Les gueules cassées : victimes sans visage d’une guerre mécanisée

Gueule cassée CISA1146 © Medic@ 

Le visage est exposé, menacé, comme nous invitant à un acte d…

 

Gueule casséeGueule cassée CISA1146 © Medic@

Le visage est exposé, menacé, comme nous invitant à un acte de violence. En même temps, le visage est ce qui nous interdit de tuer. Emmanuel Levinas

Notre visage est le reflet de notre humanité, tentons d’imaginer ne serait- ce que l’espace d’un instant ce que nous serions sans lui. Un calvaire inconcevable ? Continuer la lecture de « Les gueules cassées : victimes sans visage d’une guerre mécanisée »

Guerre moderne : quelle place pour le chirurgien-dentiste ?

Le phénomène des Gueules Cassées est un des maux les plus tragiques de cette guerre moderne et nous …

 

Le phénomène des Gueules Cassées est un des maux les plus tragiques de cette guerre moderne et nous aurions pu facilement imaginer toute l’importance du rôle et de la place du chirurgien dentiste dans ce phénomène sanitaire inégalé. Or, s’il est indéniable que ces problèmes sanitaires, inhérents aux conflits armés d’un genre nouveau, aient engendré des progrès médicaux considérables, et plus particulièrement en termes de chirurgie maxillo-faciale, l’intégration des chirurgiens-dentistes dans les corps médicaux armés et la reconnaissance de leur valeur résulte d’une lutte de plusieurs années entre des hommes d’exception, odontologistes, stomatologues et chirurgiens et une vieille mentalité militaire selon laquelle le soin des soldats est une perte de temps. Continuer la lecture de « Guerre moderne : quelle place pour le chirurgien-dentiste ? »

Publications médicales : 1914-1917

Page de titre de l’Index medical war supplement 1914-1917
Parcourir l’Index medicus war …

Page de titre de l'Index medical war supplement 1914-1917

Page de titre de l’Index medical war supplement 1914-1917

Parcourir l’Index medicus war supplement : a classified record of literature on military medicine and surgery 1914-1917, c’est voyager en compagnie d’une humanité meurtrie et malmenée par les années de guerre et les terribles combats. Cette bibliographie médicale, éditée par The Carnegie Institution of Washington, en 1918,  rassemble en 260 pages et 16 thématiques, près de 10 000 références d’articles, de brochures, de livres parus pendant les trois premières années du conflit.

Dans le contexte de ces billets écrits autour de la thématique de la médecine de guerre, il est tout à fait remarquable de noter que c’est un médecin militaire, John Shaw Billings, chirurgien aux armées pendant la Guerre de Sécession, qui est à l’origine de l’Index medicus dont Jacques Archimbaud, conservateur de la BU de santé de Clermont-Ferrand jusqu’à sa mort, en 1978, et grand bibliographe médical, dit qu’il est ” le plus important répertoire bibliographique sur le plan international pour les sciences biomédicales” 1. En effet, John Shaw Billings, en charge, dès 1865, de la Library of the Office of the Surgeon general of the army, constitua en quelques années une collection de plusieurs milliers de volumes et en établit le catalogue. Il décida également de créer un index de la littérature médicale. L’Index medicus, dont la publication s’est arrêtée en 2004, est l’ancêtre de Medline la base de données de référence de la National Library of Medicine que tous les chercheurs en sciences biomédicales connaissent, grâce à son interface de recherche Pubmed.

Cette parenthèse faite, l’importance des publications médicales dans la diffusion des connaissances est soulignée, dans la préface du Larousse médical illustré de la grande guerre édité en 1917, par  le Dr Galtier-Boissière qui rappelle que “depuis 4 ans, la vie scientifique s’est en grande partie, concentrée dans les journaux de médecine, et en premier lieu, la Presse médicale et le Paris médical qui ont dû multiplier leurs efforts dans les conditions difficiles actuelles pour mettre les praticiens à même d’être bien renseignés”.  Il est aussi utile de se reporter à une tribune écrite dans le Paris médical, par G. Linossier, le 4 décembre 1915, qui fustige l’attitude des autorités allemandes qui empêchent la diffusion des connaissances médicales de peur que les médecins ennemis ne se servent de ces connaissances pour sauver leurs propres soldats. “Il semble vraiment que les Allemands éprouvent une satisfaction maladive à se rendre odieux au monde civilisé. Il y a quelques semaines, plusieurs journaux annonçaient que leur ministère de la Guerre avait interdit l’expédition à l’étranger, et même dans les pays neutres, de toutes publications médicales, livres, brochures, revues et journaux. La raison d’une telle mesure ? Oh, vous la chercheriez en vain ! La voici textuellement : “empêcher l’ennemi de profiter des méthodes curatives découvertes depuis le début des hostilités” 2. Nous ne savons si ce blocus des publications médicales allemandes fut efficace mais il n’empêche que ce supplément de l’Index medicus témoigne de la richesse des publications médicales de langue anglaise, française, italienne, espagnole mais aussi allemande.

