fut jamais la cible d’un mouvement de colonisation important en provenance de la métropole, à la différence du Kenya par exemple. C’est pourquoi le Soudan a suscité un intérêt limité dans l’ex-métropole britannique, tant dans la production littéraire et cinématographique “populaire” que dans l’univers académique. Enfin, l’obstacle linguistique a contribué à reléguer le Soudan à la périphérie des recherches universitaires francophones.

 A la lumière de ce contexte historiographique, l’on ne peut que saluer l’initiative d’Elena Vezzadini et de Pierre Liguori, deux historiens appartenant à la nouvelle génération de Soudanistes, d’organiser une journée d’études entièrement consacrée au(x) Soudan(s) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Rassemblant une dizaine d’intervenants d’horizons disciplinaires différents, cette journée se tint le 12 novembre 2012 dans les locaux du Centre d’Études africaines (CEAf) et de l’Institut d’Études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM). A mon sens, l’intérêt de l’événement réside à la fois dans sa pluridisciplinarité (histoire, anthropologie, sciences politiques et linguistique étaient au menu du jour) et dans son caractère plurigénérationnel. Les participants appartenaient en effet à deux voire trois “générations” de chercheurs spécialisés sur le Soudan. Nous eûmes le plaisir de voir, au sein du public, des membres de la génération précédente, tels que Marie-José Tubiana et Nicole Grandin, deux pionnières des études soudanaises en France à l’ère postcoloniale.

La journée fut ouverte par Heather J. Sharkey (University of Pennsylvania, chercheuse invitée à l’IISMM), l’une des figures centrales des recherches historiques actuelles sur le Soudan. A travers un retour sur les grandes étapes de l’histoire contemporaine du Soudan (1820-présent), sa communication visait à repenser l’histoire soudanaise pour, d’une part, questionner la dichotomie Nord-Sud et, d’autre part, localiser l’idée d’un Soudan et de deux Soudans dans le flux de l’histoire contemporaine de la région. Elle s’acheva sur une interrogation particulièrement intéressante, interrogation par ailleurs soulevée dans un numéro récent de l’International Journal of Middle East Studies (Roundtable 2012): étant donné la quasi-unanimité des Sud-Soudanais en faveur de l’indépendance lors du référendum de janvier 2011 (presque 99% des votes), il est, tentant, pour les historiens du Soudan, de voir la séparation du Nord et du Sud comme la seule trajectoire historique possible. A partir de maintenant, comment les historiens devraient-ils écrire l’histoire soudanaise? Comme l’histoire du Soudan ou des Soudans? Dans quelle mesure faudrait-il ou non projeter les frontières de 2011 sur l’histoire antérieure? Sans se laisser aller à des anachronismes trop grossiers, il me semble que l’événement majeur qu’est l’éclatement du Soudan en deux États modifie et modifiera forcément notre regard sur le passé historique soudanais. Reste à savoir comment en rendre compte -ou pas- dans nos travaux!

