L’échec américain en Irak : complot avorté ou erreur stratégique? Une explication à travers le processus décisionnel

Y a-t-il vraiment eu un grand complot pour en finir avec Saddam Hussein? Une grande alliance entre l…

Y a-t-il vraiment eu un grand complot pour en finir avec Saddam Hussein? Une grande alliance entre les grandes pétrolières, les revanchards de la première guerre du golfe, les entreprises du complexe sécuritaro-industriel, les néo-conservateurs, la CIA, les Bush? Ou n’y a-t-il eu qu’une accumulation d’erreurs, d’incompétences dans un alignement d’astres politiques inédit? L’objectif de ce papier est de montrer que l’on peut regarder les théories du complot comme présumant trop de la grande rationalité et intelligence des décideurs, ainsi que d’une plus grande cohésion que ce dont ils sont capables. Toutefois, la discussion reste ouverte. Et les commentaires sont bienvenus pour ce papier qui demeure ici un « work in progress ».

Les différentes théories du complot qui ont émaillé l’imaginaire des deux siècles passés[1] ont eu des relents des chasses aux sorcières des 16e et 17e siècles[2]… et l’on pourrait remonter plus loin encore[3]. Il est vrai toutefois, qu’à compter de la fin de la Seconde guerre mondiale, un grand nombre de ces complots ont pour théâtre[4], ou pour acteur principal, les États-Unis[5] – rançon sans doute du statut de superpuissance qu’ils se sont mérités à l’issue du conflit. Chaque rupture du continuum historique conduit à un sursaut des théories conspirationnistes, qu’il s’agisse de la fin de la guerre du Vietnam, de la fin de la Guerre froide ou de l’irruption du 11 septembre[6]. En effet, la présidence de George W. Bush, marquée par le 11 septembre et émaillée de scandales et de tentatives d’occulter des erreurs manifestes, a largement alimenté la fièvre conspirationniste dont les théories ont connu un regain sans précédent avec des hérauts aussi divers que Michael Moore, Thierry Messan, Andreas Von Bülow ou encore Mathias Broeckers[7]. Les contradictions, les tergiversations et les erreurs de l’administration en place ont aisément conduit, devant la complexité de la situation, un certain nombre de théoriciens du complot à imaginer que le gouvernement américain avait, le 11 septembre 2001, orchestré une mise en scène pour redorer son blason – et remodeler la géopolitique du Machrek. Ainsi, « le groupe Carlyle, le Pentagone, la Maison-Blanche, Halliburton […] auraient monté un complot impliquant des membres d’Al Qaida, le silence du FBI, de la CIA et des agents du terrain, celui des bureaucrates de plusieurs ministères, des conseillers et du personnel de la Maison Blanche »[8]. De toute évidence, le choc du 11 septembre a marqué le début d’une nouvelle ère, dont les paramètres demeurent encore à clarifier : faute de pouvoir trouver un ennemi objectif, une motivation claire de la part d’Al Qaida, les théories du complot ont donc refait surface. Il y a à cela une raison : « paradoxalement, le mythe du complot tend à remplir une fonction sociale d’importance non négligeable et qui est de l’ordre de l’explication […] tous les faits se trouvent ramenés, par une logique apparemment inflexible, à une même et unique causalité, à la fois élémentaire et toute-puissante »[9]. La simplicité de l’explication donne également une rationalité à un ensemble complexe, un sens au déroulement des événements, et organise en système les hasards et coïncidences[10], pour ainsi dire orchestrée en véritable détournement de la théorie du « rasoir d’Occam »[11]. Tous les complots correspondent donc à une volonté d’établir un chaos pour s’emparer du monde exsangue[12]. L’effondrement de la structure bipolaire du monde qui fournissait des réponses simples à une situation apparemment figée a consacrée le début d’une ère complexe, dont le point paroxystique est atteint avec le 11 septembre 2001 : dans un univers dont les données apparaissent brouillées[13], le complot est, selon le philosophe Pascal Bruckner, « un réducteur de complexité »[14]. Le renversement de la charge de la preuve, qui conduit celui qui est accusé (le comploteur) à devoir faire la preuve qu’il n’est pas partie au complot, tout en contrevenant aux règles les plus élémentaires du procès, rend pour ainsi dire impossible d’invalider la thèse conspirationniste :

« Interrogé par un journaliste qui lui demande, puisque l’Avion ne s’est pas écrasé sur le Pentagone[15], qu’est-il devenu? Thierry Messan lui répond : ‘Posez la question au gouvernement américain!’ Inutile donc de le contredire ».

Il est en effet difficile de démonter rapidement le raisonnement syllogistique qui veut qu’un mensonge ponctuel en appelle d’autres, récurrents cette fois-ci, d’autant que la structure narrative du complot[16] obéit avant tout à « des cycles conjoncturels »[17], alimentée par son contexte[18] plus que par son origine[19]. C’est donc cette rationalisation du processus décisionnel américain que nous étudierons ici, sous deux angles : les théories du complot doivent être mises à l’épreuve de l’examen de la structure du pouvoir, et du postulat de rationalité des décideurs.

1. La diversité d’acteurs dans le processus décisionnel américain

Il est en soi paradoxal de conférer à une administration une intelligence supérieure, à même de concevoir et de réaliser un complot planétaire, tout en l’abreuvant du mépris fondé sur sa présumée inaptitude à prendre des décisions articulées[20]. Comment « penser que c’est cette même présidence (ou ces mêmes groupes industriels ou bureaucraties) qui a pu mener un complot d’une telle complexité (faire sortir les gens appropriés à temps, sommer les « initiés » de faire les transactions financières, former les pilotes, réduire au silence les bureaucraties[21]) et ne pas trouver le moyen d’enterrer quelques armes nucléaires dans le désert irakien pour justifier l’intervention de 2003 »[22]. C’est là l’une des premières contradictions des affirmations de complot : la distorsion entre l’hyperpuissance de décideurs sans visage (la World Compagnie des « Guignols de l’Info »[23], émission satirique française qui a mis un nom sur ce complot mondial) et l’ineptie des dirigeants que l’on identifie au gré de leurs bourdes et de leurs erreurs[24]. En effet, « ce qui ne peut toutefois manquer d’étonner, c’est l’ampleur du hiatus existant entre la constatation de ces faits, tels qu’ils peuvent être objectivement établis, et la vision qui en est donnée à travers le récit mythologique »[25]. En réalité l’explication que l’on peut apporter, parce qu’elle se réduit à la fragmentation du pouvoir, est bien plus décevante : elle tient à la structure du système décisionnel américain où la fragmentation du pouvoir a conduit à institutionnaliser la « fuite » comme instrument de la démocratie.

1.1. La fragmentation du pouvoir

Le système politique américain est fondé sur un système de séparation (Montesquieu parlerait d’équilibre) des pouvoirs horizontal et vertical qui s’imprime jusqu’au cœur de la structure administrative américaine. Au cœur même du cabinet, un peu à l’instar de ce qu’avait préconisé Madison[26], un système de poids et contrepoids s’articule autour du chef de l’Exécutif pour justement atteindre un point d’équilibre où les excès de pouvoir sont contenus : « le jeu des poids et contrepoids établi par la Constitution, se déroule davantage à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Exécutif »[27]. Ni collégial, ni solidaire, cette structure gouvernementale n’a pas à obéir aux impératifs de cohésion qui soude un cabinet dans un régime parlementaire. Cette atomisation du pouvoir se reflète alors dans la structure bureaucratique : en l’absence de principe hiérarchique qui imposerait la sujétion absolue des services administratives au président par voie pyramidale, les fonctionnaires et administrateurs disposent d’une marge de manœuvre et d’une liberté décisionnelle considérable, et d’une force d’inertie incomparable : « la bureaucratie est donc à la fois un instrument de la puissance du président lorsqu’il parvient à la dominer, et un facteur dérangeant lorsqu’elle agit en ordre dispersé »[28]. À tel point d’ailleurs que l’Opposition se situe bien souvent plus au cœur des bureaucraties fédérales[29]. Le point d’équilibre se situe donc autour du président des États-Unis qui, selon la place qu’il occupe au cœur de cette architecture, va voir ainsi déterminés les succès et échecs de son administration[30]. La superposition des compétences et des mandats alimente cette concurrence entre services qui vont chercher à influencer tout au long du processus décisionnel les rouages clés et les personnages qui vont déterminer les inflexions de la politique étrangère. L’approche bureaucratique[31] offre, après Graham Allison, une mise en cause de l’utilitarisme comme élément explicatif de la politique étrangère en se fondant sur le fractionnement du pouvoir et une vision d’un État qui n’est en réalité qu’une constellation d’organisations qui tendent à converger vers le sommet politique. Dès lors les intérêts particuliers de ces structures prévalent sur un hypothétique intérêt national supérieur et définissent l’orientation des politiques : la décision est alors « le fruit d’un marchandage entre des groupes au sein de l’appareil gouvernemental »[32]. En l’absence de l’imposition d’un dessein unique, il ne peut y avoir un modèle décisionnel idéal, « seulement un ensemble de facteurs imparfaits qui expliquent les nombreux soubresauts et les développements inattendus des relations internationales »[33]. Même le style personnel du président et son mode de gestion sont bousculés par les tensions contradictoires qu’imposent les négociations bureaucratiques[34]. De fait la politique étrangère est plus un assemblage d’éléments épars qu’une construction orchestrée et mue par un dessein unique : à ce titre, des entrevues avec les opérateurs de la politique étrangère américaine donnent un panorama précis de cet assemblage. Ainsi Zach Selden, ancien officier civil à l’OTAN[35], explique que deux facteurs ont un rôle clé : d’une part, la capacité restreinte des officiers à simplement assimiler et gérer les informations qui leur sont dispensées quotidiennement limite leur aptitude à se projeter dans l’avenir. D’autre part, le poids des us bureaucratiques conduit chaque officier à devoir répondre en des termes prédéfinis par les cultures administratives internes et restreint sa capacité à « sortir de la boîte » : il évoque à ce titre la question des Armes de destruction massive en Irak et explique fort bien que les officiers de renseignement devaient trouver une explication à la disparition des registres d’un certain nombre d’éléments qui pouvaient éventuellement permettre de construire des ADM. Or, ajoute-t-il, en l’absence de preuve invalidant le détournement de ces éléments, la seule explication viable en termes de culture administrative était la confirmation du détournement de ces composantes à des fins militaires. Ainsi, la pensée groupale qui a prévalu à certains niveaux de la communauté du renseignement est simplement due à des mécanismes administratifs, une structure hiérarchique et un nombre limité d’informations en provenance du terrain. Elle n’occulte toutefois pas les dissidences qui, faute de pouvoir trouver un exutoire dans le maelstrom bureaucratique, ont souvent recours à la « fuite » qui devient alors un instrument du pluralisme.