 Une somme bibliographique

Sommaire de l'Index medicus war supplement 1914-1917

Sommaire de l’Index medicus war supplement 1914-1917

Mais que nous dit cette somme bibliographique sur la médecine durant la Première guerre mondiale ? Tout d’abord que les médecins militaires s’intéressent à l’ensemble des aspects de la vie humaine. Si la chirurgie de guerre reste la discipline phare (128 pages sont consacrées à cette thématique), les publications de cette époque traitent également :

  • de l’hygiène (pas moins de 15 pages de références sur des sujets aussi divers que les mouches, les poux et les puces, l’assainissement des cantonnements, les bains-douches, la désinfection et la dératisation des tranchées, les latrines et feuillées-fosses, la stérilisation de l’eau et la fourniture d’eau potable)
  • de l’alimentation : des articles s’intéressent aux conserves de légumes ou de viande, à la ration des soldats, à la « diététique sur le front », au pain (36 articles figurent sous la rubrique “war bread”) et à l’alcool.
  • des pathologies et de la prophylaxie des maladies contagieuses et des épidémies. Si des écrits abordent les affections qui touchent les corps (fièvres, anthrax, choléra, dengue, diphtérie, dysenterie, lèpre, tétanos, tuberculose, typhus, maladies vénériennes, méningites cérébro-spinales, surdité, cécité, variole, gangrènes gazeuses et pathologies respiratoires), d’autres traitent des maux psychiques et neurologiques et des traumatismes (commotions par explosion, shell-shock ou obusite, troubles d’origine émotives chez le combattant, « blessures indirectes du système nerveux par le vent de l’explosion »).
  • d’organisation sanitaire et de structures de soins : le service de santé aux armées, les magasins d’approvisionnement, les hôpitaux (hôpitaux auxiliaires, hôpitaux d’évacuation, abris pour blessés, postes chirurgicaux avancés, hôpitaux de campagne pour contagieux, postes de secours, trains et navires-hôpitaux, …), les ambulances y compris les ambulances-flottantes et les ambulances chirurgicales automobiles appelées autochir, les voitures radiologiques mobiles dites “petites Curie” les brancards,  la Croix-Rouge.
  • de pharmacie, de soins infirmiers, de chirurgie dentaire, de médecine vétérinaire et de médecine navale. A la marge, la vie civile , les femmes, les enfants font également l’objet de quelques parutions essentiellement sur le plan du travail féminin et de ses implications pour la maternité comme par exemple dans un article intitulé « La protection maternelle et infantile dans les usines de guerre » paru, en 1917, dans le tome XXXIX, de la Revue d’Hygiène et de pharmacie. Enfin, neuf articles traitent des viols (allemands cela va sans dire) et de leurs conséquences.

Deux autres thématiques ont plus particulièrement retenu notre attention car elles concernent des particularités de  cette guerre de position : les mutilations volontaires et les maladies des tranchées.

Les simulations et mutilations volontaires

Tableau reprenant les 16 procès pour mutilations volontaires du CG 3EDI

Source : E. Saint-Fuscien. A vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande guerre. Paris, France : EHESS, 2011 4

Plusieurs thématiques évoquent les blessures que certains soldats s’infligèrent pour échapper aux combats ou les moyens de simuler des maladies propres à les éloigner du front : malingering (simulation) et self- inflicted wounds (automutilations) mais aussi picric acid jaundice (ictère provoquée par ingestion d’acide picrique). Le tableau ci-contre dresse la liste de 16 soldats traduits devant le Conseil de guerre de la 3e Division d’Infanterie pour mutilations volontaires et rappelle les motifs des poursuites.

