Question kurde : saisir le parlement ou pas ?

Une dizaine de jours après l’appel d’Abdullah Öcalan à un cessez-le-feu, la traditionnelle réunion d…

Saisir le parlement ou pasUne dizaine de jours après l’appel d’Abdullah Öcalan à un cessez-le-feu, la traditionnelle réunion des groupes politiques du parlement du mardi, a été hier l’occasion d’évoquer l’état d’avancement du processus de paix qui est en cours (cf. notre édition du 22 mars 2013). C’est le retrait du territoire turc des combattants du PKK qui en constitue la première étape, qui est désormais sur la sellette. Le 17 mars, avant l’appel du leader du PPK à la paix, Sadullah Ergin, le ministre de la justice avait imprudemment estimé que le parlement pourrait être saisi du processus de paix, une hypothèse reprise par le BDP, mais que le premier ministre a rapidement écartée en préférant annoncer la constitution d’un groupe des sages, dont la fonction serait d’ailleurs plus de gagner un soutien de l’opinion publique, que d’encadrer le retrait des forces du PKK encore en Turquie.

Lors d’une interview sur la chaine CNNTürk, le 29 mars dernier, Recep Tayyip  Erdoğan a annoncé en outre que les militants du PKK qui quitteront la Turquie devront le faire après avoir effectivement abandonné les armes, confirmant en cela une déclaration faite, le 26 mars, par le président Abdullah Gül. Il resterait environ 1000 à 2000 combattants en Turquie. De façon surprenante, le premier ministre a dit que le problème de savoir où ils iraient après avoir quitté le territoire turc serait surtout celui des pays qui accepteront de les accueillir : «Peut-être iront-ils en Irak, peut-être en Syrie, peut-être dans les pays scandinaves. Je ne peux pas savoir cela. L’important pour moi est qu’il y ait la paix dans le pays.» Le leader de l’AKP a dit espérer que, suite à ce retrait, « l’atmosphère changerait dans le pays et qu’il y aurait un boom économique dans l’est. », expliquant que le sens son appel aux Kurdes était qu’ils poursuivent leur lutte par des voies politiques. Dans cet ordre d’idée, il a aussi commencé à dessiner les contours d’un règlement plus fondamental de la question kurde en Turquie, en évoquant la mise sur pied d’un système fédéral. Affirmant que les «pays forts» ne redoutaient pas la décentralisation, voire la fédéralisation, il a déclaré : «Si vous regardez les pays développés, ils n’ont pas peur des Etats fédérés. Bien au contraire, c’est un signe de force, car cela accélère le développement.» Et pour légitimer cette argumentation, en tenant un discours en vogue, c’est dans le passé ottoman de la Turquie que le premier ministre est allé chercher son argument ultime : «Si vous regardez l’Empire ottoman à son apogée, il y avait une région laze, une région kurde….» Cette envolée ottomaniste a même conduit Recep Tayyip Erdoğan à rappeler qu’il avait aussi appelé les minorités (non musulmanes) à revenir en Turquie et que, ce faisant, il s’engageait même à leur donner la citoyenneté turque. Il a ainsi affirmé que la réouverture du fameux séminaire orthodoxe de Halki ne posait plus de problème juridique en lui-même, mais qu’elle restait conditionnée par les gestes de réciprocité que le gouvernement grec ferait en faveur de ses citoyens musulmans de Thrace orientale.

Pour en revenir au processus de paix avec les Kurdes, on ne peut pas dire que ces déclarations aient été véritablement rassurantes. Outre les polémiques que leur néo-ottomanisme a provoqué, certains se demandant si le premier ministre entendait rétablir le système d’administration territorial impérial des Eyalets, les propos du premier ministre ont surtout relancé la question de la sécurisation du retrait des membres du PKK. Ainsi hier, Selahattin Demirtaş (photo), le co-leader du BDP, a de nouveau demandé que l’on adopte un texte législatif pour encadrer le processus de paix. Il a déclaré en particulier : «Pourquoi le parlement qui a pris de nombreuses décisions en ce qui concerne la guerre, hésite-t-il à prendre une décision concernant la paix ? (…) Une décision pour soutenir la paix est du devoir du parlement. La solution ne pourra être popularisée et rendue transparente que si elle est du ressort du parlement. Expliquer le chemin pour parvenir à une résolution rassurera tout le monde. Le parlement a le devoir de préparer une législation pour soutenir la solution proposée. Ne pas vouloir favoriser cette législation ou réagir à son encontre, signifie en fait que le processus est conduit à contrecœur.» Le leader kurde a néanmoins précisé que sa formation ne faisait pas d’un recours à la loi une condition absolue, car il ne voulait pas «que le processus actuel soit bloqué dans sa phase la plus critique.» Toutefois, il a affirmé qu’Abdullah Öcalan lui-même avait dit qu’il ne quitterait pas sa prison, même s’il était relâché, parce que son objectif n’était pas sa propre liberté mais la résolution d’un conflit majeur. A cet égard, on aura pu observer que, lors de son entretien sur CNNTürk, le 29 mars dernier, Recep Tayyip Erdoğan a de nouveau exclu une possible libération du leader du PKK.

