La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)[1]
Aléas de la recherche : en quête d’une R…

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)[1]

Aléas de la recherche : en quête d’une “maison qui n’existe pas”

Il y a quelques années, en travaillant sur l’œuvre architecturale réalisée en Tunisie par Bernard Zehrfuss et ses collaborateurs dans le cadre de la Reconstruction du pays (1943-1947), j’ai consulté, par hasard, dans les archives de l’Institut français d’architecture à Paris, un dessin de façade pour une “villa Bourguiba”, daté du 27 janvier 1954. Cet avant-projet m’intrigua. Où avait été projetée cette maison ? Était-elle destinée à Habib Bourguiba, dissident et par ailleurs ami de Zehrfuss[2] ? À cette époque, ma seule certitude était qu’elle était restée à l’état de projet, comme le mentionnait l’inventaire des œuvres de Zehrfuss réalisé par l’IFA. Les spécialistes de l’architecture tunisienne contemporaine que j’interrogeais ne savaient rien, eux non plus, sur ce projet -on me répéta alors que “cette maison n’existe pas”.

Fig. 1 Maison Bourguiba 1954

Propriété d’Habib Bourguiba, façade principale, avant-projet, architecte : Bernard Zehrfuss, 27 janvier 1954.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite d’archives n°64.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

C’est un article paru dans la revue l’Architecture d’aujourd’hui en 1955 qui me poussa à entreprendre des investigations. Un plan et un dessin de façade illustraient un court texte présentant une “maison Bourguiba” de Bernard Zehrfuss. Cette fois le prénom du propriétaire était mentionnée. Il s’agissait d’Habib. Et l’usage de l’indicatif présent ne laisser planer aucun doute : en 1955, le projet était encore en cours. Mon attrait pour ce projet grandissait mais les questions qui se bousculaient restaient sans réponse. Pourquoi cette maison n’a-t-elle pas été construire ? Est-ce l’accession au pouvoir de Bourguiba, quelques mois plus tard, qui avait mis un frein au projet ? Il fallait retourner aux archives. À l’IFA, toujours, je découvris des plans datés de mars et avril 1955, ceux-là même qui avaient été publiés par la revue L’architecture d’aujourd’hui, et d’autres de 1956. Cette fois, une mention primordiale était précisée sur l’un des plans : rue de la Manoubia. Coincée à Paris, il fallu passer de nombreuses heures sur google earth à visionner des images satellitaires, pour trouver enfin la parcelle correspondante à celle représentée sur les plans. Sur le terrain retrouvé, malgré le caractère flou de l’image googlelienne, apparaissaient bien deux bâtiments dont l’implantation correspondait parfaitement à celle des villas projetées pour Bourguiba par Zehrfuss.

Figure 2

Propriété Bourguiba, projet, plan du rez-de-chaussée, architecte : Bernard Zehrfuss, dressé le 4 mars 1955, modifié le 16 mars et complété le 28 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

Fig. 3

Image google earth sur laquelle est repérable la propriété d’Habib Bourguiba, au nord du réservoir d’eau situé au centre de la photographie.

De retour à Tunis, je partis visiter cette maison. Les voisins m’affirmèrent qu’il s’agissait bien de la demeure de l’ancien président et que celui-ci y habita juste quelques semaines, avant son investiture.

Au moment où sa carrière prend une nouvelle dimension –il commence à travailler sur les projets du CNIT et du siège de l’UNESCO-, Zehrfuss, ancien architecte de la Reconstruction, a donc construit dans un Protectorat français en Tunisie agonisant, une maison pour Habib Bourguiba, qui est alors un résistant, tantôt emprisonné, tantôt assigné à résidence, notamment sur l’île de Groix.

D’une architecture tunisienne à une autre

Le projet, Zehrfuss le peaufine pendant de nombreux mois. L’architecte est chargé de concevoir deux habitations, une villa et un pavillon, sur un terrain pentu situé dans le quartier de Montfleury supérieur à l’ouest de Tunis sur laquelle une splendide vue sur l’ensemble de l’agglomération est offerte. La villa, construite en bordure de la voie publique, est une grande demeure de 700 m2 qui accueille des espaces de réception et les appartements privés d’Habib Bourguiba. Au rez-de-chaussée, de la demeure se trouve une cour d’honneur avec galerie qui donne accès au hall d’entrée et à des garages et la pièce réservée au gardien qui ferment la cour. Au niveau supérieur, le rez-de-jardin, se situent les pièces de réception installées en enfilade : un grand et un petit salons, et la salle à manger. Un grand patio couvert à arcade les sépare la partie privée de la maison qui comprend : les chambres d’amis et l’appartement d’Habib Bourguiba qui regroupe une chambre, un bureau-bibliothèque et qui ouvre sur jardin privé agrémenté d’un bassin d’eau. À ce niveau, se trouve également un oratoire, éclairé zénithalement par un oculus. La maison est dotée d’un Mihrab (projeté dès le premier projet), et cette salle de prière est la seule pièce de la maison aux formes arrondies. Quant au pavillon qui occupe le fond du terrain et qui est d’une surface bien moins importante, près de 175 m2, il s’élève sur deux niveaux. Il est destiné à la femme du futur Président : Mathilde Bourguiba[3] qui y a ses appartements.

Le projet, conçu entre 1954 et 1956, a évolué au fil des mois, en particulier le dessin des façades de la villa principale, qui est totalement contraint par l’orientation du terrain. Pour éviter de subir les vents chauds venant de l’ouest, l’architecte décide de fermer la façade qui donne sur ce point cardinal – il n’y a presque aucune baie et le jardin. Il traite la façade sur rue de manière très massive. Dans la première version proposée par Zehrfuss, un balcon qui court sur l’ensemble du premier niveau souligne la verticalité de la villa, qui est cependant atténuée parles cinq arcs plein cintre qui le ferme et les grands moucharabiehs qui s’y insèrent, mais aussi les voutes qui couvrent la demeure, et même les cinq arcs de la galerie du rez-de-chaussée. Dans la seconde mouture du projet, datée du 21 avril 1955, les moucharabiehs, qui ont vocation à être peints en bleu, sont conservés. Mais de nombreuses modifications sont proposées dans le but de renforcer la massivité de la façade par rapport à la première esquisse. L’architecte rehausse la façade sur rue, au niveau des pièces de réception, et avec elle le balcon. Le bandeau en saillie qu’il formait dans le premier projet est tellement agrandi que la façade semble dotée d’une seconde peau. La suppression des arcs qui fermaient initialement ce balcon, mais aussi celle les voûtes qui couronnait l’édifice renforce encore plus le caractère anguleux de la demeure.

fig 4

Propriété Bourguiba, projet, façades est et sud, Bernard Zehrfuss, dressé le 14 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

fig5

Propriété Bourguiba, projet, Coupes villa et pavillon, Bernard Zehrfuss, 10 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

Zehrfuss modifie à nouveau le projet et dans la version finale, les lambeaux du style de la Reconstruction disparaissent de la façade. Au rez-de-chaussée, la galerie ne conserve que trois arcs, et surtout les moucharabiehs sont supprimés. À l’étage supérieur, sont disposés deux niveaux de fenêtres, deux bandeaux horizontaux, formé chacun de dix baies groupées deux à deux. Deux autres lignes horizontales en saillie, faite de béton cette fois, les souligne : un balcon qui prend place sous la première série de fenêtres et un brise soleil au dessus. Aucune fantaisie n’est concédée, ni même aucune référence à l’architecture vernaculaire.

Fig. 6 façade principale maison Habib Bourguiba

Propriété Bourguiba, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

La seconde façade partiellement visible depuis la rue, latérale, est traitée de manière différente et présente un aspect moins massif, notamment parce que Zehrfuss multiplie, que ce soit dans les avant-projets et dans la version définitive, les décrochements et que la forme et la taille des ouvertures sont variées : petites baies ornées de grilles, galbées ou non, fenêtres à claustras, etc. [Zehrfuss, 1955]. Lorsqu’il modifie son plan initial, décide de rehausser la partie réservée aux salles de réception, et déplace le hall d’entrée à l’angle sud-est de la maison, il ajoute des ouvertures à cette façade, notamment des claustras pour éclairer le hall et le superbe escalier hélicoïdal qui s’y insère et qui surprend le visiteur tant ses courbes tranches avec le caractère anguleux de la façade. Par ailleurs, la villa destinée à Mathilde Bourguiba, au fond du terrain, plus en haut, est construite dans le même esprit.

