Linguistique et numérique 6. Les défouloirs du web

L’important, c’est de ne pas crever de rage (Roland Topor)

J’achève aujourd’…

L’important, c’est de ne pas crever de rage (Roland Topor)

J’achève aujourd’hui ma série d’été par une réflexion sur des lieux numériques aussi amusants qu’intéressants : les défouloirs. Si nous considérons internet comme une sorte de grande maison où nous avons le sentiment de nous installer, d’être chez nous, de recevoir, de faire des travaux ou même de déménager parfois, il est alors constitué de pièces, affectées à des usages (cette métaphore produite par les usagers a été analysée par A. Casilli par exemple dans Les liaisons numériques). Parmi elles, le défouloir, juste entre le boudoir et le fumoir, au bout du couloir… En ligne, le terme de défouloir recouvre deux choses : une page sur un site dédiée à une expression verbale qui est sortie des normes du discours acceptable, ou un site entier, dédié au soulagement, au défoulement, sur le mode verbal, à tout ce qui “ne se dit pas” dans la société, mais que l’on dit “quand même” ou “malgré” le sentiment d’inconvenance. Dans les deux cas, des lieux où la transgression est non seulement acceptée, mais légitime.

Le défouloir, carnaval numérique ?

Le mot défouloir, parfois noté “familier” dans les dictionnaires, est un dérivé suffixal de se défouler, défini comme “un lieu où l’on se défoule”, et présenté comme équivalent d’exutoire. Dans la maison web, le défouloir  est également un lieu, site ou page, mais qui possède une caractéristique très spécifique, d’ordre sociodiscursif : c’est un lieu dédié à la transgression, où cette dernière est contrôlée. Ce qui est transgressable, ce sont les normes du dire, ces régulations explicites et implicites, intériorisées par les locuteurs, qui gèrent nos interactions. Le défouloir numérique, qui déplace les frontières entre “ce qui se dit” et “ce qui ne se dit pas”, fait immanquablement penser au carnaval, qui, à l’origine, est un moment de retour du monde au chaos. Pour les Anciens, le début de l’annnée est en mars, et cette renaissance était précédée d’un moment d’abolition des ordres qui produit la confusion d’avant la création, en février. Dans ce temps où tout est permis, les renversement hiérarchiques sont possibles et, sous déguisements, maîtres deviennent esclaves et vice versa. Les défouloirs reprennent un peu cette fonction, non de manière temporelle, mais plutôt spatiale, ménageant des lieux où les interdits sont censés tomber. À l’intérieur de ces lieux, on retrouvent cependant des contraintes qui sont en général analogues à celle des chartes de l’internet. On verra qu’on ne peut pas tout y dire.

Ces sites sont de nature variée. L’encyclopédie Wikipedia possède par exemple un espace, nommé défouloir, caractérisé comme “humoristique”, qui répertorie les énervements, débordements et insultes adressées aux wikipédiens. On y trouve en particulier une extraordinaire querelle de politesse à propos de J. Cocteau, un vrai délice dont je conseille vivement la lecture.

Le bon bonze au caramel mou possède aussi une page “défouloir”, dotée de son onglet et présentée ainsi :

Exprimez vous ! C’est fait pour ça. Commentaires, critiques, coups de gueule, cris divers et variés, digressions, admonestations, théories fumeuses.
Attention toutefois, tous les commentaires à caractère douteux seront bien évidement supprimés.
Les trucs pas drôles également.
Le formulaire de saisie se trouve en bas de l’écran, les WC sont sur le palier et la concierge est torride

Certains sites constituent eux-mêmes entièrement des défouloirs comme Le défouloir, sous-titré “Parce que râler, ça fait vachement du bien”, et qui se définit comme tel par son nom. La page “à propos” donne la description suivante :

On peut également consulter cet autre site, un forum, officiellement dédié aux photos de camions, mais intitulé lui aussi Le défouloir ou cette autre page, dans un site consacré au cancer de la prostate, où peuvent s’exprimer les “prostatopotes“. Ces deux dernières années la RATP a également proposé un site défouloir, intitulé Chers voisins de transport, qui avait pour but de constituer un espace de parole, mais aussi de création, en particulier de mèmes. La collecte est désormais close, et un ouvrage doit paraître.

