1945-1966 : La bombe nucléaire suédoise avortée

Passée inaperçue dans la presse française, la Suède connaît depuis quelques mois un profond débat s…

 

Passée inaperçue dans la presse française, la Suède connaît depuis quelques mois un profond débat sur son architecture de défense. Adhésion à l’OTAN, augmentation du budget de l’armée, alliances bilatérales, entente militaire avec ses partenaires nordiques, tous ces thèmes, ravivés par la crise en Crimée, seront au cœur des prochaines élections générales en septembre 2014. Toute proportion gardée, cette introspective suédoise est l’occasion de revenir sur un autre débat militaire qui anima le pays : l’acquisition d’un arsenal atomique. Continuer la lecture de « 1945-1966 : La bombe nucléaire suédoise avortée »

La Turquie et la crise ukrainienne

Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent …

Turquie-Urkaine1Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent entre Moscou et les capitales occidentales, un certain nombre d’indices commencent à permettre une lecture plus complète de la position turque sur la crise ukrainienne.

Feu vert turc dans les Détroits

Les autorités turques ont donné leur accord, le 5 mars, au passage d’un navire de guerre américain en mer Noire. Cette décision rapide est l’indice intéressant d’un positionnement plus résolu d’Ankara aux côtés Turquie-Urkaine2de ses alliés occidentaux qu’en 2008, au moment de la crise géorgienne. À cette époque, la question du passage de navires américains par les Détroits avait suscité des réactions embarrassées de la diplomatie turque. En dépit de son appartenance à l’OTAN, la Turquie, sous la pression de Moscou (qui avait gelé les importations industrielles turques en Russie pendant plusieurs semaines), avait affecté une posture assez circonspecte (cf. nos éditions du 25  août 2008  et du 30 août 2008).

Il est vrai qu’en 2008 les 3 navires, que les Etats-Unis voulaient envoyer au secours de la Géorgie, excédaient le tonnage fixé par le Traité de Montreux (qui a fait de la Turquie en 1936, la gardienne des Détroits du Bosphore et des Dardanelles). Mais il s’agissait de navires hôpitaux destinés à une mission humanitaire. Alors qu’aujourd’hui c’est bel et bien un navire de guerre qui doit franchir les Détroits, même s’il ne devra pas excéder 45 000 tonnes, comme le prévoit le Traité en question.

Prudence affichée à l’égard de la situation en Crimée

La Turquie demeure toutefois prudente. Le 4 mars, Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine se sont entretenus au téléphone. Officiellement le premier ministre turc aurait quant même nettement dit au président russe «que c’est aux Ukrainiens qu’il appartient de résoudre la crise de leur pays», en appelant au respect du droit international et en soulignant qu’une «instabilité en Ukraine aurait une incidence négative pour l’ensemble de la région». Mais le communiqué du Kremlin n’évoque, quant à lui, que la Ukraine Protestssituation en Crimée et suggère que les deux dirigeants sont tombés d’accord : «Les deux parties ont exprimé la certitude que, malgré les actions agressives des forces radicales et extrémistes du Maïdan, la paix interethnique ou interreligieuse et le calme en Crimée finiront par prévaloir.»

Le 3 mars, Ahmet Davutoğlu a reçu des associations de Tatars de Crimée. Ces derniers sont nombreux à travailler en Turquie, et le ministre turc des affaires étrangères les a assurés que son gouvernement suivait la situation actuelle de très près, notamment par l’intermédiaire de son consulat d’Odessa. Il a annoncé aussi le déplacement d’une équipe de techniciens turcs en Crimée prochainement. Pour autant, il s’est gardé de faire des déclarations alarmistes et fracassantes sur la situation et le sort de la minorité turcophone de la péninsule qui souhaite que la Crimée reste ukrainienne.

Pas de crise gazière à l’horizon

La Russie restant le principal fournisseur de gaz de la Turquie (près de 60%), on comprend qu’elle soit là Turquie-Urkaine4encore incitée à la modération. Taner Yıldız, le ministre turc de l’énergie (photo à droite), a estimé que la crise ukrainienne ne menaçait pas pour l’instant l’approvisionnement en gaz de la Turquie. Il a rappelé néanmoins la dépendance de la Turquie à l’égard des ressources gazières russes et de leur acheminement ukrainien : «Si le West Stream est coupé, il est clair que nous serons affectés. Le West Stream permet à la fois l’approvisionnement du secteur public et du secteur privé.» Pourtant, selon Taner Yıldız, rien n’indiquerait qu’une crise gazière soit imminente : «Dans les discussions que nous avons eues avec Gazprom, ses représentants nous ont dit qu’ils ne croyaient pas possible une coupure de l’approvisionnement en gaz. C’est pourquoi je pense que nous n’aurons pas de problème.»

