Le syndrome du premier mai de retour à Taksim

Istanbul a renoué aujourd’hui avec une époque que l’on croyait révolue : celle de la paranoïa sécuri…

Taksim 1 Mayis 2013Istanbul a renoué aujourd’hui avec une époque que l’on croyait révolue : celle de la paranoïa sécuritaire qui a marqué les tentatives de célébration du premier mai, sur la place Taksim, entre 1977 et 2010.

Depuis plusieurs jours, une polémique enflait dans la presse turque, suite à l’interdiction par le gouverneur d’Istanbul, avec l’aval du gouvernement, de la traditionnelle manifestation de la fête du travail à Taksim, en raison de travaux visant actuellement à rendre piétonnière cette place centrale, qui se trouve sur la rive gauche de la Corne d’Or, dans la partie européenne de l’ancienne capitale ottomane. De nombreuses voix s’étaient élevées pour dénoncer, au mieux la maladresse de cette interdiction, au pire son caractère insidieux, le gouvernement étant suspecté de vouloir éviter la tenue d’un événement qu’il aurait perçu, à tort ou à raison, comme politiquement hostile. En dépit de l’intervention de plusieurs partis politiques et des principaux syndicats, l’interdiction a pourtant été maintenue. Dès le début de la matinée, les autorités d’Istanbul ont bloqué les transports en direction de Taksim, tandis que la police commençait à disperser des manifestants qui tentaient de se rassembler. Alors que Taksim et les quartiers environnants se retrouvaient sous un nuage de gaz lacrymogène, des affrontements ont opposé la police à des militants d’extrême-gauche, dans les quartiers de Şişli et de Mecidiyeköy, faisant une trentaine de blessés et des dégâts matériels.

Il y a 3 ans pourtant la tenue à Taksim, pour la première fois depuis 33 ans, d’une gigantesque manifestation de premier mai, dans une ambiance bon enfant, paraissait avoir exorcisé, pour de bon, de vieux démons qui taraudaient la Turquie depuis 1977 (cf. notre édition du 2 mai 2010). En 1977, en effet, la traditionnelle manifestation sur la place Taksim s’était transformée en cauchemar. Des coups de feu (sans doute une provocation) avaient été suivis d’un mouvement de panique, qui s’était soldé par la mort de plus d’une trentaine de personnes… A l’issue de cette tragédie, les manifestations du premier mai à Taksim allaient être systématiquement interdites, pendant plus de trois décennies, cette interdiction spécifique se doublant, après le coup d’Etat du 12 septembre 1980, d’une prohibition totale de la célébration du 1er mai qui finalement ne sera rétablie en Turquie qu’en 2009, avant que de nouveau une manifestation ne soit autorisée à Taksim, en 2010.

Au cours des années d’interdiction de manifester sur la place mythique, chaque premier mai, le quartier de Taksim se retrouvait, pendant quelques heures, en état de siège (mobilisation impressionnante de forces de l’ordre, patrouilles d’hélicoptères, blocage des principaux moyens de transport…), tandis que les groupes de manifestants qui tentaient de se rassembler étaient dispersés sans ménagement par des forces de l’ordre dix fois plus nombreuses (cf. notre édition du 1er mai 2007). Toutefois, ce scénario sécuritaire paranoïaque de Taksim était devenu totalement anachronique pour ne pas dire grotesque dans les années 2000, au moment où la Turquie s’efforçaient par des réformes, liées à la reconnaissance de sa candidature à l’UE, d’approfondir son état de droit et sa démocratie. Le retour du premier mai à Taksim en 2010 et le déroulement normal des manifestations de 2011 et 2012, étaient donc apparus comme la conséquence logique des évolutions politiques des dernières années. Les incidents qui ont marqué à nouveau ce premier mai 2013 à Taksim, alors même que paradoxalement des manifestations se déroulaient dans le calme sur la rive opposée du Bosphore, dans le quartier de Kadıköy, donneront à beaucoup l’impression d’un retour à la case départ. Dommage !

JM

Question kurde : saisir le parlement ou pas ?

Une dizaine de jours après l’appel d’Abdullah Öcalan à un cessez-le-feu, la traditionnelle réunion d…

Saisir le parlement ou pasUne dizaine de jours après l’appel d’Abdullah Öcalan à un cessez-le-feu, la traditionnelle réunion des groupes politiques du parlement du mardi, a été hier l’occasion d’évoquer l’état d’avancement du processus de paix qui est en cours (cf. notre édition du 22 mars 2013). C’est le retrait du territoire turc des combattants du PKK qui en constitue la première étape, qui est désormais sur la sellette. Le 17 mars, avant l’appel du leader du PPK à la paix, Sadullah Ergin, le ministre de la justice avait imprudemment estimé que le parlement pourrait être saisi du processus de paix, une hypothèse reprise par le BDP, mais que le premier ministre a rapidement écartée en préférant annoncer la constitution d’un groupe des sages, dont la fonction serait d’ailleurs plus de gagner un soutien de l’opinion publique, que d’encadrer le retrait des forces du PKK encore en Turquie.

