Série d’été. Linguistique et numérique

À force de tourner autour, il fallait bien que j’y arrive un jour, à me colleter à ce rapport….

À force de tourner autour, il fallait bien que j’y arrive un jour, à me colleter à ce rapport. J’observe depuis quelques années avec étonnement et curiosité l’absence d’une articulation, en France (et cette précision n’est pas un détail, j’y reviendrai dans le premier billet de la série) entre les sciences du langage comme discipline de recherche et d’enseignement (ou linguistique, pour aller vite) et le numérique comme pratique scientifique, communautaire, éditoriale et pédagogique. Je montrerai plus en détail cette “fracture” entre linguistique et numérique dans le courant de la saison, qui concerne à la fois la science en ligne (pratiquement pas de blogging scientifique francophone, contrairement aux pratiques anglophones) et l’édition numérique (peu de revues en ligne et des numérisations et  passages en ligne tardifs voire inexistants pour certaines “grandes revues” du champ). Mais aussi la pédagogie (pas de blogs pédagogiques, comme je le disais en ouvrant le mien la semaine dernière) et la présence sur les réseaux (je serais quasiment seule sur Twitter si je n’y avais pas entraîné mes doctorants et je ne peux pas partager grand chose comme ressources collectives du type curation, partage de signets ou lecteur de flux par exemple). Mes collègues sociologues, philosophes, chercheurs en infocom, historiens ont par exemple une présence en ligne bien plus importante, et peuvent “faire communauté”. Je sais bien que cette image est un peu idéalisante et les disciplines que je viens de citer sont sans doute elles aussi traversées par cette fracture, ainsi sans doute que les sciences exactes. Les désagréables esclaffements qu’ont provoqués la mention de Twitter et la nécessité d’un community manager dans une réunion liée à la formation des doctorants m’ont montré tout récemment que certains physiciens et psychologues par exemple n’étaient guère informés sur le web 2.0.

Je m’inclus d’ailleurs dans cette critique : ce sont mes pratiques numériques, récentes (j’ai ouvert mon premier blog début 2010), qui m’ont amenée à penser une linguistique articulée sur le numérique et à considérer les discours en ligne comme des objets d’investigation pour ma discipline : d’où cette “analyse du discours numérique” que je mets en place depuis deux ou trois ans et qui a fait l’objet d’un premier séminaire de master-doctorat l’an dernier en 2011. Un livre est désormais en route, mais je suis donc, chronologiquement et techniquement, une newbie. Il faut avouer cependant que depuis ce premier blog, le numérique a profondément et rapidement modifié mes manières de faire de la recherche et de l’enseignement, et, je crois, nombre de mes manières de vivre dans de nombreux domaines. Me voilà maintenant habitante de plusieurs lieux numériques, de natures diverses. J’essaie de ne pas être plus royaliste que le roi, et d’éviter la technophilie béate, mais c’est parfois difficile, je l’avoue, tellement la fécondité du numérique, dans la recherche en particulier, est grande.

Mon hypothèse pour expliquer la fracture numérique en linguistique est très simple et repose sur la distinction entre numérique et informatique. La linguistique est évidemment en pointe sur le traitement automatique du langage, la révolution cognitive des années 1950 ayant étroitement apparié sciences du langage et intelligence artificielle. L’hypothèse chomskyenne pose l’analogie entre le cerveau et l’ordinateur et à partir de là, les programme d’automatisation (traitement de la parole, traduction, compréhension et génération automatiques, dialogue homme-machine, recherche d’information et fouille de données) se sont succédé sans discontinuer jusqu’à nos jours, comme le montre le très riche Portail des technologies de la langue. Mais, comme on le sait, informatique ne veut pas dire numérique, et il semble bien que ce soit l’ordinateur et les programmes qui occupent le terrain en sciences du langage, au détriment du numérique qui engage d’autres conceptions et d’autres usages de la machine. L’informatique et le numérique ne font pas la même chose et ne le font pas pour atteindre les mêmes objectifs, même s’il existe de nombreux nœuds de croisement. Le débat qui a eu lieu il y a quelques mois à l’occasion de l’introduction d’un “Enseignement de spécialité d’informatique et sciences du numérique de la série scientifique“ a permis des analyses et des clarifcations intéressantes ; dans cette discussion, je suis plutôt de ce côté-là. Des domaines se dessinent autour de chacun d’eux et il se trouve que la linguistique figure de manière privilégiée dans l’un mais non dans l’autre. C’est inexact pour certains cas particuliers, et je les examinerai en détail, mais je vais partir de cette hypothèse générale. Cette série d’été me permettra de la vérifier, de la modifier ou de l’infirmer.

Crédit photo : “Clavier”, 2012, Artois bibliothèque, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Prochain billet : Linguistique et numérique 1. Une discipline en/hors ligne ?

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts