Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM
.
Ruines romaines de B…

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM

.

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations. © Roland Lombardi 2012

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations.  ©Roland Lombardi 2012

.Au-delà de mon intérêt personnel pour les questions touchant le Moyen-Orient, l’histoire des relations franco-israéliennes ainsi que la « politique arabe » de la France, ce sujet de thèse est né de plusieurs observations.

De nombreux chercheurs ont déjà évoqué et travaillé sur la nouvelle « politique arabe » de la France initiée par le général de Gaulle à l’issue de la guerre d’Algérie. Je pense à Jacques Frémeaux, Jean-Paul Bled, Maurice Vaïsse, André Nouschi ou encore Henry Laurens. Par ailleurs, les relations entre la France et Israël ont aussi été l’objet de nombreuses recherches de chercheurs français et israéliens. Je pense ici aux Israéliens Michel Bar-Zohar, Tsilla Hershco ou encore Myriam Rosman. Du côté français, je songe en premier lieu aux récents et importants travaux de Frédérique Schillo et notamment sa thèse, publiée en 2012, sur la politique française à l’égard d’Israël de 1946 à 1959.

.

J’ai moi-même rédigé, dans le cadre de mon Master sous la direction de Robert Ilbert (2009), un mémoire sur Israël et la guerre d’Algérie (1954-1962), regard et implication de l’Etat hébreu dans le conflit, édité aux éditions Prolégomènes avec pour titre : Israël au secours de l’Algérie française, l’Etat hébreu et la guerre d’Algérie 1954-1962. J’avais alors modestement approfondi les travaux de Ian Black et Benny Morris notamment, Israel’s Secret War: A History of Israel’s Intelligence Services (Grove Weidenfeld, 1991) en évoquant, grâce en partie à des archives encore inexploitées (ANOM, Aix-en-Provence), l’intérêt que portaient les responsables israéliens sur les évènements en Algérie et surtout l’implication directe mais fort méconnue des services israéliens dans le conflit lui-même.

Mais à l’issue de ce travail et ayant alors observé que les travaux cités plus haut traitaient séparément l’histoire des relations franco-israéliennes et la politique arabe de la France, je décidai, malgré mes obligations professionnelles, d’envisager une thèse afin de mettre en perspective et d’évoquer les possibles interactions de ces deux sujets, ce qui ne fut fait que trop partiellement dans les recherches précédentes. Je suis donc entré en relation avec le Professeur Philippe Cassuto. Responsable, entre autre, de la formation continue d’Aix-Marseille Université et intéressé par mon profil atypique de cadre en entreprise reprenant ses études, il consentit à devenir mon directeur de thèse.

.

Définition et problématique du sujet

Dès lors, un sujet faisant en quelque sorte suite à mon Master s’est imposé. Mais comment définir le sujet, le problématiser et cadrer l’objet de ma recherche ?

Tout d’abord, je partis du constat suivant : pour mener à bien cette politique arabe, les gouvernements français (de Gaulle et ses successeurs) ont dû, dans une certaine mesure d’abord, puis clairement par la suite, équilibrer les liens de la France entre Israël et le monde arabe, et par conséquent estomper (à partir de 1959) puis mettre un terme (1967) à « l’idylle » entretenue depuis plusieurs années avec Israël. Mais en définitive, ce n’est qu’avec la fin de la guerre d’Algérie (1962) que la réconciliation franco-arabe s’amorce réellement et que les liens avec Israël vont commencer à se distendre. Je décidai donc que mon sujet porterait sur une analyse croisée de ces relations franco-israéliennes et de cette politique arabe de 1962 à 1990.

Pourquoi 1990 ? Et bien, car durant la période qui nous concerne se produisit un évènement majeur qui pourrait alors être considéré comme l’épicentre de notre travail. Cet évènement fut la guerre du Liban (1975-1990). En effet, étudier la guerre du Liban qui lie dans un même faisceau des éléments apparemment hétérogènes – la France, Israël, le Liban, la politique arabe française – autour d’un épisode clé et déterminant au Moyen-Orient (1990 étant la date officielle de la fin du conflit libanais mais aussi une date charnière dans l’histoire du Moyen-Orient), serait une occasion inédite d’aborder et de comprendre l’histoire, la nature, la forme et les évolutions de la politique de la France au Levant, tout en examinant les constances et surtout les changements dans les relations entre Paris et Jérusalem.

Par ailleurs, le Liban reste et fut longtemps, un élément majeur dans la politique régionale de nombreux pays du Proche-Orient (Syrie, Iran…). Il est bien sûr aussi l’endroit où se focalisa durant la période en question (1970-1990) la confrontation est-ouest. Mais surtout, le Liban, touché par une guerre civile et des guerres d’influences étrangères de 1975 à 1990, fut l’objet d’une implication importante notamment pour les deux pays qui nous intéressent, à savoir, Israël et la France. Pour cette dernière, pays historiquement et culturellement proche du pays du Cèdre, le Liban est le théâtre où se manifesta l’ultime influence de Paris dans la région.

Quant à l’Etat hébreu, l’opération « Paix en Galilée » de 1982 au Liban, se révèlera, comme nous le verrons dans nos travaux, être moins une intervention militaire visant à éradiquer l’OLP du territoire libanais que la première étape pour la mise en place de la première politique régionale, certes critiquable, mais néanmoins ambitieuse et d’envergure de l’Etat hébreu.

Dans ce contexte, il semblait alors vraiment intéressant de réfléchir d’abord sur le regard et l’implication de la France dans le drame libanais, puis quelles furent, par conséquent, ses relations avec l’Etat hébreu, devenu un des principaux acteurs du conflit.

Enfin, notre étude sera ainsi l’occasion de faire un premier bilan à la fois de cette politique arabe française et des relations avec Israël, et en définitive, nous permettra de nous poser la question sur l’état actuel de l’influence de la France au Liban comme dans toute la région.

.

Méthode de travail

Mes premiers entretiens avec le Professeur Cassuto ont induit un premier constat : de par mon cursus particulier, j’avais de très grosses lacunes en méthodologie. De plus mes obligations professionnelles me prenaient beaucoup de temps. Néanmoins, ma première année de doctorat (2010-2011) fut consacrée à la lecture de sources universitaires et d’ouvrages généraux traitant des relations de la France avec le monde arabe et Israël, du Liban, de la guerre de 1975 à 1990, de biographies des divers acteurs régionaux ainsi que de travaux sur l’opération « Paix en Galilée ». Puis, c’est à la constitution et au tri de la bibliographie et des sources, ainsi qu’au classement de mes notes de lecture que je me suis attelé.

La seconde année (2011-2012) fut, elle, dédiée à la prise de contacts et à des rencontres avec divers spécialistes des questions liées à mon sujet mais aussi avec des acteurs ou des témoins importants de la période. Ensuite, nous nous sommes livrés à la consultation des archives du Ministère de la Défense à Vincennes et de celles du Quai d’Orsay à la Courneuve. Mais surtout, il nous paraissait évident, au Professeur Cassuto comme à moi-même, qu’un séjour au pays du Cèdre se révélait être incontournable. Le principe de ce voyage d’étude avait pour double but de découvrir physiquement, pour mieux l’appréhender, ce pays ainsi que ses habitants, et de rencontrer des universitaires, spécialistes du Liban et de la période mais aussi et surtout, des Libanais, de tous bords, ayant été témoins pendant la guerre civile, de près ou de loin, du sujet concernant mes travaux.

Informée de mes intentions, Mme Ghislaine Alleaume, directrice de l’IREMAM, a approuvé ce voyage et a eu la gentillesse de faire participer notre laboratoire aux frais des vols.

En concertation avec le Professeur Cassuto, le programme de ce voyage d’étude a été établi de manière à préserver un équilibre entre les visites destinées à la découverte du pays et le séjour à Beyrouth consacré aux divers entretiens prévus.

Deux voyages d’étude furent organisés (en février/mars 2012 puis en juin 2012) et furent donc très profitables et très instructifs. Je remercie fortement l’IREMAM de m’avoir aidé à les réaliser. Bien sûr, découvrir le Liban fut l’occasion de m’imprégner de l’ambiance du pays, de découvrir ses habitants, leurs différentes confessions et la complexité des alliances politiques, toujours aussi vivace aujourd’hui.

Les divers et nombreux contacts sur le terrain se sont révélés être des témoins importants et de riches sources pour mes recherches, notamment concernant le point de vue chrétien et plus particulièrement maronite, mais aussi musulmans et chrétiens, spécialistes de la question ou encore militants pro-palestiniens et membres des partis progressistes libanais durant le conflit. Toutes ces personnes, historiens (Mme Longuenesse et M. Burgat, Georges Corm…), témoins (Lina Murr-Nehme…), combattants (proches collaborateurs de Yasser Arafat ou de Béchir Gémayel…), journalistes (Fady Noun, Elie Fayad…), diplomates (Marcel Laugel, Alain Chouet…), pendant le conflit libanais, ont été d’une aide précieuse puisque, tout en relevant l’originalité de mon travail, elles ont pu répondre à des questions encore inédites et apporter un éclairage certain pour la problématique de mon sujet.

Enfin, cette dernière année (2012-2013) est l’occasion d’effectuer un dernier travail de terrain puisque nous avons prévu en mai et juin un séjour en Israël qui me permettra de finaliser mon travail sur toute la partie de mes recherches concernant l’Etat hébreu (consultation des archives nationales de l’Etat hébreu, rencontre avec des acteurs militaires et politiques de l’époque étudiée et aussi avec des spécialistes israéliens de la question…).

.

Perspectives

On ne peut comprendre ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient sans qu’une lumière plus précise ne soit jetée sur ces événements et sur les interactions étatiques qui les ont portés. Notre travail, je l’espère, sera pionnier et innovant. Il permettra peut-être de mieux éclairer la complexité de la situation et les multiples fils qui tissent ce nœud de rencontres et d’interférences que constitue le Moyen-Orient.

J’espère que mes recherches pourront aussi apporter un regard nouveau et inédit ainsi qu’un éclairage sur cette période (1970-1990) à la fois proche et charnière mais encore très floue.

Dernier point important, nous avons l’humble ambition que cette nouvelle étude puisse permettre à la communauté des chercheurs de bénéficier d’une analyse originale et pertinente sur l’histoire de la politique méditerranéenne française et fournisse des clés pour appréhender les relations intercommunautaires et interétatiques contemporaines dans cette région.

 

Pour citer ce billet : Lombardi Roland, « Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962 », Carnets de l’IREMAM, 18 mai 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2668 (date de consultation)

 

Liban : « misère » de l’école publique

Le Département des études contemporaines de l’Ifpo a lancé en décembre 2012 un séminaire intitulé « …

Le Département des études contemporaines de l’Ifpo a lancé en décembre 2012 un séminaire intitulé « Liban : quel État pour quels citoyens ? ». Rompant avec le discours redondant et stérile sur « l’exception libanaise » dans ses multiples versions (« îlot démocratique », « démocratie consensuelle », « État mercenaire », « État confessionnel », etc.), le parti pris scientifique de ce séminaire est de prendre au sérieux le phénomène étatique au Liban, en analysant de manière empirique les mécanismes de production des politiques publiques, leurs modes de diffusion dans les différents secteurs de la société (armée, justice, éducation, santé, logement….) et, en retour, les mobilisations citoyennes qu’ils suscitent.
© Photo Teach For Lebanon

© Photo Teach For Lebanon

Après une première séance sur l’armée libanaise (L’Armée libanaise, symbole d’une nation réconciliée ?, mardi 5 décembre 2012), suivie d’une seconde sur la justice (Justice, État et mobilisations sociales au Liban, mardi 15 janvier 2013), nous publions ci-dessous la synthèse de la troisième séance consacrée à la politique scolaire au Liban qui s’est déroulée le 19 février 2013 à l’Institut français. Son objectif était d’interroger l’état du système scolaire libanais, les débats et les préoccupations du public autour de la question de l’école, la relation entre école et société, le rôle du ministère de l’Éducation dans la définition d’une politique éducative. Dans ce cadre, trois intervenants ont été sollicités : Adnan El Amine, professeur de sciences de l’éducation à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), fondateur de la Lebanese Association for Educational Studies ; Mazen El-Khatib, ancien doyen de la Faculté de pédagogie, conseiller auprès du ministre de l’Éducation ; et Walid Daou, enseignant du primaire et militant syndical.

La liberté scolaire contre l’égalité ?

Pour un pays comme le Liban, que l’on a coutume de présenter dans la doxa internationale comme l’un des États « les plus éduqués du monde arabe » (image que les acteurs locaux aiment également donner à voir à leurs interlocuteurs étrangers), le système scolaire est censé jouer un rôle majeur, notamment dans la formation des cadres supérieurs du secteur tertiaire, des élites économiques et des dirigeants des différentes institutions publiques (armée, justice, éducation, etc.). De ce fait, on aurait pu penser que les moyens humains, financiers et matériels alloués à l’École par les pouvoirs publics soient à la hauteur de cette ambition nationale. Pourtant, en 2012, l’éducation ne représente que 6,2 % du budget de l’État libanais et près de 90 % des dépenses du ministère de l’Éducation sont consacrées au paiement des salaires.

© Photo Teach For Lebanon

© Photo Teach For Lebanon

L’une des explications de cette faiblesse des ressources publiques tient probablement à la mission sociale confiée à l’École et aux principes qui sous-tendent « l’idéologie scolaire » au Liban. En retraçant l’histoire du système scolaire libanais depuis l’époque ottomane jusqu’à l’indépendance de 1943, en passant par la période charnière du mandat français, l’on peut relever une constante : la liberté scolaire (liberté du choix de l’école par les parents et de création des établissements) prime sur toutes les autres valeurs, et notamment sur le principe d’égalité qui apparaît mineur. Ainsi, au Liban, force est de constater que l’enseignement a toujours été l’affaire des communautés religieuses (Frayha, 2003). L’article 10 de la Constitution, auquel nombre de Libanais restent toujours attachés, est d’ailleurs explicite à ce sujet :

« L’enseignement est libre en tant qu’il n’est pas contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs et qu’il ne touche pas à la dignité des confessions. Il ne sera porté aucune atteinte au droit des communautés d’avoir leurs écoles, sous réserve des prescriptions générales sur l’instruction publique édictées par l’État » (Constitution du Liban).

Cette reconnaissance constitutionnelle du rôle social des établissements scolaires à caractère communautaire a favorisé inévitablement une « polarisation confessionnelle » de l’enseignement.

Ce n’est qu’après l’indépendance que le Liban a connu un véritable développement du nombre d’écoles officielles. Le système scolaire se répartit alors entre trois types d’écoles dont le niveau et la qualité d’instruction est extrêmement variable selon les régions, les quartiers et les établissements : publiques gratuites, privées gratuites et privées payantes. Après la guerre civile, la progression du secteur privé, en particulier confessionnel musulman (sunnite et surtout chiite), s’est poursuivie inexorablement (Le Thomas, 2012).

L’enseignement public libanais : un déclin irréversible ?