Dans Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective 3, publié aux éditions Odile Jacob, Nicolas Offenstadt évoque le rôle ambigu des médecins, auxiliaires de la justice militaire dans la traque à l’automutilation et à la simulation : «Du côté du commandement, on traque la blessure suspecte de celui qui préfère s’auto-mutiler plutôt que de s’exposer aux risques du combat… Les médecins, érigés en experts de la « vraie blessure », établissent des diagnostics parfois douteux et lourds de conséquences… Plusieurs décisions de médecins militaires furent remises en cause pendant et après la guerre. » Il raconte un peu plus loin le cas d’un soldat breton  :« Blessé à la main gauche dans la nuit du 1er octobre 1914 (…) François Laurent, Breton s’exprimant mal en français , fut examiné par le docteur Buy à Châlons-sur-marne qui vit une présomption de mutilation volontaire. Il est exécuté avec toute une série d’autres soldats condamnés pour le même délit (…)”.

Les diagnostics n’étaient pas toujours fiables et souvent réalisés dans l’urgence. Certains des articles référencés dans l’Index medicus ont pour vocation de conseiller les médecins dans leurs efforts pour démasquer les usurpateurs. Ainsi “De la simulation : étude des qualités que doit posséder le médecin militaire expert” publié par E. Blum, en 1916 dans la Gazette hebdomadaire des sciences médicales de Bordeaux ou “Deux épreuves pratiques pour dépister les simulateurs de surdité” publié par L. Oudet dans la Presse médicale, 1917, volume XXV. En 1917, dans la Presse médicale, un article intitulé “Essai sur l’insincérité chez les accidentés de la guerre”  5 s’efforce de démonter les mécanismes psychologiques de la simulation et classe les simulateurs en 6 groupes : le simulateur émotif, le simulateur hypocondriaque, le simulateur revendicateur, le simulateur suggestible, le simulateur par réaction, le simulateur mythomane. 

Les maladies des tranchées ou trench diseases

Affiche produite par le service médical des armées américaines invitant les soldats a surveiller l'hygiène de leurs pieds.Cet Index medicus est également une source historique intéressante pour mesurer l’importance d’une thématique à partir du nombre des publications qui lui ont été consacrées. En voici un exemple : en 2004, le Docteur Christian Régnier a fait paraître, dans un numéro d’Histoire des Sciences médicales, un article intitulé Le pied des tranchées : controverses étiologiques 6.

En préambule, il détaille les pathologies spécifiques qui affectèrent les soldats en raison de leurs conditions de vie très difficiles.  Ces pathologies sont regroupées dans l’Index medicus sous la rubrique Trench diseases. En voici la liste telle qu’établie par C. Régnier : la constipation des tranchées, la fièvre des tranchées, la diarrhée des tranchées, le rhumatisme des tranchées, la néphrite des tranchées, l’héméralopie des tranchées (ou cécité nocturne), la main des tranchées et enfin le pied des tranchées. Grâce au supplément de l’Index medicus, il recense 202 textes traitant de cette dernière affection qui touchait un nombre très important de soldats et 662 articles et ouvrages de dermatologie.

En conclusion

Les collections de la bibliothèque universitaire de santé sont riches de certains de ces périodiques médicaux qui ont continué à informer un corps médical confronté à l’horreur des champs de bataille et à son impuissance face aux  nombre de blessés et à la gravité des blessures. De nombreux témoignages, dont celui de l’aspirant Laby 7 permettent de mesurer les difficiles conditions d’exercice.  Il est intéressant de constater, à leur lecture, que se côtoient au sein d’une même parution des articles au ton patriotique plus proche de la tribune littéraire que du texte scientifique et des articles dont l’objet est de faire évoluer les connaissances scientifiques. Dans un prochain billet, nous explorerons plus en détail, le contenu de certaines de ces publications (Revue Internationale de médecine et de chirurgie, Bulletin des sciences pharmacologiques).

Références

1. Archimbaud, J. Bibliographie et recherche documentaire en médecine et pharmacie. Rueil-Malmaison, France : Sandoz Ed., 1973

2.  Linossier G. Les publications médicales allemandes et la guerre. Paris Méd. 4 déc 1915;(30):525.

3.  Offenstadt N. Les fusillés de la Grande guerre et la mémoire collective, 1914-2009. Paris, France: O. Jacob; 2009. 309 p.

4 . Saint-Fuscien, E. À vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre. Paris, France : Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2011, 310 p.