Lors d’une interview sur la chaine CNNTürk, le 29 mars dernier, Recep Tayyip  Erdoğan a annoncé en outre que les militants du PKK qui quitteront la Turquie devront le faire après avoir effectivement abandonné les armes, confirmant en cela une déclaration faite, le 26 mars, par le président Abdullah Gül. Il resterait environ 1000 à 2000 combattants en Turquie. De façon surprenante, le premier ministre a dit que le problème de savoir où ils iraient après avoir quitté le territoire turc serait surtout celui des pays qui accepteront de les accueillir : «Peut-être iront-ils en Irak, peut-être en Syrie, peut-être dans les pays scandinaves. Je ne peux pas savoir cela. L’important pour moi est qu’il y ait la paix dans le pays.» Le leader de l’AKP a dit espérer que, suite à ce retrait, « l’atmosphère changerait dans le pays et qu’il y aurait un boom économique dans l’est. », expliquant que le sens son appel aux Kurdes était qu’ils poursuivent leur lutte par des voies politiques. Dans cet ordre d’idée, il a aussi commencé à dessiner les contours d’un règlement plus fondamental de la question kurde en Turquie, en évoquant la mise sur pied d’un système fédéral. Affirmant que les «pays forts» ne redoutaient pas la décentralisation, voire la fédéralisation, il a déclaré : «Si vous regardez les pays développés, ils n’ont pas peur des Etats fédérés. Bien au contraire, c’est un signe de force, car cela accélère le développement.» Et pour légitimer cette argumentation, en tenant un discours en vogue, c’est dans le passé ottoman de la Turquie que le premier ministre est allé chercher son argument ultime : «Si vous regardez l’Empire ottoman à son apogée, il y avait une région laze, une région kurde….» Cette envolée ottomaniste a même conduit Recep Tayyip Erdoğan à rappeler qu’il avait aussi appelé les minorités (non musulmanes) à revenir en Turquie et que, ce faisant, il s’engageait même à leur donner la citoyenneté turque. Il a ainsi affirmé que la réouverture du fameux séminaire orthodoxe de Halki ne posait plus de problème juridique en lui-même, mais qu’elle restait conditionnée par les gestes de réciprocité que le gouvernement grec ferait en faveur de ses citoyens musulmans de Thrace orientale.

Pour en revenir au processus de paix avec les Kurdes, on ne peut pas dire que ces déclarations aient été véritablement rassurantes. Outre les polémiques que leur néo-ottomanisme a provoqué, certains se demandant si le premier ministre entendait rétablir le système d’administration territorial impérial des Eyalets, les propos du premier ministre ont surtout relancé la question de la sécurisation du retrait des membres du PKK. Ainsi hier, Selahattin Demirtaş (photo), le co-leader du BDP, a de nouveau demandé que l’on adopte un texte législatif pour encadrer le processus de paix. Il a déclaré en particulier : «Pourquoi le parlement qui a pris de nombreuses décisions en ce qui concerne la guerre, hésite-t-il à prendre une décision concernant la paix ? (…) Une décision pour soutenir la paix est du devoir du parlement. La solution ne pourra être popularisée et rendue transparente que si elle est du ressort du parlement. Expliquer le chemin pour parvenir à une résolution rassurera tout le monde. Le parlement a le devoir de préparer une législation pour soutenir la solution proposée. Ne pas vouloir favoriser cette législation ou réagir à son encontre, signifie en fait que le processus est conduit à contrecœur.» Le leader kurde a néanmoins précisé que sa formation ne faisait pas d’un recours à la loi une condition absolue, car il ne voulait pas «que le processus actuel soit bloqué dans sa phase la plus critique.» Toutefois, il a affirmé qu’Abdullah Öcalan lui-même avait dit qu’il ne quitterait pas sa prison, même s’il était relâché, parce que son objectif n’était pas sa propre liberté mais la résolution d’un conflit majeur. A cet égard, on aura pu observer que, lors de son entretien sur CNNTürk, le 29 mars dernier, Recep Tayyip Erdoğan a de nouveau exclu une possible libération du leader du PKK.

