Gaza, novembre 2012 : une ‘victoire’ de Hamas pour quoi faire ?

Les 25 ans de Hamas et l’opération ‘Pierres d’argile’ Source : Palestinien I…

Les 25 ans de Hamas et l'opération 'Pierres d'argile'

Les 25 ans de Hamas et l’opération ‘Pierres d’argile’ Source : Palestinien Information Center

Lancée par Israël le 14 novembre 2012, la plus récente opération menée contre la bande de Gaza s’est achevée le 21 sur un accord de cessez-le-feu doté d’une garantie égyptienne, adopté par Israël, Hamas et le Mouvement du Jihad islamique en Palestine (MJIP) et accompagné d’une navette de la secrétaire d’État américaine. Au sortir des affrontements, les instituts d’analyse stratégique proches de l’establishment sécuritaire israélien ont communément conclu au succès du gouvernement de Benjamin Netanyahu tant d’un point de vue militaire que diplomatique[1]. Les parties palestiniennes, pour leur part, ont revendiqué une victoire sans conteste, victoire que Hamas tout particulièrement a cherché à exploiter face à ses rivaux de Ramallah.

Dès le 18 novembre, Freih Abu Middein publiait un article dans le quotidien Al-Quds Al-‘Arabî de Londres dans lequel il rapprochait la riposte palestinienne aux opérations israéliennes de la bataille de Karameh de 1968[2]. Ancien bâtonnier de la bande de Gaza et ministre de la Justice de Yasser Arafat, figure nationaliste aux attachements nassériens, il s’interrogeait ainsi sur la capacité des événements en cours à engendrer une dynamique nationale nouvelle et puissante. La bataille de Karameh mais aussi la guerre israélo-arabe de 1973 avaient, en leur temps, fait l’objet d’approches contradictoires, victoire pour les uns, défaite ou semi-défaite pour les autres. Dans les deux cas, pourtant, un discours arabe de la victoire avait bénéficié d’une crédibilité suffisante pour initier un processus de transformation politique et diplomatique porté par des personnalités emblématiques. En 1968, la résistance manifestée face à l’armée israélienne par les organisations de fedayin dans la vallée du Jourdain avait ainsi débouché sur leur structuration organisationnelle, une capacité à élargir leur recrutement et, in fine, à leur prise de pouvoir au sein de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) un an plus tard emmenées par Yasser Arafat, George Habache et d’autres. Pareillement, la ‘victoire’ arabe de 1973, dès lors que l’affront de 1967 était censé avoir été lavé, avait permis à Anouar Sadate de prendre l’initiative en vue d’une négociation de paix avec l’ennemi.

Cette contribution se propose de prolonger la réflexion de Freih Abu Middein en interrogeant les effets sur la scène locale et régionale du discours de la ‘victoire’ militaire palestinienne[3] de novembre 2012, tout en refusant d’entrer dans le débat sur le degré de réalité ou de fiction d’une telle victoire. Il s’agira d’examiner les effets, dans un premier temps, de l’opération israélienne sur la nature des rapports entre Israël et Gaza –et à travers Gaza, la Palestine tout entière– et, dans un deuxième temps, de la cristallisation de cette ‘victoire’ autour de la personne de Khaled Mechaal, chef du bureau politique de Hamas. A partir de là, il sera possible d’évaluer si la scène politique et diplomatique palestinienne, soumise ces dernières années à une véritable glaciation, serait en passe, comme l’annoncent tant Hamas que Fatah, de connaître un séisme qui déboucherait sur une réconciliation périodiquement annoncée puis gelée. Dans l’hypothèse d’une absence de concrétisation d’une telle réconciliation, probable selon mon évaluation, quelques pistes de réflexion sur les mobilisations à attendre en Palestine seront proposées en conclusion.

La ‘victoire’ de Hamas sur Israël

Le conflit de novembre[4], selon toute vraisemblance, n’apportera sur le court terme aucun changement notable dans la nature des rapports entre Israël et Palestine : une simple dissuasion militaire par rapport à la bande de Gaza concédée à Hamas pour être isolée de la Cisjordanie en l’absence de tout règlement politique de la question palestinienne. A part quelques mesures –symboliques– de solidarité avec Gaza (déclarations de son président ou visites du Premier ministre dans la bande), l’Égypte post-Moubarak a elle-même, une nouvelle fois, confirmé son engagement à respecter le traité de paix avec son voisin sans exiger de remise à plat des relations israélo-arabes sur le dossier palestinien ; elle a ainsi assumé le rôle de médiateur entre Palestiniens et Israéliens (et entre Palestiniens eux-mêmes) traditionnellement dévolu à ses services de renseignement mais a néanmoins accru son engagement en faisant de la présidence l’une des parties du cessez-le-feu obtenu[5]. Les divers « printemps », quant à eux, n’ont pas eu d’impact notable sur la gestion arabe du conflit au-delà de simples manifestations de solidarité guère plus que symboliques. Par un manque d’engagement quasi général, enfin, la communauté internationale n’a elle non plus manifesté aucune velléité de changement, se déchargeant une nouvelle fois sur les États-Unis pour stabiliser la région selon le schéma en cours depuis des années. A tous les échelons –international, régional, local–, interviennent ainsi des logiques de préservation des acquis et de gestion a minima du statu quo.

Le choix israélien

La séparation de Gaza de la Cisjordanie demeure le choix fondamental de la puissance toujours occupante du fait de son contrôle des abords de la bande de même que de ses espaces aérien et maritime. Mis en œuvre à partir de 2005 avec le retrait unilatéral de l’armée israélienne et des colons, ce choix avait bénéficié du concours attendu des parties palestiniennes en 2007[6],  date de son aboutissement avec l’octroi par Israël de la concession de la bande à Hamas. Les Palestiniens, une nouvelle fois, auront été en « zugzwang », comme aux échecs contraints par le gouvernement israélien de jouer un coup perdant : Hamas présidait dorénavant aux destinées de la bande de Gaza en toute exclusivité quand la Cisjordanie se trouvait récupérée par Fatah, pourtant défait lors des élections législatives de 2006. Toujours plus déchirée, la Palestine voyait ainsi s’affaiblir plus encore sa capacité à faire entendre sa voix d’autant plus que leur combat contre la revendication nationale palestinienne était travestie par les gouvernements israéliens successifs en lutte contre le terrorisme international ; accusé de constituer aux portes d’Israël le bras armé de l’Iran et le point d’entrée d’Al-Qaïda, le mouvement islamiste devenait un ennemi bien utile.

A l’opposé de toute politique visant à l’éradication de Hamas, ce choix israélien s’est une nouvelle fois exprimé dans la gestion politique de l’opération de novembre, une opération dont je continue à contester l’approche en termes d’escalade tactique initiée par Hamas[7]. Réservant les injonctions du Quartet aux seuls pays tiers, Israël –avec l’accord des États-Unis– a confirmé Hamas dans son statut de premier interlocuteur tant dans la négociation du cessez-le feu que dans les diverses étapes qui se sont succédé jusqu’à ce jour[8]. Pour la première fois, cependant, le MJIP, principal allié palestinien de l’Iran, était directement et officiellement associé au processus –au moins provisoirement comme il sera dit plus bas– avec la participation aux négociations du Caire de son secrétaire général, Ramadan Shallah, et de son numéro deux de Gaza, Ziyad Nakhkhala. Hamas, pourtant, n’était que très minoritairement responsable du réchauffement de la frontière lequel, selon Israël, justifiait son opération. La majorité des opérations et tirs de roquettes en 2012 avait, en effet, été le fait de groupes salafistes incontrôlés, du MJIP et du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Par ailleurs, l’Autorité palestinienne en charge de Gaza n’existe dans ce processus que dans un lien de subsidiarité, réduite à n’être que l’exécutante d’une politique dont la responsabilité incombe à un mouvement politique, Hamas, éventuellement associé au MJIP. A l’exception de Z. Nakhkhala, en effet, les négociateurs du cessez-le-feu résident tous à l’extérieur de la bande ; aucun ne détient une quelconque responsabilité au sein de l’Autorité exécutive ni ne bénéficie de mandat électif.

La bande de Gaza : le blocus
Source : PASSIA

La reconduction du choix israélien peut également être repérée dans les concessions accordées au terme de la négociation du cessez-le-feu[9]. En effet, en acceptant de repousser les limites du blocus maritime de 3 à 6 miles comme c’était le cas avant la prise de contrôle exclusif de Gaza par Hamas, de réduire la largeur de la zone interdite d’accès le long de la frontière (qui constitue quasiment le tiers de la superficie cultivable de la bande), de permettre l’entrée depuis Israël de gravier pour la construction et d’ouvrir l’examen de nouveaux allégements du blocus terrestre, la partie israélienne a offert à la partie palestinienne un peu de quoi faire « oublier » auprès de sa population les destructions et les morts[10] dont pourtant la responsabilité lui incomberait exclusivement selon la même partie israélienne. L’engagement à ne plus mener d’éliminations ciblées pouvait, quant à lui, satisfaire quelques cadres éventuellement réticents.

Ce même choix israélien a été formulé un mois plus tard lorsque le feu vert a été accordé à K. Mechaal, Moussa Abou Marzouk, son adjoint, et certains autres hauts responsables pour leur entrée dans la bande. Israël leur permettait ainsi, en toute connaissance, de constituer le clou de la mise en scène spectaculaire de la victoire militaire du mouvement à l’occasion du 25e anniversaire de sa fondation. Au même moment, cependant, R. Shallah se voyait interdit d’entrée, menacé de faire l’objet d’une élimination ciblée. L’association du MJIP au processus trouve ici ses limites : c’est bien à Hamas de contrôler l’ensemble de la scène gazaouie et, par corollaire, de gérer les éventuelles divergences entre les intérêts iraniens, dont le MJIP se fait en partie l’expression, et les siens propres.

Ses limites

Cinq ans après avoir obtenu la séparation de Gaza de la Cisjordanie, Israël demeure prisonnier des contradictions nées de son refus d’envisager une quelconque solution définitive pour son conflit avec les Palestiniens. Les Autorités de Ramallah comme de Gaza, en effet, font l’objet d’une responsabilisation sécuritaire avec la charge d’anticiper tout ce qui menacerait la sécurité rapprochée de l’occupant. Toutes deux, pourtant, font parallèlement l’objet de proclamations d’illégitimité à constituer un interlocuteur valable pour un accord définitif, qu’il s’agisse de Mahmoud Abbas (après Yasser Arafat), le président palestinien, comme, bien évidemment, de Hamas. Toutes deux, enfin, font l’objet de politiques d’affaiblissement politique, financier, économique, et éventuellement militaire. Ainsi, la destruction des infrastructures de la police et du ministère de l’Intérieur à Gaza ne peuvent qu’accroître la difficulté de l’Autorité de Gaza à contrôler les va-t-en-guerre et rendre nécessaire l’engagement des Brigades Ezzedine Al-Qassam de Hamas, engagement par ailleurs dénoncé par Israël comme une confusion des genres. La rétention de millions de dollars de taxes qui, normalement, devraient être reversés aux Palestiniens ne fait, quant à lui, qu’affaiblir l’Autorité de Ramallah déjà fragilisée par le renoncement de certains donateurs internationaux à honorer leurs promesses d’aide[11]. L’intensification de la colonisation en Cisjordanie, enfin, ne fait que délégitimer ceux qui ont fait de la négociation l’unique chemin pour parvenir à un État palestinien indépendant et souverain.

Concernant Gaza, une politique basée sur la seule dissuasion militaire dans laquelle la tactique à court terme est élevée au rang de stratégie ne peut que déboucher sur une reconduction des risques et leur augmentation. Les opérations de type « Pillar of Defense » (2012) mais également « Cast Lead » (avec opérations terrestres) (2008-2009) semblent, ainsi, avoir atteint leurs limites : en une semaine de combats en 2012, les Palestiniens ont tiré plus de roquettes contre Israël qu’en trois semaines en 2009, roquettes dont les capacités ont été considérablement accrues. En dépit des satisfecit avancés par les militaires israéliens sur l’efficacité dans la destruction des missiles adverses de l’Iron Dome[12] expérimenté pour la première fois à l’échelle de la réalité, la réussite de 85 % avancée, même si elle était prouvée, ne saurait constituer une protection appropriée face à un armement à la sophistication croissante.

En impliquant la présidence égyptienne comme garant de sa mise en œuvre, néanmoins, nouveau cessez-le-feu introduit une nouveauté : la transformation officielle de l’Égypte en ligne supplémentaire de défense de l’État d’Israël. La préservation du cessez-le-feu, en effet, implique que l’État égyptien rende sa frontière avec Gaza la plus étanche possible à la circulation des armes afin de désamorcer toute velléité palestinienne d’en découdre avec son voisin du nord. Dans ce domaine précis, il s’agit bien d’une victoire israélienne même si le rétablissement de la sécurité dans l’ensemble du Sinaï constitue pour l’Égypte un impératif de politique intérieure.

*   *

*

Ainsi, loin de chercher à changer la nature des rapports qu’il entretient avec Gaza et la Palestine, c’est le raffermissement de cet ordre qui semble bien avoir été recherché par Israël à travers son opération. Il s’agissait de rétablir une dissuasion militaire qu’il jugeait émoussée tout en confirmant la concession accordée à Hamas sur la bande pour la maintenir isolée de la Cisjordanie, le tout en l’absence de tout règlement politique de la question palestinienne. Cependant, faute d’un tel accord ou même « simplement » d’une levée totale du blocus, la durabilité du cessez-le-feu apparaît comme compromise. Le contrôle de Gaza par Hamas, en effet, est en permanence contesté sur le terrain par ses rivaux tant islamistes, MJIP ou salafistes, que nationalistes, FPLP en tête mais aussi Brigades des martyrs d’Al-Aqsa de Fatah. La question de Gaza, par ailleurs, constitue un enjeu diplomatique régional dans le cadre des luttes entre « l’arc [supposé] sunnite », avec Qatar, l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Jordanie et la Turquie, qui bénéficie du soutien actif des États-Unis et d’Israël et de « l’arc chiite » avec l’Iran, l’Irak, la Syrie des Assad et le Hezbollah au Liban. C’est donc tout un ensemble de « bombes » potentielles que Hamas se devra de désamorcer. Dans la continuité des options prises ces dernières années, il lui incombera parallèlement de renouveler ses capacités militaires sans apparaître comme une menace immédiate pour Israël ni comme un allié déloyal pour l’Égypte. La ‘victoire’ de Hamas risque décidément d’être fort difficile à entretenir sur la durée.

La victoire de Khaled Mechaal

La ‘victoire’ sur Israël véhiculée par le discours palestinien est généralement perçue comme essentiellement celle d’un mouvement, Hamas, et incarnée par un homme, K. Mechaal, le président de son bureau politique. Le concernant, il s’agit là du couronnement d’un processus enclenché de longue date par ses amis comme par ses ennemis et qui le place au cœur de la scène politique palestinienne. Si les objectifs assignés par Israël à son opération peuvent être considérés comme clairs, les buts fixés par Hamas et son homme fort à l’exploitation de la ‘victoire’ palestinienne suscitent, en revanche, de profondes interrogations. Le mouvement, en effet, apparaît comme ayant plus à gagner d’un certain statu quo que d’un bouleversement aux conséquences aléatoires de la scène palestinienne et bilatérale avec Israël.

Sa centralité

Khaled Mechaal
Source : Palestinian Information Center

Jusqu’en mars 2004, date de l’élimination de chaykh Ahmad Yassine par l’armée israélienne, la conduite de Hamas était soumise au jugement final de son fondateur et guide spirituel. Suite à l’élimination un mois plus tard de son successeur, Abdel Aziz Rantisi, le mouvement a décidé de taire l’identité de son chef suprême. Le tout nouveau président du Bureau politique, K. Mechaal, s’est alors retrouvé en première ligne jusqu’à faire oublier qu’il était censé être soumis à une autorité supérieure[13]. Il a ainsi du assumer devant l’opinion publique le rôle normalement dévolu au chef suprême : construire et incarner le consensus entre les divers pôles du mouvement qu’il s’agisse de géographie (Gaza, Cisjordanie, prisons israéliennes, Damas), de domaines d’activités (le militaire, le politique, l’associatif) ou de personnalités (Ismaïl Haniya, le Premier ministre de Gaza, Mahmoud Zahar, l’ancien ministre des Affaires étrangères, K. Mechaal, M. Abou Marzouk, etc.). Tel un caléidoscope, en effet, le mouvement doit en permanence se recomposer selon les moments et les dossiers loin de toute polarisation figée entre des « radicaux » ou des « modérés », « l’intérieur » et « l’extérieur », etc.

En préférant pour interlocuteur à l’Autorité de Gaza une organisation politique et militaire, Hamas, Israël a conféré à K. Mechaal un rang d’homme d’État[14]. Ce rang, faut-il le rappeler, lui avait déjà été dévolu par M. Abbas lui-même. Par son cumul des casquettes, en effet, le président palestinien s’était retrouvé à traiter avec lui d’égal à égal à l’occasion de la signature des différents accords de réconciliation, même si c’était supposément en tant que chef de Fatah. Certains gouvernements arabes, par ailleurs, ont apporté leur propre contribution à cette promotion, Qatar en tête, tout particulièrement depuis l’éclosion des « printemps ».

Son classicisme

Le discours tenu le 8 décembre 2012 à Gaza par K. Mechaal[15] à l’occasion du 25e anniversaire de son mouvement et le décor devant lequel il l’a prononcé (muraille de Saint-Jean-D’acre et un missile Fajr 5 de conception iranienne estampillé « made in Palestine ») ont déstabilisé nombre d’observateurs. Entendant son soutien apporté depuis Le Caire ou Doha à un État palestinien dans les territoires occupés en 1967[16], ils en avaient conclu à sa disposition à reconnaître prochainement l’État d’Israël en dépit de ses dénégations. Ce faisant, ils opposaient alors K. Mechaal, censé incarner une ligne « modérée » encouragée par Qatar, au leadership gazaoui, censé demeuré fidèle à une ligne « dure » encouragée par l’Iran. En réalité, loin de constituer un double langage, ses propos ne faisaient que renvoyer au discours traditionnel du mouvement dont les deux niveaux –le religieux immuable et le politique pragmatique– étaient indument dissociés par ces observateurs.

Gaza, 8 décembre 2012
Source : Palestinian Information Center

Plaçant au cœur de sa mission la sauvegarde du croyant et de la communauté dans la soumission à Dieu, Hamas ne fait que mettre en l’œuvre la tradition sunnite la plus classique. C’est dans ce cadre, par exemple, qu’il négocie âprement le sort de ses prisonniers et qu’il se montre prêt à négocier la question des réfugiés[17]. Imaginer, en revanche, qu’il accepterait de négocier le statut et les frontières d’un État palestinien dans une Palestine partagée repose sur un contresens total dans l’approche des principes du mouvement périodiquement rappelés à l’identique : la bénédiction divine accordée aux « confins d’Al-Aqsa » mentionnée dans le Coran fait de la Palestine une terre islamique de toute éternité à laquelle nul ne saurait renoncer. Cette approche de l’islamité de la Palestine et de l’inéluctabilité eschatologique de la restauration d’une souveraineté musulmane n’a, pour autant, jamais contraint le mouvement à refuser la création d’un État sur les seuls territoires occupés en 1967. Accepter un État selon les lignes de cessez-le-feu de 1949, en effet, part du constat du résultat d’un simple rapport de forces, l’occupation par le vainqueur, et ne fait qu’appeler à son inversion. Négocier la frontière ou réclamer le respect des lignes du plan de partage de 1947, en revanche, reviendrait à reconnaître la légitimité de l’abandon d’une partie de la Palestine. La fin de l’occupation des territoires occupés en 1967 débouchera, toujours selon Hamas, sur l’arrêt de la violence exercée contre leur population. Il sera alors temps de mettre en place une trêve totale avec le voisin israélien. Le calme ainsi obtenu permettra alors de négocier avec sérénité les questions humanitaires.

Son originalité

Loin du double langage et de toute schizophrénie entre un Mechaal de Doha/Le Caire et un Mechaal de Gaza, le chef du bureau politique incarne ainsi au sortir de l’opération israélienne une alchimie politique et diplomatique jusque là inédite et hautement instable, comme il a été montré plus haut. Icône de la résistance armée de Gaza, c’est aussi lui qui, le premier parmi les responsables de Hamas, apporte son soutien à l’initiative de M. Abbas visant à obtenir un statut d’État observateur à l’ONU. Pièce maîtresse de Qatar sur la scène palestinienne qui a conduit le retrait de la direction de son mouvement hors de Syrie, c’est aussi lui qui est amené à féliciter l’Iran pour son soutien financier et en armement aux Gazaouis. A-t-il lui-même été l’artisan du maintien de ces liens ou n’est-il que le récupérateur plus ou moins forcé d’initiatives prises par d’autres, l’histoire le dira. Il assume en tous cas l’ensemble de ces positions qui peuvent apparaître comme contradictoires mais dont l’association serait féconde.

Gaza: la campagne de remerciements à l’Iran
Source : Quds Net News Agency

*   *

*

Au-delà de sa centralité boostée par la résistance de novembre, l’avenir de K. Mechaal suscite bien des interrogations. Dès janvier 2012, en effet, il annonçait ne pas vouloir briguer sa propre succession à la tête du bureau politique dans des élections qui devaient se tenir au cours de l’année mais qui ont du être reportées du fait de l’actualité. En dépit de nombreuses pressions, tant internes qu’externes, périodiquement réitérées au cours de l’année pour le faire revenir sur sa décision et malgré la hausse de sa popularité, cette décision est encore aujourd’hui officiellement d’actualité. Quels dividendes entend-t-il tirer de cette popularité qu’il a su cultiver avec tant de brio dès lors qu’il ne s’agirait plus de la direction de son mouvement ? Certaines voix, israéliennes mais également palestiniennes, évoquent un projet de conquête de la présidence de l’Autorité palestinienne et/ou de l’OLP, projet qui éventuellement bénéficierait des encouragements des « parrains » de l’orbe des Frères musulmans[18]. Cette hypothèse renvoie directement à la question de la réconciliation nationale dont K. Mechaal, durant l’année écoulée, s’est fait le héraut au sein de Hamas sous égide qatarie. Ce dossier, duquel Israël n’est jamais éloigné, constitue en tous cas un passage obligé pour la tenue d’élections que Hamas serait censé penser pouvoir emporter.

La victoire de Hamas sur Ramallah

Au sortir du conflit de novembre, si la revendication d’une victoire militaire de Hamas sur Israël peut être contestée, la victoire politique du mouvement islamiste sur ses rivaux de Ramallah (présidence, conseil des ministres et, accessoirement Fatah[19]) semble bien avérée, au moins sur le court terme. C’est dans ce contexte que les deux pôles de la vie politique palestinienne, poussés par leurs parrains, ont accepté la relance du processus de réconciliation nationale gelé depuis un an. Loin de l’optimisme unanimement affiché par les parties, la probabilité d’une mise en œuvre du processus jusqu’à son terme me semble devoir être questionnée.

La défaite de Ramallah

La victoire sans partage de Hamas aux élections législatives de janvier 2006 peut, certes, paraître ancienne tandis que bon nombre d’observateurs font périodiquement état d’un émoussement de sa popularité[20]. Hamas, cependant, manifeste un indéniable savoir-faire dans l’exploitation de son statut d’icône d’une résistance qui paie face à Ramallah dont l’impuissance est soulignée alors même que sa coopération sécuritaire avec Israël est dénoncée par certains comme de la collaboration. La ‘victoire’ de novembre dernier avait, d’ailleurs, été précédée de la victoire, indéniable celle-là, d’octobre 2011 quand Hamas avait obtenu d’Israël la libération d’un millier de prisonniers de tous bords politiques en échange du soldat Gilad Shalit. Son exemplarité est telle en Cisjordanie que certains groupes paramilitaires de l’orbe Fatah semblent bien avoir été impliqués dans des heurts avec les Israéliens en novembre et décembre. La victoire de Hamas, enfin, peut être inférée de la marginalisation de la présidence palestinienne opérée par Israël et par une grande partie de la communauté internationale mais également infligée à elle-même par son propre détenteur.

A la différence de l’OLP incapable d’obtenir d’Israël une négociation qui ne soit pas une reddition, sans renier ses principes Hamas ainsi s’est vu offrir par Israël de participer au seul canal diplomatique qu’il entretient aujourd’hui avec les Palestiniens.

L’opération de novembre, par ailleurs, a suscité un vaste mouvement diplomatique qui, conjuguant solidarité (visites à Gaza de ministres égyptien, tunisiens, turc, et du secrétaire-général de la Ligue arabe) et médiations, a de facto tenu Ramallah à l’écart. Le ballet s’est ensuite poursuivi avec, par exemple, la visite du Premier ministre malais en janvier. L’Émir de Qatar avait affiché dès le mois d’octobre 2012 son dédain pour Ramallah en se rendant à Gaza sans faire le détour par la muqataa ; parallèlement, il multipliait les aides auprès de l’Autorité de Gaza et prenait en charge l’approvisionnement de Gaza en fuel tout en se refusant à honorer ses promesses d’assistance à l’Autorité de Ramallah faites à la conférence des donateurs tenue à Paris en décembre 2007[21]. Décidé à se rendre également à Gaza, le président tunisien, cependant, accédait fin janvier à la demande de M. Abbas de reporter sa visite après la conclusion de la réconciliation nationale.

Enfin, en s’abstenant de se rendre à Gaza sous les bombes, chose inimaginable de la part d’un Yasser Arafat, M. Abbas s’est lui-même marginalisé, souscrivant, une nouvelle fois, à la déchirure entre Gaza et Cisjordanie quand il est censé incarner l’unité du peuple palestinien tout entier[22].

L’assurance de Khaled Mechaal

Dans un tel contexte, loin de toute symétrie la permission donnée par l’Autorité de Ramallah à la tenue en décembre 2012 de meetings de Hamas dans toute la Cisjordanie semble bien traduire la faiblesse de celle-ci. La permission donnée à Fatah par l’Autorité de Gaza de tenir un rassemblement le 4 janvier 2013 renverrait, quant à elle, à la confiance en soi de Hamas. Après plus de cinq ans d’interdictions réciproques de laisser Fatah et Hamas pratiquer des activités publiques, l’Autorité de Ramallah a du céder la première ; la ‘victoire’ récente de Hamas ne lui laissait guère le choix. Cependant, si la permission de tenir son meeting sur la plus grande place de Gaza a pu être obtenue de l’Autorité de Gaza par Fatah, c’est, semble-t-il, du fait de fortes pressions exercées par K. Mechaal lui-même sur un leadership gazaoui frileux et décidé à ne lui accorder qu’un endroit plus étroit.

L’Autorité de Gaza avait pourtant décidé dès le 25 novembre l’amnistie de tous les membres de Fatah impliqués dans les violences de 2007 qui se voient soit libérés soit octroyés la possibilité de revenir à Gaza après un exil choisi. Les bureaux du mouvement, par ailleurs, obtenaient la permission de rouvrir. En dépit des centaines de milliers de participants à son meeting de janvier, Fatah demeure profondément affaibli à Gaza[23]. Quasi ruiné par des années d’interdiction à mener des activités publiques mais aussi et surtout par son incapacité à analyser les causes de sa défaite électorale de 2006, il se montre incapable jusqu’à ce jour de se trouver de nouveaux leaders, toujours miné par les ingérences de Muhammad Dahlan[24], son ancien homme fort.

C’est également à travers le prisme de l’assurance que je proposerais de lire le soutien apporté au tout dernier moment par K. Mechaal à la démarche de M. Abbas visant à obtenir un statut d’État (non membre) observateur à l’ONU. L’engagement sur le chemin de la résistance armée dont le mouvement venait récemment de faire preuve lui épargnerait à coup sûr toute accusation de résignation à une démarche en réalité jamais vraiment condamnée mais simplement dédaignée car jugée stérile dans le contexte actuel[25]. Gage peu coûteux donné à ses parrains arabes, ce soutien permettait par ailleurs d’éviter à Hamas de se tenir à l’écart de la fierté nationale qui ne manquerait pas de s’exprimer, même de façon éphémère, à l’issue du vote attendu.