Fig. 7 villa principale, façade est

Propriété Bourguiba, façade latérale, est, 2012.
© Charlotte Jelidi

Fig. 8 villa Mathilde B

Image 8 : Propriété Bourguiba, pavillon de Mathilde, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

L’évolution du projet et sa finalisation témoignent des tâtonnements qui ont présidé à l’expression architecturale la modernité tunisienne que le futur Président souhaite déjà afficher. Il est alors attaché à la culture tunisienne et à la religion musulmane, comme en témoigne la présence du patio et du Mihrab. Toutefois, son renoncement aux grilles galbées de tradition sidi bou saïdienne et aux moucharabiehs en façade –seuls les claustras sont présents mais relégués sur la façade latérale- témoigne de son désir d’afficher, en façade et dans les espaces de réception, une contemporanéité presque déterritorialisée. L’architecture tunisienne spécifique que le Zaïm façonnera plus tard avec l’architecte Olivier-Clément Cacoub n’est pas encore en germe.

fig9

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig10

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig11

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig12

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig13

Propriété Bourguiba, patio couvert, 2012.
© Charlotte Jelidi

Propriété de l’État tunisien, cette maison a longtemps servi de centre de formation, et est aujourd’hui désaffectée –seule la ville de Mathilde est habitée par un fonctionnaire.

fig14

Le jardin en 2012.
© Charlotte Jelidi

Mais les questions qui demeurent sans réponse restent nombreuses. La présence du Mihrab peut étonner, a priori, tout comme les dimensions de la demeure. Malheureusement, les archives de l’IFA ne conservent pas la correspondance que se sont échangée Bourguiba et Zehrfuss. Seul le dossier de permis de construire conservé aux archives municipales de Tunis pourrait nous apprendre encore beaucoup sur ce projet. Mais nous n’avons pas encore eu l’autorisation d’y accéder. A-t-il été seulement conservé ? Cette recherche n’est qu’à ses prémices. Il sera intéressant de tenter de comprendre comment le projet final a été élaboré, les débats qui ont agités les deux amis, mais aussi pourquoi cette œuvre charnière est restée dans les limbes de l’histoire de l’architecture contemporaine tunisienne. Et reste un doute, en dépit des témoignages des voisins, le fils d’Habib Bourguiba portant presque le même nom que son père, on ne peut totalement écarter une possibilité de méprise, même s’il est peu probable qu’à 27 ans Junior ait pu se payer une telle demeure. Quoi que ?

 

Charlotte Jelidi

est historienne de l’art et chercheure post-doctorante à l’IRMC. Elle y coordonne deux programmes de recherche, Les villes maghrébines en situation coloniale XIXe-XXe siècles. Urbanisme, architecture, patrimoine et Les musées et lieux d’exposition au Maghreb et leurs publics (XIXe-XXIe siècles).

 

Pour citer ce billet : Charlotte Jelidi, « La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956) », Le Carnet de l’IRMC, 2 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/865

[1] Ce texte présente une recherche en cours. Il n’a pour autre ambition que de mettre la lumière sur un édifice méconnu.

[2] Dominique Zehrfuss, dans le portait au vitriol qu’elle dresse de ses parents, témoigne de ce lien de proximité qui unissait son père à celui de la Tunisie indépendante.

[3] Mathilde Bourguiba née Lorain (1890-1976), dite Moufida (après sa conversion à l’Islam) est la première épouse de Habib Bourguiba. Ensemble, ils ont un fils, Habib Bourguiba Junior, le seul enfant naturel du Zaïm, né en 1927. Le Président quitte Mathilde -ils divorcent en 1961- pour Wassila Ben Ammar, qu’il épouse en 1962.