Soutien turc à l’intégrité de l’Ukraine

La visite du président polonais Bronislaw Komorwski en Turquie du 4 au 6 mars a été l’occasion d’une réaffirmation de l’attachement de la Turquie à l’intégrité de l’Ukraine. Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue polonais, et dans le sillage de la conversation que Recep Tayyip Erdoğan a Turquie-Urkaine5eue la veille avec Vladimir Poutine, le président turc, Abdullah Gül, a répété qu’il était important que l’unité politique, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine soient préservées, et que les tensions en Crimée soient évitées. «La Turquie, l’Ukraine et la Russie sont trois pays du littoral de la mer Noire, c’est pourquoi le maintien de leur stabilité et de leur sécurité sont notre premier souci.», a déclaré le chef de l’Etat turc, avant d’ajouter : «Ankara veut que ces incidents soient résolus par le dialogue, en évitant de nouvelles tensions. Une nouvelle ère de Guerre froide ou une seconde Guerre froide est dangereuse pour tout le monde et ne profitera à personne. Nous devons donc à tout prix éviter cela. Et pour l’empêcher, il faut se conformer au droit international.»

Si la Turquie demeure ainsi prudente, en pensant au sort des Tatars de Crimée et à son approvisionnement en gaz russe via l’Ukraine, elle affiche un soutien à ses alliés occidentaux alors même que, lors de la crise géorgienne, elle avait paru vouloir faire passer au second plan son appartenance à l’OTAN et la solidarité que cela pouvait impliquer. Il faut dire qu’Ankara revendiquait alors volontiers une marge de manœuvre à l’égard de ses alliés, c’était un moment où l’on évoquait d’ailleurs souvent une dérive de la Turquie vers l’est et une forme de non-alignement de sa part. La crise syrienne, où Ankara et Moscou se sont retrouvées sur des positions diamétralement opposées, a changé la donne et vu la diplomatie turque revenir vers l’ouest. C’est sans doute à l’aune de cette tendance stratégique nouvelle qu’il faudra lire le positionnement turc à l’égard de la crise ukrainienne dans les prochains jours.

Jean Marcou

Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM
.
Ruines romaines de B…

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM

.

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations. © Roland Lombardi 2012

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations.  ©Roland Lombardi 2012

.Au-delà de mon intérêt personnel pour les questions touchant le Moyen-Orient, l’histoire des relations franco-israéliennes ainsi que la « politique arabe » de la France, ce sujet de thèse est né de plusieurs observations.

De nombreux chercheurs ont déjà évoqué et travaillé sur la nouvelle « politique arabe » de la France initiée par le général de Gaulle à l’issue de la guerre d’Algérie. Je pense à Jacques Frémeaux, Jean-Paul Bled, Maurice Vaïsse, André Nouschi ou encore Henry Laurens. Par ailleurs, les relations entre la France et Israël ont aussi été l’objet de nombreuses recherches de chercheurs français et israéliens. Je pense ici aux Israéliens Michel Bar-Zohar, Tsilla Hershco ou encore Myriam Rosman. Du côté français, je songe en premier lieu aux récents et importants travaux de Frédérique Schillo et notamment sa thèse, publiée en 2012, sur la politique française à l’égard d’Israël de 1946 à 1959.

.

J’ai moi-même rédigé, dans le cadre de mon Master sous la direction de Robert Ilbert (2009), un mémoire sur Israël et la guerre d’Algérie (1954-1962), regard et implication de l’Etat hébreu dans le conflit, édité aux éditions Prolégomènes avec pour titre : Israël au secours de l’Algérie française, l’Etat hébreu et la guerre d’Algérie 1954-1962. J’avais alors modestement approfondi les travaux de Ian Black et Benny Morris notamment, Israel’s Secret War: A History of Israel’s Intelligence Services (Grove Weidenfeld, 1991) en évoquant, grâce en partie à des archives encore inexploitées (ANOM, Aix-en-Provence), l’intérêt que portaient les responsables israéliens sur les évènements en Algérie et surtout l’implication directe mais fort méconnue des services israéliens dans le conflit lui-même.

Mais à l’issue de ce travail et ayant alors observé que les travaux cités plus haut traitaient séparément l’histoire des relations franco-israéliennes et la politique arabe de la France, je décidai, malgré mes obligations professionnelles, d’envisager une thèse afin de mettre en perspective et d’évoquer les possibles interactions de ces deux sujets, ce qui ne fut fait que trop partiellement dans les recherches précédentes. Je suis donc entré en relation avec le Professeur Philippe Cassuto. Responsable, entre autre, de la formation continue d’Aix-Marseille Université et intéressé par mon profil atypique de cadre en entreprise reprenant ses études, il consentit à devenir mon directeur de thèse.

.

Définition et problématique du sujet

Dès lors, un sujet faisant en quelque sorte suite à mon Master s’est imposé. Mais comment définir le sujet, le problématiser et cadrer l’objet de ma recherche ?

