Retour au pays des migrants de la Vallée du fleuve Sénégal

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la…

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la retraite qui retournent au pays d’origine.

Réunion syndicale de bi-nationaux à Moudéri (Sénégal)

Dans une maison de Moudéri (Sénégal), des bi-nationaux (Franco-Sénégalais) se réunissent et accueillent le consul de France. Nous sommes dans un contexte électoral en France (présidentielles 2012) qui leur permet d’attirer l’attention du consul sur leurs conditions de vie et de circulation entre les deux pays, mais aussi sur la lourdeur des démarches administratives de retraités, et sur la situation scolaire de leurs enfants.

Le lieu a été choisi symboliquement dans un espace traditionnellement affecté aux réunions du village (maangu nka = la maison des anciens collaborateurs du roi ou du chef du village, en soninké). Pour marquer l’évènement, les drapeaux du Sénégal et de la France sont exposés devant la salle d’accueil.

Maisons de migrants à Tuabou et Gandé (Sénégal)

Dans le village de Tuabou, un retraité de retour au pays a construit une petite maison d’allure monumentale. L’architecture très originale est exceptionnelle dans ce quartier appelé Jonga : elle traduit sans doute la noble extraction de son constructeur.

Un autre bâtiment en construction est réalisé par un chef de famille de retour au pays au moment de la retraite. Il est destiné à recevoir la famille étendue, pendant les vacances scolaires des petits enfants, mais aussi ceux qui sont restés au village.

On retrouve ce type de construction massive dans le village de Gandé. Une imposante bâtisse (ci-dessous) a été construite par deux frères migrants de retour au pays au moment de la retraite.

Elle est destinée à recevoir la famille élargie de ces deux hommes, avec la volonté de réunir ceux qui sont encore en migration et ceux qui sont restés au pays. L’investissement est important, il est un symbole de la réussite sociale de leur migration.

Dernier exemple, ce magasin a été construit par un migrant, de retour au pays après sa retraite. Constitué d’une boutique d’alimentation (à droite) et d’un restaurant (à gauche), le commerce est complété par une location de chambre.

Sur le fronton, le travailleur migrant à peint le drapeau de la France, pays dans lequel il a exercé son activité professionnelle pendant une quarantaine d’année.

Mosquée à Moudéri

La religion reste très présente dans toute la vie du migrant, depuis le départ jusqu’à son retour au village d’origine. Cette mosquée de taille modeste a été érigée par un seul migrant de Moudéri, à la retraite.

© Saliou Dit Baba Diallo, Migrinter, 2012.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

saliou.dit.baba.diallo@univ-poitiers.fr

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

Sous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche “e-diasporas at…

Sous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche “e-diasporas atlas” financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet