Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendema…

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

“On dirait le Sud”… Stratégie sudiste, conservatisme et polarisation

Le Sud… on my mind !

Contributeur invité, Ginette Chenard dresse un portrait du Sud des États-Unis…

Le Sud… on my mind !

Contributeur invité, Ginette Chenard dresse un portrait du Sud des États-Unis.  Elle y a séjourné de 2006 à 2011 à titre de Déléguée du Québec en charge de ce territoire pour le compte du Ministère des Relations internationales du Québec.  Détentrice d’un doctorat en science politique/relations internationales de l’Université de Montréal, elle est maintenant chercheure senior à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en Études stratégiques et diplomatiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle publie une série de textes sur le sujet sur différents supports que l’on pourra retrouver ici :

  1. Le Sud: une région méconnue
  2. Solidarité politique accolée à la question raciale
  3. Stratégie sudiste, conservatisme et polarisation
  4. Mutation démographique et diversité socio-politique
  5. Modèle entrepreneurial et croissance économique
  6. Les forces économiques et les atouts
  7. Le choc des paradoxes

 ——————————————————————————————————————————–

Renversement des tendances partisanes

 Aujourd’hui, le Congrès ne compte plus que 6 sénateurs démocrates en provenance du Sud, ceux-là tous de race blanche, sur un total de 21 sénateurs démocrates.  Des 136 membres de la Chambre des représentants originaires du Sud, seulement 38 sont démocrates, pour la majorité des Afro-américains.  Pareillement, à l’échelle des États, on note la prééminence du Parti Républicain et un clivage racial semblable entre les deux partis.  Les élus démocrates dans les chambres des États sont maintenant majoritairement issus de la communauté afro-américaine, mais ils sont nettement minoritaires partout.  La mixité de l’appartenance politique n’existe qu’en politique municipale.

Au niveau des États, compte tenu du rôle clé que jouent désormais plusieurs gouverneurs et élus locaux, non seulement à l’égard de l’élaboration des politiques nationales, mais aussi lors des primaires et élections présidentielles, il est impératif de souligner ceci : dans le Sud, on ne compte plus que deux gouverneurs démocrates, en Arkansas et en Caroline du Nord.  En Arkansas, un État tantôt gouverné pas des néo-conservateurs républicains comme Mike Huckabee, tantôt par des réformateurs démocrates comme Bill Clinton, il n’y a pas d’élections au poste de gouverneur cette année.  En Caroline du Nord, les dés sont lancés pour des élections gouvernoriales en 2012.  Élue en 2008, la gouverneure démocrate de la Caroline du Nord, Beverly Perdue, a dû renoncer à solliciter légitimement un deuxième mandat sous le coup des forces républicaines montantes, en particulier celles du Tea Party, qui contrôlent les deux chambres de l’État depuis 2010.  Cette année, le vote de la Caroline du Nord, État-bascule favorable au Parti Démocrate en 2008, est encore incertain en dépit du fait que ce parti y a tenu sa convention partisane.  Pour compléter cette toile de fond quant à la représentation politique dans les 12 États du Sud, il importe de signaler que le Parti Républicain détient maintenant la majorité dans les deux chambres de tous ces États, – y compris maintenant en Virginie à la suite d’un redécoupage récent des districts – et ce à la seule exception de l’Arkansas.

Sur le plan municipal, non seulement la mixité partisane et raciale existe, mais la grande majorité des maires dans les plus grandes villes du Sud sont démocrates.  La politique municipale accueille aujourd’hui des hommes et des femmes dont la pensée politique s’écarte de celle des « yellow dogs » pour se rapprocher de celle des élites nationales du Parti Démocratique.  Il en est de même pour un bon nombre de personnes issues de la communauté afro-américaine ou d’autres groupes organisés, professant des valeurs dites libérales de par leur militantisme personnel.  À titre d’exemple, le maire d’Atlanta, Kasim Reed, est un Afro-américain proche de Barack Obama.  Autre exemple, la mairesse de Houston, Annise Parker, est une démocrate féministe de race blanche qui a fait campagne en 2010 en proclamant ouvertement son homosexualité.  Qui plus est, la plupart des plus grandes villes du Sud ont établi une longue tradition en élisant des maires démocrates. C’est le cas d’Austin, Atlanta, Houston, Miami (le maire est aujourd’hui républicain), Nashville, Nouvelle Orléans, Richmond, San Antonio, Birmingham, Tampa.  Dans d’autres cas, il y a un peu plus d’alternance, bien que plusieurs de ces villes soient aujourd’hui dirigées par un démocrate.  C’est le cas de Dallas, Fort Worth, Charlotte, Raleigh et Memphis.

Stratégie sudiste et polarisation idéologique du discours politique national

Au Congrès, le nombre réduit des démocrates du Sud et la surreprésentation des républicains du Sud donnent libre cours à des situations complexes pour les deux partis.  Il va de soi que le pouvoir d’influence des républicains du Sud à l’échelle nationale est proportionnel à leur nombre, quand il s’agit de faire la promotion des valeurs qui leur sont propres.  À ce constat, s’en aboute un autre : les démocrates du Sud votent souvent conservateur, ce qui renforce la capacité de force de frappe du Sud à l’échelle nationale.  À titre d’exemple, des 34 démocrates de la Chambre des représentants qui se sont prononcés contre le Projet de loi pour une réforme en matière de santé du président Obama, en mars 2010, 16 provenaient du Sud.  Artur Davis, représentant de l’Alabama, était un de ceux-là.  Quoiqu’il en soit dans le cas des deux partis, le Sud prend ses distances de l’aile « modérée » et des lignes de parti établies par l’establishment.  Dans le Sud, c’est la mouvance conservatrice qui l’emporte en force, peu importe d’où elle origine.

Face aux changements d’appartenance partisane qui se sont opérés rapidement et de façon marquée dans le Sud, il convient de se demander si la stratégie sudiste (Southern Strategy), tentée par Barry Goldwater mais véritablement déployée par Richard Nixon pour assurer la conquête politique des élites blanches du Sud, a été plus salutaire au Parti Républicain que le vif ressentiment de ces mêmes élites à l’égard des réformes nationales mises de l’avant par le Parti Démocrate en faveur d’une équité sociale, particulièrement au plan des relations raciales?  Le Parti Républicain n’avait sans doute pas véritablement besoin d’une telle stratégie qui visait à fouetter les sentiments de ces sudistes blancs abandonnés du coup par le Parti Démocrate.  En revanche, le Sud avait besoin de fermes garanties quant au spectre de l’amenuisement probable du « Droit des États » avec toute sa signification dans ce coin de pays.  En effet, la promotion, par le gouvernement fédéral, des droits civiques allait nécessairement s’accompagner de mesures et d’institutions nationales capables d’assurer la réussite de la réforme.  Seul le Parti Républicain pouvait prétendre répondre éventuellement aux attentes des élites du Sud, et il l’a fait.