La culture amazighe et la révolution

Conférence de presse annonçant la naissance de l’Association Tunisienne de la Culture Amazighe, 30 j…

Conférence de presse annonçant la naissance de l’Association Tunisienne de la Culture Amazighe, 30 juillet 2011
© CMA

Avant l’implosion révolutionnaire, l’officialisation de la culture berbère butait sur le système totalitaire. Aujourd’hui surgit et sévit un nouvel adversaire. Le 27 mars, Hamadi Ben Yahia, fondateur de la troupe « Imazighen », concluait la conférence de presse tenue à la maison de la culture « Ibn Rachiq » par ce propos : « on ne baissera pas les bras. La lutte continuera ». À l’heure où les salafistes agressent partout, et à maintes reprises, les artistes, aucune ambiguïté ne persiste quant à cette lutte et à ses protagonistes. Même s’il est question de continuation, à quel passé le conférencier faisait-il allusion ? Voici deux décennies, j’introduisais une doctorante, Inès Horchani, auprès de la communauté berbère. Elle préparait une thèse d’État, à Paris, sur la culture amazighe en Tunisie. Depuis, elle a réussi avec les félicitations du jury. Durant l’enquête, nous voici donc chez Hamadi Ben Yahia, mon ami. Il habite à « Sabbat Edhlem », le dédale de l’ombre, situé au cœur de la médina et rendu célèbre depuis l’hécatombe des youssefistes pourchassés par les bourguibistes. Bien des archives secrètes seraient à mieux divulguer. Chez Hamadi, l’architecture berbère de la demeure étonne le visiteur, tant elle tranche eu égard au style de la ville. Imprégné de convivialité, ce fut là un moment désormais inoublié. Sur fond musical, Hamadi parle et Inès, ravie, écrit ceci : « nous étions en train de préparer une importante réunion pour en finir avec la marginalisation de notre culture. Nous ne sommes, peut-être, que dix pour cent de la population, mais nous voulions évoquer la langue, l’art, la cuisine et d’autres aspects de nos traditions. Irrité, le ministre de l’intérieur nous a intimé l’ordre de tout arrêter, immédiatement, sous peine de nous envoyer la police. Nous savions de quoi il était capable et notre initiative avait été étouffée dans l’œuf ». Mais Hamadi Ben Yahia ignorait les blocages plus feutrés.

Ainsi, la suspicion universitaire ajoutait sa contribution à la surveillance policière, malgré la propagande afférente à la situation, privilégiée, des minorités. Avec un berbérophone chevronné, souvent sollicité à l’échelle internationale, des collègues proposèrent à Ben Dhia, alors ministre de l’Enseignement supérieur, l’introduction du berbère à la faculté. En dépit de l’avis favorable, un arabisant, à la fois universitaire et oeil du parti, où il jouit de notoriété, sabota le projet. Aujourd’hui, dans le sillage de la révolution, les pouvoirs publics jouent, plus ou moins, le jeu d’une libre expression ; mais les salafistes inquiètent l’artiste.

L’appréhension, fondée, lève un coin du voile sur la nouvelle complexité. Avatars de la révolution, illusions et désillusions, espoirs et désespoirs arborent la valse des signaux contradictoires. Dans ces conditions, le témoignage du militant berbère, depuis l’heure première, a valeur d’analyse. La révolution inspira deux principales orientations. L’optimisme porte l’accent sur les fruits de l’indignation montée à l’assaut de la répression. De là provient l’incessante répétition de cette appréciation : « plus jamais rien ne sera comme avant ». Mais après l’énumération des inconvénients, au premier rang desquels figurent la récession et l’insécurité, les tenants du verdict négatif dénoncent le jargon laudatif. Ils proposent une meilleure adéquation du signifié au signifiant par la substitution de la « révolte » à la « révolution ». Hamadi Ben Yahia lui aussi, pris entre les promesses islamistes et les foudres salafistes, ne sait plus sur quel pied danser. Cependant, un dénominateur commun renvoie, dos à dos, positivistes et négationnistes. Engagés, tous deux, sur la même piste, ils partagent l’illusion d’une transformation perçue à travers une grille de lecture holiste. Ou bien tout change, ou rien d’essentiel n’advient. Le débat contradictoire, et encore inachevé, renoue avec l’histoire des idées. Les critiques adressées à la notion de « progrès », si chère à Auguste Comte, incriminent la méconnaissance de la pluridimensionalité.

