Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone”

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l…

 

saoudievendetta

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l’on veut penser les mutations dont témoigne l’histoire actuelle du « monde arabe ». Mais toutes les idées reçues n’ont pas disparu pour autant. Beaucoup pensent ainsi que l’internet arabe est plus ou moins apparu avec les soulèvements populaires de l’année 2011. C’est une erreur bien entendu1. Ou bien encore, qu’il s’agit exclusivement d’un « phénomène forcément positif », au sens où il permettrait aux catégories les plus « avancées », les plus « ouvertes » des populations concernées, selon un scénario de rêve qui aurait pour titre « Le printemps arabe », d’accéder aux commandes politiques en éradiquant au passage les manifestations, plus ou moins majoritaires pourtant, d’un revival musulman susceptible d’inquiétantes radicalisations. Continuer la lecture de « Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone” »

Concevoir un accès aux instruments de recherche archivistiques: le cas de la FMSH

Dans l’histoire d’un service d’archives, la mise en ligne des instruments de recherche qu’il produit…

Dans l’histoire d’un service d’archives, la mise en ligne des instruments de recherche qu’il produit constitue une étape majeure voire symbolique, l’archiviste livrant aux internautes le fruit de son travail de collecte, de classement et de description des fonds dont il assure la gestion. En effet, le rôle de l’archiviste est avant tout de porter l’existence de sources primaires à la connaissance des publics. Pour le pôle archives de la FMSH, l’année 2013 fut notamment marquée par la conception ainsi que la mise en […]

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

More Posts - Twitter

Ce que la mise en ligne fait aux archives : à propos d’un MOOC

La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives est le premier cours en ligne ouvert à …

La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives est le premier cours en ligne ouvert à tous (MOOC) historien diffusé sur la plateforme France Université Numérique (FUN). Il a été mis en place par une équipe de chercheurs de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, en partenariat avec la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine.

Rémy Besson

Postdoctorant au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), Rémy Besson a soutenu un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann (C. Delage dir.). Il a été postdoctorant au Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, lettres et techniques (CRIalt, Montréal, 2012-14) où il a assuré la coordination scientifique du projet international Archiver à l’époque du numérique, puis au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II, 2014-15) où il a poursuivi ses travaux sur l’intermédialité. Il est actuellement chercheur associé au CRIalt. La liste de ses publications est accessible en ligne : http://remybesson.blogspot.ca/

More Posts - Website

Le patrimoine immatériel, quels enjeux pour les musées ?

Article paru dans la Lettre de l’ICOM -Lettre du Comité national français, ICOM-France, n° 29, avril…

Article paru dans la Lettre de l’ICOM -Lettre du Comité national français, ICOM-France, n° 29, avril-octobre 2005. Le thème de patrimoine immatériel rassemble un réseau de problématiques parallèles et complémentaires. L’ensemble des professionnels du patrimoine reconnait la portée de son investissement tant les apports de son exploration sont tentaculaires. Plus qu’un cadre de réflexion, le patrimoine immatériel marque une conjoncture favorable à l’adoption d’une compréhension du concept de patrimoine, non pas nouvelle, mais en quête de pérennité. Par un déplacement du regard, il interpelle notre esprit et bouscule nos présupposés acquis sur les caractéristiques fondamentales de ce phénomène culturel. D’une certaine manière, la redécouverte de sa signification réaffirme l’existence d’une relation fusionnelle entre le musée et le fait patrimonial et permet de cerner globalement les enjeux du patrimoine immatériel pour ses acteurs. Depuis quelques années, les milieux concernés connaissent les prémices d’un mouvement réactionnel contre l’exclusivité accordée aux « biens meubles et immeubles » dans le processus patrimonial. Par cette limitation, les acteurs du patrimoine ont occulté des pans entiers du réel. Les débats actuels souhaitent étendre son application à l’ensemble des manifestations du réel exprimées en matière et perceptible par les cinq sens : goût, ouïe, vue, odorat, toucher. Par conséquent, […]

Linguistique et numérique 1. Une discipline en/hors ligne ?

En France, et en français, on est un peu seul quand on fait de la linguistique en ligne. Je précise …

En France, et en français, on est un peu seul quand on fait de la linguistique en ligne. Je précise ce que je veux dire. “Faire de la linguistique en ligne”, ou pratiquer une autre discipline en ligne d’ailleurs, c’est pour moi intégrer une ou plusieurs des pratiques suivantes, dans mes domaines de travail, qui sont les linguistiques TDI (“texte, discours, interaction” ; l’expression est de moi, je la plante un peu partout depuis quelques années en espérant qu’elle pousse), c’est-à-dire les approches des énoncés empiriques vs fabriqués :

– pouvoir lire des travaux de linguistique en ligne et proposer la lecture de ses propres travaux ou au moins des modalités d’accès, de manière à constituer une culture et un dialogue disciplinaires en s’entrelisant ;