Tout d’abord, je partis du constat suivant : pour mener à bien cette politique arabe, les gouvernements français (de Gaulle et ses successeurs) ont dû, dans une certaine mesure d’abord, puis clairement par la suite, équilibrer les liens de la France entre Israël et le monde arabe, et par conséquent estomper (à partir de 1959) puis mettre un terme (1967) à « l’idylle » entretenue depuis plusieurs années avec Israël. Mais en définitive, ce n’est qu’avec la fin de la guerre d’Algérie (1962) que la réconciliation franco-arabe s’amorce réellement et que les liens avec Israël vont commencer à se distendre. Je décidai donc que mon sujet porterait sur une analyse croisée de ces relations franco-israéliennes et de cette politique arabe de 1962 à 1990.

Pourquoi 1990 ? Et bien, car durant la période qui nous concerne se produisit un évènement majeur qui pourrait alors être considéré comme l’épicentre de notre travail. Cet évènement fut la guerre du Liban (1975-1990). En effet, étudier la guerre du Liban qui lie dans un même faisceau des éléments apparemment hétérogènes – la France, Israël, le Liban, la politique arabe française – autour d’un épisode clé et déterminant au Moyen-Orient (1990 étant la date officielle de la fin du conflit libanais mais aussi une date charnière dans l’histoire du Moyen-Orient), serait une occasion inédite d’aborder et de comprendre l’histoire, la nature, la forme et les évolutions de la politique de la France au Levant, tout en examinant les constances et surtout les changements dans les relations entre Paris et Jérusalem.

Par ailleurs, le Liban reste et fut longtemps, un élément majeur dans la politique régionale de nombreux pays du Proche-Orient (Syrie, Iran…). Il est bien sûr aussi l’endroit où se focalisa durant la période en question (1970-1990) la confrontation est-ouest. Mais surtout, le Liban, touché par une guerre civile et des guerres d’influences étrangères de 1975 à 1990, fut l’objet d’une implication importante notamment pour les deux pays qui nous intéressent, à savoir, Israël et la France. Pour cette dernière, pays historiquement et culturellement proche du pays du Cèdre, le Liban est le théâtre où se manifesta l’ultime influence de Paris dans la région.

Quant à l’Etat hébreu, l’opération « Paix en Galilée » de 1982 au Liban, se révèlera, comme nous le verrons dans nos travaux, être moins une intervention militaire visant à éradiquer l’OLP du territoire libanais que la première étape pour la mise en place de la première politique régionale, certes critiquable, mais néanmoins ambitieuse et d’envergure de l’Etat hébreu.

Dans ce contexte, il semblait alors vraiment intéressant de réfléchir d’abord sur le regard et l’implication de la France dans le drame libanais, puis quelles furent, par conséquent, ses relations avec l’Etat hébreu, devenu un des principaux acteurs du conflit.

Enfin, notre étude sera ainsi l’occasion de faire un premier bilan à la fois de cette politique arabe française et des relations avec Israël, et en définitive, nous permettra de nous poser la question sur l’état actuel de l’influence de la France au Liban comme dans toute la région.

.

Méthode de travail

Mes premiers entretiens avec le Professeur Cassuto ont induit un premier constat : de par mon cursus particulier, j’avais de très grosses lacunes en méthodologie. De plus mes obligations professionnelles me prenaient beaucoup de temps. Néanmoins, ma première année de doctorat (2010-2011) fut consacrée à la lecture de sources universitaires et d’ouvrages généraux traitant des relations de la France avec le monde arabe et Israël, du Liban, de la guerre de 1975 à 1990, de biographies des divers acteurs régionaux ainsi que de travaux sur l’opération « Paix en Galilée ». Puis, c’est à la constitution et au tri de la bibliographie et des sources, ainsi qu’au classement de mes notes de lecture que je me suis attelé.

La seconde année (2011-2012) fut, elle, dédiée à la prise de contacts et à des rencontres avec divers spécialistes des questions liées à mon sujet mais aussi avec des acteurs ou des témoins importants de la période. Ensuite, nous nous sommes livrés à la consultation des archives du Ministère de la Défense à Vincennes et de celles du Quai d’Orsay à la Courneuve. Mais surtout, il nous paraissait évident, au Professeur Cassuto comme à moi-même, qu’un séjour au pays du Cèdre se révélait être incontournable. Le principe de ce voyage d’étude avait pour double but de découvrir physiquement, pour mieux l’appréhender, ce pays ainsi que ses habitants, et de rencontrer des universitaires, spécialistes du Liban et de la période mais aussi et surtout, des Libanais, de tous bords, ayant été témoins pendant la guerre civile, de près ou de loin, du sujet concernant mes travaux.

Informée de mes intentions, Mme Ghislaine Alleaume, directrice de l’IREMAM, a approuvé ce voyage et a eu la gentillesse de faire participer notre laboratoire aux frais des vols.

En concertation avec le Professeur Cassuto, le programme de ce voyage d’étude a été établi de manière à préserver un équilibre entre les visites destinées à la découverte du pays et le séjour à Beyrouth consacré aux divers entretiens prévus.

