L’empereur et les villes d’Italie

Stefania GIRAUDO
L’empereur et les villes d’Italie
Pacifications, réformes et modèles de…

 

Stefania GIRAUDO

L’empereur et les villes d’Italie

Pacifications, réformes et modèles de gouvernement d’Henri VII à Jean de Bohême (1310-1330)

 

thèse de doctorat soutenue le 15 mai 2013

à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

sous la direction de Elisabeth Crouzet-Pavan et Jacques Verger Continuer la lecture de « L’empereur et les villes d’Italie »

Andrea Martignoni

Andrea Martignoni, docteur en histoire médiévale de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) est, dans le cadre d'un contrat post-doctoral, le secrétaire scientifique de l'Axe 3 "Humanisme européen" au sein du Labex Ehne, centre Roland Mousnier, Paris-Sorbonne. Il enseigne l'histoire médiévale à l'Institut catholique de Paris et ses recherches portent sur la relation entre médecine et spiritualité à la fin du Moyen Age.

More Posts

Démission papale, quels enjeux ?

Il faut bien le dire, la démission du pape Benoît XVI est une sacrée surprise. D’abord parce q…

Il faut bien le dire, la démission du pape Benoît XVI est une sacrée surprise. D’abord parce que ce n’est pas dans l’habitude ni dans les usages en cours à Rome que de démissionner, ou renoncer à un poste pour lequel on a été élu. Le dernier pape à avoir démissionné était Célestin V (redevenu subitement célèbre) qui avait jeté l’éponge après seulement quelques mois… en 1294 ! Cette démission constitue également une surprise car on imaginait, héritage du pontificat de Jean-Paul II, que la fonction primait sur l’homme, et que Benoît XVI serait condamné à vieillir et dépérir sous l’œil des caméras, tout comme son prédécesseur l’avait fait, dans une posture sacrificielle qui a fait une partie de son succès actuel.

Une décision surprise, pas surprenante

Si cette décision est subite, elle n’est pas très surprenante. N’étant pas un fin observateur de la Curie, j’avais quand même remarqué que le pape n’avait pas de voyages prévus dans l’immédiat, et que son dernier déplacement remonte à septembre 2012 et un voyage au Liban. Benoit XVI n’était pas un grand voyageur (toujours la référence-opposition à son prédécesseur) et n’avait d’ailleurs pas de projets spécifiques de voyage, excepté les journées mondiales de la jeunesse prévues à Rio en juillet. (voir la liste de ses voyages, et la comparer à la liste des voyages de Jean-Paul II : Benoît XVI a voyagé 25 fois en 8 ans (3,125 voyages/an en moyenne contre 4 pour son prédécesseur qui totalise 104 visites pastorales en 26 ans). Nous savions également le pape affaibli, avec des difficultés à aller au bout des phrases lors des audiences, pour lesquelles il se déplaçait difficilement, toujours soutenu etc. Il avait également parlé à plusieurs reprises de démission, même s’il n’est pas malade, précise Radio Vatican.

The pope and Coca Cola by filip1 sur Flickr 

Si l’on pouvait s’attendre à une telle décision, il faut bien reconnaître que celle-ci arrive à un beau moment pour l’Église. Benoît XVI n’a pas fait les choses au hasard. Les catholiques entrent aujourd’hui dans le temps du Carême, qui est celui du jeûne, de la réflexion et même de la privation (et là ils se retrouvent privés de chef). Ayant pris de court ses propres services administratifs, ceux-ci ont opéré un beau retournement en annonçant un nouveau pape pour Pâques. Joli symbole que l’élection du nouveau chef de l’Église pour le jour de la résurrection, principale fête catholique aujourd’hui.

Une décision précipitée ?

Cependant, et sans pouvoir avancer plus que des hypothèses, cette élection précipitée semble assez favorable à la poursuite de l’œuvre pontificale sans grands changements, c’est-à-dire sans évolution politique majeure, le pouvoir romain reposant sur un triptyque bien installé : des hommes majoritairement européens, vieux et plutôt conservateurs.

[Digression personnelle : rien n’est plus embêtant que d’entendre les demandes de « réforme », « d »aggiornamento » etc. de la part de personnes (croyants, athées, progressistes de tout bords, ad libitum) qui ne comprennent pas que le « job » du pape c’est de « maintenir la baraque », de faire tenir en un seul tableau cohérent 2000 ans de théologie et de pratiques croyantes, et dans un tel contexte les grandes réformes sont donc hautement dangereuses !!]

