Paulhan,le Mongol extraordinaire et le socialisme en Bretagne

              L’étude localisée du milieu partisan socialiste implique une recherche détaillée sur l…

              L’étude localisée du milieu partisan socialiste implique une recherche détaillée sur les structures de l’organisation militante et sur le rôle attribué à chaque adhérent. Cette collecte d’informations peut se faire grâce aux très nombreuses biographies du Maitron, à la recension des données contenues dans la presse militante et par l’utilisation des comptes rendus de réunions politiques que l’on trouve dans les archives. Le traitement de ces informations peut ensuite faire l’objet d’un traitement prosopographique[1] ou aider à une meilleure connaissance de ce que signifie être militant socialiste à cette époque. Ma démarche, qui vise davantage à une sorte d’ethnographie historique du mouvement socialiste, nécessite une utilisation d’autres sources, plus personnelles, qui permettent une tentative d’appréhension du for intérieur socialiste dans l’entre-deux-guerres. Mais disposer de traces personnelles comme des témoignages écrits, des journaux intimes ou des correspondances, n’est pas si fréquent en ce qui concerne des militants socialistes qui bien souvent n’ont laissé que très peu de papiers personnels permettant de rendre compte a posteriori de leur expérience militante. Il y a d’ailleurs fort à parier qu’une telle démarche est bien plus fréquente pour des personnes issues d’un milieu intellectuel que pour les autres catégories sociales, ne serait-ce qu’au niveau de l’existence et de la conservation des écrits personnels. Il faut donc chercher également à collecter ce type d’informations, ce que j’essaye de faire dans le cadre de ma recherche.

le Dr Choffé publie une revue politique ” Comprendre” qui se situe à la gauche de la SFIO

                Dans ce domaine il me semble que la fédération socialiste des Côtes du Nord témoigne d’un caractère particulier. On trouve en effet, aux côtés de nombreux enseignants souvent responsables des sections dans les communes, plusieurs militants fédéraux que l’on peut qualifier d’«intellectuels ». Bien sûr, cette catégorie doit être appréhendée avec précision, aussi faut-il sans doute passer par une définition du terme, ainsi que par une connaissance des liens qui unissent les intellectuels au socialisme. On dispose d’une très utile étude sur ce point, qui inspire ma recherche: il s’agit du livre de Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le Socialisme et la Guerre 1900-1938[2], qui permet d’avoir une excellente connaissance de ces questions, d’autant qu’elles sont étudiés également sous l’angle de l’influence de la guerre de 1914-1918, ce qui constitue encore davantage pour moi une importante piste de réflexion.

                Ce qui me semble être une particularité dans les Côtes du Nord, l’importante présence d’intellectuels dans l’encadrement fédéral de la SFIO, m’occupe en ce moment. En effet, dans les années Trente, on peut y retrouver Guy Robert, professeur de lettres et futur spécialiste de Zola comme secrétaire fédéral, Augustin Hamon, essayiste et  traducteur des œuvres de l’Anglais Bernard Shaw, Yves Le Lay qui fut le premier traducteur en France de Freud et de Jung, ou bien encore le médecin Frédéric Choffé sur lequel je voudrais me pencher plus en détail dans ce billet.

                Frédéric Choffé est l’auteur d’une thèse sur la tuberculeuse, ce qui l’amène à être responsable de plusieurs sanatoriums dont celui de Trestel dans les Côtes du Nord dans les années Trente. Il est déjà à sa venue un militant socialiste aguerri et il poursuit en Bretagne son activité politique. Il devient ainsi secrétaire fédéral adjoint, se présente aux élections municipales de Trévou-Tréguignec où il est élu conseiller municipal. Il se porte également candidat de la SFIO lors des élections législatives de 1936 mais il est assez largement battu. On peut connaître son action militante par les sources habituelles, comme ses articles qu’on trouve dans la presse socialiste du département, mais aussi, cas plus exceptionnel, grâce à une publication qu’il dirige : la revue  Comprendre qui se place sur une ligne de gauche au sein de la SFIO, et enfin par une correspondance qu’il a échangé avec son beau-père Jean Paulhan.

                Paulhan est à l’époque un intellectuel respecté et influent du Monde des lettres qui dirige la NRF et Choffé a épousé sa fille née d’un premier mariage. Les deux hommes deviennent très liés, d’autant qu’ils partagent des opinions politiques communes. Mais Paulhan, même s’il est conseiller municipal de Chatenay-Malabry garde une distance, parfois amusée, vis-à-vis des partisans de la gauche française et du socialisme. Ainsi, séjournant régulièrement à Trestel, il a l’occasion d’assister à un meeting socialiste en avril 1936 :

« J’ai aussi suivi des réunions électorales : un extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche, récitait deux heures durant, en mélopée, le programme S.F.I.O… C’était très beau »[3]

      Évidemment cet extrait montre toute l’ironie de Paulhan dont il faut régulièrement preuve. Ainsi à la même période, il échange souvent avec Louis Guilloux : ce dernier lui signale dans une de ses lettres qu’Augustin Hamon est inquiété par les autorités à cause d’un numéro spécial de la Charrue Rouge sur la guerre. Paulhan lui répond alors que Hamon aurait mérité d’être pendu pour ses traductions de B.Shaw !

    L’ironie mordante de Paulhan se retrouve donc dans la description qu’il fait de ce meeting au temps du Front populaire. Marcel Parent, auteur d’une très bonne étude sur l’action politique de Paulhan, nous dit que cela se passait en compagnie de son beau-fils et il explique :

«  Il y a tout lieu de penser que Philippe Le Maux est l ‘ extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche…’ Loin de Châtenay, Jean Paulhan se pose en spectateur ironique, et même féroce, d’une réunion publique à laquelle il a pris la peine d’assister.»[4]

     Peut-être faut-il préciser que Philippe Le Maux, candidat socialiste paysan, fut élu député, même si Paulhan semble s’être ennuyé à l’une de ses réunions électorales. On retrouve sans doute le regard distancié de l’intellectuel qui peut-être méprise une forme de pratique politique trop éloignée de ses habitudes parisiennes. Quoi qu’il en soit, de tels témoignages sont aussi très utiles pour mieux appréhender la connaissance du socialisme à cette période en Bretagne.

      Mais revenons à Frédéric Choffé. Il entretient donc une correspondance avec Jean Paulhan, dont on peut lire des extraits dans le livre de Marcel Parent. Là encore, ses lettres peuvent aider à une connaissance approfondie de l’enracinement de la SFIO dans ce territoire. Sans doute qu’une exploitation  de ses lettres serait nécessaire – la correspondance est conversée à l’IMEC– car Frédéric Choffé semble y commenter régulièrement son action militante : il relate l’arrêt du journal fédéral « faute d’argent » et en conséquence il ne peut poursuivre son analyse du fascisme qu’il souhaitait faire dans ses articles, il y commente également l’actualité du Parti et sa participation à la vie politique locale  comme dans cette lettre:

« Mardi 16 avril 1935

Mon cher Jean,

Peut-être serez-vous déjà en route vers Trestel quand ma lettre arrivera à Châtenay.

Je ne crois que les marchands de canon – qui sont en même temps gros industriels et gros banquiers, propriétaires ou actionnaires des grands journaux- veulent la guerre. Les menaces de guerre, qui leur permettent de placer leurs marchandise, leur suffisent bien »[5]

      On peut voir dans ces quelques extraits que Frédéric Choffé, mais aussi Paulhan, apportent des informations utiles pour la connaissance du milieu partisan socialiste. S’il faut traiter celles-ci avec un regard d’historien, elles offrent la possibilité de saisir au plus près les pensées et les discours de certains militants. Il me semble que dans ce domaine, la forte présence d’intellectuels socialistes dans la fédération des Côtes du Nord, peut être à même de fournir des sources importantes. Encore faut-il en retrouver les traces, donc l’enquête continue !


[1] Sur ce point voir la thèse récente de François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980 soutenue à l’Université de Rennes 2 en 2011.

[2] Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, Seuil, 1993.

[3] Lettre de Paulhan à Etiemble, 13 avril 1936, cité par Marcel Parent, Paulhan citoyen, Paris, Gallimard, 2006, p.111.

[4] M.Parent, op.cit., p.113.

[5] M.Parent, op.cit., p.222.

Georges Lefranc:entre histoire, socialisme et résilience

quelques livres de Lefranc sur le bureau
«L‘auteur a vécu l’événement comme membre de la S.F.I.O. et…

quelques livres de Lefranc sur le bureau

«L‘auteur a vécu l’événement comme membre de la S.F.I.O. et de la C.G.T., mais en bon universitaire, il a voulu écrire une histoire sans passion.»[1] C’est ainsi que Michel Winock présente en 1966 dans les Lettres françaises Georges Lefranc, auteur de L’Histoire du Front populaire[2] qui est l’objet dans la revue d’un compte rendu. Cette citation à propos d’un livre que Winock juge quand même «un tantinet ennuyeux » explique parfaitement ce que je voudrais étudier dans ce billet. En effet dans le cadre de la réflexion sur les historiens du socialisme et le rapport qu’ils entretiennent à leur objet d’étude, le cas de Georges Lefranc me semble intéressant. Comment devient-on historien du socialisme alors qu’on a soi-même été un acteur important de ce mouvement politique ?

                Pour qui s’intéresse à l’histoire de la SFIO, lire les ouvrages de Georges Lefranc est un passage obligé. Auteur du premier «Que Sais-Je?» sur le Front populaire[3] mais aussi d’une histoire générale du parti socialiste sous la IIIe république[4], ou encore contributeur à L’Histoire générale du socialisme dirigée par Jacques Droz[5], cet historien est l’auteur d’une œuvre importante et reconnue sur le socialisme français. Il m’arrive d’ailleurs souvent de rechercher chez des bouquinistes des livres que Lefranc a publiés et qui pour la plupart ne sont plus réédités aujourd’hui. Pourtant il n’est pas certain que, comme l’affirmait Winock en 1966, ce soit l’auteur d’une histoire dépassionnée du socialisme.

Le parcours d’un militant :

               Né en 1901, Georges Lefranc devient étudiant à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et obtient l’agrégation d’histoire en 1927. Militant à la fédération nationale des étudiants socialistes, il organise au début des années 1930 une tendance, «Révolution constructive », qui regroupe quelques jeunes intellectuels et universitaires qui souhaitent renouveler le socialisme et le syndicalisme en France. Marqués par les travaux de Henri de Man et par le planisme, les militants de cette tendance voulaient développer des structures capables de créer une culture ouvrière qui bouleverserait la civilisation bourgeoise et entraînerait ainsi l’avènement du socialisme. Dans cette optique, Lefranc et ses compagnons organisent également au sein de la CGT le centre confédéral d’éducation ouvrière (CCEO) qui rassemble des «écoles» militantes partout en France. Il est, avec sa femme Emilie, le superviseur de cette organisation au sein de la CGT qui accueille, de plus, favorablement les idées planistes[6]. Ce n’est pas le cas au sein de la SFIO où la tendance de Lefranc se désagrège peu à peu devant l’hostilité très forte de la majorité des socialistes vis-à-vis des idées développées par le militant et son groupe. Georges Lefranc se retrouve à la fin des années 1930 dans la tendance « Redressement » souvent composée d’intellectuels qui ont pour programme politique le pacifisme, l’anticommunisme et la volonté de transformer la SFIO et l’ensemble de la société sur des bases nouvelles.

                Lefranc est durant cette période celui qui s’occupe au sein de l’Institut supérieur ouvrier de la CGT de l’enseignement de l’histoire : il publie des brochures qui servent de manuels dans tous les collèges du travail[7]. On retrouve ainsi des brochures sur l’histoire économique et sociale, mais aussi sur l’histoire du mouvement ouvrier. Par exemple le 6e cours sur l’histoire du mouvement ouvrier a pour thème « le syndicalisme depuis la guerre ; la CGT au lendemain de la guerre ; les grèves de 1920 ; les caractères actuels du syndicalisme ». On voit donc qu’il s’agit certes d’un enseignement de l’histoire mais surtout d’une éducation militante dont les attendus dépassent le simple cadre de l’histoire scientifique.

  Juin 1940 : «bilan de notre socialisme» :

Esprit, juin 1940

Georges Lefranc publie dans la revue Esprit  en juin 1940 un article intitulé « Bilan de notre socialisme »[8]. Le constat est amer : le socialisme semble incapable d’arriver au pouvoir, « cette espérance est touchée à mort », « nous sommes devant un monceau de ruines ». Pour Lefranc, c’est l’ensemble de l’édifice du mouvement ouvrier qui s’écroule depuis le début de la guerre. Il écrit surtout une attaque en règle contre les militants ouvriers qui sont coupables de ne pas avoir adhéré aux idées défendues par Lefranc, et son jugement est très négatif : « nous avons compté sans l’infériorité intellectuelle du grand nombre, sans sa faiblesse morale, sans sa paresse aussi». Il veut ensuite développer de nouveaux principes : tout d’abord donner le premier rôle aux «élites», ensuite adopter le principe d’ «autorité» et enfin il faut que la volonté de changement qu’il souhaite à présent s’incarne dans une «foi» nouvelle car l’homme «a besoin de se sentir relié à une communauté qui le dépasse ». Enfin, l’avènement d’une ère nouvelle se fera dans le cadre national car la nation est un horizon indépassable. On retrouve dans cet article de nombreuses idées développées au même moment par Henri de Man et ses amis ; Lefranc souligne d’ailleurs que ce ne sont pas en réalité des idées nouvelles mais que cela fait écho à des « discussions commencées en d’autres temps, sous d’autres cieux ». Assurément avec le recul de l’historien, le contenu de cet article  peut étonner tant il semble faire écho aux idées défendues par de nombreux partisans d’un nouveau régime à partir de juin 1940. J’y retrouve également de nombreuses résonnances avec le contenu du livre de Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en France[9] qui offre une histoire de la généalogie du fascisme en insistant sur l’importance des courants planistes comme incubateurs de cette idéologie. Il est d’ailleurs étonnant que Sternhell n’ait pas utilisé cet article, sauf erreur de ma part, à l’appui de sa thèse, lui qui utilise par ailleurs fréquemment les écrits de Lefranc ou ceux parus dans Esprit.

                Surtout, l’article cité montre une conversion de Lefranc en 1940, et peut-être même avant, à de nouvelles idées, éloignées de celles défendues traditionnellement par la SFIO. Le militant ouvrier choisit de soutenir Pétain à partir de juin 1940 et écrit dès lors dans plusieurs journaux de la gauche collaboratrice où il retrouve d’autres anciens socialistes attachés au pacifisme, à l’anticommunisme et séduits par le projet de Vichy[10]. Mais cette conversion en entraîne une autre puisque victime ensuite de l’épuration en 1944-1945, Georges Lefranc abandonne la sphère militante pour se consacrer à la carrière d’historien du socialisme et du mouvement ouvrier.

L’historien du socialisme :

                Écarté à la Libération, Georges Lefranc peine à retrouver un poste d’enseignant. Peu à peu toutefois, il devient un historien réputé du mouvement socialiste. Ses travaux, reconnus et multiples, sont de réels apports à la connaissance de l’histoire du socialisme en France et il n’y a aucun doute sur ce point. Cependant, puisqu’il est question de cet aspect dans cette série de billets, j’aimerais poursuivre l’analyse sur le positionnement adopté par Lefranc vis-à-vis de son sujet d’étude.

                M.Winock, que je citais en introduction, voyait dans le travail de Lefranc une histoire dépassionnée du mouvement ouvrier et du Front populaire. C’est d’ailleurs ainsi qu’il caractérise lui-même  également son travail : ainsi dans la préface de son livre Essais sur les problèmes socialistes et syndicaux [11] paru en 1970 date à laquelle son œuvre d’historien est pleinement reconnue par le public et l’institution (il est devenu docteur sur titres à la même date) il explique que s’il a « joué un rôle actif. » « [ S’il a] vécu les événements », il a toutefois adopté une méthode historique éprouvée : « j’ai essayé d’infléchir les faits avant d’en écrire l’histoire, trente ou quarante ans plus tard »[12]. On peut donc voir que l’historien Lefranc au travail s’oblige à faire une histoire la plus distanciée possible du socialisme en France. Et cette volonté est incontestable dans les différents travaux de l’auteur. Mais toutefois dans cette configuration bien particulière d’« engagement et distanciation » en histoire ouvrière, l’ancien militant  fait preuve d’une réflexivité sincère sur sa pratique d’historien : ainsi dans la même préface, il écrit que malgré toutes les précautions prises pour faire œuvre d’historien, « il (l’historien) ne peut affirmer qu’il n’est pas resté enfermé dans une vision égocentrique. Il a été guetté par le danger qui menace habituellement les auteurs de Mémoires, par le double risque de présenter une vue complaisante des choses en ce qui le concerne et de se laisser glisser à un réquisitoire contre ceux qui ont, à un moment, gêné ou contrarié son action »[13]. On peut lire dans ces lignes que l’historien est bien conscient des difficultés de son entreprise et que ce qu’il écrit est soumis à de multiples tensions, entre la distanciation nécessaire à tout travail d’historien, la fidélité des engagements passés et la volonté de justifier ses actions voire ses erreurs d’analyse.

                C’est que Lefranc est profondément marqué par son vécu durant la Seconde Guerre mondiale et par les difficultés qu’il a ensuite connues. Aussi, on peut voir dans plusieurs des ses livres qu’il laisse tout de même fréquemment apparaître des jugements personnels rétroactifs. Et pourtant il fait encore une fois un travail d’historien remarquable toujours très utile aujourd’hui et reconnu à sa juste valeur. Deux considérations a priori contradictoires sont ici réunies et me font penser dans ce cas précis au concept de résilience. Pour Lefranc, écrire l’histoire du socialisme, c’est comme trouver le chemin pour continuer à être fidèle à son engagement d’origine par d’autres moyens d’action. On peut définir la résilience comme la capacité à dépasser un événement traumatique, à transformer en une issue positive un épisode de la vie qui n’est en soi que négatif. Et comme le souligne Boris Cyrulnik « le malheur n’est jamais pur, pas plus que le bonheur. Mais dès qu’on en fait un récit, on donne sens à nos souffrances, on comprend longtemps après, comment on a pu changer un malheur en merveille, car tout homme blessé est contraint à la métamorphose »[14].