Depuis cette intervention télévisée abondamment commentée, le premier ministre turc n’a guère fait d’ouverture et de révélations en ce qui concerne la conduite du processus de paix. Hier, devant son groupe parlementaire, il annoncé que la composition et les fonctions du fameux groupe des sages seraient connues le 4 avril, laissant le soin d’en dire plus à son vice-premier ministre, Bülent Arınç, qui a évoqué une possible intervention des services de renseignement (le MIT) dans la supervision du retrait des membres du PKK, et qui a de nouveau rejeté l’idée d’un encadrement législatif du processus de paix. Pour sa part, la co-présidente du BDP, Gülten Kışanak, s’est étonnée que ce dernier ne relève en fait que du seul arbitre du premier ministre, en estimant qu’il n’y aurait rien d’inconstitutionnel à ce que le parlement en soit saisi.

Le processus de paix lancé par l’appel lancé par Abdullah Öcalan à l’occasion de la fête de Newroz reste donc toujours dominé par l’incertitude et l’opacité. En réalité, depuis le début, il est frappant de voir qu’il a surtout dépendu des initiatives et de la détermination des “grands leaders”, Abdullah Öcalan, côté kurde, Recep Tayyip Erdoğan, côté turc…

Jean Marcou

Lire l’interview de Jean Marcou, par Hélène Sallon, « L’appel du PKK à la fin de la lutte armée n’est qu’une étape », Le Monde, 22 mars 2013

Lire l’analyse de Jean Marcou dans le Huffington Post du 30 mars 2013 : édition française, édition québécoise.

Tournée Africaine du premier ministre Recep Tayip Erdoğan : quand anti-impérialisme rime avec capitalisme

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’an…

Le premier ministre turc Recep Tayip Erdoğan a achevé lundi sa première tournée diplomatique de l’année, consacrée à l’Afrique de l’Ouest. Entre le 6 et le 11 janvier 2013, il s’est ainsi rendu au Gabon, au Niger et enfin au Sénégal, accompagné du Ministre de l’économie Zafer Cağlayan, du vice-premier ministre Bekir Bozdağ, de quelques parlementaires et d’une délégation de près de 300 hommes d’affaires. Ce signal fort donné à l’Afrique s’inscrit dans la continuité d’une offensive diplomatique africaine de la Turquie initiée en 1998 avec le programme d’ouverture de l’Afrique et réellement mise en œuvre à partir de 2005 par l’AKP au pouvoir (voir nos éditions des 16 septembre et 11 octobre 2012)

Ces visites sont avant tout placées sous le signe du commerce. Le premier ministre turc a rappelé son objectif ambitieux d’atteindre 50 milliards de dollars de volume d’échanges commerciaux avec l’Afrique en 2015, contre 17,5 milliards en 2011 (comprenant un volume d’exportations turques qui s’élevait en 2011 à 12,1 milliards de dollars). Il prévoit de poursuivre l’accélération exponentielle des échanges commerciaux entre les partenaires entamée en 2002. À cette époque, ceux-ci ne représentaient que deux milliards de dollars. Recep Tayip Erdoğan s’est donc rendu en Afrique entouré de plus de 300 hommes d’affaires afin de signer des contrats dans des secteurs tels que le bâtiment, le textile ou l’électronique. Au Gabon, au Niger et au Sénégal, le premier ministre et ses ministres ont participé à des sommets commerciaux bilatéraux qui étaient organisés pour l’occasion par deux syndicats turcs proches du gouvernement et qui se sont lancés à l’assaut de l’Afrique, la MÜSIAD et TUSKON. Il a notamment appelé de ses vœux la formation d’une chambre de commerce turco-gabonaise comparable à celles existant déjà dans 16 pays d’Afrique. Le Gabon, comme le Niger, possède en effet des réserves pétrolières importantes, et la Turquie s’y intéresse d’autant plus qu’elle cherche actuellement à diversifier ses approvisionnement. En effet, ses relations avec Moscou et Téhéran, ses deux principaux fournisseurs énergiques sont de plus en plus incertaines du fait de la crise syrienne et du dossier nucléaire iranien. C’est ainsi que le Niger exporte déjà du pétrole vers la Turquie même si les volumes sont encore très faibles.