Deux voyages d’étude furent organisés (en février/mars 2012 puis en juin 2012) et furent donc très profitables et très instructifs. Je remercie fortement l’IREMAM de m’avoir aidé à les réaliser. Bien sûr, découvrir le Liban fut l’occasion de m’imprégner de l’ambiance du pays, de découvrir ses habitants, leurs différentes confessions et la complexité des alliances politiques, toujours aussi vivace aujourd’hui.

Les divers et nombreux contacts sur le terrain se sont révélés être des témoins importants et de riches sources pour mes recherches, notamment concernant le point de vue chrétien et plus particulièrement maronite, mais aussi musulmans et chrétiens, spécialistes de la question ou encore militants pro-palestiniens et membres des partis progressistes libanais durant le conflit. Toutes ces personnes, historiens (Mme Longuenesse et M. Burgat, Georges Corm…), témoins (Lina Murr-Nehme…), combattants (proches collaborateurs de Yasser Arafat ou de Béchir Gémayel…), journalistes (Fady Noun, Elie Fayad…), diplomates (Marcel Laugel, Alain Chouet…), pendant le conflit libanais, ont été d’une aide précieuse puisque, tout en relevant l’originalité de mon travail, elles ont pu répondre à des questions encore inédites et apporter un éclairage certain pour la problématique de mon sujet.

Enfin, cette dernière année (2012-2013) est l’occasion d’effectuer un dernier travail de terrain puisque nous avons prévu en mai et juin un séjour en Israël qui me permettra de finaliser mon travail sur toute la partie de mes recherches concernant l’Etat hébreu (consultation des archives nationales de l’Etat hébreu, rencontre avec des acteurs militaires et politiques de l’époque étudiée et aussi avec des spécialistes israéliens de la question…).

.

Perspectives

On ne peut comprendre ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient sans qu’une lumière plus précise ne soit jetée sur ces événements et sur les interactions étatiques qui les ont portés. Notre travail, je l’espère, sera pionnier et innovant. Il permettra peut-être de mieux éclairer la complexité de la situation et les multiples fils qui tissent ce nœud de rencontres et d’interférences que constitue le Moyen-Orient.

J’espère que mes recherches pourront aussi apporter un regard nouveau et inédit ainsi qu’un éclairage sur cette période (1970-1990) à la fois proche et charnière mais encore très floue.

Dernier point important, nous avons l’humble ambition que cette nouvelle étude puisse permettre à la communauté des chercheurs de bénéficier d’une analyse originale et pertinente sur l’histoire de la politique méditerranéenne française et fournisse des clés pour appréhender les relations intercommunautaires et interétatiques contemporaines dans cette région.

 

Pour citer ce billet : Lombardi Roland, « Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962 », Carnets de l’IREMAM, 18 mai 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2668 (date de consultation)

 

De crise en crise, l’horizon problématique du couple Liban Syrie

Statue de Hafez El Assad à l’entrée sud de Baalbek en 2004 (Cliché K. Bennafla, 2004)
Mes recherches…

Mes recherches pour écrire un ouvrage sur le couple Syrie-Liban se poursuivent depuis bientôt dix ans. Heureusement pour moi (malheureusement pour les Libanais et les Syriens) elles n’ont pas perdu leur caractère d’actualité. Au contraire, la terminaison dramatique du contrôle militaire syrien sur le Liban (2005) et, quelques années plus tard, les débordements au Liban de la crise syrienne (2011- ?) ont ravivé leur pertinence.

Quelle lenteur pourtant à produire un texte ! Or, cette lenteur ne s’explique pas tant par l’ouverture de nouvelles sources (biographiques en particulier) ou la prise en compte de développements récents que par la complexification et, je l’espère, l’enrichissement de mes réflexions sur la formation des États au Proche-Orient et de la construction problématique du sujet.

De quoi s’agi(ssai)t-il ? Au commencement de cette recherche, accablée intellectuellement et moralement par les apories de la « sortie de guerre » libanaise, je me posais les questions politiquement incorrectes de l’historicité de l’État libanais,  (je suis une élève de Maxime Rodinson qui prédisait que l’État d’Israël ne durerait pas plus de cent ans), de la « consolidation démocratique » par le confessionnalisme politique[1], et même de la pertinence fonctionnelle de ce petit pays dans un monde « apolaire, fragmenté et anomique »[2]. Pour dépasser les sempiternels débats libano-libanais, c’est en regard de, en lien avec, à l’encontre de, la trajectoire syrienne qu’il me fallait comprendre celle du Liban et penser son avenir.

RI ou sociologie comparée ?

Alors, étude de relations internationales ou analyse de politique comparée ? Ni tout à fait l’une ni tout à fait l’autre – les deux, plutôt. Il est superflu de rappeler que la discipline classique des Relations internationales a pris un sérieux coup de jeune grâce aux avancées depuis trente ans des perspectives constructivistes[3] puis de la sociologie inter- et transnationale[4]. Le Liban et la Syrie, en l’occurrence, sont tout sauf des entités finies et compactes, de lisses « boules de billard » s’effleurant à leurs marges. D’ailleurs, si les relations internationales se pratiquaient comme un jeu de boules (pour prolonger la métaphore) on aurait lieu de s’étonner que le Liban-cochonnet résiste au tir syrien. C’est pourquoi, en prenant en compte la complexité des trajectoires historiques dans l’espace socio-politique syro-libanais depuis un siècle, cette recherche se veut une contribution à la réflexion sur les recompositions de la scène internationale et sur les mutations de l’identité nationale et de la souveraineté.

La sociologie internationale a donc nourri mes interrogations. Par exemple, j’ai eu la chance de bénéficier des travaux de chercheurs du CERI (à Sciences Po Paris) comme Bertrand Badie, Didier Bigo et Jean-François Bayart[5], qui ont ouvert les frontières géographiques et conceptuelles de l’analyse de la scène internationale. J’ai tenté de suivre leurs leçons en allant travailler en 2001 au Center for International Studies de Princeton dirigé par Michael Doyle, pionnier de la prise en compte des domestic structures dans les études comparatives de politique étrangère[6]. Aussi étrange que cela parût aux savants professeurs des Near Eastern Studies (Bernard Lewis me suggéra alors de tenter une comparaison du couple Syrie-Liban avec le couple Jordanie-Palestine « en laissant Israël à l’écart »), la lecture d’une abondante production scientifique sur les relations entre les deux Allemagnes et leur réunification fut l’occasion d’une prise de distance pour réfléchir à Liban et Syrie. Elle m’a incitée en particulier à penser la formation des cultures nationales comme un phénomène processuel et à mettre en exergue la question de la démocratisation dans le moment du désengagement syrien du Liban. Ainsi, mon travail ne porte pas seulement sur les relations entre les deux pays. Il doit servir à éclairer la nature et le fonctionnement de chacun d’entre eux, son régime politique et la trajectoire de son économie, en les examinant au regard de références à des valeurs et des projets collectifs/nationaux. Il vise à mettre au jour leurs structures et leurs dynamiques sociales, et à repérer des schèmes politiques partagés ou distincts à travers l’étude des modes d’articulation entre l’État et la société de chacun d’eux.

L’histoire sociale et politique à la base de ma démarche

Fondamentalement, ce sont des interrogations suscitées par les trajectoires historiques libanaise et syrienne qui sous-tendent cette étude[7]. Par quels cheminements ces deux entités jumelles découpées par la même puissance mandataire dans les territoires arabes de l’Empire ottoman déchu ont-elles suivi des trajectoires parallèles puis divergentes jusqu’au conflit ? Peut-on comprendre ces différences en faisant référence à leurs dépendances au chemin respectives ? Quelle est la part des représentations collectives et des pratiques sociales résilientes dans le temps long, quelle est la part des interactions avec un environnement régional et international tumultueux, quel rôle jouent les crises et les accidents, dans les transformations successives de chacune d’elles et de leurs relations au cours de la période concernée ? Comment ont été conçues et naturalisées les institutions sociales, et surtout les institutions politiques, qui organisent les convergences, les spécificités et les connections entre les deux sociétés et les deux politès ? Quels individus et quels groupes ont imprimé leur marque à ces relations à une période donnée ?

Notons que la perspective historienne n’inspire pas la recherche de causalités linéaires ou d’explications finales. Plutôt que de noter des effets induits par les événements, ce sont des moments et des dynamiques que l’approche historienne suggère de retenir dans leur temporalité propre pour en comprendre les significations[8].

Le cadre chronologique que je me suis fixé approximativement (ceci n’est pas une recherche en histoire) et logiquement a pour point de départ la séparation par la France en 1918-1922 des deux entités qui deviendront les républiques indépendantes libanaise et syrienne après la Deuxième guerre mondiale. Le terminus sera dicté par l’accomplissement de l’exploration des thèmes que j’ai identifiés ; l’étude contiendra vraisemblablement une conclusion ouverte puisque la fin du travail ne sera pas la « fin de l’histoire ».

J’ai accumulé un matériau copieux même s’il est incomplet. Outre les ouvrages d’histoire sur la fin de la période ottomane, la Première guerre mondiale et les Mandat français, j’ai pu avoir accès à la presse et aux archives diplomatiques américaines, britanniques et françaises ; j’ai bénéficié de la parution récente de mémoires et de biographies, et mené quelques entretiens avec des acteurs politiques. J’utilise aussi des ouvrages d’analyse comme le livre de Youssef Chaitani[9] sur la crise syro-libanaise de 1946-1950, celui de Emma Lundgren[10] sur les frontières de la Syrie ou celui d’Elisabeth Meur[11] sur les années 1998-2005 de la présence syrienne au Liban. Sans compter ma part d’observation directe puisque cette recherche a démarré alors que j’étais en poste à Beyrouth au Centre d’Études et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain (aujourd’hui IFPO) de 1997 à 2000.