Quelles que soient leurs approches et leurs objets, la plupart des intervenants endossèrent la proposition contenue dans l’intitulé de la journée: aller au-delà des dichotomies simplistes -constamment employées dans les média et les rapports d’organisations humanitaires pour décrire le Soudan (Nord/Sud, Arabes/Africains, Musulmans/Chrétiens)- et affiner les catégories d’analyse pour mettre en lumière la complexité de l’histoire soudanaise. Pierre Liguori s’y employa à travers l’analyse de la construction et de la représentation du Soudan turco-égyptien par différentes figures européennes actives au Soudan durant la seconde moitié du XIXe siècle; Anne-Claire Bonneville en montrant la vitalité et la longévité des revendications de souveraineté égyptiennes sur le Soudan jusqu’au tournant du coup d’état des Officiers libres (1952); Elena Vezzadini, en explorant le paradoxe d’une révolution anticoloniale (1924) en tant qu’événement ayant donné lieu à d’innombrables récits mais entouré de secrets et de non-dits (en particulier en ce qui concerne les identités très plurielles des participants à la révolution et la fracture sociale qui succéda à celle-ci, à savoir l’éviction d’officiers d’origine sudiste/servile des élites nord-soudanaises); moi-même, en proposant de façon un peu provocatrice le concept de “dualité multiple” pour caractériser l’expérience coloniale du Soudan contemporain (six dualismes: deux impérialismes successifs, double tutelle “coloniale” anglo-égyptienne, deux nationalismes soudanais, dissensions entre les autorités britanniques de Khartoum et le Foreign Office de Londres, division administrative, éducative et cognitive entre le Nord et le Sud-Soudan jusqu’à 1947, “nationalité” britannique et nord-soudanaise des éducateurs coloniaux du Soudan) et en examinant les répercussions de ce dualisme multiple sur les récits historiques scolaires produits après la Seconde Guerre mondiale et l’abandon de la Southern Policy (1947-1949); David Ambrosetti, en soulignant la diversité des stratégies des élites politiques soudanaises face aux gestionnaires internationaux des conflits armés soudanais; Azza A. A. Aziz, en mettant en évidence la pluralité des choix thérapeutiques d’une jeune femme d’origine sud-soudanaise ayant grandi dans le Nord-Soudan (une internally displaced person); Barbara Casciarri, qui, en se focalisant sur les groupes pastoraux du Soudan, déconstruisit la dichotomie sédentaires/pasteurs nomades tout en exposant les processus d’”altérisation” et d’”invisibilisation” auxquels ont été sujets, à l’époque coloniale comme à la période postcoloniale, les groupes pastoraux; Catherine Miller (IREMAM), enfin, qui proposa une réflexion critique sur les catégorisations ethno-linguistiques des sociétés soudanaises en usage parmi les acteurs historiques et les chercheurs (en particulier les linguistes), notant le caractère singulièrement résilient de catégories pourtant taxées par certains (Abdelhay, Makoni) d’”inventions coloniales”.

En dépit de la nature quelque peu disparate des communications, une grande marge de liberté ayant été octroyée aux intervenants, cette journée d’études fut un moment important à trois égards au moins: elle permit de mettre en réseau des Soudanistes trop peu liés les uns aux autres, de donner un espace de discussion à des recherches récentes et, finalement, de contribuer à la visibilité -et espérons-le à un renouveau- des études soudanaises en France. En souhaitant que cet événement soit suivi par d’autres initiatives du même type, que ce soit au niveau français, européen ou international!

Voir les abstracts des communications présentées

.

MAZRUI Ali, “The Multiple Marginality of the Sudan”, in HASAN Yusuf F. (éd.), Sudan in Africa. Khartoum, Khartoum University Press, 1971, p. 240-255.

“Roundtable: Sudan Scholarship after the Breakup”, International Journal of Middle East Studies, Vol. 44(2), May 2012, p. 321-331.

 
 

Pour citer ce billet : Seri-Hersch Iris, « Vers un renouveau des études soudanaises en France? », Carnets de l’IREMAM, 14 novembre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/918 (date de consultation)

 

Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d'études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l'IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine du Soudan et de l'espace israélo-palestinien. Elle s'intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d'appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l…

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs. L’utopie d’un …

Le mécanisme d’Anticythère

On connait bien l’ile grecque de Cythère, destination d’embarquement restée célèbre (bie…

On connait bien l’ile grecque de Cythère, destination d’embarquement restée célèbre (bien que l’expression soit un peu vieillie) car Vénus y avait un temple. Mais on connait moins Anticythère (aujourd’hui Antikythira) étymologiquement “en face de Cythère”, petite ile inhospitalière qui lui fait face.  Le trafic des navires entre la Grèce et Rome s’écoulait entre ces deux iles et Cicéron y passa lors de son retour de Rhodes où il était venu entendre les maitres de l’éloquence “asiatique” ( 77 av. J.C.). La passe était dangereuse et à la même époque un navire lourdement chargé y fit naufrage.

