Retour au pays des migrants de la Vallée du fleuve Sénégal

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la…

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la retraite qui retournent au pays d’origine.

Réunion syndicale de bi-nationaux à Moudéri (Sénégal)

Dans une maison de Moudéri (Sénégal), des bi-nationaux (Franco-Sénégalais) se réunissent et accueillent le consul de France. Nous sommes dans un contexte électoral en France (présidentielles 2012) qui leur permet d’attirer l’attention du consul sur leurs conditions de vie et de circulation entre les deux pays, mais aussi sur la lourdeur des démarches administratives de retraités, et sur la situation scolaire de leurs enfants.

Le lieu a été choisi symboliquement dans un espace traditionnellement affecté aux réunions du village (maangu nka = la maison des anciens collaborateurs du roi ou du chef du village, en soninké). Pour marquer l’évènement, les drapeaux du Sénégal et de la France sont exposés devant la salle d’accueil.

Maisons de migrants à Tuabou et Gandé (Sénégal)

Dans le village de Tuabou, un retraité de retour au pays a construit une petite maison d’allure monumentale. L’architecture très originale est exceptionnelle dans ce quartier appelé Jonga : elle traduit sans doute la noble extraction de son constructeur.

Un autre bâtiment en construction est réalisé par un chef de famille de retour au pays au moment de la retraite. Il est destiné à recevoir la famille étendue, pendant les vacances scolaires des petits enfants, mais aussi ceux qui sont restés au village.

On retrouve ce type de construction massive dans le village de Gandé. Une imposante bâtisse (ci-dessous) a été construite par deux frères migrants de retour au pays au moment de la retraite.

Elle est destinée à recevoir la famille élargie de ces deux hommes, avec la volonté de réunir ceux qui sont encore en migration et ceux qui sont restés au pays. L’investissement est important, il est un symbole de la réussite sociale de leur migration.

Dernier exemple, ce magasin a été construit par un migrant, de retour au pays après sa retraite. Constitué d’une boutique d’alimentation (à droite) et d’un restaurant (à gauche), le commerce est complété par une location de chambre.

Sur le fronton, le travailleur migrant à peint le drapeau de la France, pays dans lequel il a exercé son activité professionnelle pendant une quarantaine d’année.

Mosquée à Moudéri

La religion reste très présente dans toute la vie du migrant, depuis le départ jusqu’à son retour au village d’origine. Cette mosquée de taille modeste a été érigée par un seul migrant de Moudéri, à la retraite.

© Saliou Dit Baba Diallo, Migrinter, 2012.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

saliou.dit.baba.diallo@univ-poitiers.fr