Le véritable succès de la stratégie sudiste s’est plutôt concrétisé, à partir des années 1980, à travers le discours des républicains soucieux d’aligner le monde politique national en fonction d’une nouvelle idéologie marquée au sceau du conservatisme et de valeurs prisées dans le Sud, en particulier.  C’est là qu’il faut camper le sens profond de ce qui mérite d’être vu comme la grande revanche historique du Sud sur le Nord, et le reste du pays.  Il s’agit là d’une victoire qui, avec le temps, a conféré au Sud une influence politique nationale que plusieurs jugent aujourd’hui excessive, non seulement quant à l’orientation des valeurs nationales, mais aussi quant à l’évolution des tendances idéologiques au sein même du Parti Républicain.

Voilà pourquoi plusieurs observateurs avertis, avouent ne plus retrouver le parti d’Abraham Lincoln épris de liberté dans le Parti Républicain d’aujourd’hui.  Ce parti est aujourd’hui prisonnier d’une rhétorique exaltée expressément soumise à l’influence des fondamentalistes conservateurs et des évangélistes chrétiens, mais aussi celle d’une nouvelle catégorie de militants ultra-conservateurs qui se regroupent au sein du Tea Party.  Ce mouvement politique qui a surgi après l’élection de Barack Obama a non seulement revigoré, jusqu’à l’extrême, l’idéologie conservatrice, pourtant déjà bien en selle depuis les années 1980, mais il y a greffé une dimension purement raciale.  Par ce grand détour, on arrivera à mieux comprendre comment il se fait que la politique soit si excessivement polarisée de nos jours aux États-Unis.

Conservatisme et religion, autres facteurs de cohésion socio-politique

Aux États-Unis, la religion occupe depuis toujours une place privilégiée dans l’histoire et la vie des individus.  Le Sud est allé plus loin.  Il a largement contribué à forger ce que Mark Bennett McNaught appelle une « nouvelle religion civile », un phénomène par lequel les idées politiques ressemblent de plus en plus à des canons religieux.  Il faut remonter dans le passé, jusqu’à la fin de la période de la Reconstruction, pour voir comment les églises de confession protestante, principalement baptiste, méthodiste et épiscopalienne, se sont imposées comme institutions garantes de la cohésion du Sud.  Dès lors, le clergé faisait déjà valoir que la défaite militaire du Sud mettait à l’épreuve ce « peuple choisi » afin de l’entraîner vers la pénitence, la rédemption et le salut personnel.  À l’époque, la résistance, voire la mobilisation, à l’encontre des réformes prescrites par Lincoln, devenait de mise, de même que le retour au « système de castes » préconisant la suprématie des Blancs et, par conséquent, la discrimination raciale.

 

Par la suite, les mouvements fondamentalistes et religieux du Sud se sont structurés pour s’imposer comme force politique majeure dans les années 1960, 70 et 80.  D’abord, en réaction aux réformes en matière de droits civiques, puis comme référence principale d’un nouvel ordre conservateur capable de maintenir la cohésion du Sud en collusion avec le Parti Républicain.  Est née, une nouvelle génération d’idéologues fondamentalistes issue de diverses écoles de pensée, toutes conservatrices, toutes associées surtout au Parti Républicain, toutes profitant pleinement de la prolifération des médias.  Bel exemple, Pat Buchanan : fils d’un officier confédéré, proche conseiller de présidents républicains dont Reagan, populaire commentateur politique au réseau CNN, chroniqueur à la défense d’une philosophie « paléo-conservatrice » alignée sur le protectionnisme économique et l’anticommunisme, et défenseur de positions carrément sexistes et racistes.

De leur côté, les évangélistes religieux ont trimé dur pour faire du Sud le principal bastion de nouvelles « guerres culturelles » en préconisant la préservation de valeurs fondamentales et infaillibles, en particulier dans cette région du pays qualifiée de zone biblique par excellence (Bible Belt).  En opposition aux valeurs et traditions libérales prisées généralement ailleurs, le Sud s’est fait le principal porte-étendard de desseins nationaux toujours bien d’actualité et essentiellement fondés sur le sacro-saint dogme de la moralité chrétienne.  Ainsi invoque-t-on le respect de la moralité chrétienne pour prôner, par exemple, l’élimination des barrières entre l’Église et l’État; l’enseignement religieux à l’école plutôt que scientifique pour expliquer l’origine de l’homme et de l’univers; l’opposition sociale, légale et politique à l’avortement, aux droits des femmes, à l’homosexualité et au mariage gai; etc.

L’alliance fondamentale de Reagan avec les évangélistes

À partir des années 1960, les élites républicaines inspirées par les objectifs de la « stratégie sudiste » ont pu compter sur l’appui des évangélistes chrétiens et des fondamentalistes.  Ronald Reagan est celui qui réussira pour de bon cette rencontre historique significative, celle entre la politique et la religion, entre le Parti Républicain et les militants politiques de la droite conservatrice chrétienne, en particulier les évangélistes protestants du Sud.  En 1980, la droite protestante était mûre.  Elle avait érigé ses propres empires médiatiques grâce à la télévision, fondé des écoles et universités religieuses, mis en place des réseaux communautaires et lancé de puissantes organisations.  Parmi ces dernières, la « Moral Majority » dirigée par Jerry Falwell, pasteur intégriste de Virginie.  Également, la « Christian Coalition » pilotée par Pat Robertson, télévangéliste protestant de confession baptiste originaire de Virginie et candidat malheureux à l’investiture républicaine en 1988.

De son côté, Reagan a remporté, coup sur coup, en 1980 et en 1984, les votes dans la totalité des États du Sud, à la seule exception de la Géorgie qui a appuyé Carter en 1980.  Reagan ancrera solidement cette alliance, au sein du Parti Républicain, à la faveur des fondamentalistes sudistes blancs en se faisant le champion de valeurs axées sur le conservatisme social et fiscal, nommément :  la déréglementation au sein de l’État fédéral;  les intérêts de l’entreprise privée avant tout;  la réduction du déficit, des impôts et des charges fiscales;  la famille comme principal creuset d’organisation sociale;  la responsabilité individuelle et communautaire plutôt qu’étatique comme solution aux besoins des gens;  la croisade contre la taille du gouvernement fédéral au profit du « Droit des États » pour mieux signifier, de façon dérisoire, la grande souplesse des républicains au chapitre des droits civiques.

Les croisades de Reagan et des évangélistes avaient également une portée internationale.  Ils ont érigé la moralité chrétienne comme un des grands principes de base dans la conduite de la politique étrangère.  Ils en sont arrivés à une prêche concertée en faveur de ceci : le renforcement du patriotisme national;  l’appui soutenu à l’interventionnisme;  l’augmentation des dépenses militaires;  l’assurance d’un système de défense costaud;  l’appui inconditionnel à Israël;  le contrôle des armes nucléaires dans les pays jugés ennemis;  l’élimination des « puissances du mal », avec l’Union Soviétique comme symbole suprême, à l’époque.  Aujourd’hui, le Sud mesure encore le bien-fondé des interventions en politique étrangère en fonction de principes associés à la moralité chrétienne, alors que dans le reste du pays, les cadres traditionnels de référence en matière de jeu diplomatique sont davantage prisés.