Depuis cette intervention télévisée abondamment commentée, le premier ministre turc n’a guère fait d’ouverture et de révélations en ce qui concerne la conduite du processus de paix. Hier, devant son groupe parlementaire, il annoncé que la composition et les fonctions du fameux groupe des sages seraient connues le 4 avril, laissant le soin d’en dire plus à son vice-premier ministre, Bülent Arınç, qui a évoqué une possible intervention des services de renseignement (le MIT) dans la supervision du retrait des membres du PKK, et qui a de nouveau rejeté l’idée d’un encadrement législatif du processus de paix. Pour sa part, la co-présidente du BDP, Gülten Kışanak, s’est étonnée que ce dernier ne relève en fait que du seul arbitre du premier ministre, en estimant qu’il n’y aurait rien d’inconstitutionnel à ce que le parlement en soit saisi.

Le processus de paix lancé par l’appel lancé par Abdullah Öcalan à l’occasion de la fête de Newroz reste donc toujours dominé par l’incertitude et l’opacité. En réalité, depuis le début, il est frappant de voir qu’il a surtout dépendu des initiatives et de la détermination des “grands leaders”, Abdullah Öcalan, côté kurde, Recep Tayyip Erdoğan, côté turc…

Jean Marcou

Lire l’interview de Jean Marcou, par Hélène Sallon, « L’appel du PKK à la fin de la lutte armée n’est qu’une étape », Le Monde, 22 mars 2013

Lire l’analyse de Jean Marcou dans le Huffington Post du 30 mars 2013 : édition française, édition québécoise.

Sultan, calife ou président…

Erdoğan, le sultan, calife ? Une récente déclaration de Bachar el-Assad rappelle le titre du fameux …

Erdoğan, le sultan, calife ? Une récente déclaration de Bachar el-Assad rappelle le titre du fameux ouvrage de François Georgeon, consacré au sultan Abdülhamit. La chaine anglophone russe Today Russia a en effet diffusé, le 9 novembre dernier, une interview du dictateur syrien (enregistrée au demeurant à une date inconnue), dans laquelle  il déclare en particulier : « Erdoğan pense que si les Frères musulmans prennent le pouvoir (en Syrie), il pourra assurer son avenir. Personnellement il croit aussi qu’il est un nouveau sultan ottoman et qu’il peut contrôler toute la région comme c’était le cas pendant la période ottomane … Au fond de lui-même, il pense qu’il est un Calife. C’est ce qui explique qu’il ait remis en cause la politique du zéro problème (avec ses voisins). »

À l’époque où les relations turco-syriennes se voulaient le symbole de la politique de bon voisinage d’Ahmet Davutoğlu, les deux dirigeants accompagnés de leurs épouses affichaient pourtant volontiers leur entente cordiale. Après le déclenchement du soulèvement syrien, en mars 2011, pendant un certain temps, le premier ministre turc a abjuré le chef de l’Etat syrien, appelé encore à cette époque  «ami» ou «frère», de mettre un terme à la répression et d’engager une transition politique véritable. Las ! Lorsque la Turquie a rompu avec le régime baasiste, pendant l’été 2011, des qualificatifs moins flatteurs ont commencé à voler ! Il y a un an, piqué au vif par l’autodafé d’un drapeau turc, lors des manifestations de partisans de Bachar el-Assad contre les représentations diplomatiques turques en Syrie, Recep Tayyip Erdoğan n’avait pas hésité à promettre à son ancien allié, le sort de Hitler, de Mussolini, de Ceausescu ou de Kadhafi ! (cf. notre édition du 23 novembre 2011) Pour sa part, le leader syrien s’était jusqu’ici contenté de quelques sarcasmes à l’endroit du premier ministre turc. En le qualifiant ouvertement de «Sultan», et de «Calife», il reprend une accusation d’impérialisme néo-ottoman que la presse et les officiels syriens ont souvent colportée depuis que Damas est à nouveau en froid avec Ankara. Des suspicions syriennes avaient même d’ailleurs pointé, à l’époque de l’ancienne idylle avec le voisin turc, lorsqu’en décembre 2010, une déclaration malencontreuse (qui n’est pourtant pas certaine) du ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, faisant allusion à un «espace ottoman», avait fait réagir Bachar el-Assad. Depuis que la Syrie est entrée en rébellion, le régime de Damas a souvent mis le monde arabe en garde contre les ambitions néo-impériales qu’aurait la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan, ce qui expliquerait le soutien de ce dernier à la rébellion.