Le point commun de ces sites est de permettre en ligne, sous la protection du pseudonymat, ce que l’on ne peut pas faire hors ligne. Ils sont alors une forme d’augmentation de la vie hors ligne, proposant à tout moment de l’année, un carnaval discursif.

Machines insulteuses

Parmi les énoncés considérés comme les plus transgressifs figurent évidemment les insultes. On trouve en ligne de nombreux générateurs d’insultes, qui ont aussi cette fonction transgressive, en même temps qu’ils permettent le plaisir de la création langagière typique de ce type de forme. Le plus chic est sans doute Ergofabulous.org, qui propose des insultes extraites des œuvres de Luther, sur le modèle du Shakespearian Insulter. Le célèbre capitaine grand producteur d’insultes imaginé par Hergé est également présent dans cette relecture informatique et l’on peut s’y faire traiter gentiment de “Flibustier!… Bachi-bouzouk!… ou Anthropophage!…” L’automatisation ici réside seulement dans la sélection et les insultes ne sont pas produites ni prises dans une interaction verbale “réelle”. Il existe en revanche des “insulteurs automatiques”, en seconde ou troisième personne, qui mettent directement en jeu l’internaute. Sur le site Insultez-moi, l’internaute s’inscrit et s’engage alors dans un dialogue automatique, en choisissant le type de réponse qu’il souhaite recevoir : Je veux qu’on m’insulte, Je veux dominer, Je veux être dominé(e), Je veux qu’on acquiesce du bout des lèvres ou Je veux parler seul (je vous conseille vraiment d’essayer). Ce site est est une exception en la matière, puisqu’il revendique un droit de tout dire absolu, contrairement à la majeure partie des défouloirs qui posent des normes. Sur L’impoli, qui n’est malheureusement plus actif, et qui constituait une sorte d’encyclopédie des insultes bien documentée, l’internaute pouvait accéder à la fonction « Insulter un ami », en cliquant sur une insulte et en indiquant l’adresse électronique du futur insulté. Une frontière que ne franchissent pas les défouloirs en général. Tout dire ? On peut toujours le proclamer, mais l’automatisation, parce qu’elle est un produit humain, n’écarte certainement pas la question des normes et y sont sans aucun doute déposées celles dont les programmeurs des générateurs, de manière indirecte et peut-être inconsciente, sont détenteurs.

Le modèle VDM

Le site Vie de merde, dont le sous-titre est “Ma vie, c’est de la merde, et je vous emmerde”, et connu sous le sigle VDM, “est un grand défouloir qui se veut drôle et amusant à lire, tous les jours. Vous ne vous sentirez plus jamais seul(e) dans vos petits malheurs”, lit-on sur la page FAQ. Le terme défouloir sert bien de catégorie définitoire de cet espace. Cependant, sur VDM, on ne se défoule pas n’importe comment, il y a des règles. La page FAQ nous apprend en effet que les histoires envoyées sont d’abord modérées par les lecteurs, sur la page Modérez les VDM, et ensuite traitées par les responsables du site. Cette double modération est assez rare en ligne. On sait par ailleurs que les récits doivent posséder une forme contrainte, commençant par “Aujourd’hui”, et se terminant par “Vie de merde”. Il y a là un semblant de contrainte de genre : on pourrait que la “Vie de merde” est aussi une sorte de genre de discours, d’autant plus que le modèle est enrichi sur le site même par des variantes. On trouve ainsi la “VDM illustrée“, qui rassemble une série assez importante (23 pages au 21.09.12) de textes illustrés, souvent avec talent et humour, et “VDM, la suite“, que j’appellerais la VDM augmentée ou méta-augmentée, puisqu’elle comporte des commentaires de la part de son auteur. Le modèle VDM fonctionne alors comme une matrice déclinable, à partir d’une forme contrainte et d’une liberté expressive. Il a par ailleurs un prolongement hors ligne sous forme de bande dessinée, qui en est à son huitième tome (en illustration en haut de ce billet).

