Volonté d’impuissance russe en Syrie ?

Les manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégiqu…

Thanks RussiaLes manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégique peu commune. A Washington, dans les couloirs de la Maison Blanche, il ne serait guère étonnant que les débriefings de l’ambassadrice américaine à l’ONU, lorsqu’il s’agit des violences en Syrie, soient particulièrement prisés. Depuis des mois que dure la tragédie (les premiers combats ayant commencé au printemps 2011), on doit se presser en effet pour entendre un jour rapporter l’expression d’une position ferme anti-insurrection formulée par le représentant russe, avec un sérieux à faire pâlir Staline, un autre jour expliciter les mauvaises raisons en faveur du maintien d’Assad (voir l’article du Monde du 5 février 2012), ou, plus rarement, détailler les obstacles politiques et institutionnels, posés par la Russie, aux possibles missions de bons offices que l’ONU pourrait mener, (voir l’article du Huffington Post du 19 juillet 2012). Saisissant est le fourvoiement de celui qui s’oppose à toute résolution un tant soit peu substantielle du Conseil du Sécurité sur la Syrie et qui l’affirme avec aplomb, fierté et grandiloquence croyant ainsi considérablement gêner ses « alliés » et démontrer sa puissance, alors qu’il n’en est rien.

Les Américains ne peuvent que se réjouir de cette démonstration échouée de force diplomatique. Les Anglais et les Français, eux, se voient retirer une bonne épine du pied. Quelqu’un en Occident considère-t-il sérieusement une intervention armée sur le terrain syrien ? Ce n’est pas vraiment la crainte de voir dégénérer le conflit en affreuse guerre civile – puisque c’est déjà plus ou moins le cas – ni la désunion de l’opposition, aussi divisée en Libye (rappelons-le), qui retiennent les pays occidentaux d’intervenir. Les principaux concernés ont pour le moment d’autres priorités, les uns en Afghanistan qui cherchent à assurer un retrait en bon ordre, les autres au Mali. A cela s’ajoutent les difficultés financières et budgétaires à l’Ouest qui limitent considérablement les possibilités et rendent toute nouvelle intervention hautement improbable. Enfin, et surtout, les incertitudes géostratégiques qui en résulteraient, notamment les réactions potentiellement incontrôlables de l’Iran et d’Israël, achèvent de dissuader les volontaires. Dans ces conditions, plutôt que de passer pour des faibles ou des lâches, dans tous les cas cyniques, les Etats-Unis en tête et les Européens profitent de faire porter l’entière responsabilité de leur retrait à la Russie qui ainsi endosse aux yeux du monde le rôle du « méchant », amoral, celui qui laisse un Etat massacrer impunément une partie de sa population. L’opinion générale et simplificatrice considère en somme : si personne à l’Ouest ne peut intervenir, c’est que la Russie s’oppose.

Au Kremlin, sans doute, on ne doit que marginalement apprécier l’ironie de cette position inconfortable, ce piège dans laquelle on s’enferre. Il ne faudrait pas croire que les plus hautes autorités de Russie ne soient pas lucides quant à cette situation dont les pays occidentaux, en particulier les Etats-Unis, tirent jour après jour un bénéfice diplomatique notable au Moyen Orient. Il n’est plaisant pour personne de passer pour le coupable idéal qui, un peu à la manière de « l’idiot du village global », est manipulé à son insu par « l’hyperpuissance » du moment. Lorsqu’on prétend de surcroît à Moscou faire jeu égal avec elle, lorsqu’il s’agit de l’ennemi historique, de l’adversaire par excellence, l’impuissance est encore plus douloureusement ressentie. D’autant que les Etats-Unis en rajoutent avec l’adoption en décembre 2012 d’une législation privant d’accès au territoire américain les responsables russes qui seraient impliqués dans la mort en prison de Sergueï Magnitsky le 16 novembre 2009. Ce dernier, avocat fiscaliste, avait mis à jour et dénoncé l’un des plus importants mécanismes de corruption et de fraude fiscale organisés en Russie ces dernières années. Face à cette nouvelle provocation, l’assemblée parlementaire de Russie, la Douma, a voté immédiatement après (28 décembre 2012) à la quasi-unanimité une loi interdisant aux Américains d’adopter des enfants russes. Les orphelins paient et paieront donc en Russie comme en Syrie. Malgré tout cela, Vladimir Poutine persiste sur cette voie : ses envoyés continuent de s’opposer aux pressions et aux négociations qui pourraient aboutir. Ce n’est certainement pas seulement à cause de la base navale de Tartous, dont la Russie, après l’URSS, peut disposer à sa guise et qui n’a jamais eu de portée stratégique. Il ne faudrait pas non plus surestimer les quelques avantages militaires commerciaux que offrait à Moscou la Syrie d’Assad.

La Russie, ce faisant, tente plutôt et surtout de se maintenir dans le club des grandes puissances, dans la perspective éventuelle d’une conflagration beaucoup plus importante qui impliquerait l’Iran. En tenant bon sur la Syrie, la Russie pense augmenter sa crédibilité, l’autorisant le cas échéant à jouer un rôle clé dans le dossier iranien, déterminant pour l’ensemble du monde. Si des tensions devaient se concrétiser, on espère à Moscou pouvoir parler d’égal à égal avec les Etats-Unis, être au cœur, de façon plus stratégique qu’aujourd’hui, sur la Syrie, du processus de négociations et d’apaisement. En somme, la Russie croit s’acheter une influence internationale. Le prix moral est un peu cher payé. On voit mal aussi comment il est possible de passer d’une posture d’ « état piégé » à celle de médiateur respecté de tous.

L’échec américain en Irak : complot avorté ou erreur stratégique? Une explication à travers le processus décisionnel

Y a-t-il vraiment eu un grand complot pour en finir avec Saddam Hussein? Une grande alliance entre l…

Y a-t-il vraiment eu un grand complot pour en finir avec Saddam Hussein? Une grande alliance entre les grandes pétrolières, les revanchards de la première guerre du golfe, les entreprises du complexe sécuritaro-industriel, les néo-conservateurs, la CIA, les Bush? Ou n’y a-t-il eu qu’une accumulation d’erreurs, d’incompétences dans un alignement d’astres politiques inédit? L’objectif de ce papier est de montrer que l’on peut regarder les théories du complot comme présumant trop de la grande rationalité et intelligence des décideurs, ainsi que d’une plus grande cohésion que ce dont ils sont capables. Toutefois, la discussion reste ouverte. Et les commentaires sont bienvenus pour ce papier qui demeure ici un « work in progress ».

Les différentes théories du complot qui ont émaillé l’imaginaire des deux siècles passés[1] ont eu des relents des chasses aux sorcières des 16e et 17e siècles[2]… et l’on pourrait remonter plus loin encore[3]. Il est vrai toutefois, qu’à compter de la fin de la Seconde guerre mondiale, un grand nombre de ces complots ont pour théâtre[4], ou pour acteur principal, les États-Unis[5] – rançon sans doute du statut de superpuissance qu’ils se sont mérités à l’issue du conflit. Chaque rupture du continuum historique conduit à un sursaut des théories conspirationnistes, qu’il s’agisse de la fin de la guerre du Vietnam, de la fin de la Guerre froide ou de l’irruption du 11 septembre[6]. En effet, la présidence de George W. Bush, marquée par le 11 septembre et émaillée de scandales et de tentatives d’occulter des erreurs manifestes, a largement alimenté la fièvre conspirationniste dont les théories ont connu un regain sans précédent avec des hérauts aussi divers que Michael Moore, Thierry Messan, Andreas Von Bülow ou encore Mathias Broeckers[7]. Les contradictions, les tergiversations et les erreurs de l’administration en place ont aisément conduit, devant la complexité de la situation, un certain nombre de théoriciens du complot à imaginer que le gouvernement américain avait, le 11 septembre 2001, orchestré une mise en scène pour redorer son blason – et remodeler la géopolitique du Machrek. Ainsi, « le groupe Carlyle, le Pentagone, la Maison-Blanche, Halliburton […] auraient monté un complot impliquant des membres d’Al Qaida, le silence du FBI, de la CIA et des agents du terrain, celui des bureaucrates de plusieurs ministères, des conseillers et du personnel de la Maison Blanche »[8]. De toute évidence, le choc du 11 septembre a marqué le début d’une nouvelle ère, dont les paramètres demeurent encore à clarifier : faute de pouvoir trouver un ennemi objectif, une motivation claire de la part d’Al Qaida, les théories du complot ont donc refait surface. Il y a à cela une raison : « paradoxalement, le mythe du complot tend à remplir une fonction sociale d’importance non négligeable et qui est de l’ordre de l’explication […] tous les faits se trouvent ramenés, par une logique apparemment inflexible, à une même et unique causalité, à la fois élémentaire et toute-puissante »[9]. La simplicité de l’explication donne également une rationalité à un ensemble complexe, un sens au déroulement des événements, et organise en système les hasards et coïncidences[10], pour ainsi dire orchestrée en véritable détournement de la théorie du « rasoir d’Occam »[11]. Tous les complots correspondent donc à une volonté d’établir un chaos pour s’emparer du monde exsangue[12]. L’effondrement de la structure bipolaire du monde qui fournissait des réponses simples à une situation apparemment figée a consacrée le début d’une ère complexe, dont le point paroxystique est atteint avec le 11 septembre 2001 : dans un univers dont les données apparaissent brouillées[13], le complot est, selon le philosophe Pascal Bruckner, « un réducteur de complexité »[14]. Le renversement de la charge de la preuve, qui conduit celui qui est accusé (le comploteur) à devoir faire la preuve qu’il n’est pas partie au complot, tout en contrevenant aux règles les plus élémentaires du procès, rend pour ainsi dire impossible d’invalider la thèse conspirationniste :

« Interrogé par un journaliste qui lui demande, puisque l’Avion ne s’est pas écrasé sur le Pentagone[15], qu’est-il devenu? Thierry Messan lui répond : ‘Posez la question au gouvernement américain!’ Inutile donc de le contredire ».

Il est en effet difficile de démonter rapidement le raisonnement syllogistique qui veut qu’un mensonge ponctuel en appelle d’autres, récurrents cette fois-ci, d’autant que la structure narrative du complot[16] obéit avant tout à « des cycles conjoncturels »[17], alimentée par son contexte[18] plus que par son origine[19]. C’est donc cette rationalisation du processus décisionnel américain que nous étudierons ici, sous deux angles : les théories du complot doivent être mises à l’épreuve de l’examen de la structure du pouvoir, et du postulat de rationalité des décideurs.

1. La diversité d’acteurs dans le processus décisionnel américain

Il est en soi paradoxal de conférer à une administration une intelligence supérieure, à même de concevoir et de réaliser un complot planétaire, tout en l’abreuvant du mépris fondé sur sa présumée inaptitude à prendre des décisions articulées[20]. Comment « penser que c’est cette même présidence (ou ces mêmes groupes industriels ou bureaucraties) qui a pu mener un complot d’une telle complexité (faire sortir les gens appropriés à temps, sommer les « initiés » de faire les transactions financières, former les pilotes, réduire au silence les bureaucraties[21]) et ne pas trouver le moyen d’enterrer quelques armes nucléaires dans le désert irakien pour justifier l’intervention de 2003 »[22]. C’est là l’une des premières contradictions des affirmations de complot : la distorsion entre l’hyperpuissance de décideurs sans visage (la World Compagnie des « Guignols de l’Info »[23], émission satirique française qui a mis un nom sur ce complot mondial) et l’ineptie des dirigeants que l’on identifie au gré de leurs bourdes et de leurs erreurs[24]. En effet, « ce qui ne peut toutefois manquer d’étonner, c’est l’ampleur du hiatus existant entre la constatation de ces faits, tels qu’ils peuvent être objectivement établis, et la vision qui en est donnée à travers le récit mythologique »[25]. En réalité l’explication que l’on peut apporter, parce qu’elle se réduit à la fragmentation du pouvoir, est bien plus décevante : elle tient à la structure du système décisionnel américain où la fragmentation du pouvoir a conduit à institutionnaliser la « fuite » comme instrument de la démocratie.

1.1. La fragmentation du pouvoir

Le système politique américain est fondé sur un système de séparation (Montesquieu parlerait d’équilibre) des pouvoirs horizontal et vertical qui s’imprime jusqu’au cœur de la structure administrative américaine. Au cœur même du cabinet, un peu à l’instar de ce qu’avait préconisé Madison[26], un système de poids et contrepoids s’articule autour du chef de l’Exécutif pour justement atteindre un point d’équilibre où les excès de pouvoir sont contenus : « le jeu des poids et contrepoids établi par la Constitution, se déroule davantage à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Exécutif »[27]. Ni collégial, ni solidaire, cette structure gouvernementale n’a pas à obéir aux impératifs de cohésion qui soude un cabinet dans un régime parlementaire. Cette atomisation du pouvoir se reflète alors dans la structure bureaucratique : en l’absence de principe hiérarchique qui imposerait la sujétion absolue des services administratives au président par voie pyramidale, les fonctionnaires et administrateurs disposent d’une marge de manœuvre et d’une liberté décisionnelle considérable, et d’une force d’inertie incomparable : « la bureaucratie est donc à la fois un instrument de la puissance du président lorsqu’il parvient à la dominer, et un facteur dérangeant lorsqu’elle agit en ordre dispersé »[28]. À tel point d’ailleurs que l’Opposition se situe bien souvent plus au cœur des bureaucraties fédérales[29]. Le point d’équilibre se situe donc autour du président des États-Unis qui, selon la place qu’il occupe au cœur de cette architecture, va voir ainsi déterminés les succès et échecs de son administration[30]. La superposition des compétences et des mandats alimente cette concurrence entre services qui vont chercher à influencer tout au long du processus décisionnel les rouages clés et les personnages qui vont déterminer les inflexions de la politique étrangère. L’approche bureaucratique[31] offre, après Graham Allison, une mise en cause de l’utilitarisme comme élément explicatif de la politique étrangère en se fondant sur le fractionnement du pouvoir et une vision d’un État qui n’est en réalité qu’une constellation d’organisations qui tendent à converger vers le sommet politique. Dès lors les intérêts particuliers de ces structures prévalent sur un hypothétique intérêt national supérieur et définissent l’orientation des politiques : la décision est alors « le fruit d’un marchandage entre des groupes au sein de l’appareil gouvernemental »[32]. En l’absence de l’imposition d’un dessein unique, il ne peut y avoir un modèle décisionnel idéal, « seulement un ensemble de facteurs imparfaits qui expliquent les nombreux soubresauts et les développements inattendus des relations internationales »[33]. Même le style personnel du président et son mode de gestion sont bousculés par les tensions contradictoires qu’imposent les négociations bureaucratiques[34]. De fait la politique étrangère est plus un assemblage d’éléments épars qu’une construction orchestrée et mue par un dessein unique : à ce titre, des entrevues avec les opérateurs de la politique étrangère américaine donnent un panorama précis de cet assemblage. Ainsi Zach Selden, ancien officier civil à l’OTAN[35], explique que deux facteurs ont un rôle clé : d’une part, la capacité restreinte des officiers à simplement assimiler et gérer les informations qui leur sont dispensées quotidiennement limite leur aptitude à se projeter dans l’avenir. D’autre part, le poids des us bureaucratiques conduit chaque officier à devoir répondre en des termes prédéfinis par les cultures administratives internes et restreint sa capacité à « sortir de la boîte » : il évoque à ce titre la question des Armes de destruction massive en Irak et explique fort bien que les officiers de renseignement devaient trouver une explication à la disparition des registres d’un certain nombre d’éléments qui pouvaient éventuellement permettre de construire des ADM. Or, ajoute-t-il, en l’absence de preuve invalidant le détournement de ces éléments, la seule explication viable en termes de culture administrative était la confirmation du détournement de ces composantes à des fins militaires. Ainsi, la pensée groupale qui a prévalu à certains niveaux de la communauté du renseignement est simplement due à des mécanismes administratifs, une structure hiérarchique et un nombre limité d’informations en provenance du terrain. Elle n’occulte toutefois pas les dissidences qui, faute de pouvoir trouver un exutoire dans le maelstrom bureaucratique, ont souvent recours à la « fuite » qui devient alors un instrument du pluralisme.

1.2. La « fuite », instrument de la démocratie pluraliste

Il y a au 11 septembre ou encore à l’invasion de l’Irak – en tant qu’elle était fondée sur l’existence d’Armes de destruction massive – une explication plus prosaïque et sans doute décevante : l’incompétence et la fragmentation du pouvoir[36]. En effet, le système décisionnel américain est articulé autour d’un enchevêtrement de poids et de contrepoids où chaque acteur a, quelque part dans le système, un contre-pouvoir, susceptible de le modérer ses excès. L’inertie de ces mécanismes est cependant grande et il aura fallu trois ans aux membres du Congrès, aux quotidiens nationaux et aux juges de la Cour suprême pour s’élever contre les abus d’une administration devenue omnipotente. Ce silence, cette déférence, alimente les thèses du complot. Ces dernières ignorent cependant trois éléments. Tout d’abord, elles écartent la force centripète du réflexe du « ralliement autour du drapeau », pourtant existant dans d’autres régimes et dont l’effet aliénant est indéniable et plus ou moins durable selon l’évolution des événements[37]. Ensuite, elles négligent les divergences qui peuvent apparaître au sein de l’administration et dont l’affaire des Pentagon Papers, avec Daniel Ellsberg, constitue l’archétype. Enfin, elles omettent la volonté d’organisations infra-étatiques de promouvoir leur propre ordre du jour en recourrant aux fuites[38]. C’est pour cela que les scandales finissent par être dévoilés, même lorsque la présidence cherche à les couvrir (on connaît les Watergate, Irangate, Monicagate et autres Plamegate). Ainsi, la théorie du complot cherche une intelligence supérieure là où il n’y a que des humains, faillibles, opportunistes et vaniteux. Le « confort » de la conspiration est un leurre[39]. Il n’y a donc, avec le 11 septembre, que des attentats singulièrement réussis. Il n’y a, derrière l’invasion de l’Irak, que l’opportunisme d’un groupe de conseillers engoncés dans la guerre froide – les néo-conservateurs –, l’effet centripète de la pensée groupale et la peur de toute une population pétrifiée dans sa vulnérabilité[40]. La théorie du complot postule également le silence absolu des différents instigateurs et acteurs de la conspiration. Et donc l’absence de fuites, volontaires ou pas.

Or « on sait par l’expérience que beaucoup de conjurations ont été formées mais qu’il n’y en a que bien peu qui aient eu une heureuse issue. Un homme ne peut pas conjurer tout seul : il faut qu’il ait des associés ; et il ne peut en chercher que parmi ceux qu’il croit mécontents. Or en confiance un projet de cette nature à un mécontent, on lui fournit le moyen de mettre un terme à son mécontentement ; car il peut compter qu’en révélant le secret, il sera amplement récompensé tandis que la conjuration ne lui présente qu’incertitude et péril »[41].

La démocratie américaine figure, compte tenu de son agencement tentaculaire, de l’absence de principe hiérarchique qui fédérerait toutes les agences derrière un seul intérêt, et de son organisation en forme de poids et contrepoids, parmi les plus transparents des régimes occidentaux, simplement parce que son étanchéité n’est pas absolue. En ce sens, on peut présumer que le processus décisionnel en politique étrangère ne peut se soumettre à un « grand dessein », en raison de la démultiplication des acteurs et des contraintes exogènes, qu’il s’agisse de la structure politique nationale ou des données du système international. Or les théories du complot s’immiscent dans l’explication du processus décisionnel en postulant tout à la fois et paradoxalement sa bêtise et sa rationalité. Or le processus décisionnel se caractérise au contraire par ses contradictions, ses errements, ses erreurs, et en fin de compte et à l’inverse, son irrationalité. En effet, « une telle croyance témoigne, paradoxalement, d’une forme d’hébètement devant la puissance américaine, alors même que celle-ci échoue dans des entreprises bien moins herculéennes que l’éventuelle réalité (puis la dissimulation) d’un tel complot »[42].

2. L’absence de rationalité dans le processus décisionnel américain

Idéalement, la Maison-Blanche devrait parvenir à une décision élaborée sur la base d’une analyse rationnelle à l’issue d’un bilan coûts-avantages réfléchi. Il s’agirait alors d’un acte doué d’une grande précision, mû par les impératifs globaux de la politique étrangère et qui réduirait les variables de l’analyse aux objectifs de puissance de l’État ou de l’acteur central au vu de son environnement immédiat[43]. L’approche utilitariste[44] abonde dans ce sens et est alimentée par la théorie des choix rationnels : elle définit une hypothèse optimale de la prise de décision. C’est dans ce cadre théorique que finissent par s’inscrire les théories du complot. Elles postulent de la part des décideurs une connaissance absolue de la situation, une maîtrise totale de l’ensemble des variables et une capacité sans égal d’anticipation (ou de réduction) des imprévus. Or, la réalité est à l’inverse : « Les décideurs agissent fréquemment sur la base d’informations à la fois parcellaires et abondantes, doublées d’incertitudes, ce qui remet en cause toute théorie présumant un comportement rationnel idéal »[45]. Il y a, derrière chaque décideur, une portion de subjectivité irréductible qui va définir au moins certains paramètres de la prise de décision, réduisant d’autant sa rationalité… et, ce faisant, son aptitude au complot. La subjectivité des décideurs, parce qu’elle ne peut être par définition « objectivisée », est l’une des clés de l’invalidation de la théorie du complot.

2.1. La subjectivité des décideurs

Les décideurs ne prennent pas la décision idoine, ils prennent une décision, celle qui leur paraît la plus appropriée au vu de leur expérience de vie, de gouvernement, et des données dont ils disposent. C’est ce que les théoriciens de l’approche perceptuelle[46] vont étudier, en reniant partiellement les dogmes de la théorie des choix rationnels[47] : « la notion d’intérêt national est ici remplacée par la définition de la situation »[48]. La perception d’une situation va, en période de crise, jouer un rôle déterminant dans le processus décisionnel : le stress, l’urgence de trancher accroissent des réactions stéréotypées qui sont souvent très éloignées des enjeux collectifs et des perspectives globales et beaucoup plus proches d’intérêts individuels immédiats[49]. Ces réactions vont réduire d’autant le spectre des options disponibles, sur la base de données éminemment conjoncturelles[50]. Ainsi le décideur (dont on rappellera qu’il est rarement seul mais un parmi d’autres, ce qui ajoute à la complexité de la prise de décision[51]) observe la situation à travers le prisme déformant de sa propre perception et non à travers celui d’un grand dessein supérieur : ainsi, bien souvent, ce sont « l’urgence et le choix intuitif du dirigeant qui commandent tout »[52]. Premièrement, « les décideurs lient mentalement les décisions à prendre aux références du passé (l’analogie historique) ; [deuxièmement] ils tentent de rendre cohérentes les perceptions entre elles (la cohésion) ; [troisièmement] ils privilégient des explications simples qui légitiment leurs solutions (l’économie par la simplification) ; [quatrièmement] et ils appliquent les mêmes perceptions d’un enjeu à l’autre pour ne pas remettre en cause leurs convictions profondes (la stabilité) ». Il lie les attitudes cognitives au niveau où elles s’exercent, qu’il s’agisse de l’individu ou du groupe pour démultiplier les paliers de décision, les variables du processus[53] et ce faisant, ses incertitudes[54]. Au niveau du groupe, la spirale de la « pensée groupale », où la propension d’un groupe à l’uniformité est un mécanisme quasi-naturel de réduction de la complexité, vient altérer systématiquement – mais dans des degrés divers – la rationalité de la prise de décision[55]. La quête de consensus aux dépens d’une salutaire discordance permet d’expliquer partiellement certaines erreurs de politique étrangère[56]. Le style qu’insuffle telle ou telle personnalité du Conseiller pour la sécurité nationale ou du président laisse imaginer le poids qu’a la subjectivité dans la processus décisionnel : on est donc très loin d’une rationalité transcendante[57]. Il serait pourtant possible d’imaginer que quelques décideurs, situés au sommet de la pyramide décisionnelle, puissent être en mesure d’influencer irrémédiablement l’ensemble du processus pour l’orienter à leur guise… et selon leurs desseins. Cela supposerait qu’il n’y ait qu’un seul et unique groupe de décideurs mû par une idée unique et à même de l’imposer. Or, par exemple, si le discours néo-conservateur a eu, à la suite du 11 septembre, des « effets structurants sur les politiques américaines »[58] on ne peut guère aller au-delà d’une dynamique éphémère[59] qui n’est parvenue que par le fruit des circonstances à ponctuellement dominer les autres[60], et qui se fracture lorsque le consensus national s’effondre. En effet il n’existe pas à proprement parler « d’ensemble cohérent et structuré » qui permettrait de définir la puissance américaine[61].

2.2. L’absence de cohérence d’ensemble

L’ensemble de l’architecture décisionnelle américaine est alimenté par une myriade d’organisations qui font converger les informations et données dont elles disposent vers la Maison-Blanche[62]. Toutefois, elles ne sont pas mues par une force centripète d’égale intensité, les informations qu’elles restituent s’inscrivent sur la base des fractures idéologiques qui se décèlent bien souvent sur la base du concept de « territorialité bureaucratique ». Ainsi, au cœur même de la communauté du renseignement – instrument clé s’il en est de la prise de décision en matière de politique étrangère – les divergences quant aux sphères de compétence et aux capacités d’analyse sont telles qu’elles peuvent donner lieu à des dysfonctionnements (et ce faisant à des décisions erronées) qui ne sont en rien liés à des intentions complotistes[63]. Toutefois, ainsi que l’explique le professeur David, la présomption de Graham Allison selon laquelle le « conflit décisionnel est inévitable » est exagérée : en effet, ici encore, par delà l’appartenance bureaucratique, les perceptions, les convictions, les interdépendances politiques sont autant de facteurs qui vont expliquer les options que peut privilégier un conseilleur ou un décideur[64]. Mais il est certain, ajoute-t-il, que les sous cultures administratives[65] vont jouer un rôle déterminant dans la définition même des perceptions individuelles. Et les mécanismes mis en place au niveau interministériels pour réduire ces distorsions[66] ont justement eux aussi un impact réel sur la prise de décision. Ainsi, l’existence systématique d’inputs cognitifs aux niveaux individuels et groupal, aux niveaux des bureaucraties et des conseillers, a, en raison de la diversité même de ces inputs, vient réduire de fait l’éventualité qu’un réel complot se fomente et s’accomplisse réellement. Les obstacles bureaucratiques et individuels sont colossaux, en raison même du fait que le système bureaucratique, politique, administratif n’est pas articulé autour d’un centre prédéfini[67]. L’absence de cohérence d’ensemble du système décisionnel ne permet bien entendu pas d’exclure l’hypothèse d’une prédominance d’un groupe à un moment donné – au contraire, elle peut même la favoriser[68] – mais une fois encore, c’est elle qui va également sonner le glas de cette domination, sous l’effet inéluctable et imprévisible du mouvement pendulaire des poids et contrepoids du système politico-administratif américain. En d’autres termes, un hypothétique complot n’aurait qu’une fenêtre d’opportunité extrêmement réduite, qui présupposerait une étanchéité absolue des différents paliers décisionnels, la survenance d’événements exceptionnels, l’absence totale de dissidences internes et une centralisation sans égal. Autant d’éléments qui ne sont pas inhérents au système décisionnel américain : il n’y a donc, par translation, aucune rationalité qui serait consubstantielle des mécanismes et instruments de la prise de décision… et qui, ce faisant, pourrait être instrumentalisée au profit d’une conjuration.

*

La formulation de la politique étrangère américaine est le fruit d’un mouvement perpétuel[69]. On ne peut donc pas en prédire l’évolution, car trop de facteurs s’agrègent pour en définir les termes[70]. Dès lors, les possibles conjurés eux-mêmes ne peuvent théoriquement pas s’appuyer sur ce système, trop dynamique pour pouvoir prédire l’issue de leur conspiration. Au-delà même de cet aspect strictement mécanique, il faut revenir aux origines sociologiques de la théorie de la conspiration : « un des traits caractérisant les adeptes du complot est qu’ils ont une foi absolue dans l’efficacité américaine »[71]. Ils se font en réalité les porteurs des traits principaux du style national américain[72], en renforçant la croyance en la « pensée experte »[73], selon laquelle la réponse technologique qu’offriraient les services administratifs américains serait en mesure de pallier toutes les déficiences humaines. Les théoriciens du complot postulent l’invulnérabilité de la puissance américaine, l’infaillibilité de ses services de défense, de renseignement. Ils croient de façon simpliste aux affirmations péremptoires des services de relations publiques des ministères de la défense, du département d’État, de la sécurité intérieure : « ils croient que les dispositifs militaires américains opèrent comme le promettent les attachés de presse du Pentagone […] Ont-ils jamais lu un livre d’histoire militaire? Ils y auraient appris que les opérations planifiées avec le plus grand soin […] échouent pour des raisons liées à la stupidité, ou à la lâcheté, ou à la corruption … »[74]. Les affirmations des théoriciens du complot, loin de dénoncer le « péril américain »[75], viennent en réalité appuyer les fondements culturels de la politique étrangère américaine, imbibées qu’elles sont en fait du discours traditionnel, incapables de réelle critique : les théoriciens du complot, se faisant, se mettraient alors au service de la toute-puissance. Quel que soit sa forme, le complot impose de repenser ses propres mécanismes et « le rapprochement s’impose avec quelques-unes des formes les plus caractéristiques des délires de persécution : aucune place n’est plus désormais laissée au hasard ou à l’accident »[76]. Et c’est là où le bât blesse… car, de toute évidence, la politique étrangère – à l’instar de toute politique – est émaillée de hasards et d’accidents qui viennent irrémédiablement changer le cours de l’Histoire et avec elle le sort des conjurés.

[1] Les protocoles « des Sages de Sion », des faux, œuvres des services de police tsariste, en constituent l’archétype : Voir Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Éditions du Seuil, 1986, p.32 et Norman Cohn, Histoire d’un mythe : la « conspiration » juive et les « Protocoles des sages de Sion », Paris, Gallimard, 1992 (trad.). Voir également Olivier Dard, La synarchie ou Le mythe du complot permanent, Paris, Perrin, 1998 et Yves-Marie Bercé et Elena Fasano Guarini (dir.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, Rome, École française de Rome, Paris, Boccard, 1996.

[2] Voir Julio Caro baroja, Les sorcières et leur monde, Paris, Gallimard, 1973; P.G. Maxwell-Stuart, Satan’s conspiracy : magic and witchcraft in sixteenth-century Scotland, East Linton, Tuckwell Press, 2001.

[3] Voir Richard M. Bennett, Conspiracy – Plots, Lies and Cover-Ups, Londres, Virgin Books, 2003, p.3-47. Ainsi que : Victoria Emma Pagán , Conspiracy narratives in Roman history, Austin, University of Texas Press, 2004.

[4] Voir Michael Barkun, A culture of conspiracy: apocalyptic visions in contemporary America, Berkeley, University of California Press, 2003; Harry G. West and Todd Sanders (ed.), Transparency and conspiracy: ethnographies of suspicion in the new world order, Durham, Duke University Press, 2003.

[5] Voir Frédéric Charpier, L’obsession du complot, Paris, Bourin éditeur, 2005 ainsi que Peter Knight, Conspiracy culture: from the Kennedy assassination to X-Files, Londres et New York, Routledge, 2000; Mark Fenster, Conspiracy theories: secrecy and power in american culture, Minneapolis et Londres, University of Minnesota Press, 1999.

[6] Jane Parish, Martin Parker (ed.), The age of anxiety : conspiracy theory and the human sciences, Oxford, Blackwell, Sociological Review, 2001. Willard Scott Thompson, « Rumors, conspiracies and the psychological climate of world politics », Fletcher Forum of World Affairs, Hiver/Printemps 1998, vol.22, n°1, p.17-28.

[7] Et bien d’autres. Voir par exemple : James H. Fetzer (ed.), The 9/11 conspiracy : the scamming of America, Peru, Ill., Catfeet Press, 2007; Jim Marrs, The Terror Conspiracy: Deception, 9/11 and the Loss of Liberty, Disinformation Company, 2006; Barrie Zwicker, Towers of Deception: The Media Cover-up of 9/11, New Society Publishers; 2006; Mathias Broeckers, Conspiracies, Conspiracy Theories, and the Secrets of 9/11, Progressive Press, 2006; David Ray Griffin, Debunking 9/11 Debunking: An Answer to Popular Mechanics and Other Defenders of the Official Conspiracy Theory, Olive Branch Press, 2007.

[8] Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David, « La formulation de la politique étrangère aux États-Unis, Le Banquet, n°23-1, 2006.