– alimenter des blogs, de recherche ou d’enseignement, personnels ou collectifs ou posséder des sites ou des pages personnelles, plus statiques et non conversationnels mais qui permettent au moins de savoir qui sont les gens et sur quoi ils travaillent ;

partager de manière rapide et interdisciplinaire des informations concernant la vie scientifique (colloques, séminaires, parutions, vie des équipes de recherche), institutionnelle (recrutements, associations professionnelles, appels d’offre), politique (décisions gouvernementales, décrets, mesures) ;

produire des travaux de recherche directement en ligne qui soient accessibles, partageables, discutables, augmentables et reconnus par les instances explicites et implicites d’évaluation professionnelles ;

disposer de données en ligne, sous forme de corpus principalement, je pense particulièrement aux étudiants de master qui réalisent leurs premiers travaux, qui n’ont pas forcément le temps d’élaborer eux-mêmes un corpus, ce qu’ils feront plutôt dans leur thèse ;

On peut aussi appeler ces pratiques en ligne des “pratiques numériques”, en tenant compte de la polysémie du terme numérique, qui englobe aussi l’appel à des méthodes quantitatives et/automatiques qui ne sont pas obligatoires pour la recherche en ligne (je reviendrai sur l’usage de ce mot, mais pour le moment une esquisse de typologie figure en slide 18 dans ce billet). J’emploie aussi le verbe numériquer pour désigner le processus qui consiste à donner à la recherche des formes numériques. Pour ces cinq types d’activités, ma discipline, les sciences du langage, section 7 intitulée “Linguistique générale et phonétique” (mais il y a aussi des linguistes en 9e, “Langue et littérature françaises” en 71e, “Sciences de l’information et de la communication” et ailleurs), me semble en retard par rapport à d’autres disciplines SHS en France et surtout par rapport à la manière dont les anglophones pratiquent la linguistique en ligne. Mon “me semble” reste prudent car la vision que j’ai des disciplines que je connais un peu, parce qu’elles sont contributives à la mienne dans ma recherche (philosophie, sociologie, sciences cognitives) ou parce que j’y compte des amis et correspondants (Info-com, histoire, géographie), est forcément partielle et orientée, et même sans doute déformée. Je constate empiriquement que, dans mes lieux numériques, il n’y a que très peu de linguistes, et que je discute et j’échange essentiellement hors de ma discipline. J’ai raison d’être prudente car on va voir qu’une observation plus fine montre que les linguistes sont plutôt plus présents en ligne que d’autres disciplines SHS, sous certains aspects. Seulement, les modalités et les domaines de recherche diffèrent des miens, d’où mon sentiment, subjectivement exact mais plus “objectivement” inexact, d’isolement numérique.

J’examine aujourd’hui la présence en ligne des travaux des chercheurs et des revues de linguistique francophones, à partir de mes observations de ces dernières années, et de petits sondages pseudo-quantitatifs (totalement dépourvus de méthodologie). Je continuerai mon exploration dans le prochain billet en parlant du blogging scientifique en linguistique, francophone et anglophone.

Travaux de chercheurs en ligne

Prenons la plateforme française HAL au 15.07.2012 : on y trouve 4576 documents catégorisés sous la section “linguistique” du domaine “Sciences humaines et de la Société”. Je précise que par “documents” on entend sur HAL fichiers ou simples références bibliographiques. En fait, comme le domaine “Sciences cognitives” comporte une section “Linguistique” comptant 817 documents, cela fait en tout 5393 pour la linguistique. En regardant le nombre de documents en sociologie (3256), en philosophie (1229) ou en anthropologie sociale et ethnologie (2062), je me rends compte que ma vision du “retard” de la linguistique est inexacte. Mais d’où vient que quand je cherche des travaux en analyse du discours, linguistique textuelle ou sociolinguistique (ou analyse conversationnelle, pragmatique, anthropologie linguistique, etc.), je ne trouve que très peu de choses ? Eh bien du fait que ces domaines ne sont que très peu numériqués et que le gros des dépôts vient des approches linguistiques formelles, quantitatives et expérimentales proches des modèles des sciences exactes, qui, elles, déposent massivement : 43.743 documents pour l’informatique, 21.036 pour les mathématiques, 80.444 pour la physique. Je donne la liste pour les SHS : 674 en droit, 6622 pour “économie et finances”, 100 pour les “études classiques” (les lettres classiques ?), 3481 pour l’histoire, 1031 pour les “littératures”, 2336 pour l’info-com. Je ne devrais pas donner ces chiffres à la file sans croiser d’autres paramètres : la démographie des disciplines, les pratiques de publication par disciplines (un correspondant sur Twitter me fait justement remarquer que pour les scientifiques, HAL est un lieu de dépôt de rapports, un lieu de génération de pages web, etc.), les politiques de labo (merci à Yannick Prié de la précision) et les directives des financeurs de projet (un sociologue me rappelle que l’ANR demande des dépôts systématiques par exemple, merci pour le rappel et le lien).