À côté des négociations commerciales, des cérémonies protocolaires incontournables à toute tournée diplomatique ont eu lieu. Ainsi, une ambassade turque a été inaugurée au Gabon. Elle fait partie des 19 ambassades et consulats turcs mis en place en Afrique depuis 2009, établissant leur nombre à 31. Une médaille d’État a été remise à Recep Tayyip Erdoğan par le Président nigérien Issoufou. Enfin, comme à chaque visite diplomatique en Afrique, une visite officielle a été organisée dans les écoles turques (voir notre édition du 23 août 2010) du pays. À Niamey, l’épouse du premier ministre turc s’est rendue dans une école turque de la capitale. Ces écoles, fondées par des disciples du mouvement de Fethullah Gülen (voir le numéro de la revue Birikim qui lui est consacré) sont reconnues lors des visites officielles comme une partie intégrante de la présence turque en Afrique.

Sur le plan diplomatique, le premier ministre turc a profité de cette visite pour mettre l’accent sur la dimension égalitaire des rapports turco-africains et la sympathie de la Turquie pour la cause des pays les moins développés en déclarant notamment : « la Turquie ne vient pas en Afrique dans une logique coloniale mais bien dans une perspective de bénéfices mutuels fondés sur le respect ». En effet, le premier ministre a qualifié le Sénégal – qui a vécu en 2012 une alternance politique tendue mais réussie ayant amené au pouvoir le président Macky Sall – de « centre de démocratie et de sérénité en Afrique ». Il en a également profité pour égratigner à nouveau l’image des partenaires occidentaux de l’Afrique, notamment au Sénégal. En visite à l’île de Gorée près de Dakar, qui fut pendant la période esclavagiste  la plate-forme du commerce triangulaire de millions d’esclaves africains, celui-ci a déclaré  « Vous voyez, c’est ça l’impérialisme occidental. Ils ont fait cela par cruauté ». La dimension religieuse a aussi été l’une des données de ce rapprochement turco-sénégalais : alors que le premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye avait mis en avant le profil similaire de ces deux pays à la fois musulmans et démocratiques, Recep Tayyip Erdoğan quant à lui, tentant de créer une histoire commune, a fait le récit de tirailleurs sénégalais combattant pour la France contre l’Empire Ottoman dans les Dardanelles en 1915, qui, ayant entendu l’appel à la prière, auraient abandonné les armes pour aller prier et refusé de combattre contre « leurs frères » ottomans.

                 En fin de compte, par la posture qu’il a adoptée au cours de cette tournée africaine, Recep Tayip Erdoğan a une fois de plus manié l’art du paradoxe, tenant un discours anti-impérialiste où il  présente la Turquie comme un pays du Sud se situant du côté des opprimés face aux occidentaux, alors même qu’il dirige un gouvernement d’inspiration libérale qui mène en Afrique une offensive avant tout commerciale. Pourtant, ce discours à la fois inclusif dans le Sud et distancié par rapport aux puissances occidentales est une stratégie jusqu’à présent payante qui a permis au gouvernement turc de donner une image positive de la Turquie en Afrique tout en continuant à nouer des relations d’affaires. Mais jusqu’à quand cette posture sera-t-elle tenable ?