                Dans son œuvre que je qualifie ici de « résiliente », Georges Lefranc n’en oublie pas non plus de justifier sa propre action et son état d’esprit de l’époque : ainsi à la relecture de tout ce qui vient d’être dit jusqu’à présent, il est certain qu’à plusieurs reprises dans ses travaux, l’historien sort de la distance scientifique dont il se revendique pour en quelque sorte régler des comptes sur le dos du passé du mouvement socialiste. Ainsi, il est volontiers critique à propos de l’épuration qui touche le mouvement ouvrier dans l’immédiat après guerre, il renoue également bien souvent avec son anticommunisme de militant lorsqu’il évoque le PCF ou la CGT. Surtout, et cela m’a surpris à la relecture de ses livres que j’ai faite pour rédiger ce billet, il est particulièrement ambivalent lorsqu’il évoque la personnalité de Léon Blum, dont il valorise objectivement l’action déterminante pour le mouvement ouvrier en France et qu’il étudie à plusieurs reprises. Mais lorsqu’il s’agit de caractériser l’homme, le militant, l’intellectuel, on peut lire des formules qui n’arrivent pas à cacher une certaine et réelle hostilité : ainsi « la personnalité de Léon Blum est une personnalité à facettes » et certaines de ses convictions par exemple « demeurent, provisoirement, dans l’ombre, pour des raisons tactiques »[15]. On pourrait relever dans les livres de l’historien sur Blum mais aussi sur d’autres leaders socialistes, des jugements de valeur qui dépassent le cadre habituel  du travail de l’historien. Sans doute est-ce parce que Blum en tant que leader de la SFIO dans l’entre-deux-guerres a fait beaucoup pour que les idées planistes défendues par Lefranc ne deviennent jamais majoritaires au sein du parti, et Lefranc s’en souvient lorsqu’il relate les écrits de Blum à propos de la jeunesse : « Lorsque Léon Blum écrit ces lignes oublie-t-il qu’il vient de faire barrage – avec efficacité- contre les jeunes socialistes qui, pour la plupart âgés de moins de trente ans, souhaitaient l’inflexion du socialisme vers le planisme ? »[16]. On voit bien ici que l’historien laisse place très régulièrement à l’ancien militant qui entend justifier son action passée. Souvent Georges Lefranc porte un regard sur son objet d’étude qui a des résonances avec ce qu’il pouvait penser dans l’entre-deux-guerres. On peut ainsi déceler facilement une influence durable des idées de Henri de Man sur ses propres conceptions du rôle des intellectuels au sein du mouvement socialiste ou encore en ce qui concerne la nécessaire éducation des « masses ».

Que retenir pour le moment ?

                Le cas de Georges Lefranc me paraît intéressant dans l’analyse du thème d’ensemble que j’ai choisi ce mois-ci pour la Villa réflexive parce qu’il offre l’exemple d’un ancien militant qui devient un des plus importants historiens du socialisme, et que, ce faisant, il s’oblige à analyser son rapport à l’objet. Voulant écrire, avec les outils scientifiques de l’historien, une chronique du mouvement socialiste, Georges Lefranc fait également œuvre de résilience en donnant un sens nouveau à son expérience militante et à sa connaissance intime du sujet. Mais s’il se place dans un cadre purement scientifique, il s’écarte toutefois souvent de l’«objectivité » de l’historien pour soutenir une position bien plus affirmée qui est une relecture personnelle de son propre passé. Mais peut-être que l’essentiel est que Lefranc ait toutefois réussi à constituer une œuvre d’historien reconnue encore aujourd’hui, ce qui prouve sans doute qu’il a réussi à trouver la bonne distance.

Programme à venir :

                Je continue dans les prochains billets à étudier les multiples facettes de l’engagement et de la distanciation en histoire ouvrière. Après avoir abordé dans le prochain billet le cas d’Ernest Labrousse, je ferai un premier bilan plus personnel du thème général abordé ici jusqu’à présent. Ensuite seront mis à contribution non plus des historiens professionnels mais des militants du mouvement ouvrier qui en rédigeant leurs mémoires ont toutefois voulu faire un travail d’historien. L’avant dernier billet concernera encore un autre cas de figure : non pas un historien ou un militant, mais l’évocation d’un philosophe qui a étudié bien des éléments en jeu ici : il s’agit de Paul Ricoeur, et il n’est pas dû au hasard cependant que je choisisse ce penseur car il a été aussi avant 1940 un militant socialiste en Bretagne. L’ultime billet, enfin, reviendra sur l’expérience de ce mois d’écriture et tentera d’apporter quelques idées saillantes sur l’importance de la réflexivité dans la pratique de l’historien lorsqu’il étudie le mouvement ouvrier.