Un pouvoir vieillissant et déclinant suscite toujours petits arrangements et coalitions diverses en vue de préparer l’avenir et la redistribution des postes. Malgré une propension (professionnelle) à la charité chrétienne et au respect du prochain, la Curie romaine est une institution politique vivante, importante même, qui dispose de zones d’influences, de jeux de pouvoir, d’enjeux disputés et de personnages clefs. Suite à la démission surprise du chef, l’heure est à la mobilisation, et dans cette fin de règne précipitée, seuls les fidèles d’entre les fidèles, les habitués et les cardinaux les plus influents sauront mobiliser les ressources politiques visant leurs intérêts. Peu de changements à attendre donc, la vieille garde assurera la continuité.

La vieille Europe contre le reste du monde

Car l’enjeu principal de cette renonciation, n’est pas le geste même s’il comporte une part de panache et force le respect, c’est bien la suite, et l’élection d’un nouveau pape, par les 118 cardinaux en âge de voter (s’ils viennent tous). Et je voudrais me pencher sur la répartition, par régions, des cardinaux dans l’assemblée que l’on appelle le Collège cardinalice. Bien entendu, les cardinaux ne votent pas toujours selon (ou en fonction de) leurs nationalités. Mais l’examen de la répartition de celles-ci reste éloquent.

By Ibagli (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

By Ibagli (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

Avant de s’intéresser à cette liste, attardons-nous un instant sur les voyages de Benoît XVI : sur ses 25 voyages, au moins 15 ont été fait à l’intérieur de l’Europe (et encore, je n’ai pas compté Chypre et la Turquie…). Aucun voyage en Asie, pourtant une des régions les plus importantes aujourd’hui en nombre de catholiques, seul le Brésil a eu droit aux égards du pape en Amérique latine (et Mexique et Cuba en Amérique centrale). Bref, c’est un pape qui a assumé un pontificat politique, et qui a survalorisé l’Europe dans ses voyages.

Il a également nommé la majorité des cardinaux qui vont voter lors du conclave. Ces nominations sont également très européennes. Durant les cinq consistoires qu’il a convoqué il a créé 52 cardinaux européens (dont 25 italiens) sur 90 cardinaux au total (voir la liste des cardinaux créés par Benoît XVI). Lors du consistoire du 6 février 2012, 22 nouveaux cardinaux ont été nommés, dont 16 européens, et surtout 6 Italiens ! Cependant, lors du dernier consistoire (novembre 2012), 6 cardinaux ont été créés et aucun n’est européen.

Enfin, si l’on regarde la composition par pays du nombre de cardinaux qui vont voter (n=118), on s’aperçoit qu’il y a une petite moitié d’européens (n=62, dont 28 italiens), que les cardinaux Sud-Américains représentent environ 1/6e des votants (n=20) et que l’Asie et l’Afrique ont le même nombre de représentants (n=11). Si l’on compare ces chiffres avec ceux de la répartition des catholiques dans le monde, on s’aperçoit que l’Italie représente autant de votants que l’Amérique du Sud (soit environ 28% des catholiques dans le monde), et que l’Europe, qui concentre la moitié des votants ne représente plus que 26% des catholiques dans le monde.

L’élection sera donc, comme lors du précédent conclave, une opposition larvée entre une vieille Europe et le reste du monde, qui représente plus des 3/4 des catholiques du monde. Malgré tous les chantiers entrepris par Benoît XVI, celui de la rénovation du collège des cardinaux est resté au point mort. Le jeu politique des nominations, qui obéît à des règles très strictes d’équilibres de représentation, de pouvoir et de reconnaissance, n’a pas changé d’un iota en huit ans de pontificat. Ce qui laisse présager un conclave fermé, aux mains des principaux collaborateurs de l’ancien pape.

En guise de bonus, quelques liens au sein de cette l’actualité :

Temps de rédaction du billet : 3h

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website - Twitter

Le port perdu d’Ostie

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rom…

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rome vers le milieu du VIIe siècle av. J.-C. Cette fondation devait répondre à trois objectifs : il fallait donner à Rome un débouché à la mer, assurer son ravitaillement en blé et en sel et enfin, empêcher une flotte ennemie de remonter le Tibre.

Á Ostie, les fouilles archéologiques successives ont montré que le noyau urbain initial (castrum) date au plus tôt au tournant du IVe siècle et du IIIe siècle av. J.-C. Les principaux axes de circulation urbaine ont été dégagés ainsi que les grands édifices (thermes, théâtre, capitole, marché, forum, entrepôts…) mais l’emplacement exact du port fluvial d’embouchure d’Ostie restait inconnu. Pour certains, ce dernier était considéré comme un “port perdu”.