[9] Raoul Girardet, op.cit., p.54-55. Voir également Neil C. Livingstone, « Terrorism : conspiracy, myth and reality », Fletcher Forum of World Affairs, Hiver/Printemps 1998, vol.22, n°1, p.1-15 ainsi que Yves Viltard, « La figure de l’ennemi intérieur dans les théories conspiratrices aux États-unis », Sociétés, n°2, 2003, p.89-98.

[10] Pierre-André Taguieff, L’imaginaire du complot mondial : aspects d’un mythe moderne, Paris, Éditions mille et une nuits, 2006 et La foire aux « illuminés » : ésotérisme, théorie du complot, extrémisme, Paris, Mille et une nuits, 2005.

[11] Lire Joël Biard, Guillaume d’Occam, Logique et philosophie, Paris, PUF, 1997.

[12] Voir Antoine Vitkine et Barbara Necek, Le 11 septembre n’a pas du lieu, Documentaire, Arte, France, 2004.

[13] Les doutes des opinions publiques mondiales quant à l’origine du complot du 11 septembre (Al Qaida ou l’administration américaine) constituent à ce titre un terreau fertile sur lequel s’appuient les théoriciens de la conspiration. Antoine Viktine (op.cit.) abonde dans ce sens en citant des médias divers comme Der Spiegel, la chaîne du Hezbollah ou Al Jazeera.

[14] Antoine Vitkine et Barbara Necek, Le Grand Complot, Documentaire, Arte, France, 2004.

[15] Thierry Messan affirme en effet dans « L’effroyable imposture » paru aux éditions Carnot en 2002 qu’il n’y a pas eu de troisième avion sur le Pentagone… l’accident aurait été construit de toute pièce par l’administration américaine. Guillaume Dasquié et Jean Guisnel y répondent en démontant la thèse du secrétaire général du réseau Voltaire la même année : L’effroyable mensonge, Paris, La Découverte, 2002.

[16] Voir David Coady (ed.), Conspiracy theories : the philosophical debate, Aldershot et Burlington, Ashgate, 2006; Joseph Theodore Remington, Conspiracy narratives as political rhetoric, Thèse de doctorat, The University of Iowa, 2002, Ref. AAT 3058437 et Earl George Creps III, The Conspiracy Argument as Rhetorical Genre, Thèse de doctorat, Northwestern University, 1980, Ref. AAT 8104701.

[17] Véronique Campion-Vincent, La société parano : théories du complot, menaces et incertitudes, Paris, Payot, 2005.

[18] Tant en raison de l’évolution de la structure des relations internationales que du fait de l’existence de puissants relais comme internet. Sur ce point : Pascal Froissart, « Rumeurs sur Internet », Les Cahiers de médiologie, 1er semestre, 2002, p.205-208. Pour une approche féministe, lire : Valerie Rose Holliday, Conspiracy culture in America after World War II, Thèse de doctorat, Louisiana State University and Agricultural & Mechanical College, 2005, Ref. AAT 3167100.

[19] Lire Hans Jürgen Krysmanski, dans Tous Manipulés?, Interview d’Arte France, disponible en ligne. Il faut ajouter à cela la force de l’Internet : « Le 11-septembre a vu farceurs et conspirateurs se déchaîner en un véritable Far West médiatique, où tous les coups sont permis, où « le premier qui clique » prend un avantage décisif dans la diffusion de sa vérité » selon Pascal Lardellier, « Une toile pleine d’imagination », Le Monde diplomatique, septembre 2006, p.28.

[20] Dans ce sens, lire Alexander Cockburn, « Scepticisme ou occultisme ? Le complot du 11-Septembre n’aura pas lieu », Le Monde diplomatique, septembre 2006, p.3.

[21] Éric Laurent a mené une enquête – dont les résultats peuvent être discutés – sur ces supposés silences des acteurs du 11septembre : Éric Laurent, La face cachée du 11 septembre, Paris, Plon, 2004.

[22] E. Vallet et C-P. David, op.cit., 2006.

[23] Yves Derai, Laurent Guez, Le pouvoir des Guignols, Paris, Brodard et Taupin, 1998.

[24] On trouvera d’ailleurs une compilation étonnante de l’ensemble de ces erreurs décisionnelles s’agissant de l’invasion de l’Irak dans l’ouvrage de Bob Woodward, State of Denial, Simon and Schuster, 2006.

[25] Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p.52.

[26] Voir dans ce sens, Shirley Anne Warshaw, « The Formation and Use of the Cabinet », in Philipp G. Henderson, The Presidency Then and Now, Lanham, Rowman & Littlefield, 2000, p.119.

[27] Charles-Philippe David et al., La politique étrangère des États-Unis – Fondements, acteurs, formulation, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p.177.

[28] Élisabeth Vallet, La présidence des États-Unis, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2005, p.163.

[29] Selon Sam Sarkesian et al., US National Security – Policymakers, Processes, and Politics, Boulder, Lynne Rienner, 2002, p.97.

[30] Voir Charles-Philippe David, Au sein de la Maison Blanche – La formulation de la politique étrangère des États-Unis, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004, p.642. Également : Andrew Rudalevidge, « The Structure of Leadership : Presidents, Hierarchies, and Information flow », Presidential Studies Quarterly, vol.35, n°2, juin 2005, p.333-360.

[31] Lire Graham Allison et Morton Halperin : « Bureaucratic Politics: A Paradigm and Some Policy Implications », World Politics, vol. 24, printemps 1972, pp.40-79 et David Kozak et James Keagle (dir.), Bureaucratic Politics and National Security, Boulder, Lynne Rienner, 1988, p.3-15.

[32] Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet, « Analyse du processus décisionnel », dans Jean-Jacques Roche (dir.), Méthodologie des relations internationales, à paraître.

[33] Ibid.

[34] Voir Charles-Philippe David, 2004, op.cit.,

[35] Entretien avec l’auteur, le 20 mai 2007.

[36] Carl Cavanagh Hodge, « America’s Empire by Default », Orbis: A Journal of World Affairs, Hiver 2005vol. 49, no. 1, pp. 61-73.

[37] Voir Sabine Lavorel, La politique de sécurité nationale des États-Unis sous George W. Bush, Paris, L’Harmattan, coll. Raoul-Dandurand, 2003.

[38] Sur ce point: Karine Prémont, « Les médias et la présidence américaine », dans Élisabeth Vallet (dir.), La présidence des États-Unis, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2005, p.283-285.

[39] Robert Alan Goldberg, « Who Profited from the Crime? Intelligence Failure, Conspiracy Theories and the Case of September 11 », Intelligence and National Security, été 2004, vol. 19, n°2, p. 249-261. Voir également Pierre-Louis Malfatto, Le renseignement et le 11 septembre, Paris, L’Harmattan, 2008, à paraître.

[40] Voir Charles-Philippe David, 2004, op.cit., p.627.

[41] Nicolas Machiavel, Le Prince, Paris, Union Générale d’Éditions, Réed.1962, Chapitre XIX, p.58.

[42] Alexander Cockburn, « Scepticisme ou occultisme? Le complot du 11 septembre n’aura pas lieu », Le Monde diplomatique, décembre 2006, p.3.

[43] La plupart des manuels de base dans le domaine cherchent à atteindre désormais un juste équilibre entre l’analyse systémique et l’étude de la politique étrangère. Les deux niveaux d’analyse sont étudiés dans le collectif dirigé par Frédéric CHARILLON, Politique étrangère. Nouveaux regards, Paris, Presses de Sciences Po, 2002.

[44] Voir Howard Wiarda, American Foreign Policy: Actors and Processes, New York, Harper Collins, 2e édition, 1996, chap. 2.

[45] Voir E. Vallet et C-P David, 2006, op.cit.

[46] Voir Alexander George, Presidential Decision-Making in Foreign Policy, Boulder, Westview Press, 1980, chap. 3. Paul ‘t HART, Groupthink in Government. A Study of Small Groups and Policy Failure, Amsterdam, Swets & Zeitlinger, 1990.

[47] Alexander GEORGE et Juliette GEORGE, dir., Presidential Personality and Performance, Boulder, Westview Press, 1998.

[48] E.Vallet et C-P David, 2006, op.cit.

[49] Voir Charles-Philippe David, 2004, op.cit., p.28-30.

[50] Richard HERMANN et Michael FISCHERKELLER, « Beyond the Enemy Image and Spiral Model: Cognitive-Strategic Research After the Cold War », International Organization, vol. 49, été 1995, pp.415-450.