Dans mes domaines, certaines pratiques m’étonnent un peu : certains chercheurs diffusent directement sur leurs sites personnels des papiers publiés, parfois sous la forme du pdf éditeur, alors qu’ils n’ont pas de compte sur HAL. La pratique de promotion individuelle, forte en SHS,  se reduplique donc en ligne. Mais on trouve aussi sur HAL des références exhaustives de travaux de chercheurs dans certains labos sans un seul fichier disponible : le chercheur et/ou le labo utilisent alors HAL comme un fichier bibliographique, et vitrine pour l’Aeres j’imagine, et la fonction “partage” est donc désactivée… Des chercheurs majeurs dans mon champ, dont je ne peux ni ne dois absolument pas me passer, sont totalement absents : pas un fichier à l’horizon, pas un résumé. Des ouvrages et articles classiques, épuisés et parfois introuvables, n’ont jamais été numérisés et mis à disposition par personne. Récemment Marc Arabyan, l’éditeur des éditions de linguistique Lambert-Lucas, me disait qu’il allait rééditer l’article majeur et fondateur de Jacqueline Authier, “Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive », publié dans DRLAV 26 en 1982, introuvable et même difficilement accessible en bibliothèque… dans un recueil papier. Je suis d’autant plus déçue que cette idée lui est venue en lisant un de mes billets où je notais cette indisponibilité, et j’aurais aimé une mise en ligne, surtout pour les étudiants, en particulier étrangers et en particulier du “sud”. La revue, qui était d’ailleurs plus proche de la littérature grise que de la revue proprement dite, a disparu depuis longtemps et j’imagine que la question des droits ne serait pas un obstacle ; mais le papier, c’est mieux que rien !

Revues disponibles en ligne

Du côté des revues, justement : elles commencent à être bien numérisées (mais peu numériquées, j’y reviens) : les articles sont accessibles selon les différents embargos choisis. Cairn propose 10 revues, Persée 12 dont 3 communes (fonds antérieurs à certaines dates). Revues.org en annonce 37 mais la catégorie “Linguistique” fonctionne plus comme un mot-clé qu’une catégorie véritable : la revue Afriques par exemple, que l’on trouve sous “Linguistique”, n’est pas une revue de linguistique mais plutôt d’histoire ; de même pour L’annuaire de l’École pratique des hautes études ou le Bulletin des séances de l’Académie royale des sciences d’outre-mer, que je suis un peu étonnée de trouver sous la catégorie “Linguistique”. Le même effet de démultiplication et de légère confusion, il faut bien le dire, se retrouve pour les carnets (j’y reviens dans le prochain billet), et cela biaise un peu la perception de la répartition des disciplines. De fait Revues.org accueille 17 revues en linguistique, dans les différents courants des sciences du langage, dont trois interdisciplinaires.

On dispose donc d’environ 35 revues francophones de linguistique, dont les fonds sont inégalement numérisés et dont la forme est très peu numériquée : les textes sont en général le résultat d’une mise en ligne simple avec peu de traits hypertextuels (hormis le renvoi aux notes et à la bibliographie). L’écriture numérique est donc absente : récemment, j’ai proposé à une revue qui me semble spécialement compter dans le champ, pour plusieurs raisons mais en particulier parce qu’elle une barrière mobile de 6 mois et qu’elle est donc rapidement accessible sur un bon portail, de fournir pour la mise en ligne une version hypertextuelle des articles d’un numéro dont je m’occupe, à commencer par le mien. J’ai reçu une réponse un peu crispée : “Nous ferons de notre mieux, mais comprenez que nous ne sommes pas en mesure d’imposer des “transformations” même minimes au site de X…”. Ce serait bien sûr trop facile de faire de l’ironie, mais le site en question, que je connais bien, n’a évidemment rien contre l’écriture numérique, bien au contraire, et cette résistance n’est pas de son fait. Le saut (la fracture ?) numérique qui reste à franchir aux chercheurs et à leurs revues leur incombe bien : sur le plan technique et éditorial, tout est prêt et disponible, il n’y aucun obstacle. Sur le plan institutionnel, c’est autre chose, et il est trop tentant de diriger le lecteur vers le classement Aeres des revues de linguistique en 2008, qui a été contesté depuis, en lui en laissant le libre usage interprétatif.

Qu’en est-il des revues entièrement électroniques ? Sur les 35 que je viens de mentionner dans le cadre des trois portails, seules Corpus, Discours, Alsic et Argumentation et analyse du discours sont sur support exclusivement électroniques (sauf erreur de ma part). Cela ne les numérique pas pour autant et leur contenu reste assez classiquement analogue à du texte imprimé, hormis les métadonnées : c’est du numérique-numérisé, du “numérique 2″, selon la petite typologie mentionnée plus haut. Hors portails, on trouve aussi Corela, une des plus anciennes (2003), ou Textes et Contextes, plus interdisciplinaire. J’ajoute volontiers les Nouveaux Actes sémiotiques (NAS) entièrement en ligne depuis 2007. Et je mentionne des revues francophones non françaises : Signes, discours et sociétés, ou Les Cahiers de l’AFLS. Les textes qu’elles hébergent sont là aussi très peu numériques au sens fort du terme (mon “Numérique 3″) et on reste sur le modèle de l’écriture linéaire. On constatera également que l’ergonomie et l’esthétique des sites ne sont pas toujours optimales.