Structure de l’ouvrage

Ce travail n’ambitionne pas d’être exhaustif : l’incitation des éditeurs académiques à faire dense et court satisfait ma paresse. Écartant le travail titanesque d’une narration qui couvrirait près d’un siècle, évitant les chemins étroits de l’analyse déductive, j’ai choisi de retenir une demi-douzaine de terrains – objets circonscrits et moments délimités – dans lesquels enraciner mes questionnements, à chaque fois avec un déplacement de perspective disciplinaire, laquelle reste principalement politologique. Il s’agit de problématiser l’objet retenu en l’observant dans son épaisseur, en étudiant la configuration qui chevauche la frontière entre les deux États et en exposant l’interdépendance des agents qui l’animent[12].

Sur un mode que j’espère ne pas être trop arbitraire, j’ai donc choisi de limiter l’étude de chacun de ces terrains/thèmes dans une séquence chronologique découpée dans la période 1920-2013 et rédigé ainsi les trois premiers chapitres. Sans trop de difficultés (et j’espère sans obscurité ni illogisme) les thèmes s’enchaînent dans une succession chronologique qui permet de balayer la période, ou plutôt d’y opérer des sondages. Et si à chaque séquence correspond l’examen d’un thème particulier, celui-ci est référé au processus de sa formation et les questionnements qu’il suscite sont prolongés au-delà de la séquence, jusqu’à être actualisés dans la problématique actuelle du couple Liban-Syrie.

 1. Territoires, frontières, la formation inachevée de deux États-« nations »

Ce chapitre se place dans le cadre du système international en mutation lors du passage de l’Empire aux États sous mandat, puis de la décolonisation. Le processus de construction de deux souverainetés étatiques séparées se déroule de 1920 à 1946, et reste inachevé. Il laisse au cœur  des relations syro-libanaises un contentieux portant sur des différends territoriaux, juridiques et diplomatiques. Il fait des constructions étatiques libanaise et syrienne un champ politique unique tissé de continuités et parfois d’indistinctions, autant d’atouts et de contraintes pour les dirigeants des deux pays.

Tandis que la nostalgie et l’irrédentisme à l’égard de l’unité arabe au Levant constituent un ressort durable de la politique étrangère syrienne, il n’est pas désormais de débat politique au Liban qui soit dégagé des questions « nationales » (arabes), lesquelles déterminent le statut ultime de l’État.

2. Les voies divergentes de l’économie politique : complémentarités, rivalités, alignements

La gestion par la puissance tutélaire des infrastructures territoriales, les héritages respectifs des métropoles du Levant, les mutations de l’économie internationale et, plus immédiatement, les bouleversements induits par la création d’Israël, précipitent la distinction des fonctions territoriales de chacun des deux États et des pratiques de leurs acteurs économiques. La crise de 1946-1950 qui se solde par la rupture des « Intérêts communs » consacre pourtant l’interdépendance entre les deux économies nationales, laquelle repose sur l’existence même de la frontière, vecteur d’échanges[13]. Une hypothèse de ce chapitre est que cette interdépendance est sous-tendue par un ethos partagé qui nourrit le contournement des États par de puissants réseaux (à la fois réseaux identitaires et réseaux d’intérêt) transfrontaliers.

Ouvriers agricoles syriens dans la Bekaa, Cliché Karine Bennafla, 2005

Ouvriers agricoles syriens dans la Bekaa (Cliché K. Bennafla, 2005)

Après la fin de la guerre civile libanaise, dans les décennies 1990 et 2000, la reconstruction libanaise et la libéralisation syrienne restent intriquées par des intérêts croisés (corruption ; économie prédatrice), tandis que les relations bilatérales sont institutionnalisées par une série d’accords sectoriels. La coopération/l’intégration économique syro-libanaise imposée par Damas a des effets structurants sur la stratification sociale (travailleurs syriens au Liban) et sur la politique économique de chacun des États.

Comme le suggère Ohmae, encore une fois à propos des Chines[14], l’observation de la « région économique » syro-libanaise dans la période récente doit être conduite en regard de la globalisation de l’économie afin de mettre en lumière les effets dans les deux pays de l’entrée de la Syrie dans la modernité économique (décennie 2010).

3. Construction nationale et souveraineté des États en regard des enjeux stratégiques régionaux

Ce chapitre englobe tant la transposition de la Guerre froide au Moyen-Orient (la « Guerre froide arabe ») que l’exacerbation du conflit israélo-arabe (guerres de 1967, 1973 et 1982) et la mise en exergue de la fracture « de civilisation » entre Islam et Chrétienté. Le couple Syrie-Liban est examiné dans les décennies 1950 et 1960 quand les États-Unis maintiennent le Liban comme une hétérotopie face à la vague nassérienne et à la pénétration soviétique ; puis durant la guerre civile libanaise (1975-1990), appréhendée comme un épisode local du conflit israélo-arabe ; cette conflictualité structurante (tactiques israéliennes, ambitions syriennes et unification de l’espace militaro-stratégique syro-libanais) est même prolongée dans les décennies suivant la guerre et le désengagement syrien par la « résistance » du Hezbollah.