L’appel à la réconciliation

Maître d’œuvre de l’accord de Doha de février 2012 côté Hamas, K. Mechaal apparaît une nouvelle fois en première ligne des nouvelles tentatives visant à conclure la réconciliation nationale sur la base des termes de ce même accord[26]. Qatar et Égypte mobilisent une fois encore leurs diplomates et militaires quand le président égyptien Mohamed Morsi s’implique directement, en tous cas à leurs débuts. En février 2012, pourtant, le chef du bureau politique avait quasiment fait cavalier seul. S’étant vu imposé un accord sur le contenu duquel ils n’avaient à l’évidence pas été consultés, ses pairs n’hésitèrent pas à l’époque à faire état sur la place publique de leurs réserves sur certains points, tout particulièrement l’accord de principe sur la désignation de M. Abbas au poste de Premier ministre du cabinet intérimaire de technocrates chargé d’organiser de nouvelles élections présidentielle et législatives au terme d’une période de six mois.

Gaza, 22 novembre 2012
De gch à dr : Nabil Chaath, Ismail Haniya, Ziyad Nakhkhala et Ahmad Bahar
Source : Maan

En janvier 2013, un accord est trouvé sur le calendrier des négociations à mener sur les dossiers sensibles, réforme de l’OLP, établissement du cabinet et choix du Premier ministre, unification des appareils sécuritaires et des autres institutions de Cisjordanie et de Gaza, etc. Les premières réunions sont organisées, directes ou indirectes, à Gaza ou à l’étranger. Fin janvier, l’Autorité de Gaza donne son feu vert à l’actualisation des listes électorales jusque là refusée à la Commission de Ramallah et Hamas renouvelle l’accord de principe pour que M. Abbas assume la charge de Premier ministre intérimaire, le cabinet étant censé être constitué le 30. Une convocation au Caire du Conseil central de l’OLP, l’instance intermédiaire entre le Conseil national (CNP) –le « parlement » de l’OLP– et le Comité exécutif, est annoncée pour la mi-février afin d’étudier la réforme de l’OLP.

Sur le terrain, la ‘victoire’ de Gaza ne semble pourtant n’avoir eu d’effets qu’éphémères sur le rapport de forces entre Hamas et Fatah. Deux mois après la fin des opérations israéliennes, en effet, la réciprocité des mesures prises par Gaza se fait attendre en Cisjordanie. Sitôt leurs meetings respectifs tenus en Cisjordanie et à Gaza, la sécurité de Cisjordanie a repris ses arrestations dans les rangs de Hamas et ses bureaux n’ont pas rouvert. Du coup, fin janvier, des journalistes Fatah étaient à leur tour brièvement arrêtés à Gaza, accusés d’œuvrer pour M. Dahlan. Début février, force est de constater que des réunions prévues ont été annulées, que la constitution du cabinet a été reportée d’un mois et que le Conseil législatif n’a pas été réactivé en tant que structure unifiée avec sa majorité Hamas issue des élections de 2006.

Les dossiers de fond de la réconciliation sont ainsi toujours aussi complexes, objets de positions contradictoires sinon irréconciliables pour des raisons tant d’appareils que d’idéologies. Par ailleurs, outre Hamas et Fatah, leur discussion implique la présence –même marginale- du MJIP et des organisations de la gauche nationaliste. Les intérêts étrangers ne sont eux-mêmes pas absents.

L’organisation d’une élection au suffrage direct par l’ensemble des Palestiniens de par le monde du nouveau CNP, prévue pour la réforme de l’OLP, pose ainsi des problèmes tant diplomatiques que juridiques et pratiques qui n’ont été, semble-t-il, que très approximativement abordés[27]. L’organisation d’une élection présidentielle et d’élections législatives auxquelles Hamas participerait avec une probabilité de victoire pourrait, quant à elle, sans difficulté être entravée sinon empêchée par une simple décision israélienne d’interdiction du scrutin à Jérusalem-est ; utilisé comme instrument de la cassure entre Gaza et Cisjordanie, Hamas ne peut guère être toléré par Israël comme ciment de la réunification. L’accord de réconciliation apparaît lui-même dépassé, ou en tous cas problématique, en ce qui concerne le cadre de ces élections présidentielle et législatives censé être celui de l’Autorité intérimaire d’autonomie créée par les accords d’Oslo ; même si elle n’a pas été formellement dissoute, en effet, celle-ci a été officiellement remplacée en janvier par un État dont tous les Palestiniens sont appelés à être les citoyens. Le maintien des conditions du Quartet, enfin, empêche jusqu’à aujourd’hui d’envisager toute normalisation des relations entre la communauté internationale et une Autorité ou un État contrôlé par Hamas.

Ainsi, tant les facteurs internes au camp palestinien que les facteurs externes rendent l’hypothèse d’une réconciliation nationale imminente bien improbable en dépit des pressions qui semblent réelles de la part de l’Égypte et de Qatar. Il convient dès lors de se poser la question des objectifs assignés par les deux grandes parties palestiniennes en présence à la reprise des négociations.

Une première hypothèse ferait de la confiance de soi la base de la relance. K. Mechaal aurait ainsi décidé son mouvement à exploiter sa ‘victoire’ sur Israël en la transformant sur ses rivaux de Ramallah ; le vent de l’histoire que constitueraient les victoires des Frères musulmans dans le cadre des divers « Printemps » arabes et de la Turquie ne manquerait pas d’apporter son concours tant à Hamas qu’à Qatar. Disposant d’une marge de manœuvre réduite, Ramallah aurait pensé jouer de sa ‘victoire’ à l’ONU, porté par l’espoir d’une relance de la diplomatie américaine à l’occasion de la réélection de Barack Obama qui la remettrait en scelle face à un B. Netanyahu lui aussi reconduit mais affaibli. Après avoir estimé posséder suffisamment d’atouts pour faire valoir ses positions sur l’autre partie, chacune d’entre elles a du ensuite rabattre de sa superbe.

Une seconde hypothèse, plus complémentaire d’ailleurs que contradictoire avec la première, ferait de la réconciliation, grâce à son absence d’accomplissement, un simple instrument utilisé par Hamas pour asseoir encore plus son contrôle sur la bande de Gaza et améliorer sa position en Cisjordanie. Il s’agirait ainsi d’apparaître comme le plus généreux pour, in fine, affronter en position dominante un refus de Fatah et des internationaux jugé inéluctable. Une sorte de réconciliation minimale serait alors à son avantage, même si certains leaders de Gaza, comme le ministre Ziyad al-Zaza le 31 janvier, affirment que l’accord constitue un tout dont les mesures ne sauraient être débitées en tranches. Une normalisation de la vie politique à Gaza lui permettrait à coup sûr d’affermir son autorité. Entamée avec la réintroduction de Fatah sur la scène publique, elle pourrait être couronnée, grâce à la mise à jour des listes électorales effectuée par la Commission de Ramallah, avec l’organisation d’élections locales exemplaires, à la différence de celles organisées en octobre dernier en Cisjordanie. Une réconciliation minimale pourrait également lui permettre éventuellement de reprendre des activités associatives publiques en Cisjordanie, activités qui constituent le cœur de son identité traditionnelle ordonnée au long terme.

Le scenario mentionné plus haut (note 18) d’un projet de conquête militaire de la Cisjordanie ne me semble bénéficier d’aucune vraisemblance. Hamas, en effet, ne dispose d’aucun des moyens nécessaires : les années de répression menée par les forces de sécurité mises en place par les parrains américain et israélien ont déstructuré son aile militaire, laquelle n’a jamais bénéficié d’une latitude à s’armer comparable à celle de son homologue de Gaza. De plus, Hamas n’a d’intérêt pour Israël, comme j’espère l’avoir montré, qu’en tant que facteur de division et épouvantail pour la communauté internationale ; même si le mouvement se contentait simplement de réchauffer le front cisjordanien –ce dont je doute au vu de sa demande d’activités associatives– pour désigner l’incompétence de Fatah et proposer de meilleurs services, le refus israélien serait assuré.

Dans un tel contexte, quel pourrait être l’objectif personnel de K. Mechaal ? Son abandon de la direction du bureau politique a été présenté par certains comme un préalable à son entrée dans la course à la présidence soit de l’Autorité soit de l’OLP. L’argument ne tient ni pour l’Autorité, dès lors que M. Abbas, son actuel président, est également chef d’une organisation politique, ni pour l’OLP, dès lors que les membres de son Comité exécutif, parmi lesquels son président est choisi, sont dans leur grande majorité les chefs des divers mouvements membres de l’Organisation. Mon évaluation –toute personnelle– ferait plutôt état d’un espoir d’obtenir un poste de prestige au sein d’une institution panarabe ou panislamique, porté par ce vent de l’histoire dont j’ai parlé plus haut.

Quelques pistes de réflexion

The People Want to End the DivisionSource : Stop Inqisam

L’improbabilité d’une réconciliation renvoie ainsi, comme j’espère l’avoir montré, à des logiques antagonistes d’appareils et d’idéologies. Mon appréciation repose également sur la prise en compte d’une réalité sociale relativement récente mais profonde et, me semble-t-il, durable : l’exigence de réconciliation, prétendument profondément enracinée dans les populations tant à Gaza qu’en Cisjordanie, apparaît bien superficielle, en effet, si l’on prend en considération la fugacité des manifestations qui, au printemps 2011, réclamaient « la fin de la division ». Les préoccupations premières de la population, tant à Gaza qu’en Cisjordanie, me paraissent ainsi ailleurs.

En Cisjordanie, la population témoigne d’une sorte de mise entre parenthèses de la logique de résistance à l’occupation au profit de l’adoption d’une logique de revendications sociales face à l’Autorité, le tout dans la désillusion politique. Même si des bouffées de violence ont récemment éclaté contre des soldats ou des colons, la solidarité avec Gaza bombardée a été mesurée comme elle a été inexistante ces dernières années avec Gaza assiégée. La résistance civile de type Bil’in n’a pas fait école et les tentatives de renouvellement de ce type de mobilisation avec la création, à deux reprises en janvier, « d’implantations sauvages » palestiniennes dans la zone C (les 60 % de la Cisjordanie qui échappent à l’autonomie) ont été saluées, sans plus. Ni le soutien accordé à l’Autorité, par exemple manifesté à l’occasion de l’entrée à l’ONU de l’État de Palestine, ni l’opposition à cette même Autorité, par exemple manifestée par le boycott des élections locales d’octobre, ne se sont transformées en mobilisation de masse durable. La révélation des concessions faites par le leadership palestinien sur les questions de Jérusalem et des réfugiés à travers celle des Palestine Papers n’avait elle-même entraîné en janvier 2011 qu’une mobilisation de dénonciation des plus réduite. Last but not least, la segmentarité de la société, jusque là habituellement contenue par l’aspiration nationale, a surgi en janvier 2013. La limitation de l’effacement par l’Autorité de la dette accumulée dans le règlement des factures d’électricité aux seuls réfugiés des camps, censés être les plus démunis, a suscité une mobilisation citadine telle que la mesure a du être élargie à l’ensemble de la population.

Distraite de la résistance à l’occupation, la population est entrée, ces derniers mois, dans la logique des revendications sociales à l’encontre de l’Autorité. Ainsi, l’année 2012 a vu se multiplier les grèves, sit-in et manifestations (mars, juillet, septembre, janvier 2013) accompagnés parfois d’affrontements violents avec la police ; des immolations par le feu ont même eu lieu. Il s’agissait de dénoncer des augmentations (fuel, aliments, etc.) ou les retards dans le paiement des fonctionnaires (entre 19 et 25 % de l’emploi), d’exiger le retrait de nouveaux taux de TVA, l’augmentation des salaires ou encore l’égalité dans l’effacement de la dette de l’électricité.

En dépit d’incursions périodiques et du maintien de nombreux check-points et autres obstacles, l’occupant est ainsi parvenu à s’effacer suffisamment pour détourner le ressentiment de la population à son encontre vers l’Autorité en charge de son quotidien immédiat, même si les plus politiques demandaient l’abrogation des accords de Paris de 1994 qui règlent les relations économiques entre Israël et Palestine.

Mais ces revendications sont également la rançon du fayyadisme : chargé par les donateurs internationaux d’implanter le néolibéralisme en Palestine, Salam Fayyad, Premier ministre de Ramallah et ancien fonctionnaire de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, a su populariser des habitudes de consommation jusque là inconnues, proscrites par patriotisme ou inatteignables pour la majorité[28]. En rendant la population captive de ses prêts bancaires à la consommation et pour l’immobilier, il la détournait d’aspirations nationales quand les nouvelles recrues dans les forces de sécurité se devaient de témoigner d’une absence totale d’engagement organisationnel (y compris Fatah).

A Gaza, la logique de résistance d’une population quotidiennement confrontée à la violence du blocus et des opérations militaires périodiques désamorce en partie, mais en partie seulement, les revendications sociales de même type. Des manifestations, d’ailleurs, ont eu lieu en 2012 avec des immolations par le feu comme en Cisjordanie. Selon toute vraisemblance, l’épisode de novembre ne constituera ainsi qu’une parenthèse dès lors que l’économie des tunnels, indispensables pour la survie de la population sous blocus, engendre l’enrichissement rapide et considérable d’une mince couche de la population alors même que la majorité vit sous le seuil de la pauvreté[29].

Cette nouvelle prégnance de la question sociale, enfin, m’amène à douter de l’imminence d’une troisième intifada. En premier lieu, une intifada ne se décrète pas. L’absence de réponse populaire apportée aux appels de la « Troisième intifada » en 2011 comme aux appels à répétition lancés depuis sa prison israélienne par Marwan Barghouti, l’ancien leader de l’intifada Al-Aqsa, en constitue la preuve. Même si leur nombre est en augmentation, les incidents violents qui ont éclaté récemment en Cisjordanie entre Palestiniens et Israéliens sont, par ailleurs, toujours restés localisés, réponses ponctuelles à des provocations de colons ou de soldats.