Les revues en ligne francophones semblent donc s’arrêter au seuil de l’écriture numérique, et se contenter de leur circulation accrue et de leur navigabilité, ce qui est déjà une modification et un avantage importants par rapport au format papier : on sait que le même texte n’est pas lu de la même manière sur papier et sur support électronique, et je pense que la lecture électronique est plutôt enrichie. Je me demande cependant pendant combien de temps encore elles resteront de simples mises en ligne, plus ou moins améliorées, de textes que les chercheurs continueront à écrire sous word, en écriture linéaire, loin des puissantes possibilités réticulaires de l’écriture numérique. Jusqu’à quand il faudra patienter pour passer au “numérique 3″, c’est-à-dire à l’écriture native en ligne.

Crédit photographique : “Déroulable”, M.-A. Paveau, juillet 2012, Paris

Prochain billet. Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophones

Pour citer ce billet : 

Paveau M.-A., 15 juillet 2012, Linguistique et numérique 1. Une discipline hors ligne ? La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10050, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Série d’été. Linguistique et numérique

À force de tourner autour, il fallait bien que j’y arrive un jour, à me colleter à ce rapport….

À force de tourner autour, il fallait bien que j’y arrive un jour, à me colleter à ce rapport. J’observe depuis quelques années avec étonnement et curiosité l’absence d’une articulation, en France (et cette précision n’est pas un détail, j’y reviendrai dans le premier billet de la série) entre les sciences du langage comme discipline de recherche et d’enseignement (ou linguistique, pour aller vite) et le numérique comme pratique scientifique, communautaire, éditoriale et pédagogique. Je montrerai plus en détail cette “fracture” entre linguistique et numérique dans le courant de la saison, qui concerne à la fois la science en ligne (pratiquement pas de blogging scientifique francophone, contrairement aux pratiques anglophones) et l’édition numérique (peu de revues en ligne et des numérisations et  passages en ligne tardifs voire inexistants pour certaines “grandes revues” du champ). Mais aussi la pédagogie (pas de blogs pédagogiques, comme je le disais en ouvrant le mien la semaine dernière) et la présence sur les réseaux (je serais quasiment seule sur Twitter si je n’y avais pas entraîné mes doctorants et je ne peux pas partager grand chose comme ressources collectives du type curation, partage de signets ou lecteur de flux par exemple). Mes collègues sociologues, philosophes, chercheurs en infocom, historiens ont par exemple une présence en ligne bien plus importante, et peuvent “faire communauté”. Je sais bien que cette image est un peu idéalisante et les disciplines que je viens de citer sont sans doute elles aussi traversées par cette fracture, ainsi sans doute que les sciences exactes. Les désagréables esclaffements qu’ont provoqués la mention de Twitter et la nécessité d’un community manager dans une réunion liée à la formation des doctorants m’ont montré tout récemment que certains physiciens et psychologues par exemple n’étaient guère informés sur le web 2.0.

Je m’inclus d’ailleurs dans cette critique : ce sont mes pratiques numériques, récentes (j’ai ouvert mon premier blog début 2010), qui m’ont amenée à penser une linguistique articulée sur le numérique et à considérer les discours en ligne comme des objets d’investigation pour ma discipline : d’où cette “analyse du discours numérique” que je mets en place depuis deux ou trois ans et qui a fait l’objet d’un premier séminaire de master-doctorat l’an dernier en 2011. Un livre est désormais en route, mais je suis donc, chronologiquement et techniquement, une newbie. Il faut avouer cependant que depuis ce premier blog, le numérique a profondément et rapidement modifié mes manières de faire de la recherche et de l’enseignement, et, je crois, nombre de mes manières de vivre dans de nombreux domaines. Me voilà maintenant habitante de plusieurs lieux numériques, de natures diverses. J’essaie de ne pas être plus royaliste que le roi, et d’éviter la technophilie béate, mais c’est parfois difficile, je l’avoue, tellement la fécondité du numérique, dans la recherche en particulier, est grande.

Mon hypothèse pour expliquer la fracture numérique en linguistique est très simple et repose sur la distinction entre numérique et informatique. La linguistique est évidemment en pointe sur le traitement automatique du langage, la révolution cognitive des années 1950 ayant étroitement apparié sciences du langage et intelligence artificielle. L’hypothèse chomskyenne pose l’analogie entre le cerveau et l’ordinateur et à partir de là, les programme d’automatisation (traitement de la parole, traduction, compréhension et génération automatiques, dialogue homme-machine, recherche d’information et fouille de données) se sont succédé sans discontinuer jusqu’à nos jours, comme le montre le très riche Portail des technologies de la langue. Mais, comme on le sait, informatique ne veut pas dire numérique, et il semble bien que ce soit l’ordinateur et les programmes qui occupent le terrain en sciences du langage, au détriment du numérique qui engage d’autres conceptions et d’autres usages de la machine. L’informatique et le numérique ne font pas la même chose et ne le font pas pour atteindre les mêmes objectifs, même s’il existe de nombreux nœuds de croisement. Le débat qui a eu lieu il y a quelques mois à l’occasion de l’introduction d’un “Enseignement de spécialité d’informatique et sciences du numérique de la série scientifique“ a permis des analyses et des clarifcations intéressantes ; dans cette discussion, je suis plutôt de ce côté-là. Des domaines se dessinent autour de chacun d’eux et il se trouve que la linguistique figure de manière privilégiée dans l’un mais non dans l’autre. C’est inexact pour certains cas particuliers, et je les examinerai en détail, mais je vais partir de cette hypothèse générale. Cette série d’été me permettra de la vérifier, de la modifier ou de l’infirmer.

Crédit photo : “Clavier”, 2012, Artois bibliothèque, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Prochain billet : Linguistique et numérique 1. Une discipline en/hors ligne ?

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

L’édition numérique en Afrique subsaharienne et dans le monde arabe

Dans nos articles précédents, nous nous sommes beaucoup penchés sur l’état de l’édition …

Dans nos articles précédents, nous nous sommes beaucoup penchés sur l’état de l’édition numérique. Mais il serait plus exact de préciser que c’est essentiellement l’édition numérique dans le monde occidental qui était visée. C’est pour cela que le présent article va vous proposer une synthèse de l’état de l’édition numérique dans les pays du monde arabe et de l’Afrique subsaharienne. Cette synthèse se fera à partir du livre d’Octavio Kulesz, L’Edition numérique dans les pays en développement. Tout d’abord, il est nécessaire de faire […]

Le corps et le récit

Cette fiche ouvre quelques pistes de réflexion pour une approche plasticienne ou esthéticienne de no…

Cette fiche ouvre quelques pistes de réflexion pour une approche plasticienne ou esthéticienne de notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique ».

Confortablement assis dans son fauteuil, allongé sur son lit, telles sont les deux positions que l’on prête au lecteur de bande dessinée. La question du corps du lecteur est traditionnellement réduite à ce lieu commun. Si la bande dessinée est, comme le prétend McCloud, « une nature morte que l’on explore de manière vivante »1, cette vie tient toute entière dans l’orientation du regard sur les pages et le fait de tourner celles-ci. Une exploration certes vivante mais qui convoque des gestes si machinaux et si ancrés culturellement, échappant à la conscience du lecteur, qu’on ne peut parler d’un réel investissement de son corps.

A l’ère numérique, la question du corps est réactivée. Le développement des terminaux portatifs permettant la lecture de littérature et de bande dessinée numérisées ou numériques pose au moins deux questions quant au corps. La première est celle de l’environnement dans lequel le lecteur se trouve, ces terminaux ayant vocation à une lecture en tous lieux, au premier rang desquels nous pensons aux transports en commun. La seconde est celle de l’ergonomie, de la manipulation de l’outil : le design d’interaction y répond par une recherche de la simplicité, de l’évidence, bref de gestes voués, eux aussi, à devenir machinaux et naturels. L’utilisateur d’iPhone ou iPad a déjà l’habitude de faire défiler les cases en faisant glisser son doigt sur l’écran. Pourtant, l’apparente évidence de l’interactivité cache une réelle problématique de la place du corps face à ou dans l’œuvre et de la médiation du corps dans l’immersion du lecteur, laquelle immersion serait dès lors nécessairement physique.

Cette intuition, appelée à devenir une hypothèse, trouve son origine dans une expérience vécue par hasard et que nous invitons notre lecteur à reproduire. Elle consiste à réaliser une capture d’écran vidéo de sa consultation de Hobo Lobo of Hamelin, bande dessinée numérique de Stefan Živadinović2. Chaque page de celle-ci est une bande horizontale bien plus longue que la largeur de la fenêtre du navigateur. La lecture se fait donc en faisant défiler cette bande de droite à gauche en utilisant l’ascenseur horizontal. Ce mouvement dévoile une surprise : les différentes couches qui composent le dessin se déplacent à des vitesses différentes, en décalage les unes par rapport autres. Ainsi les éléments au premier plan défilent sous nos yeux plus vite que les éléments du second plan, et ainsi de suite jusqu’à l’arrière-plan, le plus lent de tous. Il s’agit là d’un effet de parallaxe simulant le mouvement relatif des objets les uns par rapport aux autres en fonction de leur éloignement lorsqu’on les regarde en se déplaçant (par exemple lors d’un trajet en train ou en voiture : les arbres au bord de la route ou de la voie ferrée semblent défiler à toute allure quand nous avons tout le temps d’observer les bovins paissant plus loin dans les champs). Bref, ce dispositif simule l’effet ressenti d’un déplacement du lecteur le long du strip et, partant, dans la cité de Hamelin. Or, le visionnage de la capture d’écran vidéo ne produit pas cet effet, ou en tout cas lui fait perdre de sa force. Certes, on voit toujours le mouvement asynchrone des différents plans, l’effet de parallaxe est toujours là, l’illusion de profondeur également, au même titre que dans un dessin animé. Seulement, si on voit le mouvement, on n’y est plus sensible : on ne perçoit plus ce décalage de vitesse qui existe entre notre geste avec la souris pour actionner l’ascenseur, synchronisé avec le premier plan, et le déplacement désynchronisé des quatre autres plans.