Car, dans tous les cas de figure, et vues les pesanteurs du passé, les multiples niveaux de la société n’évoluent pas au même rythme. Une fois sous-analysée, ou occultée par les commentateurs désoutillés, cette complexité ouvre la voie aux voix contradictoires, au vu de quoi, les uns parlent de révolte et les autres évoquent la révolution. Propice aux pêcheurs en au trouble, cette vision indifférenciée ou sélective de la globalité perpétue le vice de forme débusqué dans la notion de « progrès ». Elle perpétue le présupposé légué par la philosophie de l’histoire à la pensée sociale des XVIIIe et XIXe siècles. Une ultime conclusion bruisse à l’aval de cette prospection. Souvent un doute me prend lorsque j’entremêle ainsi, les détails d’apparence anecdotique et les perspectives quelque peu théoriques. Mais, chaque fois, me revient, soudain, à l’esprit cet éloge, sans aucun doute excessif, du professeur Marie Louise Pellegrin : « j’ai infiniment aimé. Voilà comment se produit, aujourd’hui, la sociologie. Observation du quotidien et langage raffiné. Quel bonheur ».

Alors, narcissisme aidant, je trouve ce mot plutôt subtile et, rassuré, je dors tranquille.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Khalil ZEMITI

Sociologue émérite

 

Pour citer ce billet : Khalil Zemiti, « La culture amazighe et la révolution », Le Carnet de l’IRMC, 5 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/628

 

Du fantasme d’une « Tunisie tolérante » à la transition démocratique : la bombe de l’anti-racisme

Publié dans La Presse le 19 juin 2012
Du 2011 tunisien découle une représentation de la nation et de…

Publié dans La Presse le 19 juin 2012

Du 2011 tunisien découle une représentation de la nation et de ses différentes expressions minoritaires -linguistiques, de couleur ou de religions-, en grande mutation. La question des « minorités » apparait comme une des lames de fond qui bouscule aujourd’hui le « monolithisme culturel » officiel. Quand dans le même temps, le régime de l’ancien dirigeant tendait à diffuser l’image d’une Tunisie tolérante, carrefours de civilisations et de religions, une réalité plus conflictuelle était étouffée. Elle explose aujourd’hui de la part d’un groupe qui récuse son invisibilité, les Noirs tunisiens.

Mais peut-on évoquer une « minorité noire » en Tunisie ou ailleurs dans le Maghreb ? Si une minorité se définit à travers des traits culturels spécifiques comme la langue ou la religion, la couleur de peau peut-elle faire office de distinction ? Elle est pour un groupe de Tunisiens le signe d’un stigmate ancestral qu’il s’agit enfin d’exorciser. L’évocation publique d’un groupe marginalisé n’aurait pas été possible avant le 14 janvier 2011, tant le régime verrouillait, même inconsciemment, toute idée de critique sociale. La question de la couleur de peau et la marginalisation avait bien été lancée par des chercheurs historiens, mais cantonnée à une reconnaissance de la traite transsaharienne (déclaration de Tozeur, 2009). Le petit écran lui aussi avait percé l’abcès à sa manière en mettant en scène un « couple mixte » (Blanc/Noire- feuilleton Mektoub, 2008) dénonçant par là davantage des mœurs qu’un problème politique.

La difficulté à ouvrir ce débat, les réticences qu’il engendre sont aussi liés à l’histoire nationale qui s’est construite sur l’unité du peuple face au colonisateur. Postuler des traitements différentiels des citoyens renvoie à une attaque directe à l’unité nationale et donc au fondement, à la légitimité même de la nation. Dans le même temps, on renvoie les phénomènes de racisme aux sociétés du Nord, vers lesquelles on émigre, l’ancien eldorado qui « accueille » et « rejette » la différence culturelle et religieuse.

Pourtant la Tunisie, comme l’ensemble du Maghreb, a sa place dans le parcours des mobilités, par exemple interafricaines. Le pays reçoit principalement des étudiants en écoles privés et des fonctionnaires de la Banque Africaine de Développement. En tant qu’incarnations d’une altérité à « accepter » voire de cibles de rejet sans préavis, c’est aussi à travers eux que le débat sur le racisme a été propulsé. Plaintes de la Banque africaine, témoignages dans les journaux (voir les chroniques de Zouhour Harbaoui dans Tunis Hebdo), leur vécu douloureux a pu servir de canal, bien que les causes et expressions soit différentes, aux Noirs tunisiens.

Ainsi, des citoyens de plus en plus nombreux entendent défendre les « minorités » face aux préjugés de couleur qui enserrent les Subsahariens ou les Tunisiens noirs, alors dénoncés dans des tribunes de journaux et inspirateurs de créations culturelles (cinéma, photographie, théâtre, etc.).