Pour l’heure, les propos du leader syrien n’amélioreront pas les relations turco-syriennes, au moment où elles connaissent un regain de tension. Au cours du dernier week-end, l’intensification des combats entre l’armée syrienne et les rebelles, le long de la frontière turque dans la région de Ras al-Ayn, ont à nouveau vu des obus ou des bombes frapper le territoire turc. Le 12 novembre, un soldat et deux civils turcs ont été blessés, tandis qu’on assistait à un afflux subi d’une dizaine de milliers de réfugiés syriens supplémentaires. Leur nombre serait désormais de 120 000 pour la seule Turquie. La Croix rouge et le Croissant rouge ont d’ailleurs lancé un nouvel appel aux donateurs internationaux, en annonçant que ce chiffre pourrait être bientôt de 170 000. Dans ce contexte inquiétant, le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a rappelé également, que la Turquie était un «pays allié» que l’organisation qu’il dirige n’hésiterait pas à défendre, si besoin est.

Pour sa part, ces derniers jours, le premier ministre turc s’est employé à conforter son leadership en multipliant les déclarations fracassantes. Parlant au Forum international de Bali, le 9 novembre dernier, il s’en est pris à l’ONU en expliquant que le système international devait être réformé. «Le monde ne peut pas être laissé à la discrétion des 5 membres permanents», a-t-il affirmé, en souhaitant qu’il n’y ait plus que des membres permanents au sein du Conseil de sécurité, notamment  parce que la Charte de l’ONU prévoit que tous les Etats membres sont égaux en droit. Mais c’est surtout des propos sur la peine de mort qui ont retenu l’attention de la presse et des médias internationaux.

Le 3 novembre, le chef du gouvernement turc a en effet estimé qu’un rétablissement de la peine de mort permettrait d’en finir avec Abdullah Öcalan. Puis, lors du Forum de Bali, le 9 novembre, mettant en exergue des cas de criminalité extrême comme celui d’Anders Breivik, en Norvège, il a émis l’idée de rétablir la peine capitale en Turquie. Par la suite, cette nouvelle offensive a pris une portée beaucoup plus politique, notamment lorsqu’à Trabzon, le 11 novembre, il a affirmé qu’en la matière, il ne fallait pas s’en tenir à l’expérience européenne, mais observer que d’autres pays comme la Russie, les Etats-Unis, la Chine ou le Japon ont sur le sujet une approche différente. De tels propos ont été analysés par certains journalistes comme un défi adressé à l’Union européenne. Le porte-parole du commissaire à l’élargissement Stefan Füle n’a d’ailleurs pas manqué de réagir en  rappelant que l’abolition de la peine capitale constituait l’un des «acquis politiques majeurs» dont l’Europe ne pouvait tolérer la remise en cause. Plus généralement, les déclarations réitérées de Recep Tayyip Erdoğan sur le rétablissement de la peine capitale ont entrainé une réaction en chaine des institutions européennes.

Alors que plusieurs représentants de l’AKP dont le ministre de la justice, Sadullah Ergin (photo) ont affirmé que le gouvernement n’avait pas un tel projet dans ses tiroirs, le reste de la classe politique turque a plutôt vu dans ce vœu de rétablissement de la peine de mort, une opération populiste visant à renforcer l’aura du chef du gouvernement au moment où des échéances électorales se profilent, notamment celle de la prochaine présidentielle qui devrait avoir lieu, en 2014, au suffrage universel direct, pour la première fois en Turquie. On sait que le leader de l’AKP caresse depuis longtemps le désir d’accéder à la magistrature suprême et que, à l’instar de ce qui s’est passé en France, la révision constitutionnelle, qui en octobre 2007 a instauré l’élection du chef de l’Etat par le peuple, pourrait transformer le régime parlementaire turc actuel en monarchie républicaine. Cette présidentialisation pourrait toutefois prendre un autre tour, si le parti majoritaire parvenait à instaurer un véritable régime présidentiel à l’américaine, une option qui a les faveurs de Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier s’est exprimé de plus en plus souvent sur le sujet, ces derniers jours, et le vice-premier ministre, Bekir Bozdağ vient de déposer devant le bureau de l’Assemblée nationale un rapport prônant l’instauration d’un régime présidentiel. Le premier ministre, quant à lui, voulant répondre à ses détracteurs, a affirmé qu’il ne souhaitait pas nécessairement plagier le système américain, mais qu’il désirait avant tout «travailler dans un sens permettant de créer un système turc.» On devra alors peut-être parler de «République ottomane», sans prétendre toutefois s’inspirer du célèbre film Osmanlı Cumhuyeti dont le sympathique sultan déchu (photo) n’a certes rien d’un président calife !

JM