5.  Laignel-Lavastine M, Courbon P. Essai sur l’insincérité chez les accidentés de la guerre. Paris Méd. 1917;XXV:14‑15.

6.  Régnier C. Le pied des tranchées. Controverses étiologiques. Hist Sci Médicales [en ligne]. 2004;38(3):315‑332 Disponible sur :  http://www2.biusante.parisdescartes.fr/hsm/index.las

7. Laby, Lucien. Les carnets de l’aspirant Laby médecin dans les tranchées : 28 juillet 1914-14 juillet 1919. Paris, France : Bayard, 2013, 351 p.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les généraux au tribunal du cinéma anglo-saxon

La BCU détient dans ses collections deux des films les plus connus inspirés par la Première Guerre m…

La BCU détient dans ses collections deux des films les plus connus inspirés par la Première Guerre mondiale : Le crépuscule des aigles (The Blue Max), de John Guillermin et Les sentiers de la gloire (Paths of Glory), de Stanley Kubrick.

Des oeuvres d’art

Adolphe Menjou, Général trois étoiles, chez Kubrick

Le crépuscule des aigles, offert au public en 1966, met en situation un jeune roturier allemand, Bruno Stachel (joué par G. Peppard), qui réussit, à force de volonté, à quitter l’uniforme de l’Armée de terre pour rallier le corps prestigieux des officiers aviateurs. Sa hargne brutale et sa volonté de gagner dérangent le cercle des aristocrates, ses pairs, qui tiennent à respecter le Junkertum l’esprit des Junkers- et le raffinement des salons (NOTE 1). Le film tient en trois temps : l’arrivée dans l’escadrille du héros, la compétition entre Stachel et Willi von Klugermann (Jeremy Kemp) avec les deux enjeux que sont la croix du mérite et la jeune comtesse (Ursula Andress) et, enfin, la chute dans tous les sens du terme de Stachel, qui s’écrase au sol, aux manettes d’un prototype. Le crépuscule des aigles reste remarquable pour les combats aériens filmés avec une aisance et une fluidité que reconnaît au metteur en scène un Jacques Lourcelles . Quant aux Sentiers de la gloire, tous s’accordent à parler de chef d’oeuvre. Cinq actes découpent cette intrigue réglée au millimètre. En quelques mots, il s’agit d’une offensive mal préparée, voulue par le Quartier général, qui débouche sur un fiasco (des troupes ayant refusé de quitter la tranchée) et sur l’exécution pour l’exemple de trois hommes. Unité de temps (tout se joue en quelques jours), unité de lieu (la zone de front), unité d’action (une attaque avortée). Dans ces deux films, le rôle moteur dans le déroulement des événements n’est autre que celui d’un général.

Le rôle des généraux

Broulard (joué par A. Menjou), général français de division, et von Klugermann, général allemand régentant l’aviation, ourdissent, en effet, la trame des récits et, comme les Parques, décident de la mort, non d’ennemis, mais de compatriote(s). Dans les deux cas, ils semblent des manipulateurs consommés, cherchant à punir ce qu’ils considèrent comme des manquements graves, tout en occultant leurs responsabilités propres. Un Broulard est dépêché par le Quartier général pour pousser le général de brigade Mireau à prendre l’offensive. Sans doute, on le devine, avait-il fait miroiter en haut lieu la quasi-certitude d’une victoire sur la “cote 110″. Aussi l’échec militaire est-il bien un échec personnel. Mais, d’accord avec Mireau, il va faire payer à des simples soldats, passés par les armes, le revers militaire cuisant.Il n’hésitera pas non plus, dans un second temps, à sacrifier Mireau, qui avait donné l’ordre de tirer sur ses propres troupes, dès l’instant où cet ordre scandaleux a fuité.

Von Klugermann, pour sa part, avait persuadé son supérieur, d’abord rétif, de la nécessité d’un programme technologique devant déboucher sur un nouvel avion de chasse. Or, la scène finale est l’occasion de découvrir que cet avion représente un danger réel pour le pilote. En confiant l’avion à un Stachel connu pour sa témérité excessive, von Klugermann est certain du crash et donc de la disparition et d’un héros devenu gênant et d’un appareil manifestement pas fait pour le combat aérien. Il faudrait ajouter l’inconduite de la jeune femme de von Klugermann, la lascive comtesse, qui, par dépit amoureux, mêle à la fin du récit rancune personnelle et carrière des pilotes, à la grande fureur de son époux, tenu de rendre compte de la situation. La mort de Stachel, cible de la comtesse, dispense le général de toute explication.