En 1900 des pécheurs d’éponge trouvent à 40 mètres de profondeur une épave où ils repèrent des bronzes et des statues antiques. A titre de preuve ils remontent un bras de bronze et, ne voulant pas faire de fouille illégale, vont prévenir les autorités à Athènes. Les mêmes plongeurs reviennent avec un archéologue pour une campagne de plongée qui dure de novembre 1900 à septembre 1901 : malgré plusieurs accidents de plongée (la plongée se fait en apnée) de nombreuses pièces sont remontées, statues (un éphèbe, un philosophe), des poteries, des amphores. Tous ces objets sont déposés au Musée national grec d’Athènes.

On laissa sécher un morceau de bronze enserré dans du bois (qui se détruisit en séchant). L’ensemble en bronze, couvert de concrétions se fragmenta en plusieurs morceaux. Plusieurs mois ensuite, un numismate repère des inscriptions en grec ancien : le mécanisme apparent est identifié comme un astrolabe. Voici l’état actuel des fragments les plus importants :[1]

Les informations  sur ces évènements sont fournies par celui qui a attiré l’attention sur le mécanisme d’Anticythère, un professeur d’histoire des sciences à Yale,  Derek de Solla Price (1922-1983) qui à commencé à étudier l’objet en 1950. A partir de 1972 il entreprend de radiographier les fragments et découvre à l’intérieur une série d’engrenages dont il va essayer de comprendre le rôle. En 1974 il publie dans les Transactions of the American Philosophical Society (Vol. 64, part 7) un article intitulé “Gears from the Greeks. The Antikythira Mechanism – A Calendar Computer from ca. 80 B.C.” qui est le point de départ obligé de toute étude sur cette question. Price considère le mécanisme comme une machine permettant le calcul d’un calendrier solaire et lunaire.

Depuis l’époque de Price, l’imagerie numérique a pris le relais et les hypothèses se sont affinées : voici une présentation d’ensemble du mécanisme tel qu’il peut être reconstitué [2]. Le mécanisme est à l’intérieur d’une boite en bois de 34 cm de hauteur, 18 cm de largeur et de 9 cm de profondeur. Sur une des faces, le cercle représente une année de 365 jours avec les signes du zodiaque correspondants. En cas d’année bissextile (en utilisant le terme utilisé depuis la réforme du calendrier de Jules César), le cercle peut être ajusté en position.

Quand on tourne la manivelle qui est sur le côté droit de la boite, deux index évoluent le long de ce cercle, le premier tourne lentement et représente la position du soleil au cours des mois de l’année. Le deuxième index, indique la position de la lune dans le ciel ainsi que (par le biais d’une boule noire et blanche qui tourne sur elle-même) quelle phase de la lune est visible.

Quand l’index du soleil se déplace d’un mois, la lune fait un tour complet (d’une nouvelle lune à une nouvelle lune) : ce mois lunaire a une durée de 29,5 jours. Cette durée inférieure au mois ordinaire explique le décalage des nouvelles lunes sur nos calendriers :

Calendrier annuel : soleil et phases de la lune

Cycle de 19 ans (cycle de Méton) en haut. Cycle de 18 ans (Saros) en bas.

Examinons maintenant l’autre face du mécanisme. On y voit deux spirales reliées l’une à l’autre avec deux index rotatifs dont la longueur suit l’enroulement de chaque spirale.

La spirale du haut représente un cycle de 19 ans soit 19 x 365,25 jours = 6939,75 jour, arrondi à 6940. Si l’on compte combien de lunaisons s’écoulent, il faut diviser par la longueur du mois lunaire soit 29,5 jours. On arrive à 235,25 mois lunaire, arrondi à 235. Méton, inventeur de ce cycle à Athènes au 5e siècle av.  J.C. a pu ainsi construire un calendrier lunaire, mais cependant précis, en intercalant judicieusement des mois lunaires supplémentaires pour que l’année astronomique liée au soleil coïncide avec ce calendrier. Si une année ordinaire a 12 mois lunaire, en 19 ans, on a 12 x 19 = 228 mois lunaire, alors qu’il en faut 235. Il faut donc en intercaler 7. L’index indique sur lequel des 235 mois lunaires on se trouve. Pour retrouver le calendrier annuel, il suffit de revenir à l’index de l’autre face.