Sultan, calife ou président…

Erdoğan, le sultan, calife ? Une récente déclaration de Bachar el-Assad rappelle le titre du fameux …

Erdoğan, le sultan, calife ? Une récente déclaration de Bachar el-Assad rappelle le titre du fameux ouvrage de François Georgeon, consacré au sultan Abdülhamit. La chaine anglophone russe Today Russia a en effet diffusé, le 9 novembre dernier, une interview du dictateur syrien (enregistrée au demeurant à une date inconnue), dans laquelle  il déclare en particulier : « Erdoğan pense que si les Frères musulmans prennent le pouvoir (en Syrie), il pourra assurer son avenir. Personnellement il croit aussi qu’il est un nouveau sultan ottoman et qu’il peut contrôler toute la région comme c’était le cas pendant la période ottomane … Au fond de lui-même, il pense qu’il est un Calife. C’est ce qui explique qu’il ait remis en cause la politique du zéro problème (avec ses voisins). »

À l’époque où les relations turco-syriennes se voulaient le symbole de la politique de bon voisinage d’Ahmet Davutoğlu, les deux dirigeants accompagnés de leurs épouses affichaient pourtant volontiers leur entente cordiale. Après le déclenchement du soulèvement syrien, en mars 2011, pendant un certain temps, le premier ministre turc a abjuré le chef de l’Etat syrien, appelé encore à cette époque  «ami» ou «frère», de mettre un terme à la répression et d’engager une transition politique véritable. Las ! Lorsque la Turquie a rompu avec le régime baasiste, pendant l’été 2011, des qualificatifs moins flatteurs ont commencé à voler ! Il y a un an, piqué au vif par l’autodafé d’un drapeau turc, lors des manifestations de partisans de Bachar el-Assad contre les représentations diplomatiques turques en Syrie, Recep Tayyip Erdoğan n’avait pas hésité à promettre à son ancien allié, le sort de Hitler, de Mussolini, de Ceausescu ou de Kadhafi ! (cf. notre édition du 23 novembre 2011) Pour sa part, le leader syrien s’était jusqu’ici contenté de quelques sarcasmes à l’endroit du premier ministre turc. En le qualifiant ouvertement de «Sultan», et de «Calife», il reprend une accusation d’impérialisme néo-ottoman que la presse et les officiels syriens ont souvent colportée depuis que Damas est à nouveau en froid avec Ankara. Des suspicions syriennes avaient même d’ailleurs pointé, à l’époque de l’ancienne idylle avec le voisin turc, lorsqu’en décembre 2010, une déclaration malencontreuse (qui n’est pourtant pas certaine) du ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, faisant allusion à un «espace ottoman», avait fait réagir Bachar el-Assad. Depuis que la Syrie est entrée en rébellion, le régime de Damas a souvent mis le monde arabe en garde contre les ambitions néo-impériales qu’aurait la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan, ce qui expliquerait le soutien de ce dernier à la rébellion.

Pour l’heure, les propos du leader syrien n’amélioreront pas les relations turco-syriennes, au moment où elles connaissent un regain de tension. Au cours du dernier week-end, l’intensification des combats entre l’armée syrienne et les rebelles, le long de la frontière turque dans la région de Ras al-Ayn, ont à nouveau vu des obus ou des bombes frapper le territoire turc. Le 12 novembre, un soldat et deux civils turcs ont été blessés, tandis qu’on assistait à un afflux subi d’une dizaine de milliers de réfugiés syriens supplémentaires. Leur nombre serait désormais de 120 000 pour la seule Turquie. La Croix rouge et le Croissant rouge ont d’ailleurs lancé un nouvel appel aux donateurs internationaux, en annonçant que ce chiffre pourrait être bientôt de 170 000. Dans ce contexte inquiétant, le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a rappelé également, que la Turquie était un «pays allié» que l’organisation qu’il dirige n’hésiterait pas à défendre, si besoin est.

Pour sa part, ces derniers jours, le premier ministre turc s’est employé à conforter son leadership en multipliant les déclarations fracassantes. Parlant au Forum international de Bali, le 9 novembre dernier, il s’en est pris à l’ONU en expliquant que le système international devait être réformé. «Le monde ne peut pas être laissé à la discrétion des 5 membres permanents», a-t-il affirmé, en souhaitant qu’il n’y ait plus que des membres permanents au sein du Conseil de sécurité, notamment  parce que la Charte de l’ONU prévoit que tous les Etats membres sont égaux en droit. Mais c’est surtout des propos sur la peine de mort qui ont retenu l’attention de la presse et des médias internationaux.