Voilà autant de positions partisanes valorisées et parrainées par Reagan dont se réclame aujourd’hui la droite conservatrice.  Voilà autant d’engagements à l’égard desquels on mesure désormais le degré de « pureté idéologique » des candidats républicains à l’investiture présidentielle, de même que la rectitude de leurs prises de position, comme les débats des dernières primaires républicaines l’ont bien montré.  Tout ceci concorde pour affirmer, à l’instar de personnalités républicaines influentes, tel Haley Barbour, que Reagan constitue toujours « la référence idéologique républicaine la plus absolue et la plus achevée ».  À son avis, Reagan demeure encore « le plus conservateur de tous les présidents américains ».  Et ce, même si Reagan n’a pas toujours pratiqué tout ce qu’il prêchait.

Cela étant dit, il convient d’affirmer que, dans la présente conjoncture politique marquée par la polarisation partisane exacerbée, ce même Reagan ne ferait sans doute plus l’unanimité de nos jours au sein du Parti Républicain.  Surtout pas auprès des militants du Tea Party portés par des ferveurs idéologiques que même Reagan n’aurait sans doute pas pu imaginer alors.  C’est dans ce contexte qu’il faut ramener les propos de Haley Barbour exprimés lors des dernières primaires, alors que justement le concours de popularité en matière de positions idéologiques les plus extrémistes battait son plein entre les candidats à l’investiture républicaine.  Barbour appelait alors sans doute de ses vœux un retour à une orthodoxie conservatrice plus modérée à la manière de Ronald Reagan.

Exceptionnalisme biblique et pratique religieuse

Aujourd’hui, les fondamentalistes, les évangélistes et les républicains en général ont ajouté à leur rhétorique ultraconservatrice l’apologie exacerbée de « l’exceptionnalisme américain ».  Il s’agit d’une théorie selon laquelle les États-Unis constitueraient désormais le seul véritable « empire de liberté », le grand « leader du monde libre », la « cité biblique brillant sur la montagne » et « le dernier espoir du monde », tant ses valeurs nationales, son système politique et son histoire convergent vers une destinée hors du commun.  Si plusieurs Américains s’accordent pour déclarer que cette idéologie est non seulement truffée de mythes, mais qu’elle est également présomptueuse, le discours politique continue néanmoins de la porter bien haut.

Ce recours à la Bible et à Dieu, le candidat républicain Mitt Romney l’exhale du mieux qu’il peut dans la présente campagne électorale.  Il fait également siennes ces vibrantes sollicitations des militants du Tea Party afin de « remettre de l’ordre dans la maison » et, de façon encore plus explicite, de « reprendre le contrôle du pays » (take our country back).  À l’instar du représentant afro-américain au Congrès, Al Sharpton, d’aucuns dénoncent sévèrement ce genre de mot d’ordre.  Certains y voient même un appel mal dissimulé de la droite ultraconservatrice du Sud en faveur d’un « retour à l’époque des lois Jim Crow ».  Curieuse coïncidence alors que le pays est présentement gouverné par un Afro-américain.  Il n’y a que dans le Sud où l’on puisse saisir toute la signification profonde de cette question.

Pour se convaincre de l’influence démesurée du Sud relativement à la prolifération de ces valeurs conservatrices et à l’existence de courants ultraconservateurs, il suffit d’établir quelques équations, notamment celles entre préférences sociales et pratiques religieuses.  Selon des analyses récentes réalisées par le Pew Forum on Religion & Public Life, ce sont les conservateurs, dans une proportion de 63% parmi la population chrétienne, qui tiennent pour acquise la supériorité culturelle du pays par rapport à d’autres.  Une proportion à peu près équivalente, soit 66%, estime qu’il est nécessaire de croire en Dieu pour être considéré comme personne de grande moralité aux valeurs sûres.  Voilà pourquoi, pour un grand nombre, la religion occupe une place centrale dans leur vie et que 70% des évangélistes blancs s’identifient d’abord comme chrétiens, plutôt qu’Américains, et que plus de 50% d’entre eux s’identifient comme républicains.

Par ailleurs, un sondage Gallup publié en 2010, place neuf États du Sud parmi les dix premiers aux États-Unis en matière de pratique religieuse suivie.  Figurent en tête de liste, le Mississippi, où c’est le cas de 63% de la population, puis l’Alabama, la Caroline du Sud et la Louisiane.  Enfin, c’est sans conteste dans les États du Sud où se trouvent les plus fortes concentrations d’adultes et d’églises affiliées à la tradition évangélique protestante.  Ainsi, 50% des évangélistes s’y trouvent, tandis 23%, 17% et 10% sont répartis respectivement dans le Midwest, l’Ouest et le Nord-Est.  Dans les États du Tennessee, de l’Arkansas et de l’Oklahoma, plus de 50% de la population appartient à cette mouvance religieuse.  On comprend mieux comment conservatisme et religion jouent encore le rôle de soupape à l’influence politique du Sud tout en lui garantissant de solides assises pour célébrer d’autres victoires sur le reste du pays.

Le Tea Party, forme achevée du conservatisme idéologique et du ressentiment racial

Certes, l’ascension fulgurante du Parti Républicain dans le Sud depuis les années 1960, l’affermissement du conservatisme social et économique dans cette région et, depuis 2010, l’émergence du Tea Party de façon marquée dans le Sud, ont largement contribué à susciter cette virulente polarisation partisane qui paralyse aujourd’hui le processus politique à Washington.  En effet, l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan en 1980, puis la nomination de Newt Gingrich, originaire de la Géorgie, à titre de président de la Chambre des représentants à partir de 1995, au moment de la présidence démocrate de Bill Clinton, ont semé les germes de la présente polarisation partisane.

Les élections de mi-mandat de 1994 avaient donné au Parti Républicain, pour la première fois depuis 1955, une majorité à la Chambre qu’il n’avait pas réussi à obtenir pendant 40 ans.  En fait, en excluant les deux courtes présidences de la Chambre assumées par le Parti Républicain – la première de 1947 à 1949 et la seconde de 1953 à 1955 –, on peut affirmer que ce parti n’avait pas réussi à s’imposer en 64 ans, soit depuis 1931.  Leur accession à la présidence de la Chambre en 1995 était donc hautement historique.

Le vent qui tournait au Congrès devait, dès lors, souffler dans le sens du conservatisme fortement d’actualité depuis Reagan.  Gingrich s’en est fait le champion grâce à son ambitieux « Contrat pour l’Amérique » qui visait justement à « changer le centre de gravité de l’Amérique » en s’attaquant de front aux programmes sociaux, en proposant des réductions d’impôt et en luttant pour l’équilibre des dépenses du gouvernement fédéral, notamment par le biais de la réduction de la taille de l’État.  Déjà, dès 1995, la méthode Newt Gingrich, quant à la direction des destinées républicaines, avait donné libre cours à la pratique du « gridlock » qui avait entraîné alors l’arrêt temporaire des activités gouvernementales à la suite de sa fameuse dispute avec le président Clinton au sujet du budget et des dépenses en matière de santé.