1.2. La « fuite », instrument de la démocratie pluraliste

Il y a au 11 septembre ou encore à l’invasion de l’Irak – en tant qu’elle était fondée sur l’existence d’Armes de destruction massive – une explication plus prosaïque et sans doute décevante : l’incompétence et la fragmentation du pouvoir[36]. En effet, le système décisionnel américain est articulé autour d’un enchevêtrement de poids et de contrepoids où chaque acteur a, quelque part dans le système, un contre-pouvoir, susceptible de le modérer ses excès. L’inertie de ces mécanismes est cependant grande et il aura fallu trois ans aux membres du Congrès, aux quotidiens nationaux et aux juges de la Cour suprême pour s’élever contre les abus d’une administration devenue omnipotente. Ce silence, cette déférence, alimente les thèses du complot. Ces dernières ignorent cependant trois éléments. Tout d’abord, elles écartent la force centripète du réflexe du « ralliement autour du drapeau », pourtant existant dans d’autres régimes et dont l’effet aliénant est indéniable et plus ou moins durable selon l’évolution des événements[37]. Ensuite, elles négligent les divergences qui peuvent apparaître au sein de l’administration et dont l’affaire des Pentagon Papers, avec Daniel Ellsberg, constitue l’archétype. Enfin, elles omettent la volonté d’organisations infra-étatiques de promouvoir leur propre ordre du jour en recourrant aux fuites[38]. C’est pour cela que les scandales finissent par être dévoilés, même lorsque la présidence cherche à les couvrir (on connaît les Watergate, Irangate, Monicagate et autres Plamegate). Ainsi, la théorie du complot cherche une intelligence supérieure là où il n’y a que des humains, faillibles, opportunistes et vaniteux. Le « confort » de la conspiration est un leurre[39]. Il n’y a donc, avec le 11 septembre, que des attentats singulièrement réussis. Il n’y a, derrière l’invasion de l’Irak, que l’opportunisme d’un groupe de conseillers engoncés dans la guerre froide – les néo-conservateurs –, l’effet centripète de la pensée groupale et la peur de toute une population pétrifiée dans sa vulnérabilité[40]. La théorie du complot postule également le silence absolu des différents instigateurs et acteurs de la conspiration. Et donc l’absence de fuites, volontaires ou pas.

Or « on sait par l’expérience que beaucoup de conjurations ont été formées mais qu’il n’y en a que bien peu qui aient eu une heureuse issue. Un homme ne peut pas conjurer tout seul : il faut qu’il ait des associés ; et il ne peut en chercher que parmi ceux qu’il croit mécontents. Or en confiance un projet de cette nature à un mécontent, on lui fournit le moyen de mettre un terme à son mécontentement ; car il peut compter qu’en révélant le secret, il sera amplement récompensé tandis que la conjuration ne lui présente qu’incertitude et péril »[41].

La démocratie américaine figure, compte tenu de son agencement tentaculaire, de l’absence de principe hiérarchique qui fédérerait toutes les agences derrière un seul intérêt, et de son organisation en forme de poids et contrepoids, parmi les plus transparents des régimes occidentaux, simplement parce que son étanchéité n’est pas absolue. En ce sens, on peut présumer que le processus décisionnel en politique étrangère ne peut se soumettre à un « grand dessein », en raison de la démultiplication des acteurs et des contraintes exogènes, qu’il s’agisse de la structure politique nationale ou des données du système international. Or les théories du complot s’immiscent dans l’explication du processus décisionnel en postulant tout à la fois et paradoxalement sa bêtise et sa rationalité. Or le processus décisionnel se caractérise au contraire par ses contradictions, ses errements, ses erreurs, et en fin de compte et à l’inverse, son irrationalité. En effet, « une telle croyance témoigne, paradoxalement, d’une forme d’hébètement devant la puissance américaine, alors même que celle-ci échoue dans des entreprises bien moins herculéennes que l’éventuelle réalité (puis la dissimulation) d’un tel complot »[42].

2. L’absence de rationalité dans le processus décisionnel américain

Idéalement, la Maison-Blanche devrait parvenir à une décision élaborée sur la base d’une analyse rationnelle à l’issue d’un bilan coûts-avantages réfléchi. Il s’agirait alors d’un acte doué d’une grande précision, mû par les impératifs globaux de la politique étrangère et qui réduirait les variables de l’analyse aux objectifs de puissance de l’État ou de l’acteur central au vu de son environnement immédiat[43]. L’approche utilitariste[44] abonde dans ce sens et est alimentée par la théorie des choix rationnels : elle définit une hypothèse optimale de la prise de décision. C’est dans ce cadre théorique que finissent par s’inscrire les théories du complot. Elles postulent de la part des décideurs une connaissance absolue de la situation, une maîtrise totale de l’ensemble des variables et une capacité sans égal d’anticipation (ou de réduction) des imprévus. Or, la réalité est à l’inverse : « Les décideurs agissent fréquemment sur la base d’informations à la fois parcellaires et abondantes, doublées d’incertitudes, ce qui remet en cause toute théorie présumant un comportement rationnel idéal »[45]. Il y a, derrière chaque décideur, une portion de subjectivité irréductible qui va définir au moins certains paramètres de la prise de décision, réduisant d’autant sa rationalité… et, ce faisant, son aptitude au complot. La subjectivité des décideurs, parce qu’elle ne peut être par définition « objectivisée », est l’une des clés de l’invalidation de la théorie du complot.

2.1. La subjectivité des décideurs

Les décideurs ne prennent pas la décision idoine, ils prennent une décision, celle qui leur paraît la plus appropriée au vu de leur expérience de vie, de gouvernement, et des données dont ils disposent. C’est ce que les théoriciens de l’approche perceptuelle[46] vont étudier, en reniant partiellement les dogmes de la théorie des choix rationnels[47] : « la notion d’intérêt national est ici remplacée par la définition de la situation »[48]. La perception d’une situation va, en période de crise, jouer un rôle déterminant dans le processus décisionnel : le stress, l’urgence de trancher accroissent des réactions stéréotypées qui sont souvent très éloignées des enjeux collectifs et des perspectives globales et beaucoup plus proches d’intérêts individuels immédiats[49]. Ces réactions vont réduire d’autant le spectre des options disponibles, sur la base de données éminemment conjoncturelles[50]. Ainsi le décideur (dont on rappellera qu’il est rarement seul mais un parmi d’autres, ce qui ajoute à la complexité de la prise de décision[51]) observe la situation à travers le prisme déformant de sa propre perception et non à travers celui d’un grand dessein supérieur : ainsi, bien souvent, ce sont « l’urgence et le choix intuitif du dirigeant qui commandent tout »[52]. Premièrement, « les décideurs lient mentalement les décisions à prendre aux références du passé (l’analogie historique) ; [deuxièmement] ils tentent de rendre cohérentes les perceptions entre elles (la cohésion) ; [troisièmement] ils privilégient des explications simples qui légitiment leurs solutions (l’économie par la simplification) ; [quatrièmement] et ils appliquent les mêmes perceptions d’un enjeu à l’autre pour ne pas remettre en cause leurs convictions profondes (la stabilité) ». Il lie les attitudes cognitives au niveau où elles s’exercent, qu’il s’agisse de l’individu ou du groupe pour démultiplier les paliers de décision, les variables du processus[53] et ce faisant, ses incertitudes[54]. Au niveau du groupe, la spirale de la « pensée groupale », où la propension d’un groupe à l’uniformité est un mécanisme quasi-naturel de réduction de la complexité, vient altérer systématiquement – mais dans des degrés divers – la rationalité de la prise de décision[55]. La quête de consensus aux dépens d’une salutaire discordance permet d’expliquer partiellement certaines erreurs de politique étrangère[56]. Le style qu’insuffle telle ou telle personnalité du Conseiller pour la sécurité nationale ou du président laisse imaginer le poids qu’a la subjectivité dans la processus décisionnel : on est donc très loin d’une rationalité transcendante[57]. Il serait pourtant possible d’imaginer que quelques décideurs, situés au sommet de la pyramide décisionnelle, puissent être en mesure d’influencer irrémédiablement l’ensemble du processus pour l’orienter à leur guise… et selon leurs desseins. Cela supposerait qu’il n’y ait qu’un seul et unique groupe de décideurs mû par une idée unique et à même de l’imposer. Or, par exemple, si le discours néo-conservateur a eu, à la suite du 11 septembre, des « effets structurants sur les politiques américaines »[58] on ne peut guère aller au-delà d’une dynamique éphémère[59] qui n’est parvenue que par le fruit des circonstances à ponctuellement dominer les autres[60], et qui se fracture lorsque le consensus national s’effondre. En effet il n’existe pas à proprement parler « d’ensemble cohérent et structuré » qui permettrait de définir la puissance américaine[61].

2.2. L’absence de cohérence d’ensemble

L’ensemble de l’architecture décisionnelle américaine est alimenté par une myriade d’organisations qui font converger les informations et données dont elles disposent vers la Maison-Blanche[62]. Toutefois, elles ne sont pas mues par une force centripète d’égale intensité, les informations qu’elles restituent s’inscrivent sur la base des fractures idéologiques qui se décèlent bien souvent sur la base du concept de « territorialité bureaucratique ». Ainsi, au cœur même de la communauté du renseignement – instrument clé s’il en est de la prise de décision en matière de politique étrangère – les divergences quant aux sphères de compétence et aux capacités d’analyse sont telles qu’elles peuvent donner lieu à des dysfonctionnements (et ce faisant à des décisions erronées) qui ne sont en rien liés à des intentions complotistes[63]. Toutefois, ainsi que l’explique le professeur David, la présomption de Graham Allison selon laquelle le « conflit décisionnel est inévitable » est exagérée : en effet, ici encore, par delà l’appartenance bureaucratique, les perceptions, les convictions, les interdépendances politiques sont autant de facteurs qui vont expliquer les options que peut privilégier un conseilleur ou un décideur[64]. Mais il est certain, ajoute-t-il, que les sous cultures administratives[65] vont jouer un rôle déterminant dans la définition même des perceptions individuelles. Et les mécanismes mis en place au niveau interministériels pour réduire ces distorsions[66] ont justement eux aussi un impact réel sur la prise de décision. Ainsi, l’existence systématique d’inputs cognitifs aux niveaux individuels et groupal, aux niveaux des bureaucraties et des conseillers, a, en raison de la diversité même de ces inputs, vient réduire de fait l’éventualité qu’un réel complot se fomente et s’accomplisse réellement. Les obstacles bureaucratiques et individuels sont colossaux, en raison même du fait que le système bureaucratique, politique, administratif n’est pas articulé autour d’un centre prédéfini[67]. L’absence de cohérence d’ensemble du système décisionnel ne permet bien entendu pas d’exclure l’hypothèse d’une prédominance d’un groupe à un moment donné – au contraire, elle peut même la favoriser[68] – mais une fois encore, c’est elle qui va également sonner le glas de cette domination, sous l’effet inéluctable et imprévisible du mouvement pendulaire des poids et contrepoids du système politico-administratif américain. En d’autres termes, un hypothétique complot n’aurait qu’une fenêtre d’opportunité extrêmement réduite, qui présupposerait une étanchéité absolue des différents paliers décisionnels, la survenance d’événements exceptionnels, l’absence totale de dissidences internes et une centralisation sans égal. Autant d’éléments qui ne sont pas inhérents au système décisionnel américain : il n’y a donc, par translation, aucune rationalité qui serait consubstantielle des mécanismes et instruments de la prise de décision… et qui, ce faisant, pourrait être instrumentalisée au profit d’une conjuration.

