Vers un renouveau des études soudanaises en France?

Programme de la journée
Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 20…

Programme de la journée

Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 2011, ont toujours été un objet de recherche marginal, si ce n’est insolite, dans le paysage académique français et plus largement francophone. Ceci est sans doute dû, dans une large mesure, à la situation de “marginalité multiple” (Ali Mazrui 1971) caractéristique du Soudan à l’ère contemporaine: il s’agit d’un espace frontière entre le Moyen-Orient et l’Afrique et, à l’intérieur du continent africain, d’une région charnière entre l’Afrique arabophone et l’Afrique anglophone, l’Afrique musulmane et l’Afrique chrétienne, l’Afrique de l’ouest et l’Afrique de l’est. A ce que mit en avant Mazrui il y a plus de quarante ans, il faut ajouter, en ce qui concerne l’expérience impériale/coloniale du Soudan, les impérialismes successifs que connut le pays (ottomano-égyptien de 1820 à 1885 et anglo-égyptien de 1899 à 1956), l’anomalie légale que constituait le Condominium anglo-égyptien et le rattachement du Soudan au Foreign Office britannique plutôt qu’au Colonial Office durant la première moitié du XXe siècle. En outre, le Soudan ne fut jamais la cible d’un mouvement de colonisation important en provenance de la métropole, à la différence du Kenya par exemple. C’est pourquoi le Soudan a suscité un intérêt limité dans l’ex-métropole britannique, tant dans la production littéraire et cinématographique “populaire” que dans l’univers académique. Enfin, l’obstacle linguistique a contribué à reléguer le Soudan à la périphérie des recherches universitaires francophones.

 A la lumière de ce contexte historiographique, l’on ne peut que saluer l’initiative d’Elena Vezzadini et de Pierre Liguori, deux historiens appartenant à la nouvelle génération de Soudanistes, d’organiser une journée d’études entièrement consacrée au(x) Soudan(s) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Rassemblant une dizaine d’intervenants d’horizons disciplinaires différents, cette journée se tint le 12 novembre 2012 dans les locaux du Centre d’Études africaines (CEAf) et de l’Institut d’Études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM). A mon sens, l’intérêt de l’événement réside à la fois dans sa pluridisciplinarité (histoire, anthropologie, sciences politiques et linguistique étaient au menu du jour) et dans son caractère plurigénérationnel. Les participants appartenaient en effet à deux voire trois “générations” de chercheurs spécialisés sur le Soudan. Nous eûmes le plaisir de voir, au sein du public, des membres de la génération précédente, tels que Marie-José Tubiana et Nicole Grandin, deux pionnières des études soudanaises en France à l’ère postcoloniale.

La journée fut ouverte par Heather J. Sharkey (University of Pennsylvania, chercheuse invitée à l’IISMM), l’une des figures centrales des recherches historiques actuelles sur le Soudan. A travers un retour sur les grandes étapes de l’histoire contemporaine du Soudan (1820-présent), sa communication visait à repenser l’histoire soudanaise pour, d’une part, questionner la dichotomie Nord-Sud et, d’autre part, localiser l’idée d’un Soudan et de deux Soudans dans le flux de l’histoire contemporaine de la région. Elle s’acheva sur une interrogation particulièrement intéressante, interrogation par ailleurs soulevée dans un numéro récent de l’International Journal of Middle East Studies (Roundtable 2012): étant donné la quasi-unanimité des Sud-Soudanais en faveur de l’indépendance lors du référendum de janvier 2011 (presque 99% des votes), il est, tentant, pour les historiens du Soudan, de voir la séparation du Nord et du Sud comme la seule trajectoire historique possible. A partir de maintenant, comment les historiens devraient-ils écrire l’histoire soudanaise? Comme l’histoire du Soudan ou des Soudans? Dans quelle mesure faudrait-il ou non projeter les frontières de 2011 sur l’histoire antérieure? Sans se laisser aller à des anachronismes trop grossiers, il me semble que l’événement majeur qu’est l’éclatement du Soudan en deux États modifie et modifiera forcément notre regard sur le passé historique soudanais. Reste à savoir comment en rendre compte -ou pas- dans nos travaux!