Aujourd’hui, les prises de position idéologiques républicaines énoncées à partir des années 1980 ont été exacerbées de toutes parts par les partisans du Tea Party.  Elles ont été inféodées à des revendications idéologiques autrement plus radicales que ne le réclame l’aile traditionnellement plus modérée du parti.  Plus encore, les positions défendues par le Tea Party compliquent singulièrement, voire bloquent systématiquement, le processus décisionnel à Washington.  Comment expliquer autrement la montée de ce que Thomas Man et Norman Ornstein appellent la « politique des extrémistes » qui a créé, après l’élection de Obama, la situation suivante: “ What the country didn’t get was any semblance of a well-functioning democracy.  President Obama’s postpartisan pitch fell flat, and the Tea Party movement pulled the GOP further to its ideological pole.  Republicans greeted the new president with a unified strategy of opposing, obstructing, discrediting, and nullifying every one of his important initiatives.”  Comment expliquer autrement les malentendus et les volte-face du candidat Mitt Romney, autrefois gouverneur républicain aux positions socio-économiques et politiques modérées, voire libérales, aujourd’hui candidat présidentiel désigné par le Parti Républicain condamné à satisfaire les éléments radicaux de son parti, mais surtout à tout faire et à tout dire pour éliminer de la Maison-Blanche le premier président afro-américain.  Ainsi, on saisit bien pourquoi il a choisi son colistier, Paul Ryan, parmi les militants du Tea Party.

Le blocage des processus politiques au profit d’un agenda politique fortement teinté d’idéologie est donc redevenu pratique courante ces dernières années.  C’est ce qui a amené la population américaine à exprimer de façon marquée sa désapprobation à l’égard du Congrès.  En janvier 2012, selon un sondage conjointement mené par le Washington Post et ABC News, 84% des Américains étaient en désaccord quant à la conduite des affaires au Congrès.  Qui plus est, l’émergence du Tea Party immédiatement après l’élection de Barack a ajouté au mouvement conservateur déjà bien ancré, non seulement une cadence plus militante et un calibre nettement plus radical idéologiquement, mais également une dimension raciale d’importance.  En effet, peut-on s’abstenir d’établir un lien direct de causalité entre l’élection d’un premier président afro-américain et l’avènement soudain du Tea Party après 2008?

À ce sujet, – et ce sans aller jusqu’à camper le mouvement du Tea Party dans une perspective régionale – les travaux d’Alan Abramovitz de l’Université Emory fournissent des explications.  Afin de définir les fondements de la polarisation partisane qui prévaut présentement au Congrès, il a étudié le résultat des élections de mi-mandat de 2010.  Dans un premier temps, ses analyses illustrent bien l’importance du fractionnement des attitudes et positions au sein même du Parti Républicain, de même que la force de ce nouveau militantisme.  Deuxièmement, elles rendent compte de la force du ressentiment racial comme motif déterminant du vote des partisans du mouvement Tea Party.  “(T)he impact of the Tea Party movement on the Republican Party is magnified by the greater political activism of its supporters compared with other rank-and-file Republicans. […] But by far the most striking differences between Tea Party supporters and the overall public involved their political beliefs.  Tea Party supporters overwhelmingly identified with the Republican Party and they were much more conservative than the overall public and even other Republican on a wide range of issues including social issues and economic issues.  Moreover, Tea Party supporters displayed high levels of racial resentment and held very negative opinions about President Obama compared with the rest of the public and even other Republicans.”

Quant au rapport de forces entre la Chambre des représentants et la Maison-Blanche, Abramovitz de conclure: “While a Republican majority in the House of Representatives might reduce some of the concern among conservative Republicans about liberal policies emanating from Washington, as long as Barack Obama remains in the White House, Tea Party supporters are likely to remain highly motivated to oppose his policy agenda and remove him from the White House.”  Ces analyses donnent raison à plusieurs experts américains de la trempe de Thomas Friedman quand ils avancent que le Parti Républicain a confié à Mitt Romney la mission divine de déloger le président Obama de la Maison-Blanche en 2012. 

 

Vers un Sud politiquement métissé?

 

Cela dit, il convient néanmoins d’affirmer que le Sud d’aujourd’hui n’est pas aussi solidement solidaire à l’égard du Parti Républicain qu’il ne l’a été autrefois à l’endroit du Parti Démocrate.  Et peut-être ne le sera-t-il jamais autant.  D’une part, sous le coup de lois fédérales et de jugements de la Cour suprême, le Sud a forcément dû entamer un long, mais difficile, processus de réconciliation quant à l’enjeu racial.  Signe des temps, la Southern Baptist Convention, principale dénomination protestante et deuxième église d’importance aux États-Unis après l’Église catholique, vient de nommer un pasteur afro-américain à sa tête : un revirement majeur pour cette église sudiste qui s’était séparée de la convention nationale, en 1845, afin justement de maintenir sa position en faveur de la suprématie des Blancs, ce qui avait amené la communauté afro-américaine à en faire autant à son égard à l’issue de la Guerre civile.

D’autre part, cette transition s’accompagne également d’un changement progressif des attitudes de la population, et ce de façon plus notoire dans les États dont la composition démographique est en mutation.  Ce sont ces mêmes États qui, en 2008, ont voté démocrate et participé à l’élection du président Obama : la Floride, la Caroline du Nord et la Virginie.  À peu de choses près, la Géorgie également.  Contribuent du reste à maintenir un équilibre relatif entre forces politiques, le vote plus soutenu en faveur du Parti Démocrate des communautés minoritaires afro-américaine et hispanophone, mais aussi celui des nouveaux arrivants, notamment les Asiatiques.  Il en est ainsi également du vote en provenance de ceintures plutôt libérales, telles que la Virginie du Nord, le Sud de la Floride, le Research Triangle Park autour de Raleigh-Durham, Austin au Texas, de même que dans quelques districts de grandes agglomérations, comme Houston ou Atlanta, des entités de moins en moins monolithiques quant à l’appartenance politique.

Bibliographie indicative :

Colin Woodard, American Nations. A History of the Eleven Rival Regional Cultures of North America. 2011.  Earl et Merle Black, Politics and Society in the South, 1987.  John Shelton Reed, Minding the South, 2003.  Branwell DuBose Kapeluck, Robert P. Steed, Laurence W. Moreland, Presidential Elections in the South: Putting 2008 in Political Context, 2010.  Mark Bennett McNaught, La religion civile américaine de Reagan à Obama, 2009.  The Economist, The End of the Blues”, Special Report: The American South, March 3rd, 2007.  Stephen M. Walt, “The Myth of American Exceptionalism”, dans The America Issue, November 2011.  Thomas E. Mann et Norman J. Ornstein, It’s Even Worse Than It Looks. How the American Constitutional System Collided with the New Politics of Extremism, 2012.  Alan I. Abramowitz, “Partisan polarization and the Rise of the Tea Party Movement”, texte présenté à un colloque, 2010.  Annie Lechenet, Jefferson-Madison. Un débat sur la République, 2003.

De nombreux articles de revues, plusieurs rapports du gouvernement fédéral, des rapports de fondations ou de think tanks, plusieurs rapports du Pew Research Center, des analyses de l’OCDE, des articles de revues et magazines, des notes dans des blogs, des entrevues sur le web, des analyses et des billets dans l’Infolettre de la Chaire Raoul-Dandurand, etc.