*

La formulation de la politique étrangère américaine est le fruit d’un mouvement perpétuel[69]. On ne peut donc pas en prédire l’évolution, car trop de facteurs s’agrègent pour en définir les termes[70]. Dès lors, les possibles conjurés eux-mêmes ne peuvent théoriquement pas s’appuyer sur ce système, trop dynamique pour pouvoir prédire l’issue de leur conspiration. Au-delà même de cet aspect strictement mécanique, il faut revenir aux origines sociologiques de la théorie de la conspiration : « un des traits caractérisant les adeptes du complot est qu’ils ont une foi absolue dans l’efficacité américaine »[71]. Ils se font en réalité les porteurs des traits principaux du style national américain[72], en renforçant la croyance en la « pensée experte »[73], selon laquelle la réponse technologique qu’offriraient les services administratifs américains serait en mesure de pallier toutes les déficiences humaines. Les théoriciens du complot postulent l’invulnérabilité de la puissance américaine, l’infaillibilité de ses services de défense, de renseignement. Ils croient de façon simpliste aux affirmations péremptoires des services de relations publiques des ministères de la défense, du département d’État, de la sécurité intérieure : « ils croient que les dispositifs militaires américains opèrent comme le promettent les attachés de presse du Pentagone […] Ont-ils jamais lu un livre d’histoire militaire? Ils y auraient appris que les opérations planifiées avec le plus grand soin […] échouent pour des raisons liées à la stupidité, ou à la lâcheté, ou à la corruption … »[74]. Les affirmations des théoriciens du complot, loin de dénoncer le « péril américain »[75], viennent en réalité appuyer les fondements culturels de la politique étrangère américaine, imbibées qu’elles sont en fait du discours traditionnel, incapables de réelle critique : les théoriciens du complot, se faisant, se mettraient alors au service de la toute-puissance. Quel que soit sa forme, le complot impose de repenser ses propres mécanismes et « le rapprochement s’impose avec quelques-unes des formes les plus caractéristiques des délires de persécution : aucune place n’est plus désormais laissée au hasard ou à l’accident »[76]. Et c’est là où le bât blesse… car, de toute évidence, la politique étrangère – à l’instar de toute politique – est émaillée de hasards et d’accidents qui viennent irrémédiablement changer le cours de l’Histoire et avec elle le sort des conjurés.

[1] Les protocoles « des Sages de Sion », des faux, œuvres des services de police tsariste, en constituent l’archétype : Voir Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Éditions du Seuil, 1986, p.32 et Norman Cohn, Histoire d’un mythe : la « conspiration » juive et les « Protocoles des sages de Sion », Paris, Gallimard, 1992 (trad.). Voir également Olivier Dard, La synarchie ou Le mythe du complot permanent, Paris, Perrin, 1998 et Yves-Marie Bercé et Elena Fasano Guarini (dir.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, Rome, École française de Rome, Paris, Boccard, 1996.

[2] Voir Julio Caro baroja, Les sorcières et leur monde, Paris, Gallimard, 1973; P.G. Maxwell-Stuart, Satan’s conspiracy : magic and witchcraft in sixteenth-century Scotland, East Linton, Tuckwell Press, 2001.

[3] Voir Richard M. Bennett, Conspiracy – Plots, Lies and Cover-Ups, Londres, Virgin Books, 2003, p.3-47. Ainsi que : Victoria Emma Pagán , Conspiracy narratives in Roman history, Austin, University of Texas Press, 2004.

[4] Voir Michael Barkun, A culture of conspiracy: apocalyptic visions in contemporary America, Berkeley, University of California Press, 2003; Harry G. West and Todd Sanders (ed.), Transparency and conspiracy: ethnographies of suspicion in the new world order, Durham, Duke University Press, 2003.

[5] Voir Frédéric Charpier, L’obsession du complot, Paris, Bourin éditeur, 2005 ainsi que Peter Knight, Conspiracy culture: from the Kennedy assassination to X-Files, Londres et New York, Routledge, 2000; Mark Fenster, Conspiracy theories: secrecy and power in american culture, Minneapolis et Londres, University of Minnesota Press, 1999.

[6] Jane Parish, Martin Parker (ed.), The age of anxiety : conspiracy theory and the human sciences, Oxford, Blackwell, Sociological Review, 2001. Willard Scott Thompson, « Rumors, conspiracies and the psychological climate of world politics », Fletcher Forum of World Affairs, Hiver/Printemps 1998, vol.22, n°1, p.17-28.

[7] Et bien d’autres. Voir par exemple : James H. Fetzer (ed.), The 9/11 conspiracy : the scamming of America, Peru, Ill., Catfeet Press, 2007; Jim Marrs, The Terror Conspiracy: Deception, 9/11 and the Loss of Liberty, Disinformation Company, 2006; Barrie Zwicker, Towers of Deception: The Media Cover-up of 9/11, New Society Publishers; 2006; Mathias Broeckers, Conspiracies, Conspiracy Theories, and the Secrets of 9/11, Progressive Press, 2006; David Ray Griffin, Debunking 9/11 Debunking: An Answer to Popular Mechanics and Other Defenders of the Official Conspiracy Theory, Olive Branch Press, 2007.

[8] Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David, « La formulation de la politique étrangère aux États-Unis, Le Banquet, n°23-1, 2006.

[9] Raoul Girardet, op.cit., p.54-55. Voir également Neil C. Livingstone, « Terrorism : conspiracy, myth and reality », Fletcher Forum of World Affairs, Hiver/Printemps 1998, vol.22, n°1, p.1-15 ainsi que Yves Viltard, « La figure de l’ennemi intérieur dans les théories conspiratrices aux États-unis », Sociétés, n°2, 2003, p.89-98.

[10] Pierre-André Taguieff, L’imaginaire du complot mondial : aspects d’un mythe moderne, Paris, Éditions mille et une nuits, 2006 et La foire aux « illuminés » : ésotérisme, théorie du complot, extrémisme, Paris, Mille et une nuits, 2005.

[11] Lire Joël Biard, Guillaume d’Occam, Logique et philosophie, Paris, PUF, 1997.

[12] Voir Antoine Vitkine et Barbara Necek, Le 11 septembre n’a pas du lieu, Documentaire, Arte, France, 2004.

[13] Les doutes des opinions publiques mondiales quant à l’origine du complot du 11 septembre (Al Qaida ou l’administration américaine) constituent à ce titre un terreau fertile sur lequel s’appuient les théoriciens de la conspiration. Antoine Viktine (op.cit.) abonde dans ce sens en citant des médias divers comme Der Spiegel, la chaîne du Hezbollah ou Al Jazeera.

[14] Antoine Vitkine et Barbara Necek, Le Grand Complot, Documentaire, Arte, France, 2004.

[15] Thierry Messan affirme en effet dans « L’effroyable imposture » paru aux éditions Carnot en 2002 qu’il n’y a pas eu de troisième avion sur le Pentagone… l’accident aurait été construit de toute pièce par l’administration américaine. Guillaume Dasquié et Jean Guisnel y répondent en démontant la thèse du secrétaire général du réseau Voltaire la même année : L’effroyable mensonge, Paris, La Découverte, 2002.

[16] Voir David Coady (ed.), Conspiracy theories : the philosophical debate, Aldershot et Burlington, Ashgate, 2006; Joseph Theodore Remington, Conspiracy narratives as political rhetoric, Thèse de doctorat, The University of Iowa, 2002, Ref. AAT 3058437 et Earl George Creps III, The Conspiracy Argument as Rhetorical Genre, Thèse de doctorat, Northwestern University, 1980, Ref. AAT 8104701.

[17] Véronique Campion-Vincent, La société parano : théories du complot, menaces et incertitudes, Paris, Payot, 2005.

[18] Tant en raison de l’évolution de la structure des relations internationales que du fait de l’existence de puissants relais comme internet. Sur ce point : Pascal Froissart, « Rumeurs sur Internet », Les Cahiers de médiologie, 1er semestre, 2002, p.205-208. Pour une approche féministe, lire : Valerie Rose Holliday, Conspiracy culture in America after World War II, Thèse de doctorat, Louisiana State University and Agricultural & Mechanical College, 2005, Ref. AAT 3167100.

[19] Lire Hans Jürgen Krysmanski, dans Tous Manipulés?, Interview d’Arte France, disponible en ligne. Il faut ajouter à cela la force de l’Internet : « Le 11-septembre a vu farceurs et conspirateurs se déchaîner en un véritable Far West médiatique, où tous les coups sont permis, où « le premier qui clique » prend un avantage décisif dans la diffusion de sa vérité » selon Pascal Lardellier, « Une toile pleine d’imagination », Le Monde diplomatique, septembre 2006, p.28.

[20] Dans ce sens, lire Alexander Cockburn, « Scepticisme ou occultisme ? Le complot du 11-Septembre n’aura pas lieu », Le Monde diplomatique, septembre 2006, p.3.

[21] Éric Laurent a mené une enquête – dont les résultats peuvent être discutés – sur ces supposés silences des acteurs du 11septembre : Éric Laurent, La face cachée du 11 septembre, Paris, Plon, 2004.

[22] E. Vallet et C-P. David, op.cit., 2006.

[23] Yves Derai, Laurent Guez, Le pouvoir des Guignols, Paris, Brodard et Taupin, 1998.

[24] On trouvera d’ailleurs une compilation étonnante de l’ensemble de ces erreurs décisionnelles s’agissant de l’invasion de l’Irak dans l’ouvrage de Bob Woodward, State of Denial, Simon and Schuster, 2006.

[25] Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p.52.

[26] Voir dans ce sens, Shirley Anne Warshaw, « The Formation and Use of the Cabinet », in Philipp G. Henderson, The Presidency Then and Now, Lanham, Rowman & Littlefield, 2000, p.119.

[27] Charles-Philippe David et al., La politique étrangère des États-Unis – Fondements, acteurs, formulation, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p.177.

[28] Élisabeth Vallet, La présidence des États-Unis, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2005, p.163.

[29] Selon Sam Sarkesian et al., US National Security – Policymakers, Processes, and Politics, Boulder, Lynne Rienner, 2002, p.97.

[30] Voir Charles-Philippe David, Au sein de la Maison Blanche – La formulation de la politique étrangère des États-Unis, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004, p.642. Également : Andrew Rudalevidge, « The Structure of Leadership : Presidents, Hierarchies, and Information flow », Presidential Studies Quarterly, vol.35, n°2, juin 2005, p.333-360.

[31] Lire Graham Allison et Morton Halperin : « Bureaucratic Politics: A Paradigm and Some Policy Implications », World Politics, vol. 24, printemps 1972, pp.40-79 et David Kozak et James Keagle (dir.), Bureaucratic Politics and National Security, Boulder, Lynne Rienner, 1988, p.3-15.

[32] Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet, « Analyse du processus décisionnel », dans Jean-Jacques Roche (dir.), Méthodologie des relations internationales, à paraître.

[33] Ibid.

[34] Voir Charles-Philippe David, 2004, op.cit.,

[35] Entretien avec l’auteur, le 20 mai 2007.

[36] Carl Cavanagh Hodge, « America’s Empire by Default », Orbis: A Journal of World Affairs, Hiver 2005vol. 49, no. 1, pp. 61-73.

[37] Voir Sabine Lavorel, La politique de sécurité nationale des États-Unis sous George W. Bush, Paris, L’Harmattan, coll. Raoul-Dandurand, 2003.

[38] Sur ce point: Karine Prémont, « Les médias et la présidence américaine », dans Élisabeth Vallet (dir.), La présidence des États-Unis, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2005, p.283-285.

[39] Robert Alan Goldberg, « Who Profited from the Crime? Intelligence Failure, Conspiracy Theories and the Case of September 11 », Intelligence and National Security, été 2004, vol. 19, n°2, p. 249-261. Voir également Pierre-Louis Malfatto, Le renseignement et le 11 septembre, Paris, L’Harmattan, 2008, à paraître.

[40] Voir Charles-Philippe David, 2004, op.cit., p.627.