En effet, depuis la Renaissance, de nombreuses tentatives de localisation du port d’Ostie ont été entreprises, sans succès. Il faut attendre les XIXe et XXe siècles pour que des archéologues italiens identifient un secteur au nord-ouest de la ville, proche du Palais Impérial, comme le site potentiel. En 2002, des archéologues allemands confirment la probable localisation du bassin, dans ce secteur nord, au moyen de prospections magnétiques. Toutefois, pour certains, l’absence de structures archéologiques dans cette parcelle attestait la présence d’un bassin, tandis que pour d’autres elle impliquait davantage la présence d’une place ou d’un espace dédié au débarquement des marchandises et à leur manœuvre.

Il n’y avait donc toujours pas consensus sur la localisation exacte du port et le débat restait vif.

Vue aérienne oblique (vers l’est) des vestiges de la ville antique d’Ostie. A gauche (au nord) le Tibre. Au premier plan le site portuaire antique.
(cliché : Pr. Simon Keay)

Une équipe pluridisciplinaire franco-italienne (associant géoarchéologue (J.-P. Goiran, F. Salomon, E. Pleuger) biologiste (I. Mazini), sédimentologue (C. Vittori), archéologue (A. Pellegrino) et historien (P. Arnaud)) a donc tenté de vérifier définitivement l’hypothèse d’un port dans ce secteur nord-ouest grâce à l’utilisation d’un carottier géologique.

Ces carottages ont permis d’obtenir une stratigraphie remontant jusqu’au début du 1er millénaire avant J.-C.

Trois étapes se distinguent :

1) L’unité basale (la plus profonde), antérieure à la fondation d’Ostie, indique que la mer était présente dans ce secteur au début du 1er millénaire av. J.-C.

2) La strate médiane, riche en sédiments argilo-limoneux de couleur grise, est caractéristique d’un faciès portuaire. Les calculs donnent une profondeur de 6 m au bassin au début de son fonctionnement, daté entre le IVe et le IIe siècle av. J.-C. Cette profondeur a été calculée par rapport au niveau marin antique de l’époque romaine positionné à environ 1m sous le niveau marin actuel. Considéré jusqu’alors comme un port essentiellement fluvial, ne pouvant accueillir que des bateaux à faible tirant d’eau, le port d’Ostie bénéficiait en réalité d’un bassin profond susceptible d’accueillir de grands navires maritimes. Cette information confère à cet aménagement une importance bien plus grande que celle qu’on lui accordait jusque là.

3) Enfin, la strate la plus récente, constituée d’accumulations massives d’alluvions, témoigne de l’abandon du bassin à l’époque romaine impériale. Grâce aux datations au radiocarbone, il est possible d’en déduire qu’une succession d’épisodes de crues majeures du Tibre est venue colmater définitivement le bassin portuaire d’Ostie entre le IIe siècle av. J.-C. et le premier quart du Ier siècle ap. J.-C. (et ce, malgré d’éventuelles phases de curage). Á cette période, la profondeur du bassin est inférieure à 1 m et rend toute navigation impossible. Ces résultats sont en accord avec le discours du géographe Strabon (58 av. J.-C. – 21/25 ap. J.-C.) qui indique un comblement du port d’Ostie par des sédiments du Tibre à son époque. Il a alors été abandonné au profit d’un nouveau complexe portuaire construit à 3km au nord de l’embouchure du fleuve, du nom de Portus.

Opération de carottage mécanique-rotatif, afin d’extraire les archives sédimentaires du sous-sol d’Ostie. Ces carottages seront ensuite analysés en laboratoire (OMEAA à Lyon et à la Sapienza à Rome)

Cette découverte du bassin portuaire d’embouchure d’Ostie, au nord de la ville et à l’ouest du Palais Impérial, va permettre de mieux comprendre les liens entre Ostie, son port et la création ex nihilo de Portus, commencé en 42 ap. J.-C et achevé sous Néron en 64 ap. J.-C. Ce gigantesque port de 200 ha deviendra alors le port de Rome et le plus grand jamais construit par les romains en Méditerranée.

En somme, ces travaux ont permis de faire progresser nos connaissances sur Ostie dans trois domaines : géographique, bathymétrique et chronologique.

1. La localisation du bassin portuaire d’Ostie est maintenant connue : au nord-ouest de la ville, proche du palais impérial.

