À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne

Mission à Kharga, décembre 2012 –

J’ai effectué en décembre 2012 un séjour d’une semaine à la missi…

Mission à Kharga, décembre 2012 –

J’ai effectué en décembre 2012 un séjour d’une semaine à la mission archéologique de l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) à Douch, au sud de l’Oasis de Kharga, la plus méridionale des oasis égyptiennes du désert libyque. Ce séjour faisait partie d’une mission plus longue en Égypte, dans le cadre du programme de recherche « Archives privées dans l’Égypte ottomane et contemporaine », inscrit au quinquennal 2012-2016, dont je suis responsable. Kharga est à la source de ce programme. J’avais en effet été contacté il y a plusieurs années par Sylvie Denoix, directrice des études à l’Ifao, pour m’occuper d’un ensemble d’archives privées qui lui avaient été signalées, et dont le détenteur, résidant à Kharga, voulait confier le classement à l’Ifao. Cette proposition rejoignait des préoccupations plus anciennes de ma part sur la conservation et la disparition des papiers privés en Égypte. La mise à jour d’ensembles d’archives d’époque ottomane est en effet tout à fait exceptionnelle dans ce pays, pour des raisons qui méritent d’être élucidées. Puis l’accès à des archives privées inédites, et de préférence anciennes, est un rêve partagé par beaucoup d’historiens ; et c’était l’occasion d’élargir l’enquête, de coordonner les efforts du petit nombre de personnes qui s’y intéressent, et pourquoi pas, de les réunir avec les détenteurs de papiers de famille qui ont accepté de les confier aux mains d’historiens.

Le détenteur du fonds (que j’appelle les awrâq rakâbiyya, du nom de la grande famille dont il émane) est inspecteur des antiquités à Kharga. Les excellentes relations que le directeur du chantier de fouilles de Douch au sud de l’Oasis depuis 1992, a nouées avec l’inspectorat des antiquités de Kharga sont à l’origine de la demande qu’a fait remonter Sylvie Denoix. Une première mission en décembre 2011 m’a permis, avec l’autorisation du propriétaire, de photographier la plus grande partie de ces papiers ; le reste l’a été lors de la seconde mission. L’objet principal en était d’enquêter auprès du propriétaire et de quelques autres personnes pour élucider les premières questions que je me posais autour du fonds lui-même, de ses derniers détenteurs, de la famille et de ses liens à Kharga. N’étant familier ni des Oasis, ni de l’enquête ethnographique, j’ai nagé avec bonheur dans les découvertes, tout en prenant conscience que la connaissance d’archives privées, même autorisée par leur détenteur, est par nature et demeure, en dépit de tout le tact dont on s’imagine faire montre, une opération indiscrète, dérangeante.

© Nicolas Michel

Mais d’abord, présentons le fonds lui-même. Il consiste en plusieurs centaines de papiers — je n’ai pas encore cherché à les dénombrer ; disons plus de six cents — dont 170 sont antérieurs à 1900. Le plus ancien, fragmentaire, date de 1558 ; un ensemble consistant (une cinquantaine de documents) est réparti entre les années 1780 et 1840, un autre très fourni débute dans les années 1880. Un papier se présente plié, en fait il a été roulé à partir du bas puis écrasé, semble-t-il dès qu’il était prêt à être remis à son destinataire ; sur la deuxième des tranches ainsi créées, au verso du texte, le rédacteur inscrivait souvent, quelques mots qui suffisaient à identifier l’acte, non pour un tiers ignorant, mais pour le détenteur du papier.

Les actes notariés dominent, avec ou sans formules et signes de validation par le juge ; mais on rencontre aussi d’intéressants documents sous seing privé. La vaste majorité des awrâq rakâbiyya sont relatifs à la propriété de l’eau et, secondairement, de la terre et des palmiers. Il s’agit en somme d’un ensemble cohérent de titres de propriété. La relative monochromie de l’ensemble peut décevoir ; d’un autre côté, il fournit le dossier épais de la constitution de fortunes foncières au fil des générations et permet d’appréhender avec une belle netteté ce qui faisait le fondement de la richesse dans les Oasis : la propriété partagée des puits (‘ayn) — seul moyen d’irrigation ici. Cette propriété était exprimée en journées et en heures (sâ‘a, pl. sâ‘ât et sawâ‘î) d’eau, le total des jours d’eau d’un puits ayant un rapport avec son débit. D’ordinaire la terre allait avec l’eau et n’était pas précisée, pourtant certaines transactions ne concernent que des terres (vergers, palmeraies). Il arrivait que les puits s’ensablent ou soient obstrués par divers éléments, et s’assèchent. Pour les revivifier les propriétaires passaient un contrat, dit de mujâ‘ala, propre aux Oasis, avec un ou des bailleurs qui prenaient en charge l’opération fort longue et coûteuse de dégagement et de consolidation du puits. En échange, les bailleurs recevaient la moitié de l’eau du puits : toute la répartition de la propriété, et parfois l’échelle sociale, pouvaient se trouver ainsi bouleversées. Les awrâq rakâbiyya fournissent un ensemble exceptionnel d’actes de revivification (une douzaine avant 1850) qui seront d’un grand intérêt pour les archéologues. La mission archéologique de Douch procède en effet depuis plusieurs années à un survey complet de la partie sud de l’Oasis de Kharga, et accueillera avec intérêt toute information permettant de dater les périodes récentes d’assèchement et de remise en état de chaque puits et du terroir associé.

Liste (datée 1909) des 173 propriétaires d’un puits de 27 jours, soit 648 heures d’eau

Liste (datée 1909) des 173 propriétaires d’un puits de 27 jours, soit 648 heures d’eau © Nicolas Michel 

L’extrême complexité des partages successifs de la propriété s’exprime à partir du début du xxe  siècle dans des listes (daftar ou qâ’ima) des propriétaires d’un puits, avec leur temps d’eau : le fonds Rakâbiyya en possède un bon nombre, complets ou fragmentaires. On comprend que dans ces conditions, et contrairement à la propriété d’un champ ou d’un verger, la preuve écrite était préférée au témoignage des voisins. Cela peut expliquer le soin avec lequel des papiers fort anciens ont été conservés et transmis. Comme il advient de toute archive vivante, on se débarrassait aussi de titres que l’on estimait obsolètes, par exemple ceux relatifs à un bien qui avait été vendu. Les awrâq rakâbiyya ont fait ainsi l’objet d’un tri au début des années 1970, et la majorité d’entre eux ont été brûlés. Durant au moins les soixante dernières années de leur existence, ces papiers étaient conservés dans un coffre qui se trouvait toujours dans la chambre du chef de famille. Hélas, la grande maison familiale est quasiment détruite, comme la plupart des vieilles maisons en briques crues de Kharga, délaissées à partir des années 1960 par leurs propriétaires.

L’exploration des papiers, comme les enquêtes orales, font voler en éclat toute notion préconçue de la « famille ». De nos jours les Oasiens connaissent au moins les quatre premiers noms de tout individu qu’ils fréquentent, c’est-à-dire son ascendance jusqu’à l’arrière-grand-père. Ils peuvent aussi nommer sa « famille » (‘â’ila), presque toujours formée par le pluriel de l’ancêtre éponyme (ra’s al-‘â’ila), par exemple les Biyâtra d’un certain al-Baytâr qui devait vivre au début du xixe siècle. Mais ils discutent ferme pour savoir comment ces « familles » sont liées entre elles et qui était l’ancêtre de qui. C’est ainsi que les Rakâbiyya paraissent moins comme une « famille » dans ce sens relativement restreint, que comme un vaste conglomérat aux contours indécis, uni par la référence à un ancêtre commun, Compagnon du Prophète.  En outre, les héritages se faisaient aussi par les femmes, et l’on peut être aussi attaché à sa « famille » qu’à sa belle-famille (voir l’expression akhwâlnâ, nos alliés).

La maison du dernier maire (‘umda) de Kharga, Nagâtî Hasan Hanâdî, mort en 1960

La maison du dernier maire (‘umda) de Kharga, Nagâtî Hasan Hanâdî, mort en 1960 © Nicolas Michel

Combien d’autres familles possédaient, et possèdent encore, semblables masses documentaires ? Plusieurs dizaines, si l’on se réfère seulement au nombre de propriétaires importants dans l’Oasis. Peut-être beaucoup moins, si l’on prend en compte deux autres spécificités de ce fonds. Au xviiie et une bonne partie du xixe siècle, les ancêtres du détenteur actuel, ainsi que plusieurs autres branches de la grande famille des Rakâbiyya, ont exercé auprès du tribunal de Kharga, ou plutôt de Minamûn, ancien nom de l’actuel chef-lieu (où siégeait un substitut nâ’ib du juge principal des Oasis, lequel officiait à Qalamûn, dans l’Oasis de Dakhla), des fonctions subalternes diverses ; la lignée des al-Ansârî, qui a fourni au tribunal de Kharga cinq substituts sur quatre générations, leur était apparentée à un degré que je n’arrive pas à reconstituer. C’étaient donc des gens du papier, parfois les propres rédacteurs des titres et autres actes, parfaitement au courant de la valeur de tels documents.  D’autre part, à une époque plus récente le grand-père, l’oncle, puis le père (1889-1967) du détenteur actuel, ont exercé la fonction de shaykh al-balad, partagée avec d’autres notables, fonction de médiation jadis obligatoire dans tous les litiges qui pouvaient agiter la société oasienne ; il importait que ces individus concilient autorité et parfaite connaissance des gens et des biens, leur mémoire venant en quelque sorte doubler celle des écrits, sur lesquels il leur arrivait de s’appuyer (comme le montrent des procès où la partie sollicitée produit plusieurs documents). Pistes prometteuses pour l’étude des liens entre la notabilité et l’usage de l’écrit. La mission archéologique néerlandaise travaillant à al-Qasr (Oasis de Dakhla) a découvert à partir de 2003, dans les ruines d’une maison écroulée de cette vieille ville, un ensemble de papiers privés, dont les dates s’échelonnent de 1579 aux années 1930, et qui a été très récemment publié par Rudolf Peters. Le profil social des anciens propriétaires de ces papiers, la famille al-Qurashî, est identique à celui des Rakâbiyya de Kharga : des notables parmi lesquels ont été recrutés plusieurs générations de juges.

Deux autres fonds d’archives connus, dont un publié par Salwâ Mîlâd et provenant de Kharga, complètent cet extraordinaire ensemble de documents privés des Oasis. Il est sans équivalent dans le reste de l’Égypte. Or, les Oasis, c’est bien l’Égypte — même dialecte, même mœurs, même culture matérielle, même vision du monde et des choses, même soubassement islamique — mais comme transplantée dans un milieu naturel extraordinairement original.

 

Pour citer ce billet : Michel Nicolas, « À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne », Carnets de l’IREMAM, 7 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1758 (date de consultation)

 

Nicolas Michel

En savoir plus sur Nicolas Michel sur le site de l'Iremam.

More Posts - Website

Vers un renouveau des études soudanaises en France?

Programme de la journée
Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 20…

Programme de la journée

Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 2011, ont toujours été un objet de recherche marginal, si ce n’est insolite, dans le paysage académique français et plus largement francophone. Ceci est sans doute dû, dans une large mesure, à la situation de “marginalité multiple” (Ali Mazrui 1971) caractéristique du Soudan à l’ère contemporaine: il s’agit d’un espace frontière entre le Moyen-Orient et l’Afrique et, à l’intérieur du continent africain, d’une région charnière entre l’Afrique arabophone et l’Afrique anglophone, l’Afrique musulmane et l’Afrique chrétienne, l’Afrique de l’ouest et l’Afrique de l’est. A ce que mit en avant Mazrui il y a plus de quarante ans, il faut ajouter, en ce qui concerne l’expérience impériale/coloniale du Soudan, les impérialismes successifs que connut le pays (ottomano-égyptien de 1820 à 1885 et anglo-égyptien de 1899 à 1956), l’anomalie légale que constituait le Condominium anglo-égyptien et le rattachement du Soudan au Foreign Office britannique plutôt qu’au Colonial Office durant la première moitié du XXe siècle. En outre, le Soudan ne fut jamais la cible d’un mouvement de colonisation important en provenance de la métropole, à la différence du Kenya par exemple. C’est pourquoi le Soudan a suscité un intérêt limité dans l’ex-métropole britannique, tant dans la production littéraire et cinématographique “populaire” que dans l’univers académique. Enfin, l’obstacle linguistique a contribué à reléguer le Soudan à la périphérie des recherches universitaires francophones.

 A la lumière de ce contexte historiographique, l’on ne peut que saluer l’initiative d’Elena Vezzadini et de Pierre Liguori, deux historiens appartenant à la nouvelle génération de Soudanistes, d’organiser une journée d’études entièrement consacrée au(x) Soudan(s) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Rassemblant une dizaine d’intervenants d’horizons disciplinaires différents, cette journée se tint le 12 novembre 2012 dans les locaux du Centre d’Études africaines (CEAf) et de l’Institut d’Études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM). A mon sens, l’intérêt de l’événement réside à la fois dans sa pluridisciplinarité (histoire, anthropologie, sciences politiques et linguistique étaient au menu du jour) et dans son caractère plurigénérationnel. Les participants appartenaient en effet à deux voire trois “générations” de chercheurs spécialisés sur le Soudan. Nous eûmes le plaisir de voir, au sein du public, des membres de la génération précédente, tels que Marie-José Tubiana et Nicole Grandin, deux pionnières des études soudanaises en France à l’ère postcoloniale.

La journée fut ouverte par Heather J. Sharkey (University of Pennsylvania, chercheuse invitée à l’IISMM), l’une des figures centrales des recherches historiques actuelles sur le Soudan. A travers un retour sur les grandes étapes de l’histoire contemporaine du Soudan (1820-présent), sa communication visait à repenser l’histoire soudanaise pour, d’une part, questionner la dichotomie Nord-Sud et, d’autre part, localiser l’idée d’un Soudan et de deux Soudans dans le flux de l’histoire contemporaine de la région. Elle s’acheva sur une interrogation particulièrement intéressante, interrogation par ailleurs soulevée dans un numéro récent de l’International Journal of Middle East Studies (Roundtable 2012): étant donné la quasi-unanimité des Sud-Soudanais en faveur de l’indépendance lors du référendum de janvier 2011 (presque 99% des votes), il est, tentant, pour les historiens du Soudan, de voir la séparation du Nord et du Sud comme la seule trajectoire historique possible. A partir de maintenant, comment les historiens devraient-ils écrire l’histoire soudanaise? Comme l’histoire du Soudan ou des Soudans? Dans quelle mesure faudrait-il ou non projeter les frontières de 2011 sur l’histoire antérieure? Sans se laisser aller à des anachronismes trop grossiers, il me semble que l’événement majeur qu’est l’éclatement du Soudan en deux États modifie et modifiera forcément notre regard sur le passé historique soudanais. Reste à savoir comment en rendre compte -ou pas- dans nos travaux!