Le 3 novembre, le chef du gouvernement turc a en effet estimé qu’un rétablissement de la peine de mort permettrait d’en finir avec Abdullah Öcalan. Puis, lors du Forum de Bali, le 9 novembre, mettant en exergue des cas de criminalité extrême comme celui d’Anders Breivik, en Norvège, il a émis l’idée de rétablir la peine capitale en Turquie. Par la suite, cette nouvelle offensive a pris une portée beaucoup plus politique, notamment lorsqu’à Trabzon, le 11 novembre, il a affirmé qu’en la matière, il ne fallait pas s’en tenir à l’expérience européenne, mais observer que d’autres pays comme la Russie, les Etats-Unis, la Chine ou le Japon ont sur le sujet une approche différente. De tels propos ont été analysés par certains journalistes comme un défi adressé à l’Union européenne. Le porte-parole du commissaire à l’élargissement Stefan Füle n’a d’ailleurs pas manqué de réagir en  rappelant que l’abolition de la peine capitale constituait l’un des «acquis politiques majeurs» dont l’Europe ne pouvait tolérer la remise en cause. Plus généralement, les déclarations réitérées de Recep Tayyip Erdoğan sur le rétablissement de la peine capitale ont entrainé une réaction en chaine des institutions européennes.

Alors que plusieurs représentants de l’AKP dont le ministre de la justice, Sadullah Ergin (photo) ont affirmé que le gouvernement n’avait pas un tel projet dans ses tiroirs, le reste de la classe politique turque a plutôt vu dans ce vœu de rétablissement de la peine de mort, une opération populiste visant à renforcer l’aura du chef du gouvernement au moment où des échéances électorales se profilent, notamment celle de la prochaine présidentielle qui devrait avoir lieu, en 2014, au suffrage universel direct, pour la première fois en Turquie. On sait que le leader de l’AKP caresse depuis longtemps le désir d’accéder à la magistrature suprême et que, à l’instar de ce qui s’est passé en France, la révision constitutionnelle, qui en octobre 2007 a instauré l’élection du chef de l’Etat par le peuple, pourrait transformer le régime parlementaire turc actuel en monarchie républicaine. Cette présidentialisation pourrait toutefois prendre un autre tour, si le parti majoritaire parvenait à instaurer un véritable régime présidentiel à l’américaine, une option qui a les faveurs de Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier s’est exprimé de plus en plus souvent sur le sujet, ces derniers jours, et le vice-premier ministre, Bekir Bozdağ vient de déposer devant le bureau de l’Assemblée nationale un rapport prônant l’instauration d’un régime présidentiel. Le premier ministre, quant à lui, voulant répondre à ses détracteurs, a affirmé qu’il ne souhaitait pas nécessairement plagier le système américain, mais qu’il désirait avant tout «travailler dans un sens permettant de créer un système turc.» On devra alors peut-être parler de «République ottomane», sans prétendre toutefois s’inspirer du célèbre film Osmanlı Cumhuyeti dont le sympathique sultan déchu (photo) n’a certes rien d’un président calife !

JM

Géographie des relations diplomatiques turco-africaines

Un billet récent faisait un bref bilan du développement des partenariats diplomatiques et économique…

Un billet récent faisait un bref bilan du développement des partenariats diplomatiques et économiques établis entre la Turquie et les pays d’Afrique subsaharienne (cf. édition du 16 septembre 2012). Cette fois-ci, nous proposons à nos lecteurs un regard cartographique de la situation, assorti d’un commentaire étayant les choix que nous avons opérés dans la sélection des données représentées.

La diplomatie est représentée graphiquement de deux manières : d’une part un gradient de jaune représente les pays africains ayant ouvert des représentations diplomatiques en Turquie (ambassades, consulats et consulats honoraires) ; de l’autre, des figurés ponctuels expriment les représentations diplomatiques de la République Turque (ambassades et consulats) et les visites effectuées par la présidence et le premier ministre en Afrique subsaharienne. Nous pouvons donc voir, d’une part, quels sont les pays les plus impliqués dans des relations diplomatiques bilatérales avec la Turquie, d’autres part, quels sont les pays où la Turquie a le plus développé sa diplomatie. Avoir choisi de représenter les visites de la présidence et du premier ministre dans la région semble restrictif, mais répond à la volonté de ne pas surcharger la carte. Qui plus est, la représentation des visites officielles par les plus hautes fonctions dessinent des régions sur la carte qui recoupent celles mises en avant par la figuration des représentations diplomatiques.