[41] Nicolas Machiavel, Le Prince, Paris, Union Générale d’Éditions, Réed.1962, Chapitre XIX, p.58.

[42] Alexander Cockburn, « Scepticisme ou occultisme? Le complot du 11 septembre n’aura pas lieu », Le Monde diplomatique, décembre 2006, p.3.

[43] La plupart des manuels de base dans le domaine cherchent à atteindre désormais un juste équilibre entre l’analyse systémique et l’étude de la politique étrangère. Les deux niveaux d’analyse sont étudiés dans le collectif dirigé par Frédéric CHARILLON, Politique étrangère. Nouveaux regards, Paris, Presses de Sciences Po, 2002.

[44] Voir Howard Wiarda, American Foreign Policy: Actors and Processes, New York, Harper Collins, 2e édition, 1996, chap. 2.

[45] Voir E. Vallet et C-P David, 2006, op.cit.

[46] Voir Alexander George, Presidential Decision-Making in Foreign Policy, Boulder, Westview Press, 1980, chap. 3. Paul ‘t HART, Groupthink in Government. A Study of Small Groups and Policy Failure, Amsterdam, Swets & Zeitlinger, 1990.

[47] Alexander GEORGE et Juliette GEORGE, dir., Presidential Personality and Performance, Boulder, Westview Press, 1998.

[48] E.Vallet et C-P David, 2006, op.cit.

[49] Voir Charles-Philippe David, 2004, op.cit., p.28-30.

[50] Richard HERMANN et Michael FISCHERKELLER, « Beyond the Enemy Image and Spiral Model: Cognitive-Strategic Research After the Cold War », International Organization, vol. 49, été 1995, pp.415-450.

[51] Charles-Philippe David, « Les principaux acteurs de la prise de décision dans la formulation de la politique étrangère », dans Denis Lacorne (dir.), Les États-Unis, Paris, Fayard, Ceri, 2006, p.351-364.

[52] Nicolas Tenzer, « Les institutions contre la décision ? », Le Banquet, no23, mars 2006, p.52.

[53] Sur ce triptyque voir: Alexander George, Presidential Decision-Making in Foreign Policy: The Effective Use of Information and Advice, Boulder, Westview Press, 1980, chap. 2.

[54] Charles-Philippe David, 2004, op.cit., p.28, 31 et 33.

[55] Voir Irving Janis, Victims of Groupthink, Boston, Houghton-Mifflin, 1972.

[56] Voir par exemple Charles-Philippe David (et al.), Foreign Policy Failure in the White House : Reappraising the Fall of the Shah and the Iran-Contra Affair, Lanham, University Press of America, 1993.

[57] Pour deux études aux résultats antithétiques, voir : Charles-Philippe, « Who Was the Real George Bush? Foreign Policy Decision-Making under the Bush Administration », Diplomacy & Statecraft, vol. 7, Mars 1996, p.197-220 et, du même auteur « James Earl Carter », dans Carl C. Hodge et Cathal J. Nolan, U.S. Presidents Foreign Policy From 1789 to the Present, Santa Barbara, ABC Clio, 2007, p.331-336.

[58] David Grondin, « Une lecture critique du discours néoconservateur sur l’hégémonie et l’empire : le redéploiement et la perception de la puissance américaine », Études Internationales, Vol. XXXVI, n°4, décembre 2005, p.498.

[59] De fait, la « radicalisation idéologique » qu’évoque David Grondin (op.cit., p.497) a vécu et le retour en force des contrepoids dans le système politique américain, doublé de l’élection, en 2006, d’une majorité démocrate à la Chambre des représentants, souligne désormais le caractère éphémère des forces en place… quelles qu’elles soient.

[60] Par exemple les néo-conservateurs, qu’un auteur comme Arnaud Blin analyse : il y voit un grand dessein – unique – qui aurait pour socle la stratégie de guerre permanente. Voir Arnaud Blin, Le désarroi de la puissance. Les États-Unis vers la guerre permanente?, Paris, Éditions Lignes de repères, 2004.

[61] Michel Wieviorka (dir.), L’empire américain, Paris, Balland, 2004, p.24.

[62] Voir sur ce point, Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet, « Le conseil de sécurité nationale et la politique étrangère américaine », Diplomatie, n°6, novembre-décembre 2003, p.17.

[63] Voir dans ce sens, Pierre-Louis Malfatto, op.cit.

[64] C-P David, 2004, op.cit., p.41.

[65] Jutta Weldes, « Bureaucratic Politics: A Critical Constructivist Assessment », Mershon International Studies Review, vol. 42, automne 1998, pp.216-225.

[66] Alexander George et Eric Stern., « Harnessing Conflict in Foreign Policy Making: From Devil’s to Multiple Advocacy », Presidential Studies Quarterly, vol. 32, septembre 2002, pp.484-508.

[67] Voir Justin Vaïsse et Pierre Mélandri, L’empire du milieu. Les États-Unis et le monde depuis la guerre froide, Paris, Odile Jacob, 2001.

[68] Voir Charles-Philippe David, « L’invasion de l’Irak : les dessous de la prise de décision de la présidence Bush », La Revue internationale et stratégique, n°57, printemps 2005.

[69] Voir Valérie Hudson, « Foreign Policy Analysis. Actor-Specific Theory and the Ground of International Relations », Foreign Policy Analysis, Vo.1, n°1, mars 2005, p.1-30.

[70] Charles-Philippe David, « Introduction. Lectures sur l’hégémonie et l’avenir de la puissance américaine », Études Internationales, Vol. XXXVI, n°4, décembre 2005, p.441.

[71] Alexander Cockburn, op.cit.

[72] Lire Louis Balthazar, « Le cadre culturel : le style national », dans Charles-Philippe David (et al.), La politique étrangère des États-Unis, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p.41-70.

[73] Stanley Hoffman, Gulliver empêtré : Essai sur la politique étrangère des États-Unis, Paris, Seuil, 1971, p.226.

[74] Alexander Cockburn, op.cit.

[75] Octave Noël, Le péril américain, Paris, De Soye et fils, 1899.

[76] Raoul Girardet, op.cit., p.56.

Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction

Affiche du colloque de Lyon
Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé e…

Affiche du colloque de Lyon

Affiche du colloque de Lyon

Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé en septembre 2011. Il est né d’une collaboration entre l’Ifpo, l’Université Salahedin d’Erbil (Irak) et le Gremmo (Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, Lyon). Le but de ce projet est de réaliser un ouvrage cartographique et analytique des dynamiques socio-spatiales du nord de l’Irak, publié en quatre langues (français, anglais, kurde, arabe).

Dans ce cadre, l’Ifpo a organisé les 2 et 3 octobre 2012, à Lyon, un colloque avec le soutien logistique du Gremmo. Il s’agissait, d’une part, de montrer en quoi la région kurde autonome, entre Syrie, Turquie et Iran, constitue une zone particulièrement fragile dans le contexte actuel d’instabilité et, d’autre part, de comprendre comment l’espace constitue un enjeu économique, politique et communautaire.

Ce colloque intitulé « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction » se proposait de comprendre les dynamiques économiques et politiques dans cette région frontalière à travers l’analyse des jeux d’acteurs qui contribuent à sa production (communautés, pouvoirs politiques, acteurs économiques).

Kurdistan d’Irak : les enjeux de l’autonomie

Depuis 2003, le nord de l’Irak vit une phase de développement économique sans précédent, suscitant de nouvelles dynamiques : enjeux pétroliers et frontaliers, reconquête des espaces ruraux et agraires, mise en réseau des centres urbains dans une économie régionale et mondiale, présence croissante des investisseurs étrangers dans les infrastructures, les communications, la distribution, ou encore problèmes nouveaux liés à l’accueil des populations réfugiées ou déplacées.

Cette région n’est plus désormais un espace autarcique. Elle témoigne des évolutions en cours dans un Moyen-Orient devenu à la fois instable et de plus en plus interdépendant. Mais plus encore, elle connaît un processus d’autonomisation politique qui n’est pas sans effets sur la production de l’espace : reconstruction de localités détruites durant l’ère Saddam Hussein ; rôle des investisseurs étrangers ; développement d’infrastructures de transport et commerciales (aéroports, nouveau réseau autoroutier, shopping-mall, etc.) ; développement de projets d’exploitations énergétiques, etc.

Ces nouveaux enjeux sont déterminants pour l’avenir de l’Irak mais aussi pour celui des pays voisins (Iran et Turquie). À ce niveau, se trament des luttes d’influence entre puissances régionales et des conflits potentiels dans un contexte marqué par le retrait des troupes américaines, la crise syrienne et le rôle accru de l’Iran, de la Turquie et des monarchies du Golfe sur la scène régionale.

Nous avons cherché à comprendre comment cette région pluriethnique et pluricommunautaire, point de passage obligé pour les populations de la région, cherche à se constituer en une entité autonome, dans le contexte actuel de tensions géopolitiques. Ce territoire en devenir participe d’une forte dynamique d’intégration économique régionale, alors que la situation est explosive et que les tensions avec Bagdad sont de plus en plus vives. En effet, l’un des enjeux du développement du Kurdistan réside dans sa capacité à s’autonomiser de Bagdad. Ceci passe inévitablement par une intégration régionale croissante et une interdépendance des systèmes économiques transfrontaliers (kurdo-turc ; kurdo-iranien), puisque ces dynamiques tendent de plus en plus à marginaliser la position de Bagdad, qui perd aussi son pouvoir d’attraction et de domination économique et politique. Sur ce plan, l’analyse socio-spatiale s’avère être une approche pertinente pour saisir le processus d’autonomisation de la région.

Enjeux autour de la construction d’un territoire kurde

Nous nous sommes d’abord intéressés aux enjeux sous-jacents à la construction territoriale d’une entité kurde en Irak. La délimitation de la frontière de la région autonome kurde cristallise des enjeux vitaux et symboliques : contrôle des villes de Mossoul et de Kirkouk ; maîtrise des ressources naturelles ; devenir des minorités. Le fait qu’un processus de construction politico-territorial scinde l’Irak en plusieurs entités pose des questions de délimitation (Khalil Ismail Mohammad, Université Salahadin, Erbil ; Alice Tawil, Université de Strasbourg). De part et d’autre de la ligne verte (établie au moment du cessez-le-feu entre les Kurdes et l’armée de Saddam Hussein en 1991, voir fig. 1), la zone dite « en discussion » est composée d’entités plurielles :

  • la zone 1 (en jaune sur la carte), peuplée de Kurdes, déjà largement intégrée à l’entité kurde ;
  • la zone 2 (orange), riche en hydrocarbures, peuplée en majorité de Kurdes arabisés, en proie à des conflits ;
  • la zone 3 (rouge), peuplée majoritairement d’Arabes, ayant vocation à être rattachée à l’Irak.
Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012

Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012 (@ C. Roussel, Ifpo) Cliquer sur l’image pour agrandir et voir les légendes.

C’est en principe un référendum, sans cesse ajourné, qui devrait décider du devenir de ces territoires : rattachement au Kurdistan ou à Bagdad. En attendant, les tensions restent vives entre les forces armées kurdes et arabes irakiennes.