 

Pour aller plus loin :

Exorcistes américains : la Heritage Foundation, la guerre culturelle et la sauvegarde du mariage et des valeurs familiales traditionnelles, Frédéric Gagnon, Catherine Goulet-Cloutier, Canadian Review of American Studies Volume 40, Number 3, 2010

Le conservatisme américain – Un mouvement qui a transformé les États-Unis, Sous la direction de Charles-Philippe DavidJulien Tourreille Collection Enjeux contemporains, Presses de l’Université du Québec

 

Obamacare: SCOTUS v. POTUS

 Jefferson voyait la Constitution comme un texte vivant, susceptible de s’adapter aux circonstances…

 Jefferson voyait la Constitution comme un texte vivant, susceptible de s’adapter aux circonstances et aux évolutions sociétales. Néanmoins, même si l’on reconnaît la suprématie du pouvoir juridictionnel, seul interprète autorisé de la Constitution, les pratiques constitutionnelles demeurent déterminantes : le droit constitutionnel est donc le fait d’une pluralité d’acteurs. Ainsi, plusieurs fois les États-Unis ont changé « d’État sans changer de constitution » (Zoller 2001: 166). La grande plasticité de ce texte fondamental repose donc sur l’interprétation qu’en font les institutions. Selon que l’on place ou non la Cour au centre du jeu, il y a deux lectures du rôle de la Cour suprême. : l’une restrictive est identifiée comme « strict constructionism », l’autre extensive, est dite d’activisme judiciaire. Toutefois, quelles que soient les écoles de pensée, force est de constater que, globalement, au travers de l’histoire américaine, le nombre de chocs frontaux entre le président et la Cour suprême demeure relativement bas. La Cour invalide le plus fréquemment des décisions de politique intérieure et se montre généralement plus réservée en politique étrangère (Vallet 2012). Dans ce dernier cas de figure, la plupart du temps, elle va se satisfaire d’un mandat général pour valider les actes du président. Il y a, entre le juge et le président, une différence de taille : seul le président incarne véritablement la souveraineté populaire puisqu’il est le seul à disposer de la légitimité démocratique. C’est ce qui fonde sans nul doute la prudence du juge et sa déférence. Toutefois, sous l’empire du régime des checks and balances, la Cour a défini les limites de la présidence : elle a admis que le président pouvait outrepasser ses pouvoirs traditionnels et constitutionnels pour recourir à des pouvoirs implicites ou inhérents lorsqu’une situation de crise le justifiait (Gerhardt 2002: 277)  Plus encore le fait que ses décisions ne bénéficient parfois que d’une autorité de facto relative de la chose jugée a conduit des observateurs à dire que « la Cour est la moins dangereuse de toutes les branches [de gouvernement] car la mise en œuvre de ses décisions dépend de la bonne volonté d’autres institutions » (McGuire et Stimson 2004: 1018). Hamilton disait d’ailleurs qu’elle « n’a d’influence ni sur l’épée, ni sur le porte-monnaie » (The Federalist 78). C’est sans doute ce qui la rend prudente.

De façon générale, la plupart des observateurs conviennent que la Cour suprême a constamment fait pencher la balance des pouvoirs en faveur du président. En ce sens, les présidents modernes ont compris la puissance que leur conférait le pouvoir de nomination en les dotant de la faculté d’influencer les politiques et de façonner indirectement la politique. Tandis que l’institutionnalisation de la présidence conduit la Maison Blanche à intervenir sans cesse dans la formulation et la mise en œuvre des politiques, ce sont souvent les services de la Maison blanche qui, dans les années récentes, ont effectué tout un travail de filtrage afin d’identifier des candidats potentiels à la magistrature puis de monter un dossier solide pour obtenir la confirmation sénatoriale. Au demeurant, bien qu’on parle relativement peu, le président exerce un pouvoir déterminant à travers la nomination des nombreux juges des cours fédérales de district et des cours d’appel. Il les nomme à vie, sous réserve de confirmation par le Sénat. Il a donc le pouvoir d’influencer durablement la jurisprudence fédérale en choisissant soigneusement ses nominations. Bien entendu, la Cour suprême, qui assure l’unité du droit, constitue la clé de voûte de cette influence sur les normes juridiques. Le président nomme donc ces neuf juges et parmi eux le juge en chef. Puisque le président nomme ces juges à vie, il dispose véritablement de « la faculté d’influencer le cours des affaires nationales pour un quart de siècle après la fin de son mandat »(O’Brien 1998 : 68). Aujourd’hui la majorité des neufs juges qui siègent à la Cour suprême ont été nommés par un président républicain. Il ne faut donc pas sous-estimer le pouvoir dont est ainsi doté le président. Toutefois, si les trois quarts des juges s’inscrivent dans la ligne politique et idéologique des présidents qui les ont nommés, un quart en ont dévié (Scigliano 1971). Ainsi, cette incidence indirecte du président sur la structure sociale, via la jurisprudence de la Cour suprême, a ses limites. Les juges tendent en effet à s’émanciper de la tutelle idéologique de l’autorité qui les a nommé. Le fait qu’ils soient nommés à vie est d’ailleurs, dans l’esprit des Pères fondateurs, la garantie de leur indépendance. C’est ainsi que Theodore Roosevelt faisait fréquemment part de son amertume à l’égard d’Oliver Wendell Holmes, qu’il avait nommé à la Cour suprême. De même, lorsque l’on demandait à Dwight Eisenhower s’il avait commis des erreurs durant ses mandats, sa réponse était « oui, deux, elles siègent toutes les deux à la Cour suprême » (Abraham 1999: 200). Truman disait de la même manière que sa nomination de Tom Clark à la Cour suprême était sa plus grande méprise : « je ne peux me souvenir d’une seule bonne décision de sa part » (O’Brien : 122). Il ajoutait « dès lors que vous nommez quelqu’un à la Cour, il cesse d’être votre ami » (Truman). C’est cette indépendance qui a permis à la Cour suprême de progressivement définir et délimiter l’étendue du pouvoir présidentiel.

Il est irréaliste, comme le souligne le juge Scalia, « de parler de la Cour suprême comme d’une institution figée, immuable » ; il s’agit plutôt d’une instance qui « reflète nécessairement et d’une manière ou d’une autre l’état de la société dans laquelle elle s’inscrit  » (O’Brien : 343). Même dans le cas où la Haute juridiction s’est opposée au président, comme lors du Watergate, il convient de souligner le fait que la Cour n’a véritablement agi « que lorsque la presse, l’opinion publique et le Congrès en étaient déjà aux armes » (Cronin 264). Il ne faut donc pas surestimer le pouvoir dont dispose le président, d’influer sur la société américaine à travers la nomination des juges à la Cour suprême. En effet, la Haute juridiction a fait preuve d’une grande sensibilité aux réalités sociales (McGuire, Stimson 2004: 1018) : c’est ce qui fait d’elle la moins dangereuse de toutes les branches du pouvoir aux États-Unis.

Adapté d’après La présidence des États-Unis, PUQ.

Abraham Henry J. (1999), Justices, Presidents and Senators : A History of U.S. Supreme Court Appointments from Washington to Clinton, Lanham, Rowman and Littlefield.

Dahl Robert (1957), « Decision-Making in a Democracy : The Supreme Court as a National Policy-maker », Journal of Public Law, Vol.6, N°2, p.279-295.

Dworkin Ronald (1994), L’empire du droit, Paris, PUF.

Gates John (1987), « Partisan Realignment, Unconstitutional State Policies, and the U.S. Supreme Court, 1837-1964 », American Journal of Political Science, Vol.31, No2, p.259-280.

Gerhardt Michael J. (2002), « Crisis and Constitutionalism », Montana Law Review, Été, No63, p.277 et suiv.

Hamilton (1788). « The Federalist No. 78 », dans Garry Wills (1982). The Federalist Papers by Alexander Hamilton, James Madison and John Jay, New York, Bantam Books, p. 393.

Jèze Gaston (1913), « De la force de vérité légale attachée par la loi à l’acte juridictionnel », Revue du droit public.

Link Michael W. (1995), « Tracking Public in the Supreme Court : Cross-Time Analyses of Criminal Procedure and Civil Rights Cases », Political Research Quarterly, Vol.48, N°1, p.61-78.

Maltese John Anthony , « The Presidency and the Judiciary », dans Michael Nelson, op.cit., p.500-501.

McGuire Kevin T. et James A. Stimson (2004), « The Least Dangerous Branch Revisited : New Evidence on Supreme Court Responsiveness to Public Preferences », The Journal of Politics, Vol.66, No4, Novembre, p.1018-1035.

O’Brien David (1988), « The Reagan Judges : His Most Enduring Legacy? », dans Charles O. Jones (ed.), The Reagan Legacy, Chatham, Chatham House, p.68.

Prélot Marcel (1964), dans Edgar Faure et Louis Trotabas, L’État, Paris, Encyclopédie française, Tome X, 1964, page 207.

Scigliano Robert (1971), The Supreme Court and the President, New York, The Free Press.

Troper  Michel (1995), « La liberté d’interprétation du juge constitutionnel », Interprétation et droit, Bruxelles, Bruylant.

Truman Harry (1959), Leçons William Radner sur la Constitution, Université Columbia, New York, 28 avril, Truman Presidential Museum &Library, Independence, Missouri. : PR 28 SR75-2. enregistré par WKCR (28 min.).

Zoller Elisabeth (2001), « Le rôle de la Cour suprême dans le système américain de gouvernement », Mélanges Waline, Dalloz.

Savez-vous compter? (controverse arithmétique en élections ou l’inverse).

Au lendemain du Super Tuesday et à la veille des derniers (ou presque) scrutins du Deep South, l…

Au lendemain du Super Tuesday et à la veille des derniers (ou presque) scrutins du Deep South, l’arithmétique est devenue reine. Et la controverse mathématique ou électorale suivant l’angle sous lequel on prend les choses est réelle.




D’autant que personne ne s’accorde sur le nombre de délégués déjà effectivement attribués à tel ou tel candidat:

  CNN Politico Real Clear Politics Democratic Convention Watch RNC (républicains)
Romney 444 424 446 393 339
Santorum 202 212 199 133 95
Gingrich 115 103 117 110 107
Paul 66 45 61 24 22
Huntsman 0 2 X 2 X
Autres x 82 non liés x 197 non liés 42 super délégués + 258 non liés

Car on parle bien souvent seulement de projections et non de chiffres fermes.

D’un côté, Josh Putman, professeur à Davidson College, explique qu’une convention ouverte (brokered convention) en août est quasiment inimaginable, en raison même de la mathématique électorale.

Pour Putman, Santorum devrait performer bien au-dessus de son niveau actuel (il flirte désormais avec 35% du vote) pour pouvoir imaginer emporter les 1144 délégués. Mais plus encore, tandis que le mois de mars lui est favorable avec des votes dans le Deep South qu’il pourrait/devrait emporter, il perd cet avantage à compter du 20 mars avec le scrutin en Illinois. Selon Putman, Romney devrait retrouver un terrain confortable, tandis qu’un nombre conséquent de délégués n’est pas encore attribué (notamment par les États tenant des caucus). En outre, le changement du mode de scrutin à compter d’avril, et le fait qu’il y ait alors des États qui pratiquent le “winner take all” va dans le même sens. Romney n’est pas encore le nominé, loin s’en faut. Mais comme l’explique Putman, tous les scenarii semblent aller dans son sens: les risques d’une convention ouverte paraissent mineurs.

De l’autre côté le professeur Schultz de Hamline University considère que les chiffres vont dans le sens d’une convention ouverte (brokered convention):

selon lui, aucun des candidats n’ira à la convention de Tampa avec, dans son escarcelle, la majorité absolue des délégués (1144).

Selon lui au Super Tuesday:
Romney   a  421 délégués, Santorum    181,Gingrich    107, Paul     47, Huntsmann 2

Entre les 758  délégués déjà attribués et les 129 qui ont été sélectionnés par caucus dans le Maine et le Minnesota mais ne sont pas encore attribués, il reste 61,2% des délégués à gagner.

Or selon ces calculs, Romney, pour emporter l’investiture, doit gagner 723 délégués de plus soit plus de la moitié de ceux qui restent encore en jeu. Pour Santorum, cela représente 68,8%.

Schultz considère que au vu des performances actuelles de Romney, il faudrait attendre le 5 juin (avec la Californie (172), le Montana (26), le New Jersey (50), le Nouveau Mexique (23), et le Dakota du Sud (28)) pour mettre un terme à l’incertitude.

Mais il souligne également que ce sont les États du Sud, du Deep South qui vont se prononcer en mars. Le Kansas, l’Alabama, le Mississippi, puis le Missouri. Viendront ensuite la Louisiane, l’Arkansas, le Kentucky puis le Texas. Or si l’on observe les performances de Romney en Caroline du Sud et dans le Tennessee, ses résultats sont inférieurs à la moyenne dans le Deep South. Le candidat du Nord-Est ne convainc pas les évangéliques conservateurs, loin s’en faut.


source: Pew Forum on Religion and Public Life

Il part donc avec un handicap majeur dans cette région. Or une performance médiocre, particulièrement en mars, donnerait le signal d’une machine qui se grippe, et l’indication qu’il peinera substantiellement pour obtenir la nomination “avant” la convention. (L’auteur est prudent mais le ton est là: Romney mène le bal mais sa position de leader du peloton est infiniment précaire).

Super Tuesday : Le jour où le parti républicain perd l’élection présidentielle?

(version longue)
Dix États, de la Géorgie à l’Alaska, ouvrent leurs bureaux de vote ce mardi pour un…

(version longue)

Dix États, de la Géorgie à l’Alaska, ouvrent leurs bureaux de vote ce mardi pour un Super Tuesday que les Républicains souhaitent décisif. Ce mardi permettra de désigner près de 18% des délégués pour la convention d’août prochain, et dans tous les cas, plus de délégués en un jour (437) que depuis le début de l’année (302). Pour autant ce ne sera pas le « Tsunami » (comme on l’avait dénommé à l’époque) de 2008 avec ses 24 États et la moitié des délégués en jeu. Ce super Tuesday n’en sera pas un, tandis que le parti républicain s’abîme dans des comptes de délégués et paraît se chercher à la fois un leader et une identité, au risque de perdre cette frange de l’électorat qui constitue pourtant la clé de l’élection de novembre prochain.

 

Comptes et décomptes

En 1988, pour contrer l’influence du Nord des États-Unis dans le processus de sélection des candidats à la présidence, un ensemble d’États du Sud choisit d’organiser simultanément leurs primaires. Ce n’est pas un véritable succès mais le principe est acquis. Le procédé du Super Tuesday a progressivement pris de l’importance car ces blocs de primaires ont une résonance pour la suite de la campagne, en termes de collecte de fonds, de mobilisation politique, d’obtention des délégués nécessaires pour emporter l’investiture.

Cette année toutefois, l’impact du Super Tuesday est plus flou. Tout d’abord, le Texas, avec ses 155 délégués (10% des délégués à la convention nationale), a disparu du super Tuesday à l’aune d’une querelle juridique liée au découpage électoral pour se retrouver en queue de peloton, le 29 mai.

Ensuite, deux États présentent des particularités. En Virginie, seuls Mitt Romney et Ron Paul sont parvenus, en réunissant les 10 000 signatures requises, à figurer sur le bulletin de vote. Romney emportera donc une victoire facile que tous imputeront aux méandres électoraux et dont il ne pourra se gargariser. En Géorgie, son État d’adoption, Newt Gingrich espère ressusciter – en concédant qu’il ne peut poursuivre son pari présidentiel sans l’emporter.

De surcroît, le vote devrait se diviser. Au Tennessee et en Oklahoma, Santorum espère emporter cet électorat profondément conservateur et évangélique. Le Dakota du Nord, l’Idaho et l’Alaska (cette dernière étant très en marge des chemins de campagne des candidats) pourraient regarder du côté de Ron Paul. Le Vermont et le Massachussetts devraient tomber dans l’escarcelle de Mitt Romney.

Reste l’Ohio – le centre du monde politique états-unien, État pivot depuis plusieurs élections présidentielles. Preuve en est, Mitt Romney, qui a décidé de ne faire de publicité dans aucun autre des États du Super Tuesday (ce qu’il laisse à son super PAC Restore Our Future pour 7 millions), a choisi d’y investir 1,2 millions de dollars. Le Red, White and Blue Fund de Santorum injecte autant (500 000 $) dans cet État que dans les neufs autres. Pour autant, Santorum part avec un réel handicap arithmétique pouvant représenter jusqu’au quart des délégués en jeu : dans trois des 16 districts, limitrophes de son État de Pennsylvanie, il n’a pas réussi à fournir une liste de délégués, perdant par forfait 9 des 66 délégués de l’Ohio. Dans six autres, il n’est pas parvenu à soumettre une liste complète : ce qui signifie qu’il pourrait emporter le vote populaire dans un district sans obtenir le nombre total de délégués qui lui revient. À l’opposé les cols bleus – évangéliques – de l’État n’ont pas de grande affection pour Romney, qui souffre encore de ses gaffes. Ce n’est donc pas le jeu des délégués que mène Santorum : il s’agit pour lui de gagner le vote populaire et de s’en prévaloir pour asseoir sa légitimité en vue d’une poursuite de la course jusqu’à la convention.

Et c’est probablement ce qui fait faire des cauchemars aux caciques du parti. En effet, en constatant en 2008 les bénéfices d’une campagne prolongée et enlevante de l’autre côté du spectre politique, alors que l’affrontement entre Hillary Clinton et Barack Obama mobilisait un électorat jusque là invisible, l’establishment du parti républicain a choisi de refondre les règles régissant leurs primaires et caucus. Pour éviter que l’essentiel de la course ne soit concentrée sur les premiers mois, que le taux d’abstention n’augmente avec le temps, et finir trop tôt avec un candidat un peu terne, ils ont donc choisi d’imposer une forme de proportionnelle dans la première partie du calendrier électoral.

Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Or l’introduction d’une certaine dose de proportionnelle a eu pour effet de révéler les divisions profondes du Grand Old Party. En effet, les primaires/caucus tendent à valoriser les franges traditionnelles des partis : on sait que les candidats tiendront, durant ce premier cycle électoral, un discours tourné vers leur base partisane, plus radical que celui qu’ils adopteront lors de la campagne générale. Toutefois, la proportionnelle a conduit à surévaluer les éléments marginaux de chaque État : d’où la propension des candidats à adopter des positions qu’ils s’empressent de réfuter ensuite, s’engageant dans un exercice de funambulisme politique où ils ne convainquent personne.

Ce faisant, chaque cycle de primaires pose immanquablement la question de l’identité du parti. Les démocrates ont eu leur heure en 2008, tandis que la campagne s’était étirée jusqu’en juin. Toutefois, les divisions du parti de l’Âne sont moins profondes : la gauche religieuse, les libertariens de gauche, les indignés, ou les libéraux semblent toujours trouver un plus petit dénominateur commun. Ce n’est pas le cas du parti républicain. Entre les partisans d’une réduction des impôts et ceux qui préconisent une hausse de la taxation des plus hauts revenus, entre les partisans d’une politique étrangère où les États-Unis demeurent les gendarmes du monde comme les néoconservateurs et ceux qui prônent le désengagement du pays pour se recentrer sur les problèmes internes comme les libertariens, entre les théo-conservateurs et les conservateurs fiscaux, entre les Tea partiers et ce qui reste des Républicains modérés, les lignes de fracture sont profondes. Ces divisions ne sont pas nouvelles : l’opposition entre la droite religieuse et les conservateurs fiscaux a fait couler de l’encre durant les deux mandats de Bush fils, et la disgrâce – relative – des néoconservateurs a simplement laissé un vide que le Tea party a pu occuper. Le grenouillage actuel ne parle donc pas de crise d’identité mais de luttes fratricides avec, à la clé, le contrôle du parti, rappelant l’avènement de Barry Goldwater en 1964.

Le jour où les Républicains ont perdu les indépendants

Mais le timing n’est pas bon. L’administration Obama semble mettre à profit ces dissensions et le prolongement du cycle républicain. Bien sûr, le discours traditionnaliste de Santorum constitue une réponse aux phénomènes anxiogènes (bien accueillie dans le Mid-Ouest, comme en témoignent ses victoires) de la société américaine contemporaine, s’engouffrant parfois dans les divisions de l’administration Obama – par exemple sur la contraception. Mais le parti républicain doit naviguer entre les objectifs des primaires (séduire la base) et celui de l’élection générale (convaincre les indépendants). Ainsi, tandis que les républicains multiplient les initiatives anti-avortement au niveau des votations fédérées, les démocrates rétorquent avec une campagne portant sur « la guerre contre les femmes ». Or dans le même temps, le poids de la religion dans la vie politique décline : désormais plus de la moitié des Américains (en hausse de 12 points par rapport à 2004) considère que l’église doit demeurer en dehors de la vie politique. Sur cette pente pourtant, Santorum a dérapé, en fustigeant JFK sur la séparation de l’église et de l’État – refroidissant tout à la fois l’électorat catholique et évangélique.