Cette expérience augure des pistes de travail et de réflexion assez inédites sur la place du corps du lecteur par rapport au récit, que celui-ci soit dessiné ou non. Elle nous invite en quelque sorte à nous intéresser au versant resté inexploré dans la Corr&spondance entre Jean-Christophe Menu et Christian Rosset3, consacrée exclusivement au corps de l’auteur. Au-delà d’un simple changement d’état du lecteur, de la passivité à l’activité, c’est la question de l’immersion dans le récit qui est posée. Dans le cas de la bande dessinée numérique, et dans notre exemple, elle passerait par une immersion dans l’image. Cette immersion reposerait sur la médiation du corps via le dispositif interactif. Quand bien même tout l’investissement physique consiste à déplacer la souris, c’est bien la main, le corps donc, qui ressent l’effet concocté par l’auteur. Il semble pertinent d’interroger cette « boucle de l’immersion  », qui part de l’image et de son dispositif interactif, passe par le corps et revient à l’image. Elle entraîne aussi à questionner comment l’immersion du lecteur connaît un basculement pour devenir en partie physique et, au-delà d’une immersion physique dans l’image, quels sont les effets d’une immersion physique dans un récit.

Autant de graines que nous semons dans l’esprit de nos lecteurs, autant de problématiques que nous les laissons maintenant cultiver.

1McCloud Scott, Réinventer la bande dessinée, traduit par Jean-Paul Jennequin, Paris, Vertige graphic, 2002, p.233.
2Živadinović Stefan, Hobo Lobo of Hamelin, http://hobolobo.net/, consulté le 19 avril 2012.
3Rosset Christian et Menu Jean-Christophe, Corr&spondance, Paris, l’Association, 2009.

Ecrire l’histoire de la bande dessinée numérique

Après deux ans d’observation attentive des évolutions de la bande dessinée numérique sur mon b…

Après deux ans d’observation attentive des évolutions de la bande dessinée numérique sur mon blog Phylacterium, le moment était venu d’en rédiger une synthèse qui serve de première pierre à l’édifice encore à bâtir de l’histoire de la bande dessinée numérique. Le récent appel à contribution pour Comicalités lancé par Julien Falgas et Anthony Rageul ici-même en est un excellent moyen. A partir du dimanche 29 avril, et à raison d’un épisode toutes les deux semaines, la revue en ligne neuvième art 2.0 hébergée sur le site de la Cité de la bande dessinée va diffuser une « histoire de la bande dessinée numérique » en cinq épisodes. Un panorama qui commence aux premières tentatives de bande dessinée sur CD-Rom au milieu des années 1990, jusqu’à la période de constitution d’un marché éditorial que nous vivons actuellement, en passant par le phénomène des blogs bd en 2005. L’axe problématique principal que j’ai choisi pour analyser les oeuvres et les évolutions en cours est celui des relations entre la bande dessinée numérique et son aînée papier, axe pertinent dans le contexte d’une période de transition et de cohabitation.

L’objectif de ce panorama historique est double. D’une part, il s’agit de mettre à la disposition d’un public varié (auteurs, chercheurs, journalistes, bibliothécaires, éditeurs, amateurs…) des données exhaustives sur la chronologie de la bande dessinée numérique (utilement mise en image par Julien Falgas dans une exposition virtuelle sur Facebook) et les directions les plus évidentes de son évolution ; des repères pour toute personne s’intéressant, personnellement ou professionnellement, à la bande dessinée numérique et voulant vérifier tel ou tel fait, telle ou telle donnée, telle ou telle date. Je fais la synthèse de nombreuses études menées depuis le début des années 2000, rassemblant en un seul endroit des données éparpillées sur Internet et dans les bibliothèques. L’utilité d’un texte de référence me semble d’autant plus évidente que les confusions sont grandes, en particulier à l’heure où le devant de la scène est parfois occupé par des faiseurs de bande dessinée numérisée, et non par une bande dessinée numérique de création qui existe pourtant depuis plus de dix ans. Je souhaite également rétablir quelques exactitudes et éviter les imprécisions qui confondent bande dessinée en ligne et bande dessinée numérique, qui ne voient que la bande dessinée numérisée, qui pensent que la bande dessinée numérique est née avec les blogs bd, ou qui limitent la bande dessinée numérique à un espace de création amateur, gratuit et expérimental. De nombreuses structures sont apparues, certaines ont disparues, mais le paysage qui se dessine entre 1996 et 2012 est bien plus varié qu’on ne pourrait le croire. La méthode historique me permet de livrer un travail qui ne se limite pas à un émerveillement béat face à l’avenir de la bande dessinée, mais qui analyse concrètement les oeuvres, les auteurs et les structures de production, et met au jour le véritable degré d’autonomie de la bande dessinée numérique par rapport à la bande dessinée papier.