Le terme « déclin » pourrait apparaître un peu trop catastrophiste pour décrire l’état actuel du système scolaire public libanais. Toutefois, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Depuis le début des années 2000, comme l’a mis en évidence Adnan El Amine, le pays a connu un phénomène de recul de la scolarisation dans l’enseignement public. La proportion des élèves scolarisés dans le système public se réduit d’année en année (de 39 % en 2000-2001, il passe à 29,5 % en 2010-2011). Si le taux d’encadrement reste apparemment plus élevé dans le public que dans le privé, il s’effondre dans les régions les plus reculées et les plus pauvres du pays.

© Adnan El Amin, « Déclin de l’enseignement public au Liban », séminaire Ifpo, 19/02/2013.

© Adnan El Amine, « Déclin de l’enseignement public au Liban », séminaire Ifpo, 19/02/2013.

Comme le montre l’étude d’Adnan El Amine, cette baisse des effectifs dans le public se manifeste à tous les niveaux (primaire, intermédiaire et secondaire) et dans toutes les régions. Elle reste beaucoup plus marquée à Beyrouth et au Mont Liban que dans les autres régions (Nord, Sud, Nabatiyeh). Les résultats du TIMSS (test international de niveau en science) montrent également que les élèves du secteur public obtiennent des résultats significativement moins bons que les élèves du secteur privé.

© Adnan El Amin, « Déclin de l’enseignement public au Liban », séminaire Ifpo, 19/02/2013.

© Adnan El Amine, « Déclin de l’enseignement public au Liban », séminaire Ifpo, 19/02/2013.

À ces données quantitatives s’ajoute le constat empirique de la déficience de la formation pédagogique des enseignants assurée par l’université, fondée principalement sur la mémorisation (l’apprentissage par cœur des cours). Le témoignage de Walid Daou (enseignant et syndicaliste) met ainsi en évidence l’absence d’observation participante et de pratique dans la formation initiale des futurs enseignants libanais, situation aggravée par le niveau très faible des enseignants en langues étrangères dans le secteur public, alors que l’anglais et le français constituent les deux langues d’instruction dans lesquelles se font les examens officiels au Liban. De plus, une analyse de contenu des manuels scolaires montre leur faiblesse didactique dans toutes les matières (particulièrement pour l’apprentissage des langues) et l’absence d’unification des programmes : les livres scolaires donnent des points de vue hétérogènes, voire opposés, en ce qui concerne l’enseignement de l’histoire et des religions, et restent bâtis implicitement en fonction d’une norme masculine, destinés davantage aux garçons qu’aux filles (Charaffedine, 2008).

La politique du ministère : une privatisation larvée du système scolaire ?

© Photo Teach For Lebanon

© Photo Teach For Lebanon

Malgré les nombreux textes de lois et décrets votés ces dernières années dans le domaine de l’enseignement, la politique du ministère libanais de l’Éducation relève plus de l’incohérence globale que d’un véritable souci de jeter les bases d’une politique publique efficace. Sur le plan de l’éducation publique, on observe une absence totale de volontarisme étatique et une tendance au « laisser-faire ». À titre d’illustration, Mazen El Khatib cite l’exemple de la restructuration récente de la direction générale du ministère qui a débouché sur une « impasse ». L’application de certains décrets reste bloquée dans l’attente des décisions du Conseil de la Fonction publique de publier les postes à pourvoir. Concernant la question des salaires et des statuts, la grille de classification des enseignants, qui détermine le niveau des salaires, est très inégalitaire, ne prenant en compte ni le niveau de diplôme exigé, ni les missions réelles. Pour toutes ces raisons, le secteur public d’éducation reste très peu attractif pour les jeunes diplômés libanais qui auraient tendance à le fuir vers d’autres secteurs professionnels plus valorisants pour leur statut social.

Selon Adnan El Amine, ces différentes mesures législatives, loin de réformer le système scolaire libanais, ont davantage contribué à accélérer la dégradation rapide de l’enseignement public. Elles ont encouragé une « politique de déprofessionnalisation » et de « pompage de contractuels ». En effet, plusieurs lois concernant le recrutement des enseignants du public ont entraîné une inflation du nombre de contractuels malgré un nombre décroissant d’élèves : certaines de ces lois dispensent même les candidats de passer les concours, ou de formation pédagogique, d’autres permettent de se présenter au concours sans être titulaire d’une licence. Une autre réserve le concours aux seuls contractuels. En conséquence, le ratio élèves/enseignants diminue, et la qualité globale de l’école publique se dégrade de jour en jour. Plus grave encore, les parents ont progressivement perdu confiance dans le secteur public d’éducation, se tournant de plus en plus vers le secteur privé, y compris parmi les familles modestes qui font des sacrifices financiers pour scolariser leurs enfants.

En tant que militant syndical et enseignant du public, Walid Daou déplore une politique de privatisation larvée qui vise à affaiblir le secteur public et à clientéliser les institutions éducatives. La conséquence d’une telle politique clientéliste et électoraliste est de multiplier les emplois précaires, en soumettant les enseignants contractuels à des conditions de travail drastiques et en marginalisant toujours plus les titulaires.

***

Le cercle vicieux dans lequel sont enfermés enseignants et familles tend à faire du clientélisme la seule ressource disponible pour surmonter les problèmes et imposer progressivement une conception du système public d’éducation réduite à une relation de service et à la défense d’intérêts catégoriels. Si la liberté de parole des intervenants du séminaire a prouvé l’existence d’une capacité de résistance face à la politique de démantèlement de l’école publique, l’impression générale était plutôt celle d’une grande impuissance face à une situation de crise scolaire particulièrement dramatique.

Références

  • Bourdieu Pierre (dir.) 1993, La misère du monde, Paris, éditions du Seuil.
  • El Amine Adnan, 2007, « Status of Lebanese Teachers in the Light of International Recommendation of 1966 », Workshop to Introduce International Recommendation on the Status of Teachers, Lebanese National Commission for UNESCO, p. 29-89 (en langue arabe).
  • Charafeddine Fahima, 2008, La discrimination à l’égard des femmes dans les manuels scolaires de niveau intermédiaire, compte tenu de l’approche fondée sur l’égalité des sexes, Rapport d’expertise (en langue arabe).
  • Frayha Nemer, 2003 « Éducation et cohésion sociale au Liban ». Dossier : « Évolution du curriculum : perspective globale », Perspectives, Revue trimestrielle d’éducation comparée no 125, vol. 33/1. [En ligne] http://www.ibe.unesco.org/fileadmin/user_upload/archive/publications/Prospects/ProspectsPdf/125f/125-f.pdf
  • Khalil, Muhammad, 1962, The Arab states and the Arab league: A documentary record, constitutional developments, Beirut, Khayats.
  • Le Thomas Catherine, 2012, Les écoles chiites au Liban. Construction communautaire et mobilisation politique, Paris-Beyrouth, Karthala-Ifpo.
  • Publications de la Lebanese Association For Educational Studies fondée par Adnan El Amine : http://www.laes.org/

Pour citer ce billet : Maissam Nimer, «  Liban : “misère” de l’école publique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 5 mars 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4871

Maissam-Nimer

Maissam Nimer a rejoint le laboratoire « Printemps » à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines en novembre 2011, où elle prépare une thèse sous la direction d’Élisabeth Longuenesse et d’Agnès Pelage. Employée à l’Université Haigazian dans le cadre d’un programme de promotion de jeunes de milieu défavorisés, financé par USAID, visant à leur permettre d’accéder à l’enseignement supérieur, pour contribuer au développement de leur communauté et de leur pays, elle avait auparavant travaillé pour une ONG, Teach for Lebanon, qui en amont, travaillait à encourager des jeunes de milieux populaires à s’investir dans les études. C’est à la suite de ces expériences, qu’elle a souhaité inscrire une thèse en sociologie pour comprendre précisément les mécanismes de sélection sociale et culturelle expliquant l’inégalité d’accès à l’enseignement supérieur.

Billets écrits pour les Carnets de l’Ifpo

Maissam Nimer

J’ai rejoint le laboratoire Printemps à l’Université Versailles Saint Quentin en Yvelines en Novembre 2011, où je prépare une thèse sous la direction d’Elisabeth Longuenesse et d’Agnès Pelage. Employée dans le cadre d’un programme de promotion de jeunes de milieu défavorisés, financé par USAID, visant à leur permettre d’accéder à l’enseignement supérieur, pour contribuer au développement de leur communauté et de leur pays, j’avais auparavant travaillé pour une ONG, Teach for Lebanon, qui en amont, travaillait à encourager des jeunes de milieux populaires à s’investir dans les études. C’est à la suite de ces expériences, que j’ai souhaité inscrire une thèse en sociologie pour comprendre précisément les mécanismes de sélection sociale et culturelle expliquant l’inégalité d’accès à l’enseignement supérieur.

More Posts

Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction

Affiche du colloque de Lyon
Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé e…

Affiche du colloque de Lyon

Affiche du colloque de Lyon

Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé en septembre 2011. Il est né d’une collaboration entre l’Ifpo, l’Université Salahedin d’Erbil (Irak) et le Gremmo (Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, Lyon). Le but de ce projet est de réaliser un ouvrage cartographique et analytique des dynamiques socio-spatiales du nord de l’Irak, publié en quatre langues (français, anglais, kurde, arabe).

Dans ce cadre, l’Ifpo a organisé les 2 et 3 octobre 2012, à Lyon, un colloque avec le soutien logistique du Gremmo. Il s’agissait, d’une part, de montrer en quoi la région kurde autonome, entre Syrie, Turquie et Iran, constitue une zone particulièrement fragile dans le contexte actuel d’instabilité et, d’autre part, de comprendre comment l’espace constitue un enjeu économique, politique et communautaire.

Ce colloque intitulé « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction » se proposait de comprendre les dynamiques économiques et politiques dans cette région frontalière à travers l’analyse des jeux d’acteurs qui contribuent à sa production (communautés, pouvoirs politiques, acteurs économiques).

Kurdistan d’Irak : les enjeux de l’autonomie

Depuis 2003, le nord de l’Irak vit une phase de développement économique sans précédent, suscitant de nouvelles dynamiques : enjeux pétroliers et frontaliers, reconquête des espaces ruraux et agraires, mise en réseau des centres urbains dans une économie régionale et mondiale, présence croissante des investisseurs étrangers dans les infrastructures, les communications, la distribution, ou encore problèmes nouveaux liés à l’accueil des populations réfugiées ou déplacées.

Cette région n’est plus désormais un espace autarcique. Elle témoigne des évolutions en cours dans un Moyen-Orient devenu à la fois instable et de plus en plus interdépendant. Mais plus encore, elle connaît un processus d’autonomisation politique qui n’est pas sans effets sur la production de l’espace : reconstruction de localités détruites durant l’ère Saddam Hussein ; rôle des investisseurs étrangers ; développement d’infrastructures de transport et commerciales (aéroports, nouveau réseau autoroutier, shopping-mall, etc.) ; développement de projets d’exploitations énergétiques, etc.

Ces nouveaux enjeux sont déterminants pour l’avenir de l’Irak mais aussi pour celui des pays voisins (Iran et Turquie). À ce niveau, se trament des luttes d’influence entre puissances régionales et des conflits potentiels dans un contexte marqué par le retrait des troupes américaines, la crise syrienne et le rôle accru de l’Iran, de la Turquie et des monarchies du Golfe sur la scène régionale.

Nous avons cherché à comprendre comment cette région pluriethnique et pluricommunautaire, point de passage obligé pour les populations de la région, cherche à se constituer en une entité autonome, dans le contexte actuel de tensions géopolitiques. Ce territoire en devenir participe d’une forte dynamique d’intégration économique régionale, alors que la situation est explosive et que les tensions avec Bagdad sont de plus en plus vives. En effet, l’un des enjeux du développement du Kurdistan réside dans sa capacité à s’autonomiser de Bagdad. Ceci passe inévitablement par une intégration régionale croissante et une interdépendance des systèmes économiques transfrontaliers (kurdo-turc ; kurdo-iranien), puisque ces dynamiques tendent de plus en plus à marginaliser la position de Bagdad, qui perd aussi son pouvoir d’attraction et de domination économique et politique. Sur ce plan, l’analyse socio-spatiale s’avère être une approche pertinente pour saisir le processus d’autonomisation de la région.

Enjeux autour de la construction d’un territoire kurde

Nous nous sommes d’abord intéressés aux enjeux sous-jacents à la construction territoriale d’une entité kurde en Irak. La délimitation de la frontière de la région autonome kurde cristallise des enjeux vitaux et symboliques : contrôle des villes de Mossoul et de Kirkouk ; maîtrise des ressources naturelles ; devenir des minorités. Le fait qu’un processus de construction politico-territorial scinde l’Irak en plusieurs entités pose des questions de délimitation (Khalil Ismail Mohammad, Université Salahadin, Erbil ; Alice Tawil, Université de Strasbourg). De part et d’autre de la ligne verte (établie au moment du cessez-le-feu entre les Kurdes et l’armée de Saddam Hussein en 1991, voir fig. 1), la zone dite « en discussion » est composée d’entités plurielles :

  • la zone 1 (en jaune sur la carte), peuplée de Kurdes, déjà largement intégrée à l’entité kurde ;
  • la zone 2 (orange), riche en hydrocarbures, peuplée en majorité de Kurdes arabisés, en proie à des conflits ;
  • la zone 3 (rouge), peuplée majoritairement d’Arabes, ayant vocation à être rattachée à l’Irak.
Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012

Fig. 1 : Zones en discussions en Irak en 2012 (@ C. Roussel, Ifpo) Cliquer sur l’image pour agrandir et voir les légendes.

C’est en principe un référendum, sans cesse ajourné, qui devrait décider du devenir de ces territoires : rattachement au Kurdistan ou à Bagdad. En attendant, les tensions restent vives entre les forces armées kurdes et arabes irakiennes.

La structuration du champ politique au Kurdistan d’Irak participe à la construction du territoire (Arthur Quesnay, Ifpo Erbil ; Adel Bakawan, Université d’Évry). La scène politique kurde irakienne s’est historiquement structurée autour d’enjeux nationalistes et de dynamiques transnationales qui peuvent expliquer la persistance de divisions. Toutefois, loin d’être figé, le paysage politique kurde fait face à d’importants mouvements de contestation populaire, animés entre autres par les partis islamistes qui s’opposent aux grands partis kurdes irakiens traditionnels (PDK et UPK). Mais la prédominance des partis kurdes historiques demeure un élément actif du processus de construction d’une entité kurde dans le nord de l’Irak.

L’enjeu démographique

Nous avons ensuite porté notre regard sur les structures de la population (diversité ethnique et religieuse, répartition territoriale, dynamiques migratoires, etc.), avec comme objectif de montrer le rôle du Kurdistan dans les déplacements de populations et dans les stratégies des minorités et des réfugiés y vivent. Le Kurdistan d’Irak joue, notamment depuis 2003, le rôle d’espace refuge pour des communautés religieuses irakiennes (chrétienne, sabéenne, yézidi). La protection des réfugiés et des minorités, chrétiennes surtout, peut être analysée comme une garantie de soutien du pouvoir kurde par les puissances occidentales (Peyman Shuqi, Université Salahedin, Erbil). La situation des réfugiés, déplacés et « returnies » est particulièrement prégnante dans le gouvernorat de Dohuk (Mohamad Abdulla Hamo, Office des déplacés et des migrations, Dohuk). Fuyant les violences en Syrie ou la répression en Turquie ou en Iran, des dizaines de milliers de réfugiés ont été accueillis au KRG (Kurdistan Regional Government) : kurdes à 80 %, chrétiens à 15 % et turkmènes/arabes à 5 % (fig. 2).

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d'Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo)

Fig. 2 : Réfugiés au Kurdustan d’Irak en 2012 (@ C. Roussel Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

La gestion des réfugiés constitue un enjeu politique à double-tranchant pour le KRG : une possibilité d’arbitrage dans les conflits à ses frontières (Syrie) et de négociation avec son voisin (Turquie). Plus globalement, les facteurs explicatifs de la répartition du peuplement dans la région interrogent aussi le champ politique. La répression des années 1980 ordonnée par Saddam Hussein avait pour but de vider les campagnes et de forcer les populations à se déplacer dans des camps urbains sous contrôle de l’armée (Hewa Sadiq Saleem, Université Salahedin, Erbil). Aujourd’hui, différentes actions et mesures politiques tentent de « réparer » les conséquences de la guerre en subventionnant les populations pour qu’elles retournent dans leurs villages. Mais l’agriculture ne fait plus vivre qu’une frange infime de la société kurde.

L’enjeu des ressources naturelles

Les potentialités et les ressources traditionnelles de la région (agriculture, eau et pétrole) ont aussi fait l’objet de débats. Le secteur agricole, aux potentialités énormes, a accusé une baisse significative de la productivité ces dernières décennies en raison d’une combinaison de plusieurs facteurs : la destruction de près de cinq mille villages kurdes ; la réduction de la superficie des terres agricoles ; le maintien de méthodes agricoles archaïques dues au manque d’investissements dans les technologies modernes (Hashim Yaseen al-Hada, Université Salahedin, Erbil). Le cas du pétrole au Kurdistan irakien est tout autre, depuis que les compagnies étrangères cherchent à investir au KRG (Azad Mohammed Ameen Kaka Sheikh Naqshbandi, Université Salahedin, Erbil). Le secteur pétrolier est au centre des nouveaux enjeux de développement économique, en tant que principale source financière de la région, et aussi des tensions avec la capitale irakienne. De plus, ceci interroge la construction même de la région autonome en posant la question cruciale des délimitations frontières du KRG avec le reste de l’Irak et du statut controversé de Kirkouk.

L’enjeu frontalier

L’intégration régionale du KRG, à la confluence de plusieurs États, a été traitée dans la dernière partie du colloque. L’ouverture de la région autonome du Kurdistan d’Irak sur ses voisins a engendré des dynamiques économiques et humaines nouvelles (produits importés en masse avec l’argent du pétrole ; flux de migrants ; trafics illégaux de marchandises). L’analyse des circulations légales et illégales à la frontière avec l’Iran montre comment les acteurs économiques transfrontaliers se jouent des frontières pour participer à une intégration économique « par le bas » (Cyril Roussel, Ifpo Amman). Le rôle de région transfrontalière est probablement l’un des atouts majeurs du KRG (fig. 3).

Fig. 3 : flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak  (@ C. Roussel, Ifpo)

Fig. 3 : Flux de marchandises aux frontières terrestres du Kurdistan d’Irak (@ C. Roussel, Ifpo). Cliquer sur l’image pour agrandir

Les échanges commerciaux entre la Turquie et le KRG sont également emblématiques des enjeux financiers et économiques qui structurent les rapports diplomatiques entre acteurs politiques régionaux (Mervé Ozdemirkiran, Sciences-po Paris, CERI). La Turquie s’est activement engagée dans le processus de reconstruction de l’Irak après 2003 ; les échanges économiques et les investissements des entrepreneurs originaires de Turquie dans la construction de nouvelles infrastructures constituent le moteur de ces relations. C’est aussi toute l’organisation du réseau urbain au sein du Kurdistan qui se reconfigure avec la mise en place d’une nouvelle économie régionalisée (Mr Samir Mahoo Jamil, Université Salahedin, Erbil). Sur le plan des échanges de marchandises et des investissements productifs, l’axe Turquie-Iran se renforce (par les villes de Zakho, Dohuk et d’Erbil au KRG), reléguant Bagdad à un rôle secondaire. Ce système régional tend de plus en plus à s’autonomiser vis-à-vis de la capitale irakienne.

Conclusion

Le Kurdistan d’Irak continue à porter les traces et les séquelles d’un espace « violenté » (déplacement de populations ; métropolisation à marche forcée, combats armés, etc.) et fragmenté (entre communautés, entre partis politiques mais aussi entre familles de part et d’autre de la ligne verte), compensé, il est vrai, par des atouts naturels (eau, terres arables, ressources énergétiques). Cependant, le KRG subit des effets du contexte géopolitique régional. Le processus de construction du Kurdistan est en partie dépendant des grands acteurs régionaux du Moyen-Orient qui sont aussi ses voisins immédiats. L’Iran, la Turquie et la Syrie ont une influence substantielle sur l’économie du KRG mais aussi sur la démographie même du territoire kurde (mouvements de réfugiés, de combattants, de travailleurs, d’investisseurs). Ces acteurs régionaux interviennent également dans le champ du politique kurde, tentant de tirer les ficelles, en soutenant telle ou telle coalition, telle ou telle organisation. La question transfrontalière reste donc extrêmement prégnante dans ce processus politico-économico-spatial. L’avenir du Kurdistan dépendra aussi de sa frontière avec le reste de l’Irak qui suit pour l’instant la ligne verte (fig. 1). Le statut de Kirkouk et des gisements de pétrole, la forme du réseau urbain (Mossoul), et surtout le devenir de centaines de milliers de Kurdes constituent des enjeux humains qui méritent sans doute de nouvelles investigations scientifiques.

Pour citer ce billet : Cyril Roussel, « Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 14 février 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4811

Cyril Roussel

Cyril Roussel est géographe, membre de l’Ifpo depuis septembre 2010. Il travaille sur les mouvements migratoires au Moyen-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/cyril-roussel

Tous les billets de Cyril Roussel

De crise en crise, l’horizon problématique du couple Liban Syrie

Statue de Hafez El Assad à l’entrée sud de Baalbek en 2004 (Cliché K. Bennafla, 2004)
Mes recherches…

Mes recherches pour écrire un ouvrage sur le couple Syrie-Liban se poursuivent depuis bientôt dix ans. Heureusement pour moi (malheureusement pour les Libanais et les Syriens) elles n’ont pas perdu leur caractère d’actualité. Au contraire, la terminaison dramatique du contrôle militaire syrien sur le Liban (2005) et, quelques années plus tard, les débordements au Liban de la crise syrienne (2011- ?) ont ravivé leur pertinence.

Quelle lenteur pourtant à produire un texte ! Or, cette lenteur ne s’explique pas tant par l’ouverture de nouvelles sources (biographiques en particulier) ou la prise en compte de développements récents que par la complexification et, je l’espère, l’enrichissement de mes réflexions sur la formation des États au Proche-Orient et de la construction problématique du sujet.

De quoi s’agi(ssai)t-il ? Au commencement de cette recherche, accablée intellectuellement et moralement par les apories de la « sortie de guerre » libanaise, je me posais les questions politiquement incorrectes de l’historicité de l’État libanais,  (je suis une élève de Maxime Rodinson qui prédisait que l’État d’Israël ne durerait pas plus de cent ans), de la « consolidation démocratique » par le confessionnalisme politique[1], et même de la pertinence fonctionnelle de ce petit pays dans un monde « apolaire, fragmenté et anomique »[2]. Pour dépasser les sempiternels débats libano-libanais, c’est en regard de, en lien avec, à l’encontre de, la trajectoire syrienne qu’il me fallait comprendre celle du Liban et penser son avenir.

RI ou sociologie comparée ?

Alors, étude de relations internationales ou analyse de politique comparée ? Ni tout à fait l’une ni tout à fait l’autre – les deux, plutôt. Il est superflu de rappeler que la discipline classique des Relations internationales a pris un sérieux coup de jeune grâce aux avancées depuis trente ans des perspectives constructivistes[3] puis de la sociologie inter- et transnationale[4]. Le Liban et la Syrie, en l’occurrence, sont tout sauf des entités finies et compactes, de lisses « boules de billard » s’effleurant à leurs marges. D’ailleurs, si les relations internationales se pratiquaient comme un jeu de boules (pour prolonger la métaphore) on aurait lieu de s’étonner que le Liban-cochonnet résiste au tir syrien. C’est pourquoi, en prenant en compte la complexité des trajectoires historiques dans l’espace socio-politique syro-libanais depuis un siècle, cette recherche se veut une contribution à la réflexion sur les recompositions de la scène internationale et sur les mutations de l’identité nationale et de la souveraineté.

La sociologie internationale a donc nourri mes interrogations. Par exemple, j’ai eu la chance de bénéficier des travaux de chercheurs du CERI (à Sciences Po Paris) comme Bertrand Badie, Didier Bigo et Jean-François Bayart[5], qui ont ouvert les frontières géographiques et conceptuelles de l’analyse de la scène internationale. J’ai tenté de suivre leurs leçons en allant travailler en 2001 au Center for International Studies de Princeton dirigé par Michael Doyle, pionnier de la prise en compte des domestic structures dans les études comparatives de politique étrangère[6]. Aussi étrange que cela parût aux savants professeurs des Near Eastern Studies (Bernard Lewis me suggéra alors de tenter une comparaison du couple Syrie-Liban avec le couple Jordanie-Palestine « en laissant Israël à l’écart »), la lecture d’une abondante production scientifique sur les relations entre les deux Allemagnes et leur réunification fut l’occasion d’une prise de distance pour réfléchir à Liban et Syrie. Elle m’a incitée en particulier à penser la formation des cultures nationales comme un phénomène processuel et à mettre en exergue la question de la démocratisation dans le moment du désengagement syrien du Liban. Ainsi, mon travail ne porte pas seulement sur les relations entre les deux pays. Il doit servir à éclairer la nature et le fonctionnement de chacun d’entre eux, son régime politique et la trajectoire de son économie, en les examinant au regard de références à des valeurs et des projets collectifs/nationaux. Il vise à mettre au jour leurs structures et leurs dynamiques sociales, et à repérer des schèmes politiques partagés ou distincts à travers l’étude des modes d’articulation entre l’État et la société de chacun d’eux.

L’histoire sociale et politique à la base de ma démarche

Fondamentalement, ce sont des interrogations suscitées par les trajectoires historiques libanaise et syrienne qui sous-tendent cette étude[7]. Par quels cheminements ces deux entités jumelles découpées par la même puissance mandataire dans les territoires arabes de l’Empire ottoman déchu ont-elles suivi des trajectoires parallèles puis divergentes jusqu’au conflit ? Peut-on comprendre ces différences en faisant référence à leurs dépendances au chemin respectives ? Quelle est la part des représentations collectives et des pratiques sociales résilientes dans le temps long, quelle est la part des interactions avec un environnement régional et international tumultueux, quel rôle jouent les crises et les accidents, dans les transformations successives de chacune d’elles et de leurs relations au cours de la période concernée ? Comment ont été conçues et naturalisées les institutions sociales, et surtout les institutions politiques, qui organisent les convergences, les spécificités et les connections entre les deux sociétés et les deux politès ? Quels individus et quels groupes ont imprimé leur marque à ces relations à une période donnée ?

Notons que la perspective historienne n’inspire pas la recherche de causalités linéaires ou d’explications finales. Plutôt que de noter des effets induits par les événements, ce sont des moments et des dynamiques que l’approche historienne suggère de retenir dans leur temporalité propre pour en comprendre les significations[8].

Le cadre chronologique que je me suis fixé approximativement (ceci n’est pas une recherche en histoire) et logiquement a pour point de départ la séparation par la France en 1918-1922 des deux entités qui deviendront les républiques indépendantes libanaise et syrienne après la Deuxième guerre mondiale. Le terminus sera dicté par l’accomplissement de l’exploration des thèmes que j’ai identifiés ; l’étude contiendra vraisemblablement une conclusion ouverte puisque la fin du travail ne sera pas la « fin de l’histoire ».

J’ai accumulé un matériau copieux même s’il est incomplet. Outre les ouvrages d’histoire sur la fin de la période ottomane, la Première guerre mondiale et les Mandat français, j’ai pu avoir accès à la presse et aux archives diplomatiques américaines, britanniques et françaises ; j’ai bénéficié de la parution récente de mémoires et de biographies, et mené quelques entretiens avec des acteurs politiques. J’utilise aussi des ouvrages d’analyse comme le livre de Youssef Chaitani[9] sur la crise syro-libanaise de 1946-1950, celui de Emma Lundgren[10] sur les frontières de la Syrie ou celui d’Elisabeth Meur[11] sur les années 1998-2005 de la présence syrienne au Liban. Sans compter ma part d’observation directe puisque cette recherche a démarré alors que j’étais en poste à Beyrouth au Centre d’Études et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain (aujourd’hui IFPO) de 1997 à 2000.

Structure de l’ouvrage

Ce travail n’ambitionne pas d’être exhaustif : l’incitation des éditeurs académiques à faire dense et court satisfait ma paresse. Écartant le travail titanesque d’une narration qui couvrirait près d’un siècle, évitant les chemins étroits de l’analyse déductive, j’ai choisi de retenir une demi-douzaine de terrains – objets circonscrits et moments délimités – dans lesquels enraciner mes questionnements, à chaque fois avec un déplacement de perspective disciplinaire, laquelle reste principalement politologique. Il s’agit de problématiser l’objet retenu en l’observant dans son épaisseur, en étudiant la configuration qui chevauche la frontière entre les deux États et en exposant l’interdépendance des agents qui l’animent[12].

Sur un mode que j’espère ne pas être trop arbitraire, j’ai donc choisi de limiter l’étude de chacun de ces terrains/thèmes dans une séquence chronologique découpée dans la période 1920-2013 et rédigé ainsi les trois premiers chapitres. Sans trop de difficultés (et j’espère sans obscurité ni illogisme) les thèmes s’enchaînent dans une succession chronologique qui permet de balayer la période, ou plutôt d’y opérer des sondages. Et si à chaque séquence correspond l’examen d’un thème particulier, celui-ci est référé au processus de sa formation et les questionnements qu’il suscite sont prolongés au-delà de la séquence, jusqu’à être actualisés dans la problématique actuelle du couple Liban-Syrie.

 1. Territoires, frontières, la formation inachevée de deux États-« nations »

Ce chapitre se place dans le cadre du système international en mutation lors du passage de l’Empire aux États sous mandat, puis de la décolonisation. Le processus de construction de deux souverainetés étatiques séparées se déroule de 1920 à 1946, et reste inachevé. Il laisse au cœur  des relations syro-libanaises un contentieux portant sur des différends territoriaux, juridiques et diplomatiques. Il fait des constructions étatiques libanaise et syrienne un champ politique unique tissé de continuités et parfois d’indistinctions, autant d’atouts et de contraintes pour les dirigeants des deux pays.

Tandis que la nostalgie et l’irrédentisme à l’égard de l’unité arabe au Levant constituent un ressort durable de la politique étrangère syrienne, il n’est pas désormais de débat politique au Liban qui soit dégagé des questions « nationales » (arabes), lesquelles déterminent le statut ultime de l’État.

2. Les voies divergentes de l’économie politique : complémentarités, rivalités, alignements

La gestion par la puissance tutélaire des infrastructures territoriales, les héritages respectifs des métropoles du Levant, les mutations de l’économie internationale et, plus immédiatement, les bouleversements induits par la création d’Israël, précipitent la distinction des fonctions territoriales de chacun des deux États et des pratiques de leurs acteurs économiques. La crise de 1946-1950 qui se solde par la rupture des « Intérêts communs » consacre pourtant l’interdépendance entre les deux économies nationales, laquelle repose sur l’existence même de la frontière, vecteur d’échanges[13]. Une hypothèse de ce chapitre est que cette interdépendance est sous-tendue par un ethos partagé qui nourrit le contournement des États par de puissants réseaux (à la fois réseaux identitaires et réseaux d’intérêt) transfrontaliers.

Ouvriers agricoles syriens dans la Bekaa, Cliché Karine Bennafla, 2005

Ouvriers agricoles syriens dans la Bekaa (Cliché K. Bennafla, 2005)

Après la fin de la guerre civile libanaise, dans les décennies 1990 et 2000, la reconstruction libanaise et la libéralisation syrienne restent intriquées par des intérêts croisés (corruption ; économie prédatrice), tandis que les relations bilatérales sont institutionnalisées par une série d’accords sectoriels. La coopération/l’intégration économique syro-libanaise imposée par Damas a des effets structurants sur la stratification sociale (travailleurs syriens au Liban) et sur la politique économique de chacun des États.

Comme le suggère Ohmae, encore une fois à propos des Chines[14], l’observation de la « région économique » syro-libanaise dans la période récente doit être conduite en regard de la globalisation de l’économie afin de mettre en lumière les effets dans les deux pays de l’entrée de la Syrie dans la modernité économique (décennie 2010).

3. Construction nationale et souveraineté des États en regard des enjeux stratégiques régionaux

Ce chapitre englobe tant la transposition de la Guerre froide au Moyen-Orient (la « Guerre froide arabe ») que l’exacerbation du conflit israélo-arabe (guerres de 1967, 1973 et 1982) et la mise en exergue de la fracture « de civilisation » entre Islam et Chrétienté. Le couple Syrie-Liban est examiné dans les décennies 1950 et 1960 quand les États-Unis maintiennent le Liban comme une hétérotopie face à la vague nassérienne et à la pénétration soviétique ; puis durant la guerre civile libanaise (1975-1990), appréhendée comme un épisode local du conflit israélo-arabe ; cette conflictualité structurante (tactiques israéliennes, ambitions syriennes et unification de l’espace militaro-stratégique syro-libanais) est même prolongée dans les décennies suivant la guerre et le désengagement syrien par la « résistance » du Hezbollah.

Plutôt que de s’attacher aux justifications et aux actions diplomatiques et militaires – et à leurs effets (sur cet énorme sujet nous disposons déjà d’une abondante littérature)  – ce chapitre considère les antagonismes, les conflictualités, les négociations et les accords comme le champ d’expérience des élites dirigeantes dans les deux États ; en les prenant pour analyseurs, il cherche à restituer l’univers de sens de ces élites et à cerner leurs projets concernant l’identité et la souveraineté nationales. A la suite des travaux de Raghid el-Solh[15] et de Caroline Attié[16], et en me fondant également sur plusieurs ouvrages de Patrick Seale[17], ce chapitre propose de dépasser l’analyse réaliste (rapport de puissance militaire, conflits territoriaux et de ressources, en eau notamment…) pour inscrire le jeu des acteurs syriens et libanais dans une perspective constructiviste[18].

4. Le différentiel démocratique : ce que dévoile et exacerbe l’intifâdha libanaise de 2005

La défaite cuisante de la domination syrienne au Liban est le point d’orgue d’un débat de plusieurs années (2000-2006) portant sur la différenciation et l’interdépendance des scènes politiques des deux pays, que Samir Kassir a synthétisées en une formule magistrale : « indépendance du Liban et démocratisation de la Syrie sont liées »[19].

L’unification de l’espace politique syro-libanais par les dirigeants ba’thistes de Syrie pendant et après la guerre civile libanaise est analysée ici au-delà de ses dimensions militaro-stratégiques et des logiques d’accumulation pour décrypter les systèmes politiques de chacun des deux États :  l’asservissement du Liban est le prolongement de la domination que le régime de Assad exerce sur le territoire syrien ; il est mis en œuvre par des institutions militaires et sécuritaires consubstantielles du pouvoir autocratique, par le truchement desquelles l’ État opprime la société en Syrie. « L’intifâdha de l’indépendance » en 2005 à Beyrouth opère comme un boomerang dans l’espace politique syrien, où les mobilisations d’intellectuels et d’activistes osent mettre à nu les appareils de la dictature et le mensonge idéologique de l’adéquation sans médiation entre l’ État et « son peuple ». La déclaration Beyrouth Damas de 2006 à l’adresse du régime consacre en la dénonçant cette interdépendance[20].

L’hypothèse ici est que le processus a été réflexif. Depuis le départ forcé des forces syriennes, la scène libanaise n’a connu aucun répit : invasion israélienne, insurrection palestino-salafiste, affrontements confessionnels ; loin de recouvrer son autonomie, elle est paralysée par les surenchères des gouvernants. L’exemplarité démocratique libanaise ne serait-elle qu’un argument rhétorique pour masquer le  conservatisme et les connivences des élites ? Les interrogations sur la capacité du confessionnalisme politique à consacrer la démocratie se multiplient. Et pourtant, en même temps, l’existence d’un État de droit, même imparfait, autorise au Liban la conversion des nouvelles mobilisations de la société en stratégies politiques[21]. Le « système libanais » reste flexible, à la différence de celui de la Syrie qui va craquer.

Aujourd’hui, « Deux États, un seul… champ de bataille ? »

Le dernier et dramatique épisode qui se joue sur la scène locale est celui de l’irruption, de l’extension et de l’approfondissement, et de la militarisation de la crise syrienne à partir de mars 2011. Son traitement devra prolonger et renouveler, sans les modifier dans une lecture rétrospective, les analyses de chapitres précédents. Mais il est aujourd’hui difficile de dégager ses significations et ses implications. Non pas qu’il faille attendre un dénouement à la crise pour la qualifier ni que celle-ci ne doive être lue que dans une perspective téléologique ; plutôt parce que les clameurs médiatiques couvrent des processus et des changements peut-être plus importants que ceux qu’elles dénoncent.

Il ne fait pas de doute qu’à la faveur d’un effritement accéléré de la scène politique libanaise (que ne masquent pas les dichotomies journalistiques « 14 mars »-« 8 mars » ou sunnites-chiites) la crise syrienne, qui se nourrit elle-même de fractures domestiques radicales, déborde sur le territoire, dans l’espace social et dans le champ politique libanais. Pour en comprendre les moments et les dynamiques, il est utile d’identifier des sites où s’exposent les intrications et les enjeux de la relation syro-libanaise, et de varier la focale d’observation. Par exemple, à l’échelon local, étudier et interpréter l’investissement de zones frontalières du nord de la Beqaa par des acteurs économiques, culturels puis militaires des deux pays ; à l’échelon international, tracer la généalogie des mobilisations diasporiques dans les pays occidentaux, des Amis du Liban qui organisèrent le lobby de Rafic Hariri à Washington dans les années 1990 aux Amis de la Syrie patronnés par la France ; au niveau des deux États, reposer la question de l’exercice de la souveraineté par les forces armées légales ; etc.

L’hypothèse sous-jacente est que la reconfiguration en cours d’un champ de bataille unifié dans lequel la violence accule à des labellisations et des stratégies confessionnelles et ethniques[22], n’opère pas à sens unique. En regard, et à l’encontre, des dénonciations par tous les secteurs politiques libanais de la dangerosité du spill-over de la guerre en Syrie sur le théâtre libanais, et parce que ces dénonciations sont largement fondées, il faut examiner les processus par lesquels divers acteurs (politiques, économiques, sociétaux) au Liban s’impliquent dans la crise syrienne et l’investissent pour s’en faire un levier dans leurs stratégies domestiques.

Ainsi, la continuité analytique que suppose une prise en compte dépassionnée des flux symboliques et matériels transfrontaliers ne laisse pas d’interroger la discontinuité instaurée par la création et la reconnaissance internationale des deux États.

Le 31 janvier 2013

[2] Badie, B., La diplomatie de connivence, Paris, La Découverte, 2011, p. 19-101.

[3] A la suite d’Alexander Wendt. Cf. Wendt, A., « Anarchy is what States Make of it: the Social Construction of Power Politics », International Organization 46 (2), 1992, p. 391-425.

[4] Depuis la parution de l’ouvrage phare de James Rosenau. Rosenau, J., Turbulence in World Politics: A Theory of Change and Continuity, Princeton, Princeton University Press, 1990.

[5] Badie, B., Les deux Etats. Pouvoirs et société en Occident et en terre d’Islam, Paris, Fayard, 1986 ; Bayart, J.-F., “Les trajectoires de la République en Iran et en Turquie : un essai de lecture tocquevillienne” in G. Salamé, dir., Démocraties sans démocrates, Paris, Fayard, 1994, p. 373-95 ; Bigo, D., « Political Sociology and the Problem of the International », Millenium : Journal of International Studies, 35 (3), 2007, p. 725-39.

[6] Doyle, M., & Ikenberry, J., eds., New Thinking in International Relations Theory, Boulder, Westview, 1997.

[8] Farge, A., « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain 38, 2002, p. 69-78.

[9] Chaitani, Y., Post-colonial Syria and Lebanon: the decline of Arab nationalism and the triumph of the state, Londres, I. B. Tauris, 2007.

[10] Lundgren, E., Beyond the Border. Syrian Policies toward Territories Lost, Universität Uppsala, 2011.

[11] Meur, E., Liban-Syrie: inextricables destins? : Etude des relations libano-syriennes de 1998 à 2006, Bruxelles, P. Lang, 2012.

[12] On aura bien sûr reconnu les propositions fondatrices de Norbert Elias.

[13] Je m’inspire ici des travaux de Françoise Mengin sur les Chines, autre comparaison heuristique découverte à Princeton. Mengin, F. & J.-L. Rocca, dirs., Politics in China: Moving Frontiers, New York, Palgrave Macmillan, 2002.

[14]Ohmae, K., “The Rise of the region state”, Foreign Affairs 72 (2), 1993, p. 78-87.

[15] El-Solh, R., Lebanon and Arabism. National Identity and State Formation, Londres, I. B. Tauris, 2004.

[16] Attié, C., Struggle in the Levant. Lebanon in the 1950s, Londres, I. B. Tauris, 2004.

[17] Bien sûr Asad of Syria. The Struggle for the Middle East, Londres, I. B. Tauris, 1998 ; mais aussi La lutte pour l’indépendance arabe : Riad El-Solh et la naissance du Moyen-Orient moderne, Fayard, 2010 – lu en regard de la biographie de Solh par Ahmad Beydoun, Riad al-Sulh fî Zamânihi,  Beyrouth, Dâr al-Nahâr, 2011.

[18] Donnan, H. & Wilson Th., Borders. Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford, Berg.

[19] Qasir, S., Dîmuqrâtiyat Suriya wa-Istiqlâl Lubnân, al-Bahth ‘an Rabî’ Dimashq, Beyrouth, Dar al-Nahâr, 2004.

[20] “Muthaqqafûn Sûriyûn wa Lubnâniyûn yûqi’ûn i‘lânân lil-mutâlaba bi-tashîh al-‘ilâqât bayna l-baladayn”, Akhbâr al-Sharq, Damas, 12 mai 2006.

[21] Ben Nefissa, S., « Mobilisations et révolutions dans les pays de Méditerranée arabe à l’heure de l’hybridation du politique : Egypte, Liban, Maroc, Tunisie. Introduction », Revue Tiers Monde h.s., 2011, Protestations sociales, révolutions civiles : transformation du politique dans la Méditerranée arabe, p. 5-24.

[22] Fearon, J. & Laitin, D., « Violence and the Social Construction of Ethnic Identity », International Organization 54 (4), 2000, 845-77.

 

Pour citer ce billet : Picard Elizabeth, « De crise en crise, l’horizon problématique du couple Liban Syrie », Carnets de l’IREMAM, 11 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2056 (date de consultation)

 

Elizabeth Picard

En savoir plus sur Elizabeth Picard sur le site de l’Iremam.

More Posts - Website

La Palestine en réseaux : mobilisations sociopolitiques et enjeux identitaires

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.
L’Université de Birzeit (Territoires p…

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, source V. G.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.

L’Université de Birzeit (Territoires palestiniens) a accueilli le 3 décembre 2012 la deuxième rencontre du séminaire thématique du Département des études contemporaines (DEC) de l’Ifpo : « La Palestine en réseaux : du concept à l’étude de cas ». Au-delà de la diversité des objets de recherche, des méthodes d’enquête et des appartenances disciplinaires, les participants ont axé leur réflexion sur la recomposition des « identités » palestiniennes au regard des mobilisations sociopolitiques appréhendées sur le temps long, des enjeux mémoriels et des phénomènes de transnationalisation des modes d’action militants. Dans une perspective résolument critique à l’égard des conceptions culturalistes, essentialistes et romantiques de la « question palestinienne » – qui restent trop souvent dominantes dans le champ intellectuel dès lors qu’on traite du sujet passionnel de la Palestine –, trois études de cas ont été présentées : les mobilisations de la communauté afro-palestinienne dans la vieille ville de Jérusalem (Raed Bader, Assistant Professor à l’Université de Birzeit), les réseaux militants autour de la Palestine internationalisée (Nicolas Dot-Pouillard, chercheur à l’Ifpo, par vidéoconférence) et les « nouveaux » mouvements protestataires palestiniens dans le sillage des printemps arabes (Abaher Al-Saqqa, directeur du département de sociologie à l’Université de Birzeit). Malgré l’extrême hétérogénéité des objets traités, c’est bien la Palestine comme réservoir de sens et d’identifications collectives qui est interrogée par les participants du séminaire à travers les récits de vie, l’analyse des statuts sociaux passés et hérités, l’étude des modes d’insertion différentiels dans l’univers palestinien (local, régional, transnational) mais aussi l’évolution des représentations et des mentalités des acteurs sociaux. En effet, si la « cause palestinienne » agit incontestablement, depuis plus de cinquante ans, comme un puissant vecteur de mobilisation politique, d’émotions et de passions collectives, cette permanence imaginaire cache aussi des ruptures, des discontinuités, des modes de revendication et d’expression publiques, qui intègrent très largement les transformations sociopolitiques à l’œuvre dans l’environnement régional et international.

Miniature persane représentant Bilal, le premier muezzin de l’islam

Miniature persane représentant Bilal, le premier muezzin de l’islam

Ethnicité noire et identité palestinienne : un mode fusionnel ?

La communauté noire de la vieille ville de Jérusalem est estimée selon les sources de 350 à 500 individus, soit une quarantaine de familles vivant dans le quartier dit « africain » à quelques centaines de mètres de la mosquée Al-Aqsa. Revendiquant ouvertement leur identité palestinienne, profondément ancrée dans la citadinité (gardienne des lieux saints), reconstruite souvent sur un mode imaginaire et héroïque (références récurrentes aux périodes glorieuses de l’histoire islamique et notamment au personnage de Bilal, le muezzin noir du Prophète), les Afro-Palestiniens cherchent simultanément à euphémiser leurs origines serviles (l’esclavage reste un sujet tabou dans la communauté), tout brandissant une « identité afro-palestinienne » de plus en plus assumée. Ils rejettent catégoriquement la qualification de ‘abid (« serviteur » en arabe), rappelant trop la condition d’esclave mais, qui est parfois employée à leur égard par certains Palestiniens « blancs » pour les désigner péjorativement.

Une stratégie d’ethnicité complexe, où l’attachement à l’identité palestinienne et l’engagement actif dans la résistance contre l’occupation israélienne (nombreux parmi les Afro-Palestiniens sont des anciens fedayins) se combinent à des modes d’affirmation particulariste, où l’exaltation d’une certaine négritude (même si le terme peut paraître inapproprié dans le contexte palestinien) est brandie comme un gage de loyalisme et de fidélité à « la cause ». Ici, les récits mythiques sur les origines migratoires des Afro-palestiniens de Jérusalem fonctionnent comme une forme de réassurance identitaire, où le particularisme noir s’exprime moins en réaction à une identité dominante (comme chez les Afro-Américains à l’égard de la majorité WASP), que comme preuve d’appartenance incontestable à l’univers palestinien, et comme volonté de se démarquer à tout prix de la figure du colon (l’Israélien). Les contacts avec les autres Noirs séjournant à Jérusalem sont rares, voire proscrits : le Juif d’origine éthiopienne (Falacha), par exemple, n’est jamais perçu comme un « frère de race » mais toujours comme un oppresseur. Le projet de recherche initié par Raed Bader sur la « communauté noire » d’Al-Qods et, dans une perspective plus globale, sur les Afro-Palestiniens (majoritairement concentrés à Gaza, Jéricho et dans le désert du Néguev) ne prétend pas verser dans l’exotisme anthropologique ou la curiosité folkloriste – à l’instar de ces touristes européens qui viennent visiter Harlem en bus climatisé –, mais interroger les différentes manières d’être Palestinien par-delà des visions unanimistes et romantiques d’un peuple supposé culturellement et ethniquement homogène.

La vieille ville de Jérusalem, décembre 2012, source V. G.

La vieille ville de Jérusalem, décembre 2012, photo DR

Palestine internationalisée : une déterritorialisation militante ?

Cette identification inconditionnelle à « la cause » peut apparaître encore plus surprenante quand il s’agit d’étrangers, n’ayant aucune racine familiale attestée sur la terre de Palestine. C’est précisément l’objet de la recherche développée par Nicolas Dot-Pouillard qui s’intéresse à ces militants arabes, européens, latino-américains, japonais, etc., qui se sont engagés dans la résistance palestinienne. À partir d’une approche prosopographique inédite, retraçant les carrières de plusieurs dizaines d’activistes pro-palestiniens, l’auteur recourt à la notion de « Palestine internationalisée », dont les ressorts de mobilisation reposent principalement sur une forme de déterritorialisation militante, des flux d’échanges idéologiques et symboliques qui ont la particularité de se manifester à distance (Europe, Amérique, Asie) ou aux périphéries de la Palestine historique (Jordanie, Liban, Syrie, etc.). On est en présence d’une forme spécifique d’engagement militant, qui non seulement s’exerce en dehors des frontières du territoire qu’il prétend libérer mais, en plus, mobilise des acteurs non-nationaux, dont les trajectoires familiales – souvent hétérogènes – ne les prédestinaient en rien à se sacrifier ou à mourir pour la Palestine. Avec le temps, ces modes d’engagements radicaux (lutte armée, terrorisme, kidnappings, etc.) cèdent la place à des formes de lutte plus pacifiques qui empruntent très largement aux répertoires d’action des nouveaux mouvements sociaux (sit-in, pétitions, mémorandums, manifestations de rue, tribunes médiatiques, etc.). Ce processus de pacification de la militance pro-palestinienne se produit sous l’effet conjugué de deux phénomènes distincts : d’une part, les anciens activistes ont généralement opéré une reconversion pacifique de leur capital protestataire radical (renonciation à la violence), tout en restant fidèles à « la cause » (légalisme mais pas de repentance) ; d’autre part, l’émergence de nouvelles générations militantes peu portées à l’action violente et davantage soucieuses de renforcer la crédibilité démocratique de leur engagement pro-palestinien. Toutefois, l’on ne saurait parler de « rupture générationnelle », dans la mesure où les relations entre les « anciens » et les « nouveaux » activistes pro-palestiniens sont fréquentes. Ainsi, selon N. Dot-Pouillard, convient-il davantage de parler de continuité historique de la « Palestine internationalisée » qui, en dépit des transformations des modes d’action et des cadres idéologiques, reste un puissant levier de mobilisation à l’échelle arabe et internationale.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, source V. G.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.

Vers une recomposition des espaces protestataires palestiniens ?

Si, en ce début de XXIe siècle, la Palestine continue à mobiliser des militants étrangers aux quatre coins du monde, le phénomène inverse est également vrai : les nouvelles générations militantes palestiniennes, qui n’ont pourtant connu que la Palestine comme cadre de vie quotidienne, ont tendance à calquer leurs modes d’actions sur les standards internationaux et à se décentrer de la cause palestinienne, comme unique moteur de leurs mobilisations collectives. Dans ses recherches, Abaher Al-Saqqa s’intéresse aux nouveaux mouvements de contestation palestiniens qui ont émergé dans le sillage des révolutions tunisienne et égyptienne. L’auteur met en évidence un certain processus de « décentration » de la cause palestinienne qui n’est plus vécue sur un mode exclusif et unanimiste mais qui intègre désormais la revendication démocratique. Les manifestants palestiniens ne dirigent plus seulement leur colère contre l’occupant israélien mais aussi contre l’autoritarisme de leurs propres gouvernants et leurs courroies de transmission politique et idéologique au sein de la société palestinienne, à savoir le Fatah en Cisjordanie et le Hamas dans la bande de Gaza. Ces nouveaux mouvements protestataires sont relativement composites, puisqu’ils rassemblent à la fois des anciens activistes déçus par les organisations classiques, des syndicalistes, des jeunes politisés refusant la tutelle des partis dominants. Leurs sources d’inspiration protestataire ne puisent plus seulement dans l’histoire politique palestinienne mais très largement dans les mouvements contestataires du monde arabe qui ont contribué à renverser les régimes autoritaires : les nouveaux héros de la contestation sont désormais tunisiens, égyptiens, yéménites et pas exclusivement palestiniens. Leur rhétorique contestataire s’alimente très largement de celle des autres manifestants arabes, comparant le pouvoir « trop paternel » du Fatah et du Hamas à celui de Ben Ali ou de Moubarak. Toutefois, ce processus de décentration produit ses propres limites, très largement exploitées par les autorités palestiniennes en Cisjordanie comme à Gaza pour étouffer la contestation : le caractère toujours plus pesant de l’occupation israélienne constitue à la fois un frein objectif à la réussite de la mobilisation et aussi un puissant facteur de dissuasion, au risque d’être accusé de diviser la résistance palestinienne face à l’ennemi commun : l’État d’Israël.

À travers ces trois études de cas, on comprend dès lors la nécessité d’intégrer la réflexion sur les identités politiques palestiniennes « en réseaux » dans une perspective plus large, faisant définitivement sortir la Palestine de sa situation d’isolat politique et, au-delà, de son statut d’isolat scientifique, dans laquelle on la cantonne trop souvent dans le champ des sciences sociales.

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « La Palestine en réseaux : mobilisations sociopolitiques et enjeux identitaires », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 9 janvier 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4666

Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser

Vers un renouveau des études soudanaises en France?

Programme de la journée
Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 20…

Programme de la journée

Le Soudan, les deux Soudans depuis l’indépendance du Sud en juillet 2011, ont toujours été un objet de recherche marginal, si ce n’est insolite, dans le paysage académique français et plus largement francophone. Ceci est sans doute dû, dans une large mesure, à la situation de “marginalité multiple” (Ali Mazrui 1971) caractéristique du Soudan à l’ère contemporaine: il s’agit d’un espace frontière entre le Moyen-Orient et l’Afrique et, à l’intérieur du continent africain, d’une région charnière entre l’Afrique arabophone et l’Afrique anglophone, l’Afrique musulmane et l’Afrique chrétienne, l’Afrique de l’ouest et l’Afrique de l’est. A ce que mit en avant Mazrui il y a plus de quarante ans, il faut ajouter, en ce qui concerne l’expérience impériale/coloniale du Soudan, les impérialismes successifs que connut le pays (ottomano-égyptien de 1820 à 1885 et anglo-égyptien de 1899 à 1956), l’anomalie légale que constituait le Condominium anglo-égyptien et le rattachement du Soudan au Foreign Office britannique plutôt qu’au Colonial Office durant la première moitié du XXe siècle. En outre, le Soudan ne fut jamais la cible d’un mouvement de colonisation important en provenance de la métropole, à la différence du Kenya par exemple. C’est pourquoi le Soudan a suscité un intérêt limité dans l’ex-métropole britannique, tant dans la production littéraire et cinématographique “populaire” que dans l’univers académique. Enfin, l’obstacle linguistique a contribué à reléguer le Soudan à la périphérie des recherches universitaires francophones.

 A la lumière de ce contexte historiographique, l’on ne peut que saluer l’initiative d’Elena Vezzadini et de Pierre Liguori, deux historiens appartenant à la nouvelle génération de Soudanistes, d’organiser une journée d’études entièrement consacrée au(x) Soudan(s) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Rassemblant une dizaine d’intervenants d’horizons disciplinaires différents, cette journée se tint le 12 novembre 2012 dans les locaux du Centre d’Études africaines (CEAf) et de l’Institut d’Études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM). A mon sens, l’intérêt de l’événement réside à la fois dans sa pluridisciplinarité (histoire, anthropologie, sciences politiques et linguistique étaient au menu du jour) et dans son caractère plurigénérationnel. Les participants appartenaient en effet à deux voire trois “générations” de chercheurs spécialisés sur le Soudan. Nous eûmes le plaisir de voir, au sein du public, des membres de la génération précédente, tels que Marie-José Tubiana et Nicole Grandin, deux pionnières des études soudanaises en France à l’ère postcoloniale.

La journée fut ouverte par Heather J. Sharkey (University of Pennsylvania, chercheuse invitée à l’IISMM), l’une des figures centrales des recherches historiques actuelles sur le Soudan. A travers un retour sur les grandes étapes de l’histoire contemporaine du Soudan (1820-présent), sa communication visait à repenser l’histoire soudanaise pour, d’une part, questionner la dichotomie Nord-Sud et, d’autre part, localiser l’idée d’un Soudan et de deux Soudans dans le flux de l’histoire contemporaine de la région. Elle s’acheva sur une interrogation particulièrement intéressante, interrogation par ailleurs soulevée dans un numéro récent de l’International Journal of Middle East Studies (Roundtable 2012): étant donné la quasi-unanimité des Sud-Soudanais en faveur de l’indépendance lors du référendum de janvier 2011 (presque 99% des votes), il est, tentant, pour les historiens du Soudan, de voir la séparation du Nord et du Sud comme la seule trajectoire historique possible. A partir de maintenant, comment les historiens devraient-ils écrire l’histoire soudanaise? Comme l’histoire du Soudan ou des Soudans? Dans quelle mesure faudrait-il ou non projeter les frontières de 2011 sur l’histoire antérieure? Sans se laisser aller à des anachronismes trop grossiers, il me semble que l’événement majeur qu’est l’éclatement du Soudan en deux États modifie et modifiera forcément notre regard sur le passé historique soudanais. Reste à savoir comment en rendre compte -ou pas- dans nos travaux!

Quelles que soient leurs approches et leurs objets, la plupart des intervenants endossèrent la proposition contenue dans l’intitulé de la journée: aller au-delà des dichotomies simplistes -constamment employées dans les média et les rapports d’organisations humanitaires pour décrire le Soudan (Nord/Sud, Arabes/Africains, Musulmans/Chrétiens)- et affiner les catégories d’analyse pour mettre en lumière la complexité de l’histoire soudanaise. Pierre Liguori s’y employa à travers l’analyse de la construction et de la représentation du Soudan turco-égyptien par différentes figures européennes actives au Soudan durant la seconde moitié du XIXe siècle; Anne-Claire Bonneville en montrant la vitalité et la longévité des revendications de souveraineté égyptiennes sur le Soudan jusqu’au tournant du coup d’état des Officiers libres (1952); Elena Vezzadini, en explorant le paradoxe d’une révolution anticoloniale (1924) en tant qu’événement ayant donné lieu à d’innombrables récits mais entouré de secrets et de non-dits (en particulier en ce qui concerne les identités très plurielles des participants à la révolution et la fracture sociale qui succéda à celle-ci, à savoir l’éviction d’officiers d’origine sudiste/servile des élites nord-soudanaises); moi-même, en proposant de façon un peu provocatrice le concept de “dualité multiple” pour caractériser l’expérience coloniale du Soudan contemporain (six dualismes: deux impérialismes successifs, double tutelle “coloniale” anglo-égyptienne, deux nationalismes soudanais, dissensions entre les autorités britanniques de Khartoum et le Foreign Office de Londres, division administrative, éducative et cognitive entre le Nord et le Sud-Soudan jusqu’à 1947, “nationalité” britannique et nord-soudanaise des éducateurs coloniaux du Soudan) et en examinant les répercussions de ce dualisme multiple sur les récits historiques scolaires produits après la Seconde Guerre mondiale et l’abandon de la Southern Policy (1947-1949); David Ambrosetti, en soulignant la diversité des stratégies des élites politiques soudanaises face aux gestionnaires internationaux des conflits armés soudanais; Azza A. A. Aziz, en mettant en évidence la pluralité des choix thérapeutiques d’une jeune femme d’origine sud-soudanaise ayant grandi dans le Nord-Soudan (une internally displaced person); Barbara Casciarri, qui, en se focalisant sur les groupes pastoraux du Soudan, déconstruisit la dichotomie sédentaires/pasteurs nomades tout en exposant les processus d’”altérisation” et d’”invisibilisation” auxquels ont été sujets, à l’époque coloniale comme à la période postcoloniale, les groupes pastoraux; Catherine Miller (IREMAM), enfin, qui proposa une réflexion critique sur les catégorisations ethno-linguistiques des sociétés soudanaises en usage parmi les acteurs historiques et les chercheurs (en particulier les linguistes), notant le caractère singulièrement résilient de catégories pourtant taxées par certains (Abdelhay, Makoni) d’”inventions coloniales”.

En dépit de la nature quelque peu disparate des communications, une grande marge de liberté ayant été octroyée aux intervenants, cette journée d’études fut un moment important à trois égards au moins: elle permit de mettre en réseau des Soudanistes trop peu liés les uns aux autres, de donner un espace de discussion à des recherches récentes et, finalement, de contribuer à la visibilité -et espérons-le à un renouveau- des études soudanaises en France. En souhaitant que cet événement soit suivi par d’autres initiatives du même type, que ce soit au niveau français, européen ou international!

Voir les abstracts des communications présentées

.

MAZRUI Ali, “The Multiple Marginality of the Sudan”, in HASAN Yusuf F. (éd.), Sudan in Africa. Khartoum, Khartoum University Press, 1971, p. 240-255.

“Roundtable: Sudan Scholarship after the Breakup”, International Journal of Middle East Studies, Vol. 44(2), May 2012, p. 321-331.

 
 

Pour citer ce billet : Seri-Hersch Iris, « Vers un renouveau des études soudanaises en France? », Carnets de l’IREMAM, 14 novembre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/918 (date de consultation)

 

Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d’études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l’IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l’histoire contemporaine du Soudan et de l’espace israélo-palestinien. Elle s’intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d’appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine)

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)
De mars 2011 à septembre 20…

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)

De mars 2011 à septembre 2012, les positions des gouvernements latino-américains ont oscillé entre franche hostilité à l’égard des rebelles syriens et attachement à une solution négociée avec le régime. Rares sont ceux, tels le Chili ou le Mexique, qui ont clairement condamné les exactions du régime syrien.

Comment expliquer que les nations latino-américaines, qui ont pour la plupart subi des décennies de dictatures militaires, ne montrent pas davantage d’enthousiasme et d’empathie vis-à-vis de la révolution syrienne ?

Nous proposons d’analyser les positions de la diaspora syro-libanaise au Venezuela, au Brésil et en Argentine et de revenir sur la tournée du président Bachar al-Assad en Amérique latine (juin 2010) comme temps fort du rapprochement latino-syrien

La tournée latino-américaine du président Assad

Le processus de rapprochement politique entre l’Amérique Latine et le Moyen Orient entamé il y a une décennie porte aujourd’hui ses fruits dans le contexte de la crise syrienne. Les grands repères de la  chronologie des relations syro-latino-américaines sont les suivants :

  • 2001. Visite de Fidel Castro en Syrie.
  • 2003. Visites en Syrie des présidents vénézuélien Hugo Chávez et brésilien Luis Inacio Lula da Silva au lendemain de son élection.
  • 2005. 1er sommet Amérique du Sud – Pays Arabes (ASPA) à Brasilia (Brésil),
  • 2006. Seconde visite du président Chávez à Damas (Syrie).
  • 2009. Participation du président syrien au 2e Sommet ASPA à Doha (Qatar).
  • 2010. Damas soutien une médiation turco-brésilienne sur le nucléaire iranien.
  • 2010. Tournée du président Assad en Amérique latine  (juin), 3e visite du président Chávez à Damas (octobre).
  • 2011. Visite en octobre d’une délégation de l’Alliance Bolivarienne pour les Amériques (ALBA) à Damas en signe de soutien au régime. Abstention du Brésil au Conseil de Sécurité sur un projet de résolution condamnant la répression en Syrie.
  • Mars 2012. Le Brésil vote en faveur de la résolution du Conseil des droits de l’homme condamnant les exactions du régime ; Cuba, la Chine et la Russie s’y opposent.
  • Juillet 2012. Le Président Chávez condamne l’attentat contre les chefs sécuritaires du régime à Damas le 18 juillet et transmet ses condoléances au président Assad.

Les Latino-Américains se sont montrés proactifs dans l’établissement de relations interpersonnelles avec le chef de l’État syrien, identifié comme acteur central de tous les dossiers moyen-orientaux. Une certaine rivalité semble même émerger entre le Venezuela et le Brésil pour gagner les faveurs de Assad.

Ce n’est qu’en 2010, prenant acte de l’émergence des économies latino-américaines et conscient du capital de sympathie des Latino-américains pour « la cause arabe », que le président syrien se décide à visiter Caracas, La Havane, Brasilia puis Buenos Aires.

L’ambition de cette visite était triple : intensifier une coopération économique très inférieure à son potentiel, susciter une coordination politique des positions arabes et latino-américaines et réactiver les liens de la diaspora syro-libanaise avec la « mère patrie ».  Ces communautés, majoritairement chrétiennes, quittèrent l’Empire Ottoman dans la seconde moitié du 19e siècle à la recherche de conditions de vie plus favorables. Leurs descendants occupent aujourd’hui de hautes responsabilités dans les secteurs industriels, financiers et politiques.

Cette tournée fut un grand succès à tous égards. Au Venezuela, Bachar al-Assad a obtenu des accords de coopération dans des domaines stratégiques (création d’un fonds d’investissement, projet de construction d’une usine de raffinement en Syrie). À cette occasion, il a été décoré de l’ordre de « Grand Libérateur » Simon Bolivar en hommage à son action de résistance à l’impérialisme et de « libérateur du Nouveau Monde ».

Le président Chávez et son homologue syrien, décoré de l’ordre du libérateur et paré d’une réplique de l’épée de Bolivar.

Le président Chávez et son homologue syrien, décoré de l’ordre du libérateur et paré d’une réplique de l’épée de Bolivar.

À chaque étape,  le leader syrien s’est assuré un soutien politique sur les dossiers clé du Moyen-Orient : récupération du Golan, soutien à la cause palestinienne, condamnation d’Israël, droit légitime de l’Iran à l’acquisition du nucléaire civil. Cet appui, inconditionnel au Venezuela, tout acquis à la cause de « l’axe des intrépides » (H. Chávez), a pris la forme avec l’Argentine et le Brésil d’un soutien croisé, Buenos Aires obtenant un appui sur le dossier des Malouines et Brasilia un soutien à l’accession au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Le chef de l’État syrien, en duo avec sa très active épouse, a également su séduire les opinions publiques, trouvant les mots pour rendre hommage aux héros des indépendances latino-américaines, dénonçant  l’impérialisme néo-colonial et flattant l’ego des « fils de la communauté syrienne » qui ont si brillamment réussi dans cette « autre Amérique ». La diaspora est ici traitée comme une sorte d’alter ego lointain, félicitée pour son succès, culpabilisée pour son oubli de la langue arabe.

Rencontre du président Assad avec la communauté syro-libanaise à Buenos Aires

Rencontre du président Assad avec la communauté syro-libanaise à Buenos Aires

La tournée latino-américaine porte aujourd’hui ses fruits. Caracas, en affrétant à trois reprises des navires chargés de plusieurs centaines de milliers de barils de pétrole à destination de la Syrie, mine les efforts d’isolement politique et d’asphyxie économique du régime.

Le pouvoir de séduction du couple présidentiel et la capacité du leader syrien à accréditer un certain récit anti-impérialiste de la politique au Moyen-Orient influencent fortement les capitales latino-américaines dans leur lecture des évènements syriens. La réactivation des liens avec la diaspora syro-libanaise joue dans le même sens.

La diaspora syro-libanaise

Le conflit syrien a conduit la diaspora syro-libanaise, relativement moins politisée que la diaspora palestinienne (Baeza 2010), à prendre majoritairement le parti du régime syrien. Un suivi des différents groupes présents sur les médias sociaux a permis d’observer les réactions communautaires à l’actualité syrienne. Les recherches ont porté en priorité sur les pays comptant la communauté syro-libanaises la plus significative : le Venezuela (un demi-million), l’Argentine (3.5 millions) et le Brésil (6 millions).

La grande majorité exprime des positions favorables au régime syrien. Tous sans exceptions rejettent en bloc toute forme d’intervention extérieure en Syrie, y compris les plus critiques à l’égard du régime. Le sens et l’intensité de ce positionnement varient cependant considérablement d’un pays à l’autre.

C’est au Venezuela que s’exprime de façon la plus caractéristique une vision anti-impérialiste « de gauche »  des relations internationales.

 Profil Facebook d’un des membres de la FEARAB Venezuela

Profil Facebook d’un des membres de la FEARAB Venezuela

Selon cette vision, le conflit syrien s’inscrit dans la continuité du plan américain post 11 septembre de Greater Middle East qui a conduit à l’invasion et à l’occupation successives de l’Irak, de l’Afghanistan, puis à l’opération de l’OTAN de Regime change en Lybie. En instaurant une continuité historique entre les évènements post 11 septembre et la crise syrienne, cette interprétation des faits refuse de reconnaître toute dimension endogène aux soulèvements arabes.

En Lybie comme en Syrie, des groupes armés « qataris, turcs, tunisiens et algériens » qui constituent « plus de la moitié » des forces rebelles participeraient à une « invasion multinationale du territoire syrien ». Cette vision anti-impérialiste de la crise syrienne puise très souvent ses sources dans des articles du « réseau Voltaire » (site relayant depuis les attentats du 11 septembre une vision de  l’actualité internationale faisant une grande place aux théories du complot).

Au Brésil, le positionnement communautaire apparaît moins idéologique. Une majorité silencieuse de la communauté se cantonne ainsi, au plus fort de la crise syrienne, à la célébration des aspects culinaires et musicaux de leur identité syrienne.

Cet apolitisme peut cependant se révéler trompeur. Un appel Facebook contre la guerre en Syrie (« Je dis NON à la guerre contre la Syrie ») a ainsi déclenché de virulentes réactions : dénonciation des ingérences américaines et israéliennes et accusation de génocide du peuple syrien, soutien au régime, rejet des « printemps infernaux » et réquisitoire contre la Turquie.  La focalisation sur le rôle négatif de la Turquie, réminiscence d’une  communauté ayant fui le joug Ottoman, apparaît comme une spécificité de la communauté brésilienne.

En Argentine, la communauté se montre dans sa grande majorité pro-régime. S’il existe quelques groupes favorables à la révolution syrienne, ils sont minoritaires et souvent situés en province. Les partisans les plus radicaux du régime sont les membres de la FEARAB argentine (Fédération des Entités Argentino-Arabes). Le soutien au régime y prend les formes les plus va-t’en guerre (« celui qui s’en prendra a l’armée syrienne aura la main coupée »).

L’Armée Syrienne Libre (ASL) est qualifiée tour à tour de « bande d’ânes bâtés », de « rats » ou « d’escadrons de la mort ». Plus récemment, le surnom très politique de « Contras » assimile l’ASL aux milices contre-révolutionnaires financées par les américains au Nicaragua dans les années 1980.

Fait révélateur pour un groupe très pro-palestinien, l’annonce de la distanciation du Hamas vis-à-vis du régime syrien a conduit certains membres à qualifier Khaled Meschaal d’ « ingrat », de « traître à la cause palestinienne » et de « vendu aux Israéliens ».

Les théories du complot les plus élaborées sont mobilisées : ainsi, de fausses chaînes d’information commanditées par Washington et l’OTAN diffuseraient des images montées en studio de la crise syrienne. Les individus exprimant une opinion dissidente sont qualifiés de vendus aux « ennemis des Arabes », de semeurs de discorde ou d’ignorants.

Plusieurs facteurs permettent d’expliquer ce positionnement : un fort sentiment anti-américain, l’importance historique du Parti Syrien National Social (PSNS) et l’existence d’une communauté alaouite ancienne et organisée en Argentine.

Antoun Saadeh, figure libanaise de l’anti-colonialisme arabe et fondateur du PSNS au Brésil en 1932, a vécu en exil en Argentine de 1939 à 1947. La communauté syro-libanaise rend chaque année hommage à la mémoire du penseur et commémore la fondation du Parti. La pensée de l’intellectuel semble y avoir été cristallisée sous une forme idéaliste très éloignée des réalités historiques des régimes baathistes.

Le prisme anti-impérialiste est si puissant en Argentine qu’il a conduit les Mères de la place de Mai, emblème de la résistance civile à l’une des pires dictatures d’Amérique Latine, à publier en 2006 une compilation des écrits de Saddam Hussein, considéré comme un  résistant à l’impérialisme américain.

Invitations Facebook à « commémorer le jour de la Résistance et de la Loyauté » et la fondation du PSNS.

Invitations Facebook à « commémorer le jour de la Résistance et de la Loyauté » et la fondation du PSNS.

La présence d’une communauté alaouite ancienne et institutionnalisée constitue une autre spécificité peu connue. L’association pan alaouite islamique de bienfaisance a ainsi été fondée dès 1924 à Buenos Aires. Une kyrielle d’autres associations de bienfaisance ont ensuite vu le jour dans un but de diffusion de la foi. Enfin, d’autres organisations religieuses à connotation plus politique ont été créées pour sensibiliser l’opinion en faveur des positions du régime iranien (l’Organisation Islam et l’association argentino-islamique – l’ASAI). Takbir TV, très présent et actif sur les medias sociaux de la communauté, poursuit le même objectif.

Conclusion

Au Venezuela, l’idéologie anti-impérialiste semble être le déterminant principal des positions tant gouvernementales que communautaires. En Argentine, l’influence historique du PSNS,  l’existence d’une diaspora alaouite organisée et un fort sentiment anti-américain se conjuguent pour expliquer un soutien très marqué au régime. Au Brésil, l’ensemble de ces éléments joue de manière beaucoup plus atténuée, laissant une marge à la diplomatie brésilienne pour condamner les exactions sans toutefois soutenir d’intervention extérieure.

L’absence d’interrogations sur les causes du soulèvement syrien est un trait caractéristique des discussions communautaires sur la crise syrienne. Les débats tournent toujours à une discussion générale de relations internationales, déconnectée des réalités historiques propres à la Syrie.

Tout se passe comme si la souveraineté du peuple syrien, si souvent invoquée contre les ingérences extérieures, était dépourvue de tout volet interne : la question démocratique n’est ainsi jamais posée. Le grand absent de ces débats est in fine le peuple syrien lui-même, paradoxe majeur pour une communauté diasporique, a fortiori lorsqu’elle est marquée à gauche.

Bibliographie

  • Baeza, Cecilia, 2010 :  Les Palestiniens d’Amérique Latine et la cause palestinienne (Chili, Brésil, Honduras – 1920-2010), Thèse de Doctorat en Science Politique (Relations internationales), Paris, IEP, 589 p.
Pour citer ce billet : Janaina Herrera, « La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 14 septembre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4144

Janaina Herrera a servi comme diplomate française de 2003 à 2010, dont trois années en poste au Liban en tant que 1re secrétaire à la chancellerie politique. En 2011, elle a co-fondé à Beyrouth « New Generation Consulting » (NGC), un think tank consacré à l’Amérique Latine et au Moyen-Orient.
Ancienne élève de Sciences po et l’ENA, elle a la double nationalité franco-chilienne.

New Generation Consulting est un cabinet d’étude consacré aux relations diplomatiques et au développement durable en Amérique Latine et au Moyen Orient. NGC s’intéresse plus particulièrement aux échanges Sud-Sud entre les deux régions  et souhaite contribuer au renforcement de ces relations (intensification du dialogue politique, activation des liens diasporiques, gestion durable des ressources naturelles).

Janaina Herrera

Janaina Herrera a servi comme diplomate française de 2003 à 2010, dont trois années en poste au Liban en tant que 1ère secrétaire à la chancellerie politique.
En 2011, elle a cofondé à Beyrouth « New Generation Consulting » (NGC), un think tank consacré à l’Amérique Latine et au Moyen-Orient.
Ancienne élève de Sciences po et l’ENA, elle a la double nationalité franco-chilienne.

More Posts - Website

La Tunisie et ses Palestine. De Habib Bourguiba à Umran Kilani Muqaddami

Drapeau palestiniens et tunisiens, entourant celui de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT)….

Drapeau palestiniens et tunisiens, entourant celui de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Manifestation, Paris, sans date. Source : UGTT Facebook (page officielle, https://www.facebook.com/ugtt.page.officielle).

Cet article est le fruit d’une recherche développée par l’auteur au sein de l’Institut français du Proche-Orient : « La Palestine internationalisée ». Elle porte sur les mobilisations transnationales et les réseaux activistes globalisés autour de la question palestinienne. Il ne s’agit donc que d’un long work in progress.

Une cartographie politique transnationale

Le 8 avril 2012 s’est tenue à Tunis une cérémonie officielle à l’aéroport de Tunis-Carthage : la dépouille de Umran Kilani Muqaddami retournait au pays, 24 ans après sa mort au Sud-Liban, lors d’un accrochage avec l’armée israélienne1. Né en 1962 à Mdhilla, dans le bassin minier de Gafsa, province paupérisée du sud-ouest de la Tunisie, Umran Kilani Muqaddami était membre du Mouvement des patriotes démocrates-Watad2, une formation d’extrême-gauche implantée jusqu’à aujourd’hui dans cette région, notamment au sein de la centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail3. En 1984, il part en Syrie, et s’inscrit à la faculté de Damas pour suivre des études de psychologie, pendant deux ans4. C’est à cette époque qu’il aurait adhéré au Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP) de Nayef Hawatmeh5. Parti au Liban, il mène le 26 avril 1988 une attaque contre des soldats israéliens dans la zone des fermes de Chebaa, au cours de laquelle il décède, à l’âge de 26 ans. Son corps est alors récupéré par l’armée israélienne6. L’opération se voulait une réponse à l’assassinat de Khalil al-Wazir, plus connu sous le nom de Abu Jihad : le numéro deux de l’Organisation pour la libération de la Palestine était en effet décédé à Sidi Bou Saïd, dans la banlieue nord de Tunis, sous les balles d’un commando israélien, le 16 avril 19887.

Ce n’est qu’en janvier 2004 que le Hezbollah récupère sa dépouille, au terme d’un échange de prisonniers et de restes mortuaires avec l’État israélien, sous médiation allemande. Mais le président Ben Ali refuse toute cérémonie officielle en Tunisie pour recevoir le corps : la famille préfère alors qu’il reste au Liban, à défaut de reconnaissance présidentielle. Il faudra attendre la chute du régime pour le voir revenir. Début avril 2012, la dépouille est exhumée du cimetière des martyrs (Maqbarat ash-Chuhadâ’), dans la banlieue sud de Beyrouth, non loin du camp de réfugiés palestiniens de Chatila. Une première cérémonie officielle se tient à Beyrouth le 6 avril en présence de son frère, Rachid Kilani Muqaddami, d’un représentant de la direction de l’UGTT venu pour l’occasion au Liban, Qasem Afiah, de l’ambassadeur tunisien, Muhammad Faouzi Balout, de délégués d’organisations politiques palestiniennes, ainsi que de personnalités syndicales et associatives proches du Hezbollah, dont le Cheikh Attalah Hamoud, président de l’Association des prisonniers (Jam’iyat al-Usra)8. Le 8 avril, le corps arrive à l’aéroport de Tunis-Carthage. L’accueil de Umran Kilani Muqaddami est officiel – des militaires attendent le cercueil sur le tarmac – et aussi politique : plusieurs dizaines de membres de l’Union générale tunisienne du travail, du Mouvement des patriotes démocrates, du Parti des ouvriers communiste tunisien (POCT)9 et de formations nationalistes arabes célèbrent son arrivée. Le jour même, le cercueil part à Gafsa, dans un avion militaire. Il est alors enterré le 9 avril. La date, symbolique, a été choisie par la famille : ce jour, férié en Tunisie, est celui de la « fête des martyrs », commémorant la mort de manifestants, le 9 avril 1938, face aux troupes françaises10.

Arrivée du corps de Umran Kilani Muqaddami à Gafsa, en Tunisie. Le cercueil est entouré du drapeau de l’UGTT. Source : UGTT Facebook, page officielle (https://www.facebook.com/ugtt.page.officielle)

Le cas de Umran Kilani Muqaddami n’est pas isolé. Depuis 2004, ce sont ainsi huit dépouilles de combattants tunisiens décédés lors d’opérations contre l’armée israélienne au sud-Liban, ou lors d’infiltrations dans le nord d’Israël, qui ont été peu à peu récupérées lors d’échanges de prisonniers et de dépouilles mortuaires entre le Hezbollah et l’armée israélienne11. Les similitudes des trajectoires sont frappantes : ils appartiennent à une génération née dans la Tunisie bourguibiste des années 1960 et 1970. Ils ont en général une culture politique se situant à la confluence de la gauche radicale et du nationalisme arabe, ce qui se traduit par une militance dans des formations politiques palestiniennes du même bord. Ils sont moins issus du milieu des élites tunisiennes de la côte et du Sahel, principal berceau du Néo-Destour de Habib Bourguiba et du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) de Zine al-Abidin Ben Ali, que des régions périphériques et paupérisées du centre et du sud, de bassins ouvriers historiquement contestataires, et de provinces ayant porté historiquement les oppositions au bourguibisme12 : Médénine, Gafsa, Gabès, Kerouan, Metlaoui, Sfax, Jerba. Ils signent enfin une singulière géographie politique, en forme de globalisation militante dont la question palestinienne serait l’épicentre symbolique, mais jamais atteint. Le cas de Umran Kilani Muqaddami est en ce sens paradigmatique : il met en scène, par son départ en 1984 et son retour, mortuaire, en 2012, une cartographie politique transfrontalière engageant plusieurs espaces (successivement le bassin minier de Gafsa, la Syrie, puis le sud-Liban), des organisations politiques aux idéologies politiques parfois non-concordantes (l’extrême-gauche tunisienne et palestinienne, le mouvement syndical de l’UGTT, le Hezbollah libanais), et des temporalités discordantes (partant de la Tunisie bourguibiste en 1984, n’ayant pas connu celle de Ben Ali, sa dépouille revient dans celle de l’après révolution). Dans cette globalisation politique de la question palestinienne, la Tunisie ne fait pas, à cet égard, figure d’exception : des années 1960 aux années 1980, de nombreux activistes issus de la mouvance nationaliste et d’extrême-gauche et en provenance de l’ensemble du monde arabe ont pu incorporer des formations politiques palestiniennes, y tenant parfois de hautes fonctions politiques et militaires13.

Affiche produite par le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), avril 2012. On distingue, en plus de l’emblème du FPLP, du portrait de Umran Kilani Muqaddami et d’un extrait de son testament manuscrit, les drapeaux palestiniens et tunisiens. Source : pflp.ps

Affiche produite par le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), avril 2012. On distingue, en plus de l’emblème du FPLP, du portrait de Umran Kilani Muqaddami et d’un extrait de son testament manuscrit, les drapeaux palestiniens et tunisiens. Source : pflp.ps

La Tunisie de Bourguiba : une politique de la distanciation

Rares sont les écrits consacrés aux rapports entre la Palestine et le Maghreb, et plus particulièrement la Tunisie14. Le sujet ne devrait pourtant pas laisser complètement indifférent, au-delà du simple cas de Umran Kilani Muqaddami, et il ne se limite pas à la seule transnationalisation activiste adoptant la violence politique comme principal répertoire d’action. La position du fondateur du Néo-Destour et premier Président de la République tunisienne, Habib Bourguiba, se caractérise par son hétérodoxie stratégique. Il ne se reconnaît pas dans la position d’un Gamal Abdel-Nasser, et ne croît pas dans l’établissement d’un rapport de force militaire face à Israël de la part des États arabes. En faisant exécuter, en août 1961, son principal adversaire, Salah Ben Youssef15, il a également sonné le glas d’un mouvement nationaliste tunisien qui aurait encore pu se teinter de thèses panarabistes.

Fidèle à sa politique de « l’indépendance par étapes »16, il est enclin aux compromis : le premier, il appelle , lors de deux discours tenus en mars 1965 à Jéricho, en Cisjordanie, et dans la partie Est de Jérusalem, les Palestiniens à adopter une solution négociée avec Israël, sur la base des résolutions de l’ONU. La politique bourguibiste de distanciation consiste certes à se dissocier de ce que le père de l’indépendance tunisienne peut bien considérer comme un certain maximalisme des États arabes vis-à-vis d’Israël, incarné dans la position du sommet de la Ligue arabe de 1967, tenu à Khartoum, au Soudan. Elle ne va cependant pas jusqu’à reconnaître Israël, à l’instar de l’Égypte ou de la Jordanie. Si caractéristique de la geste politique de Habib Bourguiba, il s’agit encore, jusqu’au coup d’État de Zine al-Abidin Ben Ali qui l’évince du pouvoir en novembre 1987, de souffler le chaud et le froid à l’encontre d’Israël, la Tunisie se devant de préserver des lignes d’alliances géopolitiques aussi diverses que parfois contradictoires. Ainsi, le « combattant suprême», comme il aimait à être nommé, ouvre les portes du port de Bizerte, en août 1982, à une Organisation pour la libération de la Palestine désormais exilée du Liban, et qui allait faire de la Tunisie son refuge principal17.

Photo de Habib Bourguiba (deuxième en partant de la gauche), avec le fondateur de l’UGTT, Farhat Hached (troisième en partant de la gauche). Source : www.ugtt.org.tn

Habib Bourguiba (deuxième en partant de la gauche), avec le fondateur de l’UGTT, Farhat Hached (troisième en partant de la gauche). Source : www.ugtt.org.tn

La gauche et les islamistes, ou la double inclusion palestinienne

La politique de distanciation prudente de l’État bourguibiste concernant le conflit israélo-arabe ne fut pas celle des oppositions tunisiennes au régime. Des années soixante-dix aux années 1980, d’abord dans la mouvance de la gauche radicale, celle du Travailleur tunisien (al ‘Âmil at-tûnisi) notamment et de ses nombreux héritiers18, puis au sein du Mouvement de la tendance islamique (Harakat al-Ittijâh al-islâmi)19, c’est bien plutôt la politique de la double inclusion qui joue : sous un registre « internationaliste » et « tiers-mondiste» pour la gauche tunisienne20, « panislamique » pour la mouvance islamiste, c’est alors la Tunisie qui doit être raccrochée au conflit israélo-arabe, et, de manière concomitante, la Palestine qui se doit de devenir un symbole mobilisateur pour la société tunisienne. Il n’est alors plus question, comme avait pu le faire Habib Bourguiba, de reconnaître la possibilité de deux États palestiniens et israéliens. La Palestine peut aussi servir de levier symbolique pour contester, en interne, le régime lui-même. Au contraire de la gauche radicale, l’attachement du mouvement islamiste Ennahda à la question palestinienne ne se traduit cependant pas par un engagement de type politico-militaire : en revanche, c’est au Soudan, mais aussi au Royaume-Uni et au Liban, que les principaux dirigeants d’Ennahda prennent contacts, du milieu des années 1980 au début des années 1990, avec les Frères musulmans palestiniens, qui forment, à partir de 1987, le Hamas (Mouvement de la résistance islamique)21.

La centralité de la question palestinienne dans la pratique politique tant des islamistes que de la gauche radicale tunisienne ne s’est pas arrêtée avec la chute du régime de Ben Ali en janvier 2011. Elle sert encore de référent légitimant et de signifiant structurant. Au mois de juin 2011, le parti islamiste Ennahda peut ainsi quitter la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, la réforme politique et la transition démocratique22 au nom de principes « antisionistes » affirmés. La formation de Rachid Ghannouchi demandait en effet que le refus de la normalisation (at-Tatbî’) avec Israël soit clairement évoqué dans la rédaction d’un « Pacte républicain » commun à tous les partis, censé faire consensus en l’absence de constitution. Début janvier 2012, le gouvernement de Hamadi Jebeli, membre du mouvement Ennahda, reçoit à Tunis le Premier ministre palestinien Ismaël Haniyeh, un des principaux dirigeants du Hamas. Depuis la chute de Ben Ali, le penseur et écrivain Mounir Chafiq, un ancien dirigeant du Fatah converti à l’islam politique dans les pas de la révolution iranienne, membre du Maktab at-Tahtît (Bureau de planification) de l’OLP dans les années 1980 et conseiller d’Abu Jihad, le numéro deux de la centrale palestinienne, a été invité à plusieurs reprises à Tunis par le mouvement Ennahda, sur lequel il a pu exercer une certaine attraction intellectuelle23. En mai 2012, ce sont encore quatre membres du gouvernement tunisien, dont deux du mouvement Ennahda24, qui entament une grève de la faim en solidarité avec celle que mènent au même moment les détenus palestiniens en Israël.

Enfin, pour la gauche radicale, tout comme pour la centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail, l’accueil réservé à la dépouille mortuaire de Umran Kilani Muqaddami au mois d’avril 2012 n’a pas seulement vocation à faire vivre une tradition tiers-mondiste et arabiste, sous un mode éventuellement nostalgique : la présence de membres de la direction de l’UGTT aux cérémonies officielles au Liban comme en Tunisie, la médiatisation de son arrivée à Tunis par les organes de la centrale syndicale, ne sont pas fortuites. Elles s’inscrivent dans un contexte d’opposition politique croissante entre l’UGTT et le mouvement Ennahda, aujourd’hui principale formation au sein de l’assemblée nationale constituante et du gouvernement tunisien. L’UGTT affirmant tenir sa légitimité du soulèvement de décembre 2010 et janvier 2011, et le mouvement Ennahda de celle des urnes, le recours à la thématique palestinienne s’inscrit pour l’un comme pour l’autre dans une stratégie d’instrumentalisation liée à des enjeux politiques internes.

Arrivée du corps d’Umran Kilani Muqaddami à Tunis. Au premier rang (deuxième en partant de la gauche), Houcine Abbassi, secrétaire général de l’UGTT, et, au milieu, la mère de Umran Kilani Muqaddami. Photo : Khansa Ben Tarjem.

Arrivée du corps d’Umran Kilani Muqaddami à Tunis. Au premier rang (deuxième en partant de la gauche), Houcine Abbassi, secrétaire général de l’UGTT, et, au milieu, la mère de Umran Kilani Muqaddami. Photo : Khansa Ben Tarjem.

Imaginer la Palestine pour dessiner la Tunisie

Dans le contexte de l’après révolution, islamistes et syndicalistes sont polarisés. Les premiers craignent une centrale syndicale qui ne manque pas de base populaire, particulièrement dans les régions centrales, berceau de l’insurrection de décembre 2010. Qui plus est, la gauche radicale tunisienne, qui a renforcé son poids au sein du nouveau bureau exécutif de la centrale élu en décembre 201125, ne cache pas son hostilité au mouvement Ennahda, tout à la fois suspecté de vouloir islamiser les institutions et de défendre des orientations économiques à dominante néo-libérale. Les seconds, à la tête du gouvernement, reprochent souvent à l’UGTT son maximalisme revendicatif. C’est aussi dans ce cadre politique qu’il faut chercher le sens de l’utilisation de la thématique palestinienne par les acteurs politiques : les uns comme les autres cherchent dans la question palestinienne, entre autres éléments, le ferment de leur propre légitimité politique. La signification donnée à la question palestinienne sert pour l’essentiel à contester la légitimité de l’adversaire du moment. De l’image de la Palestine qu’on dessine dépend aussi l’image de la Tunisie que l’on souhaite. Pour une partie de l’UGTT, la vision de la Palestine est celle d’Umran Kilani Muqaddami : elle s’attache à l’histoire d’une génération politique formée pour l’essentiel dans le souvenir des nationalismes arabes, des gauches radicales, et des tiers-mondismes dits « progressistes » du passé, qu’il s’agirait encore de réactiver. Pour Ennahda, l’image de la Palestine est intimement liée à celle du mouvement islamiste palestinien, et, partant, à l’essor politique des formations issues des Frères musulmans dans le contexte des soulèvements arabes. Ces deux visions de la Palestine renvoient à un débat interne, portant sur l’identité politique même de la Tunisie : les uns privilégient une vision que l’on pourrait qualifier d’« arabo-tiers-mondiste » ou d’« arabo-progressiste », les autres une identité « arabo-islamique ». Il y a bien une Tunisie avec, en miroir, plusieurs Palestine : celle, distante et passée, de Bourguiba, qui ne se confond pas avec celle du mouvement Ennahda, ni avec celle du mouvement syndical et de la gauche radicale tunisienne. Et pourtant : la diversité des interprétations et des significations données à la question palestinienne en Tunisie, son instrumentalisation politique dans la conjoncture actuelle par les différentes parties, témoignent aussi de son effet continu d’attraction. Elles confirment peut être que la question palestinienne, loin d’être marginalisée par les révolutions arabes, en demeure un des enjeux symboliques majeurs.

Pour citer ce billet : Nicolas Dot-Pouillard, « La Tunisie et ses Palestine. De Habib Bourguiba à Umran Kilani Muqaddami », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 29 mai 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3461

Nicolas Dot-Pouillard est chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), à Beyrouth.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/nicolas-pouillard

Tous les billets de Nicolas Dot-Pouillard

Notes

  1. « Wusûl Rifât ach-Chahîd ‘Umrân Kilâni al-Muqaddami ila Tûnis ba‘d Ta‘tîl istamara 24 ‘Âm », (Arrivée des restes du martyr ‘Umrân Kilâni al-Muqaddami après un blocage qui a duré 24 ans), Tunis Afrique Presse (TAP), 9 avril 2012, http://www.tap.info.tn/ar/ar/component/content/article/352-2011-04-09-10-28-00/24741—24-.html.
  2. Watad est la contraction de Harakat al-Wataniyin ad-dîmukrâtiyin, Mouvement des patriotes démocrates. Clandestine sous le régime de Bourguiba et de Ben Ali, légalisée peu après la révolution de janvier 2011, aujourd’hui dirigée par un avocat, Choukri Belaïd, cette formation a deux députés à l’assemblée nationale constituante élue à la fin octobre 2011.
  3. L’UGTT est officiellement crée en 1946. Son principal fondateur, Farhat Hached, assassiné au sud de Tunis, dans la banlieue de Radès, en 1952, par une organisation paramilitaire française, la « Main rouge », a été une des principales figures du mouvement nationaliste tunisien. Les sections régionales de l’UGTT ont été particulièrement actives dans le soulèvement tunisien de décembre 2010 et janvier 2011, notamment à-travers quatre de leurs fédérations : les postes et télécommunications, l’enseignement primaire, l’enseignement secondaire, la santé. Revendiquant un demi-million d’adhérents, l’UGTT a renouvelé sa direction en décembre 2011, à l’occasion de son 22e congrès.
  4. Voir l’interview, réalisée en juillet 2011, de la mère de Umran Kilani Muqadammi, Khalisa Muqaddami : « Hiwâr ma‘a ‘Â’ilat ach-Chahîd ‘Umrân Kilâni Muqaddami » (Dialogue avec la famille de ‘Umrân Kilâni Muqqadami), ach-Churûq, Tûnis, 19 juillet 2011, https://www.facebook.com/note.php?note_id=221624844520476.
  5. Le FDLP est né en 1969 d’une scission du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), fondé par Georges Habache. Ce sont encore aujourd’hui les deux principales formations de la gauche palestinienne.
  6. Rajana Hamyeh, « Omran al-Mokaddemi : from Gafsa to Palestine and back », al-Akhbar English, April 12, 2012, http://english.al-akhbar.com/content/omran-al-mokaddemi-gafsa-palestine-and-back
  7. Abu Jihad était en effet suspecté par les autorités israéliennes d’être l’un des principaux organisateurs de l’Intifada dans les territoires palestiniens depuis décembre 1987.
  8. Voir l’article consacré par le site de la télévision du Hezbollah, al-Manâr, à Umran Kilani Muqaddami : « Ihtifâl wadâ’i lich-Chahîd at-tûnisi Umrân Kilâni fi Beirût » (Fête d’adieu au martyr tunisien Umrân Kilâni à Beyrouth), al-Manâr, 8 avril 2012, http://www.almanar.com.lb/adetails.php?eid=215979&cid=21&fromval=1&frid=21&seccatid=19&s1=1.
  9. Dirigé par Hamma Hammami, longtemps clandestin, le Parti des ouvriers communiste tunisien (Hizb al-‘Ummâl al-chuyû’i at-tûnisi) est aujourd’hui représenté à l’Assemblée nationale constituante par trois députés.
  10. Le 9 avril 1938, plusieurs dizaines de manifestants sont tués et blessés par l’armée française, à Tunis, ainsi que dans plusieurs villes du pays, suite à un appel du parti nationaliste Néo-Destour à des démonstrations de rue contre les autorités protectorales.
  11. En plus de Umran Kilani Muqadammi, originaire de Gafsa, décédé le 26 avril 1988, il s’agit de : Miloud Ben Najah, décédé le 11 novembre 1987 dans une opération armée par deltaplane ; de Faycal al-Hachichi, décédé le 8 juillet 1993 ; de Khaled Ben Salah al-Jalasi, décédé le 25 décembre 1988 ; de Sami Ben Taher al-Hajj Ali, décédé le 19 janvier 1995 ; de Riad Ben al-Hachimi Ben Jama’a, décédé le 19 janvier 1995 ; de Kamel Badri, décédé le 27 janvier 1996 ; et de Baligh Ben Muhammad Anouar al-Lajmi, décédé le 27 janvier 1996. Source : « Chuhadâ’ tûnisiyun ‘ala Darb Tahrîr Filastîn » (Martyrs palestiniens sur le chemin de la libération de la Palestine), Facebook, https://www.facebook.com/note.php?note_id=124849390882152.
  12. Sur les « origines socio-géographico-politiques » des différentes oppositions tunisiennes, se reporter à : Michaël Bechir Ayari, S’engager en régime autoritaire. Gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante, Thèse de sciences politiques, sous la direction de Michel Camau, Université Paul Cézanne/Aix-Marseille III, janvier 2009.
  13. En mars 2012, le décès du penseur égyptien Mahjoub Omar vint rappeler l’histoire de ces activistes arabes ayant intégré les rangs des formations politiques palestiniennes. Né en 1932, d’abord membre du Parti communiste égyptien, il entra en 1967 dans les rangs du Fatah en Jordanie. Proche du numéro deux de l’organisation pour le libération de la Palestine, Abu Jihad, il exercera d’importantes fonctions politico-militaires au sein du Fatah au cours de la guerre civile libanaise, notamment au Sud-Liban. L’ensemble de ses écrits ont été regroupés en 2002 : Mahjoub Omar, Kîtâbât (Écrits), Dâr al-Fikr al-islâmi, 2002.
  14. La thèse de Jean-Paul Chagnollaud, soutenue à l’université de Paris I en septembre 1975, consacrée au « Maghreb et au conflit israélo-arabe », et publiée en 1979 aux éditions Sindbad, constitue une bonne introduction historique aux rapports entre les premières élites indépendantistes algériennes, marocaines et tunisiennes et l’Organisation pour la libération de la Palestine. Cf. Jean-Paul Chagnollaud, Maghreb et Palestine, Paris, Sindbad, 1977 (Bibliothèque arabe).
  15. En juin 1955, Salah Ben Youssef, l’un des fondateurs du Parti Néo-Destour, dénonce les conventions franco-tunisiennes, qui prévoyaient notamment que la France puisse encore gérer la sécurité intérieure et extérieure du pays pendant dix ans. Au contraire de Habib Bourguiba, Salah Ben Youssef est particulièrement influencé par les thèses nationalistes arabes, et fut considéré comme proche du premier président de l’Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella, ainsi que du Président Gamal Abdel Nasser. La mouvance dite « youssefiste », férocement réprimée au début des années 1960, fut considérée comme l’un des premiers mouvements d’opposition au régime bourguibiste. Sur la genèse du mouvement yousséfiste, cf. ‘Arûsiyyah at-Turki, al-Haraka at-yûsufiya fi-Tûnis (1955-1956) (Le mouvement yousséfiste en Tunisie), Sfâqs, Maktabat ‘alâ’ ad-Dîn, 2011.
  16. La politique « d’indépendance par étape » résulte, chez Habib Bourguiba, de l’analyse du rapport de force entre les autorités protectorales françaises et le mouvement national tunisien dans les années 1940 et 1950 : pour le fondateur du Néo-Destour, une révolution populaire, à fortiori armée, est vouée à l’échec en Tunisie. Il faut alors, tout en construisant le mouvement nationaliste, aboutir à l’indépendance par une série de négociations politiques avec l’État français. Sur la politique bourguibiste « d’indépendance par étape », consulter le premier chapitre de la première partie de l’ouvrage de Samy Ghorbal, « Le bourguibisme, une théorie de l’action », in Orphelins de Bourguiba et héritiers du Prophète, Tunis, Cérès éditions, 2012.
  17. Quelques images de l’arrivée des premiers membres de l’OLP dans le port de Bizerte sont disponibles sur le site Dailymotion : https://www.dailymotion.com/video/x2gd82_arrivee-de-l-olp-en-tunisie-1982_news.
  18. La gauche radicale tunisienne s’est structurée à partir de 1963 autour de la revue Perspectives (al-Afâq), publiée par le Groupe d’études et d’action socialiste (GEAST). À partir des années soixante-dix, le GEAST opère un tournant « marxiste-léniniste », considérablement marqué par le maoïsme ainsi que par une certaine forme de nationalisme arabe. C’est à partir de 1970 qu’il est connu sous le nom de al-‘Âmil at-tûnisi (Le Travailleur tunisien), du nom de son journal, clandestin. Aujourd’hui, les principales formations de la gauche radicale tunisienne – Parti des ouvriers communiste tunisien, Mouvement des patriotes démocrates-Watad – sont le fruit de l’éclatement du Travailleur tunisien au début des années 1980. Il est à noter que le Parti démocratique progressiste (PDP) de Ahmed Nejjib Chebbi, aujourd’hui principale formation centriste à l’Assemblée nationale constituante, est lui-même issu d’une organisation sociale-démocrate née en 1983 de l’éclatement du Travailleur tunisien : le Rassemblement socialiste progressiste (RSP). En avril 2012, le PDP a fusionné avec sept partis centristes pour créer le Parti républicain (PR).
  19. Le Mouvement de la tendance islamique a été fondé au début des années 1980. Son visa de légalisation fut alors refusé par le Ministère de l’intérieur en juillet 1981. Ce n’est qu’à partir de 1987 que le mouvement prendra le nom d’Ennahda (La renaissance), sous lequel il est connu aujourd’hui.
  20. Aussi faudrait-il préciser la mouvance tunisienne nationaliste arabe, tant nassérienne que baathiste.
  21. Entretien avec l’auteur d’un membre de la direction du mouvement Ennahda, Paris, mars 2012.
  22. Il s’agissait alors d’une instance représentant partis politiques, mouvements associatifs et syndicaux, pilotant la transition démocratique aux-côtés du gouvernement transitoire de Béji Caïd Essebsi, de mars 2011 jusqu’aux élections pour une Assemblée nationale constituante d’octobre 2011.
  23. Entretien de l’auteur avec Ajmi Lrouimi, membre du Bureau exécutif du mouvement Ennahda, Tunis, janvier 2012. Sur l’évolution intellectuelle et politique de Mounir Chafiq, voir Nicolas Dot-Pouillard, « Al-Yassâr al-mathûl lil-Islâm. Qirâ’ fi-Hâlat al-Katîba at-tullâbiya li-Harakat Fatah » (La gauche convertie à l’islam. Lecture du cas de la Brigade étudiante du mouvement Fatah) », Marâsid, Karâsât ‘alimiya (Observatoires. brochures scientifiques), 2, en langue arabe, Maktabat al-Iskandriya (Bibliothèque d’Alexandrie), Égypte, novembre 2010, http://www.bibalex.org/attachments_ar/Publications/Files/2011062313365476383_.pdf.
  24. Pour le mouvement Ennahda, il s’agit de Moncef Ben Salem, ministre de l’enseignement supérieur, et de Abdel Karim al-Harouni, ministre des transports. Les deux autres grévistes, Muhammad Abbou et Samir Ben Amor, respectivement Ministre délégué à la réforme administrative et conseiller du président de la République, sont membres du Congrès pour la République (CPR).
  25. Sur les 13 membres du bureau exécutif de la centrale syndicale élus en décembre 2011, trois sont explicitement affiliés à l’extrême-gauche : Sami at-Tahiri, Hafedh Hafedh et Mhammed Msalmi. Le nouveau secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abbassi, est un ancien militant du Parti communiste tunisien. Membre du précédent bureau exécutif de l’UGTT, il faisait alors partie de l’opposition de gauche à la direction menée par Abdessalam Jrad, réputé proche du palais présidentiel et du parti dirigeant, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).