Quelles que soient leurs approches et leurs objets, la plupart des intervenants endossèrent la proposition contenue dans l’intitulé de la journée: aller au-delà des dichotomies simplistes -constamment employées dans les média et les rapports d’organisations humanitaires pour décrire le Soudan (Nord/Sud, Arabes/Africains, Musulmans/Chrétiens)- et affiner les catégories d’analyse pour mettre en lumière la complexité de l’histoire soudanaise. Pierre Liguori s’y employa à travers l’analyse de la construction et de la représentation du Soudan turco-égyptien par différentes figures européennes actives au Soudan durant la seconde moitié du XIXe siècle; Anne-Claire Bonneville en montrant la vitalité et la longévité des revendications de souveraineté égyptiennes sur le Soudan jusqu’au tournant du coup d’état des Officiers libres (1952); Elena Vezzadini, en explorant le paradoxe d’une révolution anticoloniale (1924) en tant qu’événement ayant donné lieu à d’innombrables récits mais entouré de secrets et de non-dits (en particulier en ce qui concerne les identités très plurielles des participants à la révolution et la fracture sociale qui succéda à celle-ci, à savoir l’éviction d’officiers d’origine sudiste/servile des élites nord-soudanaises); moi-même, en proposant de façon un peu provocatrice le concept de “dualité multiple” pour caractériser l’expérience coloniale du Soudan contemporain (six dualismes: deux impérialismes successifs, double tutelle “coloniale” anglo-égyptienne, deux nationalismes soudanais, dissensions entre les autorités britanniques de Khartoum et le Foreign Office de Londres, division administrative, éducative et cognitive entre le Nord et le Sud-Soudan jusqu’à 1947, “nationalité” britannique et nord-soudanaise des éducateurs coloniaux du Soudan) et en examinant les répercussions de ce dualisme multiple sur les récits historiques scolaires produits après la Seconde Guerre mondiale et l’abandon de la Southern Policy (1947-1949); David Ambrosetti, en soulignant la diversité des stratégies des élites politiques soudanaises face aux gestionnaires internationaux des conflits armés soudanais; Azza A. A. Aziz, en mettant en évidence la pluralité des choix thérapeutiques d’une jeune femme d’origine sud-soudanaise ayant grandi dans le Nord-Soudan (une internally displaced person); Barbara Casciarri, qui, en se focalisant sur les groupes pastoraux du Soudan, déconstruisit la dichotomie sédentaires/pasteurs nomades tout en exposant les processus d’”altérisation” et d’”invisibilisation” auxquels ont été sujets, à l’époque coloniale comme à la période postcoloniale, les groupes pastoraux; Catherine Miller (IREMAM), enfin, qui proposa une réflexion critique sur les catégorisations ethno-linguistiques des sociétés soudanaises en usage parmi les acteurs historiques et les chercheurs (en particulier les linguistes), notant le caractère singulièrement résilient de catégories pourtant taxées par certains (Abdelhay, Makoni) d’”inventions coloniales”.

En dépit de la nature quelque peu disparate des communications, une grande marge de liberté ayant été octroyée aux intervenants, cette journée d’études fut un moment important à trois égards au moins: elle permit de mettre en réseau des Soudanistes trop peu liés les uns aux autres, de donner un espace de discussion à des recherches récentes et, finalement, de contribuer à la visibilité -et espérons-le à un renouveau- des études soudanaises en France. En souhaitant que cet événement soit suivi par d’autres initiatives du même type, que ce soit au niveau français, européen ou international!

Voir les abstracts des communications présentées

.

MAZRUI Ali, “The Multiple Marginality of the Sudan”, in HASAN Yusuf F. (éd.), Sudan in Africa. Khartoum, Khartoum University Press, 1971, p. 240-255.

“Roundtable: Sudan Scholarship after the Breakup”, International Journal of Middle East Studies, Vol. 44(2), May 2012, p. 321-331.

 
 

Pour citer ce billet : Seri-Hersch Iris, « Vers un renouveau des études soudanaises en France? », Carnets de l’IREMAM, 14 novembre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/918 (date de consultation)

 

Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d'études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l'IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine du Soudan et de l'espace israélo-palestinien. Elle s'intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d'appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

Linguistique et numérique 1. Une discipline en/hors ligne ?