D’autre part, le second objectif, à mes yeux plus important que le premier, est d’encourager les réflexions historiques sur la bande dessinée numérique, d’où qu’elles viennent ; journalistes, critiques, étudiants, chercheurs sont invités à prendre mon relai (certains ont déjà commencé), par exemple en répondant à l’appel à communication cité plus haut. Ces réflexions sont indispensables, ne serait-ce que parce que beaucoup des oeuvres sont en train de disparaître dans les limbes d’Internet (Foolstrip, Noomz, les premiers blogs bd sur 20six), et que Internet Archive a été pour moi un allié de poids. Tant que cela est possible, il faut garder un témoignage de ce qu’était la bande dessinée numérique à ses débuts faute de pouvoir le faire dans dix ans. Mon Histoire de la bande dessinée numérique se veut certes un texte de référence, mais il ne suffit pas : il faut poursuivre la réflexion sur de nombreux points encore en suspens que mes limites méthodologiques m’ont empêcher de creuser. Il y aurait encore beaucoup à dire du phénomène des blogs bd pour évaluer son impact global sur la bande dessinée. Les oeuvres des premiers temps mériteraient un examen plus approfondi que je ne le fais, car leur degré d’innovation est souvent exceptionnel et pourrait servir d’exemple aux créateurs à venir. L’analyse économique des structures de diffusion est un travail de longue haleine qui ne peut se résumer à un balancement entre le gratuit et le payant. Parce que ce n’est qu’un manuel introductif, mon texte se limite à l’exposition de grands axes de réflexion et appelle à d’autres analyses plus détaillées, potentiellement contradictoires. Il est destiné à être complété, discuté, critiqué, amendé, et toutes remarques et critiques constructives sont les bienvenues, qu’elles prennent la forme d’un mail à l’auteur (mrpetch@orange.fr), de la publication d’un autre texte, ou de commentaires sur le blog Phylacterium, sur lequel je tiendrais dans les semaines à venir un making-of à épisodes pour expliquer certains choix et ouvrir encore d’autres pistes. Je ne prétends ni à l’exactitude absolue, ni à l’objectivité idéale. Enfin, il m’est impensable de ne pas remercier les quelques personnes qui m’ont aidé, à des degrés divers, dans la réalisation de ce travail : Gilles Ciment, Julien Falgas, Phiip, Jean-Paul Jennequin, Anthony Rageul, Fred Boot, Benoît Berthou, Antoine Torrens et Jacques Sauteron.

Mon principal espoir en proposant ce texte en pâture aux internautes est que, dans quelques années, la connaissance sur l’histoire de la bande dessinée numérique ait si bien avancée qu’il paraisse terriblement obsolète !

Raconter à l’ère numérique

  Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? », « Représenter l’auteur de bande dessinée » e…

  Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? », « Représenter l’auteur de bande dessinée » et « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » (pour lesquels nous pouvons toujours recevoir des propositions), Comicalités. Etudes de culture graphique publie son quatrième appel à communication : la thématique « Raconter à l’ère numérique » est confiée à Julien Falgas et Anthony Rageul.

 

Raconter à l’ère numérique

« Espèce narrative […] à dominante visuelle » (Groensteen, 2011), on considère généralement que la bande dessinée a pour vocation principale de raconter. « Faire le récit de » (Petit Larousse Illustré, 2000). Où il y a récit, on suppose un ordonnancement, un déroulé des événements, un début, un milieu, une fin. On suppose un (ra)conteur, un narrateur, qui guide le lecteur. Moyennant une certaine latitude dans ses marges (bande dessinée abstraite, poétique, expérimentale), ces assertions et définitions sont justes et vérifiées dans toute l’histoire de la bande dessinée, c’est-à-dire quelle que soit sa place dans la société ou dans l’art, quel que soit son modèle esthétique, économique, quel que soit son support ou mode de diffusion.

Depuis 25 ans, la bande dessinée a, à l’instar d’autres médias, été absorbée dans l’espace numérique. Déjà présente sur les premiers réseaux ancêtres de l’Internet moderne, puis sur CD-rom, les années 2000 voient l’explosion du blog-bd, du webcomic et autre formes de bandes dessinées en ligne de même que le développement de nouveaux supports pour sa diffusion et sa lecture (de l’écran de l’ordinateur à la tablette, au smartphone ou à la liseuse).