En avril 2011, une universitaire tunisienne, Maha Abdelhamid, créé un forum de discussion sur Facebook  intitulé « assurance de la citoyenneté sans discrimination de couleur ». Il entend  traiter de la « citoyenneté partielle » des Noirs en Tunisie. Très vite quelques centaines de personnes  susceptibles d’être intéressées se sont ajoutés à ce groupe (qui réunit toutes catégories sociales et professionnelles, toutes origines régionales en Tunisie, des Tunisiens de l’étranger, des Africains et des Européens). Une vingtaine de membres interagit quotidiennement à travers des discussions à partir d’un partage de documents (article de journaux, photos, etc.). Véritable laboratoire d’une question jamais évoquée officiellement, les langues se délient et la souffrance s’exprime. Les requêtes de certains membres s’attachent à la création d’un texte constitutionnel et de sanctions pénales contre la discrimination, la réparation de l’esclavage, l’exhumation de l’histoire de la traite transsaharienne, etc. L’idée d’une association civile nait mais ne se sera concrétisée que quelques mois plus tard. Parmi les personnes les plus actives, l’on retrouve des tunisiens originaires des régions du Sud où se concentre une population noire (Gabès, Kbili, Zarzis, Djerba) mais aussi de Sfax et de Tunis. Des réunions hebdomadaires jalonnent la mise en place des bases de l’association, ses objectifs et sa stratégie. ADAM  nait en avril 2012, dont le sigle entend traiter de « développement » et d’« égalité » plutôt que de « Noir » ou de « racisme ».

Le 12 juin 2012, au cœur du centre ville de Tunis, dans la maison de culture Ibn Khaldoun, public et journalistes (Réalités, Tunis Hebdo, chaine nationale, etc.) étaient présents pour le séminaire d’ouverture de l’association ADAM. Le président de l’association, Taoufik Chaïri récuse toute démarche communautariste et insiste sur le côté culturel, historique et éducatif de l’association. Il affirme soulever un sujet tabou, emboitant le pas de la révolution de la dignité dont tous les Tunisiens méritent d’en cueillir les fruits. L’intervention du bâtonnier des avocats Chaouki Tabib a souligné la persistance de discrimination (tamyyz) et de différentiation (tafriqa) au sein de la société tunisienne, « on est encore racistes », malgré la fierté tunisienne d’avoir été le premier pays arabe à abolir l’esclavage. Il appelle à la création d’un comité de défense des attaques à caractère racial. Des témoignages de chercheurs ont décrit un racisme tunisien jamais institué historiquement produisant des pratiques de ségrégation non assumées dans le discours (l’historien Abdelhamid Larguèche) et une « revanche symbolique » (th’ar ramzi) dans les frontières symboliques entre Noirs et Blancs dans les oasis du Sud comme Menschia (le sociologue Mohamed Jouili). Dans la salle, un public d’une centaine de personnes issues essentiellement de cette « minorité silencieuse » (Larguèche) s’empresse pour prendre la parole, rendant hommage à cette initiative ou avouant ne pas supporter cette nomination de « Noirs » en Tunisie. Une intervenante soulève la question des noms de certaines familles qui signifient l’affranchissement et le nom de l’ancien maitre (‘atiq foulen) et la nécessité de rectifier ces appellations honteuses et humiliantes pour beaucoup de Noirs.

Face à la dénonciation grandissante de l’absence de personnes noires dans le paysage médiatique ou politique, le gouvernement évoque la mise en place d’une politique de discrimination positive. Alors que jusque là la question des « minorités » en Tunisie était cantonnée aux minorités religieuses, juive et chrétienne, le ministre chargé de la réforme administrative annonce son projet de nommer des « citoyens de couleur » dans les hautes fonctions (4 juin 2012). Les minorités religieuses sont encore à l’ordre du jour quand la question de sièges parlementaires réservés à des Tunisiens juifs et chrétiens est soulevée par la député CPR Samia Hamouda Habbou. L’association « minorités » (Aqaliyat) s’invite au débat en demandant l’annulation du critère religieux pour les élections présidentielles, permettant aux Juifs de se présenter (Yamina Thabet, Mosaïque FM, 11.06.12).