[51] Charles-Philippe David, « Les principaux acteurs de la prise de décision dans la formulation de la politique étrangère », dans Denis Lacorne (dir.), Les États-Unis, Paris, Fayard, Ceri, 2006, p.351-364.

[52] Nicolas Tenzer, « Les institutions contre la décision ? », Le Banquet, no23, mars 2006, p.52.

[53] Sur ce triptyque voir: Alexander George, Presidential Decision-Making in Foreign Policy: The Effective Use of Information and Advice, Boulder, Westview Press, 1980, chap. 2.

[54] Charles-Philippe David, 2004, op.cit., p.28, 31 et 33.

[55] Voir Irving Janis, Victims of Groupthink, Boston, Houghton-Mifflin, 1972.

[56] Voir par exemple Charles-Philippe David (et al.), Foreign Policy Failure in the White House : Reappraising the Fall of the Shah and the Iran-Contra Affair, Lanham, University Press of America, 1993.

[57] Pour deux études aux résultats antithétiques, voir : Charles-Philippe, « Who Was the Real George Bush? Foreign Policy Decision-Making under the Bush Administration », Diplomacy & Statecraft, vol. 7, Mars 1996, p.197-220 et, du même auteur « James Earl Carter », dans Carl C. Hodge et Cathal J. Nolan, U.S. Presidents Foreign Policy From 1789 to the Present, Santa Barbara, ABC Clio, 2007, p.331-336.

[58] David Grondin, « Une lecture critique du discours néoconservateur sur l’hégémonie et l’empire : le redéploiement et la perception de la puissance américaine », Études Internationales, Vol. XXXVI, n°4, décembre 2005, p.498.

[59] De fait, la « radicalisation idéologique » qu’évoque David Grondin (op.cit., p.497) a vécu et le retour en force des contrepoids dans le système politique américain, doublé de l’élection, en 2006, d’une majorité démocrate à la Chambre des représentants, souligne désormais le caractère éphémère des forces en place… quelles qu’elles soient.

[60] Par exemple les néo-conservateurs, qu’un auteur comme Arnaud Blin analyse : il y voit un grand dessein – unique – qui aurait pour socle la stratégie de guerre permanente. Voir Arnaud Blin, Le désarroi de la puissance. Les États-Unis vers la guerre permanente?, Paris, Éditions Lignes de repères, 2004.

[61] Michel Wieviorka (dir.), L’empire américain, Paris, Balland, 2004, p.24.

[62] Voir sur ce point, Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet, « Le conseil de sécurité nationale et la politique étrangère américaine », Diplomatie, n°6, novembre-décembre 2003, p.17.

[63] Voir dans ce sens, Pierre-Louis Malfatto, op.cit.

[64] C-P David, 2004, op.cit., p.41.

[65] Jutta Weldes, « Bureaucratic Politics: A Critical Constructivist Assessment », Mershon International Studies Review, vol. 42, automne 1998, pp.216-225.

[66] Alexander George et Eric Stern., « Harnessing Conflict in Foreign Policy Making: From Devil’s to Multiple Advocacy », Presidential Studies Quarterly, vol. 32, septembre 2002, pp.484-508.

[67] Voir Justin Vaïsse et Pierre Mélandri, L’empire du milieu. Les États-Unis et le monde depuis la guerre froide, Paris, Odile Jacob, 2001.

[68] Voir Charles-Philippe David, « L’invasion de l’Irak : les dessous de la prise de décision de la présidence Bush », La Revue internationale et stratégique, n°57, printemps 2005.

[69] Voir Valérie Hudson, « Foreign Policy Analysis. Actor-Specific Theory and the Ground of International Relations », Foreign Policy Analysis, Vo.1, n°1, mars 2005, p.1-30.

[70] Charles-Philippe David, « Introduction. Lectures sur l’hégémonie et l’avenir de la puissance américaine », Études Internationales, Vol. XXXVI, n°4, décembre 2005, p.441.

[71] Alexander Cockburn, op.cit.

[72] Lire Louis Balthazar, « Le cadre culturel : le style national », dans Charles-Philippe David (et al.), La politique étrangère des États-Unis, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p.41-70.

[73] Stanley Hoffman, Gulliver empêtré : Essai sur la politique étrangère des États-Unis, Paris, Seuil, 1971, p.226.

[74] Alexander Cockburn, op.cit.

[75] Octave Noël, Le péril américain, Paris, De Soye et fils, 1899.

[76] Raoul Girardet, op.cit., p.56.

Tournée Africaine du premier ministre Recep Tayip Erdoğan : quand anti-impérialisme rime avec capitalisme

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’an…

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’année, consacrée à l’Afrique de l’Ouest. Entre le 6 et le 11 janvier 2013, il s’est ainsi rendu au Gabon, au Niger et enfin au Sénégal, accompagné du Ministre de l’économie Zafer Cağlayan, du vice-premier ministre Bekir Bozdağ, de quelques parlementaires et d’une délégation de près de 300 hommes d’affaires. Ce signal fort donné à l’Afrique s’inscrit dans la continuité d’une offensive diplomatique africaine de la Turquie initiée en 1998 avec le programme d’ouverture de l’Afrique et réellement mise en œuvre à partir de 2005 par l’AKP au pouvoir (voir nos éditions des 16 septembre et 11 octobre 2012)

Ces visites sont avant tout placées sous le signe du commerce. Le premier ministre turc a rappelé son objectif ambitieux d’atteindre 50 milliards de dollars de volume d’échanges commerciaux avec l’Afrique en 2015, contre 17,5 milliards en 2011 (comprenant un volume d’exportations turques qui s’élevait en 2011 à 12,1 milliards de dollars). Il prévoit de poursuivre l’accélération exponentielle des échanges commerciaux entre les partenaires entamée en 2002. À cette époque, ceux-ci ne représentaient que deux milliards de dollars. Recep Tayip Erdoğan s’est donc rendu en Afrique entouré de plus de 300 hommes d’affaires afin de signer des contrats dans des secteurs tels que le bâtiment, le textile ou l’électronique. Au Gabon, au Niger et au Sénégal, le premier ministre et ses ministres ont participé à des sommets commerciaux bilatéraux qui étaient organisés pour l’occasion par deux syndicats turcs proches du gouvernement et qui se sont lancés à l’assaut de l’Afrique, la MÜSIAD et TUSKON. Il a notamment appelé de ses vœux la formation d’une chambre de commerce turco-gabonaise comparable à celles existant déjà dans 16 pays d’Afrique. Le Gabon, comme le Niger, possède en effet des réserves pétrolières importantes, et la Turquie s’y intéresse d’autant plus qu’elle cherche actuellement à diversifier ses approvisionnement. En effet, ses relations avec Moscou et Téhéran, ses deux principaux fournisseurs énergiques sont de plus en plus incertaines du fait de la crise syrienne et du dossier nucléaire iranien. C’est ainsi que le Niger exporte déjà du pétrole vers la Turquie même si les volumes sont encore très faibles.

À côté des négociations commerciales, des cérémonies protocolaires incontournables à toute tournée diplomatique ont eu lieu. Ainsi, une ambassade turque a été inaugurée au Gabon. Elle fait partie des 19 ambassades et consulats turcs mis en place en Afrique depuis 2009, établissant leur nombre à 31. Une médaille d’État a été remise à Recep Tayyip Erdoğan par le Président nigérien Issoufou. Enfin, comme à chaque visite diplomatique en Afrique, une visite officielle a été organisée dans les écoles turques (voir notre édition du 23 août 2010) du pays. À Niamey, l’épouse du premier ministre turc s’est rendue dans une école turque de la capitale. Ces écoles, fondées par des disciples du mouvement de Fethullah Gülen (voir le numéro de la revue Birikim qui lui est consacré) sont reconnues lors des visites officielles comme une partie intégrante de la présence turque en Afrique.