Bien évidemment, la comparaison ne vaut pas à tout coup. Ne serait-ce que parce que, dans le premier film, il s’agit de mettre en scène des fantassins, donc la multitude sur le front, alors que dans le second cas, c’est un aviateur, chevalier des temps modernes, qui est campé et porté aux nues (au sens propre et figuré), et sur le front et à l’arrière (Berlin). Il n’empêche. Les deux généraux exacerbent la vanité de leurs subordonnés, désirant plus que tout une promotion ou une décoration prestigieuse et n’hésitent pas à vouloir faire monter des hommes qui ne sont pas du sérail, dans l’espoir de  créer une émulation propice à la conduite de la guerre : le roturier Stachel est poussé par von Klugermann, tandis qu’au colonel Dax (Kirk Douglas), avocat et non militaire de carrière, est proposée la place de général de brigade.

James Mason, Général comte von Klugermann

Cinéma ou Histoire?

Deux choses paraissent cruciales : l’honneur de l’Armée, dans un cas comme dans l’autre ; le rôle de la politique et de la presse, également.

L’honneur de l’Armée conduit Broulard à désigner à la vindicte populaire des boucs émissaires, mis à mort et, de manière plus feutrée, à faire passer en commission d’enquête le général Mireau. L’image de l’Armée obsède aussi véritablement un von Klugermann, qui entend garder intacte la réputation du corps des officiers. Question d’image. En cela, les deux films semblent proches d’une conception qui eut cours dans les milieux militaires dirigeants et qui était du reste admise par la sphère sociale (Raoul Girardet cite Charles Péguy, qui parla du “vieil honneur militaire”, en 1910).

Le rôle de la politique et de la presse appelle deux commentaires. Dans le cas “français“, il est évident que le colonel Dax fait mouche auprès de Broulard, en le menaçant d’en appeler aux pouvoirs que la démocratie a mis en place. Cette idée de contrôle, qui doit assurer le bon fonctionnement de l’institution militaire, devient une réalité après le limogeage de Joffre en 1916. Le politique, en France, intervient de plus en plus dans le déroulement des opérations, au point que Painlevé s’installe le 13 septembre 1917 rue Saint-Dominique, cumulant ainsi le portefeuille de la Guerre et la Présidence du conseil. On sait que Clemenceau fera de même. Et Pierre Miquel d’écrire, dans le Gâchis des généraux (disponible à Clermont-Communauté ou à Montluçon [Médiathèque Boris Vian, cote 940.3]) : “Le politique [conçoit] le devoir de mettre [les généraux] sous “l’oeil de surveillance” ».
Pour le cas” allemand“, la question du contrôle est autre. Effectivement, il y a une utilisation de la presse dans le film, et tel fut réellement le cas, mais uniquement du point de vue de la propagande. Le politique et la caste militaire se sont trouvés liés intimement Outre-Rhin et la guerre totale a amené le Kaiser à un tête-à-tête avec la seule paire Hindenburg-Ludendorff. Critiquer l’Armée, en accusant le douteux Stachel, à la fin du film, c’est remettre en question la seule force disponible contre la révolution qui couve. Les deux films, à tout le moins, montrent parfaitement la mondanité avérée des généraux, qui mènent un train  de vie à même de leur faire rencontrer le Tout-Paris ou le Tout-Berlin.

En conclusion, la conduite de la Première Guerre mondiale fut extrêmement complexe et la mise en exergue, à des fins dramatiques, de la responsabilité de quelques hommes, fussent-ils généraux influents, revient à une schématisation réductrice, du point de vue historique. Les individualités comptèrent, indéniablement, mais elles devaient composer avec d’autres individualités ou avec d’autres facteurs (politiques, techniques, diplomatiques, économiques). Un Broulard aurait pu être lui-même manipulé par un homme politique. La liberté de chacun fut fonction d’arbitrages constants, entre les différentes pressions et contraintes s’exerçant de tous côtés : cela ne rend que plus beau le refus imaginaire d’un Dax ou plus morale l’attitude humaine et bien réelle d’autres officiers, de part et d’autre du front.

 

NOTE 1 : Marie-Bénédicte Vincent « L’aristocratie allemande au service de l’État et la césure de 1918 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 3/ 2008 (n° 99) , p. 76-90 .
URL : www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2008-3-page-76.htm.