D’autres sites ont emprunté ce modèle. Le plus connu est Vie de meuf, lancé en 2010 par le réseau “Osez le féminisme”, site que Libération avait significativement renommé “défouloir à meufs” dans sa présentation du livre issu du site en 2011. Mais il n’est pas le seul : Vie de môme, Job de merde, n’existent plus désormais, mais Voisins de merde, qui n’est plus actif, est encore consultable, Questions à la con semble inépuisable (“Le concept de beauté intérieure a-t-il été inventé par une personne laide ?”, “Que se passe-t-il si tout le monde respecte la loi ?”), et avec un peu de patience on peut trouver des dialogues singuliers sur Dans ton chat. Vide ton sac adopte la même contrainte finale : terminer son récit par “VTS” ; Stage de merde permet de raconter les pires anecdotes de stagiaires, Thèse de merde, qui semble-t-il, est fermé, a encore une page Facebook qui témoigne de ses contenus.

Le modèle a tellement essaimé, soit qu’il ait produit effectivement des répliques, soit qu’il ait servi à nommer et catégoriser des sites existants, qu’il existe un Annuaire des sites de merde. De manière plus générale, le défouloir, quelle que soit sa forme, constitue bien une catégorie stabilisée sur internet. Il serait intéressant d’en approfondir les caractéristiques par rapport à des catégories voisines, comme les confessions par exemple. Il existe en effet des sites qui recueillent confessions, témoignages et secrets, et qui revendiquent eux aussi cette dimension transgressive de la possibilité d’un dire interdit ailleurs. Des espaces comme Vos confessions, 1001 confessions ou Qonfession accueillent des discours “secrets”, qui s’avèrent la plupart du temps à dimension sexuelle. Sur d’autres espaces bien installés et connus comme le forum Doctissimo, certaines pages fonctionnent comme des lieux de discours transgressifs qui amènent d’ailleurs parfois un avertissement à l’entrée (voir cet exemple qui concerne l’inceste).

Pour conclure,

je dois souligner que le défouloir n’est pas seulement un espace de parole plus ou moins ludique. Il en existe une version tout à fait sérieuse, qui a pour but d’alimenter et de consolider la refus de l’aliénation par le travail : le site Le défouloir. Marre du travail ? s’ouvre ainsi que un enregistrement du sociologue Philippe Corcuff à propos de l’exploitation, la page “Lectures” propose des citations et textes engagés, la page “Audio” présente des chansons, des extraits radio comme les enregistrements de l’émission “Là-bas si j’y suis”, et le site dirige vers Le défouloir des précaires, arrêté depuis 2007, mais dont le contenu est toujours en ligne. Ces deux sites représentent bien l’ambiguïté des défouloirs et autres lieux et moments carnavalesques : des exutoires, qui sont un moyen de canaliser la violence du dépassement des normes et des transgressions, mais également des lieux de fabrique de la lutte et de la résistance aux normes. En ce sens, le défouloir numérique est, comme le carnaval, un lieu politique, qui possède la vertu de maintenir l’équilibre discursif des sociétés, sur une ligne de crête qui maintient le vivre-ensemble.

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 22 septembre 2012,”Linguistique et numérique 6. Les défouloirs du web“,  La pensée du discours [carnet de recherche], consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Le corps et le récit

Cette fiche ouvre quelques pistes de réflexion pour une approche plasticienne ou esthéticienne de no…

Cette fiche ouvre quelques pistes de réflexion pour une approche plasticienne ou esthéticienne de notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique ».

Confortablement assis dans son fauteuil, allongé sur son lit, telles sont les deux positions que l’on prête au lecteur de bande dessinée. La question du corps du lecteur est traditionnellement réduite à ce lieu commun. Si la bande dessinée est, comme le prétend McCloud, « une nature morte que l’on explore de manière vivante »1, cette vie tient toute entière dans l’orientation du regard sur les pages et le fait de tourner celles-ci. Une exploration certes vivante mais qui convoque des gestes si machinaux et si ancrés culturellement, échappant à la conscience du lecteur, qu’on ne peut parler d’un réel investissement de son corps.

