Le syndrome du premier mai de retour à Taksim

Istanbul a renoué aujourd’hui avec une époque que l’on croyait révolue : celle de la paranoïa sécuri…

Taksim 1 Mayis 2013Istanbul a renoué aujourd’hui avec une époque que l’on croyait révolue : celle de la paranoïa sécuritaire qui a marqué les tentatives de célébration du premier mai, sur la place Taksim, entre 1977 et 2010.

Depuis plusieurs jours, une polémique enflait dans la presse turque, suite à l’interdiction par le gouverneur d’Istanbul, avec l’aval du gouvernement, de la traditionnelle manifestation de la fête du travail à Taksim, en raison de travaux visant actuellement à rendre piétonnière cette place centrale, qui se trouve sur la rive gauche de la Corne d’Or, dans la partie européenne de l’ancienne capitale ottomane. De nombreuses voix s’étaient élevées pour dénoncer, au mieux la maladresse de cette interdiction, au pire son caractère insidieux, le gouvernement étant suspecté de vouloir éviter la tenue d’un événement qu’il aurait perçu, à tort ou à raison, comme politiquement hostile. En dépit de l’intervention de plusieurs partis politiques et des principaux syndicats, l’interdiction a pourtant été maintenue. Dès le début de la matinée, les autorités d’Istanbul ont bloqué les transports en direction de Taksim, tandis que la police commençait à disperser des manifestants qui tentaient de se rassembler. Alors que Taksim et les quartiers environnants se retrouvaient sous un nuage de gaz lacrymogène, des affrontements ont opposé la police à des militants d’extrême-gauche, dans les quartiers de Şişli et de Mecidiyeköy, faisant une trentaine de blessés et des dégâts matériels.

Il y a 3 ans pourtant la tenue à Taksim, pour la première fois depuis 33 ans, d’une gigantesque manifestation de premier mai, dans une ambiance bon enfant, paraissait avoir exorcisé, pour de bon, de vieux démons qui taraudaient la Turquie depuis 1977 (cf. notre édition du 2 mai 2010). En 1977, en effet, la traditionnelle manifestation sur la place Taksim s’était transformée en cauchemar. Des coups de feu (sans doute une provocation) avaient été suivis d’un mouvement de panique, qui s’était soldé par la mort de plus d’une trentaine de personnes… A l’issue de cette tragédie, les manifestations du premier mai à Taksim allaient être systématiquement interdites, pendant plus de trois décennies, cette interdiction spécifique se doublant, après le coup d’Etat du 12 septembre 1980, d’une prohibition totale de la célébration du 1er mai qui finalement ne sera rétablie en Turquie qu’en 2009, avant que de nouveau une manifestation ne soit autorisée à Taksim, en 2010.

Au cours des années d’interdiction de manifester sur la place mythique, chaque premier mai, le quartier de Taksim se retrouvait, pendant quelques heures, en état de siège (mobilisation impressionnante de forces de l’ordre, patrouilles d’hélicoptères, blocage des principaux moyens de transport…), tandis que les groupes de manifestants qui tentaient de se rassembler étaient dispersés sans ménagement par des forces de l’ordre dix fois plus nombreuses (cf. notre édition du 1er mai 2007). Toutefois, ce scénario sécuritaire paranoïaque de Taksim était devenu totalement anachronique pour ne pas dire grotesque dans les années 2000, au moment où la Turquie s’efforçaient par des réformes, liées à la reconnaissance de sa candidature à l’UE, d’approfondir son état de droit et sa démocratie. Le retour du premier mai à Taksim en 2010 et le déroulement normal des manifestations de 2011 et 2012, étaient donc apparus comme la conséquence logique des évolutions politiques des dernières années. Les incidents qui ont marqué à nouveau ce premier mai 2013 à Taksim, alors même que paradoxalement des manifestations se déroulaient dans le calme sur la rive opposée du Bosphore, dans le quartier de Kadıköy, donneront à beaucoup l’impression d’un retour à la case départ. Dommage !

JM