Ainsi, face à lui, Mitt Romney paraît être un expert de la poliorcétique et du marathon, s’assurant de tenir le siège en faisant la preuve de sa résilience – une qualité présidentielle. Toutefois, alors que les indépendants n’ont jamais représenté une faction aussi importante de l’électorat américain, même l’homme d’affaire qu’est Romney peine à articuler un message qui corresponde aux attentes des électeurs (dont la première préoccupation est l’économie, devant l’emploi…. et le terrorisme). C’est peut-être là que réside la preuve du désarroi du GOP : alors que le président démocrate fait face à une crise économique sans précédent depuis la seconde guerre mondiale et que le pays affiche un taux de chômage (8,5%) en principe rédhibitoire – 7,2% constituant le sésame de la réélection si l’on en croit l’histoire statistique – le tapis rouge des Républicains se transforme, au fur et à mesure du cycle de primaires, en pente savonneuse.

Bien sûr, la route est encore longue vers l’élection générale. Et depuis 1976, aucune course à l’investiture ne s’est terminée à la convention – et les querelles intestines qui ont marqué les primaires ont toutes sombré dans l’oubli. Mais 2012 pourrait être une exception. On ne saurait oublier que certains scrutins (Iowa, Colorado, Minnesota, Maine) sont non contraignants, à l’instar de ceux qui se déroulent aujourd’hui en Idaho et au Dakota du Nord, et les délégués demeurent jusqu’au bout libres de leur choix. Le Super Tuesday ne devrait donc pas permettre de trancher, de désigner un candidat présidentiable et inévitable. Par contre il pourrait, faute de parvenir à conquérir indépendants et modérés, contribuer à l’éclipse – temporaire – du parti républicain.

Article (version courte) paru dans Le Devoir du 6 novembre 2012.

Par Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David


Bilan de Floride – El Presidente?

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’é…

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’électorat d’une primaire républicaine est plus facile à dresser dans la mesure où il s’agit de la première vraie primaire fermée: 8/10 électeurs se disent conservateurs. 2/3 qu’ils appuient le Tea party.

Or Mitt Romney a gagné sans Jebb Bush et sans Marco Rubio. En faisant un meilleur score que prévu même chez les évangéliques. Sans l’establishment. Seul. Pas que cela aurait changé grand chose: le soutien de la gouverneure Nikki Haley en Caroline du Sud n’a pas vraiment changé l’issue du vote. Mais le symbole est fort. Il est (de nouveau) devenu inévitable.

Romney et son super PAC (Restore our future) ont littéralement enterré Gingrich et son super PAC (Winning our Future) sous une avalanche de publicités, dépensant 15,6 millions contre 3, 29. Sans tout à fait changer le profil électoral de l’État:

source: Google politics

Rien n’est arithmétiquement scellé, loin s’en faut, comme l’explique Josh Putman. Mais le symbole est fort et la “présidentiabilité” de Mitt Romney établie, inversement proportionnelle à la perte en crédibilité de Gingrich.

Or la présidentiabilité (oui le barbarisme est désagréable, mais il est efficace) de Romney importe à l’heure où, pour 12 États pivots, le taux d’approbation de Barack Obama est de 43%. Aujourd’hui, en termes absolus, aucun des candidats en lice (de part et d’autre de l’échiquier) ne peut en effet être assuré d’une victoire.

Il reste donc à Romney à faire son chemin dans les prochains caucus (Nevada, Colorado, Missouri), et primaires (Michigan, Arizona) pour éviter de devoir faire face – mais les risques sont-ils réels – à une convention divisée  (brokered convention) en août prochain.

source

Les prochains votes seront un test pour Romney, particulièrement dans une frange de l’électorat qui devrait lui être acquise mais a été échaudée par ses prises de position sur l’immigration. En effet si Mitt Romney a gagné le vote hispanique ce mardi (15% de la population de Floride) par 54% contre 28%, il demeure que, dans cet État, les politiques migratoires n’ont plus vraiment d’incidence sur une population hispanophone implantée de longue date.

Par contre dans les États qui vont se prononcer, les Hispanophones immigrants sont nombreux. Romney devrait avoir une facilité, puisqu’il parle espagnol, puisque son père est né au Mexique, à toucher cette communauté. Cela ne paraît, pour l’instant pas être le cas. Celui que Larry Kaplow décrit comme le (potentiel) premier président latino des États-Unis, “El Presidente“, navigue entre ses racines et sa quête d’une identité conservatrice, pro-mur, en faveur du durcissement des politiques migratoires, opposé au Dream America Act. Dans le même temps, son apologie de l’auto-déportation (self deportation) au cours du dernier débat républicain envoie peut-être le signal que cette position tranchée n’implique pas des décisions immédiates si il devait être élu. C’est sans doute la bonne attitude, alors que l’administration Obama perd des plumes dans la communauté, avec l’augmentation des reconduites à la frontière.


Ainsi, et dans ce contexte, si Romney devient le choix du GOP, le choix du colistier sera plus important encore…

Parlez-vous français? (ou “why do they hate us”)

 

Tour à tour libertine et frivole, corrompue, machiste, voire lubrique et vicieuse, mais auss…

 

Tour à tour libertine et frivole, corrompue, machiste, voire lubrique et vicieuse, mais aussi élitiste et intellectuelle, la France représente bien souvent aux États-Unis, l’archétype du monde latin, incontrôlable et désorganisée, face à l’univers anglosaxon, normé et froid.

Il y a toujours eu des heurts entre les deux puissances alors même qu’elles ne sont jamais entrées en guerre l’une contre l’autre. De Gaulle a incarné à lui seul cette arrogance, retrouvée à certains égards dans l’attitude du gouvernement français et incarnée dans le discours de Villepin au Conseil de sécurité des Nations Unies en 2003. Le clash est donc parfois inéluctable et repose sur une très grande proximité de fait, les deux États revendiquant la paternité de la déclaration des droits de l’homme (on ne peut pourtant pas mettre ceci au crédit de l’Hexagone), l’universalisme de leurs valeurs et l’exceptionnalisme de leur parcours national.

De là à faire du « français » un mot injurieux, il n’y avait qu’un pas, allégrement franchi par la droite américaine. Au point où le bureau du tourisme français, très inquiet des répercussions, avait mis sur pied une (ridicule) vidéo avec Woody Allen intitulée « Let’s fall in love again » et tout un programme de séduction, tandis que l’insulte suprême de l’élection de 2004 était ici:

Rebelote en 2012. Newt Gingrich avance la francophonie de Mitt Romney comme argument -massue, oubliant dans le même temps la sienne.

Et ce au mépris des presque 2 millions de francophones (de plus de 5 ans) des États-Unis, essentiellement concentrés en Louisiane (Acadiens), Maine, New Hamsphire et Vermont, mais aussi Floride (communauté haïtienne) et plus de dix millions de personnes d’ascendance française. Car le français est la quatrième langue parlée aux États-Unis après l’anglais, l’espagnol et le chinois. Il faut convenir qu’il ne s’agit pas là d’une frange importante de l’électorat, loin s’en faut.

S’il est de bon ton de se montrer francophobe au GOP, ou tout au moins de cacher sa francophonie/philie, c’est qu’il y a derrière cette vitrine une volonté de s’afficher comme une personne ordinaire, avec lequel le citoyen lambda irait boire une bière. Et derrière la méthode tout l’héritage de Lee Atwater, pour lequel (comme il l’a d’ailleurs mis en oeuvre en Caroline du Sud) la politique c’est la guerre et tous les arguments sont bons.