En France, et en français, on est un peu seul quand on fait de la linguistique en ligne. Je précise …

En France, et en français, on est un peu seul quand on fait de la linguistique en ligne. Je précise ce que je veux dire. “Faire de la linguistique en ligne”, ou pratiquer une autre discipline en ligne d’ailleurs, c’est pour moi intégrer une ou plusieurs des pratiques suivantes, dans mes domaines de travail, qui sont les linguistiques TDI (“texte, discours, interaction” ; l’expression est de moi, je la plante un peu partout depuis quelques années en espérant qu’elle pousse), c’est-à-dire les approches des énoncés empiriques vs fabriqués :

– pouvoir lire des travaux de linguistique en ligne et proposer la lecture de ses propres travaux ou au moins des modalités d’accès, de manière à constituer une culture et un dialogue disciplinaires en s’entrelisant ;

– alimenter des blogs, de recherche ou d’enseignement, personnels ou collectifs ou posséder des sites ou des pages personnelles, plus statiques et non conversationnels mais qui permettent au moins de savoir qui sont les gens et sur quoi ils travaillent ;

partager de manière rapide et interdisciplinaire des informations concernant la vie scientifique (colloques, séminaires, parutions, vie des équipes de recherche), institutionnelle (recrutements, associations professionnelles, appels d’offre), politique (décisions gouvernementales, décrets, mesures) ;

produire des travaux de recherche directement en ligne qui soient accessibles, partageables, discutables, augmentables et reconnus par les instances explicites et implicites d’évaluation professionnelles ;

disposer de données en ligne, sous forme de corpus principalement, je pense particulièrement aux étudiants de master qui réalisent leurs premiers travaux, qui n’ont pas forcément le temps d’élaborer eux-mêmes un corpus, ce qu’ils feront plutôt dans leur thèse ;

On peut aussi appeler ces pratiques en ligne des “pratiques numériques”, en tenant compte de la polysémie du terme numérique, qui englobe aussi l’appel à des méthodes quantitatives et/automatiques qui ne sont pas obligatoires pour la recherche en ligne (je reviendrai sur l’usage de ce mot, mais pour le moment une esquisse de typologie figure en slide 18 dans ce billet). J’emploie aussi le verbe numériquer pour désigner le processus qui consiste à donner à la recherche des formes numériques. Pour ces cinq types d’activités, ma discipline, les sciences du langage, section 7 intitulée “Linguistique générale et phonétique” (mais il y a aussi des linguistes en 9e, “Langue et littérature françaises” en 71e, “Sciences de l’information et de la communication” et ailleurs), me semble en retard par rapport à d’autres disciplines SHS en France et surtout par rapport à la manière dont les anglophones pratiquent la linguistique en ligne. Mon “me semble” reste prudent car la vision que j’ai des disciplines que je connais un peu, parce qu’elles sont contributives à la mienne dans ma recherche (philosophie, sociologie, sciences cognitives) ou parce que j’y compte des amis et correspondants (Info-com, histoire, géographie), est forcément partielle et orientée, et même sans doute déformée. Je constate empiriquement que, dans mes lieux numériques, il n’y a que très peu de linguistes, et que je discute et j’échange essentiellement hors de ma discipline. J’ai raison d’être prudente car on va voir qu’une observation plus fine montre que les linguistes sont plutôt plus présents en ligne que d’autres disciplines SHS, sous certains aspects. Seulement, les modalités et les domaines de recherche diffèrent des miens, d’où mon sentiment, subjectivement exact mais plus “objectivement” inexact, d’isolement numérique.

J’examine aujourd’hui la présence en ligne des travaux des chercheurs et des revues de linguistique francophones, à partir de mes observations de ces dernières années, et de petits sondages pseudo-quantitatifs (totalement dépourvus de méthodologie). Je continuerai mon exploration dans le prochain billet en parlant du blogging scientifique en linguistique, francophone et anglophone.

Travaux de chercheurs en ligne

Prenons la plateforme française HAL au 15.07.2012 : on y trouve 4576 documents catégorisés sous la section “linguistique” du domaine “Sciences humaines et de la Société”. Je précise que par “documents” on entend sur HAL fichiers ou simples références bibliographiques. En fait, comme le domaine “Sciences cognitives” comporte une section “Linguistique” comptant 817 documents, cela fait en tout 5393 pour la linguistique. En regardant le nombre de documents en sociologie (3256), en philosophie (1229) ou en anthropologie sociale et ethnologie (2062), je me rends compte que ma vision du “retard” de la linguistique est inexacte. Mais d’où vient que quand je cherche des travaux en analyse du discours, linguistique textuelle ou sociolinguistique (ou analyse conversationnelle, pragmatique, anthropologie linguistique, etc.), je ne trouve que très peu de choses ? Eh bien du fait que ces domaines ne sont que très peu numériqués et que le gros des dépôts vient des approches linguistiques formelles, quantitatives et expérimentales proches des modèles des sciences exactes, qui, elles, déposent massivement : 43.743 documents pour l’informatique, 21.036 pour les mathématiques, 80.444 pour la physique. Je donne la liste pour les SHS : 674 en droit, 6622 pour “économie et finances”, 100 pour les “études classiques” (les lettres classiques ?), 3481 pour l’histoire, 1031 pour les “littératures”, 2336 pour l’info-com. Je ne devrais pas donner ces chiffres à la file sans croiser d’autres paramètres : la démographie des disciplines, les pratiques de publication par disciplines (un correspondant sur Twitter me fait justement remarquer que pour les scientifiques, HAL est un lieu de dépôt de rapports, un lieu de génération de pages web, etc.), les politiques de labo (merci à Yannick Prié de la précision) et les directives des financeurs de projet (un sociologue me rappelle que l’ANR demande des dépôts systématiques par exemple, merci pour le rappel et le lien).