*   *

*

Deux mois après la ‘victoire’ de Hamas, les annonces péremptoires du couronnement prochain des négociations du dialogue national relancées ces dernières semaines après une année d’interruption ne me convainquent donc pas. Je continue à douter de la capacité des parties en présence à dépasser leurs antagonismes et à contrer les pressions dont elles font l’objet pour parvenir à sceller une réconciliation pleine et entière. La déconnection entre la bande de Gaza et la Cisjordanie voulue par Israël et, de facto, entretenue par la communauté internationale et les deux principales parties palestiniennes en présence m’apparaît dès lors comme appelée à perdurer. Les interrogations manifestées par Freih Abu Middein en pleine résistance palestinienne sur ses capacités unificatrices risquent ainsi de devoir être rangées au rayon des espoirs utopiques portés par un vieux patriote libéré de tous liens organisationnels.

Bibliographie

Clark, Liat, “Israel trains teen cybersleuths, but loses social media war to Hamas”, wired.co.uk, 4 janvier 2013.

In the Aftermath of Operation Pillar of Defense. The Gaza Strip, November 2012, Shlomo Brom (Ed.), Tel-Aviv, The Institute for National Security Studies, décembre 2012, 102 p.

International Crisis Group, “Israel and Hamas: Fire and Ceasefire in a New Middle East”, ICG Middle East Report, n°133, Bruxelles-Washington, 22 novembre 2012, 32 p.

International Monetary Fund, “Recent Experience and Prospects of the Economy of the West Bank and Gaza“, New York, 23 septembre 2012, 40 p.

Konrad-Adenauer-Stiftung e.V., “The Political Economy of the West Bank. An attempt to explain the economic protests in September 2012”, 13 décembre 2012, 8 p.

Malka, Haim, “Middle East Notes and Comment: Hollow Victory”, Washington, CSIS (Center for Strategic and International Studies), 14 décembre 2012, 2 p.

Rabbani, Mouin, “Qatar and the Palestinians”, in “Qatar – Aspirations and Realities”, Perspectives, n° 4, Tunis-Beyrouth-Ramallah, Heinrich-Böll-Stiftung, 26 novembre 2012, p. 42-45.

Segell, Glen, Israel, Hamas and Gaza 14-21 November 2012: Operation Pillar of Defense; Operation Stones of Shale; Operation Blue Sky, London Security Policy Study, 1er décembre 2012, 71 p.

Shalom, Zaki, “Has Operation Pillar of Defense Enhanced Israel’s Deterrence?”, e-International Relations, 6 janvier 2013, 6 p.

[1] Seule la victoire médiatique est concédée suite à une étude menée par Tomer Simon et Erez Cohen de l’université Ben-Gourion. Lire la bibliographie générale qui figure en fin d’article.

[2] Freih Abu Middein (فريح أبو مدين), « La bataille de Karameh et la guerre des Pierres d’argile » (معركة الكرامة وحرب حجارة السجيل), Al-Quds Al-‘Arabî, 19 novembre 2012.

[3] Lire, par exemple, interview de Mahmoud Al-Zahar dans Al-Charq Al-Awsat, 23 novembre 2012.

[4] La désigner comme « opération Pilier de défense » serait partial et partiel tant ses dénominations renvoient à des historiographies partisanes. “Pillar of defense” n’est, en réalité, qu’une version laïque et volontairement défensive d’une appellation aux accents bibliques dans sa langue d’origine : “Amoud Anan” (עמוד ענן), cette « colonne de nuée » qui précédait le jour les hébreux, lors de leur fuite hors d’Égypte, quand une colonne de feu les protégeait la nuit (Exode, 13,21-22). Pour la première fois, les parties palestiniennes ont tenu à contester l’unilatéralisme habituel de l’historiographie israélienne en se construisant un rôle d’acteur à travers des dénominations propres. Quand Hamas fait également appel à Dieu et parle de l’opération “Hajarat Al-Sajjîl” (حجارة السجيل), ces « Pierres d’argile » que Dieu fait pleuvoir sur les ennemis de l’islam (Coran, 105), le MJIP se contente d’un sobre Al-Samâ’ Al-Zarqâ (السماء الزرقاء), un « Ciel bleu » éclairci de la nuée israélienne.

[5] S’il faut en croire Ahmed Eleiba, “Cease-fire on paper“, Al-Ahram Weekly, 23 novembre 2012, seule source que j’ai pu trouver à évoquer cette question, la version du texte en arabe aurait été signée par Hamas, celle en anglais par Israël quand les deux auraient été signées par l’Égypte. La fiction de l’absence de toute négociation entre Israël et Hamas est ainsi maintenue quand les États-Unis, impliqués dans la négociation avec la présence dans la région de la secrétaire d’État Hillary Clinton, ne sont pas signataires. Rien n’est dit sur la signature éventuelle du MJIP, partie de la négociation.

[6] En juin 2007, Hamas avait pu anticiper un putsch mené par les forces fidèles à la présidence et par Fatah grâce à une fuite dans la presse israélienne due, selon toute vraisemblance, aux autorités israéliennes. Lire David Rose, “The Gaza Bombshell“, Vanity Fair, avril 2008.

[7] Lire Jean-François Legrain, « Gaza : la fois de trop ? », IREMAM, 22 novembre 2012. Le réchauffement de la frontière depuis l’été 2012 pouvait être interprété comme une ultime montée des enchères dans la négociation en cours comme la manifestation des limites du contrôle de Hamas sur ces concurrents ou encore la réponse à la multiplication des éliminations ciblées israéliennes et du bombardement en octobre dans la banlieue de Khartoum d’une usine suspectée de produire des armes à destination de Gaza. En éliminant Ahmad Jaabari, le chef militaire de Hamas à Gaza, le gouvernement israélien initiait le 14 novembre un cycle de violences de haut niveau, rompant ainsi avec le mode opératoire des deux années qui avaient précédé. Ce faisant, il éliminait une nouvelle fois un interlocuteur en passe de boucler un accord de cessez-le-feu, par ailleurs premier interlocuteur des Égyptiens dans le cadre du comité conjoint de sécurité auquel il avait contribué à la mise en place récente. Israël suscitait ainsi des interrogations légitimes sur sa volonté affichée d’assurer le calme complet sur sa frontière avec Gaza. Cette approche, dénoncée ou ignorée par bien des observateurs de l’extérieur, est pourtant partagée par quelques analystes israéliens comme Aluf Benn, “Israel killed its subcontractor in Gaza“, Haaretz, 14 novembre 2012 et Reuven Pedatzur, “Why did Israel kill Jabari?“, Haaretz, 4 décembre 2012, ou encore le médiateur côté israélien, Gershon Baskin, “Israel’s Shortsighted Assassination“, The New-York Times, 16 novembre 2012. Pour une thèse aux antipodes de la mienne, lire Marc Brzustowski, « Le pari du Hamas et de l’Iran sur une escalade régionale avorté », Le blog de Gad, 23 novembre 2012.

[8] Le 30 janvier 2006, le Quartet (Nations-Unies, États-Unis, Union européenne et Russie) conditionna tout contact avec Hamas à un “commitment to the principles of nonviolence, recognition of Israel, and acceptance of previous agreements and obligations, including the Roadmap”. Les termes diffèrent de ceux employés dans la déclaration du 26 janvier 2006 : “A two-state solution to the conflict requires all participants in the democratic process to renounce violence and terror, accept Israel’s right to exist, and disarm, as outlined in the Roadmap”. Empêtrée dans son boycott de Hamas, la prétention de la France à établir une médiation en envoyant son ministre des Affaires étrangères, côté palestinien, à Ramallah n’en est que plus navrante.

[9] Les versions anglaise et arabe du texte sont accessibles sur Maan.

[10] Selon les statistiques établies le 22 novembre par l’OCHA (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs) des Nations unies dans les Territoires occupés, 103 Palestiniens et 4 Israéliens ont été tués, 1 269 Palestiniens et 224 Israéliens ont été blessés quand à Gaza 298 maisons ont été détruites ou sérieusement endommagées.

[11] En rétorsion à la démarche palestinienne visant à obtenir un siège d’État non membre observateur à l’ONU en novembre 2012, Israël a une nouvelle fois décidé d’asphyxier l’Autorité en retenant quelques 120 millions de dollars sur les taxes appelées à être reversée chaque mois au titre de l’Accord de Paris de 1994 et qui représentent 70 % du budget de l’Autorité. Le gouvernement Netanyahu s’était pourtant mobilisé –en vain- en juillet 2012 pour tenter de convaincre le FMI d’octroyer un prêt d’un milliard de dollars à l’Autorité afin de la sauver d’une banqueroute qui risquait de le renvoyer à ses responsabilités de puissance occupante. L’Autorité a vu parallèlement les contributions des donateurs passer de 1,8 milliard de dollars en 2008 à 1,1 milliard en 2010 (soit une chute de la participation au PNB de 21 % à 11 %), l’aide des États arabes étant passée de 500 millions à 200 sur la même période. Israël a également imposé ces dernières de nouvelles restrictions à l’importation de produits palestiniens.

[12] Lire Rafael Advanced Defense Systems Ltd, “Defense Against Short Range Artillery Rockets“, sans date.

[13] Nul ne sait si le détenteur de cette autorité a été maintenu dans ses responsabilités, a été remplacé ou même si cette fonction existe encore.

[14] Dont l’importance avait été reconnue dès 1997 à travers une tentative d’élimination menée à Amman par le Mossad.

[15] Lire le dossier consacré au 25e anniversaire du mouvement (ملف خاص في ذكرى انطلاقة حركة المقاومة الإسلامية حماس الـ 25) sur le site du Palestinian Information Center. Les citations en anglais les plus longues de son discours sont à trouver dans Saleh Al-Naami, “Hardened moderation“, Al-Ahram Weekly, 12 décembre 2012.

[16] Lire, par exemple, l’interview donnée au Caire le 21 novembre 2012 à Christiane Amanpour de CNN.

[17] Lire, par exemple, la très instructive contribution du principal conseiller d’Ismaïl Haniya, Ahmed Yousef, “Pause for peace“, New-York Times, 1er novembre 2006 : “We Palestinians are prepared to enter into a hudna [truce] to bring about an immediate end to the occupation and to initiate a period of peaceful coexistence during which both sides would refrain from any form of military aggression or provocation. During this period of calm and negotiation we can address the important issues like the right of return and the release of prisoners. If the negotiations fail to achieve a durable settlement, the next generation of Palestinians and Israelis will have to decide whether or not to renew the hudna and the search for a negotiated peace.”

[18] Lire par exemple Walid ‘Awad (وليد عوض), “Mechaal essaie d’obtenir la présidence de l’OLP avec le soutien de certains États arabes […]” (مشعل يحاول تولي رئاسة منظمة التحرير بدعم من دول عربية و’فتح’ تراهن على رفاق الدرب من الفصائل للاحتفاظ بالموقع), Al-Quds Al-‘Arabî, 28 janvier 2013 ou Shlomi Eldar, “Is Hamas Laying a Trap For Fatah in West Bank?“, Al-Monitor.com, 7 janvier 2013. Des milieux du renseignement israélien font également état de cet appétit de puissance qu’ils pensent en termes de coup d’État en Cisjordanie, in Uzi Mahnaimi, “Israel fears plot by Hamas to seize West Bank“, Sunday Times, 23 décembre 2012.

[19] L’harmonie entre les trois instances, longtemps réelle, n’est aujourd’hui que virtuelle. L’état calamiteux des relations personnelles entretenues par le président avec son Premier ministre est connu. Chargé de la mise en place d’un cabinet « transparent », c’est à dire apolitique au sens de l’abandon de tout engagement national classique au profit d’une soumission aux directives des donateurs et de l’occupant, Salam Fayyad se voit, par ailleurs, sans cesse dénoncé par Fatah comme le réducteur de son influence. Ces dernières semaines, les incidents se sont ainsi multipliés en Cisjordanie, tout particulièrement dans les camps de Jénine et de Balata près de Naplouse, entre forces de sécurité et des éléments armés de Fatah qui dénonçaient leur abandon par l’Autorité.

[20] Fantasme ou réalité : les sondages d’opinion en Palestine, dénués de toute crédibilité, sont en tous cas bien incapables de donner une évaluation de cet amoindrissement.

[21] La désignation du chef de Hamas est elle-même devenue un enjeu diplomatique régional sinon international. Il s’agit là de nouvelles manifestations de ce que j’ai qualifié de « dépalestinisation ». La Palestine est redevenue ces dernières années la caisse de résonance des intérêts étrangers contradictoires comme ce fut le cas avant 1967 avec l’OLP de la Ligue arabe et dans les années 1970 et au début des années 1980 avec certaines organisations de guérilla simples mandataires d’États de la région. Nous sommes là confrontés à l’inverse de ce que l’OLP avait réussi à mettre en œuvre à partir de la fin des années 1960 : la « palestinisation » de l’identité à travers l’apparition de la revendication de souveraineté nationale sur une terre dorénavant construite en territoire et identifiée comme palestinienne et la « palestinisation » du politique et du militaire avec l’émergence des Palestiniens comme acteurs autonomes sur la scène arabe. Lire Jean-François Legrain, “Palestine: what does the future hold?”, in CIDOB, Power and regimes in the contemporary Arab world, New-York, Routledge, 2012, p. 303-307.

[22] En revanche, la venue de Nabil Chaath sous les bombes constitue une manifestation de plus de la pérennité de l’engagement politique de cet ancien ministre des Affaires étrangères de Yasser Arafat, par ailleurs membre de la plus haute instance de Fatah, concepteur et promoteur de la récente démarche à l’ONU. En l’absence d’héritier présomptif de M. Abbas, par son expérience et le respect dont il bénéficie, il pourrait constituer un « pape de transition » du fait de son âge (75 ans).

[23] Selon Fathi Sabah, correspondant d’Al-Hayât à Gaza, cité dans Hazem Balousha, “Fatah Still Cannot Challenge Hamas in Gaza“, Al-Monitor, 28 janvier 2013, “The number of participants in the festival does not mean that Fatah is strong. What happened is quite normal after five years of repression and prevention.”

[24] Le meeting de janvier, d’ailleurs, a du être écourté suite à des heurts entre des partisans de M. Dahlan, toujours exilé de Gaza, et des partisans de son rival de Cisjordanie, Jibril Rajoub, au moment de la montée à la tribune de ce dernier.

[25] Pour Hamas, c’est la fin de l’occupation qui importe quand la création de l’État indépendant, dont le principe n’est pas condamné -à la différence, par exemple, du credo du Parti de la libération islamique- n’est que l’une des hypothèses à envisager en tant que concrétisation de la libération.

[26] Le premier accord de réconciliation récent, lui-même héritier d’accords plus anciens, a été signé le 4 mai 2011 au Caire. Il a été suivi de la signature d’un nouvel accord le 6 février 2012 à Doha, confirmé le 20 mai 2012 au Caire. Une traduction française de l’accord du Caire peut être trouvée sur le site de l’Electronic Intifada, et de l’accord de Doha sur celui de l’International Solidarity Movement (ISM).

[27] En décidant par décret le 6 janvier que l’ensemble des documents officiels devraient dorénavant et de façon immédiate porter la mention « État de Palestine », M. Abbas a parallèlement fait preuve de ce qu’on pourrait au minimum qualifier de précipitation. Doté du contrôle exclusif des points de passage entre la Cisjordanie et l’étranger, Israël aura, en effet, toute latitude pour interdire de sortie les détenteurs de ce passeport émis par un État qu’il se refuse à reconnaître.

[28] Benjamin Barthe, Ramallah Dream, Paris, La Découverte, 2011, décrit fort bien cette réalité.

[29] Omar Shaban, “New Class of Palestinians Get Rich On Gaza Tunnel Trade“, Pal-Think, 31 janvier 2013.

Pour citer ce billet : Legrain Jean-François, « Gaza, novembre 2012 : une ‘victoire’ de Hamas pour quoi faire ? », Carnets de l’IREMAM, 3 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1835 (date de consultation)

 

Jean-François Legrain

Historien arabisant, Jean-François Legrain est chargé de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) depuis 1990, affecté à l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM)/Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence (Aix Marseille Université) depuis 2012.

More Posts - Website

Camps et “villages de toile” en Palestine

Des tentes sur le sol palestinien : dans la presse on les appelle tantôt des « colonies sauvages »,…

Des tentes sur le sol palestinien : dans la presse on les appelle tantôt des « colonies sauvages », tantôt des « villages de toile ». Les premières, ce sont les implantations illégales des extrémistes israéliens, qui finissent – à quelques exceptions près – par se transformer en « colonies de peuplement » tout à fait légales. Les seconds, ce sont les « villages » que les militants palestiniens ont imaginé de créer, sans doute moins pour contrer l’inexorable annexion de leurs terres que pour tenter, une fois de plus, d’alerter l’opinion mondiale sur leur situation.

A force d’être utilisés, les mots ont fini par perdre leur sens. C’est tout de même une des erreurs majeures de la propagande israélienne que de n’avoir pas perçu assez vite le côté terriblement négatif du mot settler, beaucoup plus anodin en anglais. En français comme dans beaucoup d’autres langues, « colon » ne renvoie pas aux pionniers de la nation, à l’assaut des terres vierges de l’Ouest sauvage (au passage dérobées à leurs habitants indiens). Il évoque davantage les réalités nettement moins glorieuses de l’expansionnisme colonial européen. D’où les efforts, dans quelques médias notamment, pour substituer aux inquiétantes « colonies » – sauvages qui plus est ! – de bien plus innocents « points de peuplement », qui pourraient faire oublier la réalité d’« Israël, fait colonial », comme l’affirmait déjà Maxime Rodinson dans un article célèbre publié en 1967 dans Les temps modernes, alors dirigés par Sartre.

On remarque la même gêne dans la presse occidentale lorsqu’il s’agit d’évoquer le nouveau phénomène que constitue la création, par les Palestiniens, de « points de peuplement » sur leurs terres. On parle de « village » sans doute, mais avec des guillemets qui soulignent leur caractère « virtuel » (l’adjectif est souvent employé). Jusqu’à cette trouvaille de la langue de bois médiatique, ces « villages de toile » (dans le Nouvels Obs par exemple), qui permettent de donner à l’actualité politique hivernale un cachet de vacances estivales parfaitement anodin. En gros, des jeunes gens faisaient une sorte de Rave Party quelque part dans la banlieue de Jérusalem durant le week-end, et la police est venue y mettre bon ordre…

La réalité, c’est que, le vendredi 11 janvier, des Palestiniens ont installé des tentes quelque part entre la Cisjordanie et Jérusalem-Est, sur le site d’un projet de colonisation. Après avoir évacué de force les quelque 200 militants (dont des internationaux) le dimanche, l’armée « nettoyait » définitivement les 24 tentes, en dépit d’un jugement de la Cour suprême qui ordonnait un délai d’une semaine et malgré « l’infiltration » de quelques nouveaux venus qui avaient réussi à tromper un court moment la vigilance des militaires en se faisant passer pour une noce ! Deux jours plus tard, nouvelle opération, cette fois-ci à Beit Iksa, un village pris en sandwich entre plusieurs colonies illégales, à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Jérusalem. L’armée vient de les évacuer mais les militants promettent déjà d’autres actions.

Dans la presse arabe, ces actions, répliques en miroir aux procédés utilisés depuis des années par les colons israéliens, ont suscité beaucoup d’intérêt. Par leur nom d’abord. « Porte de la dignité » (Bab al-karama) pour la dernière en date, en écho aux slogans scandés dans les soulèvements arabes probablement, mais peut-être aussi à la légendaire (pour les Palestiniens !) bataille de Karameh, au nord-est de Jéricho, qui marqua la véritable apparition du Fatah comme force combattante, en mars 1968. Quant à la première action de ce genre, « La porte du soleil » (Bab al-shams), son nom fait écho au célèbre roman d’Elias Khoury, publié en 1998 (traduction en français en 2001 chez Actes Sud/Sindbad) et porté au cinéma par l’Egyptien Youry Nasrallah en 2004.

Un texte mis en ligne par le romancier libanais sur sa page Facebook et repris dans la presse (ici par exemple) a beaucoup circulé. Il mériterait d’être traduit en entier (avis aux amateurs!) mais voilà au moins quelques extraits :

الجديد في تجربة باب الشمس يتمثل في ثلاث مسائل:
الأولى هي اسلوبها الجديد. فبدل رد الفعل لجأ المناضلات والمناضلون الفلسطينيون الى اخذ المبادرة، وبدل الاحتجاج السلبي لجأوا الى الاحتجاج الايجابي.

Trois points font la nouveauté de l’expérience menée à Bab al-Shams. Premièrement, son style : au lieu de se contenter de réagir, les militantes et militants palestiniens ont pris l’initiative, d’une opposition négative, ils sont passés à une opposition positive. (…)

الثانية هي ان هذا الأسلوب الجديد يعكس مناخات استعادة روحية النضال بعد الجدب الذي صاحب انطفاء الانتفاضة الثانية، اي ان تغيير الاساليب ليس مسألة شكلية، بل هو تعبير عن نضج ثقافي وسياسي.

En second lieu, ce nouveau mode de protestation reflète un état d’esprit, celui d’un retour de l’esprit combatif après la stérilité qui a suivi la fin de la Seconde intifada. En d’autres termes, ce changement des modalités du combat est bien plus que formel, il manifeste une maturité culturelle et politique. (…)

الثالثة هي ان النضال السلمي الذي سيشكل بوصلة العملية النضالية في فلسطين اليوم، ليس نقيضا او بديلا لأشكال النضال الأخرى. لا نريد ان ننتقل من تقديس احادية البندقية ورفض كل الاشكال الأخرى، الى تقديس النضال السلمي. النضال السلمي هو الشكل الملائم اليوم، لكنه لا ينسخ الأشكال الأخرى، بل يكملها وقد يصل في مرحلة لاحقة الى استخدام بعضها.

Troisièmement, la lutte pacifique, boussole du combat en Palestine aujourd’hui, ne vient pas en contradiction avec les autres formes de lutte, non plus qu’elle ne les remplace. Il ne s’agit pas de remplacer le culte exclusif du fusil et le refus de toutes les autres formes de lutte, par celui de la lutte pacifique. Celle-ci constitue la forme adaptée à la situation d’aujourd’hui, mais elle n’abroge pas les autres, elle les complète, quitte à devoir retourner à certaines des anciennes modalités par la suite. (…)

المخيم الجديد هو مخيم استعادة الأرض، والانغراس فيها وتعميدها بالعرق والدم والصمود.
تحية الى الذين صنعوا قريــــتنا التي فتحـــت باباً لشمس الحرية.

Le camp d’aujourd’hui, c’est le camp pour la récupération de la terre, pour s’y enraciner, pour la bénir par la sueur, par le sang et par la résistance tenace (sumûd). Salut à ceux qui ont fait notre village, un village qui ouvre la porte au soleil de la liberté.

Rarement à l’honneur dans les soulèvements arabes – si l’on excepte le poète tunisien du début du siècle, Aboul-Qassem Chebbi (أبو القاسم الشابي), dont les slogans d’aujourd’hui font écho à l’un de ses vers (اذا اراد الشعب يوما الحياة Si le peuple veut un jour la vie…) –, écrivains et poètes ont salué avec bonheur cette allusion littéraire. Dans un article publié sur le site d’Al-Jazeera, Amjad Nasser fait ainsi défiler tous les grands noms des lettres arabes qui ont habité si longtemps la cause palestinienne.

Parmi ceux-ci, Ghassan Kanafani bien entendu, fondateur comme le rappelle le poète et romancier jordanien de ce qu’on a appelé le « roman des frontières » (رواية الحدود ). Kanafani, assassiné en 1972 par un commando israélien à Beyrouth et à qui on laissera le dernier mot, celui qu’il a choisi comme titre pour une nouvelle du recueil célèbre, Umm Saad (أم سعد), publié en 1969. Parlant de son fils parti rejoindre le campement des feddayins à la frontière israélienne, Umm Saad tente d’expliquer ce départ au « fils des patrons » chez qui elle travaille… Khayma 3an khayma tafraq « Une tente et une tente, ce n’est pas pareil ! » (Texte arabe, ici.) La tente du camp de réfugiés et celle des combattants, ce n’est pas la même chose…

A leur manière, les jeunes militants en Palestine disent bien qu’on est en train de changer d’ère. Passer du camp de réfugiés aux tentes de toile qui se revendiquent village, ce n’est pas la même chose, c’est même tout un symbole.

La Palestine en réseaux : mobilisations sociopolitiques et enjeux identitaires

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.
L’Université de Birzeit (Territoires p…

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, source V. G.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.

L’Université de Birzeit (Territoires palestiniens) a accueilli le 3 décembre 2012 la deuxième rencontre du séminaire thématique du Département des études contemporaines (DEC) de l’Ifpo : « La Palestine en réseaux : du concept à l’étude de cas ». Au-delà de la diversité des objets de recherche, des méthodes d’enquête et des appartenances disciplinaires, les participants ont axé leur réflexion sur la recomposition des « identités » palestiniennes au regard des mobilisations sociopolitiques appréhendées sur le temps long, des enjeux mémoriels et des phénomènes de transnationalisation des modes d’action militants. Dans une perspective résolument critique à l’égard des conceptions culturalistes, essentialistes et romantiques de la « question palestinienne » – qui restent trop souvent dominantes dans le champ intellectuel dès lors qu’on traite du sujet passionnel de la Palestine –, trois études de cas ont été présentées : les mobilisations de la communauté afro-palestinienne dans la vieille ville de Jérusalem (Raed Bader, Assistant Professor à l’Université de Birzeit), les réseaux militants autour de la Palestine internationalisée (Nicolas Dot-Pouillard, chercheur à l’Ifpo, par vidéoconférence) et les « nouveaux » mouvements protestataires palestiniens dans le sillage des printemps arabes (Abaher Al-Saqqa, directeur du département de sociologie à l’Université de Birzeit). Malgré l’extrême hétérogénéité des objets traités, c’est bien la Palestine comme réservoir de sens et d’identifications collectives qui est interrogée par les participants du séminaire à travers les récits de vie, l’analyse des statuts sociaux passés et hérités, l’étude des modes d’insertion différentiels dans l’univers palestinien (local, régional, transnational) mais aussi l’évolution des représentations et des mentalités des acteurs sociaux. En effet, si la « cause palestinienne » agit incontestablement, depuis plus de cinquante ans, comme un puissant vecteur de mobilisation politique, d’émotions et de passions collectives, cette permanence imaginaire cache aussi des ruptures, des discontinuités, des modes de revendication et d’expression publiques, qui intègrent très largement les transformations sociopolitiques à l’œuvre dans l’environnement régional et international.

Miniature persane représentant Bilal, le premier muezzin de l’islam

Miniature persane représentant Bilal, le premier muezzin de l’islam

Ethnicité noire et identité palestinienne : un mode fusionnel ?

La communauté noire de la vieille ville de Jérusalem est estimée selon les sources de 350 à 500 individus, soit une quarantaine de familles vivant dans le quartier dit « africain » à quelques centaines de mètres de la mosquée Al-Aqsa. Revendiquant ouvertement leur identité palestinienne, profondément ancrée dans la citadinité (gardienne des lieux saints), reconstruite souvent sur un mode imaginaire et héroïque (références récurrentes aux périodes glorieuses de l’histoire islamique et notamment au personnage de Bilal, le muezzin noir du Prophète), les Afro-Palestiniens cherchent simultanément à euphémiser leurs origines serviles (l’esclavage reste un sujet tabou dans la communauté), tout brandissant une « identité afro-palestinienne » de plus en plus assumée. Ils rejettent catégoriquement la qualification de ‘abid (« serviteur » en arabe), rappelant trop la condition d’esclave mais, qui est parfois employée à leur égard par certains Palestiniens « blancs » pour les désigner péjorativement.