stéréogrammes ( autour de 1910), coll.particulière

  Les deux billets qui seront davantage centrés sur les question de réflexivité, d’engagement et de la distanciation et sur mon expérience personnelle auront une autre caractéristique. Comme il est devenu une tradition ici, j’ai essayé de trouver des illustrations dont la présence incite encore davantage à la réflexion. Le hasard a voulu que je tombe dernièrement sur une série de stéréogrammes qui me semblent parfaitement adaptés : ces stéréogrammes, deux planches photographiques a priori identiques collées en parallèle sur un support cartonné, m’ont dans un premier temps surpris. Mais j’ai ensuite appris le principe qu’ils révèlent : pour lire ces stéréogrammes, il faut un appareil simple qui permet de donner la sensation de visionner le document en relief. Les deux surfaces ne font alors plus qu’une et l’impression de relief donne un nouveau rapport à l’image et à son contenu. Je trouve que c’est une métaphore adaptée à ce que j’essaye de faire ici : relater d’un côté des œuvres historiques élaborées selon un modus operandi scientifique et les confronter aux parcours des auteurs qui souvent sont eux-mêmes plongés dans les événements qu’ils analysent. Il s’agit de deux visions d’une même réalité, mais deux visions parallèles, comme le sont les deux parties d’un stéréogramme, identiques, mais différentes aussi. L’utilisation obligée d’un appareil spécifique pour découvrir une réalité augmentée de l’image peut s’assimiler au travail que j’ai entrepris ici. J’espère seulement que cela ne sera pas trop flou.

[1] Michel Winock «à la recherche du Front populaire », Les Lettres françaises, 23 juin 1966.

[2] Georges Lefranc, Histoire du Front populaire, Payot, Paris, 1965.

[3] Georges Lefranc, Le Front populaire, PUF, Paris, Que Sais-Je ?, 1965. Aujourd’hui il y a deux autres « Que Sais- Je ? » sur le Front populaire, l’un écrit par Jean-Paul Brunet, l’autre plus récent écrit par Jean Vigreux. Les trois livres forment un ensemble très utile à la connaissance de cette période et sur l ‘évolution de l’historiographie sur le sujet.

[4] Geroges Lefranc, Le Mouvement socialiste sous la Troisième République (1875-1940), Payot, Paris, 1963.

[5] Jacques Droz (dir.), Histoire générale du socialisme, 4 tomes, PUF, Paris, Quadrige, 1997 (Première édition : 1977)

[6] Morgan Poggioli « Le Centre confédéral d’éducation ouvrière : un mouvement d’éducation populaire dans les années 1930 » in Guy Brucy et alii, Mouvement ouvrier et formation, L’Harmattan, Paris, 2009, pp.111-126. Le CCEO a été à plusieurs reprises étudié, cet article offre la synthèse la plus récente sur le sujet.

[7] Je m’intéresse dans le cadre de ma thèse au collège du travail de Brest auquel participait l’intellectuel Jean Gosset qui rend compte de cette expérience dans la revue Esprit en 1938. Si l’action éducative de la CGT est globalement bien connue aujourd’hui, ce n’est pas le cas des actions en province. Sur le collège de Brest, il n’existe pas pour le moment d’étude hormis ce témoignage de Jean Gosset. Ce dernier participe ensuite à la Résistance et meurt après son arrestation en 1944. Il a écrit plusieurs articles dans le journal Le Finistère syndicaliste avant 1940.

[8] Georges Lefranc «  Bilan de notre socialisme », Esprit, n°92, juin 1940. Les citations qui suivent sont issues de ce texte.

[9] Zeev Sternhell, Ni Droite, ni gauche, l’idéologie fasciste en France, Éditions Complexe, Bruxelles, nouvelles édition, 2000. Ce livre, dont on peut contester certains aspects, est un des livres qui a le plus influencé ma recherche en cours sur de très nombreux aspects. C’est en particulier une très intéressante étude sur le courant planiste.

[10] Sur le parcours de Georges Lefranc durant l’occupation, l’étude de Jean-François Sirinelli fournit de précieuses et nombreuses indications : Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans  l’entre-deux-guerres, Fayard, Paris, 1988.

[11] Georges Lefranc, Essais sur les problèmes socialistes et syndicaux, Payot, Paris, 1970.

[12] Georges Lefranc, op.cit., p.8.

[13] Georges lefranc, ibid.

[14] Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur, O.Jacob, Paris, 2002, p.8.

[15] Georges Lefranc, Jaurès et le socialisme des intellectuels, Aubier, Paris, 1968, p.132.

[16] Georges Lefranc, op.cit., p.139.