Sur le plan diplomatique, le premier ministre turc a profité de cette visite pour mettre l’accent sur la dimension égalitaire des rapports turco-africains et la sympathie de la Turquie pour la cause des pays les moins développés en déclarant notamment : « la Turquie ne vient pas en Afrique dans une logique coloniale mais bien dans une perspective de bénéfices mutuels fondés sur le respect ». En effet, le premier ministre a qualifié le Sénégal – qui a vécu en 2012 une alternance politique tendue mais réussie ayant amené au pouvoir le président Macky Sall – de « centre de démocratie et de sérénité en Afrique ». Il en a également profité pour égratigner à nouveau l’image des partenaires occidentaux de l’Afrique, notamment au Sénégal. En visite à l’île de Gorée près de Dakar, qui fut pendant la période esclavagiste  la plate-forme du commerce triangulaire de millions d’esclaves africains, celui-ci a déclaré  « Vous voyez, c’est ça l’impérialisme occidental. Ils ont fait cela par cruauté ». La dimension religieuse a aussi été l’une des données de ce rapprochement turco-sénégalais : alors que le premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye avait mis en avant le profil similaire de ces deux pays à la fois musulmans et démocratiques, Recep Tayyip Erdoğan quant à lui, tentant de créer une histoire commune, a fait le récit de tirailleurs sénégalais combattant pour la France contre l’Empire Ottoman dans les Dardanelles en 1915, qui, ayant entendu l’appel à la prière, auraient abandonné les armes pour aller prier et refusé de combattre contre « leurs frères » ottomans.

                 En fin de compte, par la posture qu’il a adoptée au cours de cette tournée africaine, Recep Tayip Erdoğan a une fois de plus manié l’art du paradoxe, tenant un discours anti-impérialiste où il  présente la Turquie comme un pays du Sud se situant du côté des opprimés face aux occidentaux, alors même qu’il dirige un gouvernement d’inspiration libérale qui mène en Afrique une offensive avant tout commerciale. Pourtant, ce discours à la fois inclusif dans le Sud et distancié par rapport aux puissances occidentales est une stratégie jusqu’à présent payante qui a permis au gouvernement turc de donner une image positive de la Turquie en Afrique tout en continuant à nouer des relations d’affaires. Mais jusqu’à quand cette posture sera-t-elle tenable ?

Le dossier nucléaire iranien : La Turquie face aux défis de la médiation

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)
L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions diverg…

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)

L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions divergentes sur la question du nucléaire : en Iran l’énergie nucléaire est considérée comme un moyen pour moderniser et diversifier les sources d’énergie, ce qui est nécessaire pour répondre aux exigences d’une population à forte croissance démographique ; d’autre part, les gouvernements occidentaux doutent de la position iranienne et pensent que le programme nucléaire civil sert à la production d’armes nucléaires. En particulier, la crise nucléaire entre les États-Unis et leurs alliés d’ une part et l’Iran de l’autre est à la une des débats politiques depuis les déclarations de l’Iran de posséder des sites nucléaires, notamment dans les villes de Natanz et Arak en 2002.

L’implication de la Turquie dans la question du nucléaire iranien a commencé en 2009 dans le cadre des discussions autour de l’approvisionnement en carburant pour le réacteur de recherche de Téhéran (RRT), une installation construite par les États-Unis pour l’Iran du Shah et utilisée pour la recherche scientifique. En 2009, l’Iran avait demandé de l’aide à l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, pour trouver de nouveaux fournisseurs de carburant, et les États-Unis y virent l’occasion d’entamer de nouvelles négociations, en particulier sur la question de l’uranium faiblement enrichi (UFE). La réunion entre l’Iran et le P5 +1, c’est-à-dire le groupe des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU plus l’Allemagne, fin 2009, ne permit pas d’aboutir à un accord et l’Iran commença à enrichir le combustible seul. Dans une tentative pour sortir de l’impasse, le directeur de l’AIEA Mohamed ElBaradei proposa de garder l’UFE iranien sous contrôle de l’AIEA dans un site situé dans un pays neutre dans cette affaire, et mentionna publiquement la Turquie comme site possible. Ainsi, une occasion se profilait pour la Turquie d’affirmer sa figure de médiateur et de gagner en prestige sur la scène internationale. En effet, on lui donnait l’opportunité de jouer un rôle dans un dossier aussi délicat que caractérisé par une longue histoire d’échecs diplomatiques. Cependant, le cas iranien a été révélateur d’une méfiance de la part des puissances occidentales envers la Turquie, et a fini par pousser cette dernière à revêtir un rôle controversé. La position de la Turquie, à la fois troisième partenaire commercial de l’Iran et membre de l’OTAN, était la garantie de sa neutralité et de sa crédibilité dans la poursuite des négociations. D’un côté elle reconnaissait le droit de l’Iran à l’enrichissement d’uranium, et s’opposait à toute attaque contre ce pays ainsi qu’à la suprématie des États-Unis sur le droit de décider qui peut avoir accès à l’énergie nucléaire civile. Néanmoins, elle partageait avec Washington et Bruxelles l’opposition à l’acquisition d’armes nucléaires par l’Iran. Par ailleurs, la Turquie était extrêmement motivée pour obtenir un accord sur la question nucléaire. Cela découle de sa vision du dossier iranien, selon laquelle il y a seulement trois options. Tout d’abord, une frappe militaire, qu’elle considère comme une catastrophe vu les tensions déjà existantes dans la région. Deuxièmement, les sanctions. D’une manière générale, Ankara estime que le régime iranien ne se rendra pas aux pressions occidentales et que les répercussions économiques de ces sanctions renforcent la position des extrémistes dans le pays. En outre, elles ont un coût très élevé pour la Turquie, surtout en considérant qu’un cinquième du gaz naturel et un tiers du pétrole utilisés en Turquie sont de provenance iranienne. Et troisièmement, les négociations. Cette dernière option est celle soutenue par la Turquie. Sa position est due à des considérations pragmatiques : à l’avenir, elle pourrait en effet avoir besoin de mener son propre programme d’enrichissement d’uranium. Elle a donc tout intérêt à affirmer ce droit contre le contrôle des États-Unis et de l’Europe en matière nucléaire. En général, même s’il y a des rivalités et des désaccords avec l’Iran, la Turquie a tendance à ne pas le considérer comme un ennemi. Pourtant, Ankara se trouve aujourd’hui beaucoup plus près de la position de Washington, ce qui a provoqué un réchauffement des relations avec les États-Unis.

Les bonnes relations avec les deux parties et un intérêt marqué pour trouver un accord diplomatique ont fait de la Turquie un médiateur fiable aux yeux des toutes les parties concernées. À côté du soutien de la part de l’AIEA déjà mentionné, Téhéran voyait favorablement un accord conclu par une puissance émergente comme la Turquie : il aurait ainsi affirmé le rôle du Sud dans un monde traditionnellement dominé par le Nord. En revanche, la position des États-Unis était ambiguë : officiellement ils appuyaient la Turquie, mais ils demandèrent également la participation du Brésil dans les négociations. En effet, le président Obama avait personnellement envoyé une lettre à la Turquie et au Brésil où il appuyait leurs engagement et décrivait les paramètres d’un accord acceptable (A Single Roll of the Dice: Obama’s Diplomacy with Iran Trita Parsi, 2012). Cette lettre fut aussi montrée aux Iraniens par les Turcs et cela fut décisif pour convaincre les Iraniens de conclure un accord (In Heavy Waters: Iran’s Nuclear Program, the Risk of War and Lessons from Turkey Crisis Group Middle East and Europe Report N°116, 23 February 2012). Dans le même temps, les États-Unis faisaient pression pour l’approbation des nouvelles sanctions contre l’Iran au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. En général, l’administration Obama supportait les négociations sans vraiment croire en leur réussite et en agissant aussi par d’autres voies.

Entre-temps, faisant pression sur l’Iran pour accepter l’accord, et poursuivant des pourparlers permanents avec les États-Unis, l’Union Européenne et l’IAEA,  la Turquie et le Brésil réussirent à obtenir l’accord connu comme Déclaration de Téhéran en mai 2010 : l’Iran acceptait de déposer 1,200 kg d’UFE en Turquie, qui devait rester propriété de l’Iran. En outre, l’Iran et les observateurs de l’AIEA auraient pu disposer des observateurs pour surveiller l’uranium faiblement enrichi en Turquie. La République islamique d’Iran se déclarait prête à appliquer ces dispositions dans le mois : dans le même temps, le Groupe P5 +1 aurait dû livrer 120 kg de carburant nécessaire pour le réacteur de recherche civil iranien (TRR) dans un délai d’un an. ElBaradei, le directeur de l’AIEA, salua l’accord ; comme le fit l’establishment politique iranien. Pourtant, la percée apparente fut reçue froidement à l’Ouest car les États-Unis et ses alliés le trouvaient inacceptable. Ils affirmaient que l’Iran avait continué à produire de l’uranium enrichi afin que 1200 kg ne représentent que 50% de l’arsenal, et non pas 75% comme début 2009. Les responsables américains avaient donné à leurs homologues turcs et brésiliens des repères pour un accord, mais Erdoğan et Lula les avaient vus comme le résultat ultime à atteindre. On voit bien ici à quel point la position américaine était controversée. Un responsable turc a soutenu que pendant les négociations les diplomates turcs avaient été « en contact étroit avec les Américains et que ce qu’ils avaient fait était conforme à ce qu’Obama avait exposé dans sa lettre ». Pour ces raisons, la Turquie et le Brésil ont réagi avec étonnement et colère à la position de l’Occident.