Une stratégie d’ethnicité complexe, où l’attachement à l’identité palestinienne et l’engagement actif dans la résistance contre l’occupation israélienne (nombreux parmi les Afro-Palestiniens sont des anciens fedayins) se combinent à des modes d’affirmation particulariste, où l’exaltation d’une certaine négritude (même si le terme peut paraître inapproprié dans le contexte palestinien) est brandie comme un gage de loyalisme et de fidélité à « la cause ». Ici, les récits mythiques sur les origines migratoires des Afro-palestiniens de Jérusalem fonctionnent comme une forme de réassurance identitaire, où le particularisme noir s’exprime moins en réaction à une identité dominante (comme chez les Afro-Américains à l’égard de la majorité WASP), que comme preuve d’appartenance incontestable à l’univers palestinien, et comme volonté de se démarquer à tout prix de la figure du colon (l’Israélien). Les contacts avec les autres Noirs séjournant à Jérusalem sont rares, voire proscrits : le Juif d’origine éthiopienne (Falacha), par exemple, n’est jamais perçu comme un « frère de race » mais toujours comme un oppresseur. Le projet de recherche initié par Raed Bader sur la « communauté noire » d’Al-Qods et, dans une perspective plus globale, sur les Afro-Palestiniens (majoritairement concentrés à Gaza, Jéricho et dans le désert du Néguev) ne prétend pas verser dans l’exotisme anthropologique ou la curiosité folkloriste – à l’instar de ces touristes européens qui viennent visiter Harlem en bus climatisé –, mais interroger les différentes manières d’être Palestinien par-delà des visions unanimistes et romantiques d’un peuple supposé culturellement et ethniquement homogène.

La vieille ville de Jérusalem, décembre 2012, source V. G.

La vieille ville de Jérusalem, décembre 2012, photo DR

Palestine internationalisée : une déterritorialisation militante ?

Cette identification inconditionnelle à « la cause » peut apparaître encore plus surprenante quand il s’agit d’étrangers, n’ayant aucune racine familiale attestée sur la terre de Palestine. C’est précisément l’objet de la recherche développée par Nicolas Dot-Pouillard qui s’intéresse à ces militants arabes, européens, latino-américains, japonais, etc., qui se sont engagés dans la résistance palestinienne. À partir d’une approche prosopographique inédite, retraçant les carrières de plusieurs dizaines d’activistes pro-palestiniens, l’auteur recourt à la notion de « Palestine internationalisée », dont les ressorts de mobilisation reposent principalement sur une forme de déterritorialisation militante, des flux d’échanges idéologiques et symboliques qui ont la particularité de se manifester à distance (Europe, Amérique, Asie) ou aux périphéries de la Palestine historique (Jordanie, Liban, Syrie, etc.). On est en présence d’une forme spécifique d’engagement militant, qui non seulement s’exerce en dehors des frontières du territoire qu’il prétend libérer mais, en plus, mobilise des acteurs non-nationaux, dont les trajectoires familiales – souvent hétérogènes – ne les prédestinaient en rien à se sacrifier ou à mourir pour la Palestine. Avec le temps, ces modes d’engagements radicaux (lutte armée, terrorisme, kidnappings, etc.) cèdent la place à des formes de lutte plus pacifiques qui empruntent très largement aux répertoires d’action des nouveaux mouvements sociaux (sit-in, pétitions, mémorandums, manifestations de rue, tribunes médiatiques, etc.). Ce processus de pacification de la militance pro-palestinienne se produit sous l’effet conjugué de deux phénomènes distincts : d’une part, les anciens activistes ont généralement opéré une reconversion pacifique de leur capital protestataire radical (renonciation à la violence), tout en restant fidèles à « la cause » (légalisme mais pas de repentance) ; d’autre part, l’émergence de nouvelles générations militantes peu portées à l’action violente et davantage soucieuses de renforcer la crédibilité démocratique de leur engagement pro-palestinien. Toutefois, l’on ne saurait parler de « rupture générationnelle », dans la mesure où les relations entre les « anciens » et les « nouveaux » activistes pro-palestiniens sont fréquentes. Ainsi, selon N. Dot-Pouillard, convient-il davantage de parler de continuité historique de la « Palestine internationalisée » qui, en dépit des transformations des modes d’action et des cadres idéologiques, reste un puissant levier de mobilisation à l’échelle arabe et internationale.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, source V. G.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.

Vers une recomposition des espaces protestataires palestiniens ?

Si, en ce début de XXIe siècle, la Palestine continue à mobiliser des militants étrangers aux quatre coins du monde, le phénomène inverse est également vrai : les nouvelles générations militantes palestiniennes, qui n’ont pourtant connu que la Palestine comme cadre de vie quotidienne, ont tendance à calquer leurs modes d’actions sur les standards internationaux et à se décentrer de la cause palestinienne, comme unique moteur de leurs mobilisations collectives. Dans ses recherches, Abaher Al-Saqqa s’intéresse aux nouveaux mouvements de contestation palestiniens qui ont émergé dans le sillage des révolutions tunisienne et égyptienne. L’auteur met en évidence un certain processus de « décentration » de la cause palestinienne qui n’est plus vécue sur un mode exclusif et unanimiste mais qui intègre désormais la revendication démocratique. Les manifestants palestiniens ne dirigent plus seulement leur colère contre l’occupant israélien mais aussi contre l’autoritarisme de leurs propres gouvernants et leurs courroies de transmission politique et idéologique au sein de la société palestinienne, à savoir le Fatah en Cisjordanie et le Hamas dans la bande de Gaza. Ces nouveaux mouvements protestataires sont relativement composites, puisqu’ils rassemblent à la fois des anciens activistes déçus par les organisations classiques, des syndicalistes, des jeunes politisés refusant la tutelle des partis dominants. Leurs sources d’inspiration protestataire ne puisent plus seulement dans l’histoire politique palestinienne mais très largement dans les mouvements contestataires du monde arabe qui ont contribué à renverser les régimes autoritaires : les nouveaux héros de la contestation sont désormais tunisiens, égyptiens, yéménites et pas exclusivement palestiniens. Leur rhétorique contestataire s’alimente très largement de celle des autres manifestants arabes, comparant le pouvoir « trop paternel » du Fatah et du Hamas à celui de Ben Ali ou de Moubarak. Toutefois, ce processus de décentration produit ses propres limites, très largement exploitées par les autorités palestiniennes en Cisjordanie comme à Gaza pour étouffer la contestation : le caractère toujours plus pesant de l’occupation israélienne constitue à la fois un frein objectif à la réussite de la mobilisation et aussi un puissant facteur de dissuasion, au risque d’être accusé de diviser la résistance palestinienne face à l’ennemi commun : l’État d’Israël.

À travers ces trois études de cas, on comprend dès lors la nécessité d’intégrer la réflexion sur les identités politiques palestiniennes « en réseaux » dans une perspective plus large, faisant définitivement sortir la Palestine de sa situation d’isolat politique et, au-delà, de son statut d’isolat scientifique, dans laquelle on la cantonne trop souvent dans le champ des sciences sociales.

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « La Palestine en réseaux : mobilisations sociopolitiques et enjeux identitaires », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 9 janvier 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4666

Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser

On a dansé sur la lune ! (1/2) Dabke on the moon ندبك عالقمر

La vague d’enthousiasme soulevée par le « Printemps arabe » n’est plus que faibles clap…

La vague d’enthousiasme soulevée par le « Printemps arabe » n’est plus que faibles clapotis et les rappeurs d’outre-Méditerranée, un temps à l’honneur dans les médias célébrant les nouvelles voix de la révolution, sont bel et bien oubliés. Il est vrai que cela ne change pas grand chose pour ceux qui, de toute façon, n’ont jamais vraiment intéressés les grands canaux d’information parce qu’ils n’avaient pas leur place dans le récit trop lisse des soulèvements.

Cela concerne, entre autres musiciens, ceux du groupe Dam, défricheurs à la fin des années 1990 du rap palestinien, lui-même pionnier (avec ses équivalents au Maroc, en Tunisie et au Liban) du rap arabe – on a déjà eu à plusieurs reprises l’occasion de parler d’eux (ici par exemple, il y a un peu plus de 6 ans !) et de leur formidable morceau Qui est le terroriste ? Trop « politiques », trop « engagés », pas assez conformes aux catégories toutes faites (bons garçons laïcs vs vilains barbus) et trop dérangeants avec leur statut complexe d’« Arabes israéliens »… En tout cas, pas au bon endroit du « Printemps arabe » car il n’était pas prévu au programme que la grande geste de la libération concerne également les quelque cinq millions de Palestiniens vivant sur le territoire de la Palestine historique.

Le groupe phare de la scène rap palestinienne a donc sorti un titre remarquable, à plus d’un titre, mais on n’en a guère parlé. Deux trois références sur Google News en remontant jusqu’en décembre pour la requête « Dam + Rap » alors que le groupe a sorti, cinq ans après le précédent, son second album. Cinq ans, c’est un délai étonnant pour des musiciens dont certains titres – Born Here ou Who’s the terrorist? par exemple – ont été visionnés sur YouTube plus d’un million de fois. Cela est dû en grande partie à la volonté du groupe d’être fidèle à ses convictions en se tenant en marge de l’industrie du disque, qu’il s’agisse des sociétés de production israéliennes ou des majors de l’entertainment business arabe du type Rotana. Pour contourner l’obstacle, les trois musiciens ont eu l’idée, il y a quelques mois, de s’autoproduire en lançant une souscription (avec une petite vidéo plutôt sympa) sur le site de financement participatif (crowd funding) Indiegogo. Cela n’a pas tout à fait aussi bien fonctionné que prévu mais la moitié de la somme attendue a tout de même été réunie.

Remarquable, le nouvel album l’est surtout artistiquement. Le titre, déjà, tranche avec le ton presque toujours très engagé et rarement comique du groupe. Nadbuk 3al qamar – Dabke on the moon –, la tonalité est nettement plus légère qu’à l’habitude. Musicalement aussi, le ton a changé, avec, pour une fois une chanson à la fois en anglais et comique, voire sarcastique : Mama I’ fell in love with a Jew! « She was going up, I was going down » rappelle tout de même le refrain de ce titre racontant l’improbable rencontre d’un Palestinien et d’une Israélienne dans un ascenseur en panne… Déjà pratiqué également, avec la chanteuse Abeer al-Zinati alias Sabreena Da Witch pour le titre Born here par exemple, le recours à des contributions extérieures au trio passe par la participation de chanteuses comme Mouna Hawa ou Amal Murkus, mais également d’invités moins attendus. Les frères Jubran, bien connus en France, et au piano Bachar Khalifé, le fils du célèbre chanteur et joueur de oud libanais, interviennent ainsi sur Lettre de prison (Risâla min zinzâna) un titre sorti un peu avant les autres morceaux, pour accompagner, en mai 2012, la longue grève de la faim, en définitive victorieuse, de quelque 1550 détenus palestiniens en Israël.

Cinq années ont passé depuis le précédent disque (Ihdâ’), et nul doute que le groupe Dam a vieilli. Il a mûri, plutôt, car sa révolte, intacte, est plus maîtrisée, moins spontanée peut-être mais plus construite. A l’image des paroles de Lettre de prison que le groupe a écrites en travaillant avec Addameer, la principale organisation palestinienne de soutien aux prisonniers, qui a communiqué lettres et documents sur lesquels sont basés les trois « récits » des personnages de la chanson. (A noter que les textes, en arabe et en anglais, sont disponibles sur le site du groupe.)

Publié sur le site Jadaliyya, un entretien donne la parole à un des interprètes, Tamer Nafar, qui explique ainsi que cette Lettre de prison évoque, au-delà des seuls prisonniers, la situation de tous les Palestiniens, occupés dans leur propre pays. Une prison devenue plus insupportable encore à vivre au temps des soulèvements arabes. Une dabké sur la lune, c’est une manière d’exprimer cette envie terrible de décoller, quitte à jeter par-dessus bord les vieux dictateurs qui empêchent le vaisseau spatial de décoller. We are trying to fly a spaceship, but it doesn’t fly because it is overweight. So we have to throw out all the leaders and dictatorships. As soon as we throw them over we can fly and reach the moon and dabke.

Dabke on the moon, c’est aussi le manifeste de ceux qui se sont mis à croire en eux-mêmes et à se dire qu’au lieu de creuser des tunnels à Gaza ils pouvaient aussi rêver d’atteindre la lune… They [the US] are responsible for that because if the US didn’t sponsor Israel, then Israel would not have money to build walls and put Gaza under siege, and maybe we would have the chance to reach the moon instead of digging tunnels. So we fantasized about it and suddenly the Arab Spring came and we said “fuck it,” we can change things, and we want go to the moon. Armstrong went to the moon and he put up the flag. We don’t really like flags and patriotism… we are artists, so we decided to go to the moon and dabke.

(La suite la semaine prochaine…)

mais tout de suite, une très belle vidéo, sortie un peu avant Dabke on the moon, en hommage au metteur en scène Julian Mer Khamis, assassiné devant son théâtre, dans le camp de Jénine, le 4 avril 2011 (jour anniversaire de la mort de Martin Luther King en 1968). C’est lui qui avait réalisé la vidéo de Born Here en 2004, et c’est lui qu’on voit sur le clip, ainsi que les enfants de son théâtre filmés lors de son enterrement. Comme ils le disent dans cet article, Juliano’s way est un très bel hommage des artistes du groupe Dam à quelqu’un qui pensait que son foyer se trouvait là où vivent ceux qui subissent l’oppression.

Photo en haut du billet : une œuvre, à juste titre très célèbre, de Larissa Sansour, artiste palestinienne à qui il arrive d’être censurée en Europe…

La Tunisie et ses Palestine. De Habib Bourguiba à Umran Kilani Muqaddami

Drapeau palestiniens et tunisiens, entourant celui de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT)….

Drapeau palestiniens et tunisiens, entourant celui de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Manifestation, Paris, sans date. Source : UGTT Facebook (page officielle, https://www.facebook.com/ugtt.page.officielle).

Cet article est le fruit d’une recherche développée par l’auteur au sein de l’Institut français du Proche-Orient : « La Palestine internationalisée ». Elle porte sur les mobilisations transnationales et les réseaux activistes globalisés autour de la question palestinienne. Il ne s’agit donc que d’un long work in progress.