A l’ère numérique, la question du corps est réactivée. Le développement des terminaux portatifs permettant la lecture de littérature et de bande dessinée numérisées ou numériques pose au moins deux questions quant au corps. La première est celle de l’environnement dans lequel le lecteur se trouve, ces terminaux ayant vocation à une lecture en tous lieux, au premier rang desquels nous pensons aux transports en commun. La seconde est celle de l’ergonomie, de la manipulation de l’outil : le design d’interaction y répond par une recherche de la simplicité, de l’évidence, bref de gestes voués, eux aussi, à devenir machinaux et naturels. L’utilisateur d’iPhone ou iPad a déjà l’habitude de faire défiler les cases en faisant glisser son doigt sur l’écran. Pourtant, l’apparente évidence de l’interactivité cache une réelle problématique de la place du corps face à ou dans l’œuvre et de la médiation du corps dans l’immersion du lecteur, laquelle immersion serait dès lors nécessairement physique.

Cette intuition, appelée à devenir une hypothèse, trouve son origine dans une expérience vécue par hasard et que nous invitons notre lecteur à reproduire. Elle consiste à réaliser une capture d’écran vidéo de sa consultation de Hobo Lobo of Hamelin, bande dessinée numérique de Stefan Živadinović2. Chaque page de celle-ci est une bande horizontale bien plus longue que la largeur de la fenêtre du navigateur. La lecture se fait donc en faisant défiler cette bande de droite à gauche en utilisant l’ascenseur horizontal. Ce mouvement dévoile une surprise : les différentes couches qui composent le dessin se déplacent à des vitesses différentes, en décalage les unes par rapport autres. Ainsi les éléments au premier plan défilent sous nos yeux plus vite que les éléments du second plan, et ainsi de suite jusqu’à l’arrière-plan, le plus lent de tous. Il s’agit là d’un effet de parallaxe simulant le mouvement relatif des objets les uns par rapport aux autres en fonction de leur éloignement lorsqu’on les regarde en se déplaçant (par exemple lors d’un trajet en train ou en voiture : les arbres au bord de la route ou de la voie ferrée semblent défiler à toute allure quand nous avons tout le temps d’observer les bovins paissant plus loin dans les champs). Bref, ce dispositif simule l’effet ressenti d’un déplacement du lecteur le long du strip et, partant, dans la cité de Hamelin. Or, le visionnage de la capture d’écran vidéo ne produit pas cet effet, ou en tout cas lui fait perdre de sa force. Certes, on voit toujours le mouvement asynchrone des différents plans, l’effet de parallaxe est toujours là, l’illusion de profondeur également, au même titre que dans un dessin animé. Seulement, si on voit le mouvement, on n’y est plus sensible : on ne perçoit plus ce décalage de vitesse qui existe entre notre geste avec la souris pour actionner l’ascenseur, synchronisé avec le premier plan, et le déplacement désynchronisé des quatre autres plans.

Cette expérience augure des pistes de travail et de réflexion assez inédites sur la place du corps du lecteur par rapport au récit, que celui-ci soit dessiné ou non. Elle nous invite en quelque sorte à nous intéresser au versant resté inexploré dans la Corr&spondance entre Jean-Christophe Menu et Christian Rosset3, consacrée exclusivement au corps de l’auteur. Au-delà d’un simple changement d’état du lecteur, de la passivité à l’activité, c’est la question de l’immersion dans le récit qui est posée. Dans le cas de la bande dessinée numérique, et dans notre exemple, elle passerait par une immersion dans l’image. Cette immersion reposerait sur la médiation du corps via le dispositif interactif. Quand bien même tout l’investissement physique consiste à déplacer la souris, c’est bien la main, le corps donc, qui ressent l’effet concocté par l’auteur. Il semble pertinent d’interroger cette « boucle de l’immersion  », qui part de l’image et de son dispositif interactif, passe par le corps et revient à l’image. Elle entraîne aussi à questionner comment l’immersion du lecteur connaît un basculement pour devenir en partie physique et, au-delà d’une immersion physique dans l’image, quels sont les effets d’une immersion physique dans un récit.

Autant de graines que nous semons dans l’esprit de nos lecteurs, autant de problématiques que nous les laissons maintenant cultiver.

1McCloud Scott, Réinventer la bande dessinée, traduit par Jean-Paul Jennequin, Paris, Vertige graphic, 2002, p.233.
2Živadinović Stefan, Hobo Lobo of Hamelin, http://hobolobo.net/, consulté le 19 avril 2012.
3Rosset Christian et Menu Jean-Christophe, Corr&spondance, Paris, l’Association, 2009.