Plutôt que de s’attacher aux justifications et aux actions diplomatiques et militaires – et à leurs effets (sur cet énorme sujet nous disposons déjà d’une abondante littérature)  – ce chapitre considère les antagonismes, les conflictualités, les négociations et les accords comme le champ d’expérience des élites dirigeantes dans les deux États ; en les prenant pour analyseurs, il cherche à restituer l’univers de sens de ces élites et à cerner leurs projets concernant l’identité et la souveraineté nationales. A la suite des travaux de Raghid el-Solh[15] et de Caroline Attié[16], et en me fondant également sur plusieurs ouvrages de Patrick Seale[17], ce chapitre propose de dépasser l’analyse réaliste (rapport de puissance militaire, conflits territoriaux et de ressources, en eau notamment…) pour inscrire le jeu des acteurs syriens et libanais dans une perspective constructiviste[18].

4. Le différentiel démocratique : ce que dévoile et exacerbe l’intifâdha libanaise de 2005

La défaite cuisante de la domination syrienne au Liban est le point d’orgue d’un débat de plusieurs années (2000-2006) portant sur la différenciation et l’interdépendance des scènes politiques des deux pays, que Samir Kassir a synthétisées en une formule magistrale : « indépendance du Liban et démocratisation de la Syrie sont liées »[19].

L’unification de l’espace politique syro-libanais par les dirigeants ba’thistes de Syrie pendant et après la guerre civile libanaise est analysée ici au-delà de ses dimensions militaro-stratégiques et des logiques d’accumulation pour décrypter les systèmes politiques de chacun des deux États :  l’asservissement du Liban est le prolongement de la domination que le régime de Assad exerce sur le territoire syrien ; il est mis en œuvre par des institutions militaires et sécuritaires consubstantielles du pouvoir autocratique, par le truchement desquelles l’ État opprime la société en Syrie. « L’intifâdha de l’indépendance » en 2005 à Beyrouth opère comme un boomerang dans l’espace politique syrien, où les mobilisations d’intellectuels et d’activistes osent mettre à nu les appareils de la dictature et le mensonge idéologique de l’adéquation sans médiation entre l’ État et « son peuple ». La déclaration Beyrouth Damas de 2006 à l’adresse du régime consacre en la dénonçant cette interdépendance[20].

L’hypothèse ici est que le processus a été réflexif. Depuis le départ forcé des forces syriennes, la scène libanaise n’a connu aucun répit : invasion israélienne, insurrection palestino-salafiste, affrontements confessionnels ; loin de recouvrer son autonomie, elle est paralysée par les surenchères des gouvernants. L’exemplarité démocratique libanaise ne serait-elle qu’un argument rhétorique pour masquer le  conservatisme et les connivences des élites ? Les interrogations sur la capacité du confessionnalisme politique à consacrer la démocratie se multiplient. Et pourtant, en même temps, l’existence d’un État de droit, même imparfait, autorise au Liban la conversion des nouvelles mobilisations de la société en stratégies politiques[21]. Le « système libanais » reste flexible, à la différence de celui de la Syrie qui va craquer.

Aujourd’hui, « Deux États, un seul… champ de bataille ? »

Le dernier et dramatique épisode qui se joue sur la scène locale est celui de l’irruption, de l’extension et de l’approfondissement, et de la militarisation de la crise syrienne à partir de mars 2011. Son traitement devra prolonger et renouveler, sans les modifier dans une lecture rétrospective, les analyses de chapitres précédents. Mais il est aujourd’hui difficile de dégager ses significations et ses implications. Non pas qu’il faille attendre un dénouement à la crise pour la qualifier ni que celle-ci ne doive être lue que dans une perspective téléologique ; plutôt parce que les clameurs médiatiques couvrent des processus et des changements peut-être plus importants que ceux qu’elles dénoncent.

Il ne fait pas de doute qu’à la faveur d’un effritement accéléré de la scène politique libanaise (que ne masquent pas les dichotomies journalistiques « 14 mars »-« 8 mars » ou sunnites-chiites) la crise syrienne, qui se nourrit elle-même de fractures domestiques radicales, déborde sur le territoire, dans l’espace social et dans le champ politique libanais. Pour en comprendre les moments et les dynamiques, il est utile d’identifier des sites où s’exposent les intrications et les enjeux de la relation syro-libanaise, et de varier la focale d’observation. Par exemple, à l’échelon local, étudier et interpréter l’investissement de zones frontalières du nord de la Beqaa par des acteurs économiques, culturels puis militaires des deux pays ; à l’échelon international, tracer la généalogie des mobilisations diasporiques dans les pays occidentaux, des Amis du Liban qui organisèrent le lobby de Rafic Hariri à Washington dans les années 1990 aux Amis de la Syrie patronnés par la France ; au niveau des deux États, reposer la question de l’exercice de la souveraineté par les forces armées légales ; etc.

L’hypothèse sous-jacente est que la reconfiguration en cours d’un champ de bataille unifié dans lequel la violence accule à des labellisations et des stratégies confessionnelles et ethniques[22], n’opère pas à sens unique. En regard, et à l’encontre, des dénonciations par tous les secteurs politiques libanais de la dangerosité du spill-over de la guerre en Syrie sur le théâtre libanais, et parce que ces dénonciations sont largement fondées, il faut examiner les processus par lesquels divers acteurs (politiques, économiques, sociétaux) au Liban s’impliquent dans la crise syrienne et l’investissent pour s’en faire un levier dans leurs stratégies domestiques.

Ainsi, la continuité analytique que suppose une prise en compte dépassionnée des flux symboliques et matériels transfrontaliers ne laisse pas d’interroger la discontinuité instaurée par la création et la reconnaissance internationale des deux États.

Le 31 janvier 2013

[2] Badie, B., La diplomatie de connivence, Paris, La Découverte, 2011, p. 19-101.

[3] A la suite d’Alexander Wendt. Cf. Wendt, A., « Anarchy is what States Make of it: the Social Construction of Power Politics », International Organization 46 (2), 1992, p. 391-425.

[4] Depuis la parution de l’ouvrage phare de James Rosenau. Rosenau, J., Turbulence in World Politics: A Theory of Change and Continuity, Princeton, Princeton University Press, 1990.

[5] Badie, B., Les deux Etats. Pouvoirs et société en Occident et en terre d’Islam, Paris, Fayard, 1986 ; Bayart, J.-F., “Les trajectoires de la République en Iran et en Turquie : un essai de lecture tocquevillienne” in G. Salamé, dir., Démocraties sans démocrates, Paris, Fayard, 1994, p. 373-95 ; Bigo, D., « Political Sociology and the Problem of the International », Millenium : Journal of International Studies, 35 (3), 2007, p. 725-39.

[6] Doyle, M., & Ikenberry, J., eds., New Thinking in International Relations Theory, Boulder, Westview, 1997.

[8] Farge, A., « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain 38, 2002, p. 69-78.

[9] Chaitani, Y., Post-colonial Syria and Lebanon: the decline of Arab nationalism and the triumph of the state, Londres, I. B. Tauris, 2007.

[10] Lundgren, E., Beyond the Border. Syrian Policies toward Territories Lost, Universität Uppsala, 2011.

[11] Meur, E., Liban-Syrie: inextricables destins? : Etude des relations libano-syriennes de 1998 à 2006, Bruxelles, P. Lang, 2012.

[12] On aura bien sûr reconnu les propositions fondatrices de Norbert Elias.

[13] Je m’inspire ici des travaux de Françoise Mengin sur les Chines, autre comparaison heuristique découverte à Princeton. Mengin, F. & J.-L. Rocca, dirs., Politics in China: Moving Frontiers, New York, Palgrave Macmillan, 2002.

[14]Ohmae, K., “The Rise of the region state”, Foreign Affairs 72 (2), 1993, p. 78-87.

[15] El-Solh, R., Lebanon and Arabism. National Identity and State Formation, Londres, I. B. Tauris, 2004.

[16] Attié, C., Struggle in the Levant. Lebanon in the 1950s, Londres, I. B. Tauris, 2004.

[17] Bien sûr Asad of Syria. The Struggle for the Middle East, Londres, I. B. Tauris, 1998 ; mais aussi La lutte pour l’indépendance arabe : Riad El-Solh et la naissance du Moyen-Orient moderne, Fayard, 2010 – lu en regard de la biographie de Solh par Ahmad Beydoun, Riad al-Sulh fî Zamânihi,  Beyrouth, Dâr al-Nahâr, 2011.

[18] Donnan, H. & Wilson Th., Borders. Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford, Berg.

[19] Qasir, S., Dîmuqrâtiyat Suriya wa-Istiqlâl Lubnân, al-Bahth ‘an Rabî’ Dimashq, Beyrouth, Dar al-Nahâr, 2004.

[20] “Muthaqqafûn Sûriyûn wa Lubnâniyûn yûqi’ûn i‘lânân lil-mutâlaba bi-tashîh al-‘ilâqât bayna l-baladayn”, Akhbâr al-Sharq, Damas, 12 mai 2006.

[21] Ben Nefissa, S., « Mobilisations et révolutions dans les pays de Méditerranée arabe à l’heure de l’hybridation du politique : Egypte, Liban, Maroc, Tunisie. Introduction », Revue Tiers Monde h.s., 2011, Protestations sociales, révolutions civiles : transformation du politique dans la Méditerranée arabe, p. 5-24.

[22] Fearon, J. & Laitin, D., « Violence and the Social Construction of Ethnic Identity », International Organization 54 (4), 2000, 845-77.

 

Pour citer ce billet : Picard Elizabeth, « De crise en crise, l’horizon problématique du couple Liban Syrie », Carnets de l’IREMAM, 11 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2056 (date de consultation)

 

Elizabeth Picard

En savoir plus sur Elizabeth Picard sur le site de l’Iremam.

More Posts - Website