Une cartographie politique transnationale

Le 8 avril 2012 s’est tenue à Tunis une cérémonie officielle à l’aéroport de Tunis-Carthage : la dépouille de Umran Kilani Muqaddami retournait au pays, 24 ans après sa mort au Sud-Liban, lors d’un accrochage avec l’armée israélienne1. Né en 1962 à Mdhilla, dans le bassin minier de Gafsa, province paupérisée du sud-ouest de la Tunisie, Umran Kilani Muqaddami était membre du Mouvement des patriotes démocrates-Watad2, une formation d’extrême-gauche implantée jusqu’à aujourd’hui dans cette région, notamment au sein de la centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail3. En 1984, il part en Syrie, et s’inscrit à la faculté de Damas pour suivre des études de psychologie, pendant deux ans4. C’est à cette époque qu’il aurait adhéré au Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP) de Nayef Hawatmeh5. Parti au Liban, il mène le 26 avril 1988 une attaque contre des soldats israéliens dans la zone des fermes de Chebaa, au cours de laquelle il décède, à l’âge de 26 ans. Son corps est alors récupéré par l’armée israélienne6. L’opération se voulait une réponse à l’assassinat de Khalil al-Wazir, plus connu sous le nom de Abu Jihad : le numéro deux de l’Organisation pour la libération de la Palestine était en effet décédé à Sidi Bou Saïd, dans la banlieue nord de Tunis, sous les balles d’un commando israélien, le 16 avril 19887.

Ce n’est qu’en janvier 2004 que le Hezbollah récupère sa dépouille, au terme d’un échange de prisonniers et de restes mortuaires avec l’État israélien, sous médiation allemande. Mais le président Ben Ali refuse toute cérémonie officielle en Tunisie pour recevoir le corps : la famille préfère alors qu’il reste au Liban, à défaut de reconnaissance présidentielle. Il faudra attendre la chute du régime pour le voir revenir. Début avril 2012, la dépouille est exhumée du cimetière des martyrs (Maqbarat ash-Chuhadâ’), dans la banlieue sud de Beyrouth, non loin du camp de réfugiés palestiniens de Chatila. Une première cérémonie officielle se tient à Beyrouth le 6 avril en présence de son frère, Rachid Kilani Muqaddami, d’un représentant de la direction de l’UGTT venu pour l’occasion au Liban, Qasem Afiah, de l’ambassadeur tunisien, Muhammad Faouzi Balout, de délégués d’organisations politiques palestiniennes, ainsi que de personnalités syndicales et associatives proches du Hezbollah, dont le Cheikh Attalah Hamoud, président de l’Association des prisonniers (Jam’iyat al-Usra)8. Le 8 avril, le corps arrive à l’aéroport de Tunis-Carthage. L’accueil de Umran Kilani Muqaddami est officiel – des militaires attendent le cercueil sur le tarmac – et aussi politique : plusieurs dizaines de membres de l’Union générale tunisienne du travail, du Mouvement des patriotes démocrates, du Parti des ouvriers communiste tunisien (POCT)9 et de formations nationalistes arabes célèbrent son arrivée. Le jour même, le cercueil part à Gafsa, dans un avion militaire. Il est alors enterré le 9 avril. La date, symbolique, a été choisie par la famille : ce jour, férié en Tunisie, est celui de la « fête des martyrs », commémorant la mort de manifestants, le 9 avril 1938, face aux troupes françaises10.

Arrivée du corps de Umran Kilani Muqaddami à Gafsa, en Tunisie. Le cercueil est entouré du drapeau de l’UGTT. Source : UGTT Facebook, page officielle (https://www.facebook.com/ugtt.page.officielle)

Le cas de Umran Kilani Muqaddami n’est pas isolé. Depuis 2004, ce sont ainsi huit dépouilles de combattants tunisiens décédés lors d’opérations contre l’armée israélienne au sud-Liban, ou lors d’infiltrations dans le nord d’Israël, qui ont été peu à peu récupérées lors d’échanges de prisonniers et de dépouilles mortuaires entre le Hezbollah et l’armée israélienne11. Les similitudes des trajectoires sont frappantes : ils appartiennent à une génération née dans la Tunisie bourguibiste des années 1960 et 1970. Ils ont en général une culture politique se situant à la confluence de la gauche radicale et du nationalisme arabe, ce qui se traduit par une militance dans des formations politiques palestiniennes du même bord. Ils sont moins issus du milieu des élites tunisiennes de la côte et du Sahel, principal berceau du Néo-Destour de Habib Bourguiba et du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) de Zine al-Abidin Ben Ali, que des régions périphériques et paupérisées du centre et du sud, de bassins ouvriers historiquement contestataires, et de provinces ayant porté historiquement les oppositions au bourguibisme12 : Médénine, Gafsa, Gabès, Kerouan, Metlaoui, Sfax, Jerba. Ils signent enfin une singulière géographie politique, en forme de globalisation militante dont la question palestinienne serait l’épicentre symbolique, mais jamais atteint. Le cas de Umran Kilani Muqaddami est en ce sens paradigmatique : il met en scène, par son départ en 1984 et son retour, mortuaire, en 2012, une cartographie politique transfrontalière engageant plusieurs espaces (successivement le bassin minier de Gafsa, la Syrie, puis le sud-Liban), des organisations politiques aux idéologies politiques parfois non-concordantes (l’extrême-gauche tunisienne et palestinienne, le mouvement syndical de l’UGTT, le Hezbollah libanais), et des temporalités discordantes (partant de la Tunisie bourguibiste en 1984, n’ayant pas connu celle de Ben Ali, sa dépouille revient dans celle de l’après révolution). Dans cette globalisation politique de la question palestinienne, la Tunisie ne fait pas, à cet égard, figure d’exception : des années 1960 aux années 1980, de nombreux activistes issus de la mouvance nationaliste et d’extrême-gauche et en provenance de l’ensemble du monde arabe ont pu incorporer des formations politiques palestiniennes, y tenant parfois de hautes fonctions politiques et militaires13.

Affiche produite par le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), avril 2012. On distingue, en plus de l’emblème du FPLP, du portrait de Umran Kilani Muqaddami et d’un extrait de son testament manuscrit, les drapeaux palestiniens et tunisiens. Source : pflp.ps

Affiche produite par le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), avril 2012. On distingue, en plus de l’emblème du FPLP, du portrait de Umran Kilani Muqaddami et d’un extrait de son testament manuscrit, les drapeaux palestiniens et tunisiens. Source : pflp.ps

La Tunisie de Bourguiba : une politique de la distanciation

Rares sont les écrits consacrés aux rapports entre la Palestine et le Maghreb, et plus particulièrement la Tunisie14. Le sujet ne devrait pourtant pas laisser complètement indifférent, au-delà du simple cas de Umran Kilani Muqaddami, et il ne se limite pas à la seule transnationalisation activiste adoptant la violence politique comme principal répertoire d’action. La position du fondateur du Néo-Destour et premier Président de la République tunisienne, Habib Bourguiba, se caractérise par son hétérodoxie stratégique. Il ne se reconnaît pas dans la position d’un Gamal Abdel-Nasser, et ne croît pas dans l’établissement d’un rapport de force militaire face à Israël de la part des États arabes. En faisant exécuter, en août 1961, son principal adversaire, Salah Ben Youssef15, il a également sonné le glas d’un mouvement nationaliste tunisien qui aurait encore pu se teinter de thèses panarabistes.

Fidèle à sa politique de « l’indépendance par étapes »16, il est enclin aux compromis : le premier, il appelle , lors de deux discours tenus en mars 1965 à Jéricho, en Cisjordanie, et dans la partie Est de Jérusalem, les Palestiniens à adopter une solution négociée avec Israël, sur la base des résolutions de l’ONU. La politique bourguibiste de distanciation consiste certes à se dissocier de ce que le père de l’indépendance tunisienne peut bien considérer comme un certain maximalisme des États arabes vis-à-vis d’Israël, incarné dans la position du sommet de la Ligue arabe de 1967, tenu à Khartoum, au Soudan. Elle ne va cependant pas jusqu’à reconnaître Israël, à l’instar de l’Égypte ou de la Jordanie. Si caractéristique de la geste politique de Habib Bourguiba, il s’agit encore, jusqu’au coup d’État de Zine al-Abidin Ben Ali qui l’évince du pouvoir en novembre 1987, de souffler le chaud et le froid à l’encontre d’Israël, la Tunisie se devant de préserver des lignes d’alliances géopolitiques aussi diverses que parfois contradictoires. Ainsi, le « combattant suprême», comme il aimait à être nommé, ouvre les portes du port de Bizerte, en août 1982, à une Organisation pour la libération de la Palestine désormais exilée du Liban, et qui allait faire de la Tunisie son refuge principal17.

Photo de Habib Bourguiba (deuxième en partant de la gauche), avec le fondateur de l’UGTT, Farhat Hached (troisième en partant de la gauche). Source : www.ugtt.org.tn

Habib Bourguiba (deuxième en partant de la gauche), avec le fondateur de l’UGTT, Farhat Hached (troisième en partant de la gauche). Source : www.ugtt.org.tn

La gauche et les islamistes, ou la double inclusion palestinienne

La politique de distanciation prudente de l’État bourguibiste concernant le conflit israélo-arabe ne fut pas celle des oppositions tunisiennes au régime. Des années soixante-dix aux années 1980, d’abord dans la mouvance de la gauche radicale, celle du Travailleur tunisien (al ‘Âmil at-tûnisi) notamment et de ses nombreux héritiers18, puis au sein du Mouvement de la tendance islamique (Harakat al-Ittijâh al-islâmi)19, c’est bien plutôt la politique de la double inclusion qui joue : sous un registre « internationaliste » et « tiers-mondiste» pour la gauche tunisienne20, « panislamique » pour la mouvance islamiste, c’est alors la Tunisie qui doit être raccrochée au conflit israélo-arabe, et, de manière concomitante, la Palestine qui se doit de devenir un symbole mobilisateur pour la société tunisienne. Il n’est alors plus question, comme avait pu le faire Habib Bourguiba, de reconnaître la possibilité de deux États palestiniens et israéliens. La Palestine peut aussi servir de levier symbolique pour contester, en interne, le régime lui-même. Au contraire de la gauche radicale, l’attachement du mouvement islamiste Ennahda à la question palestinienne ne se traduit cependant pas par un engagement de type politico-militaire : en revanche, c’est au Soudan, mais aussi au Royaume-Uni et au Liban, que les principaux dirigeants d’Ennahda prennent contacts, du milieu des années 1980 au début des années 1990, avec les Frères musulmans palestiniens, qui forment, à partir de 1987, le Hamas (Mouvement de la résistance islamique)21.

La centralité de la question palestinienne dans la pratique politique tant des islamistes que de la gauche radicale tunisienne ne s’est pas arrêtée avec la chute du régime de Ben Ali en janvier 2011. Elle sert encore de référent légitimant et de signifiant structurant. Au mois de juin 2011, le parti islamiste Ennahda peut ainsi quitter la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, la réforme politique et la transition démocratique22 au nom de principes « antisionistes » affirmés. La formation de Rachid Ghannouchi demandait en effet que le refus de la normalisation (at-Tatbî’) avec Israël soit clairement évoqué dans la rédaction d’un « Pacte républicain » commun à tous les partis, censé faire consensus en l’absence de constitution. Début janvier 2012, le gouvernement de Hamadi Jebeli, membre du mouvement Ennahda, reçoit à Tunis le Premier ministre palestinien Ismaël Haniyeh, un des principaux dirigeants du Hamas. Depuis la chute de Ben Ali, le penseur et écrivain Mounir Chafiq, un ancien dirigeant du Fatah converti à l’islam politique dans les pas de la révolution iranienne, membre du Maktab at-Tahtît (Bureau de planification) de l’OLP dans les années 1980 et conseiller d’Abu Jihad, le numéro deux de la centrale palestinienne, a été invité à plusieurs reprises à Tunis par le mouvement Ennahda, sur lequel il a pu exercer une certaine attraction intellectuelle23. En mai 2012, ce sont encore quatre membres du gouvernement tunisien, dont deux du mouvement Ennahda24, qui entament une grève de la faim en solidarité avec celle que mènent au même moment les détenus palestiniens en Israël.

Enfin, pour la gauche radicale, tout comme pour la centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail, l’accueil réservé à la dépouille mortuaire de Umran Kilani Muqaddami au mois d’avril 2012 n’a pas seulement vocation à faire vivre une tradition tiers-mondiste et arabiste, sous un mode éventuellement nostalgique : la présence de membres de la direction de l’UGTT aux cérémonies officielles au Liban comme en Tunisie, la médiatisation de son arrivée à Tunis par les organes de la centrale syndicale, ne sont pas fortuites. Elles s’inscrivent dans un contexte d’opposition politique croissante entre l’UGTT et le mouvement Ennahda, aujourd’hui principale formation au sein de l’assemblée nationale constituante et du gouvernement tunisien. L’UGTT affirmant tenir sa légitimité du soulèvement de décembre 2010 et janvier 2011, et le mouvement Ennahda de celle des urnes, le recours à la thématique palestinienne s’inscrit pour l’un comme pour l’autre dans une stratégie d’instrumentalisation liée à des enjeux politiques internes.

Arrivée du corps d’Umran Kilani Muqaddami à Tunis. Au premier rang (deuxième en partant de la gauche), Houcine Abbassi, secrétaire général de l’UGTT, et, au milieu, la mère de Umran Kilani Muqaddami. Photo : Khansa Ben Tarjem.

Arrivée du corps d’Umran Kilani Muqaddami à Tunis. Au premier rang (deuxième en partant de la gauche), Houcine Abbassi, secrétaire général de l’UGTT, et, au milieu, la mère de Umran Kilani Muqaddami. Photo : Khansa Ben Tarjem.