Dans mes domaines, certaines pratiques m’étonnent un peu : certains chercheurs diffusent directement sur leurs sites personnels des papiers publiés, parfois sous la forme du pdf éditeur, alors qu’ils n’ont pas de compte sur HAL. La pratique de promotion individuelle, forte en SHS,  se reduplique donc en ligne. Mais on trouve aussi sur HAL des références exhaustives de travaux de chercheurs dans certains labos sans un seul fichier disponible : le chercheur et/ou le labo utilisent alors HAL comme un fichier bibliographique, et vitrine pour l’Aeres j’imagine, et la fonction “partage” est donc désactivée… Des chercheurs majeurs dans mon champ, dont je ne peux ni ne dois absolument pas me passer, sont totalement absents : pas un fichier à l’horizon, pas un résumé. Des ouvrages et articles classiques, épuisés et parfois introuvables, n’ont jamais été numérisés et mis à disposition par personne. Récemment Marc Arabyan, l’éditeur des éditions de linguistique Lambert-Lucas, me disait qu’il allait rééditer l’article majeur et fondateur de Jacqueline Authier, “Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive », publié dans DRLAV 26 en 1982, introuvable et même difficilement accessible en bibliothèque… dans un recueil papier. Je suis d’autant plus déçue que cette idée lui est venue en lisant un de mes billets où je notais cette indisponibilité, et j’aurais aimé une mise en ligne, surtout pour les étudiants, en particulier étrangers et en particulier du “sud”. La revue, qui était d’ailleurs plus proche de la littérature grise que de la revue proprement dite, a disparu depuis longtemps et j’imagine que la question des droits ne serait pas un obstacle ; mais le papier, c’est mieux que rien !

Revues disponibles en ligne

Du côté des revues, justement : elles commencent à être bien numérisées (mais peu numériquées, j’y reviens) : les articles sont accessibles selon les différents embargos choisis. Cairn propose 10 revues, Persée 12 dont 3 communes (fonds antérieurs à certaines dates). Revues.org en annonce 37 mais la catégorie “Linguistique” fonctionne plus comme un mot-clé qu’une catégorie véritable : la revue Afriques par exemple, que l’on trouve sous “Linguistique”, n’est pas une revue de linguistique mais plutôt d’histoire ; de même pour L’annuaire de l’École pratique des hautes études ou le Bulletin des séances de l’Académie royale des sciences d’outre-mer, que je suis un peu étonnée de trouver sous la catégorie “Linguistique”. Le même effet de démultiplication et de légère confusion, il faut bien le dire, se retrouve pour les carnets (j’y reviens dans le prochain billet), et cela biaise un peu la perception de la répartition des disciplines. De fait Revues.org accueille 17 revues en linguistique, dans les différents courants des sciences du langage, dont trois interdisciplinaires.

On dispose donc d’environ 35 revues francophones de linguistique, dont les fonds sont inégalement numérisés et dont la forme est très peu numériquée : les textes sont en général le résultat d’une mise en ligne simple avec peu de traits hypertextuels (hormis le renvoi aux notes et à la bibliographie). L’écriture numérique est donc absente : récemment, j’ai proposé à une revue qui me semble spécialement compter dans le champ, pour plusieurs raisons mais en particulier parce qu’elle une barrière mobile de 6 mois et qu’elle est donc rapidement accessible sur un bon portail, de fournir pour la mise en ligne une version hypertextuelle des articles d’un numéro dont je m’occupe, à commencer par le mien. J’ai reçu une réponse un peu crispée : “Nous ferons de notre mieux, mais comprenez que nous ne sommes pas en mesure d’imposer des “transformations” même minimes au site de X…”. Ce serait bien sûr trop facile de faire de l’ironie, mais le site en question, que je connais bien, n’a évidemment rien contre l’écriture numérique, bien au contraire, et cette résistance n’est pas de son fait. Le saut (la fracture ?) numérique qui reste à franchir aux chercheurs et à leurs revues leur incombe bien : sur le plan technique et éditorial, tout est prêt et disponible, il n’y aucun obstacle. Sur le plan institutionnel, c’est autre chose, et il est trop tentant de diriger le lecteur vers le classement Aeres des revues de linguistique en 2008, qui a été contesté depuis, en lui en laissant le libre usage interprétatif.