Quelles que soient leurs approches et leurs objets, la plupart des intervenants endossèrent la proposition contenue dans l’intitulé de la journée: aller au-delà des dichotomies simplistes -constamment employées dans les média et les rapports d’organisations humanitaires pour décrire le Soudan (Nord/Sud, Arabes/Africains, Musulmans/Chrétiens)- et affiner les catégories d’analyse pour mettre en lumière la complexité de l’histoire soudanaise. Pierre Liguori s’y employa à travers l’analyse de la construction et de la représentation du Soudan turco-égyptien par différentes figures européennes actives au Soudan durant la seconde moitié du XIXe siècle; Anne-Claire Bonneville en montrant la vitalité et la longévité des revendications de souveraineté égyptiennes sur le Soudan jusqu’au tournant du coup d’état des Officiers libres (1952); Elena Vezzadini, en explorant le paradoxe d’une révolution anticoloniale (1924) en tant qu’événement ayant donné lieu à d’innombrables récits mais entouré de secrets et de non-dits (en particulier en ce qui concerne les identités très plurielles des participants à la révolution et la fracture sociale qui succéda à celle-ci, à savoir l’éviction d’officiers d’origine sudiste/servile des élites nord-soudanaises); moi-même, en proposant de façon un peu provocatrice le concept de “dualité multiple” pour caractériser l’expérience coloniale du Soudan contemporain (six dualismes: deux impérialismes successifs, double tutelle “coloniale” anglo-égyptienne, deux nationalismes soudanais, dissensions entre les autorités britanniques de Khartoum et le Foreign Office de Londres, division administrative, éducative et cognitive entre le Nord et le Sud-Soudan jusqu’à 1947, “nationalité” britannique et nord-soudanaise des éducateurs coloniaux du Soudan) et en examinant les répercussions de ce dualisme multiple sur les récits historiques scolaires produits après la Seconde Guerre mondiale et l’abandon de la Southern Policy (1947-1949); David Ambrosetti, en soulignant la diversité des stratégies des élites politiques soudanaises face aux gestionnaires internationaux des conflits armés soudanais; Azza A. A. Aziz, en mettant en évidence la pluralité des choix thérapeutiques d’une jeune femme d’origine sud-soudanaise ayant grandi dans le Nord-Soudan (une internally displaced person); Barbara Casciarri, qui, en se focalisant sur les groupes pastoraux du Soudan, déconstruisit la dichotomie sédentaires/pasteurs nomades tout en exposant les processus d’”altérisation” et d’”invisibilisation” auxquels ont été sujets, à l’époque coloniale comme à la période postcoloniale, les groupes pastoraux; Catherine Miller (IREMAM), enfin, qui proposa une réflexion critique sur les catégorisations ethno-linguistiques des sociétés soudanaises en usage parmi les acteurs historiques et les chercheurs (en particulier les linguistes), notant le caractère singulièrement résilient de catégories pourtant taxées par certains (Abdelhay, Makoni) d’”inventions coloniales”.

En dépit de la nature quelque peu disparate des communications, une grande marge de liberté ayant été octroyée aux intervenants, cette journée d’études fut un moment important à trois égards au moins: elle permit de mettre en réseau des Soudanistes trop peu liés les uns aux autres, de donner un espace de discussion à des recherches récentes et, finalement, de contribuer à la visibilité -et espérons-le à un renouveau- des études soudanaises en France. En souhaitant que cet événement soit suivi par d’autres initiatives du même type, que ce soit au niveau français, européen ou international!

Voir les abstracts des communications présentées

.

MAZRUI Ali, “The Multiple Marginality of the Sudan”, in HASAN Yusuf F. (éd.), Sudan in Africa. Khartoum, Khartoum University Press, 1971, p. 240-255.

“Roundtable: Sudan Scholarship after the Breakup”, International Journal of Middle East Studies, Vol. 44(2), May 2012, p. 321-331.

 
 

Pour citer ce billet : Seri-Hersch Iris, « Vers un renouveau des études soudanaises en France? », Carnets de l’IREMAM, 14 novembre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/918 (date de consultation)

 

Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d'études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l'IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine du Soudan et de l'espace israélo-palestinien. Elle s'intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d'appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website