La spirale inférieure a un index qui se déplace selon un autre cycle de 18 ans cette fois qui correspond à la période où une éclipse donnée se reproduit dans les même circonstances avec un décalage de 8 heures (pour les éclipses de lune). Ce cycle était connu des anciens sous le nom de Saros. Avec le mécanisme, on pouvait ainsi prédire si pour une nouvelle lune ou une pleine lune donnée, une éclipse de soleil ou de lune pouvait se produire.

Ce sont les rapports des engrenages qui permettaient ces affichages. Ci-dessous, le schéma  des engrenages tels qu’il est estimé aujourd’hui. D’autres cadrans auxiliaires non indiqués dans les images précédentes permettaient un gain de précision (Cycle de Callipos, mis au point au 4e siècle av. J.C. qui en prenant 4 cycles de Méton en améliore la précision, de même cycle de l’Exeligmos correspond à 3 cycles du Saros. Il y aurait aussi une mention de l’Olympiade en cours.) [3]. On trouve aussi sur le mécanisme de nombreuses inscriptions en grec qui ont aidé à comprendre le sens des différents mécanismes. Le type des caractères utilisés à permis de dater le mécanisme de la fin du 2e siècle av. J.C.[4]

Sources écrites

Cicéron est contemporain des évènements : il fait allusion à un mécanisme analogue dans le De Republica, I, XIV (21-22), où il évoque un globe qui aurait été construit par Archimède et dont le fonctionnement évoque bien le mécanisme d’Anticythère.

in eo admirandum esse inventum Archimedi
voici ce qui est admirable dans l’invention d’Archimède
quod excogitasset quem
c’est qu’il a obtenu que
_____ad modum
_____pour produire
__________indissimillimis motibus
__________par des mouvements non dissemblables
_____inaequabiles et varios cursus
_____des mouvements inégaux et variés
servaret una conversio.
une rotation serve

On retrouve là le procédé du mécanisme d’Anticythère : par un enchainement de rouages, un seul mouvement crée tous les types de rotations.

__________Hanc sphaeram
__________cette sphère
_____Gallus [C. Sulpicius Gallus est un consulaire réputé pour son savoir en astronomie]
_____Gallus [il est mis en scène dans le dialogue par un des interlocuteurs supposés]
cum
quand
_____moveret
_____mettait en mouvement

La sphère est mise en mouvement par un opérateur qui tourne une manivelle.

fiebat ut
il se faisait que
__________soli
__________sous le soleil
luna
la lune
__________totidem conversionibus in aere illo quot diebus in ipso caelo
__________avec autant de tours sur le bronze que de jours dans le ciel lui-même
_____succederet,
_____se plaçait

La lune et le soleil sont affichés sur une surface en bronze.

Cette phrase manifeste particulièrement l’intérêt d’une traduction au plus près, telle qu’on peut la montrer dans une présentation sous-titrée. En effet l’expression succedere soli, “se placer sous le soleil”, est difficile à interpréter et des traducteurs s’en affranchissent volontiers. Par exemple Price (1974, p. 56) utilise une traduction qui dit que “quand Gallus mettait en mouvement le globe, il était bien vrai que la lune était toujours à autant de révolutions derrière le soleil sur  l’appareil en bronze qu’elle était en réalité par rapport au nombre de jours où elle était derrière dans le ciel.” Dans la traduction des Belles Lettres, Esther Bréguet explique (p. 260) pour quelles raisons on doit conserver le sens “se placer sous le soleil” car, pour les anciens, utilisant un système où la terre est au centre de l’univers, l’orbite de la lune était sous celle du soleil.

ex quo
en conséquence
__________et in caelo sphaera solis
__________également dans le ciel et dans la sphère du soleil
_____fieret
_____se produisait
eadem illa defectio
cette même éclipse

et incideret luna tum in eam metam quae esset umbra terrae,
et la lune se trouvait alors dans ce cône dû à l’ombre de la terre
cum sol e regione [lacune]
avec le soleil en face…

la sphère d’Archimède est capable de prévoir les éclipses. Il s’agit bien d’un mécanisme analogue à celui d’Anticythère : dans un prochain billet nous étudierons la pratique scientifique d’Archimède et ce que Cicéron en dit.