Qu’en est-il des revues entièrement électroniques ? Sur les 35 que je viens de mentionner dans le cadre des trois portails, seules Corpus, Discours, Alsic et Argumentation et analyse du discours sont sur support exclusivement électroniques (sauf erreur de ma part). Cela ne les numérique pas pour autant et leur contenu reste assez classiquement analogue à du texte imprimé, hormis les métadonnées : c’est du numérique-numérisé, du “numérique 2″, selon la petite typologie mentionnée plus haut. Hors portails, on trouve aussi Corela, une des plus anciennes (2003), ou Textes et Contextes, plus interdisciplinaire. J’ajoute volontiers les Nouveaux Actes sémiotiques (NAS) entièrement en ligne depuis 2007. Et je mentionne des revues francophones non françaises : Signes, discours et sociétés, ou Les Cahiers de l’AFLS. Les textes qu’elles hébergent sont là aussi très peu numériques au sens fort du terme (mon “Numérique 3″) et on reste sur le modèle de l’écriture linéaire. On constatera également que l’ergonomie et l’esthétique des sites ne sont pas toujours optimales.

Les revues en ligne francophones semblent donc s’arrêter au seuil de l’écriture numérique, et se contenter de leur circulation accrue et de leur navigabilité, ce qui est déjà une modification et un avantage importants par rapport au format papier : on sait que le même texte n’est pas lu de la même manière sur papier et sur support électronique, et je pense que la lecture électronique est plutôt enrichie. Je me demande cependant pendant combien de temps encore elles resteront de simples mises en ligne, plus ou moins améliorées, de textes que les chercheurs continueront à écrire sous word, en écriture linéaire, loin des puissantes possibilités réticulaires de l’écriture numérique. Jusqu’à quand il faudra patienter pour passer au “numérique 3″, c’est-à-dire à l’écriture native en ligne.

Crédit photographique : “Déroulable”, M.-A. Paveau, juillet 2012, Paris

Prochain billet. Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophones

Pour citer ce billet : 

Paveau M.-A., 15 juillet 2012, Linguistique et numérique 1. Une discipline hors ligne ? La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10050, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

En pays kanak

L’existence de la civilisation kanak a été révélée au monde occidental le 5 septembre 1774, lo…

L’existence de la civilisation kanak a été révélée au monde occidental le 5 septembre 1774, lorsque les habitants de ce qui sera bientôt appelé Nouvelle-Calédonie accueillirent le capitaine Cook et son équipage. Moins d’un siècle plus tard, en 1853, la France s’emparait de l’archipel calédonien et les Mélanésiens devenaient des “indigènes”. Territoire d’outre-mer depuis 1946, la Nouvelle-Calédonie a connu entre 1984 et 1988 des évènements marquants dont la prise d’otage de 30 gendarmes par un groupe d’indépendantistes kanak en 1988.
Un processus d’autonomisation est engagé depuis, avec la signature des accords de Matignon en 1988 et des accords de Nouméa en 1998.
Forts de l’histoire plus que millénaire de leur changements sociaux, meurtris mais enrichis par l’expérience de la colonisation, les Kanak n’ont cessé d’inventer des solutions aux problèmes soulevés par les mutations, imposées ou choisies.

Pour en savoir plus :

Les Popinées, Yvette Bouquet

Un livre :
En pays kanak. Ethnologie, linguistique, histoire, archéologie de la Nouvelle-Calédonie. Sous la direction de Alban Bensa & Isabelle Leblic

Sites et blog :
Centre de recherche sur l’Océanie, Centre Culturel Tjibaou, Groupe de recherche sur les enjeux sociaux en Nouvelle-CalédonieSolidarité Kanaky.

A voir :
“L’Ordre et la Morale”, film de Matthieu Kassovitz, 2011.