2. La profondeur du bassin lors de son creusement est de l’ordre de 6m sous le niveau marin antique. Cette profondeur permettait à certains navires maritimes de fort tonnage et tirant d’eau d’y accéder (et pas seulement les navires fluviaux).

3. Les premiers sédiments qui se déposent au fond du bassin sont datés entre le IVe et IIe siècle av. J.-C. et les sédiments sommitaux, d’origine fluviale, sont datés entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C.

Institutions ayant contribué à la réalisation de cette recherche :

École française de Rome, Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma – Sede di Ostia, CNRS, Institut Universitaire de France (Chaire du Professeur P. Arnaud), Université de Lyon 2, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée (UMR 5133-Archéorient), Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (UMR 6573-Centre Camille Julian), Università degli studi Roma 3 (IGAG-CNR), ANR JC

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé d…

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre “Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique”3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce “gouvernement de techniciens” qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

“La politique de ce “gouvernement de techniciens” en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5”.

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce “gouvernement de professeurs”‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : “C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté”.

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux.
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011

Déposer en ligne ses enquêtes de terrain : appel aux chercheurs de sciences humaines et sociales

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressource…

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressources sous forme de vidéo et de postcasts utilisant les plateformes grand public Youtube et Itunes. Sur la chaîne Youtube de l’université, Rassegna Stampa SUP, sont accessibles 450 vidéos issues de journaux télévisés, de films, de prises de vues ou de documentaires sur l’activité scientifique des différentes institutions de la recherche et de l’enseignement supérieur de la ville de Pise. La plateforme Itunes, un peu plus difficile à repérer formellement, propose principalement des cours en ligne dans toutes les disciplines. Pour l’area umanistica, 33 cours sont disponibles aussi bien en histoire médiévale1, qu’en littérature ou en linguistique2.

La dernière mise en ligne intéresse les archives sonores du monde rural puisque, sous le titre de Testimonianze dal Territorio (Témoignages du territoire), elle propose de constituer une archive sur la société paysanne italienne. Pour le moment il s’agit uniquement du dépôt des films du documentariste et photographe Arturo Izzo mais le projet pourrait s’ouvrir à d’autres archives de terrain des chercheurs. En effet, le responsable du projet de l’Ateneo di iTunes, Enrica Salvatori, professeure d’histoire médiévale, introduit ainsi cette collection :

Le laboratoire de culture numérique de l’université de Pise invite les sociologues, les historiens, les linguistes qui ont collecté des témoignages de la vie rurale italienne du siècle dernier à mettre à disposition ces matériaux pour constituer une archive sur la société paysanne et la culture du territoire. L’espace qui vient d’être créé héberge des films documentaires et des entretiens enregistrés avec des témoignages qui racontent, à la première personne, la vie quotidienne, les expériences de chacun, les habitudes du passé. Notre ambition est de construire une archive de témoignages en récupérant aussi les matériaux que les chercheurs pourraient avoir dans leurs tiroirs3.

Les premiers dépôts sont peu documentés, il manque à l’internaute les éléments du contexte de la recherche et les droits d’utilisation et de diffusion sont limités à un copyright mais peu importe, l’initiative est originale, il sera intéressant d’étudier ce qu’en feront les chercheurs… A suivre !

Crédits photographiques : The Leaning Tower, Pise, Italie, prise de vue entre 1890-1900, bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues, permalien http://www.loc.gov/pictures/resource/ppmsc.06581

  1. Vous pouvez par exemple écouter la Professeure Enrica Salvatori, responsable de la plateforme numérique, sur le thème “Musulmani e Cristiani nel Mediterraneo medievale alla luce dell’economia e degli scambi” = Musulmans et chrétiens en Méditerranée médiévale à la lumière de l’économie et des échanges.
  2. avec en particulier un cours de langue Amharic, audioclips illustrés d’images créés par Nadia M. Yimer and José C. Rodriguez
  3. “Il Laboratorio di cultura digitale dell’Università di Pisa invita sociologi, storici, linguisti che hanno raccolto testimonianze della vita rurale italiana del secolo scorso a mettere a disposizione il proprio materiale per costituire un archivio sulla società contadina e sulla cultura del territorio. Lo spazio appena creato ospita infatti documentari e interviste d’archivio in cui testimoni raccontano in prima persona la vita quotidiana, le esperienze e le abitudini del passato e la nostra ambizione sarebbe costruire un archivio di testimonianze recuperando anche materiali che i docenti potrebbero avere nei loro cassetti”.