Le secteur professionnel de la bande dessinée, comme d’ailleurs toutes les autres industries culturelles, est animé depuis quelques années de vifs débats quant aux modèles économiques et au droit d’auteur. On peut, à la suite de Magali Boudissa, questionner « les limites ontologiques dans lesquelles la narration peut se développer sur support numérique, sans basculer dans une forme hybride de récit hypermédiatique » (Boudissa M., 2010). Mais, plus qu’un changement de support ou de vecteur de diffusion, nous assistons probablement à une évolution de nos pratiques de réception et de production de récits par-delà la bande dessinée. Pour Smolderen, le passage du livre au périodique puis au quotidien autour de 1900 déterminent la genèse du langage de la bande dessinée moderne (Smolderen, 2009). L’appropriation de nouveaux supports et de nouveaux vecteurs de diffusion à des fins narratives a engendré la bande dessinée telle que nous la connaissons. C’est pourquoi, plutôt que de questionner le devenir de la bande dessinée, nous souhaitons interroger ce que signifie raconter à l’ère numérique.

Cette question engendre de très nombreuses pistes de travail, le terrain de la recherche à ce sujet étant largement à l’état de friche. Voici une première série de propositions dont la liste n’est pas exhaustive.

  • Pour commencer, l’histoire de la bande dessinée numérique reste encore à écrire, et ce pour ses trois pôles géographiques principaux (USA, Asie, francophonie). Ses oeuvres sont à recenser, à analyser, à critiquer. Considérée comme objet esthétique, la bande dessinée numérique invite à observer comment elle s’inscrit dans l’histoire de l’art, comment s’y manifestent ou non les enjeux de l’art contemporain à l’orée du XXIème siècle, comment elle fait ou non écho aux autres arts numériques.
  • En tant que média, on pourra se demander quels sont les atouts et les limites de l’héritage de la bande dessinée pour aller au-delà du papier. Quelles sont les spécificités du récit sur écrans connectés ? Y a-t-il une « plus-value » sémantique et surtout comment s’exprime-t-elle ? Les technologies reconfigurent-elles le “système de la bande dessinée” (Groensteen T., 1999) et comment ? Numérique est-il synonyme de multimédia, d’interactif, de connecté ? Enfin, comme l’observe Jean Clément : « Au cours des siècles passés, chaque changement matériel des supports narratifs a entraîné d’importantes modifications dans l’art de raconter des histoires. (…) Nous ne sommes entrés dans l’ère du numérique que très récemment. Il n’est donc pas surprenant que les oeuvres multimédias qui apparaissent aujourd’hui cherchent encore un mode d’écriture qui leur soit propre. » (Clément J., 2000). Si la bande dessinée joue un rôle indéniable dans l’émergence d’un mode d’écriture propre à l’ère numérique, il semble bon d’observer les réponse qu’apportent les héritiers d’autres traditions narratives. Par exemple on pourra interroger des formes telles que le récit transmédia ou se tourner vers les théories déjà bien étoffées des arts et de la littérature numérique.
  • Avec ces nouvelles formes de récit, c’est la place même du récit dans nos sociétés contemporaines qui est questionnée. Quels sont les usages des auteurs et des lecteurs ? Pourquoi raconter ou lire des histoires sur écrans connectés ? Raconter pour et par ces outils est-il un métier d’auteur ou de technicien ? Un travail solitaire ou un travail d’équipe ? Ou se placent les savoirs-faire traditionnels (auteur, éditeur, dessinateur, producteur…) ? Quels métiers sont à inventer, quelles collaborations à envisager ?
  • Enfin, on pourra interroger le marché émergent en terme de modèle économique ou de pratiques éditoriales, mais aussi en se demandant dans quelle mesure ces évolutions relèvent ou non de réelles innovations. Quelles sont les limites des nouveaux supports ? Le “lire numérique” a-t-il besoin du livre numérique ? Au-delà du portage du papier au numérique, qu’est-ce qui fait changer la nature ou le régime du récit ?

Nous invitons les chercheurs à nous soumettre deux documents :

  • Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.
  • Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 10 juillet prochain.

Julien Falgas et Anthony Rageul, responsables de la « thématique »

julien.falgas@gmail.com

anthony.rageul@yahoo.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

benoit.berthou@univ-paris13.fr

Références citées

•                Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.

•                Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/].

•                Groensteen, T., 1999, Système de la bande dessinée, Paris, PUF.

•                Groensteen, T., 2011, Bande dessinée et narration – Système de la bande dessinée 2, Paris, PUF, p.89.

•                Petit Larousse Illustré, 2000, Paris, Larousse/HER.

Smolderen, T., Naissances de la bande dessinée: de William Hogarth à Winsor McCay, Bruxelles, les Impressions nouvelles, 2009, 144 p.

Url de référence : http://comicalites.revues.org/

Adresse :
Comicalités
À l’attention de Benoît Berthou
Université Paris 13
UFR de Sciences de la communication
99 avenue Jean-Baptiste Clément
93430 VilletaneuseFrance

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts