Retour au pays des migrants de la Vallée du fleuve Sénégal

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la…

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la retraite qui retournent au pays d’origine.

Réunion syndicale de bi-nationaux à Moudéri (Sénégal)

Dans une maison de Moudéri (Sénégal), des bi-nationaux (Franco-Sénégalais) se réunissent et accueillent le consul de France. Nous sommes dans un contexte électoral en France (présidentielles 2012) qui leur permet d’attirer l’attention du consul sur leurs conditions de vie et de circulation entre les deux pays, mais aussi sur la lourdeur des démarches administratives de retraités, et sur la situation scolaire de leurs enfants.

Le lieu a été choisi symboliquement dans un espace traditionnellement affecté aux réunions du village (maangu nka = la maison des anciens collaborateurs du roi ou du chef du village, en soninké). Pour marquer l’évènement, les drapeaux du Sénégal et de la France sont exposés devant la salle d’accueil.

Maisons de migrants à Tuabou et Gandé (Sénégal)

Dans le village de Tuabou, un retraité de retour au pays a construit une petite maison d’allure monumentale. L’architecture très originale est exceptionnelle dans ce quartier appelé Jonga : elle traduit sans doute la noble extraction de son constructeur.

Un autre bâtiment en construction est réalisé par un chef de famille de retour au pays au moment de la retraite. Il est destiné à recevoir la famille étendue, pendant les vacances scolaires des petits enfants, mais aussi ceux qui sont restés au village.

On retrouve ce type de construction massive dans le village de Gandé. Une imposante bâtisse (ci-dessous) a été construite par deux frères migrants de retour au pays au moment de la retraite.

Elle est destinée à recevoir la famille élargie de ces deux hommes, avec la volonté de réunir ceux qui sont encore en migration et ceux qui sont restés au pays. L’investissement est important, il est un symbole de la réussite sociale de leur migration.

Dernier exemple, ce magasin a été construit par un migrant, de retour au pays après sa retraite. Constitué d’une boutique d’alimentation (à droite) et d’un restaurant (à gauche), le commerce est complété par une location de chambre.

Sur le fronton, le travailleur migrant à peint le drapeau de la France, pays dans lequel il a exercé son activité professionnelle pendant une quarantaine d’année.

Mosquée à Moudéri

La religion reste très présente dans toute la vie du migrant, depuis le départ jusqu’à son retour au village d’origine. Cette mosquée de taille modeste a été érigée par un seul migrant de Moudéri, à la retraite.

© Saliou Dit Baba Diallo, Migrinter, 2012.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

saliou.dit.baba.diallo@univ-poitiers.fr

Des commerces haïtiens à Miami

Les commerces haïtiens de Little Haiti, à Miami, sont souvent mis en scène par une sémiotique rappel…

Les commerces haïtiens de Little Haiti, à Miami, sont souvent mis en scène par une sémiotique rappelant clairement le lien avec le pays d’origine de leurs propriétaires. La langue est également un marqueur de cette présence : l’anglais cohabite allègrement avec le français et le créole.

La nature des trois commerces dont il est question sur le cliché ci-dessus – un restaurant, deux entreprises de multi-services – est révélatrice de l’orientation d’une économie marchande locale répondant avant tout aux besoins culturels de la communauté haïtienne. Les entreprises de multi-services, très répandues chez les Haïtiens de Miami, ont pour caractéristique d’offrir une grande diversité de services liés à l’immigration : démarches pour l’accès à la résidence, traduction de documents, transferts de produits vers Haïti, recherche de documents d’état civil en Haïti, etc.

Selon notre recensement de 2009, les 265 commerces haïtiens du quartier constituent près des deux-tiers des établissements marchands de la zone.

Outre le fait qu’elle est l’une des principales concentrations marchandes haïtiennes des Etats-Unis, la 54ème rue a aussi été l’épicentre historique de la lutte anti-duvaliériste en diaspora et pour le retour de la démocratie en Haïti après 1986, avec l’organisation Veye Yo (« surveillez-les » en créole) et le Haitian Refugee Center. C’est le sens de la peinture murale du coq qui symbolise le mouvement Lavalas (« avalanche » en créole) de l’ex-Président Aristide. La rue a été renommée Boulevard Toussaint Louverture par les autorités locales en l’honneur du héros de la Révolution haïtienne.

Entreprenariat haïtien à Little Haiti

La 2ème avenue NE de Little Haiti à Miami constitue la principale concentration marchande haïtienne en dehors d’Haïti, avec pas moins de 164 établissements recensés en 2009 (un recul de 12 % par rapport à 2001, année de la prise de vue). La sémiotique signalant la présence haïtienne se décline à travers le nom des magasins, en français ou en créole, avec une référence souvent religieuse (« Le Bon Samaritain »). Ici comme dans d’autres rues, l’anglais cohabite avec le français sur les devantures.

Un supermarché à Little Haiti

Little Haiti Supermarket est l’un des principaux supermarchés de ce quartier de Miami. Les peintures murales sont un clin d’œil à la clientèle du quartier : on remarquera notamment la marchande et son panier rempli de produits frais, une scène typique de la vie quotidienne en Haïti.Un détail qui a son importance : le propriétaire de ce commerce est cubain.Les Cubains jouent ici dans l’alimentaire le rôle que les commerçants coréens jouent dans les quartiers noirs de Los Angeles, même si certains entrepreneurs haïtiens se sont aussi imposés dans ce secteur localement (Cayard Supermarket).

-o-

© Cédric Audebert, Migrinter 2001 ==> pour les 3 photos

Les textes et les documents sont extraits de la photothèque de MIGRINTER

-o-

Note du centre de ressources :

Cédric Audebert est l’auteur de l’ouvrage La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux qui vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes.

Voir http://migrinter.hypotheses.org/642