La structuration du champ politique au Kurdistan d’Irak participe à la construction du territoire (Arthur Quesnay, Ifpo Erbil ; Adel Bakawan, Université d’Évry). La scène politique kurde irakienne s’est historiquement structurée autour d’enjeux nationalistes et de dynamiques transnationales qui peuvent expliquer la persistance de divisions. Toutefois, loin d’être figé, le paysage politique kurde fait face à d’importants mouvements de contestation populaire, animés entre autres par les partis islamistes qui s’opposent aux grands partis kurdes irakiens traditionnels (PDK et UPK). Mais la prédominance des partis kurdes historiques demeure un élément actif du processus de construction d’une entité kurde dans le nord de l’Irak.

L’enjeu démographique

Nous avons ensuite porté notre regard sur les structures de la population (diversité ethnique et religieuse, répartition territoriale, dynamiques migratoires, etc.), avec comme objectif de montrer le rôle du Kurdistan dans les déplacements de populations et dans les stratégies des minorités et des réfugiés y vivent. Le Kurdistan d’Irak joue, notamment depuis 2003, le rôle d’espace refuge pour des communautés religieuses irakiennes (chrétienne, sabéenne, yézidi). La protection des réfugiés et des minorités, chrétiennes surtout, peut être analysée comme une garantie de soutien du pouvoir kurde par les puissances occidentales (Peyman Shuqi, Université Salahedin, Erbil). La situation des réfugiés, déplacés et « returnies » est particulièrement prégnante dans le gouvernorat de Dohuk (Mohamad Abdulla Hamo, Office des déplacés et des migrations, Dohuk). Fuyant les violences en Syrie ou la répression en Turquie ou en Iran, des dizaines de milliers de réfugiés ont été accueillis au KRG (Kurdistan Regional Government) : kurdes à 80 %, chrétiens à 15 % et turkmènes/arabes à 5 % (fig. 2).

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d'Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo)

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d’Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

La gestion des réfugiés constitue un enjeu politique à double-tranchant pour le KRG : une possibilité d’arbitrage dans les conflits à ses frontières (Syrie) et de négociation avec son voisin (Turquie). Plus globalement, les facteurs explicatifs de la répartition du peuplement dans la région interrogent aussi le champ politique. La répression des années 1980 ordonnée par Saddam Hussein avait pour but de vider les campagnes et de forcer les populations à se déplacer dans des camps urbains sous contrôle de l’armée (Hewa Sadiq Saleem, Université Salahedin, Erbil). Aujourd’hui, différentes actions et mesures politiques tentent de « réparer » les conséquences de la guerre en subventionnant les populations pour qu’elles retournent dans leurs villages. Mais l’agriculture ne fait plus vivre qu’une frange infime de la société kurde.

L’enjeu des ressources naturelles

Les potentialités et les ressources traditionnelles de la région (agriculture, eau et pétrole) ont aussi fait l’objet de débats. Le secteur agricole, aux potentialités énormes, a accusé une baisse significative de la productivité ces dernières décennies en raison d’une combinaison de plusieurs facteurs : la destruction de près de cinq mille villages kurdes ; la réduction de la superficie des terres agricoles ; le maintien de méthodes agricoles archaïques dues au manque d’investissements dans les technologies modernes (Hashim Yaseen al-Hada, Université Salahedin, Erbil). Le cas du pétrole au Kurdistan irakien est tout autre, depuis que les compagnies étrangères cherchent à investir au KRG (Azad Mohammed Ameen Kaka Sheikh Naqshbandi, Université Salahedin, Erbil). Le secteur pétrolier est au centre des nouveaux enjeux de développement économique, en tant que principale source financière de la région, et aussi des tensions avec la capitale irakienne. De plus, ceci interroge la construction même de la région autonome en posant la question cruciale des délimitations frontières du KRG avec le reste de l’Irak et du statut controversé de Kirkouk.

L’enjeu frontalier

L’intégration régionale du KRG, à la confluence de plusieurs États, a été traitée dans la dernière partie du colloque. L’ouverture de la région autonome du Kurdistan d’Irak sur ses voisins a engendré des dynamiques économiques et humaines nouvelles (produits importés en masse avec l’argent du pétrole ; flux de migrants ; trafics illégaux de marchandises). L’analyse des circulations légales et illégales à la frontière avec l’Iran montre comment les acteurs économiques transfrontaliers se jouent des frontières pour participer à une intégration économique « par le bas » (Cyril Roussel, Ifpo Amman). Le rôle de région transfrontalière est probablement l’un des atouts majeurs du KRG (fig. 3).

Fig. 3 : flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak  (@ C. Roussel, Ifpo)

Fig. 3 : Flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak (@ C. Roussel, Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

Les échanges commerciaux entre la Turquie et le KRG sont également emblématiques des enjeux financiers et économiques qui structurent les rapports diplomatiques entre acteurs politiques régionaux (Mervé Ozdemirkiran, Sciences-po Paris, CERI). La Turquie s’est activement engagée dans le processus de reconstruction de l’Irak après 2003 ; les échanges économiques et les investissements des entrepreneurs originaires de Turquie dans la construction de nouvelles infrastructures constituent le moteur de ces relations. C’est aussi toute l’organisation du réseau urbain au sein du Kurdistan qui se reconfigure avec la mise en place d’une nouvelle économie régionalisée (Mr Samir Mahoo Jamil, Université Salahedin, Erbil). Sur le plan des échanges de marchandises et des investissements productifs, l’axe Turquie-Iran se renforce (par les villes de Zakho, Dohuk et d’Erbil au KRG), reléguant Bagdad à un rôle secondaire. Ce système régional tend de plus en plus à s’autonomiser vis-à-vis de la capitale irakienne.

Conclusion

Le Kurdistan d’Irak continue à porter les traces et les séquelles d’un espace « violenté » (déplacement de populations ; métropolisation à marche forcée, combats armés, etc.) et fragmenté (entre communautés, entre partis politiques mais aussi entre familles de part et d’autre de la ligne verte), compensé, il est vrai, par des atouts naturels (eau, terres arables, ressources énergétiques). Cependant, le KRG subit des effets du contexte géopolitique régional. Le processus de construction du Kurdistan est en partie dépendant des grands acteurs régionaux du Moyen-Orient qui sont aussi ses voisins immédiats. L’Iran, la Turquie et la Syrie ont une influence substantielle sur l’économie du KRG mais aussi sur la démographie même du territoire kurde (mouvements de réfugiés, de combattants, de travailleurs, d’investisseurs). Ces acteurs régionaux interviennent également dans le champ du politique kurde, tentant de tirer les ficelles, en soutenant telle ou telle coalition, telle ou telle organisation. La question transfrontalière reste donc extrêmement prégnante dans ce processus politico-économico-spatial. L’avenir du Kurdistan dépendra aussi de sa frontière avec le reste de l’Irak qui suit pour l’instant la ligne verte (fig. 1). Le statut de Kirkouk et des gisements de pétrole, la forme du réseau urbain (Mossoul), et surtout le devenir de centaines de milliers de Kurdes constituent des enjeux humains qui méritent sans doute de nouvelles investigations scientifiques.

Pour citer ce billet : Cyril Roussel, « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 14 février 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4811

Cyril Roussel

Cyril Roussel est géographe, membre de l’Ifpo depuis septembre 2010. Il travaille sur les mouvements migratoires au Moyen-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/cyril-roussel

Tous les billets de Cyril Roussel

Une achoura version turque (2)

Le Blog de l’OVIPOT publie aujourd’hui le deuxième volet du reportage de Jean-Paul Burdy, consacré à…

Le Blog de l’OVIPOT publie aujourd’hui le deuxième volet du reportage de Jean-Paul Burdy, consacré à la cérémonie d’ouverture de l’achoura (așura) des chiites d’Istanbul, qui s’est tenue, le samedi 24 novembre 2012, dans la métropole. Après les rites et l’ambiance de l’événement largement évoqué dans le premier volet (cf. notre édition du 17 décembre 2012), ce second volet montre que cette achoura turque a pris aussi l’aspect un long meeting politique, ancré dans l’actualité du Proche-Orient…

Un long défilé d’orateurs

 Les trois heures d’interventions s’expliquent par un long défilé d’orateurs, selon un protocole minutieux, hiérarchisé et minuté qui n’est pas sans rappeler parfois la période et les rites soviétiques: lecture des messages des autorités nationales puis locales qui n’ont pas pu faire le déplacement (le président de la République 3, le premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, le président du Diyanet, le maire d’Istanbul, etc.), lecture des messages de fraternité confessionnelle des autorités sunnites, et surtout des alévis-bektashis, puis succession de discours de personnalités, et enfin discours des trois figures essentielles de la cérémonie. Les orateurs « laïques non élus politiques» ont une tenue vestimentaire uniforme: costume noir, chemise blanche à col ouvert -on est là clairement dans le modèle iranien. Au revers de la veste, une cocarde verte et jaune ornée du portrait de Ali. Les politiques turcs respectent en revanche le code costume-cravate, les quelques mollahs iraniens et irakiens portant les habituels turbans blancs ou noirs sur une robe marron ou noire. Les orateurs de 2012 sont, sous bénéfice d’inventaire détaillé, les mêmes que lors des années précédentes: le président du groupe parlementaire CHP à l’Assemblée et plusieurs autres représentants nationaux ou stambouliotes de ce parti 4 ; différents élus du parti AKP au pouvoir (en général des parlementaires ou conseillers de la mairie métropolitaine d’Istanbul), le parti d’extrême-droite nationaliste MHP, le parti islamiste de la Félicité (Saadet). Il est aussi rappelé que d’autres achouras ja’faries se tiennent ailleurs en Turquie ce même jour: à Izmir, mais surtout à Iğdir et Kars, deux des principales villes d’origine des ja’faris d’Istanbul.

 Mais les trois « morceaux de choix », en fin de matinée, étaient les discours respectifs du « leader des chiites ja’faris de Turquie » Selahattin Özgündüz , du président du Majlis iranien Ali Larijani, et du président de la commission des Affaires étrangères du Parlement irakien, le mollah Humam Khammudi. Avec ces trois orateurs, on est passé des discours protocolaires, répétitifs et convenus, et pour tout dire fastidieux, à des interventions politico-religieuses offensives. La dimension religieuse était évidente, y compris parce que ces discours ont respecté les codes du lamento chiite. A plusieurs reprises, le propos de Selahattin Özgündüz sur le martyre de Hussein a ainsi été cassé par des sanglots de l’orateur, avec larmes en gros plan sur les écrans géants, provoquant en une forme de répons pleurs et sanglots parmi la foule, et slogans à la gloire de Hussein lancés par les jeunes des premiers rangs et repris, bras levés, par la foule (masculine et féminine). Ali Larijani, qui a présenté à l’auditoire les salutations du Guide suprême iranien Ali Khamenei aux chiites turcs, a semblé déclamer un poème plus que prononcer un discours, dans une belle langue persane scandée: il a souligné l’importance du « mode de vie de l’achoura chiite comme modèle pour une vie humaine et fraternelle ». Quand à l’orateur irakien, c’est un prêche en arabe qu’il a prononcé, haché par une traduction en turc tonitruante. Tous trois ont longuement évoqué Kerbala, Ali et Hussein, l’importance de l’achoura, la solidarité des chiites, l’unité des musulmans, l‘oumma. Mais ils ne se sont pas confinés au religieux.

De la politique intérieure turque aux questions régionales…

Au plan de la politique intérieure turque, les relations des dirigeants des ja’faris avec le gouvernement AKP n’apparaissent ainsi pas aussi bonnes qu’elles pouvaient sembler l’être deux ou trois ans auparavant. Selahattin Özgündür (photo de droite) a donc vivement critiqué l’attitude de la Direction des Affaires religieuses, le Diyanet, lui reprochant de disposer des crédits et de moyens de l’Etat sans en faire bénéficier l’ensemble des citoyens: à l’évidence, les ouvertures espérées par les chiites ja’faris et les alévis n’ont pas eu lieu, et ces deux confessions se considèrent toujours comme ignorées et discriminées par le sunnisme hanéfite officiel. Critiques également contre l’Education nationale, et contre la TRT (les chaînes officielles de la Radio-Télévision de Turquie) pour les mêmes motifs de non-prise en compte de la diversité « des idées et des croyances ». Il en appellera donc à une « nouvelle constitution plus juste et plus égalitaire » dans ces domaines.

Au plan régional, les discours de Selahattin Özgündüz et d’Ali Larijani (photo de gauche, plus bas) ne pouvaient également que retenir l’attention. Car ils ont longuement évoqué l’Iran, et l’amitié et le soutien de la République islamique d’Iran à ses frères chiites ja’faris turcs. A.Larijani a rappelé « le coup porté par la révolution islamique et les principes de Hussein » à l’impérialisme américain, en Iran puis en Irak. Sur l’Irak, l’orateur turc a stigmatisé la menace du terrorisme salafiste qui frappe la population irakienne, majoritairement chiite. Tous deux ont longuement stigmatisé Israël, ou plus exactement « le complot impérialiste-sioniste » qui était en train de frapper le peuple palestinien à Gaza: Israël, Etats-Unis et Angleterre ont été mis dans le même panier des responsables et acteurs de ce complot. Les deux leur ont opposé « le courage et l’audace des Palestiniens et du Hezbollah libanais » inspirés, a ajouté le mollah irakien Khammudi, par « l’esprit du sacrifice de Kerbala ».S.Özgündür s’est réjoui des « victoires remportées par les Palestiniens sur Israël grâce aux missiles [iraniens] Fajr-3 et Fajr-5 ». Il a également clairement manifesté le soutien des ja’faris à l’Azerbaïdjan dans son conflit avec l’Arménie: une forme de rappel aux origines orientales de la communauté chiite d’Halkalï: les régions turques d’ Iğdir et d’Agri, mais aussi la Transcaucasie azérie.

La Syrie a été longuement cité par les deux orateurs. Selahattin Özgündüz a stigmatisé « le complot impérialiste et terroriste contre la Syrie, inspiré par les Etats-Unis et les régimes qatari et saoudien à leur solde », et mis en cause et en garde les salafistes menaçant Damas et les lieux saints chiites de Sayyeda Zeinab et de Rukayye. En 2011 déjà, il avait affirmé haut et fort, à propos de la Syrie, la solidarité et l’unité « des alévis, des nusaïris (alaouites), des bektashis et des chiites ja’faris ». Pour l’essentiel, Ali Larijani a tenu les mêmes propos, avec la même vigueur 5. On peut d’ailleurs s’étonner qu’une personnalité de son niveau 6 puisse tenir un discours aussi virulent devant un public turc « non officiel », étant entendu que si terrain commun il peut y avoir entre Téhéran et Ankara pour dénoncer la politique d’Israël à Gaza, les divergences sont actuellement majeures entre les deux capitales sur l’Irak, et surtout sur la Syrie. Le discours d’Ali Larijani pouvait, dès lors, être considéré comme une forme d’ingérence dans les affaires intérieures et diplomatiques turques, et était en tous cas une remise en cause explicite de la diplomatie du gouvernement Erdoğan (même si, bien évidemment, la Turquie n’a à aucun moment été citée). Il est vrai que les révolutions arabes ont largement rebattu les cartes régionales, et que les dirigeants des chiites ja’faris ne sont actuellement plus sur la même longueur d’onde que le premier ministre AKP, que ce soit sur l’Irak, et plus encore, bien évidemment, sur la Syrie 7.

Cérémonie religieuse ou meeting politique ?

Notre interrogation de départ, à l’ouverture de cette achoura turque était: allons-nous assister à une cérémonie religieuse, à une cérémonie religieuse et politique, ou à une cérémonie politique? Au regard des trois interventions principales, la réponse ne fait aucun doute. Il s’agissait bel et bien pour une part essentielle d’un meeting politique en direction des télévisions et autres organes de presse présents, plus que d’une cérémonie religieuse en direction du public très populaire qui était présent là. Le défilé d’Halkalı était loin de la démonstration de force des milices du Hezbollah le même jour dans son fief de la « Dahiye », la banlieue sud de Beyrouth. Et les propos de Selahattin Özgündüz, s’ils étaient identiques sur le fond, étaient moins radicaux que ceux tenus (par écrans géants interposés) par le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah. Mais, dans les deux cas, on ne peut cependant que souligner la dimension très politique des interventions, qui peut surprendre qui s’attend à une cérémonie « religieuse », mais aurait oublié la forte politisation qui a accompagné la visibilité publique croissante du chiisme au Moyen-Orient depuis 1979, et que les récents « Printemps arabes » ont exacerbé, d’abord autour du Bahreïn 8 , puis avec la radicalisation de la crise syrienne.

A Halkalı, la dimension plus populaire a repris le dessus après ces trois discours, avec la représentation sur scène du Tazieh, longue geste, souvent émouvante, parfois larmoyante, de l’épopée d’Ali et de Hussein, retransmise en direct sur plusieurs chaînes de télévision locale: elle est très suivie par un public qui en connaît visiblement d’avance tous les épisodes. Un soleil froid a d’ailleurs eu la bonne idée de réapparaître enfin, au grand soulagement des spectateurs restés sur place…

TEXTE ET PHOTOGRAPHIES :  © Jean-Paul Burdy

NOTES

3  Selahettin Özgündüz a été reçu par le président Gül au palais de Çankaya le 13 novembre 2012. Sa stratégie de reconnaissance et de notabilisation est évidente, au vu des nombreuses photos de ses rencontres avec des personnalités politiques, et en particulier le premier ministre et le président de la République.

4   Le nom du CHP nous est apparu plus souvent cité que celui du parti AKP au pouvoir. En décembre 2010 le premier ministre Erdoğan avait en personne assisté à l’achoura d’Halkali; en 2011, c’est M.Kılıçdaroğlu président du parti d’opposition CHP qui avait été la personnalité politique turque marquante

5   M.Larijani était dans une tournée régionale l’ayant déjà mené à Damas et Beyrouth. Après l’achoura d’Halkalı, il a rencontré le premier ministre turc au palais de Dolmabahce, avant une étape officielle à Ankara le lendemain.

6  Ali Larijani est ancien secrétaire du Conseil national de sécurité, ancien négociateur du dossier nucléaire avec les Occidentaux, actuel président du Majlis, potentiel candidat à l ’élection présidentielle du printemps 2013: il est donc l’une des toutes premières personnalités de la République islamique

Nous renvoyons sur ce volet à notre article:  Jean-Paul BURDY, Les chiites jafaris de Turquie: une composante d’une « politique régionale chiite » de l’AKP ?, in PARLAR DAL Emel (dir.),  La politique turque en question. Entre imperfections et adaptations, Paris, L’Harmattan, octobre 2012, 256p., p.141-156

8 Bien que toute manifestation sur la voie publique soit interdite depuis deux mois au Bahreïn, suite à deux attentats à la bombe, les cérémonies de l’achoura chiite se sont néanmoins tenues dans tout l’archipel. Plusieurs cortèges portaient des cercueils vides, à la mémoires des dizaines de morts de la répression du mouvement démocratique depuis février 2011. A l’issue du défilé principal à Manama, les processionnaires ont tenté de se diriger vers la Place de la Perle, épicentre du « Printemps de Manama » de 2011: ils en ont été violemment empêchés par les forces de sécurité. C’est la première fois depuis longtemps qu’une cérémonie confessionnelle majeure (achoura ou arbaïn) se transforme en cortège politique offensif.

Une achoura version turque (1)

La petite communauté chiite ja’farie turque est peu connue et peu étudiée, car souvent confond…

La petite communauté chiite ja’farie turque est peu connue et peu étudiée, car souvent confondue avec la communauté alévie. Originaire de l’Est de l’Anatolie et de Transcaucasie azérie, désormais largement installée à Istanbul, elle a gagné en visibilité religieuse ces dernières décennies, et en puissance politique plus récemment. A la fois parce qu’elle s’inscrit dans la plus grande visibilité du chiisme au Proche et Moyen-Orient; parce qu’elle a quelques leaders dynamiques entrés en relations avec l’Iran et l’Irak; et parce que l’AKP (représentant pourtant l’islam sunnite hanéfite) semblait il y a peu vouloir lui accorder une forme de reconnaissance semi-officielle.

Samedi 24 novembre s’est tenue à Istanbul la cérémonie d’ouverture de l’achoura (așura) des chiites de la métropole. L’achoura, qui commémore le martyre de Hussein est le temps fort du mois du deuil (moharram) dans toutes les communautés chiites du Proche et du Moyen-Orient. Le Blog de l’OVIPOT publie les impressions et photographies de Jean-Paul Burdy (IEP de Grenoble) aidé par Sebnem Cansun (Université Sabahattin Zaim, Istanbul) sur une cérémonie radicalement politique, en deux volets, le premier publié aujourd’hui est consacrée à la cérémonie en elle-même, le second à paraître dans une prochaine édition, traitera de la dimension politique de l’événement. Ne le manquez pas ! En attendant, pour en savoir plus sur la communauté chiite ja’farie turque, on se reportera également à l’article de Jean-Paul Burdy récemment paru dans : Emel Parlar Dal (dir.) La politique turque en question, entre imperfections et adaptations, L’Harmattan, 2012 (cf. notre édition du 3 novembre 2012)

Rendez-vous à Halkalı, le 24 novembre 2012

Halkalı, au nord-ouest de l’aéroport d’Istanbul: un de ces lointains quartiers de la mégapole où le visiteur ne se rend jamais, et où il est difficile de se repérer, faute de plan disponible, et compte tenu des vastes lotissements souvent fermés pour classes populaires et moyennes qui y poussent comme des champignons, et modifient sans cesse un paysage urbanisé, mais que l’on peut difficilement qualifier d’urbain 1. Nombre d’habitants sont là depuis peu, et connaissent mal leur environnement. Il n’y a pas de centre ville digne de ce nom. Dans l’un des quartiers, une rue commerçante un peu animée: un vaste quadrilatère en pente, entouré de petit immeubles modestes de quelques étages et de quelques années d’âge, ou très récemment achevés. Sur les façades, des banderoles colorées évoquant les moments forts de la bataille de Kerbala: des portraits de Hussein, son cheval blanc près du corps gisant de son maître, l’épée Zulfikar à deux pointes, des invocations, des prières et des slogans en arabe, mais calligraphiés à l’iranienne. En revanche, à la différence des espaces urbains chiites iraniens ou du Golfe, pas de drapeaux noirs aux fenêtres: ils sont pourtant classiquement des marqueurs identitaires forts de l’appartenance au chiisme. La cérémonie d’achoura est annoncée dans tout l’ouest d’Istanbul par une banderole unique tendue sur les principales avenues, et portant portrait de Hussein, et annonce de la date et du lieu: Halkalı, le 24 novembre. Des spectateurs et spectatrices sont installés nombreux aux fenêtres et sur les balcons. D’autres ont pris place aux différents étages d’un squelette d’immeuble en construction, sur un des côtés de la place. Les nombreuses télévisions ont installé leurs caméras sur les terrasses qui dominent la scène: certaines chaines, en particulier Cem TV, la chaine alévie, retransmettront en direct les cérémonies pendant toute la journée.

Une ambiance moins martiale qu’ailleurs

Avant d’accéder à l’enceinte de la cérémonie, un défilé s’est formé. En tête, une nuée de banderoles en arabe et en turc avec l’invocation mille fois répétée et scandée: « Ya Huseyn !». Puis des groupes, très bien structurés, en majorité des jeunes entièrement vêtus de noir ou de blanc, le front ceint d’un bandeau noir, ou vert, ou rouge au nom de Hussein. Des groupes de femmes, en tchador noir, portant banderoles et bandeaux au front au nom de Zeyneb (ou: Zeinab) ou de Zahra 2 . Certaines portent des enfants en bas âge tout de vert vêtus, un voile vert sur la tête tenu par un bandeau rouge glorifiant Hussein. Des hommes en noir, plus âgés, qui se frappent la poitrine en cadence. Un petit groupe d’hommes âgés et barbus porte une tunique blanche, et un étrange bonnet noir de pêcheur sarde, frappé du portrait de Hussein. On n’est pas dans les flagellations sanglantes d’une partie du monde chiite du Golfe, d’Irak, d’Iran ou du Pakistan. Point non plus de processionnaires qui se tailladent le cuir chevelu pour que leur tunique blanche s’imprègne de sang à la mémoire des 73 martyrs de Kerbala. Par comparaison avec des défilés iraniens, irakiens, bahreïnis ou libanais, l’ambiance est moins martiale, moins rigoureuse. En queue de cortège, quelques dizaines de femmes en tchador brandissent leurs poings entravés par des chaînes, rappel du sort des femmes et des enfants épargnés lors du massacre de Kerbala, et déportés et assignés à résidence à Damas par le calife Yazid. A mi-parcours, un stand enveloppé de tentures noires brodées d’argent distribue gratuitement verres de sirops ou de thé, et des biscuits. Beaucoup de participants ont autour du poignet, distribué au long du cortège par des bénévoles, un lien vert parfumé, signe d’appartenance à la communauté chiite -autrefois en coton, il est maintenant coupé dans des pelotes synthétiques arrivées tout droit de Chine. Les mêmes volontaires distribuent une brochure en turc « L’Imam Hussein et Kerbala », signée par « Selahattin Özgündüz, Leader des ja’faris de Turquie », ou vendent pour quelques kurus un tirage spécial du bulletin « Caferiyol » (La Voie des ja’faris).

A l’arrivée du cortège sur les lieux de la cérémonie, hommes et femmes, déjà séparés pendant le défilé, gagnent les espaces qui leur sont réservés, bien délimités par une allée centrale close de barrières métalliques. Le terrain est en pente. En haut, une tente chauffée abrite les officiels. Au premier rang, dans des fauteuils, les personnalités, et en particulier les invités étrangers, fortement encadrés par un service d’ordre rigoureux, costume noir, chemise blanche ouverte, avec badges de différents niveaux. En bas, une vaste scène, avec un pupitre pour les discours, et un décor de toiles peintes couleur terre et de palmiers, qui servira à la représentation théâtrale du tazieh. Deux écrans géants, un devant le carré des femmes, un devant le carré des hommes. Une caméra de télévision sur un bras articulé, qui alimentera les écrans en gros plans des orateurs, en plans larges des groupes organisés des premiers rangs, en très gros plans de participants « exemplaires » -portant des bandeaux au front, et sanglotants lors des passages les plus émouvants de l’évocation du martyre de Hussein. Devant et autour de la tribune, brandis informellement par des participants, bannières et drapeaux. Les bannières sont celles, classiques, de la geste chiite: invocations à Hussein, avec son portrait, à la mémoire du martyre, à Kerbala, au deuil d’achoura. L’arabe (en graphie persane) et le turc sont mêlés. Parmi les dizaines de drapeaux dans l’enceinte: quelques drapeaux turcs seulement (très nettement moins, donc, que dans la moindre cérémonie « turque », quel qu’en soit le motif), un drapeau azerbaïdjanais (rappelant les origines géographiques de la grande majorité du public), des drapeaux jaune et vert du Hezbollah libanais, brandis par des adolescents. Pas de portrait d’Atatürk, au contraire des tribunes alévies qui en sont toujours décorées. Pas de drapeau iranien, pas de drapeau irakien, ni de drapeau syrien -alors que des personnalités iraniennes et irakiennes prendront la parole. Tous les discours sont traduits en langage des signes: l’image de la traductrice, non voilée, est inscrustée sur les écrans géants.

Un don de sang fraternel substitué aux rituels traditionnels

Il tombe une pluie froide venue de la mer Noire sur la cérémonie -comme lors des achouras des dernières années, au mois de décembre. Le terrain est boueux, toujours pas aménagé ou empierré. Ecouter debout, pendant trois heures pleines, les discours officiels sera donc une épreuve pour les spectateurs transis, en particulier du côté des femmes venues avec des enfants en bas âge, ou avec des grands-mères. Les petits vendeurs en profitent: aux écharpes colorées ornées de la figure christique de Hussein et aux bandeaux noirs, verts ou blancs au nom du martyr, ils ajoutent quelques parapluies chinois, vite écoulés, et des imperméables légers en plastique, vendus quelques livres. A la pluie et au vent s’ajoute, toutes les deux minutes, le grondement strident des réacteurs des avions qui décollent de l’aéroport international: banlieue majoritairement populaire (et à cet endroit très populaire), Halkalı est en bout des pistes, et en subit les nuisances sonores. Si l’on y ajoute le vacarme du muezzin de la mosquée sunnite voisine qui, pour l’occasion, a sans doute poussé à fond le son de ses hauts-parleurs, on comprend qu’il ne soit pas toujours très facile de suivre les propos des orateurs. Le temps glacial et la durée des discours décourageront d’ailleurs une partie du public, qui abandonnera progressivement les lieux. Avant même la fin de la cérémonie officielle, les tentes du Croissant rouge turc étaient ouvertes pour le don du sang des volontaires: on sait que l’une des principales innovations introduites par Selahattin Özgündüz dans le chiisme ja’fari turc a été de substituer aux rituels sanglants du chiisme un don du sang fraternel. Et, de fait, les donneurs ont été nombreux; le don était aussi ouvert aux femmes, mais dans des espaces dissimulés au regard, qui ne permettaient donc pas d’apprécier la fréquentation du lieu. Cette année, le don du sang est fait « au profit des victimes palestiniennes à Gaza ».

TEXTE ET PHOTOGRAPHIES :  © Jean-Paul Burdy

NOTES

1   Les « gated  communities » prolifèrent dans les métropoles turques comme dans nombre de métropoles arabes, et dans toute l’Asie, en particulier en Chine. Relevons que si, au Caire ou dans le Golfe, elles s’adressent à de riches acheteurs et investisseurs, à Istanbul elles visent aussi les classes moyennes en plein développement, et les couches supérieures des classes populaires. C’est le cas à Halkalı.

2   Zeinab bint Muhammad est la fille aînée de Mahomet et de Khadidja ; Fatima Zahra est leur quatrième fille. D’où le mausolée et quartier éponymes de Sayyeda Zeinab à Damas, et le nom de la grande mosquée chiite en construction à Halkalı.

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l…

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs. L’utopie d’un …

Les couloirs de la mort. Battues et enclos de chasse de la Perse à l’Espagne

Dans un article consacré aux parcs de chasse à l’époque abbasside paru début 2012 dans la  Revue des…

Dans un article consacré aux parcs de chasse à l’époque abbasside paru début 2012 dans la  Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, Chloé Capel émet l’hypothèse que certains des jardins de la ville califale de Sāmarrāʾ auraient pu être des enclos de chasse saisonniers, à exploitation non permanente, dans lesquels le gibier pouvait être regroupé ponctuellement. Al-Ṭiqṭaqā décrit une méthode de battue à « l’entonnoir », permettant d’enfermer des animaux dans un enclos fixe, formé d’une muraille de plusieurs kilomètres de long, que fit bâtir, dans la région de Samarra, sur la rive gauche du Tigre, le calife abbasside al-Muʿtaṣim :

« (…) lorsqu’on organisait une battue, on la tenait (la muraille) comme renfermée et on ne cessait de resserrer le gibier jusqu’à ce qu’on l’eût amené à entrer derrière cette muraille. Pris entre cette muraille et le Tigre, il ne restait guère au gibier beaucoup de place. Lors donc que les animaux se trouvaient ainsi cernés dans ce lieu, le roi y pénétrait avec ses enfants, ses parents et les hommes les plus importants de sa suite, et ils se mettaient à tuer comme ils voulaient et à se divertir. Ils tuaient ce qu’ils tuaient et lâchaient le reste » (al-Ṭiqṭaqā, p. 86, cité par Capel 2012, § 31).

Un autre témoignage médiéval confirme cette technique de regroupement du gibier dans un enclos.  Ibn Manglī – auteur d’un traité cynégétique au XIVe siècle, que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer dans les Carnets de l’Ifpo à propos de l’utilisation du guépard comme auxiliaire de chasse ou de la dangereuse chasse à la panthère – évoque un type d’enclos de chasse appelé šabak (trad. Viré, § 44, p. 192-194). Cette structure mobile était progressivement resserrée, formant un entonnoir guidant les bêtes vers l’enclos de chasse proprement dit, où les chasseurs pouvaient alors tuer facilement tous les animaux (Capel 2012, § 30). Ces šabak-s, une fois renforcées par des murs de pierre pouvaient devenir des structures plus solides et resservir lors des saisons suivantes. Ce type d’enclos, composé d’un partie mobile et d’une autre fixe, n’était donc pas destiné à garder du gibier à l’année, à la différence des parcs permanents. Un parc de ce type est mentionné par Ibn Ḫaldūn (trad. De Slane,  II, p. 338). Al-Mustanṣir (647/1249-675/1277) avait fait aménager à Bizerte en Tunisie un vaste espace entouré de clôtures, dans lequel il venait chasser à cheval, accompagné de chiens, de faucons et même de guépards (Capel 2012, § 25). Il faut ajouter aux exemples donnés par C. Capel celui du roi moghol Ǧahāngīr (1569-1627), qui évoque dans ses Mémoires (p. 125 et 137) qu’il fit ponctuellement installer des enclos semblables aux šabak-s sur des terrains de chasse « fixes » lui appartenant pour organiser des battues. Ainsi de vastes espaces de chasse privés et fixes pouvaient être aménagés en enclos temporaires plus réduits, dans lesquels était concentré le gibier.

La racine šabaka (شبك) évoque, selon le dictionnaire de Kazimirski (1860, t. I, p. 1185-1186), l’entrelacs, l’enchevêtrement et désigne, dans son acceptation la plus courante, un filet de pêche ou de chasse et, par extension, un piège. Nous sommes bien dans un contexte de chasse et de capture. Kazimirski évoque aussi le sens de clôture par le grillage, mais aussi par l’enchevêtrement d’une tresse de roseaux ou de branches. Une miniature moghole de la fin du XVIe siècle représente ce type de clôture de branches assemblées, que plusieurs hommes sont en train de réparer ou de renforcer tandis que d’autres amènent à dos de bœuf des fagots de branches. L’enclos semble encore en cours de construction.