Imaginer la Palestine pour dessiner la Tunisie

Dans le contexte de l’après révolution, islamistes et syndicalistes sont polarisés. Les premiers craignent une centrale syndicale qui ne manque pas de base populaire, particulièrement dans les régions centrales, berceau de l’insurrection de décembre 2010. Qui plus est, la gauche radicale tunisienne, qui a renforcé son poids au sein du nouveau bureau exécutif de la centrale élu en décembre 201125, ne cache pas son hostilité au mouvement Ennahda, tout à la fois suspecté de vouloir islamiser les institutions et de défendre des orientations économiques à dominante néo-libérale. Les seconds, à la tête du gouvernement, reprochent souvent à l’UGTT son maximalisme revendicatif. C’est aussi dans ce cadre politique qu’il faut chercher le sens de l’utilisation de la thématique palestinienne par les acteurs politiques : les uns comme les autres cherchent dans la question palestinienne, entre autres éléments, le ferment de leur propre légitimité politique. La signification donnée à la question palestinienne sert pour l’essentiel à contester la légitimité de l’adversaire du moment. De l’image de la Palestine qu’on dessine dépend aussi l’image de la Tunisie que l’on souhaite. Pour une partie de l’UGTT, la vision de la Palestine est celle d’Umran Kilani Muqaddami : elle s’attache à l’histoire d’une génération politique formée pour l’essentiel dans le souvenir des nationalismes arabes, des gauches radicales, et des tiers-mondismes dits « progressistes » du passé, qu’il s’agirait encore de réactiver. Pour Ennahda, l’image de la Palestine est intimement liée à celle du mouvement islamiste palestinien, et, partant, à l’essor politique des formations issues des Frères musulmans dans le contexte des soulèvements arabes. Ces deux visions de la Palestine renvoient à un débat interne, portant sur l’identité politique même de la Tunisie : les uns privilégient une vision que l’on pourrait qualifier d’« arabo-tiers-mondiste » ou d’« arabo-progressiste », les autres une identité « arabo-islamique ». Il y a bien une Tunisie avec, en miroir, plusieurs Palestine : celle, distante et passée, de Bourguiba, qui ne se confond pas avec celle du mouvement Ennahda, ni avec celle du mouvement syndical et de la gauche radicale tunisienne. Et pourtant : la diversité des interprétations et des significations données à la question palestinienne en Tunisie, son instrumentalisation politique dans la conjoncture actuelle par les différentes parties, témoignent aussi de son effet continu d’attraction. Elles confirment peut être que la question palestinienne, loin d’être marginalisée par les révolutions arabes, en demeure un des enjeux symboliques majeurs.

Pour citer ce billet : Nicolas Dot-Pouillard, « La Tunisie et ses Palestine. De Habib Bourguiba à Umran Kilani Muqaddami », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 29 mai 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3461

Nicolas Dot-Pouillard est chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), à Beyrouth.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/nicolas-pouillard

Tous les billets de Nicolas Dot-Pouillard

Notes

  1. « Wusûl Rifât ach-Chahîd ‘Umrân Kilâni al-Muqaddami ila Tûnis ba‘d Ta‘tîl istamara 24 ‘Âm », (Arrivée des restes du martyr ‘Umrân Kilâni al-Muqaddami après un blocage qui a duré 24 ans), Tunis Afrique Presse (TAP), 9 avril 2012, http://www.tap.info.tn/ar/ar/component/content/article/352-2011-04-09-10-28-00/24741—24-.html.
  2. Watad est la contraction de Harakat al-Wataniyin ad-dîmukrâtiyin, Mouvement des patriotes démocrates. Clandestine sous le régime de Bourguiba et de Ben Ali, légalisée peu après la révolution de janvier 2011, aujourd’hui dirigée par un avocat, Choukri Belaïd, cette formation a deux députés à l’assemblée nationale constituante élue à la fin octobre 2011.
  3. L’UGTT est officiellement crée en 1946. Son principal fondateur, Farhat Hached, assassiné au sud de Tunis, dans la banlieue de Radès, en 1952, par une organisation paramilitaire française, la « Main rouge », a été une des principales figures du mouvement nationaliste tunisien. Les sections régionales de l’UGTT ont été particulièrement actives dans le soulèvement tunisien de décembre 2010 et janvier 2011, notamment à-travers quatre de leurs fédérations : les postes et télécommunications, l’enseignement primaire, l’enseignement secondaire, la santé. Revendiquant un demi-million d’adhérents, l’UGTT a renouvelé sa direction en décembre 2011, à l’occasion de son 22e congrès.
  4. Voir l’interview, réalisée en juillet 2011, de la mère de Umran Kilani Muqadammi, Khalisa Muqaddami : « Hiwâr ma‘a ‘Â’ilat ach-Chahîd ‘Umrân Kilâni Muqaddami » (Dialogue avec la famille de ‘Umrân Kilâni Muqqadami), ach-Churûq, Tûnis, 19 juillet 2011, https://www.facebook.com/note.php?note_id=221624844520476.
  5. Le FDLP est né en 1969 d’une scission du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), fondé par Georges Habache. Ce sont encore aujourd’hui les deux principales formations de la gauche palestinienne.
  6. Rajana Hamyeh, « Omran al-Mokaddemi : from Gafsa to Palestine and back », al-Akhbar English, April 12, 2012, http://english.al-akhbar.com/content/omran-al-mokaddemi-gafsa-palestine-and-back
  7. Abu Jihad était en effet suspecté par les autorités israéliennes d’être l’un des principaux organisateurs de l’Intifada dans les territoires palestiniens depuis décembre 1987.
  8. Voir l’article consacré par le site de la télévision du Hezbollah, al-Manâr, à Umran Kilani Muqaddami : « Ihtifâl wadâ’i lich-Chahîd at-tûnisi Umrân Kilâni fi Beirût » (Fête d’adieu au martyr tunisien Umrân Kilâni à Beyrouth), al-Manâr, 8 avril 2012, http://www.almanar.com.lb/adetails.php?eid=215979&cid=21&fromval=1&frid=21&seccatid=19&s1=1.
  9. Dirigé par Hamma Hammami, longtemps clandestin, le Parti des ouvriers communiste tunisien (Hizb al-‘Ummâl al-chuyû’i at-tûnisi) est aujourd’hui représenté à l’Assemblée nationale constituante par trois députés.
  10. Le 9 avril 1938, plusieurs dizaines de manifestants sont tués et blessés par l’armée française, à Tunis, ainsi que dans plusieurs villes du pays, suite à un appel du parti nationaliste Néo-Destour à des démonstrations de rue contre les autorités protectorales.
  11. En plus de Umran Kilani Muqadammi, originaire de Gafsa, décédé le 26 avril 1988, il s’agit de : Miloud Ben Najah, décédé le 11 novembre 1987 dans une opération armée par deltaplane ; de Faycal al-Hachichi, décédé le 8 juillet 1993 ; de Khaled Ben Salah al-Jalasi, décédé le 25 décembre 1988 ; de Sami Ben Taher al-Hajj Ali, décédé le 19 janvier 1995 ; de Riad Ben al-Hachimi Ben Jama’a, décédé le 19 janvier 1995 ; de Kamel Badri, décédé le 27 janvier 1996 ; et de Baligh Ben Muhammad Anouar al-Lajmi, décédé le 27 janvier 1996. Source : « Chuhadâ’ tûnisiyun ‘ala Darb Tahrîr Filastîn » (Martyrs palestiniens sur le chemin de la libération de la Palestine), Facebook, https://www.facebook.com/note.php?note_id=124849390882152.
  12. Sur les « origines socio-géographico-politiques » des différentes oppositions tunisiennes, se reporter à : Michaël Bechir Ayari, S’engager en régime autoritaire. Gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante, Thèse de sciences politiques, sous la direction de Michel Camau, Université Paul Cézanne/Aix-Marseille III, janvier 2009.
  13. En mars 2012, le décès du penseur égyptien Mahjoub Omar vint rappeler l’histoire de ces activistes arabes ayant intégré les rangs des formations politiques palestiniennes. Né en 1932, d’abord membre du Parti communiste égyptien, il entra en 1967 dans les rangs du Fatah en Jordanie. Proche du numéro deux de l’organisation pour le libération de la Palestine, Abu Jihad, il exercera d’importantes fonctions politico-militaires au sein du Fatah au cours de la guerre civile libanaise, notamment au Sud-Liban. L’ensemble de ses écrits ont été regroupés en 2002 : Mahjoub Omar, Kîtâbât (Écrits), Dâr al-Fikr al-islâmi, 2002.
  14. La thèse de Jean-Paul Chagnollaud, soutenue à l’université de Paris I en septembre 1975, consacrée au « Maghreb et au conflit israélo-arabe », et publiée en 1979 aux éditions Sindbad, constitue une bonne introduction historique aux rapports entre les premières élites indépendantistes algériennes, marocaines et tunisiennes et l’Organisation pour la libération de la Palestine. Cf. Jean-Paul Chagnollaud, Maghreb et Palestine, Paris, Sindbad, 1977 (Bibliothèque arabe).
  15. En juin 1955, Salah Ben Youssef, l’un des fondateurs du Parti Néo-Destour, dénonce les conventions franco-tunisiennes, qui prévoyaient notamment que la France puisse encore gérer la sécurité intérieure et extérieure du pays pendant dix ans. Au contraire de Habib Bourguiba, Salah Ben Youssef est particulièrement influencé par les thèses nationalistes arabes, et fut considéré comme proche du premier président de l’Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella, ainsi que du Président Gamal Abdel Nasser. La mouvance dite « youssefiste », férocement réprimée au début des années 1960, fut considérée comme l’un des premiers mouvements d’opposition au régime bourguibiste. Sur la genèse du mouvement yousséfiste, cf. ‘Arûsiyyah at-Turki, al-Haraka at-yûsufiya fi-Tûnis (1955-1956) (Le mouvement yousséfiste en Tunisie), Sfâqs, Maktabat ‘alâ’ ad-Dîn, 2011.
  16. La politique « d’indépendance par étape » résulte, chez Habib Bourguiba, de l’analyse du rapport de force entre les autorités protectorales françaises et le mouvement national tunisien dans les années 1940 et 1950 : pour le fondateur du Néo-Destour, une révolution populaire, à fortiori armée, est vouée à l’échec en Tunisie. Il faut alors, tout en construisant le mouvement nationaliste, aboutir à l’indépendance par une série de négociations politiques avec l’État français. Sur la politique bourguibiste « d’indépendance par étape », consulter le premier chapitre de la première partie de l’ouvrage de Samy Ghorbal, « Le bourguibisme, une théorie de l’action », in Orphelins de Bourguiba et héritiers du Prophète, Tunis, Cérès éditions, 2012.
  17. Quelques images de l’arrivée des premiers membres de l’OLP dans le port de Bizerte sont disponibles sur le site Dailymotion : https://www.dailymotion.com/video/x2gd82_arrivee-de-l-olp-en-tunisie-1982_news.
  18. La gauche radicale tunisienne s’est structurée à partir de 1963 autour de la revue Perspectives (al-Afâq), publiée par le Groupe d’études et d’action socialiste (GEAST). À partir des années soixante-dix, le GEAST opère un tournant « marxiste-léniniste », considérablement marqué par le maoïsme ainsi que par une certaine forme de nationalisme arabe. C’est à partir de 1970 qu’il est connu sous le nom de al-‘Âmil at-tûnisi (Le Travailleur tunisien), du nom de son journal, clandestin. Aujourd’hui, les principales formations de la gauche radicale tunisienne – Parti des ouvriers communiste tunisien, Mouvement des patriotes démocrates-Watad – sont le fruit de l’éclatement du Travailleur tunisien au début des années 1980. Il est à noter que le Parti démocratique progressiste (PDP) de Ahmed Nejjib Chebbi, aujourd’hui principale formation centriste à l’Assemblée nationale constituante, est lui-même issu d’une organisation sociale-démocrate née en 1983 de l’éclatement du Travailleur tunisien : le Rassemblement socialiste progressiste (RSP). En avril 2012, le PDP a fusionné avec sept partis centristes pour créer le Parti républicain (PR).
  19. Le Mouvement de la tendance islamique a été fondé au début des années 1980. Son visa de légalisation fut alors refusé par le Ministère de l’intérieur en juillet 1981. Ce n’est qu’à partir de 1987 que le mouvement prendra le nom d’Ennahda (La renaissance), sous lequel il est connu aujourd’hui.
  20. Aussi faudrait-il préciser la mouvance tunisienne nationaliste arabe, tant nassérienne que baathiste.
  21. Entretien avec l’auteur d’un membre de la direction du mouvement Ennahda, Paris, mars 2012.
  22. Il s’agissait alors d’une instance représentant partis politiques, mouvements associatifs et syndicaux, pilotant la transition démocratique aux-côtés du gouvernement transitoire de Béji Caïd Essebsi, de mars 2011 jusqu’aux élections pour une Assemblée nationale constituante d’octobre 2011.
  23. Entretien de l’auteur avec Ajmi Lrouimi, membre du Bureau exécutif du mouvement Ennahda, Tunis, janvier 2012. Sur l’évolution intellectuelle et politique de Mounir Chafiq, voir Nicolas Dot-Pouillard, « Al-Yassâr al-mathûl lil-Islâm. Qirâ’ fi-Hâlat al-Katîba at-tullâbiya li-Harakat Fatah » (La gauche convertie à l’islam. Lecture du cas de la Brigade étudiante du mouvement Fatah) », Marâsid, Karâsât ‘alimiya (Observatoires. brochures scientifiques), 2, en langue arabe, Maktabat al-Iskandriya (Bibliothèque d’Alexandrie), Égypte, novembre 2010, http://www.bibalex.org/attachments_ar/Publications/Files/2011062313365476383_.pdf.
  24. Pour le mouvement Ennahda, il s’agit de Moncef Ben Salem, ministre de l’enseignement supérieur, et de Abdel Karim al-Harouni, ministre des transports. Les deux autres grévistes, Muhammad Abbou et Samir Ben Amor, respectivement Ministre délégué à la réforme administrative et conseiller du président de la République, sont membres du Congrès pour la République (CPR).
  25. Sur les 13 membres du bureau exécutif de la centrale syndicale élus en décembre 2011, trois sont explicitement affiliés à l’extrême-gauche : Sami at-Tahiri, Hafedh Hafedh et Mhammed Msalmi. Le nouveau secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abbassi, est un ancien militant du Parti communiste tunisien. Membre du précédent bureau exécutif de l’UGTT, il faisait alors partie de l’opposition de gauche à la direction menée par Abdessalam Jrad, réputé proche du palais présidentiel et du parti dirigeant, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).