Pour la Turquie, les résultats de sa diplomatie ont été mitigés. Elle a enregistré un certain succès avec la Déclaration de Téhéran, mais les concessions de l’Iran ont été jugées insuffisantes. De plus, elle a provoqué la colère des États-Unis et d’autres alliés en votant contre de nouvelles sanctions au sein de l’ONU (voir notre édition du 29 juin 2010). En autre, elle a affaibli sa crédibilité aux yeux des Iraniens : comment la croire lors d’une future négociation? Cependant elle a agi professionnellement, essayant de concilier les deux positions et finalement elle a su obtenir un accord dont elle était certaine qu’il allait être accepté par toutes les parties. Pourquoi alors un tel échec ? Au-delà du changement de position des États-Unis et de ses conséquences, ce cas suggère aussi le manque de confiance envers la Turquie de la part de l’Occident, ainsi qu’une certaine volonté européenne de conserver l’hégémonie sur les questions délicates. Par exemple, un analyste européen a déclaré que l’Iran avait conclu un accord avec la Turquie pour instrumentaliser cette dernière dans sa lutte contre l’Occident.

L’expérience de la Déclaration de Téhéran montre que la Turquie peut agir comme médiateur professionnel et efficace. Cependant, elle met aussi en lumière toutes les faiblesses des relations turco-européennes, les contradictions du style politique américain et la rigidité du système des relations internationales ; des facteurs contre lesquels même le meilleur des médiateurs ne peut rien.

Géographie des relations diplomatiques turco-africaines

Un billet récent faisait un bref bilan du développement des partenariats diplomatiques et économique…

Un billet récent faisait un bref bilan du développement des partenariats diplomatiques et économiques établis entre la Turquie et les pays d’Afrique subsaharienne (cf. édition du 16 septembre 2012). Cette fois-ci, nous proposons à nos lecteurs un regard cartographique de la situation, assorti d’un commentaire étayant les choix que nous avons opérés dans la sélection des données représentées.

La diplomatie est représentée graphiquement de deux manières : d’une part un gradient de jaune représente les pays africains ayant ouvert des représentations diplomatiques en Turquie (ambassades, consulats et consulats honoraires) ; de l’autre, des figurés ponctuels expriment les représentations diplomatiques de la République Turque (ambassades et consulats) et les visites effectuées par la présidence et le premier ministre en Afrique subsaharienne. Nous pouvons donc voir, d’une part, quels sont les pays les plus impliqués dans des relations diplomatiques bilatérales avec la Turquie, d’autres part, quels sont les pays où la Turquie a le plus développé sa diplomatie. Avoir choisi de représenter les visites de la présidence et du premier ministre dans la région semble restrictif, mais répond à la volonté de ne pas surcharger la carte. Qui plus est, la représentation des visites officielles par les plus hautes fonctions dessinent des régions sur la carte qui recoupent celles mises en avant par la figuration des représentations diplomatiques.

En effet, quatre zones de prédilection pour l’exercice de la diplomatie turque se dessinent. La première zone située à l’Est de l’Afrique (Corne de l’Afrique et Est) est la plus vaste (Soudan, Éthiopie, Somalie, Kenya et Tanzanie) ; la seconde est constituée par trois pays du Nord-ouest africain (le Sénégal, la Gambie et la Mauritanie) ; la troisième épouse les contours du golfe de Guinée (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Cameroun et Gabon) ; enfin, la quatrième zone, située en Afrique centrale est constituée par un grand pays (La République démocratique du Congo) et deux plus petits pays de la région de lacs (Ouganda, Rwanda). Notons également l’intensité des rapports avec l’Afrique du Sud, pays qui se situe au sud d’un ensemble d’Etats qui sont en retrait dans la coopération avec la Turquie (Angola, Namibie, Zambie, Botswana, Zimbabwe et dans une moindre mesure le Mozambique). Un arc de cercle allant de Bangui à Monrovia en passant par N’Djamena, Niamey, Ouagadougou et Bamako représente également une région où les relations sont plus faibles, bien que la Turquie ait récemment développées des relations diplomatiques avec les pays du Sahel.

Les villes desservies par la compagnie nationale Turkish Airlines sont de plus en plus nombreuses. Élue meilleure entreprise aérienne européenne en 2012, cette compagnie n’a cessé d’étendre son réseau en Afrique subsaharienne, répondant ainsi à une logique entamée par la politique extérieure d’Ankara. Turkish Airlines se rend désormais dans 18 pays africains avec l’ouverture récente de nouvelles lignes à Nouakchott et Abidjan. Un des objectifs est d’améliorer le service de fret aérien dans la région ; jusqu’à présent la compagnie possède trois bureaux dans la région (Addis-Abeba, Johannesburg et Lagos). On constate que les zones les mieux desservies sont les zones précédemment citées (Nord-ouest,  Corne de l’Afrique, Golfe de Guinée).

Nous avons choisi de faire figurer sur cette carte les bureaux de l’agence nationale de développement TIKA (Türkiye İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı), implantés au Sénégal et dans deux pays de la Corne de l’Afrique (le Soudan et l’Éthiopie), afin d’illustrer le caractère résolument coopératif de la diplomatie turque dans la région. Cette agence nationale dont les activités se déploient dans 37 pays africains participe à la mise en place des plans de développement relatifs aux techniques agricoles, aux infrastructures sociales mais aussi à la mise en œuvre de l’aide humanitaire turque. D’après les chercheurs Mehmet Özkan et Birol Akgün, la politique extérieure de l’AKP a été amplement influencée par les pratiques de la société civile et notamment d’ONG telles que İHH (İnsan Hak ve Hürriyetleri, Fondation des droits de l’Homme et des libertés, ONG islamique ayant affrété le navire Mavi Marmara en 2010) ou encore Kimse Yok Mu Derneği (Association « Il y a quelqu’un ? », créée après le tremblement de terre de 1999, ayant pris pour nom l’appel traditionnel des sauveteurs à la recherche de rescapés dans les décombres). Bien que l’impact de leurs actions dans la région soit essentiel, il nous est difficile de représenter la présence de la société civile en Turquie, qu’il s’agisse des ONG, des syndicats patronaux (TUSKON) ou des écoles turcophones fondées par le réseau des Fetullahçı (cf. article du  23 août 2010)

Enfin, la figuration des bureaux de l’agence de presse nationale (Anadolu Ajansı) n’était pas essentielle à l’élaboration de la carte, cependant, cette agence officielle fondée par Atatürk en 1920 continue d’avoir une politique liée à celle d’Ankara. Son directeur général, Kemal Öztürk, a récemment invité le sénégalais Amadou Mahtar Ba, directeur de l’agence panafricaine Initiative pour les Médias d’Afrique (AMI), dans les locaux de l’agence de presse Anadolu. Lors de cette entrevue, Kemal Öztürk a été invité au Forum des médias africains qui se tiendra à Dakar au mois de novembre 2012. Il a également exprimé les intérêts qu’il voyait à développer les partenariats en Afrique subsaharienne, région où une antenne a récemment été ouverte en Afrique du Sud : « Nous avons désormais des équipes dans 20 pays arabes. Le monde arabe est ainsi informé de l’actualité turque en langue arabe, et la Turquie est ainsi mieux informée de l’actualité dans ces pays. Dans les prochaines années, nous souhaitons développer notre présence en Afrique. A cet égard, nous prêtons un vif intérêt à la langue swahili ». Le directeur de l’agence évoque ainsi ce qu’Ahmet Davutoğlu appeler de ces vœux : une meilleure compréhension et connaissance de l’Afrique en Turquie et de la Turquie en Afrique.

Nicolas Fait