Mansur, Akbar chassant dans un enclos (Akbarnama), Londres, Victoria and Albert Museum

Mansur, Akbar chassant dans un enclos (Akbarnama), Londres, Victoria and Albert Museum

Cette représentation d’une chasse en enclos en 1567 dans la région de Lahore (actuel Pakistan) a été réalisée vers 1595 par Mansūr, peintre de la cour de l’empereur moghol Akbar puis de son successeur Ǧahāngīr, tous deux célèbres pour le faste de leurs équipages de chasse, composés notamment de centaines de guépards apprivoisés (Divyabhanusinh, 2006, p. 48-49).

En haut de la miniature, des chasseurs sont munis de bâtons et se tiennent devant une porte ouvrant sur l’enclos. Ils semblent revenir d’une battue et ont sans doute fait rentrer le gibier dans le parc de chasse. À l’intérieur, un gardien tient en laisse un guépard, qui garde encore un bandeau sur les yeux avant d’être lâché sur le gibier.

Mansur, Akbar chassant dans un enclos (Akbarnama) (détail), Londres, Victoria and Albert Museum

Mansur, Akbar chassant dans un enclos (Akbarnama) (détail), Londres, Victoria and Albert Museum

Mansur, Akbar chassant dans un enclos (Akbarnama), Londres, Victoria and Albert Museum

Mansur, Akbar chassant dans un enclos (Akbarnama), Londres, Victoria and Albert Museum

Dans l’enclos, différentes chasses ont lieu simultanément : à l’arc à dos de cheval ou sur un char à bœufs, au guépard capturant des gazelles, des chèvres ou des lièvres. Les bêtes tuées sont décapitées et dépecées sur place. Ce type de représentation vise souvent à la condensation spatiale et temporelle, montrant des événements non simultanés : la scène donne l’impression d’un véritable carnage. Le massacre d’un grand nombre d’animaux dans ce type d’enclos est confirmé par Ǧahāngīr dans ses Mémoires (p. 203-204). Après une battue qui avait permis de regrouper plus de 900 antilopes dans une place délimitée par des murs de toile, le roi vint chasser plusieurs jours durant dans cet enclos. 276 antilopes furent tuées au fusil, à l’arc ou par des guépards. Les antilopes survivantes furent capturées et envoyées sur un autre site de chasse ou marquées d’un anneau pour être laissées à la disposition de l’empereur.

Miskina et Sarwan, Akbar Hunts Near Lahore, Victoria & Albert Museum

Miskina et Sarwan, Akbar Hunts Near Lahore, Victoria & Albert Museum

Cet enclos circulaire, entouré de murs de toiles, est appelé par le roi qamargah (Mémoires, p. 125, 137, 204). Ǧahāngīr mentionne un autre type d’enclos, le šāḫband, littéralement « fagot de branches liées entre elles » (p. 129). Cet enclos de branches évoque le grillage végétal de la miniature de Mansūr et rappelle l’un des sens de la racine arabe šabaka (à la fois clôture et tressage). Que l’espace soit délimité par des rideaux de toile ou des haies de branchages, la circularité de l’enclos crée une sorte d’arène, au milieu de laquelle était dressée une imposante tente. Le spectacle de la chasse devait être saisissant, pour les observateurs à l’extérieur de l’enclos et pour les membres de la cour à l’intérieur de la tente.

Velázquez Diégo, Philippe IV chassant le sanglier (La Tela Real), huile sur toile, 182 × 302 cm, 1632-1637 ca., The National Gallery, London, NG 197

Velázquez Diégo, Philippe IV chassant le sanglier (La Tela Real), huile sur toile, 182 × 302 cm, 1632-1637 ca., The National Gallery, London, NG 197

Vers 1632-1637, Velázquez peint une chasse au sanglier du roi d’Espagne Philippe IV. Il représente, dans une clairière, un espace délimité par des clôtures mobiles de toile, de la hauteur d’un homme à cheval, probablement juste maintenues au sol par des perches en bois. Dans la forêt, aux alentours, des prolongements de mur de toile semblent former d’autres enclos ayant peut-être ayant servi à rabattre et diriger les animaux vers le lieu de la chasse.

Velázquez Diégo, Philippe IV chassant le sanglier (détail)

Velázquez Diégo, Philippe IV chassant le sanglier (détail)

Velázquez Diégo, Philippe IV chassant le sanglier (détail)

Velázquez Diégo, Philippe IV chassant le sanglier (détail)

De nombreuses personnes observent cette chasse par dessus la clôture, ou à l’intérieur même de l’enclos. Quelques carrosses sont visibles au premier plan, réservés aux membres importants de la cour.

Batista Martinez del Mazo Juan, Chasse à Aranjuez (Caceria del tabladillo en Aranjuez), huile sur toile, 187 cm × 249 cm, 1640 ca, Madrid, Musée du Prado, P02571

Batista Martinez del Mazo Juan, Chasse à Aranjuez (Caceria del tabladillo en Aranjuez), huile sur toile, 187 cm × 249 cm, 1640 ca, Madrid, Musée du Prado, P02571

Une autre peinture espagnole, aujourd’hui conservée à Madrid au musée du Prado, témoigne de pratiques cynégétiques similaires. Réalisée autour de 1640 par le peintre Juan Batista Martinez del Mazo, la toile montre une scène de chasse royale au cerf à Aranjuez. Les animaux sont conduits pour être tués dans un étroit couloir de toile blanche, juste devant les femmes de la cour, princesses, dames de compagnie et même religieuses, juchées sur une estrade en bois surplombant ce « couloir de la mort », profitant ainsi pleinement du spectacle de cette chasse au cerf bien peu « sportive », dans une mise à mort publique évoquant celles d’autres animaux dans les arènes.

Velázquez Diégo, Philippe IV chassant le sanglier (détail)

Batista Martinez del Mazo Juan, Chasse à Aranjuez (détail)

L’usage de l’enclos cynégétique mobile, fait de branches ou de toiles, est donc avéré dans le monde arabo-persan et en Espagne : il facilitait ainsi la chasse pour les souverains. Ceux-ci pouvaient venir plusieurs jours durant tuer un nombre important d’animaux sans avoir à courir des jours entiers dans les déserts, la steppe ou la forêt. De plus, cette zone confinée permettait aux autres membres de la cour d’assister au spectacle de la chasse, leur fournissant un théâtre de chair et de sang en pleine nature.

Pour terminer ce billet, plusieurs questions restent posées : l’usage espagnol des enclos mobiles a-t-il des origines arabo-andalouses ? Cette technique est-elle effectivement d’origine abbasside, comme le mentionne Ibn Manglī ? Quelle signification donner à cette mise en spectacle de la chasse et de la tuerie, spécialement destinée aux dames de la cour, à la fois en Espagne et dans le sultanat moghol de Ǧahāngīr, qui raconte qu’il emmenait ses femmes dans l’enclos de chasse (Mémoires, p. 204), ainsi que dans l’Italie du XIVe siècle où les dames de la cour du Duc de Milan étaient également présentes dans les parcs de chasse (Arrigoni-Martelli 2012) ? Ces « couloirs de la mort » participaient également à une mise en scène sanglante, celle de la mise à mort de l’animal par le prince, démontrant ainsi sa force et sa virilité, comme l’écrit al-Ṭiqṭaqā à l’époque abbasside (p. 88) :

« (…) la chasse comprend de nombreux avantages, dont on peut tirer grand profit (…) c’est d’exercer les hommes de guerre (…) dans l’art de lancer les flèches, de porter des coups avec le sabre et la massue, et de les affermir dans l’habitude de tuer, de verser le sang, de peu se soucier de répandre le sang et d’arracher la vie. »

Références

Iconographie

Batista Martinez del Mazo Juan, Chasse à Aranjuez (Caceria del tabladillo en Aranjuez), huile sur toile, 187 cm × 249 cm, 1640 ca, Madrid, Musée du Prado, P02571. Notice descriptive dans le Catalogue en ligne du Musée du Prado : http://www.museodelprado.es/coleccion/galeria-on-line/galeria-on-line/obra/caceria-del-tabladillo-en-aranjuez/

Mansur, Akbar chassant dans un enclos (Akbarnama), papier, 32,1 × 18,8 cm, 1595 ca, Londres, Victoria and Albert Museum, IS.2:56-1896. Notice descriptive dans le catalogue en ligne du V&A Museum : http://collections.vam.ac.uk/item/O9644/painting-akbar-hunting-in-an-enclosure/

Miskina et Sarwan, Akbar Hunts Near Lahore and Hamid Bakari is Punished by Having his Head Shaved and Being Mounted on an Ass, Opaque watercolour and gold on paper, 32, 1 × 18,6 cm, 1590, Victoria & Albert Museum S.2:55-1896. Notice descriptive dans le catalogue en ligne du V&A Museum : http://collections.vam.ac.uk/item/O9646/painting-akbar-hunts-near-lahore-and/.

Velázquez Diégo, Philippe IV chassant le sanglier (La Tela Real), huile sur toile, 182 × 302 cm, 1632-1637 ca., The National Gallery, London, NG 197. Notice descriptive dans le catalogue en ligne de la National Gallery : http://www.nationalgallery.org.uk/paintings/diego-velazquez-philip-iv-hunting-wild-boar-la-tela-real.

Sources

Ǧahāngīr, Mémoires : The Tūzuk-i-Jahangīrī Or Memoirs Of Jahāngīr, éd. Alexander Rogers et Henry Beveridge, Londres, Royal Asiatic Society, 1909.

Ibn Ḫaldūn, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, éd. W. Mac Guckin de Slane, Paris, Geuthner, 1925-1926, 2 vol.

Ibn Manglī, De la chasse. Commerce des grands de ce monde avec les bêtes sauvages des déserts sans onde, traduit par François Viré, Paris, Sindbad, 1984.

Ibn al-Ṭiqṭaqā, Al Fakhrî. Histoire des Dynasties Musulmanes depuis la mort de Mahomet jusqu’à la chute du Khalifat abbasside de Baghdâd, traduction Émile Amar, Paris, Leroux, 1910.

Études

Arrigoni-Martelli, Cristina, 2012, « The Prince, the Park, and the Prey: Hunting in and around Milan in the Fourteenth and Fifteenth Centuries », conférence lors du 47th International Congress on Medieval Studies (2012) [Compte rendu en ligne] http://www.medievalists.net/2012/05/15/the-prince-the-park-and-the-prey-hunting-in-and-around-milan-in-the-fourteenth-and-fifteenth-centuries/

Capel, Chloé, 2012, « La question des parcs de chasse à l’époque abbasside : le cas emblématique de Sāmarrā’ », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 130, p. 153-180. [En ligne] http://remmm.revues.org/7456

Divyabhanusinh Chavda, 2006, The End Of A Trail. The Cheetah In India, New Delhi – New York, Oxford University Press (Oxford India Paperbacks).

Kazimirski, Albert de Biberstein, 1860, « شبك (Šabak) », in Dictionnaire arabe-français contenant toutes les racines de la langue arabe : leurs dérivés, tant dans l’idiome vulgaire que dans l’idiome littéral, ainsi que les dialectes d’Alger et de Maroc, Paris, Maisonneuve, vol. I, p. 1185-1186 [En ligne] https://www.archive.org/details/dictionnairearab01bibeuoft

Pour citer ce billet : Thierry Buquet, « Les couloirs de la mort. Battues et enclos de chasse de la Perse à l’Espagne », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 19 juin 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3768

Thierry Buquet est responsable des ressources électroniques de l’Ifpo.

Page web : http://www.ifporient.org/thierry-buquet

Tous les billets de Thierry Buquet