***

Pour avoir maintenant une vision d’ensemble du mécanisme d’Anticythère, regardons le film réalisé par NVP3D et produit par une firme privée d’horlogerie qui a mis au point une montre le reproduisant. Ce film est utilisé dans les expositions évoquant le mécanisme [5].

Le prochain billet sera mis en ligne le 11 novembre

  1. Source : Musée National Archéologique
  2. les images suivantes sont des captures d’écran du film de la firme NVP3D présenté en fin de billet
  3. Source de l’image : Wikipedia
  4. On trouvera sur le site du projet collectif consacré au mécanisme, les références de plusieurs articles de Nature qui donnent l’état actuel de la recherche
  5. comme par exemple à Paris, au Musée des arts et métiers jusqu’au 1er juillet 2013

Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines. Il est président du conseil d'administration de l’École nouvelle la Source.

More Posts - Website

L’histoire des images de synthèse patrimoniales : quelles sources pour quelle histoire ?

Collection personnelle de VHS (1991-1998).
Afin de poursuivre le travail entamé dans ma thèse, je  p…

Collection personnelle de VHS (1991-1998).

Afin de poursuivre le travail entamé dans ma thèse, je  poursuis actuellement mes recherches sur les usages des dispositifs infographiques tridimensionnels dans la sphère patrimoniale en participant au programme de recherche Hist3D d’EnsadLab. L’objectif est donc de recenser les premières expériences de restitutions archéologiques en images de synthèse… Une fois l’intention posée, la question qui se pose au chercheur est celle des sources exploitables pour écrire cette histoire ! Alexie Geers a dernièrement souligné la difficulté de travailler sur la production des industries culturelles en générale. Pour ma part, le problème d’accès aux sources est double puisqu’il tient tant au caractère numérique qu’exceptionnel de ces objets de recherche. Les expériences qui m’intéressent ont en effet le plus souvent étaient pensées comme des unicum, actant en cela l’événementialisation du patrimoine, “afin que son message soit reconnecté à l’agenda médiatique qui règle aujourd’hui notre partage du temps : journées du patrimoine, année des abbayes, de l’art roman ou des châteaux, tableau du mois sur le site Web du Louvre…1. Cette dimension “occasionnelle”, si elle est riche d’enseignement sur les modifications que connaît le concept de patrimoine dans notre société moderne, rend difficile tout effort d’inventaire exhaustif… Pour autant, et comme pour toute recherche historique, le recensement des fonds exploitables, publics ou privés, permettant d’accéder à ces productions représente un préalable indispensable.

Paris restitué en 1789. Deux photogrammes du film 1789, 1989, Production Ex Machina.

Des fonds en cours de constitution

Des programmes actuellement en cours se penchent sur cette question primordiale de conservation/valorisation de ces expériences et créent ainsi de véritables centres de conservation pour “monuments virtuels”. Archéovision, la plateforme 3D du CNRS, a notamment mis en place depuis une dizaine d’années un conservatoire national des restitutions archéologiques et infographiques, conservatoire intitulé Archéogrid et consultable, sous couvert d’identification, sur le net. Cependant ce dispositif est avant tout tourné vers la communauté scientifique, principalement archéologique, et n’offre donc qu’une photographie partielle du paysage. Recoller les initiatives privées ou émanant des secteurs médiatiques et informatiques, telle la restitution de Cluny III menée par IBM en 1992, est en effet essentiel car celles-ci témoignent d’une fragmentation de la sphère patrimoniale – multiplication des acteurs, institutions, objectifs, etc. – corollaire de la contagion patrimoniale de l’espace public contemporain. L’actuelle constitution d’une base de données par l’EnsAD, en partenariat avec l’INA, permet de pallier cette lacune et d’observer justement les films des premiers studios d’infographie, tel celui produit en 1989 par Ex Machina et restituant Paris à la veille de la Révolution Française. Mais à ces fonds institutionnels, il convient de rajouter des fonds privés que seule une bonne connaissance du terrain permet d’appréhender : témoignages de professionnels, revues de vulgarisation, collections de vidéos des festivals du film archéologique, archives de l’enseignement supérieur, etc. sont autant de sources susceptibles de livrer des éléments chronologiques ou contextuels.