Dans le contexte politique tunisien actuel où une frange d’artistes, intellectuels, universitaires, etc. s’attaquent de plein fouet au gouvernement islamiste jugé rétrograde, liberticide et anti-démocratique (cf. la pétition qui circule depuis le 1er juin 2012), la dénonciation politique du racisme se voit instrumentalisée par certains comme une critique envers ce gouvernement. Une vidéo a en effet fait le buzz sur internet (w.e du 10 juin) qui, à travers un montage, mettait face à face Rached Ghannouchi évoquant la couleur de peau des Africains « plus noirs que nous » et une militante de ADAM qui dénonçait le racisme de la société tunisienne.  Bien que ce montage ait plu à certains militants anti-raciste, il en gêné d’autre, conscients du message politique d’opposition islamiste que l’on veut faire porter à la « question noire ».  Le parti Ennahda lui-même, dont les principaux cadres ont passé parfois 20 ans en exil dans des pays exposés aux questions de la « diversité culturelle » (France ou aux Royaume-Uni), avait demandé rectification au journal en ligne Tunisialive suite à l’affiliation islamiste d’une avocate impliquée dans une affaire de caricature raciste. De plus, le seul Tunisien noir qui siège à l’assemblée constituante n’est autre qu’un membre de Ennahdha, Bachir Chammam, qui déclara dans une interview que sa foi musulmane lui a permit de dépasser des petits incidents reliés à sa couleur de peau.

Sous le feu des projecteurs du monde arabe et du monde entier, la Tunisie comme modèle d’une transition démocratique possible, ouvre une réflexion civile sur des « tabous » de la société – l’identité, les minorités (berbère, juive et noire) et un racisme « inconscient »- alors mis sur le devant de la scène dans l’objectif d’être combattu.

 

Stéphanie POUESSEL

Anthropologue à l’IRMC de Tunis.

 

crédit d’illustration : © ADAM

 

« Égaux comme les dents d’un peigne » : le racisme envers les Noirs libyens au miroir de la question amazighe

L’onde de choc du « réveil démocratique » que d’aucuns appellent « arabe » touche à l’ontologie iden…

L’onde de choc du « réveil démocratique » que d’aucuns appellent « arabe » touche à l’ontologie identitaire de l’« Afrique du Nord »[1]. Si le débat sur l’« identité nationale » a été crucial pour justifier de l’illégitimité de la colonisation, il s’est trouvé dépassé sous les traits du « mouvement culturel berbère » en Algérie et au Maroc. Dénonçant l’oubli voire le déni politique d’une culture et d’une langue propres à des dizaines de millions de locuteurs berbérophones, les pressions de l’activisme amazigh ont porté certains fruits – le Maroc restant un modèle (dans les domaines de l’enseignement, des médias, de l’aménagement linguistique, etc.) – mais ont surtout contribué à rendre la « question berbère » légitime si ce n’est « tendance »[2]. D’une culture « minoritaire » à une composante de l’identité officielle (cf. le statut de la langue amazighe dans la nouvelle constitution marocaine, juillet 2011), l’amazighité bute cependant contre un plafond de verre, ne pouvant que seconder la référence arabo-musulmane dans des États nations construits sur une identité une. En Libye, où la langue amazighe est présente mais depuis toujours politiquement annihilée au profit de l’arabe, la chute du régime engendre tous les espoirs de la part de militants amazighs qui ne veulent manquer une opportunité sans précédent.

Face aux orientations « arabes » des membres du CNT, des représentants des locuteurs amazighophones frappent aux portes de la nouvelle constitution qu’ils ne conçoivent pas, dans la « Libye libre », sans une reconnaissance officielle de l’amazighité, langue et culture. La constitution déjà proposée par le gouvernement provisoire promet la « garantie des droits de la culture amazighe, toubou et touareg et de toutes les composantes de la société libyenne » (août 2011).

Afin d’obtenir une visibilité internationale, l’intégration des tribunes de l’ONG le « Congrès Mondial Amazigh » (CMA) peut servir de soutien et de propulseur. Ses 6e assises se sont tenues à Djerba du 1er au 2 octobre 2011 et ont accueilli une délégation libyenne sans précédent. Parmi elle, un groupe identifiable de cinq Libyens s’est présenté comme depuis toujours doublement discriminé : à un racisme « racial », leur couleur de peau noire, s’adjoint un racisme « ethnique » et linguistique, celui d’appartenir aux Toubous, une population qui se déploie du Nord du Tchad au Sud de la Libye[3] et au Nord-Est du Niger et dont la langue, saharienne, appartient à une autre famille que les langues arabes et amazighes. Des décennies de marginalisation (tahmich) et de persécution (idtihad) jusqu’à la démolition pure et simple de villages toubous par l’État, ont mené ce groupe à des conditions de vie précaires ou à un exil dans les pays africains frontaliers (Niger, Tchad, Soudan). Ce vécu d’un double racisme (‘ounsouriya) cherche protection sous les auspices de la cause berbère, « la seule qui nous défendra » (entretien 2.10.2011, Djerba), car elle défend des principes d’égalité, de diversité et de droits civiques jusque là inexistants en Libye. Dans le sillage du « premier forum amazigh libyen » tenu à Tripoli les 26 et 27 septembre sous le slogan « le lien national » (al lehma al wataniya), pour lequel des Toubous se sont déplacés de la province de Koufra, inspirés par cette lutte identitaire reflet, l’invitation a été lancée de venir assister au 6e congrès mondial amazigh tenu à Djerba deux jours plus tard.

La mobilisation amazighe libyenne est intimement liée au mouvement global de revendication berbère incarné par le CMA.  Certains de ses membres dirigeants voyagent depuis plusieurs années en Libye afin de coordonner le mouvement. De cette mouvance amazighe, les premiers drapeaux amazighs, pure création du CMA (via les militants Canariens qui y siègent), flottèrent à la chute de Kadhafi dans les régions berbérophones (Jbel Nefoussa, Zouara, Ghadamès, etc.) et, relayés par les médias internationaux, provoquèrent une onde de choc en « Afrique du Maghreb » voire plus loin, à l’image de certains Marocains qui, par ce biais, prirent conscience de l’existence d’Amazighs en Libye.

Le choix de la Tunisie pour accueillir les 6e assises du CMA est lié aux « renaissances berbères » tunisiennes et libyennes. Les « invités » (autrement dit les « amis du peuple amazigh » à l’instar du groupe d’amitié euro amazigh du parlement européen) proviennent d’horizons divers : Catalans, association « les peuples des montagnes », député corse, porte-parole d’Éva Joly, tous prônent un multiculturalisme qui frôle parfois le culturalisme (comme à travers l’expression démagogique « la chute des murs des dictateurs arabes »). Venus par route des confins du Sud-est de la Libye, les Toubous envisagent la cause amazighe comme leur seul recourt de protection, si ce n’est comme une condition de survie : ils mettent en garde contre leur marginalisation à l’avenir, ne veulent pas être chassés une deuxième fois et ne demandent qu’à être traités comme tous citoyens libyens, comme « les dents d’un même peigne » (entretien 2.09.2011, Djerba). En soutenant les requêtes des militants amazighs, ils soutiennent l’avènement d’un Etat de droit, de justice et de liberté.

L’« amazighité » se déploie selon des configurations nationales différentes, avec comme dénominateur commun aujourd’hui la reconnaissance amazighe dans les constitutions post-révolutions. Mais au-delà, en ces moments de recomposition des solidarités, elle est convoquée comme garantie de démocratie et de respect des cultures « non officielles ». Elle offre un créneau aux « communautés de souffrance » comme les Toubous en Libye à travers un espoir de protection envers le racisme linguistique et racial. Sous le nom et sous le drapeau de l’amazighité, différentes causes se défendent.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Stéphanie POUESSEL

est anthropologue et chercheure post doctorante à l’IRMC, où elle dirige le programme intitulé : « Le Maghreb et ses « africanités » : l’identité nationale au regard de ses « altérités » ». Elle travaille sur la question identitaire et a notamment écrit Les identités Amazighes au Maroc, 2010, Paris, Éditions Non lieu. Elle prolonge ses recherches sur la Libye et l’actuel débat sur la « diversité culturelle » au sein de la nouvelle constitution libyenne.

 

crédit d’illustration : © musikamazigh.com

[1] Euphémisme militant amazigh permettant de se dérober au terme arabe « Maghreb » voire « monde arabe ».

[2] Elle fait écho à la « rétrovolution » (Amselle, 2010) qui caractérise notre époque : retour aux sources, à l’origine, à la tradition, à l’oralité, etc.

[3] Régions libyennes du Fezzan et de Koufra.