En effet, quatre zones de prédilection pour l’exercice de la diplomatie turque se dessinent. La première zone située à l’Est de l’Afrique (Corne de l’Afrique et Est) est la plus vaste (Soudan, Éthiopie, Somalie, Kenya et Tanzanie) ; la seconde est constituée par trois pays du Nord-ouest africain (le Sénégal, la Gambie et la Mauritanie) ; la troisième épouse les contours du golfe de Guinée (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Cameroun et Gabon) ; enfin, la quatrième zone, située en Afrique centrale est constituée par un grand pays (La République démocratique du Congo) et deux plus petits pays de la région de lacs (Ouganda, Rwanda). Notons également l’intensité des rapports avec l’Afrique du Sud, pays qui se situe au sud d’un ensemble d’Etats qui sont en retrait dans la coopération avec la Turquie (Angola, Namibie, Zambie, Botswana, Zimbabwe et dans une moindre mesure le Mozambique). Un arc de cercle allant de Bangui à Monrovia en passant par N’Djamena, Niamey, Ouagadougou et Bamako représente également une région où les relations sont plus faibles, bien que la Turquie ait récemment développées des relations diplomatiques avec les pays du Sahel.

Les villes desservies par la compagnie nationale Turkish Airlines sont de plus en plus nombreuses. Élue meilleure entreprise aérienne européenne en 2012, cette compagnie n’a cessé d’étendre son réseau en Afrique subsaharienne, répondant ainsi à une logique entamée par la politique extérieure d’Ankara. Turkish Airlines se rend désormais dans 18 pays africains avec l’ouverture récente de nouvelles lignes à Nouakchott et Abidjan. Un des objectifs est d’améliorer le service de fret aérien dans la région ; jusqu’à présent la compagnie possède trois bureaux dans la région (Addis-Abeba, Johannesburg et Lagos). On constate que les zones les mieux desservies sont les zones précédemment citées (Nord-ouest,  Corne de l’Afrique, Golfe de Guinée).

Nous avons choisi de faire figurer sur cette carte les bureaux de l’agence nationale de développement TIKA (Türkiye İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı), implantés au Sénégal et dans deux pays de la Corne de l’Afrique (le Soudan et l’Éthiopie), afin d’illustrer le caractère résolument coopératif de la diplomatie turque dans la région. Cette agence nationale dont les activités se déploient dans 37 pays africains participe à la mise en place des plans de développement relatifs aux techniques agricoles, aux infrastructures sociales mais aussi à la mise en œuvre de l’aide humanitaire turque. D’après les chercheurs Mehmet Özkan et Birol Akgün, la politique extérieure de l’AKP a été amplement influencée par les pratiques de la société civile et notamment d’ONG telles que İHH (İnsan Hak ve Hürriyetleri, Fondation des droits de l’Homme et des libertés, ONG islamique ayant affrété le navire Mavi Marmara en 2010) ou encore Kimse Yok Mu Derneği (Association « Il y a quelqu’un ? », créée après le tremblement de terre de 1999, ayant pris pour nom l’appel traditionnel des sauveteurs à la recherche de rescapés dans les décombres). Bien que l’impact de leurs actions dans la région soit essentiel, il nous est difficile de représenter la présence de la société civile en Turquie, qu’il s’agisse des ONG, des syndicats patronaux (TUSKON) ou des écoles turcophones fondées par le réseau des Fetullahçı (cf. article du  23 août 2010)

Enfin, la figuration des bureaux de l’agence de presse nationale (Anadolu Ajansı) n’était pas essentielle à l’élaboration de la carte, cependant, cette agence officielle fondée par Atatürk en 1920 continue d’avoir une politique liée à celle d’Ankara. Son directeur général, Kemal Öztürk, a récemment invité le sénégalais Amadou Mahtar Ba, directeur de l’agence panafricaine Initiative pour les Médias d’Afrique (AMI), dans les locaux de l’agence de presse Anadolu. Lors de cette entrevue, Kemal Öztürk a été invité au Forum des médias africains qui se tiendra à Dakar au mois de novembre 2012. Il a également exprimé les intérêts qu’il voyait à développer les partenariats en Afrique subsaharienne, région où une antenne a récemment été ouverte en Afrique du Sud : « Nous avons désormais des équipes dans 20 pays arabes. Le monde arabe est ainsi informé de l’actualité turque en langue arabe, et la Turquie est ainsi mieux informée de l’actualité dans ces pays. Dans les prochaines années, nous souhaitons développer notre présence en Afrique. A cet égard, nous prêtons un vif intérêt à la langue swahili ». Le directeur de l’agence évoque ainsi ce qu’Ahmet Davutoğlu appeler de ces vœux : une meilleure compréhension et connaissance de l’Afrique en Turquie et de la Turquie en Afrique.

Nicolas Fait