Le Temple d’Amon-Rê à Karnak restitué en 1989 par la mission franco-égyptienne en partenariat avec EDF. Captures d’écran, publiées en 1990 dans Les Dossiers d’archéologie (113), couverture et page 13.

Vidéos “irregardables”, sources inexploitables ?

Une fois les fonds repérés, la seconde difficulté est celle de la visualisation de ces productions médiatiques. La période qui me préoccupe se situant entre le début des années 1980 et la fin des années 1990, la plupart des projets étudiés ont donné lieu à la réalisation non pas d’applications interactives mais bien de films, facilitant a priori leur lecture. Mais produits avant l’émergence du numérique, ces animations doivent aujourd’hui être converties pour pouvoir être analysées. L’Ensad dispose fort heureusement des technologies permettant de transformer nos vieilles VHS en fichiers numériques téléchargeables sur des serveurs ftp et donc consultables aisément.  Mais ces dernières ont parfois été mal conservées et leurs images s’avèrent inexploitables dans le cadre d’une analyse précise de film. D’autre fois c’est le format du logiciel sur lesquelles ces images ont été produites qui n’existe plus. C’est le cas par exemple des modèles tridimensionnels produits lors du cent-cinquantenaire de l’École Française d’Athènes, cette dernière ne disposant ni des logiciels industriels ni des ressources humaines nécessaires au maintien des modèles seulement perceptibles aujourd’hui grâce aux publications de l’époque.

Le cloître d’Autun restitué en 1990 par Christian Sapin et Jean Bermon. Diapositives numérisées présentant des captures d’écran effectuées par Jean Bermon pour illustrer son étude de 1991.

Quelle histoire écrire ?

Absence de fonds exhaustifs, production pléthorique donc difficilement saisissable dans son ensemble, sources invisibles et/ou illisibles, etc. Ces différents constats posent la question de l’étude de ces objets dans un système économique marqué par l’obsolescence permanente des machines informatiques. Ces outils infographiques ne sont en effet pas seulement des outils scientifiques ou graphiques, ils sont avant tout et essentiellement pour leurs fabricants des biens de consommation périssables qu’il faut régulièrement renouveler. Dès lors, comment écrire cette histoire des images de synthèse archéologiques et patrimoniales ? S’il est certain qu’il sera difficile, sinon impossible, de rédiger le récit complet de cette aventure, il me semble nécessaire de décrire ces premières histoires parallèles2 car elles donnent accès à l’ensemble des mondes sociaux ayant contribué à faire du “monument virtuel” un objet à la fois scientifique, informatique mais aussi médiatique. Ce sont les contextes de production qui nous importent, les motivations des différents acteurs ainsi que leurs pratiques qu’il s’agit de retrouver. Le récit qu’il convient d’écrire plonge donc ses racines dans des terrains bien différents mais ô combien révélateurs de la fragmentation actuelle du concept de patrimoine…

 

  1. Merzeau, Louise. (1999). “Du monument au document”. Les cahiers de médiologie (7), p.55
  2. Dans le sens que donne à cette expression Patrice Flichy, c’est-à-dire “un moment que l’on pourrait caractériser comme la préhistoire de l’innovation, [où] se déroulent différentes histoires parallèles qui ne sont pas liées entre elles.” In, Flichy, Patrice. (1995). L’innovation technique. Récents développements en sciences sociales. Vers une nouvelle théorie de l’innovation. Paris : La découverte, p. 124.

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

More Posts - Website - LinkedIn